La crainte de Dieu

« Assurément, il est grand le mystère de notre religion : c'est le Christ ! » (1Tm 3.16)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions de théologie dogmatique
Yohan
Civis
Civis
Messages : 7
Inscription : sam. 11 sept. 2021, 17:34

Re: La crainte de Dieu

Message non lu par Yohan » mar. 14 sept. 2021, 16:35

Bonjour,

La crainte de Dieu s'est érodée dans le cœur de beaucoup de croyants, dont je fais peut-être partie. Je crois qu'il s'agit d'une tendance qui s'est étendue vers le début du XXe siècle. Il y a certainement plusieurs raisons qui pourraient expliquer cette tendance. L'une d'entre elles, qu'il ne m'appartient pas de juger, repose notamment sur les écrits de sainte Thérèse de Lisieux.
Souvenons-nous de sa dernière lettre à l'abbé Bellière qui se termine par ces mots : « Je ne puis craindre un Dieu qui s'est fait pour moi si petit... Je l'aime !... Car il n'est qu'amour et miséricorde ! »

Altior
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2353
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: La crainte de Dieu

Message non lu par Altior » mar. 14 sept. 2021, 19:57

Bonjour, Yohan !
Yohan a écrit :
mar. 14 sept. 2021, 16:35
(...) sainte Thérèse de Lisieux.
Souvenons-nous de sa dernière lettre à l'abbé Bellière qui se termine par ces mots : « Je ne puis craindre un Dieu qui s'est fait pour moi si petit... Je l'aime !... Car il n'est qu'amour et miséricorde ! »
Mon problème c'est que je ne suis pas du tout persuadé que je verrai un Dieu si petit que ça. Petit, je l'ai vu maintes fois, comme par exemple Dimanche dernier. Il était presque aussi petit que mon ongle. Pourtant, je pense qu'un jour je le verrai très grand, très rayonant, comme je l'ai vu peint sous la tour, au sommet de l'église. Je crains qu'il me regardera avec des yeux extrèmement pénétrants et alors c'est moi qui sera si petit ! Je crains qu'il me posera une question, comme, par exemple, "pourquoi toi tu n'a pas été comme sainte Thérèse de Lisieux ? Pourquoi toi, qui a eu tout ce qu'il te faut toute ta vie, auquel j'ai donné un corps sain, une belle instruction, de bons amis et j'en passe tu as éparpillé ton temps sans faire ni la centième partie de ce que sainte Thérèse a fait dans sa courte vie ?". Et je crains, cher frère, je crains terriblement qu'à ce moment-là j'aurai la bouche sèche. Très sèche.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 11312
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: La crainte de Dieu

Message non lu par Cinci » mer. 15 sept. 2021, 0:00

Dieu n'est pas «rassurant»; Dieu n'est pas entièrement rationnalisable. Dieu est génial, artiste; Dieu créateur est une puissance cosmique effrayante. démesurée, scandalisante, Il a crée un monde tumultueux, impitoyable, monstrueux, glaciaire et incandescent. (Louis Evely, Souffrance, p. 78)

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 11312
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: La crainte de Dieu

Message non lu par Cinci » mer. 15 sept. 2021, 1:43

Pathos :

Croyez moi, si nos prêtres nous parlaient plus de l'Oeuvre de MV ou tout autre mystique digne de ce nom, plutôt que de l'Afghanistan ou des vaccins, les églises seraient pleines.
Les jeunes n'entendent absolument plus parler de Dieu ou de la religion d'une manière intéressante. Ni dans leur famille ni à l'école, mais absolument nulle part. Ils auraient bien besoin d'entendre parler des saints pour sûr.

Pathos
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1331
Inscription : dim. 17 avr. 2016, 19:32
Conviction : Catholique romain

Re: La crainte de Dieu

Message non lu par Pathos » mer. 15 sept. 2021, 7:48

Cinci a écrit :
mer. 15 sept. 2021, 0:00
Dieu n'est pas «rassurant»; Dieu n'est pas entièrement rationnalisable. Dieu est génial, artiste; Dieu créateur est une puissance cosmique effrayante. démesurée, scandalisante, Il a crée un monde tumultueux, impitoyable, monstrueux, glaciaire et incandescent. (Louis Evely, Souffrance, p. 78)
Tout ce chaos c'est à cause d'une certaine Eve ; en Eden tout était beau, harmonieux et paisible.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 11312
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: La crainte de Dieu

Message non lu par Cinci » mer. 15 sept. 2021, 21:42

Dans la pensée de l'auteur, sans même soulever l'idée de chaos nécessairement : il nous renverrait à la notion d'une grandeur qui nous dépasse de beaucoup. Un peu comme dans la même veine que chez Blaise Pascal avec «ce silence des espaces infinies qui m'effraient».. Un mystère qui suscite une sorte de crainte religieuse.

Dans son film des années 1950 Les dix commandements, le cinéaste Cecil B. de Mile avait tenté de générer cette sorte de crainte chez le spectateur à l'occasion de certaines scènes. Lors de la fameuse vision du buisson ardent sur la montagne, Une ambiance étrange. Pas si rassurante que ça en partant. On se situe en face d'un être inconnu dont la puissance semble être démesurée. Si nous avions pu assister en direct à la résurrection de Lazare, nous aurions sans doute tombé sous le coup d'une crainte de ce genre.

Trinité
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 3575
Inscription : lun. 02 févr. 2015, 22:50
Conviction : catholique

Re: La crainte de Dieu

Message non lu par Trinité » mer. 15 sept. 2021, 23:42

Pathos a écrit :
mer. 15 sept. 2021, 7:48
Cinci a écrit :
mer. 15 sept. 2021, 0:00
Tout ce chaos c'est à cause d'une certaine Eve ; en Eden tout était beau, harmonieux et paisible.
Bonsoir Pathos,

Mais non, le chaos existait avant Eve.
L'univers depuis sa création est un chaos!

Altior
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2353
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: La crainte de Dieu

Message non lu par Altior » jeu. 16 sept. 2021, 12:33

Trinité a écrit :
mer. 15 sept. 2021, 23:42
L'univers depuis sa création est un chaos!
Tiens ! Moi je prenais "Univers" pour synonime de "Cosmos". Or, kosmos est le contraire de chaos. Kosmos est un espace hautement organisé.

Trinité
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 3575
Inscription : lun. 02 févr. 2015, 22:50
Conviction : catholique

Re: La crainte de Dieu

Message non lu par Trinité » jeu. 16 sept. 2021, 13:57

Altior a écrit :
jeu. 16 sept. 2021, 12:33
Trinité a écrit :
mer. 15 sept. 2021, 23:42
L'univers depuis sa création est un chaos!
Tiens ! Moi je prenais "Univers" pour synonime de "Cosmos". Or, kosmos est le contraire de chaos. Kosmos est un espace hautement organisé.
Vous jouez sur les mots...
Je pense que vous avez cependant bien compris le sens de ma pensée...
Le cosmos est bien organisé et fait suite au chaos originel, , mais en perpétuel évolution avec des morts et créations nouvelles...

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 11312
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: La crainte de Dieu

Message non lu par Cinci » jeu. 16 sept. 2021, 18:38

Mais la façon de voir de Trinité pourrait se défendre.



Considérons :
Le monde a été crée bon

Attention : cela ne veut pas dire ordonné, harmonieux, mais seulement ordonnable, organisable.

Les sciences démontrent que l'univers, dès son origine, donc avant l'apparition de l'homme et le péché, était un monde cruel, ensanglanté et catastrophique.


[... et alors voyons comment le raisonnement peut être poussé]

Ne faudrait-il pas préciser la notion de désordre ? Tout désordre est-il un mal ? Certes, il y a un désordre qui est une conséquence du péché; mais il en est un autre qui est marche en avant vers un ordre.

Si Dieu avait construit le monde comme un artisan façonne son oeuvre, on ne comprendrait plus les échecs partiels, la proportion de déchets, le gaspillage de matière et de vies dont témoigne l'histoire de l'univers. Mais si Dieu a lancé dans l'existence une matière animée d'un esprit évolutif et que celui-ci se cherche à travers d'innombrables essais, on peut dire qu'il a réussi son oeuvre du moment que la tentative débouche dans une percée triomphale.

L'ordre est final dans le monde et ne se justifiera pleinement que lors de son accomplissement (Le gémissement des créatures dans l'ordre divin du cosmos]. Les hommes, s'ils n'avaient pas péché, s'ils étaient restés lucides et unis, auraient pu achever la création . En découvrant ses lois et en améliorant son fonctionnement, ils seraient arrivés à faire de cette terre un vrai paradis. Cette tâche leur reste toujours proposée.

Cette vue sur l'origine du monde modifie l'idée que nous nous faisons de Dieu. Dieu n'est pas «rassurant»; Dieu n'est pas entièrement rationnalisable; Dieu est génial, artiste; Dieu créateur est une puissance cosmique effrayante, démesurée, scandalisante. Il a crée un monde tumultueux, impitoyable, monstrueux, glaciaire et incandescent. Mais ce monde possédait en soi les principes de son évolution, les germes d'un discernement entre lumière et ténèbres, entre la terre et les eaux.

Dieu reste-t-il impassible, et comme neutre, devant l'usage de notre liberté ? Regarde-t-il du «haut du ciel» nos massacres, comme nous regarderions les remous d'une fourmillière, attendant la fin pour «juger les vivants et les morts» ? Imaginer Dieu ainsi, c'est s'exposer pu bien à ne plus croire en Lui (Comment supporter une pareille image de l'amour ?) ou bien à dissocier, faire deux parts dans sa vie : celle dans laquelle on pense à Dieu en oubliant tout le reste, et celle qui consiste à penser tout le reste - en essayant d'oublier Dieu.

