Comment considérer la Génèse ?

« Alors il leur ouvrit l'esprit à l'intelligence des Écritures. » (Lc 24.45)
Règles du forum
Forum d'échanges sur la Sainte Bible.
Avatar de l’utilisateur
TREBLA
Barbarus
Barbarus

Re: Comment considérer la Génèse ?

Message non lu par TREBLA » jeu. 23 févr. 2017, 23:58

Cher Cinci,

Merci pour votre réponse datée du 21 févr. 2017, ??:38.
La création ne correspond pas à un phénomène statique, figé, fini, passé. Nous sommes en régime de création continue, et ce, jusqu'à cette fin ultime dont fait état le livre de l'Apocalypse. (Cinci)
Il nous faut une bonne défintion du mot «création».
  • Action de créer, de tirer du néant : La Genèse raconte la création du monde.
  • Avec une majuscule, la création du monde dans la Bible.
  • Ensemble des êtres et des choses créés ; l'univers considéré comme l'œuvre d'un créateur : Les poètes qui chantent les merveilles de la création.
http://www.larousse.fr/dictionnaires/fr ... tion#20186
Selon les définitions ci-dessus, la Création avec une majuscule est un événement historique. La Sainte Bible, spécifiquement la Genèse, nous parle de cet événement dans les formes du passé.
Dieu créa les cieux et la terre. (Gn 1, 1)
Dieu créa l’homme à son image, il le créa à l’image de Dieu, il créa l’homme et la femme. (Gn 1, 27)
Et quand est-ce que tout cela a eu lieu?
Au commencement (Gn 1, 1)
Alors, quand je parle de la Création, je parle d'«un phénomène statique, figé, fini, passé». Jésus, lui aussi, parle d'un événement historique quand il s'agit de la Genèse.
Il répondit: N’avez-vous pas lu que le créateur, au commencement, fit l’homme et la femme. (Matthieu 19, 4)
Que le Seigneur vous bénisse.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10249
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Comment considérer la Génèse ?

Message non lu par Cinci » ven. 24 févr. 2017, 20:53

Bonjour Trebla,
Alors, quand je parle de la Création, je parle d'«un phénomène statique, figé, fini, passé». Jésus, lui aussi, parle d'un événement historique quand il s'agit de la Genèse.
Jésus se réfère à l'origine en Dieu (« Dans le principe ... ») Et Dieu lui-même est hors du temps. Dieu appelle le monde à l'existence. Et le monde c'est toute l'activité de Dieu à tout moment : hier, aujourd'hui, demain. C'est ce que je voulais dire.

Certains imaginent plutôt que Dieu a fabriqué un homme il y a dix mille ans à partir de rien. Ainsi, Dieu descend des nuages pour faire une créature d'un seul coup. Voilà! C'est fait. Fini. Avant : il n'y a rien. Après : tout est en place avec la chaîne de l'Himalaya. Pour eux, la création correspond à un moment précis qui serait de l'ordre du faire. Dieu a fait la terre à tel moment dans le passé. La création est un événement du passé.

J'avais en vu ces deux types de représentations.

Or celle que je fais mienne :
Ce n'est pas seulement au « commencement » que Dieu a crée le monde, en lançant dans l'existence le premier atome d'hydrogène; c'est à tout instant que Dieu nous arrache en quelque sorte au néant, que Sa main nous soutient! Les psaumes célèbrent à l'envi cette main d'où jaillit l'univers : « Il tient dans sa main les profondeurs de la terre. Et les sommets des montagnes sont à Lui : A Lui la mer, c'est Lui qui l'a faite, Et les continents que ses mains ont pétris » Psaume 95

Dieu est au plus intime de mon être, suscitant le dynamisme de mon intelligence, de mes désirs, de mon corps. Dieu est davantage présent à mon corps que mon âme : celle-ci ne procure pas l'existence à mon corps et n'en connaît pas tous les secrets, tandis que Dieu ne cesse de créer mon corps et d'en connaître toutes les fibres.

