Mgr Léonard succède au Cardinal Danneels

« Vous êtes le sel de la terre, vous êtes la lumière du monde. » (Mt 5.13-14)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions ecclésiales
Avatar de l’utilisateur
boisvert
Quæstor
Quæstor
Messages : 212
Inscription : lun. 20 juil. 2009, 9:56

Re: Mgr Léonard parle - et çà ne plaît pas à tout le monde..

Message non lu par boisvert » mar. 02 nov. 2010, 10:14

Dans les Evangiles, on trouve les ennemis de Jésus toujours à l'écoute non pour apprendre, mais pour "s'emparer" d'une de ses paroles afin de mieux pouvoir l'accuser ensuite. N'est-ce pas comparable à ce qui se produit lorsque Mgr Léonard, qui a annoncé ne plus vouloir se prononcer en public avant Noël, est suivi de près par des journalistes - qui pour l'occasion ont suivi sa messe ?

Article paru dans le Soir, socialiste:



"Officiant ce lundi matin lors de la messe de la Toussaint à Woluwé-Saint-Pierre à Bruxelles, Mgr Léonard est revenu sur ses propos controversés relatifs aux prêtres pédophiles âgés, dont il avait dit que ceux-ci ne devaient pas être poursuivis par la justice. Selon le primat de Belgique, ses propos ont été mal compris. "Je renvoie d'abord à la justice", a-t-il insisté ce lundi lors de son office.

Mgr Léonard a raconté sa rencontre avec un prêtre pédophile à l'article de la mort. "Alors, il m'a dit: 'C'est la première fois que, grâce à votre visite, je parle de ce chapitre noir dans ma vie et je suis heureux de pouvoir le faire avant de mourir'. Alors je lui ai demandé: 'Est-ce que vous êtes prêt éventuellement à recevoir la victime, que vous puissiez reconnaître devant elle ce que vous avez fait ?' Il m'a dit oui". Les faits sont prescrits et, selon Mgr Léonard, les victimes ne souhaitent pas porter l'affaire en justice. "J'ai téléphoné à la victime. Ces gens étaient heureux qu'il avait réagi comme ça. Et ils vont bientôt se rencontrer", a-t-il assuré. C'est à ce genre de situation qu'il faisait allusion dans une interview, mal comprise selon l'Archevêque. "Alors, c'est traduit dans les termes: 'je veux épargner à ces prêtres la justice'. En aucune manière! Je renvoie d'abord à la justice!" Cette explication qui n'était pas prévue semble en tout cas avoir convaincu les fidèles."

Avatar de l’utilisateur
Sam
Censor
Censor
Messages : 119
Inscription : dim. 12 sept. 2010, 16:38

Re: Mgr Léonard parle - et çà ne plaît pas à tout le monde..

Message non lu par Sam » mar. 02 nov. 2010, 12:08

Comme les ennemis du Christ dans l'Évangile le mettaient à l'épreuve, le monde d'aujourd'hui met l'Église à l'épreuve et cherche à la perdre. Il est bien difficile aujourd'hui d'être chrétien. Mais n'oublions pas que nos frères d'Orient souffrent bien plus que nous de l'intolérance religieuse. Le christianisme reste en effet la religion la plus persécutée au monde. N'oublions pas de prier pour tout ceux qui, encore aujourd'hui, meurent au nom de leur foi en Jésus Christ.

Par ailleurs, en ce qui concerne la croissante intolérance de nos contrées, je me console en me souvenant les paroles du Seigneur :

- "Heureux serez-vous, lorsqu'on vous insultera, qu'on vous persécutera, et qu'on dira faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi. Réjouissez-vous et soyez dans l'allégresse, parce que votre récompense est grande dans les cieux; car c'est ainsi qu'ils ont persécuté les prophètes qui ont été avant vous."

- "si le monde vous hais, sachez qu'il m'a haït avant vous".

Bref, nous devons garder la foi, celle-ci doit nous soutenir dans les moments d'épreuves, nous pousser à pardonner et à tendre l'autre joue, tout en continuant de proclamer Sa Résurrection !


Bien à vous.
Et Verbum caro factum est,
et habitavit in nobis :
et vidimus gloriam ejus,
gloriam quasi unigeniti a Patre,
plenum gratiæ et veritatis.

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13149
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: Mgr Léonard parle - et çà ne plaît pas à tout le monde..

Message non lu par etienne lorant » mar. 02 nov. 2010, 16:52

Dépêche AFP de ce jour

La polémique autour du chef de l'Eglise catholique belge, Mgr André-Joseph Léonard, pour des déclarations controversées sur le sida et les prêtres pédophiles a rebondi mardi avec la démission de son porte-parole et le dépôt d'une plainte contre lui pour homophobie.
Un avocat et responsable du parti socialiste flamand SPA, Jean-Marie de Meester, a annoncé le dépôt d'une plainte auprès du juge d'instruction de Bruges (Flandre, nord) avec constitution de partie civile, contre l'archevêque de Malines-Bruxelles.

Mi-octobre, Mgr Léonard, à la tête de l'Eglise belge depuis janvier, avait soulevé un tollé en décrivant le sida comme une "sorte de justice immanente", liée à la permissivité sexuelle.
"Après consultations auprès d'autres juristes, je me suis dit que l'archevêque violait la loi anti-discrimination et commettait des actes calomnieux et diffamatoires avec ses déclarations homophobes", a indiqué l'avocat, selon l'agence de presse Belga.
Le porte-parole de Mgr Léonard, Jürgen Mettepenningen, qui n'était en fonction que depuis l'été dernier, a pour sa part annoncé mardi sa démission.
"Différentes raisons accumulées et le manque de confiance font que je ne souhaite ni ne peux continuer à fonctionner en tant que porte-parole de Mgr Léonard", a-t-il expliqué dans un communiqué.
M. Mettepenningen s'était déjà distancié des propos de Mgr Léonard concernant la prescription des poursuites contre les prêtres pédophiles. L'archevêque avait affirmé le 27 octobre que traduire les ecclésiastiques pédophiles âgés en justice reviendrait à exercer "une sorte de vengeance".
Le lendemain, le Parlement avait mis sur pied une commission parlementaire sur les abus sexuels commis par des prêtres, afin de briser l'"omerta" qui a régné dans le pays sur la pédophilie au sein de l'Eglise belge.
Un prélat, l'évêque de Bruges, a été contraint de démissionner en avril après avoir reconnu avoir violé son jeune neveu.
En septembre, un rapport contenant les témoignages de près de 500 victimes de prêtre pédophiles --des actes pour la plupart commis des années 50 aux années 80-- est venu aggraver le malaise.

