Le célibat ecclésiastique

« Vous êtes le sel de la terre, vous êtes la lumière du monde. » (Mt 5.13-14)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions ecclésiales
Avatar de l’utilisateur
Jean-Mic
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 4092
Inscription : mar. 07 févr. 2012, 20:17
Localisation : Nevers

Re: Le célibat ecclésiastique

Message non lu par Jean-Mic » jeu. 16 mars 2023, 15:36

Vous semblez oublier une étape dans l'histoire de la discipline de célibat ecclésiastique. C'est la longue période, du 7ème au 11ème siècle en Occident, où les conciles successifs se prononcent pour le célibat non pour un idéal de continence et de pureté, mais afin d'éviter la dispersion des biens et la transmission des charges de l'Eglise par voie d'héritage. Plusieurs siècles de conciles et de synodes ont été nécessaires pour y arriver, ce qui dit bien combien la discipline en question était difficile à "faire avaler" aux clercs concernés, et les abus (réels et nombreux aux temps mérovingiens et carolingiens) difficiles à endiguer.
Heureux ceux qui savent rire d'eux-mêmes. Ils n'ont pas fini de s'amuser !

Avatar de l’utilisateur
Olivier JC
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1108
Inscription : mer. 16 avr. 2008, 23:57
Localisation : Bordeaux

Re: Le célibat ecclésiastique

Message non lu par Olivier JC » jeu. 16 mars 2023, 17:27

Jean-Mic a écrit :
jeu. 16 mars 2023, 15:36
Vous semblez oublier une étape dans l'histoire de la discipline de célibat ecclésiastique. C'est la longue période, du 7ème au 11ème siècle en Occident, où les conciles successifs se prononcent pour le célibat non pour un idéal de continence et de pureté, mais afin d'éviter la dispersion des biens et la transmission des charges de l'Eglise par voie d'héritage. Plusieurs siècles de conciles et de synodes ont été nécessaires pour y arriver, ce qui dit bien combien la discipline en question était difficile à "faire avaler" aux clercs concernés, et les abus (réels et nombreux aux temps mérovingiens et carolingiens) difficiles à endiguer.
Ce n'est pas un oubli, ce n'est tout simplement pas pertinent.

L'imposition de la continence aux clercs majeurs vient de l'Eglise de Rome et est apparu dans la deuxième moitié du 4ème siècle en lien avec la célébration quotidienne eucharistique impliquant en pratique la continence perpétuelle. C'est un fait : nulle autre Eglise avant celle de Rome n'a adopté cette discipline.

Par ailleurs, il n'existe pas de canon conciliaire motivant le célibat ecclésiastique par le souci d'éviter la dispersion des biens de l'Eglise. Lorsqu'il y a une motivation, ce qui n'est pas toujours le cas, le lien est fait avec la continence et la pureté.

Ainsi, le Concile Latran II (1139) par exemple, indique en son septième canon : "Afin que la loi de la continence et de la pureté qui plait à Dieu s'étende parmi les personnes ecclésiastiques et ceux qui ont reçu les ordres sacrés, nous statuons que les évêques, les prêtres, les diacres, les sous-diacres, les chanoines réguliers, les moines et les convers ayant fait profession qui auraient osé, transgressant leur saint propos, s'unir à une épouse soient séparés de celle-ci. En effet, nous décrétons qu'une telle union, dont il est évident qu'elle a été contractée à l'encontre de la règle de l'Eglise, n'es pas un mariage. Que ceux qui se sont séparés l'un de l'autre fassent une pénitence en rapport avec de si grands excès".

Au demeurant, pour ce qui est des conciles généraux entre le 7ème et le 11ème siècle, la pêche est assez maigre puisqu'il n'y en a que les 3ème et 4ème Conciles de Constantinople et le 2ème de Nicée qui sont, et pour cause, muets sur cette question. Je laisse de côté le Concile de 692 in trullo qui est très intéressant sur ces questions dès lors qu'il a fait, on le comprend bien, l'objet de réserves de la part de l'évêque de Rome. On ne retrouve cette problématique que dans le 1er Concile du Latran en 1123, sans motivation cependant et dans des termes présupposant le célibat ecclésiastique : "Nous interdisons absolument aux prêtres, diacres, sous-diacres et moines d’avoir des concubines ou de contracter mariage. Nous décrétons, conformément aux définitions des canons sacrés, que les mariages déjà contractés par ces personnes doivent être dissous et que les personnes doivent être condamnées à faire pénitence." (Can. 21).

