Le Revenu Minimum d'Activité (RMA)

Famille - Travail - Chômage - Femme - Enfance - Vieillesse - Handicap - Santé publique
Avatar de l’utilisateur
Christophe
Consul
Consul
Messages : 7910
Inscription : mer. 28 avr. 2004, 0:04
Conviction : Catholique
Localisation : Haute-Savoie

Le Revenu Minimum d'Activité (RMA)

Message non lu par Christophe » mer. 16 juin 2004, 21:35

Le RMA (Revenu Minimum d'Activité) a été à l'origine une proposition de François Bayrou (UDF) lors de sa candidature à la présidence de la République, lors des élections de 2002.

Cependant, l'esprit originel de la mesure a été lamentablement trahi et dénaturé par le gouvernement Fillon-Raffarin, et la rapporteuse du projet, Madame Christine Boutin. Le RMA tel qu'il a été voté n'est, ni plus ni moins, qu'un détournement de fonds publics en directions d'entreprises (et donc d'intérêts) privées.

Il s'agissait de corriger les effets pervers d'un RMI d'inspiration socialiste, pas de créer un RMA d'inspiration ultra-libérale !

Bon, comme le site de campagne n'existe plus, je vais expliquer le RMA-Bayrou de mémoire :
Il est demandé aux personnes bénéficiaires du RMI de fournir, en échange des prestations sociales, un travail d'intérêt général (associations reconnues d'utilité publique, secteur social, entreprises de service public...) à temps partiel (équivalent horaire du montant du RMA).

:!: Différences avec le RMI-RMA de Fillon-Boutin !
1] Les bénéficiaires du RMA travaillent non pas pour le bénéfice d'entreprises privées... mais pour l'intérêt général.
2] Ceci ne serait pas optionnel, mais obligatoire (sauf incapacité au travail, bien-sûr !) : les personnes qui désirent être aidées par la Société offrent une contrepartie sous forme d'activité d'utilité publique.

:) Objectifs et Avantages du RMA-Bayrou !
1] Responsabiliser les individus en exigeant d’eux une contrepartie : il n’y a pas de droit sans devoir, et il faut travailler pour mériter sa subsistance.
2] Valoriser l’individu en évitant de le mettre dans une situation dégradante d’assistanat, mais lui faire éprouver son utilité sociale. Revaloriser le travail.
3] Permettre de conserver une activité sociale, et éventuellement pouvoir faire valoir une activité professionnelle.
4] Limiter les fraudes, et ne pas donner l’impression de profiter du système.
5] Etre partiellement cumulable avec une activité salariée et constituer ainsi une incitation au travail.

:arrow: Limites et Propositions pour le RMA-Bayrou !
1] La limite d'âge (25 ans) pour le RMI pourrait être abaissée.
2] Il serait juste et bon de monter le montant du RMI jusqu'au seuil de pauvreté.
3] La couverture sociale pourrait (sauf inaptitude reconnue au travail) être conditionnée à une activité (RMA, travail salarié...)


Christophe
« Tout ce que vous faites au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous le faites. » (Matthieu 25, 40)

Avatar de l’utilisateur
ggh1928
Ex Civitate
Ex Civitate
Messages : 5
Inscription : mar. 22 juin 2004, 8:01
Localisation : Angers

RMA ou RMI

Message non lu par ggh1928 » mer. 23 juin 2004, 10:32

Le but est de remettre les gens au travail, le travail restant à mes yeux la condition d'évolution sociale. La production de biens et de services est fournie par des entreprises privées. Il me semble plus astucieux de les aider plutôt que des assocations qui sont incapables de s'autofinancer. G.
humblement servir. G.

Avatar de l’utilisateur
PH
Barbarus
Barbarus

Re: RMA ou RMI

Message non lu par PH » mer. 23 juin 2004, 11:04

ggh1928 a écrit :Le but est de remettre les gens au travail, le travail restant à mes yeux la condition d'évolution sociale. La production de biens et de services est fournie par des entreprises privées. Il me semble plus astucieux de les aider plutôt que des assocations qui sont incapables de s'autofinancer. G.
Les entreprises privés ne sont pas seules productrices de biens et services, les EPIC, les établissements publics industriels et commerciaux et même certains établissements publics administratifs EPA produisent également des biens et des services.

Les entreprises privées ne disposent pas de structures de formation.

Nous parlons de financement public.

Les RMIstes dans leur grande majorité (plus de 60%) sont des personnes handicapées (souffrant de handicaps physiques ou psychiatriques parfois très lourds...), les entreprises privées n'aiment guère embaucher d'handicapés malgré les sanctions financières. L'entreprise privée n'est pas une organisation adaptée pour l'accueil de ce public. Nous avons eu à prendre en charge ce type de public, il faut une structure adaptée et ne pas lui demander ce qu'il ne pourra pas fournir... On ne peut pas leur demander de faire l'impossible mais il faut les encourager à faire un petit peu pour que ces personnes se sentent utiles et qu'elles deviennent plus autonomes...