Définition wikipedia de l'homophobie:
Homophobie

L’homophobie est l'hostilité, explicite ou implicite, envers des individus dont les préférences amoureuses ou sexuelles concernent des individus de même sexe. Cette hostilité relève de la peur, de la haine, de l'aversion ou encore de la désapprobation envers l'homosexualité. L’homophobie désigne donc les préjugés et la discrimination contre les homosexuels et l'homosexualité. « De même que la xénophobie, le racisme ou l'antisémitisme, l'homophobie est une manifestation arbitraire qui consiste à désigner l'autre comme contraire, inférieur ou anormal. » L'homophobie peut aller jusqu'au meurtre ou, plus souvent, à la condamnation à mort institutionnalisée.

L'homophobie peut être de différentes natures : homophobie religieuse, homophobie clinique (en médecine et psychiatrie), homophobie anthropologique (au nom de la différenciation des sexes), homophobie idéologique (le nazisme, le stalinisme), et homophobie libérale, qui consiste à simplement tolérer les homosexuels tout en étant favorable à leur discrimination.
Le terme d'homophobie a aussi été contesté en raison de son étymologie.

Puisque je désapprouve l'homosexualité au moins au nom de la différenciation des sexes, je puis donc être poursuivi en justice?

Par curiosité, j'ai tapé : homophilie. Rien trouvé sur wikipedia, mais j'ai trouvé ceci :

homophilie, subst. fém. « Attirance sentimentale ou sexuelle d'un individu pour un individu du même sexe ». Certes, des circonstances particulières favorisent l'homophilie occasionnelle, qui s'achève en général avec la possibilité de rapports hétérosexuels (Bertr.-Lapie 1970)

Ce qui tend à démontrer qu'à défaut d'être homophile, on est forcément homophobe, et donc passible de justice... ça va en faire des coupables !!!
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8050
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: Mgr Léonard parle - et çà ne plaît pas à tout le monde..

Message non lu par Raistlin » mar. 02 nov. 2010, 17:13

etienne lorant a écrit :Mi-octobre, Mgr Léonard, à la tête de l'Eglise belge depuis janvier, avait soulevé un tollé en décrivant le sida comme une "sorte de justice immanente", liée à la permissivité sexuelle.
"Après consultations auprès d'autres juristes, je me suis dit que l'archevêque violait la loi anti-discrimination et commettait des actes calomnieux et diffamatoires avec ses déclarations homophobes", a indiqué l'avocat, selon l'agence de presse Belga.
S'il s'agit des seuls propos de Mgr Léonard, j'avoue voir mal en quoi il s'agit de propos homophobes (c'est-à-dire marquant de l'hostilité envers les personnes homosexuelles, selon la définition qu'a donnée Anne). Déjà parce qu'il n'y a aucune hostilité derrière ces propos, mais seulement un constat, et qu'en outre Mgr Léonard ne parle nullement des homosexuels. Pour ces deux raisons, l'attaque en justice me semble totalement infondée.

Mais peut-être ai-je loupé une autre partie des propos de Mgr Léonard ? :incertain:
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13149
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: Mgr Léonard parle - et çà ne plaît pas à tout le monde..

Message non lu par etienne lorant » mar. 02 nov. 2010, 19:01

Ciel ! Encore un homophobe, vite faut porter plainte, il va s'échapper !

"Mieux vaut avoir la passion des belles femmes qu'être gay"
Le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi, aux prises avec un nouveau scandale impliquant une belle jeune femme, a déclaré mardi en dépit de tout qu'"il vaut mieux avoir la passion des belles femmes qu'être gay".
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13149
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: Mgr Léonard parle - et çà ne plaît pas à tout le monde..

Message non lu par etienne lorant » mar. 02 nov. 2010, 19:52

Lorsque je lis les commentaires des internautes sur les unes des journaux, je vois que les lecteurs ne sont guère dupes. Les réactions se classent en plusieurs catégories:
- Monseigneur Léonard dit tout haut ce que les gens pensent sans oser le dire;
- Il y a de l'argent à se faire en se déclarant victime d'un prêtre;
- Toute cette affaire est un écran de fumée des politiciens pour occulter leur incapacité à résoudre des problèmes beaucoup plus "pratiques";
et bien d'autres.

A côté des abus sur enfants dont on accuse certains prêtres, il ne faudrait pas oublier le long combat de Jules Brunin contre les "bagnes" d'enfants dans ce pays :

Nouvelle Recherche

Il dédia sa plume à la défense des enfants dans les homes

MONS C'est ce lundi, à 10 h, que seront célébrées à l'église Notre-Dame de Messine, les funérailles de Jules Brunin. Ecrivain engagé, l'homme n'aura laissé personne indifférent. Né d'un géniteur inconnu, Jules sera abandonné à ses 8 ans par sa mère qui ne le reconnaîtra plus jamais (pas même lorsqu'il voulut la retrouver, ces dernières années). L'enfant fut incarcéré en prison, faute de place en home.

Son enfance, jusqu'à ses 18 ans, se conjugua de home en home. De mauvais traitements en abus de toutes sortes. C'est à cette enfance-là qu'il devra sa célébrité. Il rédigera plusieurs ouvrages, dont L'enfer des gosses en 1975, puis Condamné à vivre en 1979. Il inspirera Les Enfants de l'oubli, un film que réalisera Joao Correa.