Peut-être faisiez vous référence à ces conciles ou synodes régionaux ? J'avoue ne pas les connaître suffisamment, mais leur portée régionale ne me semble pas permettre de leur accorder une autorité particulièrement forte. Si vous avez, toutefois, des références précises à communiquer pour alimenter la réflexion, je suis preneur.

En tout état de cause, il y a peut-être eu, à titre de motivation sous-jacente, la considération des bénéfices d'une telle discipline sur les biens ecclésiastiques. Il n'en demeure pas moins que la règle du célibat ecclésiastique tire sa légitimité originelle de la conjonction entre la célébration quotidienne du sacrifice eucharistique et les règles de pureté rituelle conservées de l'Ancienne Alliance. Elle a une motivation proprement religieuse, et non matérielle.

Par conséquent, tenter de discréditer le célibat ecclésiastique en soutenant qu'il est une invention médiévale ayant une finalité patrimoniale revient à faire preuve d'ignorance et à fausser l'analyse. Rien n'interdit d'être favorable à l'abrogation de cette discipline, encore faut-il en comprendre les véritables tenants et aboutissants.

+
MOTUS IN FINE VELOCITOR

Avatar de l’utilisateur
Jean-Mic
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 4092
Inscription : mar. 07 févr. 2012, 20:17
Localisation : Nevers

Re: Le célibat ecclésiastique

Message non lu par Jean-Mic » jeu. 16 mars 2023, 18:01

Olivier JC a écrit :
jeu. 16 mars 2023, 17:27
En tout état de cause, il y a peut-être eu, à titre de motivation sous-jacente, la considération des bénéfices d'une telle discipline sur les biens ecclésiastiques. Il n'en demeure pas moins que la règle du célibat ecclésiastique tire sa légitimité originelle de la conjonction entre la célébration quotidienne du sacrifice eucharistique et les règles de pureté rituelle conservées de l'Ancienne Alliance. Elle a une motivation proprement religieuse, et non matérielle.
Que ce soit là les arguments énoncés ne suffit pas à évincer tout autre considération.
Olivier JC a écrit :
jeu. 16 mars 2023, 17:27
Par conséquent, tenter de discréditer le célibat ecclésiastique en soutenant qu'il est une invention médiévale ayant une finalité patrimoniale revient à faire preuve d'ignorance et à fausser l'analyse.
Vous voilà bien sévère à mon égard ! Ce n'était absolument pas mon intention.
Dire comme je l'ai dit que cela avait pesé dans le débat, ce n'est pas prétendre que ce soit une invention ni une finalité en soi. Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit !
Heureux ceux qui savent rire d'eux-mêmes. Ils n'ont pas fini de s'amuser !

Avatar de l’utilisateur
Olivier JC
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1108
Inscription : mer. 16 avr. 2008, 23:57
Localisation : Bordeaux

Re: Le célibat ecclésiastique

Message non lu par Olivier JC » jeu. 16 mars 2023, 18:42

Jean-Mic a écrit :
jeu. 16 mars 2023, 15:36
les conciles successifs se prononcent pour le célibat non pour un idéal de continence et de pureté, mais afin d'éviter la dispersion des biens et la transmission des charges de l'Eglise par voie d'héritage.
J'ai sans doute mal compris, mais il me semble que le sens de cette citation est que les conciles médiévaux ont imposé le célibat pour des questions patrimoniales et non en regard des règles de continence rituelle. La formulation excède le simple fait de dire que ces considérations patrimoniales ont pu peser dans le débat, à titre d'argument d'opportunité.

Ceci dans un contexte où c'est quasiment le premier argument qui est généralement avancé pour critiquer le célibat ecclésiastique (quoique la pédophilie tende à faire concurrence ces derniers temps), une mise au point était nécessaire. Elle était cependant générale et ne préjugeait nullement qu'il s'agissait là de votre intention.

