Benoît XVI 2010

« Vous êtes le sel de la terre, vous êtes la lumière du monde. » (Mt 5.13-14)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions ecclésiales
Avatar de l’utilisateur
Anonymus
Senator
Senator
Messages : 730
Inscription : ven. 22 janv. 2010, 13:54

Re: Visite du Pape à Malte: un succès!

Message non lu par Anonymus » jeu. 22 avr. 2010, 17:42

La moitié de l'article donné au premier message (zenit.org) parle des affaires pédophiles et pour le second c'est l'article entier (la-croix.com)...

Dans les articles du Monde, ils parlent bien de la rencontre avec les victimes, des affaires pédophiles mais pas seulement.

Avatar de l’utilisateur
André
Censor
Censor
Messages : 122
Inscription : jeu. 29 janv. 2009, 21:30

Re: Visite du Pape à Malte: un succès!

Message non lu par André » ven. 23 avr. 2010, 21:02

Est-ce qu'ils en on parler de ca a la télé ?

http://www.dailymotion.com/video/xd0ykd ... -pr_webcam
Et Jésus dit : Laissez les petits enfants, et ne les empêchez pas de venir à moi ; car le royaume des cieux est pour ceux qui leur ressemblent. Matthieu 19:14

Avatar de l’utilisateur
Anonymus
Senator
Senator
Messages : 730
Inscription : ven. 22 janv. 2010, 13:54

Re: Visite du Pape à Malte: un succès!

Message non lu par Anonymus » ven. 23 avr. 2010, 21:08

A son âge, on ne peut pas lui reprocher...

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8389
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Soutenons le Saint Père

Message non lu par jean_droit » sam. 24 avr. 2010, 7:43

Une bonne initiative :

Du Salon Beige :

Des messes pour le Saint-Père
A un mois du pèlerinage de Pentecôte, Notre-Dame de Chrétienté lance une initiative sans précédent pour cette association:

"faire offrir des Messes aux intentions du Saint Père, des Messes aussi nombreuses que possible, pour l'aider à paître le troupeau qui lui est confié. [...] Ces Messes, aux intentions de Benoît XVI, seront confiées aux prêtres et communautés qui accompagnent notre pèlerinage.

http://www.nd-chretiente.com/dotclear/i ... C3%AEt-XVI

Avatar de l’utilisateur
André
Censor
Censor
Messages : 122
Inscription : jeu. 29 janv. 2009, 21:30

Re: Visite du Pape à Malte: un succès!

Message non lu par André » lun. 26 avr. 2010, 16:41

Oui je sais

Mais c'est de la chaire fraiche pour les médias ca :incertain:
Et Jésus dit : Laissez les petits enfants, et ne les empêchez pas de venir à moi ; car le royaume des cieux est pour ceux qui leur ressemblent. Matthieu 19:14

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8050
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Pourquoi tant de haine ? - Benoît XVI et les médias

Message non lu par Raistlin » lun. 26 avr. 2010, 19:30

Paru sur le blog de Patrice de Plunkett, voici une réflexion de l'évêque de Montauban qui remet les choses à leur place :


"Pourquoi tant de haine ? - Benoît XVI et les médias"

Mgr Bernard Ginoux, évêque de Montauban, à l'occasion du cinquième anniversaire de l'élection de Benoît XVI le 19 avril, a adressé à ses diocésains cette réflexion sur le rôle des médias dans diverses affaires sensibles :
[+] Texte masqué
Des semaines entières nous avons subi des images et des propos sur le pape Benoît XVI et l’Eglise catholique.

L’Eglise catholique vivait alors, avec tous les chrétiens, la préparation et la fête de Pâques, sommet de la foi chrétienne où l’on célèbre le Christ mort et ressuscité.

Parallèlement, dans la sphère médiatique, depuis des journaux s’auto proclamant « autorisés » jusqu’à la moindre des chaînes de radios, d’internet ou lors de journaux télévisés, nous avons assisté au matraquage d’une information que l’on peut résumer ainsi : « les prêtres pédophiles n’ont pas été sanctionnés par leur hiérarchie, or le chef de la hiérarchie c’est le pape, donc il est coupable ». L’accusation est claire… Cet homme est un danger pour la société, un complice du mal et, de surcroît, il combat les évolutions de la culture occidentale contemporaine. Mais les médias nous l’avaient déjà dit.

Beaucoup ont répondu à ces attaques et le pape et les responsables de l’Eglise l’ont fait. Au nom de ma mission d’évêque je me sens un devoir après avoir porté cette souffrance, de regarder avec vous ce qui lui a été reproché depuis qu’il a reçu le poids de la charge pontificale. C’est un rappel de ces accusations qui régulièrement déclenchent la fièvre médiatique.