Il participera à la rédaction de la Charte des Droits de l'Enfant, puis obtint une modification importante de la loi de 1965 sur la protection de l'enfance. Mais il sera incarcéré, après avoir été surpris volant des documents dans un home de l'Etat. Incarcéré, puis gracié par la Reine Fabiola. En cellule, il rédigera L'injure (livre aujourd'hui épuisé) où il mettra en cause certains juges des enfants et d'autres responsables politiques.

Tour à tour marin, chauffagiste, représentant de commerce, travailleur dans l'Horeca, Jules créera une école de voile pour favoriser la réinsertion des enfants des homes. Il naviguera en solitaire avant d'atterrir à Mons. Il écrira encore Journal simple d'une femme, décrivant l'enfermement psychiatrique. Nombre d'entre nous ont enfin lu ses recueils qui constituaient l'essentiel de son gagne-pain: Les songes de Diogil, Tiette de Polak, Chronique de l'enfant d'un jour.

Marginal, Jules n'en aura pas moins conservé, jusqu'à la mort, ses amis fidèles

© La Dernière Heure 2003
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
Anne
Prætor
Prætor
Messages : 6958
Inscription : jeu. 21 févr. 2008, 1:05
Conviction : Catholique romaine
Localisation : Provincia Quebecensis

Re: Mgr Léonard parle - et çà ne plaît pas à tout le monde..

Message non lu par Anne » mer. 03 nov. 2010, 3:42

etienne lorant a écrit :Lorsque je lis les commentaires des internautes sur les unes des journaux, je vois que les lecteurs ne sont guère dupes. Les réactions se classent en plusieurs catégories:
- Monseigneur Léonard dit tout haut ce que les gens pensent sans oser le dire;
- Il y a de l'argent à se faire en se déclarant victime d'un prêtre;
J'ai remarqué la même chose. Il y a une victime, ici, qui réclame 250 000 $ à son agresseur de prêtre (qui a déjà fait 18 mois de prison), 30 ans après les faits. Pour avoir vu la dame à la télé, j'ai vu des victimes autrement traumatisées... Mais, bon.

Aurait-elle entrepris toutes les démarches qu'elle a entreprises (elle est allée jusqu'en cour suprême) si ça avait été son "mononc'" qui lui avait fait des attouchements ?

Finalement, on a deux catégories de victimes: celles qui peuvent faire une grosse piasse en poursuivant les diocèses... et les autres.
"À tout moment, nous subissons l’épreuve, mais nous ne sommes pas écrasés;
nous sommes désorientés, mais non pas désemparés;
nous sommes pourchassés, mais non pas abandonnés;
terrassés, mais non pas anéantis…
".
2 Co 4, 8-10

aroll
Quæstor
Quæstor
Messages : 261
Inscription : lun. 16 nov. 2009, 13:09

Re: Mgr Léonard parle - et çà ne plaît pas à tout le monde..

Message non lu par aroll » mer. 03 nov. 2010, 19:39

Bonjour.
J'ai reçu un PDF concernant une mise au point de Mgr Léonard, je l'ai transformé pour obtenir un texte pouvant être placé directement ici, alors le voici:
[+] Texte masqué
Je vous dois quelques explications…
La vague de réactions, plus que négatives, suscitées par ce qu’on appelle mes propos a sans doute secoué certains d’entre vous. Peut-être même ces réactions d’indignation étaient-elles aussi les vôtres…
Moi-même je réagirais vivement à ces « propos » tels qu’ils vous ont été présentés. Parmi tant d’autres possibles, trois "propos" scandaleux ont été mis en avant par les médias :
1) un concernant le sida, que je présenterais comme une juste punition envoyée par le ciel à ceux qui adoptent certains comportements sexuels osés ;
2) un concernant les homosexuels que je stigmatiserais comme des êtres anormaux ;
3) un concernant les prêtres ou religieux, coupables d’abus sexuels graves, auxquels je voudrais épargner un procès en justice civile, quand ils sont âgés ou malades.

Examinons l’un après l’autre ces trois griefs.

Le sida : une punition divine bien méritée ?

Dans la presse, on s’est beaucoup ému de mes déclarations » sur le sida. En fait, je n’ai fait récemment aucune déclaration » sur le sujet !
Simplement, a paru voici quelques jours la traduction néerlandaise (Mgr. Léonard. Gesprekken, Lannoo) d’un ouvrage de Louis Mathoux, publié en français il y a quatre ans, sous le titre « Monseigneur Léonard. Entretiens avec Louis Mathoux , aux Editions Mols, Bruxelles.

Ce livre avait l’époque été recensé par quelques journaux, sans susciter la moindre émotion. Mais, le jour même de sa parution en néerlandais, une vague médiatique se déchaînait concernant les pages 173-174 (édition néerlandaise) de ce livre.
J’ai d’ailleurs admiré la capacité de lecture de certains journalistes qui, en quelques heures, avaient déjà pénétré si loin dans l’ouvrage…
Je regrette seulement que la fatigue liée à cette frénésie de lecture ne leur ait pas permis d’arriver jusqu’à la page 175 !
Je m’explique. Dans un livre d’entretiens, la personne interrogée dépend cruellement des préoccupations, voire des obsessions de celui ou celle qui l’interroge. Dans ma dernière réponse rapportée par l’original français, je disais en substance (p. 340), non sans taquinerie, que je remerciais mon interviewer de son intérêt, même s’il m’avait très peu interrogé sur ce qui est vraiment le coeur de ma vie et le coeur de la foi chrétienne.
Spontanément, je ne parle que très rarement des « tartes à la crème » (ordination des femmes, célibat des prêtres, questions de morale sexuelle et de bioéthique,etc.), mais la politesse m’impose de répondre aux questions qui me sont posées… Je n’ai donc fait, je le répète, aucune déclaration sur le sida.
J’ai simplement répondu, en 2005 (date des interviews), à une question et ma réponse d’alors a été, partiellement, citée récemment dans la presse.

