Ouverture des ministères institués aux femmes

« Vous êtes le sel de la terre, vous êtes la lumière du monde. » (Mt 5.13-14)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions ecclésiales
cmoi
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1665
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: Ouverture des ministères institués aux femmes

Message non lu par cmoi » jeu. 21 janv. 2021, 6:20

Thurar a écrit :
mer. 20 janv. 2021, 8:35
Bon, j'aurais mieux fait de me taire, moi aussi. Ce n'est pas à moi de jouer les redresseurs de torts non plus, désolé.
Pourquoi manquez-vous à ce point de confiance en vous et de discernement, alors que beaucoup de vos intuitions sont justes. ? Et si elles ne le sont pas, le mieux est de les exprimer pour apprendre en quoi...

En l’occurrence, il me semble que vous n’avez fait qu’appliquer ce que dit Luc (17 :3-4) : « Prenez garde à votre âme ! Si ton frère pèche, reprends-le, et s’il se repent, remets-lui. Et si 7 fois dans la journée il agit en insensé contre toi, pour peu qu’il se tourne vers toi 7 fois et t’en demande pardon, pardonne-lui. ». Vous avez fait la première étape et vous attendez, prêt pour la suivante : où est le mal ?
Parce que vous êtes aussi traditionnaliste ?
Et alors, cela vous empêcherait de « reprendre » dans ce cas ?
Y aurait-il complot entre vous et que vous auriez rompu un pacte ?
Vous êtes au contraire un des rares qui donnent un peu d’air à leur propos, qui ne fait pas dans le matraquage et l’endoctrinement idéologique... mais reste objectif et essaye d’être impartial.

Si cela peut vous rassurer, je le sais depuis longtemps et m’en taisais par délicatesse, et parce que n’étant pas intégriste, cela pouvait être mal perçu.... C’est ce que j’ai appelé plus haut « ménager la chèvre et le choux », expression d’antan. Et votre post n’a en rien influencé le mien qui aurait été sans vous citer le même, car quand l’occasion est trop flagrante, j’accomplis quand même la prescription ci-dessus car ce serait sinon renier son frère ou sa sœur, ne lui en déplaise...

Si vous préférez le grand catéchisme de St Pie V aux évangiles, il y a les oeuvres de miséricorde spirituelle, chapitre 4ème, question 4,, les 3 premières :
  • Conseiller ceux qui en ont besoin (parfois il faut être ferme et prendre un ton prophétique pour franchir la carapace et vous avez su le faire)
    Instruire les ignorants (vous n’avez pas jugé mais donné votre impression en l’exprimant avec certitude et conviction profonde)
    Exhorter les pécheurs (avant d’exhorter, il faut aider à délimiter le mal : pourquoi revenir en arrière ? Cela peut parfois enlever l’efficacité, mais dans ce cas je crois plutôt en votre délicatesse...)
Toutefois, avez-vous pensé que votre propos pouvait ne pas être très délicat à mon égard ?

Si vous pensez que moi-même j’ai failli, je vous en prie dites-le moi, je ne rechigne jamais à être corrigé quand c’est légitime et nous pourrons en discuter. Ou bien me boudez-vous, m’ostracisez-vous parce que étant non traditionaliste, cela vous semble plus convenable et sinon trahirait vos « amis » ?
Je n’ai pas cette vision de clans, désolé... en seraient-ils !

Auriez-vous peur de ma répartie ?
Vous vous tromperiez, je sais reconnaître mes torts et je l’exprime quand c’est avéré, inutile donc les cachotteries et chatteries avec moi, les jeux de chats et de souris, de dialectiques sournoises : au moins vous êtes franc et direct, alors allez-y, je ne vous reprocherai rien, je répondrai juste sur le fond selon que vous aurez eu raison ou tort et pourquoi. Je ne suis pas non plus un hypocrite, n’ayez aucune crainte et vous pourrez vous appuyer sur mon propos ici pour un autre jour me faire observer ce que vous croirez juste et vrai.