Un allemand ennemi du peuple juif

Préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, il était caricaturé comme le « maître de l’Inquisition » ou le « Panzer-Cardinal » double attaque sur la nationalité et l’évocation de l’Allemagne hitlérienne. Aussitôt, d’ailleurs, dès son élection en 2005, est arrivée une attaque plus forte : il était un ancien des Jeunesses Hitlériennes… A treize ans, effectivement, comme tous ceux de son âge, il y était contraint, avec pourtant un père profondément et notoirement anti-nazi. Peu après, cette suspicion d’avoir eu quelque complaisance pour l’hitlérisme allait retrouver force. Ne voulait-il pas béatifier le pape Pie XII ? Alors que bien des médias essaient de le salir depuis les années soixante, l’Histoire montre qu’il a été reconnu comme un bienfaiteur par bien des dirigeants d’Israël et aussi par la communauté juive de Rome ? De plus, Benoît XVI ne faisait que reprendre ce qu’avait entrepris Jean-Paul II.

Mais que ne dira-t-on pas lorsque, en janvier 2009, lors de la semaine de prière pour l’unité des chrétiens, il fait un geste à l’égard des quatre évêques ordonnés de manière illégitime par Mgr Lefebvre. Il lève l’excommunication. Ce geste n’est en rien une approbation ou une réintégration. Ces évêques restent en rupture avec l’Eglise de Rome. Mais, au même moment, sort une interview donnée quelques mois plus tôt à la télévision suédoise par l’un de ces évêques, Williamson, un anglais inconnu de tous, qui a prétendu que les chambres à gaz n’avaient pas existé, pas plus que le génocide juif. Alors que cette insulte est une absurdité, on prête à Benoît XVI d’avoir eu connaissance de cette interview et donc de ne pas avoir blâmé et condamné cet évêque (qui est en dehors de l’Eglise !) Le montage médiatique a fonctionné et Benoît XVI est donc coupable de complaisance.

Cette même année, quelques mois plus tard, il entreprend un pèlerinage en Terre Sainte. Les médias se scandalisent encore et attaquent : le pape va en « Israël » et non en « Terre Sainte » sinon il offense les Juifs. De plus, comment ose-t-il après cette affaire Williamson ! Et, pourtant, au retour il faudra bien reconnaître le succès de ce pèlerinage et ce pas de plus dans les bonnes relations avec le judaïsme.


Un catholique ennemi de l’islam

Septembre 2006 à Ratisbonne, à l’université où il a enseigné, Benoît XVI devant un parterre d’intellectuels et de chercheurs, prononce un discours de haute portée culturelle.

C’est une analyse des rapports entre religion et violence et une réflexion sur le rôle de la raison humaine. Il y a beaucoup à appliquer de cette analyse pour la société actuelle.

Le passage d’une citation enflamme les rédactions et il est accusé de provocation envers l’islam. Plus personne ne veut s’intéresser à la conférence elle-même mais à cette citation sortie de son contexte pour en faire l’acte d’accusation. Il est évident que le traitement médiatique réservé à cette leçon d’université est tel qu’il provoque la colère de certains musulmans. Le pape s’explique et l’agitation finira par se calmer. Mais se profile un voyage en Turquie très contesté. Le pape va à Istanbul en homme religieux, rencontrer le patriarche orthodoxe et les chefs religieux musulmans. On ressort la phrase du discours de Ratisbonne et les médias s’agitent à propos de l’inconvenance de ce voyage. Tout se déroulera sereinement et toutes les chaînes de télévision pourront voir Benoît XVI priant à la Mosquée Bleue à Istanbul, auprès du Grand Muphti, ayant chaussé comme lui des babouches blanches avant d’entrer. Ainsi de ce voyage, qui avait même été rallongé, les liens entre l’Islam Turc et le pape sortent renforcés comme nos liens avec le patriarcat de Constantinople.


Un ennemi du genre humain

Les accusations se font plus incisives encore à propos de l’éthique proposée avec constance par l’Eglise catholique et manifestement en contradiction avec les évolutions comportementales de la société. L’Eglise ne veut que dire la vérité sur l’être humain, qu’il soit croyant ou non. Elle a le devoir de le dire elle n’a aucun pouvoir pour l’imposer mais « à temps et à contretemps elle rappelle la parole du Christ » qui peut rejoindre toute l’humanité.

C’est encore en 2009 que, dans l’avion qui le conduit en Afrique, Benoît XVI va être fustigé dans les médias pour une autre phrase… ou plutôt deux petites phrases. Il passe plus d’une semaine au Cameroun et en Angola, écrasé par la foule et par la chaleur. Il est acclamé par des centaines de milliers de personnes. Il dénonce l’injustice sociale, la corruption, il rappelle l’égalité des sexes, il prie, il donne l’espérance et il manifeste la sollicitude de l’Eglise à l’égard des plus faibles, des plus pauvres. Mais en Europe tout cela est occulté par un cri médiatique repris de tous côtés : « le pape est un assassin »… Pourquoi ? Parce que dans la conférence de presse donnée aux journalistes qui voyagent dans son avion, il a répondu à une question d’un journaliste français sur le sida et le préservatif : « On ne peut résoudre ce fléau par la distribution de préservatifs. Au contraire, ils augmentent le problème ».