Telle était la question : « Que pensez-vous du sida? Y voyez-vous une punition de Dieu suite à la libération sexuelle?»
Rien de plus instructif que de lire la réponse que j’ai donnée aux pages 173-174 (243-244 de l'édition française). Je vais la résumer, mais en soulignant d’abord le contexte de la question.
Il s’agissait de savoir si l’éclosion de cette maladie était un châtiment du ciel. Il était donc bien question de la première propagation du sida dans l’espèce humaine. Pas question, dans ce contexte, de la contamination par des transfusions sanguines, ou par des seringues contenant de la drogue et encore moins de la contagion passant de la mère à son enfant!

Alors que l’interviewer aurait peut-être été heureux (je n’en sais rien) que je dise que le sida était une punition divine (plus les propos sont choquants, mieux le papier se vend !), je commence par souligner que je ne raisonne en aucune manière dans ces termes et que je ne considère d’aucune façon l’éclosion du sida comme un châtiment céleste. Mais comme le journaliste semblait tenir, par la nature même de sa question, à cette catégorie de « punition », j’ai ajouté que,tout au plus, on «pourrait éventuellement» considérer la première propagation de cette maladie comme «une sorte» de «justice immanente».
Trois précautions donc (les expressions entre guillemets), pour introduire ce concept classique de «justice immanente».
Je concède que l’expression n’est pas connue de tout le monde. Mais, quand on répond à un journaliste, on répond à une personne, par définition, cultivée, qui travaille du matin au soir et du soir au matin avec les mots et connaît donc parfaitement leur sens. Sans compter qu’il a au moins deux dictionnaires à portée de main. Or le concept de "justice immanente" a précisément pour sens d’exclure toute idée d’une punition venant d’en haut ou du dehors.
C’est ce que signifie l’adjectif immanent, qui signifie « intérieur à la chose même » (du latin manere in = demeurer au dedans ), sans qu’il faille invoquer une cause extérieure ou «transcendante». Si donc "justice" il y a, ce n’est, dans cette expression, absolument pas celle qui résulte d’une "justice" divine ou humaine, mais celle qui découle de la nature même des actes que nous posons.
Pour illustrer le sens de cette expression (que je n’utilise jamais spontanément, mais que j’ai utilisée en 2005 pour essayer de me mettre dans le cadre de pensée de celui qui m’interrogeait), je donnais des exemples (qu’on a eu soin de ne pas citer).
Si nous malmenons la Terre par des comportements environnementaux irresponsables, il faut s’attendre à ce qu’en retour la Terre finisse par nous malmener (changement climatique, montée des eaux, disparitions d’espèces, etc). Pour cela, il ne faut aucune décision divine; cela découle de la nature même de nos comportement. Semblablement, quand des ministres de la santé font écrire sur les paquets de cigarettes : « le tabac nuit gravement à la santé », leur idée n’est pas que votre bronchite chronique ou votre cancer du poumon résulteront d’un châtiment divin ou d’une décision du ministère de la justice ( !), mais simplement qu’il résulte se votre tabagie. Ils invoquent donc implicitement le concept de « justice immanente ». Or, d’après un certain nombre d’articles que j’ai lus, il semble que la première diffusion du sida a été due, au moins pour une part, à une contamination liée à des pratiques sexuelles risquées (partenaires multiples, sodomie, etc..). Je ne vois donc vraiment pas ce qu’il y a d’inconvenant à dire que nos comportements polluants risquent de nous jouer à terme de mauvais tours sur le plan écologique, ou à avertir que la consommation immodérée d’alcool peut nuire à notre cerveau ou à notre foie ou à considérer que la contamination par le HIV a été liée, à ses débuts, pour une part, à des comportement sexuels risqués. Mais, me dit-on, par là vous avez stigmatisé et discriminé les malades du sida !
C’est ici que les lecteurs parvenus avec avidité à la page 174 auraient bien fait de lire aussi la page 175 (p. 245 dans l’ édition française), où je dis explicitement et avec force que les malades du sida ne peuvent jamais être discriminés ! Depuis quand la mise en garde contre les ravages causés par le tabac autorise-t-elle à discriminer et à stigmatiser les fumeurs ? Même chose concernant la problématique du sida.

Les homosexuels : des anormaux?

Déjà dans le passé, on a tenté de me faire dire cette monstruosité, à savoir que les homosexuels seraient des anormaux ou des malades! M’étant déjà expliqué plusieurs fois sur cette problématique (dont je ne parle quasi jamais spontanément, mais seulement en réponse à des questions que l’on m’impose), je serai plus bref. Je pense, d’un point de vue philosophique, qu’il y a dans la tendance et dans la pratique homosexuelles, une orientation qui n’est pas cohérente avec la logique objective de la sexualité. Cette logique de la sexualité (végétale, animale et aussi humaine) consiste à « différencier » et, en quelque sorte, à séparer le masculin et le féminin en permettant ainsi leur complémentarité.

C’est d’ailleurs le sens même du mot « sexe », qui vient très probablement du latin « secare », verbe qui signifie « couper », « scinder ». La « sexualité » consiste à scinder le masculin et le féminin, en vue de leur réunion (dans l’accouplement, pour les animaux, ou la rencontre amoureuse interpersonnelle, chez l’être humain) à travers un geste (l’union sexuelle) qui permet aussi la transmission de la vie. Le problème philosophique posé par l’homosexualité , c’est que, dans ce cas, la tendance sexuelle biffe en quelque sorte la polarité du masculin et du féminin et se tourne vers une personne de même sexe.
Certains expriment cela en disant que la tendance homosexuelle n’est pas normale ou est « anormale ».
Pour ma part, je fuis comme la peste ce langage, sauf quand le questionneur l’utilise avec insistance.
A la rigueur, on pourrait, si l’on y tient vraiment, risquer de dire que cette tendance n’est pas normale, en ce sens qu’elle n’est pas en cohérence avec la logique objective de la sexualité. Mais il vaut mieux l’éviter en raison de l’ambiguïté du terme. Et, de toute façon, cela n’autorise en aucune manière de dire que les homosexuels sont des anormaux, ce qui serait gravement injurieux.