A propos, sur le fond, croyez-vous vraiment que quand une femme fait une lecture alors qu’un clerc pourrait la faire, il y a abus ?
Que la décision du pape entérine donc un abus ?
Je compte sur votre franchise : ce n’est pas une question piège, mais parce que vous au moins peut-être saurez m’en dire le pourquoi et le comment, puisque vos gros bras se dérobent dès qu’il faut argumenter sérieusement. Et oui, cela les décrédibilise sans qu’il soit besoin de le dire.
Le niveau cour de récréation, genre « c’est celui qui le dit qui y est » vole bas mais c’est à la hauteur de la réponse que j’ai eue : pour rester franc.

Nous connaissons tous le traditionalisme, pourquoi donc intervenir sur un post traitant d’un sujet où vous n’êtes pas d’accord, pour encore le manifester sans présenter d’argument qui ne soit du matraquage idéologique ou à coup d’arguments fumeux ? Vous pouvez nous l’expliquer ?

Pourquoi se délecter dans la contradiction systématique et stérile ?

Soyons sérieux : un tradi devrait être content qu’une « pratique au noir » fort fréquente et universellement répandue devienne officielle, leur déplairait-elle. Au moins elle devient valide et légitime ! A moins qu’ils ne prouvent son non-droit ou déclarent l’hérésie du pape (dans ce cas, il faut lancer une procédure pour le déposer, ce serait un devoir mais il faut l’argumenter...)
Je vous avoue qu’à mes yeux, votre position (vous y avez adhéré) est très inconfortable, vu qu’en plus vous faites exprès qu’elle le soit...
On peut être tradi et penser autrement que ceux qui asticotent ici les "conciliaires" comme ils nous appellent.

Vous aviez écrit :
Thurar a écrit :
mar. 19 janv. 2021, 21:32
Mais j'ai décidé de me taire. Je constate bien que ce forum n'est pas du tout à l'aise avec ce que j'écris.
Eh bien si vous savez ce qui est bon pour l'Eglise, donnez l'exemple et commencez par être aimable. Vous parlez sur un ton plein de morgue et de hauteur qui est FRANCHEMENT irritant.
Mais sinon, d'accord avec vous.
Donc je vous demande maintenant de me choisir pour cible, car j’ai apprécié et vous l’ai dit, c’est mon droit, votre pertinence.
Cela serait fort aimable de votre part et donner un bon exemple : tirez !

Sans quoi je serais encore obligé de penser que vous êtes comme tous les traditionalistes : vous refusez de reconnaître vos erreurs !
Alors que vous m'avez prouvé et confirmé le contraire...
Est-ce si difficile d'avoir un vrai dialogue, franc courtois et ouvert ?
Le dialogue suppose d'être prêt à cela, à reconnaître ses erreurs, s'excuser, voire changer d'avis si une vérité nous paraît supérieure. Vous me semblez le plus à même d'entre vous à en mener un, et c'est ici de ma part un vrai compliment sincère, cette qualité surplombe vos travers, il ne tient qu'à vous de les contrôler.
Lancez-vous !, je vous promets d'être indulgent...
Car quand on écrit quelque chose, il faut être prêt à en assumer le propos jusqu'au bout (qui peut être reconnaître son erreur...)


Note de la modération : n'oubliez pas quand même le titre de ce fil : "Ouverture des ministères institués aux femmes". Merci.

Thurar
Censor
Censor
Messages : 176
Inscription : dim. 19 janv. 2020, 13:59
Conviction : Catholique

Re: Ouverture des ministères institués aux femmes

Message non lu par Thurar » jeu. 21 janv. 2021, 14:31

Bonjour Cmoi,
Merci pour votre message. Je disais juste que ce n'était pas mon boulot de jouer les redresseurs de torts sur le forum, c'est tout.
Mais je suis toujours du même avis au sujet de l'ouverture des ministères institués aux femmes. Chacun sa place (et ce n'est pas du mépris ou de la misogynie, loin de là). D'ailleurs je crois que les femmes n'aiment pas du tout l'égalitarisme et le ''féminisme'' de l'Eglise, et que beaucoup aimeraient bien plus de rigueur et de virilité, justement... (d'où le succès de l'islam auprès des jeunes femmes, je pense) Les femmes préfèrent la dureté, si j'ose dire !

cmoi
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1665
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: Ouverture des ministères institués aux femmes