Ces deux phrases ont déclenché un délire de violence verbale et écrite : chacun portait sa condamnation pour ces « propos criminels ». Or, Benoît XVI dans la même réponse, avait dit que l’Eglise catholique en Afrique luttait sur le front du sida par une humanisation de la sexualité et par sa proximité avec ceux qui souffrent en les rejoignant et en les soignant.

Mais l’on ne voulait plus écouter… la cause était entendue. Les catholiques du Cameroun réagirent fortement pour demander aux médias européens de ne plus exercer « ce néo-colonialisme de la pensée occidentale »… Ce fut en vain ! De ce voyage dont les témoins et les images disent la réussite, il ne resterait dans l’opinion que la manipulation de deux petites phrases qui ont voulu anéantir la rencontre de Benoît XVI avec ses frères d’Afrique.




Dans le même temps, durant ce mois de mars 2009, une autre « affaire » sortait de la boîte médiatique. L’archevêque de Recife au Brésil avait excommunié une fillette de neuf ans parce qu’on avait pratiqué sur elle l’avortement de l’enfant qu’elle portait, fruit de l’inceste commis par son beau-père. La mère et les médecins subissaient la même peine. Le tollé fut d’autant plus grand que l’entourage du pape ne donnait pas de réponse satisfaisante sur ce drame.

Ainsi les médias et tout un chacun ont pu s’acharner à souligner l’incongruité d’une telle mesure. Le 25 mars, enfin, nous avons su (voir les communiqués des conférences épiscopales et les témoignages authentiques enfin parvenus) que l’archevêque n’avait excommunié personne mais avait rappelé que ce type d’acte ouvre à de telles possibilités. L’on sut aussi combien la paroisse et les prêtres avaient aidé la maman de cette malheureuse fillette. Tout cela ne remonterait pas à la surface médiatique… et l’on resterait convaincu de la barbarie de la morale catholique.


La dernière accusation

Mars 2010 : préparée par divers articles, par des mises en cause récurrentes du célibat sacerdotal, une nouvelle bataille commence. L’Eglise catholique a protégé de la justice des prêtres pédophiles et elle doit faire la vérité. En soi, si la chose est vraie, il n’y a rien à dire. On constate effectivement que des prêtres de l’Eglise catholique peuvent avoir, dans le domaine sexuel, comme dans d’autres, des comportements indignes de leur mission et même de leurs devoirs humains. Mais la présentation de la situation faite par la campagne médiatique actuelle mérite quelques réflexions. Elle part bien de faits réels : des actes sexuels ou des gestes sur des mineurs.

Ces comportements sont condamnables mais leur présentation donne lieu à des généralisations fausses. Les chiffres diffusés correspondent aux trois mille accusations portées à la connaissance de l’Eglise catholique concernant des prêtres et des religieux pour des actes commis depuis cinquante ans. Ces plaintes ont été enregistrées entre 2001 et 2010 mais pour ces neuf années. 20% des plaintes ont été suivies d’un procès. Trois mille accusations, c’est déjà beaucoup trop pour l’ensemble des quatre cent mille prêtres actuellement dans le monde. C’est bien peu par rapport au nombre de crimes pédophiles perpétrés tous les jours. Par ailleurs, des dépositions de plaintes et des mises en examen ne se terminent pas nécessairement par une condamnation en justice. Ce que j’écris peut être lu dans La Documentation catholique n° 2443 du 4 avril 2010 (p 320 - 322).

Il faudrait ajouter que l’Eglise invite les victimes dans tous les pays à dénoncer à la justice civile les auteurs de ces méfaits et demande aux évêques de les y aider. C’est ce qui se passe depuis de nombreuses années en France, en tout cas depuis 2001 avec un plan de la Conférence épiscopale « Lutter contre la pédophilie ».

La deuxième contre-vérité est, en effet, que l’Eglise catholique cacherait ces situations ou voudrait les soustraire à la justice civile ou prendrait des mesures insuffisantes. Il est certes difficile pour l’évêque de dénoncer en justice ses propres prêtres avec lesquels il travaille en confiance réciproque mais les évêques ont depuis longtemps conduit les auteurs de ces actes à se dénoncer eux-mêmes.

On a prétendu récemment que, dans une vieille affaire aux Etats-Unis (le cas Murphy), il y avait eu complaisance du cardinal Ratzinger, alors préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, à l’égard de cet homme. Le prêtre en question avait, en effet, alors qu’il était vieux et très malade, demandé à « mourir en prêtre » et c’est ce qui lui fut accordé. Il mourut quatre mois plus tard. N’est-ce pas la simple grâce accordée au condamné ?