La question du RMI c'est aussi par de nombreux aspects celle de la place des handicapés dans notre société.

Les entreprises privées, sauf les PME/PMI liées à l'artisanat et le secteur des hautes technologies, ne recrutent pas actuellement. La réduction de la masse salariale et l'out-sourcing sont davantage à la mode... Le problème c'est que le public des RMIstes est essentiellement composé de non-qualifiés...

La solution de monsieur Bayrou quoiqu'imparfaite obéissait au principe de réalité. Le RAM version Fillon-Boutin va permettre d'embaucher à moindre coût des personnes qui auraient pu bénéficier d'un contrat de travail classique, cela accoîtra la précarité qui est bien réelle et cela ne réduira pas le nombre de RMIstes. Une large proportion de pauvres en France exerce une activité régulière ! Les statistiques de Caritas et celles d'autres organisations caritatives sont malheureusement éloquentes sur ce point.

Il est enfin nécessaire de séparer radicalement argent public et finance privée pour éviter la confusion des genres, cela a fait assez de dégâts comme cela. Il n'y a pas que certains syndicats qui profitent des fonds publics...
Dernière modification par PH le mer. 23 juin 2004, 11:31, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
ggh1928
Ex Civitate
Ex Civitate
Messages : 5
Inscription : mar. 22 juin 2004, 8:01
Localisation : Angers

Message non lu par ggh1928 » mer. 23 juin 2004, 11:18

Ayant travaillé aux A.M.A. Andelys (Eure) de 1960 à 1963, nous y employions des aveugles pour le sertissage de pièces mécaniques. L'entreprise privée sait former, comme la famille forme les enfants.

Je vous accorde que pour les handicappés profonds des structures spécialisées peuvent être mieux adaptées suivant le handicap. Mais là nous tombons plus dans les soins que dans le travail.

Une autre proposition de Christine Boutin était un revenu de base pour tous. Idée connue sous le nom de RBU (revenu universel de base) et reprise par Maurice Druon la semaine derniière dans le Figaro.

Le libéral Madelin allait dans le même direction en proposant un impôt négatif que Fabius à appliquer et qui continue de vivre. G.
humblement servir. G.

Avatar de l’utilisateur
PH
Barbarus
Barbarus

Message non lu par PH » mer. 23 juin 2004, 12:10

ggh1928 a écrit :Ayant travaillé aux A.M.A. Andelys (Eure) de 1960 à 1963, nous y employions des aveugles pour le sertissage de pièces mécaniques. L'entreprise privée sait former, comme la famille forme les enfants.
Elle a sans doute su, aujourd'hui le marché de l'emploi est plus orienté vers la recherche de personnel "performant". Les chefs d'entreprise, de nos jours, sont rarement des entrepreneurs ou des hommes de métier ce sont dans la majorité des cas des petits comptables qui manquent d'imagination. L'entreprise est une "institution" qui tend à se discréditer, à être démystifiée plus particulièrement par des cadres ce qui m'a tout d'abord profondément surpris. Le panorama que m'ont dressé de nombreux cadres n'a rien de commun avec la publicité rutilante des magazines de management. Là encore, il faut penser une autre entreprise.
Je vous accorde que pour les handicappés profonds des structures spécialisées peuvent être mieux adaptées suivant le handicap. Mais là nous tombons plus dans les soins que dans le travail.
Essentiellement pour les personnes souffrant de handicaps psychiatriques même modérés et qui ne parviennent pas à gérer le stress de la vie professionnelle
Une autre proposition de Christine Boutin était un revenu de base pour tous. Idée connue sous le nom de RBU (revenu universel de base) et reprise par Maurice Druon la semaine derniière dans le Figaro.

Le libéral Madelin allait dans le même direction en proposant un impôt négatif que Fabius à appliquer et qui continue de vivre. G.
Sur ce point, la proposition de madame Boutin malgré tout le respect que je lui porte me laisse perplexe sur le plan pratique. Je pense également que le problème n'est pas seulement financier, ces gens doivent pouvoir découvrir qu'ils peuvent être utiles. Bon il faut être patient sinon certains peuvent vous faire de beaux dessins... mais c'est important et ça les sort progressivement de leur angoisse et ça améliore leur estime d'eux-mêmes.

Pour les 30% qui restent, il faut distinguer les chômeurs réels et les personnes qui sont incitées à travailler au noir. Un précaire n'a guère de droits, un RMIste en a un peu plus notamment en matière d'assurance-maladie, le seuil de la CMU doit être relevé et il serait bon que les salariés soient rémunérés de manière un peu plus juste...

