Confession lors du dimanche de la miséricorde

« Heureux vous qui pleurez maintenant, car vous serez dans la joie ! » (Lc 6.21)
Règles du forum
Besoin d'écoute ou de conseil ? Vous pouvez, dans ce forum, partager votre fardeau avec nos lecteurs...

NB : les messages de ce forum sont modérés a priori ; les interventions jugées inopportunes ne seront pas publiées
16pseudo
Civis
Civis
Messages : 4
Inscription : mar. 25 avr. 2017, 12:35
Conviction : catholique

Confession lors du dimanche de la miséricorde

Message non lu par 16pseudo » mar. 25 avr. 2017, 12:51

Bonjour.
J'ai (énormément) de scrupules sur mes confessions passées.
Je me remue toujours les méninges pour essayer de déterminer si telle confession passée était bonne.J'avais en effet des scrupules et disons que j'ai tendance à me demander si ces confessions étaient valides (j'aurais fermé les yeux sur mes scrupules) ou si au contraire il me serait également arrivé de me forcer à ignorer de réels péchés en me convaincant moi-même qu'il ne s'agissait que de scrupules (et même dans ce cas là, serait-ce un péché?).
Je pense tout de même, ne pouvant pas affirmer "j'ai péché" qui ne s'agit que de scrupules, que j'ai du mal à refouler, surtout quand je doute de confessions datées de plusieurs années sur lesquelles mes souvenirs sont vagues.
Alors voilà, j'ai été me confesser lors du dimanche de la miséricorde, et maintenant j'ai à nouveau des scrupules.
Ma confession (lors du dimanche de la miséricorde) fut sans aucun doute sincère mais je me demande si ce que j'ai considéré comme des scrupules n'étaient pas des péchés. J'ai cependant entendu dire que le dimanche de la miséricorde effaçait totalement les péchés, c'était comme "un nouveau baptême".

Ma question est donc: comment dois je réagir face à ces scrupules?
Il est difficile de fermer les yeux dessus, ayant déjà péché gravement mes scrupules dépassent de loin des doutes un simple pensée, mais si tous les péchés sont effacés par ma confession puis communion pendant ce jour, est il nécessaire de me poser des questions alors que ces péchés sont peut-être partis à tout jamais: est il nécessaire de confesser les péchés (ou scrupules?) oubliés lors de la confession ce dimanche?

Merci de m'avoir lu, j'ai peut-être fait un peu long mais j'ai essayé de synthétiser.
J'espère également avoir posté dans la bonne rubrique ;)

Avatar de l’utilisateur
jesusSauve
Barbarus
Barbarus

Re: question sur la confession lors du dimanche de la miséricorde

Message non lu par jesusSauve » jeu. 27 avr. 2017, 11:51

bonjour,
le Seigneur nous aime tellement qu'il nous pardonne nos péchés les plus lourds. encore faut-il les reconnaitre et regretter!
mais vos scrupules ne sont pas votre péché! le péché est ce que vous avez peut-être caché et qui vous fait avoir des scrupules!
si vous croyez en la force de la Miséricorde infini de Dieu, le Père de Jésus Christ alors vous croyez qu'il peut TOUT pardonner même ce pourquoi vous avez des scrupules!
mon conseil serait de bien vous prépare, de faire votre examen de conscience, peut-être en écrivant sur un papier et d'aller vous jeter dans les bras de Dieu en allant vous confesser... cela peut vous demander un effort mais le péché nous rends esclave et Jésus est venu nous délivrer.

si lorsque je vais chez le médecin et qu'à la question de quoi souffrez-vous? je lui dit que j'ai mal au bras et que j'oublie de lui dire que j'ai aussi mal au pied, il va me guérir le bras mais pas le pied!

de plus, la confession n'est pas magique, Dieu a horeur de cela (descends de la croix, ordonne que ces pierres deviennent du pain...)

cependant j'aimerai te dire que je suis une très grande pécheresse, surtout plus je me rapprochais de Jésus, car seuls les amis trahissent et cela lui fait mal! je n'ai jamais douté de son Amour fou, simplement j'étais chaque fois bouleversée de voir combien, en étant à ses côtés, en allant à la messe et donc en le recevant en moi, je le trahis... mon confesseur me dit toujours cette belle phrase à la fin : "le Seigneur ne te fait aucun reproche va en paix"... le scrupule te recentre sur toi tandis que l'aveu te tourne vers Dieu que tu as trahi. Évite de trop te regarder... pense à ce que Dieu ressent Lui. et crois qu'il t'aime plus que tout et qu'il a de la joie à ton retour vers Lui.
"au Ciel, l y a plus de joie pour un seul pécheur qui se convertit que pour les multitudes de justes" qui n'ont pas besoin de conversion

j'espère t'avoir un peu aidé

16pseudo
Civis
Civis
Messages : 4
Inscription : mar. 25 avr. 2017, 12:35
Conviction : catholique