Pour faire comprendre cette différence entre jugement philosophique sur la tendance homosexuelle et la discrimination injurieuse à l’égard des personnes homosexuelles, j’ai risqué, sur un plateau de télévision, une comparaison entre l’attitude que nous adoptons à l’égard des personnes anorexiques et celle que nous devons avoir l’égard des personnes homosexuelles. Certaines organes de presse ont fait semblant de croire que j’assimilais ainsi l’homosexualité à l’anorexie et traitais donc les homosexuels de malades !
Mais je n’ai jamais comparé l’homosexualité avec l’anorexie, ce qui n’aurait aucun sens, d’autant plus que l’homosexualité n’est plus considérée aujourd’hui comme une maladie.
J’ai comparé seulement les attitudes que nous adoptons ou pouvons adopter à l’égard des personnes vivant ces deux situations totalement différentes. Eh bien ! La plupart d’entre nous estiment que l’anorexie est un développement de l’appétit qui n’est pas cohérent avec la logique objective de l’appétit, qui est de nous pousser à manger, ce qui permet de refaire nos forces. Mais j’espère que les gens qui raisonnent ainsi ne vont jamais pour autant considérer les anorexiques comme des anormaux! Semblablement, même si vous pensez que l’homosexualité n’est pas cohérente avec la logique objective de la sexualité, cela ne vous autorise en aucune manière à traiter les homosexuels d’anormaux ou de malades.

Les pédophiles âgés ou malades : soustraits à la justice humaine ?

Une récente mission a présenté l’une de mes réponses comme si je voulais soustraire à la justice civile les prêtres ou religieux coupables d’abus sexuels quand ils sont malades ou âgés. Mais me croit-on vraiment incohérent à ce point, alors que, comme les autres évêques, je n’ai cessé de répéter, depuis le 23 avril dernier, que les victimes doivent toujours s’adresser par priorité à la justice civile, qui seule est habilitée à déterminer la réalité et la gravité des faits et définir s’ils sont prescrits ou non ?
Tout cela est du ressort exclusif de la justice. Et, pour que cela soit bien clair, nous avons renoncé à la mise en place d’une quelconque nouvelle Commission-Adriaenssens, malgré les grands services que celle-ci a rendus à de nombreuses victimes. Nous renvoyons donc systématiquement les plaignants à la justice civile et aux organismes publics agréés pour recevoir ce genre de plaintes.
Sur le plan de l’Eglise, nous devons cependant, pour chaque cas d’abus sexuel grave, rédiger un dossier que nous sommes tenus d’envoyer à Rome. La Congrégation pour la doctrine de la foi tient en effet s’assurer que, dans chaque diocèse concerné, l’évêque accomplira son devoir. Elle déterminera les peines canoniques (c’est-à-dire prévues par le droit de l’Eglise) qui devront éventuellement être infligées aux abuseurs (retrait de toute charge pastorale, interdiction de célébrer la messe, perte de l’état clérical, etc.).
Un tel dossier a été envoyé à Rome concernant l’ancien évêque de Bruges, Roger Vangheluwe. En attendant les décisions romaines pour chaque cas, l’évêque doit, bien sûr, si les faits semblent établis, prendre les mesures préventives immédiates qui s’imposent, surtout quand il y a risque de récidive.
C’est dans ce contexte qu’il me fut demandé lors de l’enregistrement (le 23 septembre) ce que je souhaitais prendre comme mesures concernant des prêtres, souvent très âgés, qui se sont rendus coupables de tels abus. Préalablement, au cours de l’interview d’une heure et demie environ, j’avais, bien sûr, comme toujours, souligné qu’il est prioritaire que les victimes s’adressent la justice et/ou aux organismes publics agréés.
Mais que faire si les plaintes ont été classées par la justice parce que les faits étaient prescrits à ses yeux, ou quand les victimes se refusent obstinément à s’adresser à la justice?
Dois-je, en apprenant les faits, souvent très anciens, imposer aussitôt une punition canonique publique, sans même attendre le jugement de Rome ?
En répondant à cette question délicate (était-ce un piège?), j’avais dans le coeur l’expérience bouleversante que j’avais vécue récemment.
Des victimes étaient venues me raconter leur tragique histoire vécue avec un prêtre qui avait gravement abusé d’elles. Elles m’ont dit explicitement: "nous ne voulons pas aller en justice ; c’est d’ailleurs de toute façon trop tard ; nous ne voulons pas non plus que ce prêtre, vieux et malade, soit mis publiquement au pilori; nous demandons seulement que vous alliez le trouver et que, devant vous, il reconnaisse le mal qu’il a nous a fait et dont nous souffrons encore aujourd’hui". J’ai donc pris contact avec ces prêtres, vieux, malades, un peu confus, mais encore capables de s’exprimer. L’un d’eux m’a dit, après que je lui eus raconté ma rencontre avec la victime: "Je n’avais jamais parlé à quiconque de ce chapitre noir de ma vie ; je suis heureux de pouvoir le reconnaître devant vous avant de mourir". Je lui ai demandé s’il accepterait de rencontrer la victime et d’enfin reconnaître devant elle le mal qu’il lui avait infligé. Il m’a dit que oui et que ce serait un grand soulagement de pouvoir le faire, enfin, avant sa mort. J’ai repris contact avec les victimes, qui m’ont dit leur joie profonde en entendant cela et m’ont confirmé leur intention de rencontrer ce prêtre. J’en ai été profondément ému. Jusqu’aux larmes.
Je ne sais pas si j’ai bien fait en procédant de la sorte. Mais je pense que, dans des cas semblables, quand aucune procédure civile n’est possible ou du moins voulue par la victime, il n’est pas déraisonnable d’estimer que permettre enfin à l’abuseur de reconnaître son forfait en présence de l’abusé est peut-être plus profitable pour l’un et l’autre que d’interdire simplement à ce vieux prêtre de concélébrer désormais la messe célébrée par l’aumônier de sa maison de repos. Dans les cas que j’ai vécus personnellement, les victimes ne souhaitaient manifestement pas cette punition publique in extremis, cette espèce de vengeance finale. Elles souhaitaient surtout que la vérité odieuse des faits soit enfin reconnue par leur auteur même.
C’est justement la responsabilité pastorale de l’Eglise que, la justice civile ayant accompli son travail quand il est encore possible, les victimes soient écoutées avec respect et que les abuseurs reconnaissent enfin leur crime. Si je me trompe, on ne manquera pas de me le dire…
Voilà l’éclaircissement que je pensais devoir donner concernant les remous récents. Il me semble que je devais cette explication à ceux que j’ai involontairement fait souffrir en étant l’occasion de tant de critiques, de malentendus et d’incompréhensions. J’espère ainsi contribuer à la paix des coeurs. En attendant, qui sait, quelque autre nouvelle polémique…, que je ne cherche absolument pas. Je suis, certes, soucieux de toujours dire ce que je pense en conscience être la vérité. Cela peut surprendre, parfois, mais mon but n’est jamais de choquer.
Mgr A.-J. Léonard, Archevêque de Malines-Bruxelles.
Amicalement, Alain

