Hosties consacrées

Avatar de l’utilisateur
Griffon
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 3135
Inscription : sam. 26 déc. 2009, 20:24

Re: Hosties consacrées

Message non lu par Griffon » sam. 05 nov. 2011, 16:30

PaxetBonum a écrit :Je dois avouer que les erreurs liturgiques me sont personnellement une grosse source de distraction et de contrariété
Cher PaxetBonum,

Vous êtes un disciple du Christ.
Vous savez donc que rien d'extérieur ne peut vous pénétrer et vous rendre impur.
Pas plus un vase mal lavé qu'une erreur liturgique.

Par contre, nous avons le pouvoir d'accepter en nous des esprits de contrôle, de suspicion, d'inspection, de rubricisme,...
En ouvrant notre coeur à un tel esprit, il se met à travailler en nous.
(précisément au moment de la célébration de la messe !)
Dès lors, des idées et des pensées mûrissent en nous.
Et la bouche finit par "dire ce qui déborde du coeur". (Matthieu XII,34)

Pourtant, nous sommes enfants de Dieu.
Il est en notre pouvoir de fermer la porte, de dire NON.
Nous pouvons refuser de nous attacher à ces détails extérieurs pour nous tourner vers la célébration eucharistique.
Nous pouvons choisir de vivre en Christ, plutôt que rester en dehors.

N'est-ce pas là notre devoir ?

Cordialement,

Griffon.
Jésus, j'ai confiance en Toi,
Jésus, je m'abandonne à Toi.
Mon bonheur est de vivre,
O Jésus, pour Te suivre.

Avatar de l’utilisateur
Sapin
Sacerdos
Sacerdos
Messages : 2271
Inscription : sam. 14 juil. 2007, 15:54
Localisation : Montréal

Re: Hosties consacrées

Message non lu par Sapin » sam. 05 nov. 2011, 20:36

Bonsoir,

Compte tenu que le prêtre est d'un certain âge, 80 ans, j'en ferais pas grand cas. Non pas que l'âge excuse tout, mais les prêtres d'un certain âge ont été formés d'une autre manière et dans autre époque et mentalité où les abus en matière liturgique allaient dans le sens opposé à ceux d'aujourd'hui. Pour le reste, dites-vous que c'est aux prêtres que le Christ a confié son Corps et à eux seuls. Et si des gestes vous semblent choquant de la part d'un prêtre sur les Saintes Espèces, offrez-le à Dieu simplement, allez voir le prêtre pour exprimer votre surprise par rapport à tel ou tel geste en demeurant poli et respectueux. Puis écoutez ce qu'il a à vous dire à ce sujet. Si ce qu'il vous a dit ne vous satisfait pas, restez-en là et n'allez pas plus loin, à moins qu'il y ait matière à scandale dans ses gestes, ce qui est différent et doivent être dénoncés à son évêque, mais dans ce seul cas.

Habituellement les prêtres savent très bien ce qu'ils font et pourquoi il le font. Si réellement il y a abus, dites-vous que Dieu se chargera de lui en son temps, c'est après tout son prêtre, il ne faudrait pas l'oublier.

Lors de l'eucharistie, il y a, placés sur l'autel, les nappes, le corporal pour déposer justement le Corps et le Sang du Christ mais également pour recueillir les miettes et le cas échéant avec la patène. Nappe, corporal et patène sont régulièrement purifiés et les eaux vont directement à la piscine de la sacristie, donc dans la terre. Pour le reste, ce que nous savons pas ou que nous ignorons, Dieu s'en charge lui-même, ne vous inquiétez pas.
etienne lorant a écrit :J'ai essayé de tout lire, mais je dois dire que je suis dépassé par tant de précisions et de détails dans l'application stricte de la Liturgie. Je communie toujours avec le plus grand respect, en marquant les pauses nécessaires, mais jusqu'à ce jour, je ne me suis jamais soucié du cas de miettes 'millimétriques' pouvant éventuellement s'échapper... oh la, je ne voudrais pas tomber dans ces sortes de "srupulicisme" !
Je crois que l'intervention d'Étienne est le modèle à imiter dans ce cas qui nous concerne.