Mais c'est évidemment faux. Dieu a voulu l'homme libre (cf. fil "Qu'est-ce qu'être libre ?") Dieu a permis ce risque effrayant que parce qu'il se sentait assez fort pour lutter d'intervention avec l'homme. Pour compenser par ses initiatives d'amour, tout ce que l'homme imaginerait de mal.

Un dialogue solennel s'est engagé entre Dieu et la créature. Dieu dit : «Tu feras ce que tu voudras, mais moi, je t'avertis que chaque fois J'inventerai de quoi triompher de ton mal, Je ne t'abandonnerai jamais. Je ferais de chacune de tes fautes, d'heureuses fautes. Je te proposerai sans cesse de merveilleuses réparations de tes saccages ("Ô Dieu qui avez crée l'homme dans la grandeur et l'avez restauré d'une manière plus admirable encore ...") Tout sera plus beau que si tu n'avais jamais péché. De ta honte et de ta peine, moi, Dieu, je tire une vertu qui n'aurait pas existé si tu n'avais pas failli. Adam a mal usé de sa liberté ? Felix culpa : le Verbe s'est fait chair et Il est venu demeurer parmi nous. Ève vous a perdus ? J'ai inventé Marie. Chacun de vous est tourmenté par des désirs de fruits défendus ? Chacun sera tenté et dévoré d'une soif du Dieu vivant. Ayez confiance : J'ai vaincu le mal.

Louis Evely

Trinité
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 3575
Inscription : lun. 02 févr. 2015, 22:50
Conviction : catholique

Re: La crainte de Dieu

Message non lu par Trinité » jeu. 16 sept. 2021, 21:39

Très intéressant ce article Cinci!
Merci.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 11312
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: La crainte de Dieu

Message non lu par Cinci » ven. 17 sept. 2021, 23:21

Un petit mot relatif à la crainte de Dieu chez Thérèse d'Avila ...

Thérèse d'Avila :

Ô mon Jésus ! Que puis-je faire comprendre avec quelle majesté vous vous dévoilez à l'âme ! Comment dire jusqu'à quel point vous vous montrez le Maître absolu de la terre et des cieux, de mille autres mondes encore, et de mondes et cieux sans nombres que vous pourriez créer ! A la vue de cette Majesté , l'âme comprend que tout cela ne serait encore rien pour un Maître tel que vous !

On devine l'impression de l'âme devant cette puissance qui se manifeste et parfois écrase :

Ces paroles, en effet, se font entendre parfois avec une majesté souveraine , et sans considérer celui qui nous les dit, nous sommes pris de frayeur si ces paroles sont pour nous des reproches; mais si ces paroles sont des paroles d'amour, elles nous consument d'amour.

Pour recevoir ces faveurs divines il faut beaucoup de courage, et toujours elles produisent l'humilité et la confusion. Là on trouve la confusion et le vrai repentir du péché. Malgré l'amour dont l'âme se voit l'objet de la part de son Dieu , elle ne sait ou se mettre et se consume toute entière.

L'humilité qui vient de Dieu expérimente l'écrasement de sa transcendance en même temps que la suavité de son amour.

L'âme est dans la joie et la paix, les suavités et la lumière. La peine qui l'éprouve est une peine qui l'encourage ... Elle gémit d'avoir offensé Dieu, mais elle se sent dilatée par sa miséricorde. La lumière qui l'inonde la porte non seulement à se confondre elle-même, mais aussi à chanter les louanges de cette Majesté suprême qui l'a supportée si longtemps.

Ste Thérèse d'Avila, Vie, chap. XXX cité dans Père Marie-Eugène de l'Enfant-Jésus, chapitre «Faveurs extraordinaires» ,Je veux voir Dieu, 1956, p. 749
On voit bien qu'il s'agit d'amour filial et qui peut laisser cohabiter en même temps un sentiment complexe.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 11312
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: La crainte de Dieu

Message non lu par Cinci » ven. 17 sept. 2021, 23:32

Ah ! et tiens à la page suivante ...

«Moïse dut découvrir. à la vue du buisson ardent, des vérités tellement profondes, qu'elles lui donnèrent le courage d'entreprendre ce qu'il a accompli pour le peuple d'Israël» (Ste Thérèse d'Avila)

p. 750
Moïse est devenu un craignant Dieu en quelque sorte. Une crainte salutaire ...

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 11312
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: La crainte de Dieu

Message non lu par Cinci » dim. 26 sept. 2021, 0:41

La crainte de Dieu

https://archive.org/details/podcast_per ... 0392982606

La bonne et la mauvaise crainte de Dieu - un enseignement pas facile à assimiler. Loin des platitudes usées à propos de Dieu.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 13 invités