Re: Confession lors du dimanche de la miséricorde

Message non lu par 16pseudo » jeu. 27 avr. 2017, 14:32

merci beaucoup pour votre réponse.
J'essaye de m'examiner.
Il y a plusieurs années, je confessais mes péchés mortels en les "masquant", en citant une catégorie très large qui pouvait contenir des péchés graves comme véniels.
Cela me semble absurde et aujourd'hui je ne ferais plus ça, mais à cet époque j'avais beau être catholique, je priais très peu voir pas du tout, péchais à volonté tant que ça restait véniel, et avais un certains dégoût pour la religion en général. Bref je n'étais pas un bon catholique. Je dis ça seulement parce qu'à cette époque il ne m'a pas semblé que tant que je ne mentais pas lors d'une confession c'était un péché.
J'ai arrêté lorsque j'ai lu, dans un livre sur la confession, que le fait de masquer ses péchés ainsi était grave.
Plus tard, j'ai considéré que puisqu'il n'y avait pas péché (ce que je reconsidère en ce moment), je n'avais qu'à re-confesser mes péchés honnêtement.
Mais puis je vraiment dire cela alors que je savais tout de même qu'il fallait être honnête lors d'une confession?
Et ai je été honnête lorsque je me suis confessé après cela?

N'arrivant pas à arrêter de pécher j 'ai arrêter de me confesser depuis, sauf tous les ans pour Pâques, puisqu'on est forcés de communier à cette date.

ma dernière confession était il y a une semaine lors du dimanche de la miséricorde. Peu avant ma confession j'ai eu tous ces doutes qui se sont emparés de moi mais je les ai refoulés, puis je me suis confessé.

Il y a une chose dont je suis sur, c'est que j'ai été sincère ce jour là.
D'ailleurs le prêtre m'a dit qu'en me confessant en ce jour, j'ôtais toute trace de péché, et l'addiction que je pouvais y avoir. Je pouvais difficilement passer un jour sans péché, même après une confession avec le ferme résolution de ne plus recommencer.
Mais non seulement je n'ai pas péché mais la tentation a été très faible.
Donc cette confession était bonne et sincère, de mon entrée à la sortie du confessional.
Mais depuis que mes doutes me reprennent, devrais je tout reconfesser?
En détail tous mes péchés et mes confession peut être sacrilège?

il y a également une confession lors de laquelle le prêtre m'a posé une question pour me conseiller et en répondant, j'ai été tellement embarassé que j'ai été bloqué. Je suis resté ans rien dire pendant 10 secondes et le prêtre a continué.
Dois je considérer que j'avais perdu mes moyens? Et je ne suis pas sur, mais je crois que je voulais alors le cacher au prêtre, était ce une tentation? après tout je n'ai rien fait, j'étais tenter de faire un sacrilège puis le prêtre a continué.

Aussi, une autre confession lors de laquelle j'ai omis de préciser le caractère plus grave d'un péché, j'ai juste citer la catégorie de ce péché d'impureté.

Mais encore une fois, c'était- et même ajourd'hui je n'oserais pas le dire- très gênant. De plus il était peu probable qu'au moment ou je l'ai fait je savais qu'il était plus grave....
bref....
je suis très confu, une telle confession me semble très dure.

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9456
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Confession lors du dimanche de la miséricorde

Message non lu par PaxetBonum » jeu. 27 avr. 2017, 15:37

Cher 16pseudo,

Resurrexit sicut dixit !

Les scrupules peuvent être salutaire, c'est une recherche précise de ce qui nous sépare de Dieu.
Mais méfiez-vous tout de même des scrupules qui sont aussi une arme de satan pour vous faire douter de vos possibilités de salut.
(un petit texte de St Alphonse de Liguori à ce sujet : http://lelegitimiste.hautetfort.com/lis ... 291384.pdf)

Pour ce qui est de votre confession elle n'est pas invalide ni sacrilège car à vous lire vous n'avez rien caché volontairement.
Le remède : énoncez vos 'scrupules' à la prochaine confession, votre confesseur saura vous orienter voir vous absoudre le cas échéant.