+
MOTUS IN FINE VELOCITOR

Avatar de l’utilisateur
Olivier JC
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1108
Inscription : mer. 16 avr. 2008, 23:57
Localisation : Bordeaux

Re: Le célibat ecclésiastique

Message non lu par Olivier JC » mer. 22 mars 2023, 10:39

Bonjour,

CONTINENCE, CÉLIBAT ET SACERDOCE par l'Abbé Guy Pagès

Analyse intéressante de la question par l'Abbé Guy Pagès, qui présente cependant la faiblesse, à mon sens, de se placer en surplomb des Pères conciliaires en considérant qu'ils auraient opéré une confusion entre célibat et continence dans Presbyterum Ordinis (n° 16) :
La pratique de la continence parfaite et perpétuelle pour le Royaume des cieux a été recommandée par le Christ Seigneur ; tout au long des siècles, et de nos jours encore, bien des fidèles l’ont acceptée joyeusement et pratiquée sans reproche. Pour la vie sacerdotale particulièrement, l’Église l’a tenue en haute estime. Elle est à la fois signe et stimulant de la charité pastorale, elle est une source particulière de fécondité spirituelle dans le monde. Certes, elle n’est pas exigée par la nature du sacerdoce, comme le montrent la pratique de l’Église primitive et la tradition des Églises orientales. Celles-ci ont des prêtres qui choisissent, par don de la grâce, de garder le célibat – ce que font les évêques –, mais on y trouve aussi des prêtres mariés dont le mérite est très grand ; tout en recommandant le célibat ecclésiastique, ce saint Concile n’entend aucunement modifier la discipline différente qui est légitimement en vigueur dans les Églises orientales ; avec toute son affection, il exhorte les hommes mariés qui ont été ordonnés prêtres à persévérer dans leur sainte vocation et dans le don total et généreux de leur vie au troupeau qui leur est confié.
Pour les Pères conciliaires, il s'agit bien d'une question disciplinaire et non doctrinale. Il y a une relation de convenance et non de nécessité, à rebours de ce que cherche à démontrer l'Abbé Pagès.

+
MOTUS IN FINE VELOCITOR

Coco lapin
Quæstor
Quæstor
Messages : 351
Inscription : mar. 25 janv. 2022, 10:38

Re: Le célibat ecclésiastique

Message non lu par Coco lapin » mer. 22 mars 2023, 18:41

L'abbé Pagès a tout a fait raison, ils ont fait une confusion moisie entre célibat et continence. Ils se sont fourvoyés et ont induit en erreur des gens.
Remarquez que ce "Presbyterum Ordinis" ne fait pas partie du magistère appelé "infaillible", il n'y a donc aucune surprise quant au fait qu'ils se soient trompés.

Avatar de l’utilisateur
Olivier JC
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1108
Inscription : mer. 16 avr. 2008, 23:57
Localisation : Bordeaux

Re: Le célibat ecclésiastique

Message non lu par Olivier JC » jeu. 23 mars 2023, 12:34

Bonjour,

L'erreur, cependant, irait dans ce cas bien plus loin. Ainsi, la tradition apostolique de la continence perpétuelle concernerait les évêques, les prêtres et les diacres.

Dans cette optique, où la continence perpétuelle relèverait donc de la nature même du sacrement de l'Ordre, il n'y a pas lieu d'en exclure les diacres. Or, il n'est nullement question de continence perpétuelle concernant les hommes qui sont ordonnés diacres.

Si le lien entre la continence perpétuelle et le sacerdoce est doctrinal, cela revient à dire qu'il fait partie du dépôt de la Foi, et qu'il s'agit bien d'une question relevant de la foi et des mœurs.

Cela revient donc in fine à dire que l'Eglise erre tant dans son enseignement que dans sa pratique. Les implications seraient autrement plus ennuyeuses...

+
MOTUS IN FINE VELOCITOR

Coco lapin
Quæstor
Quæstor
Messages : 351
Inscription : mar. 25 janv. 2022, 10:38

Re: Le célibat ecclésiastique

Message non lu par Coco lapin » jeu. 23 mars 2023, 23:51

Mais justement, les diacres aussi sont tenus d'observer la chasteté parfaite :
Abbé Guy Pagès a écrit :Parce que la règle des Apôtres était la règle du Seigneur, la continence a été la règle de l’Église primitive, et celle que doit suivre l’Église jusqu’au retour du Seigneur. Rappelons que la plus ancienne trace ecclésiale écrite au sujet de cette tradition, issue du concile d’Elvire, datant vraisemblablement de l’an 300, témoigne sans doute possible en faveur du lien entre continence et sacerdoce : « Un évêque, ainsi que tout autre clerc, n’aura avec lui que sa sœur ou sa fille si elle est consacrée à Dieu ; il a été décidé qu’en aucune manière il n’aura avec lui une étrangère.» (Denzinger 118) ; et le même concile enfonce le clou : « Il a été décidé d’imposer l’interdiction absolue suivante aux évêques, aux presbytres et aux diacres, ainsi qu’aux clercs qui assurent le ministère : ils s’abstiendront de leurs épouses et n’engendreront pas d’enfants ; quiconque le fera, sera chassé du rang des clercs. » (Denzinger 119).