Message non lu par cmoi » jeu. 21 janv. 2021, 19:39

C'est moi qui vous remercie pour votre réponse, Thurar : enfin un dialogue de possible !
Je connais cette position que vous exprimez, je l'avais oubliée. elle est en effet compatible avec le traditionalisme, mais je remarque que vous ne dites rien qui accuse le pape de sa décision ni ceux qui l'appliquaient avant l'heure et en étaient autorisés.
De fait, dans ce contexte de respect réciproque, je ne considère pas que vous soyez "contre" cette pratique, simplement qu'elle ne vous semble pas convenir pour des raisons plus humaines et pratiques que dogmatiques, et qui sont les vôtres.
Je remarque que vous mettez adroitement en avant les femmes elles-mêmes et non votre ressenti personnel. Au regard de certaines femmes vous avez sans doute raison, mais pas au regard de toutes. Sinon il n'y aurait pas des volontaires tout à fait libres et désireuses.
On peut discuter encore de leurs motivations, mais il y en aura pour qui elle sera impeccable.
Et si l'on veut bien prendre cela non en fonction d'une théologie personnelle, mais du caractère et de l'histoire personnelle, de l'éducation, etc., il est bon de se dire que Dieu peut/veut s'adapter à chacune et lui permettre selon ce qu'elle est des choses différentes qu'à une autre.
Etes-vous d'accord avec cela?

Je voudrais maintenant prendre une image, celle du permis voiture : certains conduisent mieux que d'autres, mais on ne leur permet pas pour autant de conduire plus vite parce que ce serait trop compliqué à gérer. Donc il y a la même règle pour tous, mais cela ne veut pas dire que ce soit l'idéal et ne les lèse pas.
Or il me semble bon qu'en religion les choses soient différentes, et que chacun puisse vivre avec Dieu ce qu'il a envie de vivre et peut en vivre. Donc la règle serait : aucune limitation, mais des indications, pour que chacun puisse adapter sa conduite à la route, sachant ses capacités.
Ce qui suppose que chacun sache reconnaître la sienne...
"Aime et fais ce que tu veux !" (vous connaissez sûrement...)

cmoi
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1665
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: Ouverture des ministères institués aux femmes

Message non lu par cmoi » ven. 22 janv. 2021, 13:56

cmoi a écrit :
jeu. 21 janv. 2021, 19:39
Etes-vous d'accord avec cela?
Et est-ce si difficile de me répondre (désolé, mais je vous ai vu connecté souvent depuis... c'est jeûne aujourd'hui donc je consulte ici plus... or je sais bien que ce fil n'est pas le plus intéressant, mais... puis-je espérer encore une "vraie" réponse) ?

J'ignore si cela va vous aider ou le contraire, mais je pense aux moniales et aux congrégations ou communautés religieuses féminines, à tous ces lieux de culte que cela représente : cela vous choque-t-il qu'une d'entre ces femmes fasse la lecture ou serve la messe ?
Vous allez me dire qu'elles sont consacrées, certes, mais cela change quoi sur le fond qui est la question du droit ?
Car je pense malgré tout, je ne l'avais pas relevé pour éviter les diversions et motifs d'opposition inutiles, que l'égalitarisme n'a rien à voir là-dedans...

Thurar
Censor
Censor
Messages : 176
Inscription : dim. 19 janv. 2020, 13:59
Conviction : Catholique

Re: Ouverture des ministères institués aux femmes

Message non lu par Thurar » ven. 22 janv. 2021, 19:12

Bonjour,
Désolé si je me mets du temps à répondre. A vrai dire je ne connais pas grand chose à la question... Mais si les femmes n'étaient pas autorisées à parler dans l'ancienne messe, je ne vois pas pourquoi cela changerait.

cmoi
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1665
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: Ouverture des ministères institués aux femmes

Message non lu par cmoi » ven. 22 janv. 2021, 21:00

Ok Thurar, merci pour ce modeste aveu.
Pour ce qui est de la parole, il s'agit d'une lecture, pas de parole ni de prêcher, mais de prêter sa voix.
Kerygme a déjà répondu ici plus avant à cela et j'avais complété, si vous voulez bien aller le lire, mais vous n'y êtes pas obligé...
Bonne soirée.

Avatar de l’utilisateur
Kerygme
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1219
Inscription : jeu. 30 mai 2019, 13:12
Conviction : Catholique romain
Localisation : Argentoratum

Re: Ouverture des ministères institués aux femmes

Message non lu par Kerygme » sam. 23 janv. 2021, 3:55

Thurar a écrit :
ven. 22 janv. 2021, 19:12
Désolé si je me mets du temps à répondre. A vrai dire je ne connais pas grand chose à la question... Mais si les femmes n'étaient pas autorisées à parler dans l'ancienne messe, je ne vois pas pourquoi cela changerait.
Peut être parce que si l'ancienne messe est autorisée elle n'est pas pour autant la norme de l'Eglise.
« N’aimons pas en paroles ni par des discours, mais par des actes et en vérité. » (1Jean 3,18)

cmoi
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1665
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: Ouverture des ministères institués aux femmes

Message non lu par cmoi » sam. 23 janv. 2021, 7:10

Kerygme a écrit :
sam. 23 janv. 2021, 3:55
Peut être parce que si l'ancienne messe est autorisée elle n'est pas pour autant la norme de l'Eglise.
J'avoue que je n'aurai pas osé mettre en avant cela, car ce n'est pas en soi un argument mais faire appel à l'autorité de l'Eglise, dans laquelle entre les promesses du Christ, l'infaillibilité, etc. mais que les Traditionalistes mettent en balance avec... leur nouvelle vision des choses.
Oui, nouvelle quoi qu'ils en disent, car avant les arguments qu'ils sont obligés de mettre en avant pour se justifier n'avaient pas besoin d'exister et auraient paru ridicules et faux à leurs prédécesseurs, qui eux vivaient ce traditionalisme dans toute sa pureté.
Tandis qu'ils hésitent (ou pas d'ailleurs) à faire sécession.

Sinon, il ne faudrait pas oublier ma dernière remarque sur les moniales : les lectures sont faites par des femmes et depuis belle lurette, même chez les tradis. Donc il n'y a rien de révolutionnaire, et j'en ai donné aussi quelques arguments, ni de non traditionnel là-dedans, il s'agit d'us et de coutume qu'il convient d'adapter à chaque époque, cela n'a rien à voir avec le sacerdoce du prêtre.

Il semble que la modération oublie quelque peu trop que si les arguments ne sont pas écoutés et pris au sérieux, controversés, mais snobés par de fausses allégations, il faut bien détruire celles-ci, qu'il est plus facile de détruire une réputation ou un sujet que d'en construire pour l'édification de ceux qui sont de bonne volonté.

Avatar de l’utilisateur
Kerygme
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1219
Inscription : jeu. 30 mai 2019, 13:12
Conviction : Catholique romain
Localisation : Argentoratum

Re: Ouverture des ministères institués aux femmes

Message non lu par Kerygme » sam. 23 janv. 2021, 13:43

cmoi a écrit :
sam. 23 janv. 2021, 7:10
J'avoue que je n'aurai pas osé mettre en avant cela, car ce n'est pas en soi un argument mais faire appel à l'autorité de l'Eglise, dans laquelle entre les promesses du Christ, l'infaillibilité, etc. mais que les Traditionalistes mettent en balance avec... leur nouvelle vision des choses.
Pour moi ça l'est car l'Eglise est indissociable du Christ : in persona Christi capitis et nous le corps.
Rappeler la norme c'est aussi rappeler l'autorité de l'Église dans ses choix ou réformes. Tout comme nous acceptons cette même autorité pour la messe ancienne, et ne l'oublions pas qui reste un indult : une permission spéciale dérogeant à la règle générale.

Pour les spécialistes de la liturgie, il n'y a qu'un seul rite romain, qui peut se célébrer de deux manières : c'est la même foi catholique qui y est exprimée n'en déplaise à certain(e)s.
La différence c'est que Le Missel de Trente, et ses nombreux remaniements jusqu'à 1962, prévoyait la manière dont le prêtre doit dire «sa» messe alors que l'actuel insiste sur ces mots : «Lorsque le peuple est rassemblé ».
Le premier est le livre du prêtre, l'autre souhaite que la communauté chrétienne puisse entrer au mieux dans la prière de l'Église, pour la gloire de Dieu et sa propre édification. En d'autres termes : à la messe ancienne les fidèles y « assistent », à celle d'aujourd'hui ils y « participent ».
C'est comme pour une représentation, ceux qui y assistent ne parlent pas alors que ceux qui participent le font.