Mais on ne le dira jamais assez,
- l'acte créateur ne se situe pas seulement au début du monde pour lancer le premier noyau de la matière; c'est perpétuellement que Dieu crée le monde;
- la science ne pourra jamais détecter cette action créatrice de Dieu. Même lorsque l'hypothèse du big-bang initial deviendra une vérité scientifique indiscutée, l'affirmation d'une Cause créatrice restera toujours une affirmation méta-physique, que la Physique ne pourra jamais démontrer,

Abbé Pierre Descouvemont, Guide des difficultés de la foi catholique, p. 280
Le café est un breuvage qui fait dormir quand on en prend pas.
- Alphonse Allais

Avatar de l’utilisateur
Xavi
Prætor
Prætor
Messages : 1782
Inscription : mar. 28 juil. 2009, 14:50

Re: Comment considérer la Génèse ?

Message non lu par Xavi » sam. 25 févr. 2017, 12:58

Le dialogue entre Trebla et Cinci est utile pour montrer que les deux points de vue discutés ne s’excluent pas.

Entre « un évènement du passé » et « pas seulement un évènement du passé », il n’y a, en réalité, aucune contradiction : seulement deux points de vue qui peuvent choisir ou non de se rencontrer.

Ce que nous pouvons penser de la Genèse et de la création, au-delà du temps et de l’espace, a toute sa pertinence. L’allégorie, le symbolique et tout ce qui peut nous aider à dépasser les réalités terrestres sont au cœur de la Parole de Dieu. C’est la révélation de Dieu et notre salut qui sont le but et la clé de compréhension de toute la Genèse et de toute l’Ecriture Sainte.

Mais, pourquoi aller du très juste « pas seulement » vers un refus de toute considération concrète et historique ?

Comme si il n’y avait rien d’intéressant, ni d’utile pour la foi dans le concret.

Comme si on ne pouvait penser au « passé », « figé » du Christ à cause de sa présence éternelle et de la force de signification de toutes ses paroles et de tous ses actes « figés » dans l’histoire passée.

La réalité terrestre et corporelle n’est pas méprisable.

C’est, au contraire, dans cette réalité que Dieu a voulu nous créer, qu’Il a choisi de s’incarner lui-même, et qu’il veut nous sauver.

Notre salut n’est pas seulement spirituel. Nous attendons « pas seulement » mais « aussi » la résurrection de la chair.

Il ne faut pas avoir peur du concret, de la réalité historique de l’action de Dieu dans le monde et dans chacune de nos vies, ni de tout ce que l’exégèse et les sciences peuvent nous apporter pour mieux comprendre la réalité concrète et historique, même dans les textes allégoriques ou les modes d’expression de l’antiquité. C’est d’une grande importance pour le salut de l’homme dans le respect de son intégrité qui est spirituelle « et » corporelle. Esprit, corps et âme. Pas seulement corps, certes. Mais, pas davantage seulement esprit.

Quelle que soit l’opinion de chacun, à la seule exception des humains, ni les plantes, ni les animaux, ni aucune autre créature terrestre dans la réalité historique n’a une âme immortelle, aucune n’est une personne qui subsiste au-delà de la cessation de son existence terrestre précaire, aucune n’a une conscience spirituelle qui transcende sa réalité historique.

Dans l’histoire concrète, il faut donc, certes « pas seulement » mais nécessairement, envisager un fait « figé » du passé, aussi « figé » que le temps de la vie terrestre passée de Jésus de Nazareth.

Y avait-il des âmes humaines immortelles au moment du Big Bang, lors de la formation de notre galaxie ou de notre planète, au temps des dinosaures ou à l’époque des australopithèques ?

Suffit-il de balayer toute réflexion par un « on ne peut rien savoir » ou « cela n’a aucun intérêt » ?

Mais, n’y a-t-il pas un risque de s’aveugler sur ce que nous sommes et sur ce que Dieu nous offre ?

Une offre « pas seulement » spirituelle.
Dernière modification par Xavi le lun. 27 févr. 2017, 16:04, modifié 1 fois.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10249
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Comment considérer la Génèse ?

Message non lu par Cinci » dim. 26 févr. 2017, 1:18

Xavi,

Vous m'étonnez grandement avec ces remarques. Il me semble que vous voyez beaucoup de choses, plusieurs aussi dont je ne pas sûr que cela devrait faire partie de mes idées,

:!:

Je ne me reconnais pas dans ce portrait. Là, vous avez perdu le contact avec la réalité de vos interlocuteurs.

Jeremie-Daniel
Censor
Censor
Messages : 109
Inscription : sam. 17 nov. 2012, 10:52

Re: Comment considérer la Génèse ?

Message non lu par Jeremie-Daniel » dim. 26 févr. 2017, 16:33

Bonjour à tous,

Chacun reçoit la genèse comme il l'entends et ce débat montre de la diversité dans les opinions. Cependant on ne peut pas faire dire à la bible ce qu'elle ne dit pas où lui faire subir toutes les contorsions imaginables pour, à tout prix, la faire correspondre avec des suppositions et autres erreurs humaines. Ou à des théories pseudo-scientifiques bâties sur le sable mouvant de la supposition.

La Genèse recèle des généalogies. Depuis Adam jusqu'Abraham. Puis plus tard dans la bible,d'Abraham jusque Jésus.
Cela élimine une première erreur répandue chez les adversaires de la Sainté parole. L'erreur des personnages "fictifs"
Tous les personnages ont une descendance et figurent dans une généalogie. En conséquence, s'ils n'ont pas existés leur descendants non plus.

La création de l'homme est biblique. La genèse n'enseigne qu'une équation: corps+souffle des vies= âme .
Nous pouvons retourner la genèse dans tous les sens. C'est la seule équation qui existe.
C'est au moment où l'homme reçu le souffle qui l'anime qu'il devint une âme. Il n'est dit nulle part,dans la bible, que l'homme était une sorte de primate et qu'il reçu quelque chose étant déjà vivant. Nulle part...

Le fait que les récits comme le déluge soient présents dans des civilisations ayant eu une existence avant Moïse qui est réputé l'avoir écrit ne signifie ni que la bible se trompe ni que la bible à plagié le récit de Gilgamesh. Moïse a écrit la genèse à une époque. Cela signifie-t-il que ces événements antérieurs n'ont pas été permis par Dieu ? Un esprit superficiel pourrait le croire...ou alors une personne dont la foi est bien fragile.
Les récits du déluge dans d'autres civilisations sont autant d'éléments en faveur de sa réalité. N'oublions pas que tout se faisait par transmission orale avec toutes les erreurs possibles qui expliquent les différences entre les récits.
Ainsi en est-il de la tablette d'abydos: le récit du début de l'humanité avec ses Dieux et ses demi-Dieux parlent de Mena (l'homme)...Shesh (la femme)....Thêta-Khent ( le coupable "Cain") cela ne vous rappelle rien ?

La genèse recoupe les éléments que Dieu veut que nous sachions. Pourquoi vouloir les déformer pour qu'elles correspondent à des suppositions humaines issues la plupart du temps d'adversaires de la bible?

Trinité
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 3316
Inscription : lun. 02 févr. 2015, 22:50
Conviction : catholique

Re: Comment considérer la Génèse ?

Message non lu par Trinité » lun. 27 févr. 2017, 0:37

Jeremie-Daniel a écrit :
dim. 26 févr. 2017, 16:33
Bonjour à tous,

Chacun reçoit la genèse comme il l'entends et ce débat montre de la diversité dans les opinions. Cependant on ne peut pas faire dire à la bible ce qu'elle ne dit pas où lui faire subir toutes les contorsions imaginables pour, à tout prix, la faire correspondre avec des suppositions et autres erreurs humaines. Ou à des théories pseudo-scientifiques bâties sur le sable mouvant de la supposition.

La Genèse recèle des généalogies. Depuis Adam jusqu'Abraham. Puis plus tard dans la bible,d'Abraham jusque Jésus.
Cela élimine une première erreur répandue chez les adversaires de la Sainté parole. L'erreur des personnages "fictifs"
Tous les personnages ont une descendance et figurent dans une généalogie. En conséquence, s'ils n'ont pas existés leur descendants non plus.

La création de l'homme est biblique. La genèse n'enseigne qu'une équation: corps+souffle des vies= âme .
Nous pouvons retourner la genèse dans tous les sens. C'est la seule équation qui existe.
C'est au moment où l'homme reçu le souffle qui l'anime qu'il devint une âme. Il n'est dit nulle part,dans la bible, que l'homme était une sorte de primate et qu'il reçu quelque chose étant déjà vivant. Nulle part...