Il n'y a pas de supériorité d'un jour sur un autre pour la confession.
Il existe des jours avec indulgences particulières si vous êtes récemment confessé, que vous communiez et que vous priez aux intentions du souverain pontife. Mais aucun jour qui lave plus blanc que blanc. L'efficacité de la confession dépend de votre disposition (contrition parfaite ou imparfaite), de vos aveux et du sacrement que vous accorde ou pas le prêtre. Mais le sang du Christ versé pour votre salut n'a pas plus de vertu un jour qu'un autre.

Que Dieu vous accorde sa Paix et sa Joie dans le Mystère de sa Résurrection !
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

16pseudo
Civis
Civis
Messages : 4
Inscription : mar. 25 avr. 2017, 12:35
Conviction : catholique

Re: Confession lors du dimanche de la miséricorde

Message non lu par 16pseudo » jeu. 27 avr. 2017, 19:13

merci également beaucoup de votre réponse.
Oui, c'est justement assez dur pour moi de déterminer si mes confessions passées étaient sacrilèges ou non.
Si j'ai malheureusement caché (enfin, tenter de masquer ) volontairement des péchés, mais sans savoir que cela rendait une confession sacrilège. Cependant cela me semble tellement absurde de jouer ainsi avec la confession...
J'ai évoqué tout cela plus en détail dans ma réponse précédente.
J'ai tendance à penser que ce sont des scrupules car au fond, d'après ce que j'ail lu sur les scrupules on ne peut se définir avec certitude coupable (ou non coupable).
Mais après, il y a le scrupule de ne pas avoir écouté ses doutes, surtout lorsque ceux ci reviennent avec l'air d'être tout à fait légitimes.
On peut aussi appliquer cela au passé et aux confessions qui suivirent.
Bref je suis quoi qu'il en soit content d'avoir obtenu cette indulgence, mais je me demande maintenant ce que je vais devoir confesser la prochaine fois. Je n'aimerais pas rester bloqué comme cela sans me confesser pendant longtemps.

Altior
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2030
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: Confession lors du dimanche de la miséricorde

Message non lu par Altior » jeu. 27 avr. 2017, 23:17

Cher frère en Christ,

À ce que je vois, vous êtes un heureux. Les scrupules (en tout cas ces scrupules-là qui nous jettent dans le doute concernant l'efficacité des Sacrements) sont des tentations. Des tentation qui visent l'akhedie dans le premier temps, le désespoir dans le deuxième. Ce sont ce que la mystique des catholique orientaux appelle «tentations de droite». D'habitude, le diable ne sort pas les armes de cette catégorie que lorsqu'il a constaté que les «tentations de gauche» ont échoué. Une tentation de gauche, qui est l'arme de premier recours de nos ennemi est une suggestion de type «telle chose (qui va dans la direction du salut de l'âme) n'est pas nécessaire». Une tentation de droite, qui fait parti de son arsenal de réserve est une suggestion de type «telle chose n'est pas suffisante».

Maintenant vous comprenez pourquoi j'ai commencé par dire que vous êtes heureux. Ce que vous dites est le signe que le diable apprécie que vous vous êtes bien tiré des épreuves pour le commun des mortels et, parce que le fait que vous êtes en train de lui échapper l'énerve terriblement, il essaye de vous frapper avec ses armes de deuxième recours. C'est le signe que vous avez bien franchi les premières étapes de l'ascension spirituelle, mais attention: le plus on est haut, le plus mal fait la chute et plus grande serait sa victoire.

Que faire ?
D'abord, parlez de ces scrupules avec un prêtre. C'est un example typique de problème qui ne peut pas avoir une réponse sur un forum. Je doute que le cadre d'une confession est le mieux adapté pour cela. À votre place, je prendrais un rendez-vous pour prendre conseil spirituel hors confession.

Puis, persistez. Confessez-vous souvent, prenant soin de faire un bon examen de conscience. La bête immonde, voyant que pas seulement vous vous confessez souvent, mais mieux qu'avant ses attaques, partira un temps pour lécher ses blessures. Il reviendra sans doute plus tôt ou plus tard, car il ne lâche pas définitivement une cible qui est encore vivante, mais il devra trouver autre chose.

Pax et Bonum,
A.

16pseudo
Civis
Civis
Messages : 4
Inscription : mar. 25 avr. 2017, 12:35
Conviction : catholique

Re: Confession lors du dimanche de la miséricorde

Message non lu par 16pseudo » ven. 28 avr. 2017, 19:33

Merci beaucoup de votre réponse.
Je me sens beaucoup plus rassuré et beaucoup moins complexé.
J'essaierais de me confesser au plus tot, bien que ça ne va être très facile de tout expliquer...

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 29 invités