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13149
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: Mgr Léonard parle - et çà ne plaît pas à tout le monde..

Message non lu par etienne lorant » mer. 03 nov. 2010, 20:24

Une des réactions aux propos du prêtre (?) Ringlet approuvant les "changements" dans l'Eglise, que pourraient introduire les scandaleuses déclarations de Mgr Léonard :

"Je lis dans l'article: "En tant qu'archevêque, il doit être très proche de chaque catholique et là nous n'y sommes pas." Ca signifie quoi, ça? Que l'Église d’aujourd’hui se doit de s'adapter aux fantaisies humaines? Qu'en 2010 elle est tenue d'approuver l'homosexualité, le préservatif et tous les procédés de contraception, l'euthanasie, l’avortement... ? Les catholiques d'aujourd'hui souhaiteraient-ils que le chemin qui conduit à la Vie soit un chemin semé de roses. Est-ce cela le message de Jésus que l’on peut lire dans la bible ? Moi je lis : « Celui qui veut sauver sa vie la perdra. » Comprenne qui veut et qui peut. Les paroles de ce Monsieur Ringlet vont à l’encontre du message du Christ. Il ne cherche qu’à se faire bien voir. Il n’y a qu’un chemin pour arriver à Dieu, et personne n’a dit que ce chemin était confortable. Demander la démission de Mgr Léonard, c’est comme tenter de supprimer les vrais panneaux indicateurs de ce chemin. Une autre parole serait-elle en train de s’avérer exacte : « ... beaucoup d’appelés, peu d’élus... » Et surtout qu’il ne démissionne pas : quand on détient la Vérité, on ne démissionne pas !"

Autre réaction:
"Gabriel Ringlet, un homme mielleux, qui est plus un psy à la noix de coco qu'un véritable prêtre diffusant le message de Jésus. Plaire à tout le monde n'est pas la vocation de l'Eglise catholique."

Une autre encore:
"Bien étranges, ces cathos qui voudraient que ce que l'Eglise a enseigné pendant des siècles soit soudain balancé comme un froc aux orties. Que tout ce qui était hier péché soit désormais béni par le petit Jésus. Etrange manière de consolider la foi, qui consisterait à dire qu'on s'est trompé pendant 2000 ans, et qu'on recommence au goût du jour : un nouveau credo, bien difficilement crédible ..."

Autre journal, autres réactions:
"A l'évidence, une campagne de désinformation est menée contre Mgr Léonard. La déformation de ses propos dans Question à la Une est assez typique. Le prélat n'avait au fond rien dit d'autre que ce qui est proposé dans le rapport Adriaenssens aux pages 133 et suivantes :une solution humaine, tant pour les victimes que pour les abuseurs, quand il y a prescription.
La plainte ici déposée est tout autant absurde. Même si l'Evêque considèrait que l'homosexualité est une forme de sexualité contestable, moins bonne que l'hétérosexualité, cela ne constitue pas des propos "homophobes".
Pas plus que ne seraient "hétérophobes" des propos qui considèreraient que l'homosexualité est une forme plus "culturelle", moins "naturelle" de sexualité, et à ce titre plus louable que l'hétérosexualité.
Nous vivons en démocratie : liberté de penser et d'expression, svp."

"Je ne pense pas qu'il y ait un complot organisé contre l'église, mais par contre je pense que s'en prendre aux religions est dans l'air du temps chez ceux qui ont décidé de ne plus croire.
La société évolue dangereusement vers un affrontement perpétuel entre les "pour" et les "contre" à chaque sujet de société. On adore ou on déteste. On voit l'autre comme une menace à ce que l'on est, alors qu'il n'en est rien.
C'est très triste.
Mais il ne faut pas oublier une chose, beaucoup de gens ont besoin de croire, parce qu'il n'y a que les religions qui répondent à l'angoisse du vide après la mort. La science (qui pour pas mal de gens a remplacé la religion) n'a rien à nous offrir de ce côté-là. Et en ce moment de l'année où l'on se souvent de ceux qu'on a aimé et qui nous ont quitté, l'espoir d'un au-delà est une aide précieuse pour des millions de gens.
Si certaines personnes sont à l'aise avec l'idée de n'être qu'un paquet de viande de passage sur la terre on ne sait pour qui ni pourquoi, d'autres ont besoin de donner une autre dimension à leur vie.
Maintenant, on peut discuter à l'infini des dogmes et des préceptes. Mais ce besoin de base existe chez beaucoup de gens, et les religions sont là pour y répondre."

La plupart des fidèles catholiques que je connais établissent un lien direct entre la Parole de Jésus, les textes de saint Paul, ceux du Pape et des Evêques: il n'est toujours pas question d'instaurer le mariage des prêtres, l'ordination des femmes, de bénir les mariages homosexuels, de faire de l'Eglise une démocratie, etc. Il ne faut pas avoir fait beaucoup de catéchisme pour être d'accord sur un point: "Efforcez-vous d'entrer par la porte étroite, car rares ceux qui la trouvent". De toute manière, l'Eglise s'en tient à la Vérité, dans les temps favorables aussi bien que dans les temps de persécution et de souffrance.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8050
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: Mgr Léonard parle - et çà ne plaît pas à tout le monde..

Message non lu par Raistlin » jeu. 04 nov. 2010, 11:38

etienne lorant a écrit :"Je lis dans l'article: "En tant qu'archevêque, il doit être très proche de chaque catholique et là nous n'y sommes pas."
En tant qu'archevêque - c'est-à-dire successeur des apôtres - Mgr Léonard doit annoncer le Christ, enseigner le partie du troupeau qui lui a été confié et le guider, administrer les sacrements.

Mais nulle part le Christ n'a dit que les bergers devaient caresser les brebis dans le sens du poil... :/
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13149
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

La lettre de Mgr Léonard et réactions inespérées !

Message non lu par etienne lorant » ven. 05 nov. 2010, 12:17

Voici en effet des réactions supplémentaires, extraites de la Libre Belgique, qui cette fois s'en prennent aux journalistes !

Vos réactions sur "Incompréhensions et mauvaises lectures".
1 à 10 sur 49 Réactions


* csodaszarvas - Belgique
"tout le monde a mal lu"

La vraie question serait plutôt: qui a pris la peine de lire? De comparer les interprétations des propos de l'archevêque avec ceux-ci, dans leur globalité? La manipulation des esprits et les phénomènes de masse sont une réalité à ne pas sous-estimer et dont il convient d'être conscient. Quiconque connaît un minimum la pensée de Mgr Léonard pour avoir lu ses bouquins ou l'avoir écouter un jour pouvait savoir que ces interprétations étaient fausses. Vous dites "personne n'a compris". Je pense qu'une nouvelle fois, des gens dont l'intelligence ne peut être mise en doute ont sciemment retransmis ces propos de manière tronquée afin de créer et d'alimenter cette "crise". Ils n'ont pas "mal compris"...


enième essais...
Quand il explique son point de vue sur les homosexuels, je ne peux être d'accord. Mais là il rentre dans une conception de la sexualité qui est là sienne, qui peut servir de base de débat. Il n'en est pas de même du terme justice (pas une punition divine on avait compris, la question n'est pas là) ou la comparaison avec l'anorexie par exemple. Il pose là des termes connotés, un peu péjoratif. L'homme cultivé qu'il est sait que justice ne veut pas dire la même chose, n'appelle pas les mêmes choses que conséquences. Même chose avec cette histoire de pédophilie, j'admets qu'il essaie de faire bouger les choses, mais, son rôle implique qu'il mesure son langage, ce qu'il n'a pas fait. Il cherche sans cesse les limite de ce qu'il peut dire, comme pour tester les limites de son pouvoir c'est l'impression qu'il me laisse.
Il n'y a pas d'acharnement médiatique, mais un jeu qui se joue à deux!

* Shadok2 - Belgique
Ce qui est particulièrement inquiétant et scandaleux, ce ne sont pas les propos de Monseigneur Léonard, mais la campagne indigne contre sa personne qui dure depuis des mois.
ASSEZ !!!!Mais que font les journalistes ?
Y a- t- il encore dans notre pays des journalistes intègres et honnêtes pour dénoncer la campagne de lynchage médiatique organisée et orchestrée par certains grands médias comme la RTBF mais aussi RTL contre Monseigneur Léonard ?
Depuis quand persécute-t-on les gens pour délit d'opinion en Belgique ?
Honteux et scandaleux !!!!
IL faut arrêter cette chasse à l'homme indigne.


* JackdeLge - Liège
/Mgr Léonard peut dire et écrire ce qu'il veut, il y aura toujours des âmes bien pensantes pour trouver qu'il n'aurait pas dû dire ceci ou écrire cela. Personnellement, j'ai trouvé ses explications très claires et à la portée de toute personne de bonne foi.
Ses paroles ne sont ni agressives, ni intolérantes; prenons-en tous de la graine.


* john99 - La Louvière
... Y. Leterme, Bart Dewever, Mgr Léonard: les derniers "opposants" en date qui se plaignent d'articles qui, par leur interprétation journalistiques et les intentions qu'on leur y prête induisent un charivari populiste, destructeur de leur image et nuisible tant à leur présent qu'à leur avenir.
Si ce ne sont là des atteintes à la vie privée reconnues, la liberté de la presse, son objectivité (la couverture des spécialistes consultés) et son rôle doivent être sérieusement remis en cause.


* agi - Uccle
05.11.10 | 08h48

"Ratiocine sur le mot "immanent" alors que c'est le mot "justice" qui a choqué. "

Que voulez vous Mgr Léonard s’exprime en Français
Inculture ?
A propos de personnes qui ignorent le sens de "Justice immanente" le mot n'est pas trop fort.
Pour d'autres "mauvaise foi crasse" serait effectivement plus approprié.

* csodaszarvas - Belgique

"Où donc retrouver dans ces lignes la profonde empathie, la gentillesse et la mansuétude du Christ qui allait manger chez le collecteur d'impôts ou qui délivrait astucieusement la femme adultère de ses tourmenteurs?"
Dans ces lignes, je ne sais pas. Dans les faits, lors de chaque visite de Mgr Léonard dans les paroisses, dans les prisons, au clos Saint Anne. Fréquentez ces lieux et vous le constaterez de visu.