Il faut aussi savoir pourquoi dans certaines affaires on a accusé l’Eglise d’entretenir le secret. On parle, en effet, dans le droit de l’Eglise de « secret pontifical » comme dans le droit commun de « secret de l’instruction ». Il ne signifie en rien la rétention de l’information ou la protection d’un prévenu vis-à-vis de la loi. D’ailleurs, sauf cas particuliers précisés par le code de droit canonique, le dossier concerné se traite dans le diocèse et non pas à Rome. Par ailleurs, depuis 2001 c’est la Congrégation pour la doctrine de la foi qui en est responsable et non la Congrégation pour le clergé, ce qui montre l’importance accordée au problème.

Lors de son très récent déplacement à l’île de Malte le pape Benoît XVI a reçu des victimes d’actes sexuels accomplis par des prêtres. Il a manifesté humblement son regret, demandé pardon et partagé la peine des victimes. Peu avant, le 16 avril, Benoît XVI improvise pour demander à toute l’Eglise de faire pénitence et de se convertir : « Face aux attaques du monde qui nous parlent de nos péchés nous voyons qu’il est nécessaire de faire pénitence et donc de reconnaître les erreurs commises dans notre vie. »

Un peu de réflexion

Cette longue approche nous conduit à constater que, régulièrement, un procès est fait au pape et à l’Eglise catholique sur tel ou tel sujet, dont le premier est la question de la sexualité. Essentiellement parce que « nous subissons des formes subtiles de dictature, un conformisme selon lequel il faut penser comme les autres, agir comme tout le monde » (Benoît XVI, le 16 avril 2010). Ce conformisme de la pensée, des attitudes et des pratiques est dicté par les médias qui deviennent les contrôleurs de l’opinion. La subtilité est qu’ils affirment être l’écho de la pensée commune. Mais qu’en est-il réellement ?

La mission de Benoît XVI, la seule annonce de l’Evangile du Christ, l’implication du pape et de l’Eglise au premier rang de la lutte contre ce qui abîme l’homme et le tue sont des réalités qui dérangent. Dans ses discours récents à Malte Benoît XVI a rappelé la nécessité de « tendre la main aux immigrés », de « soutenir le pauvre, le faible, le marginal » et c’est habituel. Mais les prises de position permanentes sur ces sujets sont passées sous silence. La Lettre aux catholiques irlandais, signée le 19 mars 2010, a été commentée discrètement tandis que les accusations se développaient. Et pourtant cette lettre reconnaît le mal accompli par « des actes scandaleux et criminels », « de graves péchés commis contre des enfants sans défense » et exige « un effort concerté pour assurer la protection des enfants contre de tels crimes à l’avenir »…

Il est clair qu’en focalisant sur ces cas scandaleux les médias donnent à penser que l’Eglise doit d’abord faire le ménage dans sa propre maison. C’est bien ce qu’elle fait tout en reconnaissant qu’elle n’est pas le rassemblement des parfaits, des purs, des meilleurs. Elle est un peuple composé de toutes sortes de personnes et même ses évêques, ses prêtres, ses plus fidèles membres sont des pécheurs, c’est-à-dire des hommes et des femmes qui ont toujours à grandir dans la fidélité au Christ.

D’autre part, chacun exerce une responsabilité personnelle et les auteurs de méfaits doivent l’assumer. L’évêque, et encore moins le pape, ne sont pas des « tutelles » de personnes incapables et irresponsables. C’est donc un mauvais procès fait à l’Eglise. Bien sûr, la défaillance d’un prêtre rejaillit sur tous mais c’est lui qui répond de ses actes.


Un appel au réel et au bon sens

Et c’est là aussi que nous avons à réagir. Avec toute l’Eglise catholique, le chrétien, le prêtre, l’évêque que je suis, souffre déjà de ces situations douloureuses que personne ne souhaiterait connaître. Aussi suis-je plus encore blessé quand on accuse cette même Eglise de cacher la réalité, de laisser faire et, finalement d’être complice du mal. A entendre certains on pourrait croire que l’Eglise protègerait ceux qui à jamais abîment une vie humaine. Ca suffit ! Au nom du Christ, nous sommes engagés sur tous les fronts de la misère et de la souffrance humaine. Avec nos frères chrétiens nous oeuvrons au respect de la dignité des plus bafoués de notre société, nous accueillons ceux que l’on repousse de nos frontières, nous soutenons les détenus, les malades, les vieillards, les personnes handicapées… Oui, nous pensons que toute vie a une valeur unique et qu’il vaut la peine de se battre pour chacune ! Nous osons revendiquer une œuvre éducative qui, dans le monde entier, a formé et forme des hommes et des femmes constructeurs d’un monde plus humain et plus juste. Et nous serions accusés de détruire des êtres, d’être complices du mal fait aux enfants, et de fuir lâchement nos responsabilités !

Les maladresses et les insuffisances des hommes sont aussi chez nous, dans notre Eglise, et le poids du mal aussi. Il y a des hommes qui tombent dans des actes répréhensibles et ils doivent être jugés et tout doit être fait pour éviter des récidives. Ceci est vrai pour tous les domaines. L’Eglise catholique a pris le problème dans toute son ampleur et sa gravité et, sous l’impulsion de Benoît XVI, avance dans cette voie de vérité.