Pour court-circuiter la gestion purement financière des entreprises, je préconise le recours à l'épargne salariale qui permettra aux salariés de siéger au sein des conseils d'administration et cela les incitera à s'investir dans tous les sens du terme dans leur entreprise. En refusant de développer le système par idéologie, certains partis politiques contribuent à empêcher les salariés de peser sur les stratégies de leur entreprise. Les fonds de pension sont une solution sans doute moyenne mais si ce n'est pas l'argent des salariés des entreprises qui est investie ce sera celui des financiers ou des salariés américains, voici le cercle vicieux...

Avatar de l’utilisateur
ggh1928
Ex Civitate
Ex Civitate
Messages : 5
Inscription : mar. 22 juin 2004, 8:01
Localisation : Angers

Message non lu par ggh1928 » mer. 23 juin 2004, 13:49

Nous sommes d'accord sur deux points :

Augmenter les salaires pour que le travail soit attirant (attrayant) et qu'il soit préféré aux aides.
Intéresser les employés à leur entreprise.

Pour le RBU ça nécessiterait un long débat. Sachez que j'avais relevé 21 aides différentes par les allocations familiales il y a 4 ans. Un "revenu" de base et des salaires élevés me sembleraient préférables. G.
humblement servir. G.

Avatar de l’utilisateur
PH
Barbarus
Barbarus

Message non lu par PH » mer. 23 juin 2004, 14:32

ggh1928 a écrit :Nous sommes d'accord sur deux points :

Augmenter les salaires pour que le travail soit attirant (attrayant) et qu'il soit préféré aux aides.
Intéresser les employés à leur entreprise.

Pour le RBU ça nécessiterait un long débat. Sachez que j'avais relevé 21 aides différentes par les allocations familiales il y a 4 ans. Un "revenu" de base et des salaires élevés me sembleraient préférables. G.

Si vous pouviez nous présenter la proposition de madame Boutin de manière claire, votre présentation est la bienvenue.

Il faut également réfléchir à une organisation économique et à la promotion d'une entreprise qui puisse répondre aux exigences de la Doctrine sociale tout en préservant une certaine efficacité économique. Tout un programme...

Avatar de l’utilisateur
Christophe
Consul
Consul
Messages : 7910
Inscription : mer. 28 avr. 2004, 0:04
Conviction : Catholique
Localisation : Haute-Savoie

Dividende Universel et Crédit d'impôts

Message non lu par Christophe » mer. 23 juin 2004, 19:30

ggh1928 a écrit :Une autre proposition de Christine Boutin était un revenu de base pour tous. Idée connue sous le nom de RBU (revenu universel de base) et reprise par Maurice Druon la semaine derniière dans le Figaro.

Le libéral Madelin allait dans le même direction en proposant un impôt négatif que Fabius à appliquer et qui continue de vivre. G.
:welcome: Bienvenue à vous !

Le Dividende Universel (D.U.) que propose Madame Boutin n'a en fait pas grand chose à voir avec "l'impôt négatif".
Il est vrai que Monsieur Madelin a soutenu les deux, mais ces deux propositions sont très différentes.

:arrow: Le Dividende Universel (aussi appellé RMU : revenu minimal universel ou RBU : revenu de base universel) est une proposition qui vise à verser à tous les citoyens (voir à tous les résidants) une allocation unique et inconditionnelle au montant forfaitaire (qui ne varie en fait qu'en fonction de l'âge du bénéficiaire).

:arrow: L'impôt positif (ou crédit d'impôt) consiste à verser aux travailleurs dont les revenus sont insuffisants un complément de revenu. Il vise à rehausser les bas salaires sans augmentation du SMIC, c'est-à-dire sans coût supplémentaire pour l'entreprise.
Pour le RBU ça nécessiterait un long débat.
Effectivement. Je vous invite à initier un fil à ce sujet, s'il vous tient à coeur.

Bien à vous,
Christophe
Dernière modification par Christophe le mer. 23 juin 2004, 19:39, modifié 1 fois.
« Tout ce que vous faites au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous le faites. » (Matthieu 25, 40)

Avatar de l’utilisateur
Christophe
Consul
Consul
Messages : 7910
Inscription : mer. 28 avr. 2004, 0:04
Conviction : Catholique
Localisation : Haute-Savoie

Re: RMA ou RMI

Message non lu par Christophe » mer. 23 juin 2004, 19:37

ggh1928 a écrit :Le but est de remettre les gens au travail, le travail restant à mes yeux la condition d'évolution sociale. La production de biens et de services est fournie par des entreprises privées. Il me semble plus astucieux de les aider plutôt que des assocations qui sont incapables de s'autofinancer. G.
Il existe encore des entreprises publiques qui produisent des biens et des services (publics).

C'est justement parce que les associations sont incapables de s'autofinancer qu'il peut être astucieux de les aider.

Christophe
« Tout ce que vous faites au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous le faites. » (Matthieu 25, 40)

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité