La colère divine (analogique) chez St Thomas

« Assurément, il est grand le mystère de notre religion : c'est le Christ ! » (1Tm 3.16)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions de théologie dogmatique
Avatar de l’utilisateur
ChristianK
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1196
Inscription : lun. 10 mars 2008, 18:43

La colère divine (analogique) chez St Thomas

Message non lu par ChristianK » jeu. 07 déc. 2023, 22:24

I -II Q 47 art. 1
Solutions : 1. Quand on attribue la colère à Dieu, ce n’est pas comme une passion sensible, mais comme une
détermination de sa justice, en tant qu’il veut que le péché soit vengé. Certes le pécheur, dans son acte, ne peut pas
nuire effectivement à Dieu. Mais pour autant que cela dépend de lui, il agit doublement contre Dieu. Tout d’abord, il
l’offense en méprisant ses commandements. Secondement, par le dommage qu’il se cause à lui-même ou à autrui, le
pécheur nuit à un homme qui est l’objet de la providence et de la protection de Dieu
notons que vengé signifie dé-compensé, rééquilibré. POur éviter la confusion avec le français moderne vengeance ou pourrait peut-être traduire vindicta par vindicte.
En péchant on se nuit à soi-même ou à autrui, aucunement à Dieu, mais on offense sa majesté, l'amour qu'il se doit à lui-même car il est infiniment aimable, il doit donc punir par respect qu'il se doit à lui-même, non par passion irrationnelle ni pcq il souffre quelque chose. sa perfection implique sa justice, il ne peut donc tout pardonner. D'où enfer.

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 29 invités