Bien à vous,
Père Guy

"J'attends la résurrection des morts et la vie du monde à venir".
credo

Avatar de l’utilisateur
petite fleur
Censor
Censor
Messages : 156
Inscription : mer. 08 juil. 2009, 22:58
Localisation : Région parisienne

Re: Hosties consacrées

Message non lu par petite fleur » sam. 05 nov. 2011, 22:28

Merci père Guy pour votre intervention qui nous éclaire tellement bien.

Petite fleur
"Je suis la lumière du monde. Celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, il aura la lumière de la vie."
Jean 8, 12

Avatar de l’utilisateur
Invité
Barbarus
Barbarus

Re: Osties consacrées

Message non lu par Invité » dim. 06 nov. 2011, 5:25

Griffon a écrit :Bonjour Muirgheal,

C'est toujours intéressant, vos questions.

Je vous suis parfaitement dans votre raisonnement !
Et pourtant... !

1) Il y a un vrai mystère qui nous dépasse
Le pain est le corps du Christ ressuscité.
Il y a plusieurs hosties, et chacune est le corps du ressuscité.
Une miette est le corps du Christ.
Et pourtant, dans notre monde réel, il est tout à fait irréaliste de penser qu'on pourrait manipuler des hosties en contrôlant absolument toutes les miettes, sans en perdre aucune, sans qu'aucune ne termine dans l'aspirateur, ou emportées par une semelle, dans le caniveau.
Il y a là une réalité.
Jésus la connaît. Il ne s'en offusque pas. Il n'en souffre pas.Griffon.
Griffon, ne parlez donc pas en lieu et place du Christ car votre réveil risque d'être douloureux un jour.

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9459
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Hosties consacrées

Message non lu par PaxetBonum » dim. 06 nov. 2011, 12:13

Griffon a écrit :

Mais, les laïcs ?
Est-ce leur rôle ?
Vous qui voulez vous faire obéissant aux lois de l'Eglise,
ne croyez-vous pas que vous sortez un peu de votre rôle ?
Cher Griffon,

Comme je l'ai dit, je le répète si nous ne le faisons pas, comme le dit le Père Guy "en demeurant poli et respectueux", qui le fera ?
Et encore une fois la liturgie est aussi (et même essentiellement) pour les fidèles.

Le Père Guy le rappelle comme je l'ai fait aussi qu'il existe des dispositions prévues par l'Eglise : corporal, patène, plat de communion… pour pallier à cette question.
Est-ce si difficile de respecter ces recommandations ?
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

nad
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 1150
Inscription : ven. 24 sept. 2010, 23:09

Re: Hosties consacrées

Message non lu par nad » jeu. 10 nov. 2011, 0:30

bonjour,

Je viens de découvrir ce fil que j'ai essayé de lire d'autant plus attentivement qu'un des cours que je suis actuellement, concerne la liturgie....

Merci père Guy pour votre saine intervention...

Au delà de la "non discussion" entre catholiques de tout bord que l'hostie consacrée est Jésus présent. Au-delà de la réalité de pouvoir dire poliment et sans agressivité, notre incompréhension face à certains "manquements" à la liturgie...
Je pense que face à un prêtre qui a consacré toute sa vie à Notre Seigneur, ce n'est pas la correction fraternelle qui est de mise mais la direction spirituelle que nous pouvons attendre de lui ou d'un autre... Je m'explique :