Le fait que les récits comme le déluge soient présents dans des civilisations ayant eu une existence avant Moïse qui est réputé l'avoir écrit ne signifie ni que la bible se trompe ni que la bible à plagié le récit de Gilgamesh. Moïse a écrit la genèse à une époque. Cela signifie-t-il que ces événements antérieurs n'ont pas été permis par Dieu ? Un esprit superficiel pourrait le croire...ou alors une personne dont la foi est bien fragile.
Les récits du déluge dans d'autres civilisations sont autant d'éléments en faveur de sa réalité. N'oublions pas que tout se faisait par transmission orale avec toutes les erreurs possibles qui expliquent les différences entre les récits.
Ainsi en est-il de la tablette d'abydos: le récit du début de l'humanité avec ses Dieux et ses demi-Dieux parlent de Mena (l'homme)...Shesh (la femme)....Thêta-Khent ( le coupable "Cain") cela ne vous rappelle rien ?

La genèse recoupe les éléments que Dieu veut que nous sachions. Pourquoi vouloir les déformer pour qu'elles correspondent à des suppositions humaines issues la plupart du temps d'adversaires de la bible?
Bonjour jeremie- Daniel.

En conséquence en suivant l'arbre généalogique de la genèse , et en raison du nombre d'humains depuis Adam jusqu'au Christ , sur une moyenne de vie d'approximativement de 100 ans par personne ,la création de l'homme serait de l'ordre de 10000 ans!
Dans le même cadre la création se serait effectuée en 6 jours!
Que faites vous des homo sapiens découvert par la science ? N'auraient ils jamais exister !

Avatar de l’utilisateur
apatride
Quæstor
Quæstor
Messages : 313
Inscription : lun. 06 juin 2016, 1:24
Conviction : Catholique romain

Re: Comment considérer la Génèse ?

Message non lu par apatride » lun. 27 févr. 2017, 1:14

Je trouve cette démonstration, dont je ne vous copie ici que la conclusion, assez intéressante dans sa capacité à soutenir le lien entre différents niveaux de lecture de la Genèse (dont l'aspect "factuel" ou premier niveau de lecture reste le plus décrié) :
Dr Gerald Schroeder a écrit :Aujourd'hui nous considérons le temps en regardant en arrière et nous voyons 15 milliards d'années. En regardant en avant lorsque l'univers était très petit - des milliards de fois plus petit - la Torah voit, elle, six jours. En vérité les deux visions peuvent être correctes.

Ce qu'il y a de sensationnel dans les quelques années qui se sont écoulées dans le domaine de la cosmologie c'est le fait que nous disposons aujourd'hui des données permettant de connaître la relation qui existe entre la perception du temps à l'origine et celle qu'on a du temps aujourd'hui. Ceci ne relève pas de la science-fiction. N'importe quel traité de physique fait état du même chiffre. Le rapport entre le temps proche de l'origine et celui d'aujourd'hui se chiffre à un million de millions. C'est un nombre composé d'un 1 suivi de 12 zéros. Si donc une observation depuis l'origine conduisait à dire " je vous envoie une impulsion toutes les secondes " verrions-nous pour autant arriver ces impulsions toutes les secondes ? Non. Nous les verrions arriver distantes d'un million de millions de secondes. Cela est dû à l'effet de dilatation induit par l'expansion de l'univers.

La Torah ne dit pas "chaque seconde", n'est-ce pas ? Elle parle de six jours. Comment percevrions-nous ces six jours ? Si la Torah disait qu'il est transmis de l'information pendant six jours, recevrait-on cette information sur 6 jours ? Non. Nous la recevrions sur une période de 6 millions de millions de jours. Car la Torah regarde depuis le début vers l'avant.

Six millions de millions de jours représentent un nombre très intéressant. Combien cela donne-t-il en années ? En divisant par 365 on obtient 16 milliards d'années; c'est l'estimation de l'âge de l'univers. Pour 3000 ans en arrière c'est pas mal deviné.

Le fait que ces deux chiffres coïncident est extraordinaire. Je ne m'exprime pas ici en tant qu'homme religieux. Je fais là une déclaration scientifique. Je n'ai pas sorti ces chiffres d'un chapeau. C'est pour cette raison que j'ai mené cette explication très lentement de telle sorte que vous puissiez la suivre pas à pas.

A présent on peut aller un cran plus loin. Considérons le développement du temps, jour après jour en nous appuyant sur le facteur d'expansion. A chaque fois que l'univers double, la perception du temps est divisée par deux. Lorsque l'univers était très petit il a doublé très rapidement. Mais à mesure que l'univers a grandi le temps de doublement s'est allongé exponentiellement. Le facteur d'expansion est mentionné dans le livre "The Principles of Physical Cosmology", livre qui est littéralement utilisé dans le monde entier.

(Pour information, ce facteur d'expansion exponentiel à pour valeur moyenne le chiffre de 10 à la puissance 12. C'est en fait la température de confinement du quark au moment où l'énergie devient matière: 10,9 x 10 à la puissance 12 exprimé en degré Kelvin divisé par (ou bien rapporté à) la température actuelle de l'univers soit 2,73 degrés. C'est le rapport initial qui a changé exponentiellement à mesure que l'univers s'est dilaté).

Le calcul se conduit comme suit:
  • Le premier des jours Bibliques a duré 24 heures selon la perspective "du commencement du temps". Cependant, selon notre perspective du temps la durée a été de 8 milliards d'années.
  • Le deuxième jour a duré 24 heures selon la perspective Biblique. Selon la nôtre, la durée a été la moitié du jour précédent, soit 4 milliards d'années.
  • Le troisième jour a aussi duré la moitié du jour précédent, soit 2 milliards d'années.
  • Le quatrième jour, un milliard d'années.
  • Le cinquième jour, un demi milliard d'années.
  • Le sixième jour, un quart de milliard d'années.
Lorsqu'on additionne les Six Jours, on obtient pour l'âge de l'univers 15,75 milliards d'années; le même que celui obtenu par la cosmologie moderne. Est-ce le fruit du hasard ?

Mais il y a plus. La Bible va plus loin et nous dit ce qui s'est produit chaque jour. A présent vous pouvez prendre la cosmologie, la paléontologie, l'archéologie et parcourir l'histoire du monde et constater, jour après jour, si ces périodes coïncident ou non. Je me permets de vous donner un indice: la correspondance est telle qu'elle a de quoi vous donner le frisson.
source : http://www.lamed.fr/index.php?id=1&art=374

Trinité
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 3316
Inscription : lun. 02 févr. 2015, 22:50
Conviction : catholique

Re: Comment considérer la Génèse ?

Message non lu par Trinité » lun. 27 févr. 2017, 1:46

Merci apatride!

Très intéressant !
Maintenant il reste à savoir qui a écrit la" Tora" car à part les dix commandements du mont sinaï , je ne pense pas que Moïse ait écrit la Tora!
L'information sur les 6 fameux jours ,aurait été donné également par Dieu à Moïse en l'occurrence ,car je ne vois pas un exégète de l'époque avoir une telle connaissance technique du temps sans information divine! :)
Avez vous une explication semblable pour l'arbre généalogique ,qui vraisemblablement nous ramène à 10000 ans!
Cela me paraît plus compliqué! ;)

Avatar de l’utilisateur
apatride
Quæstor
Quæstor
Messages : 313
Inscription : lun. 06 juin 2016, 1:24
Conviction : Catholique romain

Re: Comment considérer la Génèse ?

Message non lu par apatride » lun. 27 févr. 2017, 2:16

A chaud, je suppose que si les 6 premiers jours de la Genèse nous amène à 15,75 milliards d'années, 10 000 petites années supplémentaires ne viennent pas gêner la démonstration ; d'autant plus d'après celle-ci, la comptabilisation des années fonctionnerait selon deux calendriers, celui du temps cosmologique des 6 premiers jours, puis celui du temps humain.

Je cite de la même source :
La question que nous avons laissée en suspens est la suivante: depuis combien de temps le "début" s'est-il produit ? Est-ce, selon ce que semble impliquer la Bible, 5700 et quelques années ou bien est-ce les 15 milliards d'années acceptées par la communauté scientifique ?

La première chose que nous devons comprendre est l'origine du calendrier Biblique. Le calendrier juif s'obtient en additionnant les générations depuis Adam. En plus, il y a six jours qui précèdent la création de Adam. Ces six jours sont aussi significatifs.

Evidemment, la question pourrait être de savoir où nous plaçons l'origine. A Roch Hachana, la Nouvelle Année Juive, nous sonnons du Chofar à trois reprises pendant l'office de Moussaf. Immédiatement après, nous prononçons la phrase suivante:

"Hayom Harat Olam - C'est aujourd'hui le jour anniversaire du monde".

Ce verset semblerait impliquer que Roch Hachana commémore la création de l'univers. Mais il n'en est rien. Roch Hachana commémore certes une création mais ce n'est pas de la création de l'univers dont il s'agit. Nous sonnons du Chofar à trois reprises pour commémorer la dernière des trois créations qui s'est produite pendant les six jours de la Création. Initialement il y a eu la création de l'univers tout entier et des lois de la nature. Ensuite, le cinquième jour, il y a eu la création du Néfech, l'âme animale. Enfin, à l'issue du sixième jour il y a eu une création supplémentaire, celle de la Néchama, l'âme humaine. Roch Hachana ne commémore pas la première ni la seconde création mais la création de la Néchama, de l'âme humaine. Roch Hachana intervient précisément ici. Ce qui signifie que nous comptons 5700 et quelques années à partir de la création de l'âme humaine.

Nous avons donc une horloge qui démarre avec Adam et six jours qui sont comptés séparément. La Bible possède donc deux horloges.
Cela pourrait ressembler à une rationalisation moderne si les commentaires du Talmud ne nous avaient pas fourni cette information 1500 ans plus tôt. Dans le Midrach (Vaïkra Rabba 29:1), un développement du Talmud, tous les Sages sont d'accord sur le fait que Roch Hachana commémore la création de l'âme humaine et que les six jours de la création sont à part. Lorsque 1500 ans en arrière, cette information fut consignée pour la première fois, ce n'était pas parce qu'un Sage tel que Hillel fut interpellé par son fils de 10 ans en ces termes: " Papa, tu ne le croiras pas; nous sommes entrés aujourd'hui dans un musée et nous avons appris que l'univers est âgé de plusieurs milliards d'années ". Ce à quoi Hillel répondit alors: " Oh, changeons plutôt la Bible et mettons les six jours de côté! ". Ce n'est pas ce qui se produisit.

Vous devez vous mettre dans le même état d'esprit que celui d'il y a 1500 ans en arrière. A cette époque les gens se déplaçaient à dos d'âne, l'électricité n'existait pas, il n'y avait pas même de fermeture éclair. Pour quelle raison ces six jours auraient-ils été considérés comme étant en dehors du calendrier ? A l'époque il n'y avait aucun besoin de les considérer à part.

Ils ont été considérés à part parce que le temps y est décrit de façon différente. "Il y eut un soir et un matin" est une façon exotique, étrange, pour le moins inhabituelle de décrire le temps.

A partir de Adam, l'écoulement du temps s'effectue totalement en termes humains. Adam et Eve ont vécu 130 ans avant d'avoir des enfants ! Seth a vécu 105 ans avant d'avoir des enfants, etc. Mais avant cette époque, c'est un concept abstrait. "Un soir et un matin". C'est comme si vous considériez des événements d'un point de vue qui ne leur est pas intimement lié.

Trinité
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 3316
Inscription : lun. 02 févr. 2015, 22:50
Conviction : catholique

Re: Comment considérer la Génèse ?

Message non lu par Trinité » lun. 27 févr. 2017, 2:54

J'entends bien tout cela!
Et vous croyez que la création de l'homme avant Jésus Christ date de 5700 ans!
Alors qui sont les homo sapiens??

Avatar de l’utilisateur
apatride
Quæstor
Quæstor
Messages : 313
Inscription : lun. 06 juin 2016, 1:24
Conviction : Catholique romain

Re: Comment considérer la Génèse ?

Message non lu par apatride » lun. 27 févr. 2017, 3:28

Je n'engage pas ma croyance personnelle sur le sujet, disons que je m'interroge et que je trouve ces rapprochements troublants.

Mais si je devais défendre cette démonstration, à hauteur de ce que j'en comprends, le temps cosmologique est utilisé jusqu'au moment de la création de l'âme d'Adam, puis ensuite le temps humain prend le relais.

Aussi les homo sapiens peuvent très bien avoir existé durant le 6ème jour en temps cosmologique (soit les 250 millions d'années qui précèdent le temps humain).

Avatar de l’utilisateur
TREBLA
Barbarus
Barbarus

Re: Comment considérer la Génèse ?

Message non lu par TREBLA » lun. 27 févr. 2017, 3:36

Cher Trinité,

Vous posez une question très pertinente.
Alors qui sont les homo sapiens?? (Trinité)
Les premiers homines sapientes sont le premier couple qu'on trouve dans la Genèse. Selon le texte biblique, ils s'appellent Adam et Eve.
Dieu créa l’homme à son image, il le créa à l’image de Dieu, il créa l’homme et la femme. (Gn 1.27)
Que le Seigneur vous bénisse.

Jeremie-Daniel
Censor
Censor
Messages : 109
Inscription : sam. 17 nov. 2012, 10:52

Re: Comment considérer la Génèse ?

Message non lu par Jeremie-Daniel » lun. 27 févr. 2017, 9:53

Bonjour Trinité,

Il faut dissocier la création de la terre et celle de l'homme crée parfait. Adam fût crée parfait car le Jésus parfait est appelé le second Adam.
première conséquence un Adam imparfait issu d'un processus évolutif est une notion qui n'est pas biblique.

L'age de la terre (physique) ? nous n'en savons rien car la bible n'en parle pas. Les six jours sont dédier a son "aménagement" par Dieu.
Le mot jour ("yom" en hébreu) ne désigne quasiment jamais une période de 24 heures dans la bible mais des périodes plus longues (1000 ans...ou beaucoup plus).

Il est raisonnable de penser que ces jours d'aménagement correspondent aux ères de la géologie (Primaire , secondaire, tertiaire etc). Maintenant y-a-til eu des primates animaux avant l'homme ? probablement. Les fossiles retrouvés le laisse croire. Mais si l'homme en était issu,la bible l'aurait signalé et ce n'est pas le cas. L'homme est d'après la bible une création parfaite et directe. Adam était parfait avant sa chute.

Vous évoquez une période de 10000 qui aurait pu être plausible mais vous oubliez qu'avec le déluge l'humanité est sensée être repartie a partir de Noé avec 8 individus. Regardez la population mondiale actuelle: Elle est de plus de 7 milliard et était de 1,8 Milliard au début du siècle dernier. Son accroissement est donc exponentiel (même en tenant compte des guerres , famines , pestes etc...)

2 , 4 , 8 , 16 , 32.....une population double sur plusieurs décennies. Et cela est cohérent avec la bible. A contrario je vous laisse calculer ce que serait la population humaine avec:
-le système évolutionniste le plus court environ 100000 ans (je ne parle pas des millions d'années)
-un doublement de la population très lent (tous les siècles)

je vous laisse calculer....il y aurait aujourd'hui plusieurs kilomètres d'individus les uns sur les autres....

Ensuite nous pouvons déterrer le crane d'un primate ou d'un chimpanzé...lui accorder des milliards d'années et l’appeler Gaston , Alphonse ou Gustave...Chacun est libre de croire en ce qu'il veut. L'exemple de l'homme de Piltdown est a ce propos évocateur.

bien a vous. ;)

Trinité
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 3316
Inscription : lun. 02 févr. 2015, 22:50
Conviction : catholique

Re: Comment considérer la Génèse ?

Message non lu par Trinité » lun. 27 févr. 2017, 13:10

Dans le cadre de notre discussion fort intéressante , je vous propose de consulter l'article relatif au déluge ,de Paul Scély ,dans "science et Foi".
Malheureusement ,je n'arrive pas à passer le lien!

Avatar de l’utilisateur
Voyageur
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 580
Inscription : dim. 13 déc. 2009, 13:12
Conviction : Catholique

Re: Comment considérer la Génèse ?

Message non lu par Voyageur » lun. 27 févr. 2017, 13:34

Tu m'as montré les chemins de la vie,
Tu me rempliras de joie par ta présence.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 35 invités