Avatar de l’utilisateur
Olivier JC
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1108
Inscription : mer. 16 avr. 2008, 23:57
Localisation : Bordeaux

Re: Le célibat ecclésiastique

Message non lu par Olivier JC » ven. 24 mars 2023, 9:16

Bonjour,

Certes... Et le canon du Concile de Jérusalem qui interdit la consommation de sang s'applique toujours, de telle sorte qu'il reste interdit à un chrétien de manger du boudin.

Vous évacuez le problème posé : la pratique de l'Eglise est, dans l'hypothèse considérée, contraire à une doctrine révélée par Notre Seigneur et transmise par les Apôtres, à savoir le lien qui serait nécessaire entre le sacerdoce et la continence perpétuelle.

+
MOTUS IN FINE VELOCITOR

Coco lapin
Quæstor
Quæstor
Messages : 351
Inscription : mar. 25 janv. 2022, 10:38

Re: Le célibat ecclésiastique

Message non lu par Coco lapin » ven. 24 mars 2023, 20:18

Il n'y a pas de "canon" officiel du concile de Jérusalem. Mais on peut dire que les prescriptions alimentaires de Actes15:28-29 ont été abrogées par 1Col2:16-17 et 1Tim4:4-5.
En tout cas c'est ce que l'Eglise semble considérer puisqu'elle n'enseigne pas d'autres restrictions alimentaires que celles des vendredis et des jours de carême.

Concernant la continence perpétuelle des clercs, il s'agit bien de la pratique de l'Eglise, encore actuellement. Donc il n'y a rien de contraire à la doctrine, si ce n'est la fausse information issue du concile Vatican II.

Gaudens
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1560
Inscription : mer. 25 avr. 2018, 19:50
Conviction : chrétien catholique

Re: Le célibat ecclésiastique

Message non lu par Gaudens » sam. 25 mars 2023, 11:29

Cocolapin, depuis quand des lettres de Saint Paul auraient-elles eu le pouvoir d'annuler les décisions du premier concile de l'Histoire autour des Apôtres eux-mêmes ?
Quant au boudin,c'est vrai que cette interdiction me gêne un peu bien qu'il s'agisse d'une matière secondaire et de fait,j'ai cessé d'en consommer malgré mon goût pour cette charcuterie (un détail personnel,pardon).
Par ailleurs mieux vaudrait parler des interprétations douteuses post-conciliaires plutôt que de mettre en cause Vatican II lui-même

Coco lapin
Quæstor
Quæstor
Messages : 351
Inscription : mar. 25 janv. 2022, 10:38

Re: Le célibat ecclésiastique

Message non lu par Coco lapin » dim. 26 mars 2023, 21:33

Bonsoir Gaudens,

C'est bien simple, les deux figurent dans la sainte Ecriture. Or les lettres de Saint Paul viennent après. De plus, c'est ce que l'Eglise a considéré, puisque si vous demandez à un prêtre quels sont les aliments illicites, il vous répondra qu'il n'y en pas.
Vous vous abstenez de boudin mais vous ne vous privez pas de manger la chair et le sang du Seigneur.

... supprimé pour dénigrement de Vatican II

Avatar de l’utilisateur
Olivier JC
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1108
Inscription : mer. 16 avr. 2008, 23:57
Localisation : Bordeaux

Re: Le célibat ecclésiastique

Message non lu par Olivier JC » lun. 27 mars 2023, 10:09

Coco lapin a écrit :
ven. 24 mars 2023, 20:18
Concernant la continence perpétuelle des clercs, il s'agit bien de la pratique de l'Eglise, encore actuellement. Donc il n'y a rien de contraire à la doctrine, si ce n'est la fausse information issue du concile Vatican II.
En partant du principe que par pratique, il convient d'entendre ce qui exigé de manière effective, je suis curieux de voir les données sur lesquelles vous vous appuyez pour soutenir que la continence perpétuelle des clercs est exigée par l'Eglise catholique pour ceux d'entre eux, prêtres et diacres, qui sont mariés.
Coco lapin a écrit :
dim. 26 mars 2023, 21:33
Quant au concile Vatican II, c'est notoire qu'il véhicule des hérésies. Voyez par exemple le document sur la liberté religieuse.
Comment une déclaration engageant le magistère ordinaire et universel pourrait-elle contenir des hérésies ? Rappelons en effet que la déclaration Dignitatis Humanae n'a fait l'objet que de 70 non placet et qu'elle a été promulguée par le Souverain Pontife avec, notamment, la signature de Pères conciliaires qui s'étaient personnellement opposés à cette déclaration (Mgr Lefebvre pour ne citer que lui).