Muirghal vous avez mal vécu, et vous vivez mal ce que vous estimez être un manquement, une erreur, je ne sais trop comment le définir...
Pourquoi? Vous êtes vous demandé ce qu'il y a profondément derrière ce mal-vivre? oui, nous avez expliqué que cela vous fait mal ce manque de respect pour Notre Seigneur? Mais, c'est Notre Seigneur, Dieu et Maître a-t-il vraiment besoin de nous pour être défendu?
Pourquoi plutôt ce mal-vivre pour des miettes d'hosties que pour le clochard que nous laissons mourir au coin d'une rue, sans assistance, dans la plus totale indifférence? Le Christ est là aussi avec ce clochard rappelez-vous "ce que vous faites au plus petit d'entre les miens, c'est à moi que vous l'aurez fait"...
Je crois qu'il ne peut y avoir lieu à correction fraternelle envers un prêtre, en tout cas en matière de liturgie. Comme l'affirme le père Guy, un prêtre sait ce qu'il fait et pourquoi il le fait.
En revanche, il y a lieu à direction spirituelle, et dans votre cas, je n'exposerai pas ce mal vivre dans le sens de la correction ou de la remarque polie à la fin de la messe. Mais, j'aurai pris RDV avec ce prêtre pour m'aider à comprendre et à voir y voir plus clair dans ce qui me fait mal vivre son geste.
Je pense qu'il serait plus profitable de réfléchir ensemble que de faire une remarque à la "sauvette", entre 2 portes, 2 rendez-vous et dans "l'urgence".
Plus profitable pour vous, car vous pourriez trouver une paix qui vous permette d'être totalement imperméable aux manquements et autres parasitages et pleinement accueil de notre Seigneur.
Plus profitable au prêtre qui au lieu d'avoir une énième remarque... entendrait, comprendrait, et pourrait soigner une blessure, voire en prévenir d'autres à venir...

Je ne juge pas votre démarche, c'est un simple témoignage... ou une approche différente. La parole est libératoire et constructive quand nous lui donnons une véritable place. Parfois il est plus positif de nous interroger et d'interroger nos pasteurs sur ce qui nous pose intérieurement problème que de dire que les actes qu'ils posent, nous soucient...

en union de prière
nad
"Reste avec nous, car le soir vient et déjà le jour baisse". Et Il resta avec eux. Luc 24, 29
« La parole de Dieu est première dans la mission, non seulement elle est antérieure au sacrement, mais il nous faut croire qu'elle est antérieure à l'annonce proprement dite faite par le disciple qui lui-même est d'ordre sacramentel. » p Christian de Chergé

Avatar de l’utilisateur
muirgheal
Quæstor
Quæstor
Messages : 360
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 14:35

Re: Hosties consacrées

Message non lu par muirgheal » jeu. 10 nov. 2011, 14:21

Bonjour nad,

Je me permets de vous répondre, puisque vous vous adressez à moi.

Vous m'attribuez des états d'âmes, des ressentis, des pensées qui ne sont pas les miennes. Vous ne connaissez absolument pas mon état d'esprit, ni ce qu'il s'est passé en moi à ce moment là, ni ce que j'ai ressenti à ce moment là. Vous ne connaissez rien de moi, ni de mon parcours, ni de ma recherche, ni de ma relation avec le Seigneur.

Pour résumé, le père Guy a exposé la démarche que j'ai eue. Jamais je n'ai manqué de respect à ce prêtre, envers qui j'ai beaucoup d'estime, de respect. Et oui, j'ai du respect, de l'estime, de la bienveillance envers ce prêtre, même si sa façon de célébrer la messe de me plait pas vraiment. Mais j'ai appris à être imperméable aux distractions et manquement de toute sorte qu'on peut rencontrer lors des eucharistie, surtout là-bas. Je suis là pour rencontrer le Seigneur, pour l'aimer, le contempler et le recevoir, ainsi que pour prier avec mes frères et soeurs. Et puis, comme je l'ai déjà dit dans ce fil, j'aime bien ce prêtre.
Y a-t'il matière à scandale dans ses gestes, je n'en sais rien. Je sais en tout cas que ça ne plaisait pas du tout à un prêtre à qui j'en ai parlé. Il est évident que je n'en toucherai pas un mot à l'évêque.