Il faudrait que ceux qui ne cessent de nous conspuer comprennent que la tolérance à leur encontre peut se terminer. Si un prochain pape prêtait l'oreille à l'influente Eglise des USA (d'Allemagne également) , au cardinal traditionaliste Raymond Leo Burke par exemple, cela pourrait être assez expéditif (je le cite car il est "tradi", on ne peut donc toujours faire son caliméro).
Comme il l'a souligné à la conférence sur la liturgie tenue à Medford (Oregon, USA) : « la condition pour qu’une excommunication soit levée est que la personne ait abandonné son insubordination et désire désormais être pleinement réconciliée avec l’Eglise. Mais cela n’a pas été fait, et là aussi c’est en quelque sorte une situation anormale: ils ne sont plus excommuniés, mais ils ne sont pas en communion régulière avec l’Eglise catholique ».
Je gage que ceux qui sont dans sa lignée, et ils ne sont pas peu nombreux, seront partisans pour régler cette situation.

Mais bon, cela ne concerne qu'un petit nombre de "tradis", les moins déraisonnables reviennent dans la communion de l'Église. Comme cette hémorragie de la FSSPX aux USA dont les membres ont rejoint les rangs de l’Institut du Christ Roi Souverain Prêtre, rattaché à Rome. Le nombre de ceux qui restent dans l'insubordination devient si anecdotique que Rome ne prend même plus la peine de condamner; comme me l'a fait remarquer quelqu'un récemment.



Mais pour revenir au sujet, qui reste les ministères institués aux femmes, je ne vois pas pourquoi on refuserait cette reconnaissance - qui n'est nullement moderne - à celles qui sont la colonne vertébrale de l'Église; sans elles tout péricliterait et pas que dans les tâches fonctionnelles.
Je constate au quotidien combien elles se dévouent dans tous les secteurs nécessaires à la vie d'une paroisse, d'un diocèse. Mais peut être n'est ce pas le quotidien de ceux qui contestent ?

Et merci Cmoi pour ce rappel concernant les religieuses, je l'ai trouvé des plus incontournables.

Alors messieurs les "tradis" si vous ne voyez pas la richesse qu'elles sont pour l'Église, mais surtout le côté pratique et ménager, alors je comprends pourquoi vous ne souhaitez pas qu'elles parlent ou n'obtiennent que la reconnaissance que vous daignez leur concéder : peut être la crainte qu'elles disent des choses plus intelligentes et inspirées.
« N’aimons pas en paroles ni par des discours, mais par des actes et en vérité. » (1Jean 3,18)

Thurar
Censor
Censor
Messages : 176
Inscription : dim. 19 janv. 2020, 13:59
Conviction : Catholique

Re: Ouverture des ministères institués aux femmes

Message non lu par Thurar » dim. 24 janv. 2021, 13:07

Suliko a écrit :
mar. 19 janv. 2021, 22:28
Mais sinon, d'accord avec vous.
C'est l'essentiel.
(Et si je vous parais irritée, c'est parce que je le suis plus ou moins. Quoi qu'en fait, je suis plutôt dans la résignation. Ce n'est pas comme si cela ne nous pendait pas au nez depuis des lustres.)
Non, irritante (je plaisante ! ).
Mais ma remarque était méchante parce que vous avez l'air de connaître beaucoup de choses sur la religion, et j'en ai appris pas mal grâce à vos messages, je dois dire.

Altior
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2034
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: Ouverture des ministères institués aux femmes

Message non lu par Altior » dim. 24 janv. 2021, 14:53

Thurar a écrit :
ven. 22 janv. 2021, 19:12
Bonjour,
Désolé si je me mets du temps à répondre. A vrai dire je ne connais pas grand chose à la question... Mais si les femmes n'étaient pas autorisées à parler dans l'ancienne messe, je ne vois pas pourquoi cela changerait.
Pour l'«ancienne messe», ça ne changera pas. Avez-vous jamais vu des «enfantes» d'autel à une Messe de Toujours? Eh bien, vous ne verrez pas de lectrices et d'acolytesses instituées non-plus.