Dans le même temps nous pouvons voir que, au nom de la culture contemporaine tous les tabous devaient disparaître. La libération sexuelle était au premier plan de cette entreprise : tout devenait possible en ce domaine, rien n’étant plus blâmable que la contrainte et les frustrations. C’est ainsi qu’il y a trente ans nous ne manquions pas d’esprits ouverts qui expliquaient que la relation sexuelle d’un adulte avec un « gosse » pubère ou non pouvait apporter beaucoup à celui-ci. On parlait de « seuil de consentement » et il est facile de voir que des personnes qui ont fait carrière aujourd’hui défendaient ces théories. Le journal Le Monde publie le 26 janvier 1977 une pétition signée de nombreuses personnalités intellectuelles demandant la libération de trois détenus en prison préventive depuis trois ans pour des « caresses et des baisers avec des mineurs de 15 ans consentants ». La littérature et le cinéma ne manquent pas d’emboîter le pas : l’inceste d’une mère avec son fils de 15 ans (Le Souffle au cœur), l’homme mûr et la toute jeune fille (L’amant)… Puis sont venues en masse les offres de tourisme sexuel où le monde occidental riche et pervers exploite la misère.

Le climat culturel est donc marqué de ces expériences proposées comme anodines. Mais c’était peu à côté de ce que le développement d’internet allait proposer. Toutes sortes de sites accessibles par tous ont mis à la portée de chacun ces sollicitations. Nous sommes ainsi immergés dans une culture où la pédophilie est ambiante. N’est-ce pas quelque chose de cela qui ne s’avoue pas, dans le phénomène de ces « lolita » qui participent, par la volonté des adultes, à des concours et à des représentations où elles sont de véritables objets.

Il y a donc une réflexion plus large à entreprendre pour l’avenir du monde que de déclencher sans cesse des guerres médiatiques contre le pape et l’Eglise catholique. Nous serions plus inspirés de soutenir les efforts entrepris pour donner à la jeunesse espérance et raison de vivre.

Après chaque nouvelle attaque nous pouvons nous dire : « Que sera la prochaine ? » car on peut la voir monter, se dérouler comme une vague et déferler. Le processus est au point. Mais la question se pose : pourquoi ? Pourquoi contre Benoît XVI ? Pourquoi tant de haine ?

Evêque de l’Eglise catholique, conscient des faiblesses de l’Eglise, de nos péchés et des miens, j’ai souhaité écrire ces lignes pour éclairer mes frères et sœurs dans le Christ et toutes celles et ceux qui souhaitent comprendre. C’est aussi l’expression de ce que des millions de catholiques blessés ressentent quand on fait de leur Eglise et de leur pape des dangers pour la société. C’est aussi au nom de tous les prêtres fidèles qui souffrent dans le silence et qui continuent leur humble service que j’ai écrit.

Il est légitime que les médias jouent leur rôle. La liberté d’expression est un droit, il y a aussi le droit de poser des questions, il y a aussi le droit de n’être pas d’accord. C’est parfois un devoir.


+ Bernard GINOUX

Évêque de Montauban

Le 19 avril 2010
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8389
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Soutenons le Saint Père

Message non lu par jean_droit » ven. 30 avr. 2010, 13:59

Heureusement que de plus en plus de voix soutiennent le Saint Père.
http://www.soutienabenoitxvi.com/

http://www.perepiscopus.org/ext/http:// ... 3769573205

Dont voici une partie de la présentation :

Mgr Castet analyse le pontificat de Benoît XVI. Mgr Castet salue les 5 ans de pontificat de Benoît XVI. Extraits :

"Le 19 avril, l’Eglise a célébré le cinquième anniversaire de l’élection du Pape Benoît XVI. Une telle durée permet déjà de discerner les grandes caractéristiques de son pontificat. Je pense que l’on peu en souligner trois traits principaux :

1. L’accueil du Concile Vatican II dans une herméneutique de la continuité. Artisan et acteur de ce même concile comme son prédécesseur Jean Paul II, Benoit XVI souligne sans cesse comment la pensée chrétienne ne peut se déployer que dans une fidélité à l’Ecriture, à la Tradition et à l’enseignement du magistère. Les nécessaires évolutions dans le domaine de la réflexion théologique comme dans celui des pratiques ne peuvent être que de type organique, bien éloignées des logiques de rupture. Cette herméneutique de la continuité implique une réelle attention aux enseignements objectifs du Concile et non pas simplement à « un esprit » qui le réduirait à une simple « mise en mouvement. »

2. Dans la continuité du pape Jean Paul II, Benoît XVI œuvre sans relâche pour donner à l’Eglise une juste place dans l’espace public. En effet, les catholiques n’ont pas vocation à rester entre les murs de leurs églises, ni à reléguer la foi dans le domaine privé comme le souhaiteraient leurs contradicteurs. Cette conviction légitime le discours du magistère et des chrétiens dans tous les domaines qui touchent à la dignité de la personne humaine. L’encyclique « Caritas in Veritate », par exemple, montre excellemment comment le discours de l’Eglise s’adresse à tous et rejoint des préoccupations variées comme l’économie ou l’écologie. Eclairée par la lumière de la révélation, l’Eglise ose s’exprimer en « experte en humanité » selon le mot du pape Paul VI.