nad a écrit : Muirghal vous avez mal vécu, et vous vivez mal ce que vous estimez être un manquement, une erreur, je ne sais trop comment le définir...
Pourquoi? Vous êtes vous demandé ce qu'il y a profondément derrière ce mal-vivre? oui, nous avez expliqué que cela vous fait mal ce manque de respect pour Notre Seigneur? Mais, c'est Notre Seigneur, Dieu et Maître a-t-il vraiment besoin de nous pour être défendu?
Etrangement, ça fait de nombreux mois que j'assiste à cette messe. Et jamais je n'ai accordé vraiment de l'importance à ce geste. Mais, c'est difficile à expliquer, j'étais en train de prier, de contempler le Christ au moment de la consécration, et j'ai eu comme un flash. Et la vision de Jésus se faisant piétiner par terre. Cela m'a fait mal à ce moment là. Vu les nombreuses interventions, il semblerait que cette idée semble totalement ridicule pour la plupart, mais ça m'a meurtrie et j'ai eu mal, non pas pour moi, mais pour ce prêtre. Ne me demandez pas pourquoi, je n'en sais rien.
Je peux vous dire aussi que je suis quelqu'un en général de très timide. J'ai du mal à aller aborder des inconnus, ou des personnes que je ne connais pas personnellement, mais seulement de vue. Et encore moins pour aller exprimer une incompréhension, mon étonnement par rapport un acte qu'il effectue depuis toujours sans doute. Et je ne peux pas expliquer pourquoi, mais je me suis sentie poussée à aller le trouver. Mais en restant respectueuse et polie, sans l'attaquer bien entendu. Ce geste m'a coûté, mais je devais le faire. Car, j'avais mal pour ce prêtre, tout comme j'avais mal pour Jésus.
Mais je n'ai pas de mal-vivre à propos de cette histoire. J'ai la paix, la sérénité, et j'ai agi comme je le devais.
Pourquoi plutôt ce mal-vivre pour des miettes d'hosties que pour le clochard que nous laissons mourir au coin d'une rue, sans assistance, dans la plus totale indifférence? Le Christ est là aussi avec ce clochard rappelez-vous "ce que vous faites au plus petit d'entre les miens, c'est à moi que vous l'aurez fait"...
Me connaissez-vous ? Connaissez-vous ma façon d'être avec les pauvres, les clochards ... Le Christ est là, partout, dans toute personne que l'on cottoie : le clochard, mon collègue, mon patron, les personnes qui nous importunent ... Ce dont vous parlez ici, n'a aucun rapport avec ce petit fait que j'ai rapporté. Et il s'agit du Corps du Seigneur.
Je crois qu'il ne peut y avoir lieu à correction fraternelle envers un prêtre, en tout cas en matière de liturgie. Comme l'affirme le père Guy, un prêtre sait ce qu'il fait et pourquoi il le fait.
Mais le père Guy dit ceci aussi : "mais les prêtres d'un certain âge ont été formés d'une autre manière et dans autre époque et mentalité où les abus en matière liturgique allaient dans le sens opposé à ceux d'aujourd'hui."

Cordialement,
Tu as frappé à la porte de mon cœur !
J'ai entendu ta voix et je t'ai ouvert.
Allume en mon cœur un grand feu de joie.

nad
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 1150
Inscription : ven. 24 sept. 2010, 23:09

Re: Hosties consacrées

Message non lu par nad » jeu. 10 nov. 2011, 15:57

Bonjour Muirgheal

Je suis désolée que vous vous sentiez jugée et désolée de vous avoir peut-être, blessée, ce n'était pas du tout mon intention. Pardon d'avoir manqué de clarté ou de tact, mon intervention, je le répète ne se veut pas autre chose qu'une simple participation, témoignage d'une autre voie pour aborder ce qui nous fait difficulté....