Pour la «messe moderne», ça va changer, car elle est apparue justement pour changer. Le changement, c'est un peu sa logique.

cmoi
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1665
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: Ouverture des ministères institués aux femmes

Message non lu par cmoi » dim. 24 janv. 2021, 17:16

Altior a écrit :
dim. 24 janv. 2021, 14:53
Pour l'«ancienne messe», ça ne changera pas. Avez-vous jamais vu des «enfantes» d'autel à une Messe de Toujours? Eh bien, vous ne verrez pas de lectrices et d'acolytesses instituées non-plus.

Pour la «messe moderne», ça va changer, car elle est apparue justement pour changer. Le changement, c'est un peu sa logique.
Messe de Toujours ? Avec un T majuscule ?
Je ne savais pas qu’on pouvait se gargariser ainsi et aussi stupidement d’une majuscule...
  • Mais encore une fausseté : cette messe n’avait que 400 ans, ce qui fait 1/5 ème sur 2000 ans.
    Cette exagération peut aussi être prise au mot : elle n’est cette « messe de Toujours » que depuis moins de 50 ans, et le restera pour une minorité auto-proclamée meilleure juge que les autres de ce que doit être une messe, et qui en a fait un signe élitiste de ralliement.
    Elle n’est en fait et en réalité que la seule qu’ils connaissaient pour protester ! Et si cette protestation n’était pas en touts points fausse, en adoptant cette forme elle ridiculisait et rabaissait cette messe et faisait preuve d‘un grand manque d’imagination et de créativité, pour ne pas dire d’obéissance.
Prétendre par ailleurs que le changement est la logique de la nouvelle messe est un mensonge éhonté et spécieux.
Quand vous changez de je ne sais quoi, est-ce par logique du changement ? Le prétendre d’un autre est une calomnie en soi du comportement d’autrui.

La messe de St Pie V aussi fit et fut un changement, ni plus ni moins que celle qui l’a remplacée, et la logique qui les soutient est d’un autre ordre qui manifestement vous échappe puisque quand bien même vous le sauriez, ce qui est probable, vos propos le dissimulent, ce qui est pire et frôle (pour ne pas dire les choses en vrai, par pensée, par parole et par omission tout à la fois) le sacrilège.
Vous faites ici un procès d’intention au pape lui-même et à ses successeurs.

Ce qui vous amuse étant donné vos fréquentes récidives.

Vous vous croyez malin à sans arrêt dénigrer ce qui est saint et qui ne vous convient pas, mais un jour cela aura une fin.
Ce que vous décrédibilisez en vous exprimant ainsi, c’est rien de moins que le traditionalisme dans son ensemble et sa volonté de rester dans le giron de l’Eglise.
Heureusement pour lui, la survie du traditionalisme ne repose pas sur vos épaules.

Je n’ai jamais entendu même un progressiste, un libéral ou tous ceux que vous vilipendez, dire autant de mal de votre liturgie que vous n’en dites sur les actes du Saint-Siège. Ce n’est pas une preuve de votre intégrité, mais de votre infériorité spirituelle à vous – car cette messe n’y est pour rien, et vous auriez été bien incapable de l’inventer.

Je rappelle ici votre propos :
Altior a écrit :
dim. 17 janv. 2021, 17:48
L'apparition de lectrices et d'acolytesses instituées ne va en rien empêcher les abus liturgiques. J'ai écouté tant de fois l'Apôtre lu par des «bénévoles de l'autel» alors que pas seulement la Messe était «concélébrée» par un évêque, trois prêtres et un sous-diacre en séminaire, mais il y avait dans les rangs pas mal de moines et moniales...
Où vous qualifiez donc d’abus liturgique ce que le pape recommande et prône : la participation des laïcs.

Ignoreriez-vous d’ailleurs que ce sont des laïcs qui ont convaincu des prêtres puis un évêque de faire sécession en adoptant le rite «d’avant changement » ? Alors vous ne connaitriez pas l’histoire de votre mouvement.
D’une certaine façon, la volonté était la même : se sentir participer !