Que le droit à la liberté religieuse ne soit pas un dogme proclamé solennellement est une évidence. Il n'en demeure pas moins qu'il s'agit d'une affirmation directe du magistère ordinaire et universel ("Ce Concile du Vatican déclare que la personne humaine a droit à la liberté religieuse" (DH, n° 2)) affirmant le lien nécessaire avec la Révélation puisque ce droit est présenté comme fondé sur la dignité humaine "telle que l'ont fait connaître la Parole de Dieu et la raison elle-même" (DH, n° 2).

Il est évident qu'un travail de réflexion est à faire pour comprendre comment cet enseignement s'articule avec celui qui l'a précédé. Se contenter de soutenir qu'il s'agit d'une hérésie n'est rien d'autre que de la paresse intellectuelle dont les conséquences ne sont pas anodines puisque :
- soit Paul VI n'était pas valablement évêque de Rome lorsqu'il a promulgué ce texte, ce qui me semble difficilement pouvoir être soutenu ;
- soit le magistère ordinaire et universel professe une hérésie, ce qui signifie que l'Eglise a donc erré et que Jésus a donc menti lorsqu'il a assuré que les portes de l'Enfer ne prévaudraient pas contre elles (vous me direz, selon votre joker utilisé ailleurs, qu'Il n'en serait pas à sa première contradiction...).

+
MOTUS IN FINE VELOCITOR

Gaudens
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1560
Inscription : mer. 25 avr. 2018, 19:50
Conviction : chrétien catholique

Re: Le célibat ecclésiastique

Message non lu par Gaudens » lun. 27 mars 2023, 10:33

Cocolapin,
Votre démonstration est bancale. Bien que les décisions du Concile de Jérusalem et les Lettres de Saint-Paul figurent également dans le Canon des Ecritures, on ne voit pas pourquoi un enseignement de Paul serait légitime pour contrevenir à la décision des Apôtres (ce que Paul n'était pas) lors d'un Concile tout récent. Ce serait comme dire que certains avertissements des Prophètes contrevenaient à la Loi et l'auraient abrogé sur tel ou tel point. Il faudrait savoir si un Concile ultéroieur est revenu sur celle du Concile de Jérusalem.

Olivier JC vous a répondu au sujet du Concile Vatican II.Arrêtez donc de confondre (ou faire semblant de confondre) les textes de ce concile avec l'usage immodéré et fallacieux qui en a été souvent fait ensuite !

Enfin votre comparaison entre boudin et le Corps et le Sang du Seigneur est assez ignoble,je trouve.Mais de qui émane-et-elle? Etes-vous un intégriste classique ,comme je le croyais jusqu'à une époque récente ou plutôt un anti-chrétien qui essaie de toutes les ficelles possibles,y compris celle de faire croire qu'ils croient à des erreurs,les plus anciennes venant du Christ lui-même,pour décourager les croyants ?

Cela dit vous vous êtes trompé de fil en évoquant ici les interdits alimentaires alors qu'il s'agit du célibat ecclésiastique.

Coco lapin
Quæstor
Quæstor
Messages : 351
Inscription : mar. 25 janv. 2022, 10:38

