Rencontre avec le Christ à l'heure de la mort ?

« Assurément, il est grand le mystère de notre religion : c'est le Christ ! » (1Tm 3.16)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions de théologie dogmatique
Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10662
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: La théologie d'Arnaud Dumouch est-elle fiable ?

Message non lu par Cinci » lun. 21 août 2017, 20:45

Prodigal :
Je retiens désormais que ce qui vous gêne n'est pas la thèse d'Arnaud Dumouch, mais une de ses conséquences possibles.
Je trouve que sa thèse ne nous apporte rien de plus que ce que nous pouvons déjà savoir sans elle. En revanche, nous y gagnerons sûrement une petite embrouille pour tout le monde, et de la bisbille aboutissant à la formation du clan d'Arnaud contre les vilains contradicteurs sans coeur et défenseurs de l'injustice, blabla.

Il n'est pas besoin de la thèse d'Arnaud pour savoir que Dieu est juste, qu'il est Amour, qu'il ne s'amuse pas à vouloir infernaliser l'un ou l'autre à la moindre occasion, que Dieu ne va pas pénaliser les Grecs de l'Antiquité pour leur ignorance de Jésus, qu'il existe sûrement un dernier moment de lucidité dans lequel un sujet peut se tourner vers Dieu, etc. Il n'est pas besoin de la thèse d'Arnaud pour savoir ce que dit l'Apôtre Pierre dans sa lettre, savoir que le Christ est descendu aux enfers, de sorte que même aux morts une certaine révélation est faite.

Ce qui apparaît douteux quand même dans sa thèse reste l'idée qu'au travers de la mort l'humanité y gagnerait une possibilité de faire enfin un vrai choix éclairé, en étant enfin débarrassé de notre glaise, ce corps de mort, etc. Ce que je disais précédemment au sujet de l'emphase sur une 4e dimension qui vient faire pâlir l'importance de décisions prises ici-bas ne ferait que rebondir ici avec la considération d'une chair impropre à réellement faire un bon choix. Je vois mal où l'on pourrait trouver une pareille révélation dans la tradition de l'Église.

Avatar de l’utilisateur
Arnaud Dumouch
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 568
Inscription : sam. 27 sept. 2008, 5:55
Localisation : Belgique
Contact :

Re: La théologie d'Arnaud Dumouch est-elle fiable ?

Message non lu par Arnaud Dumouch » lun. 21 août 2017, 21:35

J'insiste, Seul le blasphème contre l'Esprit existe en enfer, à savoir le refus parfaitement lucide et parfaitement maîtrisé d'un salut fondé sur l'humilité et la charité (un refus de l'Evangile de Jésus pour résumer).

Tous les péchés mortels contre le Père (faiblesse) ou contre le Fils (par ignorance) sont pardonnés dit Jésus. Pourquoi ? Parce que face au Christ qui vient dans sa gloire, toute ignorance est enlevée, ainsi que toute faiblesse.

Quant à cette remarque de Paxeetbonum,
Le suicide d'Hitler ne serait pas un suicide de désespoir ? (qui plus est légitime selon sa vision du monde)
Pourquoi serait-il moins justifié selon votre thèse que l'enfant qui se suicide parce qu'on a refusé de lui acheter une Nintendo ?
je laisse à chacun le soin d'en juger. Hitler, c'est 50 millions de mort et une volonté de retarder le plus possible son suicide pour que les Allemands ne lui survivent pas.

Amanda Todd ne s'est pas suicidée parce qu'on lui a refusé une Nintendo, mais parce que, à 15 ans, elle a été harcelée par un criminel de 30 ans jusqu'au désespoir.

https://www.youtube.com/watch?v=k6qmvDpc--c
Arnaud

Avatar de l’utilisateur
Amandina
Censor
Censor
Messages : 59
Inscription : lun. 16 mai 2016, 22:24
Conviction : Catholique

Re: La théologie d'Arnaud Dumouch est-elle fiable ?

Message non lu par Amandina » lun. 21 août 2017, 22:07

Le suicide

2280 Chacun est responsable de sa vie devant Dieu qui la lui a donnée. C’est Lui qui en reste le souverain Maître. Nous sommes tenus de la recevoir avec reconnaissance et de la préserver pour son honneur et le salut de nos âmes. Nous sommes les intendants et non les propriétaires de la vie que Dieu nous a confiée. Nous n’en disposons pas.