3. Enfin, le Saint Père n’oublie pas que le ministère de Pierre est de type prophétique, au sens biblique du terme. Sa mission de « pasteur universel » le conduit à enseigner bien au-delà des modes et des opinions provisoires. Conscient de sa fragilité, le Pape Benoît XVI demandait aux chrétiens, en inaugurant son pontificat, de prier pour qu’il ne se dérobe pas devant les loups. Le Christ et le témoignage des saints nous apprennent que la vérité n’est pas forcément populaire. Plus que cela, ils nous mettent en garde contre toute recherche de popularité : « Malheur à vous quand tout le monde dira du bien de vous !» S’il est légitime de bien communiquer, cela ne peut jamais être au prix du mensonge et du renoncement. "
Dernière modification par jean_droit le ven. 30 avr. 2010, 14:12, modifié 1 fois.

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8389
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Soutenons le Saint Père

Message non lu par jean_droit » ven. 30 avr. 2010, 14:06

Un autre témoignage du président du Sénat italien :

Remarques personnelles :
L'ensemble de ces témoignages et déclarations permet de créer un corpus de défense de notre Saint Père.
http://www.soutienabenoitxvi.com/

Du Salon Beige :

Début article :

Le président du Sénat défend Benoît XVI
Le président du Sénat italien Renato Schifani est intervenu lors d'une rencontre organisée à Rome, le 28 avril, à l'occasion des 5 ans de pontificat de Benoît XVI sur le thème « Le monde souffre du manque de pensée ». Ses propos ont été publiés dans L'Osservatore Romano, le 29 avril. Il y rappelle les paroles de Benoît XVI au lendemain de son élection : «Priez pour moi, afin que je ne me dérobe pas, par peur, devant les loups». Benoît XVI sait réellement qu'

"aimer veut dire être prêt à souffrir. Sur les traces des Pères de l'Eglise [il] condamne sans raccourci les pasteurs qui évitent les conflits et laissent le venin se répandre".

"Face aux pièges, aux trahisons, aux scandales, aux blessures ouvertes et douloureuses de l'Eglise, Benoît XVI ne fuit pas par peur devant les loups".

"[Il] n'est jamais resté inactif face à la souffrance et à l'injustice".

"Face à la trahison et à la souffrance des victimes d'abus sexuels, il ne s'est pas contenté de manifester son indignation pour le tort et les violences subies, mais il a voulu partager avec eux leur souffrance, la prière, la douleur destinée à rester".

"nous assistons ces derniers mois à la tentative de provoquer une véritable ‘panique morale', destinée à miner le cœur même du Magistère à travers l'érosion de la relation de confiance qui est à la base de tout défi de communication et en particulier le défi éducatif.

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8389
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Visite du Saint Père à Turin

Message non lu par jean_droit » lun. 03 mai 2010, 10:00

D'abord quelques photographies :

Plus de 50 mille fidèles à la messe, et un quasi "flop" pour les manifestations de protestation.

Des dizaines de milliers de fidèles rassemblés pour accueillir le Saint-Père, c'est ce que nous décrit le blog Papa Ratzinger de Raffaella: la gare de Porta nuova était déja en ébullition dès le matin , et les rues du centre-ville grouillantes de fidèles en marche vers la piazza san Carlo dès 8h. La ville s'est transformée, en plus des 50 000 fidèles rassemblés pour attendre la messe, 25 000 autres rassemblés piazza "salotto di Torino" et des milliers d'autres encore le long de la via Roma, piazza Castello, et jusqu'à la cathédrale à suivre les cérémonies sur 6 écrans géants.
Une foule qui a exulté à l'arrivée du Pape "Be-ne-detto, Be-ne-detto". Le moment le plus festif a été celui avec les jeunes , malgré la pluie.
Très peu de personnes par contre au sit-in des radicaux organisé à midi (200 jeunes, anarchistes )...


http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=547340

Ensuite une partie des interventions de Benoît XVI :

http://zenit.org/article-24273?l=french

Extraits :

Benoît XVI aux jeunes : Ayez le courage de faire des choix définitifs

Rencontre du pape avec les jeunes de Turin

Aujourd'hui, a encore observé le pape, « nous vivons dans un contexte culturel qui ne favorise pas les relations humaines profondes et désintéressées, mais au contraire pousse souvent à se renfermer sur soi, à l'individualisme, à laisser prévaloir l'égoïsme qui réside dans l'homme ».