Re: Le célibat ecclésiastique

Message non lu par Coco lapin » lun. 27 mars 2023, 15:10

Olivier JC a écrit :
lun. 27 mars 2023, 10:09
En partant du principe que par pratique, il convient d'entendre ce qui exigé de manière effective, je suis curieux de voir les données sur lesquelles vous vous appuyez pour soutenir que la continence perpétuelle des clercs est exigée par l'Eglise catholique pour ceux d'entre eux, prêtres et diacres, qui sont mariés.
Bonjour Olivier JC,
Vous avez déjà le canon du concile d'Elvire cité par l'abbé Pagès, auquel on peut ajouter ce canon du 3eme concile de Carthage (390) :
« Epigone, évêque de Bulle la Royale, dit : Dans un concile antérieur, on discuta, de la règle de la continence et de chasteté. Qu’on instruise donc (maintenant) avec plus de force les trois degrés qui, en vertu de leur consécration, sont tenus par la même obligation de chasteté, je veux dire l’évêque, le prêtre et le diacre, et qu’on leur enseigne à garder la pureté. L’évêque Geneclius dit : Comme on l’a dit précédemment, il convient que les saints évêques et les prêtres de Dieu, ainsi que les lévites, c’est-à-dire ceux qui sont au service des sacrements divins, observent une continence parfaite, afin de pouvoir obtenir en toute simplicité ce qu’ils demandent à Dieu ; ce qu’enseignèrent les apôtres, et ce que l’antiquité elle-même a observé, faisons en sorte, nous aussi, de le garder. À l’unanimité, les évêques déclarèrent : Il nous plaît à tous que l’évêque, le prêtre et le diacre, gardiens de la pureté, s’abstiennent (du commerce conjugal) avec leur épouse, afin qu’ils gardent une chasteté parfaite ceux qui sont au service de l’autel. » (2ème canon ; LABBE, II, 1159)
... ou celui du 1er concile du Latran (1123)
« Nous interdisons absolument aux prêtres, aux diacres et aux sous-diacres d’avoir sous leur toit des concubines ou des épouses et de cohabiter avec d’autres femmes, à l’exception de celles dont le concile de Nicée a permis qu’elles habitent avec eux en raison seulement des nécessités, à savoir la mère, la sœur, la tante paternelle ou maternelle ou d’autres femmes semblables, ne pouvant donner lieu à aucun soupçon justifié. » (Canon 3, Denzinger 711)
Vous trouverez tout ce qu'il vous faut ici :
https://philosophieduchristianisme.word ... s-apotres/
Olivier JC a écrit :
lun. 27 mars 2023, 10:09
Comment une déclaration engageant le magistère ordinaire et universel pourrait-elle contenir des hérésies ?
C'est bien simple, un document magistériel qui ne présente pas expressément une doctrine comme "divinement révélée" ou "à croire de foi divine" ou autre formule du genre, n'engage pas l'infaillibilité, et peut donc se tromper. Voyez ces définitions données par le concile Vatican I :
« C’est pourquoi, nous attachant fidèlement à la tradition reçue dès l’origine de la foi chrétienne, pour la gloire de Dieu notre Sauveur, pour l’exaltation de la religion catholique et le salut des peuples chrétiens, avec l’approbation du saint concile, nous enseignons et définissons comme un dogme révélé de Dieu :
Le Pontife romain, lorsqu’il parle ex cathedra, c’est-à-dire lorsque, remplissant sa charge de pasteur et de docteur de tous les chrétiens, il définit, en vertu de sa suprême autorité apostolique, qu’une doctrine sur la foi ou les mœurs doit être tenue par toute l’Église, jouit, par l’assistance divine à lui promise en la personne de saint Pierre, de cette infaillibilité dont le divin Rédempteur a voulu que fût pourvue son Église, lorsqu’elle définit la doctrine sur la foi et les mœurs. Par conséquent, ces définitions du Pontife romain sont irréformables par elles-mêmes et non en vertu du consentement de l’Église.
Si quelqu’un, ce qu’à Dieu ne plaise, avait la présomption de contredire notre définition, qu’il soit anathème. » (Pastor Aeternus)
« Or, on doit croire d’une foi divine et catholique tout ce qui est contenu dans les saintes Écritures et dans la tradition, et tout ce qui est proposé par l’Église comme vérité divinement révélée, soit par un jugement solennel, soit par son magistère ordinaire et universel. » (Dei Filius)
En lisant Dignitatis humanae, vous constaterez que le texte évite de proclamer que cette doctrine fait partie de la Révélation, ou doit être tenue de foi divine par toute l'Eglise.


Bonjour Gaudens !

Le concile de Jérusalem n'est pas un document officiel de l'Eglise. C'est l'Eglise qui doit donner la bonne interprétation de la sainte Ecriture. Or l'Eglise n'enseigne nulle part (ni dans son catéchisme ni ailleurs) que vous commettez un péché si vous mangez du boudin ou des viandes étouffées (non casher).

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 30 invités