Sur le point de m'adresser à vous, il me parait normal de vous répondre en particulier sans exclure pour autant les autres puisque c'est vous qui avez lancé le fil...

Sur votre vécu, ressenti, vous avez mille fois raison, je n'y étais pas , je ne vous connais pas, et quand bien même je vous connaitrai et je serai présente je n'en saurai pas plus, sur ce qui se passe dans votre tête et votre coeur et c'est mieux ainsi. Mais permettez-moi de vous faire remarquer que sans extrapoler, ce sont vos écrits qui nous donnent des informations sur votre façon de vivre ce geste.
Maintenant je ne fais que rependre ce que vous avez écrit, sur votre premier mot vous avez marqué :
Bonjour,
... il l'a rompt dans le vide et donne des morceaux d'ostie aux personnes qui aident pour la communion où chantent de cette manière. Ca me fait mal depuis quelques temps, car pour moi, chaque miette est importante, chaque miette est Jésus. Et chaque fois, je me dis : et si des miettes tombent par terre ... Pour certains, ça peut peut-être paraître excessif ou du scrupule. Pour moi, ça a toute son importance et je n'aime pas l'idée que Jésus se fasse piétiner ou finisse dans l'aspirateur.
...
Ca me fait de la peine. Je me doutais bien que mon intervention ne servirait pas à (...)sa façon de faire me cause de la peine, pour Jésus, mais pour lui aussi.
Si je reprend votre dernière réponse vous dites encore :
mais ça m'a meurtrie et j'ai eu mal, non pas pour moi, mais pour ce prêtre. Ne me demandez pas pourquoi, je n'en sais rien.
Je n'ai donc fait que prêter attention à la peine que ce geste engendre chez vous, il n'y a pas de jugement mais une simple mise en exergue de votre vécu selon votre écrit.... vous conviendrez qu'à la lecture de ces mots, nous pouvons noter une certaine souffrance donc un certain "mal ressenti" à un moment T.

Quand je pose la question du Pourquoi, je ne cherche pas à savoir, c'est une invitation pour vous à remonter en sens contraire pour aller chercher la cause de ce qui vous peine. En règle générale, il y a une cause à une peine, à une souffrance, la souffrance n'est qu'un symptôme... chercher la cause, la source permet de dépasser la peine, voire de la guérir et d'avancer; mais là encore ce n'est qu'un intérêt de partage, de questionnement, pas de une recherche de réponse... je pense, mais cela n'engage que moi, que nous avons tous à faire cette démarche intimement du pourquoi et en second du comment... mais ça n'engage que mon avis...

Pouvez-vous m'indiquer à quel moment j'ai pu laisser entendre que vous n'aviez pas été totalement correct dans votre remarque au prêtre? je ne l'ai ni écrit ni pensé, j'ai simplement fait une remarque par rapport au temps. Peut-être aurait-il été préférable de choisir un autre moment qu'après la messe, quitte à prendre un RDV... Compte tenu de l'importance que cela revêt pour vous. Une nouvelle fois, la question de prendre le temps de dire au calme et en confiance.

Quant à l'exemple du clochard, c'est encore un questionnement possible comme un autre... là encore je ne juge pas et ne dis pas quel comportement vous avez avec les autres... j'aurai pu prendre un autre exemple mais le questionnement est toujours là et le renvoie à la source, cause aussi... parfois comparer nos réactions nous permet d'en comprendre les raisons .

En dernier, ne me prêtez pas d'intention de jugement, je peux être maladroite, mais pour avoir mis quelques interventions sur la cité, je m'abstiens de tout jugement, et mes participations ne se veulent qu'interrogations sans attente de réponse, sauf si l'interlocuteur veut donner une réponse, mais je ne la recherche pas, je ne suis pas curieuse, et j'essaie de ne pas être dans le jugement.
Vous ne me connaissez pas davantage, que je ne vous connais . Je ne trouve pas ridicule ce qui vous fait de la peine, je communie dans la bouche et à genoux dans 99% des cas, le 1% restant c'est lorsque je suis "obligée" de m'adapter, mais cela n'est plus source de souffrance...