« Mais le cœur d'un jeune est sensible par nature à l'amour vrai ». « C'est pourquoi je m'adresse avec une grande confiance à chacun de vous et je vous dis : ce n'est pas facile de faire de votre vie quelque chose de beau et de grand, cela demande de s'engager, mais avec le Christ, tout est possible ! »

http://zenit.org/article-24274?l=french

Avatar de l’utilisateur
Théophane
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1980
Inscription : sam. 22 janv. 2005, 14:18
Conviction : Catholique
Localisation : France

Re: Visite du Saint Père à Turin

Message non lu par Théophane » lun. 03 mai 2010, 12:50

Quelques uns de mes amis y sont allés. Moi, je suis resté en France pour bosser mon oral de Droit pénal international.
Le droit pénal, c'est ma grande passion, mais mon amour pour le Saint-Père est encore plus grand. Comme j'aurais aimé y aller !
« Être contemplatifs au milieu du monde, en quoi cela consiste-t-il, pour nous ? La réponse tient en quelques mots : c’est voir Dieu en toute chose, avec la lumière de la foi, sous l’élan de l’amour, et avec la ferme espérance de le contempler face à face au Ciel. »
Bienheureux Álvaro del Portillo (1914-1994)

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8389
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Benoît XVI : Un voyage sous le signe de l'Evangélisation

Message non lu par jean_droit » sam. 15 mai 2010, 16:22

Le nombre de références du Saint Père lors de son voyage au Portugal concernant l'évangélisation est impressionnant.
Voilà une constante de nos Papes mais je trouve qu'elle est encore plus appuyée et mise en valeur par Benoît XVI.
Le Salon Beige le souligne en reproduisant un long passage du Saint Père dont voici le début :

Le Pape nous envoie en mission : "il faut que vous deveniez avec moi des témoins"

Homélie du Pape à Porto hier :

En effet, si vous, vous n’êtes pas ses témoins dans votre milieu de vie, qui le sera à votre place ? Le chrétien est, dans l’Église et avec l’Église, un missionnaire du Christ envoyé dans le monde. C’est là la mission qu’on ne peut différer de toute communauté ecclésiale : recevoir de Dieu le Père et offrir au monde le Christ ressuscité, afin que toute situation d’affaiblissement et de mort soit transformée, par l’Esprit Saint, en occasion de croissance et de vie. Dans ce but, dans toute célébration eucharistique, nous écouterons plus attentivement la Parole du Christ et nous goûterons assidument le Pain de sa présence. Cela fera de nous des témoins et, plus encore, des porteurs de Jésus ressuscité dans le monde, l’apportant aux divers secteurs de la société et à tous ceux qui y vivent et y travaillent, répandant cette « vie en abondance » (cf. Jn 10, 10), qu’il nous a gagnée par sa croix et sa résurrection et qui rassasie les aspirations les plus légitimes du cœur humain.

........

Toutefois, si cette certitude nous console et nous tranquillise, elle ne nous dispense pas d’aller à la rencontre des autres. Nous devons vaincre la tentation de nous limiter à ce que nous avons encore, ou que nous estimons avoir, de nôtre et d’assuré : ce serait à terme une mort, quant à la présence de l’Église dans le monde, laquelle, d’ailleurs, ne peut seulement être que missionnaire dans le mouvement d’effusion de l’Esprit. Depuis ses origines, le peuple chrétien a perçu avec clarté l’importance de communiquer la Bonne Nouvelle de Jésus à tous ceux qui ne le connaissaient pas encore. Au cours de ces dernières années, le cadre anthropologique, culturel, social et religieux de l’humanité a changé : aujourd’hui l’Église est appelée à affronter de nouveaux défis et elle est disposée à dialoguer avec les diverses cultures et les religions, cherchant à construire avec toute personne de bonne volonté la cohabitation pacifique des peuples. Le champ de la mission ad gentes se présente aujourd’hui notablement élargi et il ne peut être défini seulement sur la base de considérations géographiques : en effet, nous sommes attendus non seulement par les peuples non chrétiens et les terres lointaines, mais aussi par les milieux socio-culturels et surtout par les cœurs qui sont les véritables destinataires de l’action missionnaire du peuple de Dieu.
Dernière modification par jean_droit le mer. 07 juil. 2010, 15:14, modifié 1 fois.

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8389
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Benoît XVI : Un voyage sous le signe de l'Evngélisation

Message non lu par jean_droit » sam. 15 mai 2010, 16:33

Evidemment le site annuncioblog.com reprend tous ces discours en enfonçant le clou.

Tout un ensemble d'articles sont proposés :

"Benoît XVI au Portugal : un voyage sous le signe de l’évangélisation

Difficile de voir autre chose qu’une grande exhortation à l’évangélisation dans le voyage de Benoît XVI au Portugal".

Suivent le rappel de 12 étapes du voyage du Saint Père.