* zcomme - Belgique
Certain considère cette explication comme "réactionnaire", soit...
Est-ce un crime? Y a-t-il obligation pour un archevêque d'être "progressiste"?
Faut-il absolument que ces propos nous agrée et nous frotte dans le sens du poil? Ou est la liberté de parole et de pensée?
Les défenseurs de la "démocratie" en deviennent vite les "pires ennemis", à tout propos le tout et souvent mené par le bout du nez par un journalisme complaisant qui a une logique vendre son papier ou faire de l'audience. La démocratie du scoop, mon c...!!

Il y en a beaucoup d'autres dans la même veine, cette dernière est particulièrement savoureuse:

* marle - Limal

La Libre Belgique a eu l'intelligence et l'honnêteté de diffuser sans délai la déclaration de Mgr Léonard.
Alors que la plupart de ses lecteurs ont pu juger "sur pièce" cette déclaration, le chroniqueur religieux du journal qui l'avait à peine évoquée lors de sa diffusion croit ici utile d'en faire une synthèse et ajoute que ce qu'écrit aujourd'hui l'archevêque, il l'a déjà confié pour l'essentiel à son journal il y a quinze jours. Pourquoi dans ces conditions s'est-il entretemps entête dans une action systématiquement hostile à l"archevêque, rejoignant ainsi "ce qui doit se dire" et trompant sans doute nombre de ses lecteurs. Le revirement que l'on relève sur ce forum en témoigne. Pour beaucoup - notamment pour moi- il s'agit surtout d'une grave atteinte à la liberté d'opinion à laquelle M.Laporte a sciemment participé. Pourquoi?

Sur ce lien: http://www.lalibre.be/actu/belgique/com ... 86/?page=2
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8389
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Mgr Léonard parle - et çà ne plaît pas à tout le monde..

Message non lu par jean_droit » sam. 06 nov. 2010, 12:40

Voilà des propos intéressants et une petite analyse de l'Eglise de Belgique sous la tourmente.

http://www.osservatore-vaticano.org/div ... aticano%29

Extrait :
Monsieur l’Abbé,

Depuis plusieurs jours, vous vous en prenez ouvertement à Monseigneur André-Joseph Léonard, votre Archevêque et Primat de Belgique.

Par vos interventions, dans les journaux, les radios et sur les plateaux de télévision, vous attaquez sans relâche le chef de l’Eglise du Royaume et n’hésitez plus à l’exhorter, même, à démissionner de sa charge.

Vous vous êtes ainsi positionné en champion de la fronde qui, au sein même du clergé belge, vise à déstabiliser l’archevêché. D’aucuns parlent déjà de schisme et, à tout le moins, la plupart des analystes s’accordent sur le fait que l’Eglise serait en train de se fissurer et de connaître une désunion sans précédent.

Avatar de l’utilisateur
Unsimplehomme
Quæstor
Quæstor
Messages : 257
Inscription : dim. 25 juil. 2010, 17:41

Re: Mgr Léonard parle - et çà ne plaît pas à tout le monde..

Message non lu par Unsimplehomme » sam. 06 nov. 2010, 12:57

jean_droit a écrit :Du Salon Beige :
Mgr Léonard entarté en pleine messe
L’archevêque de l’archidiocèse de Maline-Bruxelles a été entarté en pleine messe de la Toussaint (de 15h30) en la cathédrale Saints-Michel-et-Gudule de Bruxelles.

On imagine le tollé si ce scandale avait eu lieu sur un imam dans une mosquée. Mais non : là rien.
J' èspère qu'ils ont chopé ceux qui ont agréssé Mgr Léonard.
-Heureux êtes-vous quand on vous insultera, qu'on vous persécutera, et qu'on dira faussement contre vous toute sorte d'infamie à cause de moi.
-Soyez dans la joie et l'allégresse, car votre récompense sera grande dans les cieux : c'est bien ainsi qu'on a persécuté les prophètes, vos devanciers.
(Mt 5:11et12)

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13149
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: Mgr Léonard parle - et çà ne plaît pas à tout le monde..

Message non lu par etienne lorant » sam. 06 nov. 2010, 14:49

Vous vous trompez. Il faudrait pour cela que l'Archevêque ait porté plainte à son tour. Mais c'est un homme de Dieu et il n'a pas porté plainte. Il vient de déclarer qu'il faut plus d'acolytes masculins que féminins - on l'attaquera aussi là-dessus. Mais moi qui ai servi la messe durant des années (dans les "mauvaises" années 70), je me suis étonné qu'aucun prêtre ne m'ait jamais demandé, puisque mon "service" était impeccable, en français comme en latin (sur deux épôques): "Est-ce que tu ne voudrais pas un jour être à ma place ?" Il eût suffi de cela... mais au contraire, je me suis éloigné de l'Église parce que l'Eglise me comptait pour rien à cette époque.

Bref, Monseigneur Léonard a raison là-dessus aussi. Je sais, je suis sûr et certain, que le Seigneur est avec cet homme et qu'il souffre énormément. Mais son choix comme Archevêque, en remplacement de Mgr Danneels, prouve aussi que le Pape Benoit XVI est en bien en charge de l'Église devant Dieu et que ses choix sont excellents.

Notre rôle est bien de prier Dieu pour que la force de l'Esprit soit avec eux en toutes occasions.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
Et.H
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 410
Inscription : mer. 04 août 2010, 19:03

Re: Mgr Léonard parle - et çà ne plaît pas à tout le monde..

Message non lu par Et.H » sam. 06 nov. 2010, 14:53

Je viens de tomber sur cet article :

http://www.rtlinfo.be/info/belgique/soc ... s-acolytes

Décidemment, plus rien n'arrête la presse. Une simple directive pastorale est exploitée de manière honteuse et scandaleuse pour sous entendre que Mgr Léonard est pédophile.
O Christ, prends pitié de ton Eglise !

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 31 invités