Si mon mot vous blesse, il est possible de le retirer. encore une fois, il n'y a que participation à une recherche collective pas autre chose...

En union de prière
nad
"Reste avec nous, car le soir vient et déjà le jour baisse". Et Il resta avec eux. Luc 24, 29
« La parole de Dieu est première dans la mission, non seulement elle est antérieure au sacrement, mais il nous faut croire qu'elle est antérieure à l'annonce proprement dite faite par le disciple qui lui-même est d'ordre sacramentel. » p Christian de Chergé

Avatar de l’utilisateur
muirgheal
Quæstor
Quæstor
Messages : 360
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 14:35

Re: Hosties consacrées

Message non lu par muirgheal » ven. 18 nov. 2011, 14:35

Je tenais à vous faire part d'une très bonne nouvelle. Je suis heureuse et j'en rend grâce à Dieu.

Je suis retournée à la messe avec ce prêtre aujourd'hui. Je n'avais pas pu m'y rendre plus tôt.

Et j'ai perçu un grand changement dans sa façon de "manipuler" l'hostie consacrée. J'y ai senti un grand respect de sa part. Même s'il garde sa manière de célébrer la messe, il l'a manipulée avec une plus grande attention, il l'a brisée, au-dessus des mains des personnes la recevant, en faisant bien attention à ne pas perdre de miettes. Vraiment, il y a eu un grand changement.

Quand j'ai vu ce changement, j'ai vraiment été heureuse et j'ai remercié le Seigneur. Et je ne regrette pas une seule seconde d'avoir été lui parler cet autre jour. Au contraire.
Tu as frappé à la porte de mon cœur !
J'ai entendu ta voix et je t'ai ouvert.
Allume en mon cœur un grand feu de joie.

Avatar de l’utilisateur
Griffon
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 3135
Inscription : sam. 26 déc. 2009, 20:24

Re: Hosties consacrées

Message non lu par Griffon » ven. 18 nov. 2011, 14:54

Loué soit Dieu !
C'est souvent le cas :
Pris au dépourvu, les gens réagissent parfois moins bien ; puis, ils réfléchissent.

Cordialement,

Griffon.
Jésus, j'ai confiance en Toi,
Jésus, je m'abandonne à Toi.
Mon bonheur est de vivre,
O Jésus, pour Te suivre.

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9459
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Hosties consacrées

Message non lu par PaxetBonum » sam. 19 nov. 2011, 9:28

Deo Gratias !
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
invitéé
Barbarus
Barbarus

Hosties de communion

Message non lu par invitéé » mer. 17 févr. 2021, 0:42

Bonjour,

Lors de la communion, le prêtre distribue des hosties "anciennes", c’est-à-dire que ces hosties n'ont pas été consacrées "en direct" au cours de la messe à laquelle sont venus assister les fidèles.

(Je ne parle pas des messes "en petit comité", avec peu de fidèles, et où le prêtre découpe l'hostie qu'il vient de consacrer en morceaux suffisamment nombreux pour tous les fidèles présents) .

Les fidèles consomment donc toujours de "vieilles" hosties qui ont été consacrées antérieurement (la veille, l'avant veille ? j'ignore quand le prêtre a consacré les hosties qu'il sort du tabernacle au moment de la communion).

On pourra arguer que l'hostie a la même valeur sacrée, qu'elle soit consacrée "en direct" pendant la messe ou la veille, que ça ne fait aucune différence....