Titre de ces 12 étapes :

Acte I : « Le Portugal a porté la foi catholique dans toutes les parties du monde »
Acte II. « Renforcer la qualité du témoignage jusqu’à la sainteté »
Acte III : « De nouveau annoncer avec vigueur et joie la résurrection du Christ »
Acte IV : « Promouvoir la croissance de l’amour, de la justice et de la paix »
Acte V : « L’annonce de la vérité est un service que l’Eglise offre à la société »
Acte VI : « Combien est grande la nécessite d’un témoignage qui annonce la radicalité évangélique »
Acte VII : « La première de toutes les priorités est de rendre Dieu présent dans ce monde »
Acte VIII : « L’Eglise, instrument d’évangélisation »
Acte IX : « Offrir les moyens du salut à tous »
Acte X : « Il faut d’authentiques témoins de Jésus »
Acte XI : « Nous n’imposons rien, mais nous proposons toujours »
Acte XII : « Que l’Evangile soit témoigné avec passion par chaque disciple du Christ »


Avec 12 articles explicitant ces moments du voyage du Saint Père consacrés à l'Evangélisation.

Avatar de l’utilisateur
Laurent L.
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1608
Inscription : lun. 25 mai 2009, 13:18

150 000 fidèles place St-Pierre soutiennent le Pape

Message non lu par Laurent L. » dim. 16 mai 2010, 14:38

Benoît XVI "réconforté" par plus de 150.000 catholiques place Saint-Pierre

De Gildas LE ROUX (AFP) – Il y a 55 minutes

CITE DU VATICAN — Plus de 150.000 catholiques se sont rassemblés dimanche place Saint-Pierre au Vatican pour manifester leur soutien à Benoît XVI.

A l'initiative de la Conférence épiscopale italienne (CEI), représentants d'associations, hommes politiques et fidèle se sont massés devant le balcon du pape pour prier avec lui au moment du Regina Coeli, célébré chaque dimanche midi les semaines précédant la Pentecôte.

Sous un ciel nuageux et menaçant, la foule enthousiaste n'a pas ménagé ses applaudissements au successeur de Saint Pierre, qui s'est dit "réconforté par une présence aussi nombreuse!"

"Je vous remercie de tout coeur, chers frères et soeurs, pour votre présence chaleureuse", a dit Benoît XVI. "A vous tous, je désire exprimer ma vive reconnaissance".

Des centaines de cars et des trains spéciaux avaient acheminé vers la Ville éternelle les fidèles mobilisés par le Conseil national des institutions laïques (CNAL) de la CEI, qui réunit des associations comme l'Action catholique italienne, Communion et libération, l'Association des parents d'élèves des écoles catholiques...

Le rassemblement a débordé au-delà de place Saint-Pierre, envahissant la Via della Conciliazione, la grande avenue qui part de la place jusqu'au Tibre.

Source : http://www.google.com/hostednews/afp/ar ... lOL6mQUViw.
Image

Harfang
Persona
Persona
Messages : 1401
Inscription : mar. 09 sept. 2008, 23:45

Re: 150 000 fidèles place St-Pierre soutiennent le Pape

Message non lu par Harfang » dim. 16 mai 2010, 15:01

Deo gratias ! :clap:

Continuons de prier pour notre Saint-Père le Pape Benoît XVI !
« O Crux Ave Spes Unica ! »
http://vidi-aquam.blogspot.com/

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8389
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Soutenons le Saint Père

Message non lu par jean_droit » lun. 17 mai 2010, 10:11

Enface des attaques démoniaques contre le Saint Père et contre l'Eglise la meilleure réponse ce sont ces centaines de milliers de chrétiens venus saluer le Saint Père et prier avec lui.
Que ce soit à Malte, à Lisbonne, à Fatima, à Porto et maintenant sur le place Saint Pierre :

http://zenit.org/article-24459?l=french

Regina Caeli : 200 000 personnes présentes pour soutenir Benoît XVI

Le pape invite à combattre le péché qui souille les membres de l’Eglise

ROME, Dimanche 16 mai 2010 (ZENIT.org) - « Merci pour votre présence et votre confiance, merci ! », a lancé Benoît XVI face à la foule immense réunie ce dimanche place Saint-Pierre pour le Regina Caeli.

200 000 personnes, selon Radio Vatican, ont répondu à l'appel de l'Eglise italienne et de la Consultation nationale des Associations de laïcs (Consulta Nazionale delle Aggregazioni Laicali, CNAL) à venir soutenir Benoît XVI et les prêtres après les affaires de pédophilie qui ont touché l'Eglise.

Dans son message en italien après la prière du Regina Caeli, le pape s'est particulièrement adressé « aux fidèles laïcs venus de toute l'Italie et au cardinal Angelo Bagnasco qui les accompagne comme président de la Conférence épiscopale » afin de les remercier de leur « présence importante et chaleureuse ».

Benoît XVI a exprimé sa « vive reconnaissance » pour cette « manifestation de foi et de solidarité belle et spontanée » à laquelle participait aussi un groupe de parlementaires et d'administrateurs locaux.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 24 invités