2281 Le suicide contredit l’inclination naturelle de l’être humain à conserver et à perpétuer sa vie. Il est gravement contraire au juste amour de soi. Il offense également l’amour du prochain, parce qu’il brise injustement les liens de solidarité avec les sociétés familiale, nationale et humaine à l’égard desquelles nous demeurons obligés. Le suicide est contraire à l’amour du Dieu vivant.

2282 S’il est commis dans l’intention de servir d’exemple, notamment pour les jeunes, le suicide prend encore la gravité d’un scandale. La coopération volontaire au suicide est contraire à la loi morale.

Des troubles psychiques graves, l’angoisse ou la crainte grave de l’épreuve, de la souffrance ou de la torture peuvent diminuer la responsabilité du suicidaire.

2283 On ne doit pas désespérer du salut éternel des personnes qui se sont donné la mort. Dieu peut leur ménager par les voies que lui seul connaît, l’occasion d’une salutaire repentance. L’Église prie pour les personnes qui ont attenté à leur vie.




http://www.vatican.va/archive/FRA0013/_P7U.HTM
Amandina

Avatar de l’utilisateur
Arnaud Dumouch
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 568
Inscription : sam. 27 sept. 2008, 5:55
Localisation : Belgique
Contact :

Re: La théologie d'Arnaud Dumouch est-elle fiable ?

Message non lu par Arnaud Dumouch » lun. 21 août 2017, 22:10

:oui:
Arnaud

Avatar de l’utilisateur
Christophe67
Barbarus
Barbarus

Re: La théologie d'Arnaud Dumouch est-elle fiable ?

Message non lu par Christophe67 » mar. 22 août 2017, 2:02

Bonsoir,

Je vais me parjurer en intervenant contrairement à mon souhait mais je tiens juste à dire ceci :

Monsieur Dumouch, vous voulez tellement prouver que vous avez raison que vous ne tenez pas compte des autres en n'hésitant pas à rabaisser tout contradicteur mais en ayant cette capacité à retourner la conversion vers l'orientation qui vous convienne à vous seul, éludant ainsi les questions posées. J'avais pourtant bien spécifié dès la première ligne de ma première intervention que ce n'est pas dans ce débat que je souhaitais intervenir.

Je ne sais pas vous, et je ne porte pas de jugement, mais je ne suis pas enseignatn et j'ai comme seule expérience de l'enseignement d'avoir été moniteur national de secourisme et d'avoir formé des centaines de secouristes et ranimateurs.. Cependant le B.A. BA de la pédagogie m'ayant été enseignée était qu'une question ne reste jamais en suspens ou ignorée, et qu'une réponse devait être apportée fût elle reportée au lendemain ou à la rencontre suivante, le temps que l'enseignant puisse y répondre. Comprenez ma déception envers un enseignant agrégé.
Du coup, je regrette que vous ne répondiez qu'à ce qui vous intéresse, à asséner le côté dogmatique comme si nous étions des ignorants de notre foi, sans prendre la peine d'un début de réponse en ce qui concerne le sujet réellement mis en cause : l'absence d'avertissement dans les associations dangereuses que vous utilisez pour justifier votre théorie.

Je n'ai rien contre votre théorie, à titre personnel j'espère même que vous ayez raison tellement j'aimerai que tous soient sauvés, seulement la théologie est une science et en tant que telle elle nécessite de prouver ce qu'on avance. Ce n'est pas le cas à ce jour, et ce n'est pas votre méthodologie non plus qu'y va y parvenir, sauf à gagner par abandon ou lassitude.

Vous avez de très certaines connaissances en théologie, personne ne remet cela en cause, mais permettez moi de vous dire que votre ignorance totale de la fragilité psychiatrique de certaines personnes vous font traiter ce risque de manière très, et même trop, superficielle.

Cela ne le serait pas si vous parliez du salut proposé après une mort naturelle, par accident, par maladie mais associer suicide et votre théorie sans plus de vigilance ou de prudence , est à mon sens d'une grande irresponsabilité. J'ai comme la sensation qu'aveuglé ou ébloui par vos propos vous ne teniez compte de rien d'autre, pas même des individus.

Il y a une seule personne dans cette discussion qui résume, je trouve en tout cas, très bien et en peu de mots la puissance de détermination d'un dépressif suicidaire en disant "tout ce qu'un suicidaire veut c'est la fin radical de son tourment" (merci Cinci pour la formule).

Vous ne souhaitez prendre absolument pas en compte ce fait pour comprendre que quel que soit l'argumentaire ou sa portée théologique ... le moindre prétexte pouvant justifier le passage à l'acte sera exploité.
Pour schématiser, en espérant que cette fois vous prendrez au moins un mot en dehors de votre champ lexicale en considération pour réfléchir à cette éventualité, c'est comme si vous proposiez une partie de poker ou que vous disiez "chiche" à quelqu'un dont l'ultime barrière était la crainte d'offenser Dieu (voir même le non croyant).

Peut être est-ce moi qui m'exprime mal ou qui laisse un champ trop intuitif dans mes propos alors je tente l'électrochoc, si un jour une famille vous faisait un procès avec une preuve écrite, ou un témoin, que votre vidéo ait influencée le passage à l'acte, vous expliqueriez le bien fondé de votre théorie au juge ou aux parents ?

L'expérience de ces échanges me fait penser très fortement à une maxime confucéenne que je vais adapter pour l'occasion tout en restant respectueux : "Quand l'ignorant montre la lune, le théologien regarde le doigt".

Ceci sera véritablement ma dernière intervention, vous ne pourrez prétexter l'ignorance invincible.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10662
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: La théologie d'Arnaud Dumouch est-elle fiable ?

Message non lu par Cinci » mar. 22 août 2017, 4:50

Arnaud,
J'insiste, Seul le blasphème contre l'Esprit existe en enfer, à savoir le refus parfaitement lucide et parfaitement maîtrisé d'un salut fondé sur l'humilité et la charité (un refus de l'Evangile de Jésus pour résumer).

Tous les péchés mortels contre le Père (faiblesse) ou contre le Fils (par ignorance) sont pardonnés dit Jésus. Pourquoi ? Parce que face au Christ qui vient dans sa gloire, toute ignorance est enlevée, ainsi que toute faiblesse.
Votre interprétation est quand même discutable.

C'est sûr que vous ne retrouverez qu'un état de péché impardonnable en enfer, L'expression serait quasiment tautologique, Vous pouvez bien dire que tous les damnés sont des pécheurs contre le Saint Esprit.

Sauf qu'il est vrai aussi que l'Église n'a jamais fait appel à un péché extraordinaire - et là-dessus Paxetbonum a raison- pour expliquer qu'une personne pourrait aboutir en enfer. Comme il est dit dans le catéchisme de l'Église, ceux qui meurent en état de péché mortel descendent immédiatement en enfer. Or pour être en "état de péché mortel" : on peut y être de bien des façons. L'Apôtre Paul ne parlait pas de "péché de faiblesse bien pardonnable" quand il ébauchait pour nous une liste de péchés selon lesquels le pécheur impénitent ne pourrait hériter la vie. Le glouton, l'ivrogne, l'efféminé, le coléreux, etc. Un médecin avorteur impénitent est-il considéré par l'Église comme un sujet en état de péché mortel. Si ce type meurt avec les mêmes dispositions, sans regret, sans la moindre contrition sincère : son compte est bon.

Les numéros 1035, 1036 sont clairs.
1035 L'enseignement de l'Église affirme l'existence de l'enfer et son éternité. Les âmes de ceux qui meurent en état de péché mortel descendent immédiatement après la mort dans les enfers, où elles souffrent les peines de l'enfer, "le feu éternel".
Le catéchisme met l'accent sur la responsabilité de l'homme à l'état de veille et quand il lui est encore possible de se convertir. Il n'existe rien dans la tradition de l'Église au sujet d'une possible faculté que des défunts auraient de se convertir. Prétendre qu'un médecin avorteur impénitent aurait la chance de bénéficier d'une ultime entrevue en privée avec Jésus, et où il lui serait encore possible de déterminer lui-même l'état dans lequel il souhaiterait passer l'éternité, c'est affirmer qu'il serait possible à un individu mort de se convertir, et ce, en contradiction avec le catéchisme.

Le catéchisme ne nous explique pas qu'à la fin de leur vie, les grands pécheurs vont faire antichambre dans le couloir, pour y attendre l'apparition de Jésus et pouvoir enfin décider de quel côté ils souhaiteraient s'orienter.

On a beau vouloir étirer le dernier moment de vie à deux minutes après que l'individu ne semblerait plus donner signe de vie, on en arrive toujours à une limite. si on suppose que le type sur couché le billard devrait pouvoir bénéficier d'une vision particulière de Jésus dans ce qui serait ses derniers instants de vie en réalité, il ne s'agira pas d'une vision spéciale de Jésus alors que le sujet serait déjà entré dans la mort.

Le catéchisme met l'accent sur la capacité que nous aurions de nous déterminer en fonctions des fins dernières, pendant que nous sommes dans la chair.

Vous dites que le meilleur moment pour pouvoir faire enfin un vrai choix éclairé serait quand nous serions débarrassés de notre gangue de chair qui nous pénaliserait salement.

Et je dis que cette vision des choses efface, relativise en minorant pas mal, l'agir à l'état de veille. L'exercice de la liberté dans la chair est minorée chez vous par rapport à un état spirituel où la véritable décision devrait se prendre. Il y a là comme un hiatus avec ce que dit l'Église catholique.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10662
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: La théologie d'Arnaud Dumouch est-elle fiable ?

Message non lu par Cinci » mar. 22 août 2017, 5:43

Amandina signale ...
2283 On ne doit pas désespérer du salut éternel des personnes qui se sont donné la mort. Dieu peut leur ménager par les voies que lui seul connaît, l’occasion d’une salutaire repentance. L’Église prie pour les personnes qui ont attenté à leur vie.
Oui, c'est très clair aussi jusqu'à un certain point. Dieu peut ...

C'est à dire que Dieu en sait plus long que nous. Quand nous sommes tributaires des apparences, alors Dieu peut bien avoir visité notre sujet à notre insu comme dans l'histoire du curé d'Ars, tel dans son histoire du type ayant eu le temps de demander pardon à Dieu, entre le moment où les pieds quitte le pont et celui de la réception dans l'eau. Il reste toujours un élément d'incertitude.

Le numéro 2283 du catéchisme ne nous confirme pas spécialement, en revanche, le scénario d'un passage de la mort et dans lequel l'âme du suicidé (désentravée de la chair) pourrait enfin effectuer le bon choix.

Les voies que Dieu seul connaît peuvent aussi bien se référer à l'état personnel le plus intime de la personne et que même ses parents ignoreraient. Une personne suicidaire parce que malade (elle entend des voix) pourrait s'être jeté sous un train et pratiquement contre sa volonté. Il y a le cas des fameuses vierges consacrées du temps de saint Augustin, qui préfèrent se suicider en se jetant du haut des murailles à Carthage, pour se garder intactes pour leur Dieu. pour éviter de devoir céder aux violences des Vandales. A quoi pense au juste le rédacteur du catéchisme à Rome au moment où il corrige ses épreuves avant impression? A l'hypothèse d'Arnaud? Pas sûr.

Avatar de l’utilisateur
Arnaud Dumouch
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 568
Inscription : sam. 27 sept. 2008, 5:55
Localisation : Belgique
Contact :

Re: La théologie d'Arnaud Dumouch est-elle fiable ?

Message non lu par Arnaud Dumouch » mar. 22 août 2017, 7:13

Christophe, vous vous sentez jugé ?

C'est probablement parce que vous vous rendez compte que l'idée même que tout suicide se vaut et pourrait mériter l'enfer éternel est absurde.

Il existe même des suicides qui sauvent des vies. Je pense à l'acte du colonel Von Staufenberg quand il essaya de tuer Hitler. S'il avait fait un attentat suicide pour être certain de ne pas rater le dictateur assassin, il aurait sauvé des millions de vie.

Il existe à l'inverse des suicide qui vise à faire souffrir l'autre : je pense à ce mari qui, subissant un divorce en France, a commencer par tuer ses deux enfants avant de se jeter sous un train. Il s'est ainsi vengé de sa femme.

Et puis il y a les suicides par désespoir, qui sont en fait des appels à un sauveur qui ne vient pas.

Bref, il faut cesser de regarder cet acte de manière simpliste. Il faut savoir regarder la complexité des actes humains.
Arnaud

Avatar de l’utilisateur
Arnaud Dumouch
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 568
Inscription : sam. 27 sept. 2008, 5:55
Localisation : Belgique
Contact :

Re: La théologie d'Arnaud Dumouch est-elle fiable ?

Message non lu par Arnaud Dumouch » mar. 22 août 2017, 7:26

Cinci, Vous écrivez ceci :
Le numéro 2283 du catéchisme ne nous confirme pas spécialement, en revanche, le scénario d'un passage de la mort et dans lequel l'âme du suicidé (désentravée de la chair) pourrait enfin effectuer le bon choix.
Ce qui est en gras me déplaît. Ce n,'est pas le fait d'être désentravé de la chair qui rend pleinement lucide. C'est le fait de voir le Christ glorieux. Et parfois, cela se passe juste avant l'arrêt du coeur et cela provoque le même effet de parfaite lucidité.

D'autre part, pour trouver cet aspect dans le catéchisme de l'Eglise catholique, il vaut mieux se tourner vers les articles 633 et 634:
Après avoir dans l'article 633 dit que Jésus est allé à la rencontre de tous ceux qui l'avaient précédés dans la mort, dans l'article 634 il est dit que Jésus est aussi allé voir tous ceux qui l'ont suivis dans la mort. Jésus est bien allé voir tous les hommes qui sont mort avant et après Lui ; il les a rejoint à l'heure de leur mort.
Et c'est ce qu'il annonce ici : En vérité, en vérité, je vous le dis, l'heure vient -- et c'est maintenant -- où les morts entendront la voix du Fils de Dieu, et ceux qui l'auront entendue vivront. » (Jn 5, 25)
633 Le séjour des morts où le Christ mort est descendu, l’Écriture l’appelle les enfers, le Shéol ou l’Hadès (cf. Ph 2, 10 ; Ac 2, 24 ; Ap 1, 18 ; Ep 4, 9) parce que ceux qui s’y trouvent sont privés de la vision de Dieu (cf. Ps 6, 6 ; 88, 11-13). Tel est en effet, en attendant le Rédempteur, le cas de tous les morts, méchants ou justes (cf. Ps 89, 49 ; 1 S 28, 19 ; Ez 32, 17-32) ce qui ne veut pas dire que leur sort soit identique comme le montre Jésus dans la parabole du pauvre Lazare reçu dans " le sein d’Abraham " (cf. Lc 16, 22-26). " Ce sont précisément ces âmes saintes, qui attendaient leur Libérateur dans le sein d’Abraham, que Jésus-Christ délivra lorsqu’il descendit aux enfers " (Catech. R. 1, 6, 3). Jésus n’est pas descendu aux enfers pour y délivrer les damnés (cf. Cc. Rome de 745 : DS 587) ni pour détruire l’enfer de la damnation (cf. DS 1011 ; 1077) mais pour libérer les justes qui l’avaient précédé (cf. Cc. Tolède IV en 625 : DS 485 ; Mt 27, 52-53).

634 " La Bonne Nouvelle a été également annoncée aux morts... " (1 P 4, 6). La descente aux enfers est l’accomplissement, jusqu’à la plénitude, de l’annonce évangélique du salut. Elle est la phase ultime de la mission messianique de Jésus, phase condensée dans le temps mais immensément vaste dans sa signification réelle d’extension de l’œuvre rédemptrice à tous les hommes de tous les temps et de tous les lieux, car tous ceux qui sont sauvés ont été rendus participants de la Rédemption. »


extension de l’œuvre rédemptrice à tous les hommes de tous les temps et de tous les lieux, car tous ceux qui sont sauvés ont été rendus participants de la Rédemption
Arnaud

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9491
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: La théologie d'Arnaud Dumouch est-elle fiable ?

Message non lu par PaxetBonum » mar. 22 août 2017, 8:17

Arnaud Dumouch a écrit :
lun. 21 août 2017, 21:35

Tous les péchés mortels contre le Père (faiblesse) ou contre le Fils (par ignorance) sont pardonnés dit Jésus.
D'où tenez-vous cela ?
Les péchés ne sont remis qu'à ceux qui demandent pardon et reçoivent absolution dans la confession.
Notre Seigneur a même donné pouvoir à l'Eglise de lier sur terre et dans les Cieux.
Arnaud Dumouch a écrit :
lun. 21 août 2017, 21:35
je laisse à chacun le soin d'en juger. Hitler, c'est 50 millions de mort et une volonté de retarder le plus possible son suicide pour que les Allemands ne lui survivent pas.

Amanda Todd ne s'est pas suicidée parce qu'on lui a refusé une Nintendo, mais parce que, à 15 ans, elle a été harcelée par un criminel de 30 ans jusqu'au désespoir.
Il n'en reste pas moins que le suicide d'Hitler est un suicide de désespoir…
Selon votre thèse Hitler est de toute façon pardonné.

Pour l'exemple de l'enfant qui se suicide je ne prenais aucun cas particulier (je ne connais pas le cas que vous citez, je reprenais votre exemple vague face à Hitler).
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9491
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: La théologie d'Arnaud Dumouch est-elle fiable ?

Message non lu par PaxetBonum » mar. 22 août 2017, 8:20

Arnaud Dumouch a écrit :
mar. 22 août 2017, 7:26
extension de l’œuvre rédemptrice à tous les hommes de tous les temps et de tous les lieux, car tous ceux qui sont sauvés ont été rendus participants de la Rédemption[/u]
Mais aussi : "Ainsi en sera-t-il à la consommation du siècle : les anges sortiront et sépareront les méchants d'avec les justes,
et ils les jetteront dans la fournaise du feu ; là seront les pleurs et les grincements de dents. "

Il est question des méchants et des justes, état qui résulte de leur vie.
On ne devient pas ivraie ou bon grain après la mort, on en fait le constat face au Seigneur et on reçoit sa rétribution.
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
Arnaud Dumouch
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 568
Inscription : sam. 27 sept. 2008, 5:55
Localisation : Belgique
Contact :

Re: La théologie d'Arnaud Dumouch est-elle fiable ?

Message non lu par Arnaud Dumouch » mar. 22 août 2017, 8:31

PaxeetBonum, il est évident que si le péché d'ignorance et le péché de faiblesse n'existent pas en enfer, c'est parce qu'ils disparaîssent.

Et il disparaît de deux façon face au Christ :

1° Soit parce que, en voyant l'âme du Christ, on se repend en toute lucidité de tout.

2° Soit parce que, en voyant l'âme du Christ, on le méprise en toute lucidité de tout son coeur. Dans ce second cas, il ne reste plus que le blasphème contre l'Esprit qui est parfaitement lucide et maîtrisé.

Ainsi se réalise ce repère très clair que nous donne Jésus :
Matthieu 12, 31 Aussi je vous le dis, tout péché et blasphème sera remis aux hommes, mais le blasphème contre l'Esprit ne sera pas remis.
Matthieu 12, 32 Et quiconque aura dit une parole contre le Fils de l'homme, cela lui sera remis ; mais quiconque aura parlé contre l'Esprit Saint, cela ne lui sera remis ni en ce monde ni dans l'autre.
Arnaud

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9491
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: La théologie d'Arnaud Dumouch est-elle fiable ?

Message non lu par PaxetBonum » mar. 22 août 2017, 9:05

Arnaud Dumouch a écrit :
mar. 22 août 2017, 8:31
PaxeetBonum, il est évident que si le péché d'ignorance et le péché de faiblesse n'existent pas en enfer, c'est parce qu'ils disparaîssent.
Donc je peux continuer a être gourmand, avare, paresseux sans aucune crainte puisque cela disparaît.
Puis-je continuer à voler et violer aussi ?
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
Libremax
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1138
Inscription : mer. 01 avr. 2009, 16:54
Conviction : chrétien catholique

Re: La théologie d'Arnaud Dumouch est-elle fiable ?

Message non lu par Libremax » mar. 22 août 2017, 9:21

PaxetBonum a écrit :
mar. 22 août 2017, 9:05
Arnaud Dumouch a écrit :
mar. 22 août 2017, 8:31
PaxeetBonum, il est évident que si le péché d'ignorance et le péché de faiblesse n'existent pas en enfer, c'est parce qu'ils disparaîssent.
Donc je peux continuer a être gourmand, avare, paresseux sans aucune crainte puisque cela disparaît.
Puis-je continuer à voler et violer aussi ?
Je ne suis pas un spécialiste du Dumouchisme, mais la réponse me semble, à moi, assez évidente ici:
Non, bien entendu, vous ne devez pas, parce que ces péchés vous font prendre un risque trop important, vous entraînent sur une pente vertigineuse qui mène à la rupture avec Dieu.
Dans l'au-delà, ce ne serait plus la satisfaction de la bonne chère ou de la chair qui vous empêcherait de vous tourner sincèrement vers le Seigneur, c'est l'orgueil que le sentiment d'impunité aurait fait naître en vous en continuant de vivre dans le péché. Orgueil par trop incompatible avec l'Esprit Saint.

Avatar de l’utilisateur
Arnaud Dumouch
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 568
Inscription : sam. 27 sept. 2008, 5:55
Localisation : Belgique
Contact :

Re: La théologie d'Arnaud Dumouch est-elle fiable ?

Message non lu par Arnaud Dumouch » mar. 22 août 2017, 9:34

PaxetBonum a écrit :
mar. 22 août 2017, 9:05
Arnaud Dumouch a écrit :
mar. 22 août 2017, 8:31
PaxeetBonum, il est évident que si le péché d'ignorance et le péché de faiblesse n'existent pas en enfer, c'est parce qu'ils disparaîssent.
Donc je peux continuer a être gourmand, avare, paresseux sans aucune crainte puisque cela disparaît.
Puis-je continuer à voler et violer aussi ?
Je vous remets la réponse ci dessus.
Le contresens le plus fréquent qui est fait par des lecteurs superficiels de l'annonce de la vénue du Christ miséricordieux à l'heure de la mort est celui ci : Un lecteur superficiel pourrait penser que l'on peut toujours reporter à demain le jour de son conversion, que l'on peut même attendre la mort pour se convertir, voir même après la mort. Ce qui est terrible.

c'est une objection majeure. Mais elle se résout facilement



C'est le même contresens que ceux qui, de tout temps, détournèrent l'existence du sacrement de pénitence pour se dire :
"Je pèche. Je me repent et me confesse à l'heure de ma mort et hop ! Je suis sauvé !"
Les personnes qui calculent ainsi ont à mon avis un esprit qui n'est pas fait pour comprendre ce qu'est la miséricorde pour raisonner ainsi et en abuser.


Les péchés mortels (de faiblesse et d'ignorance), il ne faut pas jouer avec eux, même si toute faiblesse et ignorance sont enlevés à la venue du Christ. En effet, si on s'y complait, on fabrique en son âme un goût pour l'égoïsme et l'orgueil qui nous attirera vers la liberté solitaire, qui est justement ce qu'annonce Lucifer en enfer. Mais face au Christ, ce sera devenu un péché mortel contre l'Esprit Saint car il n'y aura plus que lucidité et maîtrise de soi.

Ce poids du péché risque bien, face à la parousie du Christ, de nous faire mépriser sa douceur et sa petitesse (qui sont sa gloire principale) et nous dirons :
"Ce n'est que ça le Christ ?  :mrgreen:  "
Donc  nous devons FUIR LE PÉCHÉ, par peur NON DU CHRIST mais de NOUS-MÊMES !

Et le péché nous guette. Il est invisible. Je me souviens de cette anecdote qui m'a frappé. A la fin des apparitions de Lourdes, on voulut protéger Bernadette. On lui trouva un couvent à Nevers dirigés par une religieuse de haute qualité, une grande ascète. Une fois, une dame demanda à voir Bernadette. Elle s'attendait à voir en Bernadette une grande mystique, pleine de transports. Or Bernadette n'aimait pas passer des heures à l'oraison. Elle était simple, et préférait servir en cuisine et dans le ménage. Le constatant, la dame fit cette remarque acide :
"Ce n'est que cela Bernadette ?  :oups:  ..."
à quoi Bernadette a répondu en riant : "Mais oui, madame, ce n'est que ça!". Et cela m'a frappé car je me suis dit que beaucoup d'entre nous, chrétiens fervents et secrètement assez sûr de notre salut, nous réagirons peut-être de la même façon FACE A LA SAINTE VIERGE, QUI EST la plus petite (d'où sa royauté au Ciel).

Je suis inquiet pour notre salut. Combien d'entre nous ne se reconnaîtront qu'en suivant "Lucifer le Grand" ? Face à la "grandiose" apparition de Lucifer, ce roi de la fierté solitaire et individualiste, nous risquons bien de reconnaître notre vrai chemin...

Donc, la peur de l'enfer ne doit plus venir de Dieu ! Lui, il est prêt à pardonner TOUT, 70 fois 7 fois, si nous nous repentons.

La peur doit venir de NOUS. Car personne ne sait s'il ne sera pas déçu, lors de la venue du Christ dans sa gloire, par tant d'HUMILITE...
[/quote]
Arnaud

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Cinci, Majestic-12 [Bot] et 24 invités