Et pourtant, quand on y regarde de plus près, il y a une différence, et pas des moindres. Songez-y : le fidèle ne consomme jamais l'hostie qu'il est en train de regarder se transformer en corps du christ, devant laquelle il s'agenouille, incline la tête et prie. Non, au moment de la communion il reçoit une toute autre hostie, sortie du tabernacle exprès pour la communion et qui a été consacrée à une autre occasion ( et donc en l'absence du fidèle), une hostie qui n'est pas celle devant laquelle le fidèle a accompli les rites de vénération précités ; le fidèle n'a pas été témoin de la "transsubstantiation" de l'hostie que le prêtre va lui donner.

On pourra arguer qu'il est impossible à l'assemblée de communier à l'hostie que le prêtre consacre à la messe parce qu'elle est trop petite...

Quand l'hostie a-t-elle remplacé, dans l’église catholique, le pain des origines ? Car aux messes orthodoxes, le "pain eucharistique" que l’on donne aux fidèles, est toujours celui que le prêtre vient de consacrer en présence des fidèles, et ce pain est toujours suffisamment grand pour pouvoir être distribué à toute l'assemblée.

Altior
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2032
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: Hosties de communion

Message non lu par Altior » ven. 19 févr. 2021, 1:00

invitéé a écrit :
mer. 17 févr. 2021, 0:42
Lors de la communion, le prêtre distribue des hosties "anciennes", c’est-à-dire que ces hosties n'ont pas été consacrées "en direct" au cours de la messe à laquelle sont venus assister les fidèles.
Cela dépend. Dans les lieux de Messe où je vais le plus souvent, le prêtre distribue d'abord les saintes hosties qui vient juste d'être consacrées. Puis, s'il y a encore besoin, il en prend de la réserve eucharistique.

On pourra arguer que l'hostie a la même valeur sacrée, qu'elle soit consacrée "en direct" pendant la messe ou la veille, que ça ne fait aucune différence....
Oui, exactement.

Et pourtant, quand on y regarde de plus près, il y a une différence, et pas des moindres. Songez-y : le fidèle ne consomme jamais l'hostie qu'il est en train de regarder se transformer en corps du christ, devant laquelle il s'agenouille, incline la tête et prie.
Peu importe. Le fidèle ne s'agenouille pas devant un (autre) morceau de pain, mais devant le Christ. Ce n'est pas un autre Christ qui se cache sous l'apparence de l'hostie de la semaine dernière. C'est le même.
Non, au moment de la communion il reçoit une toute autre hostie, sortie du tabernacle exprès pour la communion et qui a été consacrée à une autre occasion ( et donc en l'absence du fidèle), une hostie qui n'est pas celle devant laquelle le fidèle a accompli les rites de vénération précités ; le fidèle n'a pas été témoin de la "transsubstantiation" de l'hostie que le prêtre va lui donner.
Quand c'est comme ça, je trouve que cela aide à «respirer» l'unité de l'Église. Cette unité n'est pas seulement entre les fidèles qui se rassemblent hic et nunc, mais aussi entre ceux qui communient aujourd'hui et ceux qui ont communié la semaine dernière.
On pourra arguer qu'il est impossible à l'assemblée de communier à l'hostie que le prêtre consacre à la messe parce qu'elle est trop petite...
La, il faut noter que le prêtre consacre toutes les hosties qui sont sur le corporal. Pas seulement la grande.
Quand l'hostie a-t-elle remplacé, dans l’église catholique, le pain des origines ?
Probablement au début du Moyen Âge, je ne connais pas s'il y a eu une date exacte ou, plutôt, on a utilisé des hosties progressivement.
Car aux messes orthodoxes, le "pain eucharistique" que l’on donne aux fidèles, est toujours celui que le prêtre vient de consacrer en présence des fidèles, et ce pain est toujours suffisamment grand pour pouvoir être distribué à toute l'assemblée.
Dans le rite byzantin (je ne parviendrai jamais à comprendre pourquoi les catholiques occidentaux parlent toujours de «messes orthodoxes» au lieu de parler de «messes en rite byzantin», rite partagé par les catholiques et les orthodoxes), le prêtre consomme tout ce qui reste après la communion. Il n'y a pas de réserve eucharistique qui reste dans l'église pour futures communions (sauf deux cas particuliers par an, où il y a des Messes avec des espèces antérieurement consacrées). Par ailleurs, dans le rite byzantin la communion se faisant avec les deux espèces et les prêtres, pour la plupart mariés, ne pouvant célébrer que les Dimanches, la conservation des espèces consacrées et plus spécialement du vin poserait problème. C'est probablement pourquoi il n'en reste rien de consacré après la messe.