Et s’ils ont quitté la messe nouvelle, après quelques tentatives pour s’y sentir bien, c’était justement pour ne pas avoir à la juger !
Eux avaient encore de la vertu et ne seraient jamais tombé dans de la vulgarité.

Altior
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2034
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: Ouverture des ministères institués aux femmes

Message non lu par Altior » dim. 24 janv. 2021, 19:15

Comme naguère, cmois, je ne vais pas prendre la peine de répondre à vos propos inconsidérés. Ce n'est pas tant votre manque de courtoisie qui m'empêche, mais le fait que, avec vous, le dialogue part dans tous les sens.

cmoi
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1665
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: Ouverture des ministères institués aux femmes

Message non lu par cmoi » dim. 24 janv. 2021, 20:52

J’ignore à quel temps renvoie ce « naguère », mais peut-être ne savez-vous simplement pas quoi dire ou ce que les mots veulent dire.
Et puisque vous vous érigez en professeur de courtoisie, j’aimerais que vous m’expliquiez où elle se trouve quand, inscrit sur un site qui s’affirme fidèle au pape, vous ne cessez d’y tenir des propos contre ce qu’il fait, dit ou décrète, et d’une façon cavalière, sans présenter de véritable argument sinon des jugements de valeurs.
C’est à cela que je m’en prends et uniquement.

feufollet
Ædilis
Ædilis
Messages : 14
Inscription : jeu. 04 févr. 2021, 18:09

Re: Ouverture des ministères institués aux femmes

Message non lu par feufollet » jeu. 04 févr. 2021, 22:56

Bonsoir Cmoi, Nicolas P,

je voudrais vous remercier pour vos messages sur ce fil, que je découvre à l'instant.

En effet, Marie tient le premier rang parmi les hommes, au-dessus même des plus grands saints. Le Christ ressuscité s'est montré d'abord à des femmes, les seules qui avaient encore foi en lui le lendemain de la Crucifixion, alors que Pierre l'avait renié et que les autres apôtres s'étaient dispersés, croyant que tout était perdu.

Alors oui Cmoi, vous avez bien raison de brocarder le prétendu traditionalisme. Il apparaît bien, dans ce contexte, comme une hypocrisie. On veut lutter contre la protestantisation (bien réelle, au demeurant) de l'Eglise, mais on désobéit au pape, on le qualifie même d'usurpateur, exactement à la manière de Luther.
Certains ont même l'audace de se revendiquer d'une "tradition vivante"... tout en ne cessant d'invoquer un passé mort depuis longtemps. (Mais pas n'importe quel passé - seulement celui qui les arrange... la preuve : l'existence historique du diaconat féminin, par exemple, est avérée... alors de quel "Passé", de quelle prétendue "Tradition" parlent-ils ?)

Les soi-disant tradis sont en fait profondément modernes. Simplement, ils sont l'image inversée du moderniste, son faux jumeau, son négatif photographique... et comme ils sont tout aussi démunis qu'eux devant les sinuosités de l'existence, ils ne sont pas davantage susceptibles de connaître la syndérèse.

Mais si le Christ avait souhaité un monde figé, une Église hors du temps et des institutions immuables et inamovibles, comme dans les rêves des tradis, il aurait certainement pu faire en sorte que cela soit. Or, force est de constater que l’Église, depuis le tout premier jour, est en mouvement perpétuel. Bien entendu.

Du coup, l'ouverture du ministère institué aux femmes est ni bon ni mauvais, mais simplement dans l'ordre des choses. Et ça ne s'arrêtera pas là, soyez-en sûrs, camarades tradis !

Car il y aura ensuite le rétablissement des diaconesses, puis la prêtrise, et même la papauté ouverte aux femmes.

Comment cela ? Mais parce qu'il n'y a aucun contre-argument rationnel. Or la raison fait son chemin en ce monde, lentement certes, mais inexorablement.

Paix sur vous cependant, amis tradis,

et sur vous, cher Cmoi :ciao:
Dernière modification par feufollet le ven. 05 févr. 2021, 13:14, modifié 1 fois.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 20 invités