Avatar de l’utilisateur
invitéé
Barbarus
Barbarus

Re: Hosties de communion

Message non lu par invitéé » ven. 19 févr. 2021, 6:01

Merci de votre commentaire, Altior.

Pour ma part je n'ai jamais vu le(s) prêtre(s) bénir les hosties pendant la messe, ils vont systématiquement au tabernacle chercher la coupe contenant les "vielles hosties" (je suis curieux de savoir quand elle ont été consacrées).

Apparemment je ne suis pas le seul à "préférer" recevoir l’hostie consacrée à la messe à laquelle j'assiste car j'ai remarqué une femme qui court pour être toujours la première à communier et recevoir un des morceaux de l’hostie que le prêtre vient de consacrer, justement, et qu'il a coupée en morceaux et posée sur le dessus de la coupe d'hosties sortie du tabernacle (cette personne ne pense-t-elle donc jamais à laisser de temps en temps ce privilège à d’autres ?) . A moins que ne soit pour des raisons d'hygiène ? (les doigts du prêtre qui peuvent toucher les lèvres/langue/mains "des autres fidèles") .

Pour les églises de rite byzantin (je parlais des vrais orthodoxes, pas des catholiques de rite byzantin), puisqu'à la fin de la messe il ne reste en l’église rien de consacré (pas de corps du Christ dans le tabernacle car pas de tabernacle), peut-on dire alors qu'en dehors des messes le Christ ne se trouve pas dans l’église ? (donc adoration/génuflexion/inclinaison sont inutiles ?).

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10452
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Hosties consacrées

Message non lu par Cinci » ven. 19 févr. 2021, 14:18

Ce sont des scrupules qui ne font pas vraiment de sens. Parler de "vieille" hostie non plus. On pourrait facilement verser dans la bouffonnerie. La seule chose qui importe c'est d'avoir soi-même la foi et comme pouvoir souscrire au credo. Pour participer à la messe de bon coeur. Et pour communier au fameux pain unique à la fin.

A supposer même que le prêtre en avant serait un imposteur, un comédien, un farceur excellent pour rouler tout le monde et donc qu'il ne consacrerait pas une seule des hosties présentes dans sa véritable chapelle catholique quand même, les conséquences éventuelles de la farce en reviendraient au farceur lui-même, non pas aux paroissiens de bonne foi s'étant fait roulés.

Parce qu'il y a quand même ce principe premier dans l'Église, un principe qui veut que si Dieu s'est attaché lui-même à opérer par les sacrements de son Église, il n'est pourtant pas esclave des sacrements, pas esclave des rubricistes, des tricheurs, des farceurs, des prêtres distraits ou à la foi faible, etc. Je veux dire aussi qu'il suffit bien largement que le fidèle se soit déplacé pour participer à cela dont il lui aurait tout lieu de penser être la messe de l'Église, de même que pour s'y trouver pourtant en présence des bons éléments du sacrement (c'est vraiment la parole de Dieu qui est prononcé, c'est vraiment du pain, etc.) mais pour que Dieu soit réellement présent et agissant du côté de ce fidèle honnête et que quelqu'un aurait pu penser pouvoir rouler ou le priver de Dieu. Parce que Dieu est plus grand que le mauvais prêtre, que la madame qui s'occupe mal de sa tâche de veiller sur les hosties et qui pourrait mélanger les pinceaux.

:)

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité