Sur l'Exode

« Alors il leur ouvrit l'esprit à l'intelligence des Écritures. » (Lc 24.45)
Règles du forum
Forum d'échanges sur la Sainte Bible.
aroll
Quæstor
Quæstor
Messages : 261
Inscription : lun. 16 nov. 2009, 13:09

Re: L'incohérence de la Bible, ses mythes et légendes

Message non lu par aroll » sam. 18 févr. 2012, 12:54

Bonjour.
Libertatis a écrit :
L'histoire légendaire de Sargon, ne signifie pas forcément que celle de Moïse est inventée, mais il est tout à fait normal que cette histoire ait pu influencer la mère de Moïse dans sa décision en se souvenant que Sargon fini ainsi par devenir le premier roi de la dynastie d'Akkad en Mésopotamie.....
Au delà de cette inspiration pour du moins singulière, comment expliquez-vous l'absence de toute trace écrite égyptienne sur l'exode et sur la noyade d'un pharaon ?
Ce que j'aimerais surtout qu'on m'explique c'est la raison pour laquelle des égyptiens consigneraient par écrit, pour les générations suivantes, que leur brillante civilisation a été mise en échec, et leur quasi invincible armée a été totalement balayée, et humiliée par ce qu'ils considéraient plutôt comme un peuple de pouilleux semble-t-il aidé par une sorte de Dieu inconnu, immatériel, et même pas capable de leur éviter l'esclavage........

Ce qui peut tromper les gens, c'est la croyance totalement erronée que la pharaon en question était Ramesès II. Cette croyance vient du CHOIX de Cecil B De Mill, pour son film "les dix commandements", mais elle n'est pas inspirée par le récit de l'exode, parce que le nom du pharaon concerné n'y est mentionné à aucun moment.

Libertatis a écrit :
Enfin, au sujet de l'histoire de la théière, il est extrêmement caricatural, réducteur et donc faux de comparer la foi chrétienne avec la croyance gratuite en une théière flottant du côté de Mars.
Encore une fois, ce n'est pas une comparaison de la foi chrétienne mais une croyance qu'il a choisi car il trouvait assez absurde pour être sur qu'on ne puisse pas y adhérer. Si vous voulez une caricature de la foi chrétienne, la licorne rose invisible est plus appropriée.
Non, pour que la licorne rose invisible puisse prétendre à être une caricature à peu près valable, il faut des témoins psychologiquement stables et mentalement sains qui aillent jusqu'au martyr en continuant d'affirmer l'avoir vue.

Amicalement, Alain

aroll
Quæstor
Quæstor
Messages : 261
Inscription : lun. 16 nov. 2009, 13:09

Re: L'incohérence de la Bible, ses mythes et légendes

Message non lu par aroll » dim. 19 févr. 2012, 13:59

Bonjour.
Libertatis a écrit :
Ce que j'aimerais surtout qu'on m'explique c'est la raison pour laquelle des égyptiens consigneraient par écrit, pour les générations suivantes, que leur brillante civilisation a été mise en échec, et leur quasi invincible armée a été totalement balayée, et humiliée par ce qu'ils considéraient plutôt comme un peuple de pouilleux semble-t-il aidé par une sorte de Dieu inconnu, immatériel, et même pas capable de leur éviter l'esclavage........

Ce qui peut tromper les gens, c'est la croyance totalement erronée que la pharaon en question était Ramesès II. Cette croyance vient du CHOIX de Cecil B De Mill, pour son film "les dix commandements", mais elle n'est pas inspirée par le récit de l'exode, parce que le nom du pharaon concerné n'y est mentionné à aucun moment.
Donc pour vous cela s'explique par la honte ? Vous ne croyez pas qu'il y aurait au moins des indices sur cette gigantesque disparition ? Et ne vous pensez pas que les autres puissances n'auraient pas profiter de l'absence de toute armée égyptienne et ne se seraient pas intéressées à cette absence et ne l'aurait pas consignée ?
1) Non seulement c'est une honte, mais elle est même insupportable pour une telle civilisation, et même de nos jours, n'importe quel état, même démocratique ferait tout pour qu'une telle chose ne s'ébruite pas, de quoi regretter l'agence Tass.....
2) L'Egypte a (presque) toujours construit avec des ouvriers, pas avec des esclaves, si donc esclaves il y a eu à une époque, ce ne peut être que pour causes exceptionnelles, et il n'y a donc aucune difficulté à revenir ensuite au système habituel.
3)Il n'est pas envisageable, et même si le pharaon ignorait tout des risques, qu'il ait engagé TOUTES ses armées dans une seule zone géographique, il ne s'agissait donc forcément que D'UNE armée, et l'Egypte, n'était donc pas totalement démunie par la suite contre ses ennemis.

Il n'y a donc aucune chance de trouver des textes historiques égyptiens citant explicitement ces évènements, tout ce que l'on peut espérer, ce sont des indices interprétables, et à ce propos, j'ai un exemple, ce n'est peut être pas la solution, mais pourquoi pas.

Le pharaon Akhénaton était monothéiste (culte d'Aton), et certains de ses chants/poèmes se retrouveraient même dans la bible. À sa mort, le jeune Toutankhamon monte sur le trône et entreprend de restaurer la religion ancestrale autour du culte d'Amon, mais ce n'est visiblement pas suffisant, et le successeur de Toutankhamon, Ay, va plus loin en décidant la déportation, puis in fine l'expulsion du pays des monothéistes, rétablissant ainsi totalement le culte ancien, pourtant, après sa mort, son successeur ordonne le banissement de sa mémoire, les images le représentant et son nom sont effacés (martelés), et son sarcophage détruit (son nom n’est pas sur les tables d’Abydos qui est la liste des 76 prédécesseurs de Séthi premier).
Enfin, tout indique que la profanation de la sépulture a eu lieu peu de temps après l'inhumation, et sa momie n'a jamais été retrouvée........

On a donc un pharaon qui déporte des monothéistes (mise en esclavage des hébreux?),

puis qui les chasse du pays (une façon de ne pas avoir la honte d'admettre qu'on a du les laisser partir?),

qui restaure ainsi la religion d'origine, mais qui plutôt que d'en être glorifié se voit totalement renié et rejeté par tous après sa mort (Une vengeance après un échec cuisant inavouable?)

Voilà, dans la série, "indices troublant", c'était ma petite participation.
Libertatis a écrit : Et je tiens à réitérer la ma première question, pourquoi deux vicaires du Christ ont tenu les paroles que j'ai cité dans mon premier message ?
Des preuves?

Amicalement, Alain

aroll
Quæstor
Quæstor
Messages : 261
Inscription : lun. 16 nov. 2009, 13:09

Re: L'incohérence de la Bible, ses mythes et légendes

Message non lu par aroll » lun. 20 févr. 2012, 14:02

Bonjour.
Libertatis a écrit :
1) Non seulement c'est une honte, mais elle est même insupportable pour une telle civilisation, et même de nos jours, n'importe quel état, même démocratique ferai tout pour qu'une telle chose ne s'ébruite pas, de quoi regretter l'agence Tass.....
2) L'Egypte a (presque) toujours construit avec des ouvriers, pas avec des esclaves, si donc esclaves il y a eu à une époque, ce ne peut être que pour causes exceptionnelles, et il n'y a donc aucune difficulté à revenir ensuite au système habituel.
3)Il n'est pas envisageable, et même si le pharaon ignorait tout des risques, qu'il ait engagé TOUTES ses armées dans une seule zone géographique, il ne s'agissait donc forcément que D'UNE armée, et l'Egypte, n'était donc pas totalement démunie par la suite contre ses ennemis.
1) Vous ne croyez pas qu'ils auraient tout simplement cru à l'intervention de Ra ou de Seth ? Et il n'y a aucune trace de la perte brutale de tout une armée ou de la noyade d'un de leur roi, et, si tel était le cas, ils auraient été obligés de justifier cette perte et inventé une excuse.
2) Ou alors l'esclavage n'a jamais existé dans l'Egypte antique comme s'accorde tous les historiens.
3) A l'époque les armées n'étaient pas aussi fournies qu'aujourd'hui, une perte d'une seule armée provoque un affaiblissement considérable du pays tant qu'au plan des forces armées qu'au plan démographique.
1) Mais, ce que le pharaon, et les égyptiens en général pensent ou pas sur l'origine des évènements, ne change rien en la possible historicité DES FAITS.

À part cela, nous parlons quand même d'un peuple mis en esclavage et que le pharaon DOIT LAISSER PARTIR sous la pression de différents faits catastrophiques que le chef de ce peuple esclave dit depuis le début venir de SON DIEU, pas d'un autre. Il n'y a donc aucune raison pour un pharaon, supposé être lui même un demi Dieu et être de toute façon le préféré d'Amon et de tous ses copains, de croire que cela viendrait des siens.

2) L'esclavage n'était pas dans les moeurs des égyptiens, et il n'y a aucune trace écrite d'un quelconque esclavage, en égypte, maintenant, si l'on reprend l'exemple que j'ai donné, les écrits égyptiens disent clairement que les monothéistes ont été DÉPORTÉS dans un premier temps, puis chassés ensuite, cette déportation signifiait peut être une mise en esclavage, parce que sinon, quel était la punition liée à cette déportation ? Des camps ? Il n'y en a pas de traces non plus, pourtant ce sont les égyptiens eux même qui parlent de déportation, donc de sanction forte.

3) Ah bon ??? Alors cela signifie que si une armée égyptienne était battue dans UNE SEULE BATAILLE, le pays dans sa totalité se retrouvait désormais privé de défense digne de ce nom ? Ou même plus simplement, si une armée manquait parce que elle était engagée dans une opération contre les Nubiens, alors l'Égypte était, pendant cette période, à la merci des Assyriens, ou des Grecs ? C'est délirant, il faut vraiment être sans argument pour sortir une histoire pareille.

Les armées de l'époque étaient au contraire bien fournies, il faut revoir ses informations............

Amicalement, Alain

aroll
Quæstor
Quæstor
Messages : 261
Inscription : lun. 16 nov. 2009, 13:09

Re: L'incohérence de la Bible, ses mythes et légendes

Message non lu par aroll » mar. 21 févr. 2012, 11:48

Bonjour.
Libertatis a écrit :
Mais, ce que le pharaon, et les égyptiens en général pensent ou pas sur l'origine des évènements, ne change rien en la possible historicité DES FAITS.
Votre argumentaire s'arrête donc à c'est très improbable mais pas impossible ?
Improbable, mais pas impossible que quoi? Que le pharaon ait cru que ses déboires étaient du à Seth? Mais on s'en fout, on discute de la possible réalité de l'exode, pas des croyances du pharaon.
Si les hébreux ont pu se libérer de l'esclavage et quitter l'Égypte plus ou moins comme décrit dans le livre de l'exode, alors il faut admettre que ce texte a une certaine réalité historique, et cela reste vrai QUELLE QUE SOIT LES DÉLIRES DU PHARAON.

Libertatis a écrit :
3) Ah bon ??? Alors cela signifie que si une armée égyptienne était battue dans UNE SEULE BATAILLE, le pays dans sa totalité se retrouvait désormais privé de défense digne de ce nom ? Ou même plus simplement, si une armée manquait parce que elle était engagée dans une opération contre les Nubiens, alors l'Égypte était, pendant cette période, à la merci des Assyriens, ou des Grecs ? C'est délirant, il faut vraiment être sans argument pour sortir une histoire pareille.
Evidemment qu'on peut se faire battre en une seul bataille, comme la bataille de bataille de Marathon ou de Salamine qui virent la victoire d'Athènes face à l'Empire Perse, la bataille de Cannes qui laissa la République Romaine sans défense face à Carthage, la bataille de Waterloo plus récente qui vit la fin de l'Empire français. Pour l'Egypte antique, la bataille qu'il convient de noter et celle de Qadesh, dont le résultat fut trop indécis pour définir un vainqueur, et toutes les divisions égyptiennes, au nombre de quatre sous Ramsès II, furent engagées composées chacune de 5000 hommes, de plus deux d'entre elles ont été crées sous les règnes de Ramsès II et son père ou de son grand père. Une armée de dix milles hommes, c'est relativement peu.
Je n'ai pas dit qu'il était TOUJOURS impossible de se faire battre totalement en une seule bataille, mais ce n'est quand même pas systématique, loin s'en faut.
Pour que la perte des soldats lancés à la poursuite des hébreux ait signifié la fin de la puissance militaire de l'Égypte, il aurait fallu que le pharaon soit le dernier des crétins*, donc le principal argument contre l'historicité de l'exode est pour vous le faible QI du pharaon....................

Amicalement, Alain

Avatar de l’utilisateur
Libertatis
Ædilis
Ædilis
Messages : 11
Inscription : mer. 15 févr. 2012, 16:30

Re: L'incohérence de la Bible, ses mythes et légendes

Message non lu par Libertatis » mar. 21 févr. 2012, 14:43

Improbable, mais pas impossible que quoi? Que le pharaon ait cru que ses déboires étaient du à Seth? Mais on s'en fout, on discute de la possible réalité de l'exode, pas des croyances du pharaon.
Si les hébreux ont pu se libérer de l'esclavage et quitter l'Égypte plus ou moins comme décrit dans le livre de l'exode, alors il faut admettre que ce texte a une certaine réalité historique, et cela reste vrai QUELLE QUE SOIT LES DÉLIRES DU PHARAON.
L'Eglise ne considérait-elle pas les cultes païens ou les cultes hérétiques comme des cultes démoniaques sans pour autant que qu'ils fassent allégeances à Satan ?

Pour que la perte des soldats lancés à la poursuite des hébreux ait signifié la fin de la puissance militaire de l'Égypte, il aurait fallu que le pharaon soit le dernier des crétins*, donc le principal argument contre l'historicité de l'exode est pour vous le faible QI du pharaon....................
Non mon principal argument c'est qu'il n'y a absolument rien qui peut laisser supposer l'exode.


[...] [Hors sujet]

saperlipopette
Quæstor
Quæstor
Messages : 230
Inscription : dim. 29 mai 2016, 18:30
Conviction : catholique

La fuite d'Egypte

Message non lu par saperlipopette » jeu. 02 févr. 2017, 21:52

Bonjour,

Pourquoi à la sortie d'Egypte, les Hébreux ne sont-ils pas passés par l'endroit où de nos jours se trouve le canal de Suez, plutôt que de passer par la mer?
Ad Majorem Dei Gloriam

Astya
Quæstor
Quæstor
Messages : 240
Inscription : lun. 04 juil. 2016, 16:07
Conviction : baptisée catholique assurément déiste

Re: La fuite d'Egypte

Message non lu par Astya » ven. 03 févr. 2017, 11:48

C'est une question de pure logique géographique : ils ne sont pas partis de la région du delta, mais plus au sud : capitale de l'Egypte antique Thèbes :

http://images.google.fr/imgres?imgurl=h ... MQ9QEIKjAB

Comme ils fuyaient, ils sont partis droit dans le désert vers la mer. Pour prendre la route du canal, ils auraient dû suivre le Nil donc rester en Egpte.

Avatar de l’utilisateur
pierresuzanne
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 634
Inscription : dim. 11 mai 2014, 8:33

Re: La fuite d'Egypte

Message non lu par pierresuzanne » dim. 12 févr. 2017, 15:03

Pour tout dire, on n'a retrouvé aucune preuve archéologique de la transhumance du Peuple élu au travers du Sinaï, au XIII e siècle avant JC.

Les hébreux étaient donc moins nombreux que ce que raconte la Bible.
On ne sait pas exactement par où ils sont passés. Ils ont pu traverser des étangs du Sinaï, d'ailleurs, plus probablement que la mer rouge.
La ville de Pi Ramsès qu'ils construisaient, a été retrouvée. Elle est au nord de l'Egypte, dans le delta du Nil. Les hébreux ont donc pu longer la mer méditerranée....
Les points de certitude.
- La Bible parle de la construction de Pi Ramsès
, à laquelle ont été contraint les hébreux.
L'exode a donc eu lieu pendant la dynastie des Ramsès.
- La stèle de Merenptah gravée en - 1207 avant JC, nous apprend que des fils d’Israël formaient à ce moment un peuple nomade en Terre sainte, en Canaan.

L'Exode a donc eu lieu au XIIIe siècle avant JC, au début de la dynastie des Ramsès, donc très probablement sous le règne de Ramsès II.
L'archéologie et la science peuvent-elles nous apprendre la vérité sur nos religions ?Télécharger gratuitement en copiant collant : https://onedrive.live.com/redir?resid=83935C97F75476A6!103&authkey=!AC2tYNawNpXvvR8&ithint=folder%2cpdf
HISTOIRE ILLUSTRÉE DES MONOTHÉISMES

saperlipopette
Quæstor
Quæstor
Messages : 230
Inscription : dim. 29 mai 2016, 18:30
Conviction : catholique

Re: La fuite d'Egypte

Message non lu par saperlipopette » mar. 14 févr. 2017, 12:32

Merci à vous deux.
Ad Majorem Dei Gloriam

Astya
Quæstor
Quæstor
Messages : 240
Inscription : lun. 04 juil. 2016, 16:07
Conviction : baptisée catholique assurément déiste

Re: La fuite d'Egypte

Message non lu par Astya » mar. 14 févr. 2017, 15:16

L'archéologie ne corrobore pas le récit biblique. Des hypothèses ont été faites sur la localisation évoquée dans Exode 12,37
Les enfants d'Israël partirent de Ramsès pour Succoth au nombre d'environ six cent mille hommes de pied, sans les enfants.
Il pourrait s'agir de Pi Ramsès, ou d'un chantier beaucoup plus tardif (-620), ou simplement d'un mot générique "ramsès" signifiant province ou région. Mais se sont des hypothèses, rien dans l'archéologie ne confirme ni n'infirme le récit biblique. L'hypothèse de l'exode sous le règne de Ramsès II est séduisante mais pas confirmée. Le nombre de 600 000 est très certainement exagéré.

Par contre, symboliquement, le récit est clair : libération de l'esclavage; pour libérer les gens de la servitude, Dieu peut ouvrir les flots. Pour que le symbole soit effectif, il est nécessaire qu'ils passent par la mer.

Avatar de l’utilisateur
pierresuzanne
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 634
Inscription : dim. 11 mai 2014, 8:33

Re: La fuite d'Egypte

Message non lu par pierresuzanne » sam. 11 mars 2017, 9:36

Astya a écrit :
mar. 14 févr. 2017, 15:16
Par contre, symboliquement, le récit est clair : libération de l'esclavage; pour libérer les gens de la servitude, Dieu peut ouvrir les flots. Pour que le symbole soit effectif, il est nécessaire qu'ils passent par la mer.

Il ne faut effectivement par refuser la dimension prophétique de la Bible, et tout particulièrement des premiers livres de la Bible.

Ces premiers livres, ceux qui racontent l'origine de l'univers, la vie des patriarches ... jusqu'à l'installation des hébreux en Canaan,
ont été mis par écrits sous le roi Josias au VIIIe siècle avant JC.
Il y a donc eu une longue transmission orale, avant leur mise par écrit.

Il ne faut donc pas trop s'attacher à la lettre du texte, et tout particulièrement pour faire de l'historie, de la science, ou même - surtout- de la cosmologie.
La Bible nous ouvre à Dieu, aux vérités divines et aux moyens d'obtenir le salut éternel.
Le but de la Bible n'est pas de remplacer nos livres de sciences, ou même les fouilles archéologiques.

Quand un livre du Pentateuque (un des 5 premiers livres de la Bible) font la preuve de leur contenu mythique, fantaisiste, ou approximatif historiquement, ils ne perdent pas leur intérêt pour autant... au contraire.
Nous sommes encouragés face à un récit à l'évidence mythique à rechercher le sens prophétique du texte.
D'autant plus qu'un texte est mythologique, il nous encourage à rechercher sa signification spirituelle, prophétique, ou mystique.

Un exemple,
prenez l'histoire du Déluge,
de Noé, de l'arche, et des couples d'animaux sauvés de la noyade.
On sait avec certitude qu'il s'agit d'un mythe, polythéiste, païen, inventé par les sumériens, et conservé dans l'épopée de Gilgamesh,
Il est donc inutile de nous lancer dans de grandes recherches archéologiques à la poursuite de l'arche perdue...
En revanche, nous pouvons nous pencher sur ce texte pour en sonder la sagesse divine, et y retrouver l'annonce prophétique de Jésus, le seul homme saint, qui vient sauver l'humanité pécheresse dans l'arche du baptème.


Concernant l'Exode des hébreux, et l'histoire de Moise,
- certains éléments de cette histoire sont à l'évidence des mythes (la corbeille sur le Nil)
- certains ont été confirmés par des sources extra bibliques (les plaies d'Egypte)
- certains sont des exagérations ( 600 000 hébreux sans compter les femmes et les enfants, sont une exagération. Les hébreux n'étaient que quelques milliers quand ils se sont sédentarisés dans les Hautes terres de Canaan au début du XIIe siècle avant JC.).

Si vous voulez plus de détails,
téléchargez donc mon histoire illustrée des monothéismes,
et lisez à partir de la page 45.
https://onedrive.live.com/redir?resid=8 ... lder%2cpdf
L'archéologie et la science peuvent-elles nous apprendre la vérité sur nos religions ?Télécharger gratuitement en copiant collant : https://onedrive.live.com/redir?resid=83935C97F75476A6!103&authkey=!AC2tYNawNpXvvR8&ithint=folder%2cpdf
HISTOIRE ILLUSTRÉE DES MONOTHÉISMES

Avatar de l’utilisateur
Suliko
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 3072
Inscription : ven. 07 janv. 2011, 22:02

Sur l'Exode

Message non lu par Suliko » ven. 10 janv. 2020, 23:36

Bonjour,

En relisant le livre de l'Exode, je me posais une question à propos de Séphora, la femme de Moïse. Au chapitre IV ; 20, il est mentionné que ce dernier repart en Egypte avec sa femme et ses fils. Cependant, au chapitre XVIII, il est écrit que Moïse avait renvoyé sa femme et ses fils auprès de son beau-père Jéthro. Je me demandais donc quand ce renvoi a pu avoir lieu dans ce laps de temps relativement court. J'ai recherché une explication du côté des Targumim (à défaut de savoir où chercher dans la littérature patristique) et j'ai trouvé ceci : And Jethro the father‑in‑law of Mosheh took Zipporah his wife, whom Mosheh had sent back from him after going into Mizraim. Est-ce que l'Eglise a adopté la même interprétation que le judaïsme ? Dans ma Bible moderne, c'est une interprétation historico-critique qui est mise en avant : on aurait là deux traditions différentes (et divergentes), mais cela ne me convainc pas du tout...J'ai l'impression qu'il s'agit très souvent de critiquer pour critiquer, sans preuves solides.

Suliko
C'est pourquoi elle seule, prédestinée avant les générations et annoncée par les prophètes, la Mère du Créateur de tout l'univers, non seulement n'a participé en rien à la tache originelle, mais elle est toujours demeurée pure comme le ciel et toute belle. (extrait du règlement pour le monastère de Biélokrinitsa (1841)

Avatar de l’utilisateur
Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: Question sur l'Exode

Message non lu par Carolus » sam. 11 janv. 2020, 1:24

Suliko a écrit :
ven. 10 janv. 2020, 23:36
Suliko :
Bonjour,[…]
Bonjour, chère Suliko. :)
Suliko a écrit :
ven. 10 janv. 2020, 23:36
Suliko :
[…]
Je me demandais donc quand ce renvoi a pu avoir lieu dans ce laps de temps relativement court. J'ai recherché une explication du côté des Targumim (à défaut de savoir où chercher dans la littérature patristique) et j'ai trouvé ceci : And Jethro the father‑in‑law of Mosheh took Zipporah his wife, whom Mosheh had sent back from him after going into Mizraim.
Suliko
Concernant Tsipporah, considérons le commentaire du bien connu auteur juif nommé Rashi.

Rashi (Shelomoh ben Yitshak, 1040‒1105), originaire de Troyes, dans le nord de la France, est l’auteur de commentaires sur la totalité de la Bible hébraïque.

D’après Rashi, Aaron vient à la rencontre de Moïse quand celui n'avait pas encore foulé le sol égyptien :
– Qui est avec toi ? demanda Aaron, désignant Tsipporah et les enfants.

– Ma femme et mes fils, répondit Moïse.

– Et où les emmènes-tu ? demanda encore Aaron.

– En Égypte, fut la réponse.

– N'avons-nous pas assez de sujets d'affliction avec ceux qui sont déjà là et faut-il que tu en ajoutes de nouveaux ?, s'exclama Aaron.

Cette fois Moïse céda aux paroles de son frère aîné. Il se tourna vers Tsipporah et dit : « Il faut que tu retournes à la maison de ton père. L'Égypte n'est pas un pays pour toi et j'ai une mission divine à y accomplir. »

Et Tsipporah revint à la maison de son père à Midian.

https://fr.chabad.org/library/article_c ... pporah.htm
Je prie que ce commentaire vous aide. 🙏

Avatar de l’utilisateur
Suliko
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 3072
Inscription : ven. 07 janv. 2011, 22:02

Re: Question sur l'Exode

Message non lu par Suliko » sam. 11 janv. 2020, 20:25

Merci pour votre message. J'avais effectivement pensé regarder du côté de Rashi, mais j'ai cherché dans les Midrashim et j'ai oublié l'exégète troyen...
Savez-vous si la tradition catholique retient l'interprétation juive ? A priori, il n'y a aucune raison pour que ce ne soit pas le cas, étant donné qu'il n'y a là aucun enjeu théologique particulier (ce qui est loin d'être toujours le cas, évidemment).
En tout cas, on voit bien que les commentateurs modernes ne font guère de cas de la tradition, qu'elle soit juive ou chrétienne, et préfèrent voir dans ces deux extraits bibliques mentionnés des récits contradictoires... Où sont leurs arguments ? Même raisonnement de leur part au sujet du passage relatant le miracle de la mer qui s'ouvre pour laisser passer les Hébreux (fin du chapitre 14). Ma Bible moderne y voit la trace de trois traditions différentes (sacerdotale, yahviste et élohiste)... Pour ma part, je ne vois pas où sont les contradictions insurmontables de ce texte... Il me semble que les auteurs anciens, lorsqu'ils tombaient sur un passage difficile des Saintes Ecritures, n'avaient pas le réflexe de se dire qu'il y avait contradictions et incohérences, mais cherchaient humblement à trouver une explication qui préserve l'infaillibilité et la sainteté du texte sacré. Je me rends également aussi parfois compte que si les traducteurs et commentateurs n'avaient pas de biais pro-massorétique, ils éviteraient certaines difficultés qui ne se retrouvent pas forcément dans la Vulgate ou les Septante...
C'est pourquoi elle seule, prédestinée avant les générations et annoncée par les prophètes, la Mère du Créateur de tout l'univers, non seulement n'a participé en rien à la tache originelle, mais elle est toujours demeurée pure comme le ciel et toute belle. (extrait du règlement pour le monastère de Biélokrinitsa (1841)

Avatar de l’utilisateur
Joseph-Diego
Barbarus
Barbarus

Re: Question sur l'Exode

Message non lu par Joseph-Diego » sam. 11 janv. 2020, 21:37

Suliko a écrit :
sam. 11 janv. 2020, 20:25
En tout cas, on voit bien que les commentateurs modernes ne font guère de cas de la tradition, qu'elle soit juive ou chrétienne, et préfèrent voir dans ces deux extraits bibliques mentionnés des récits contradictoires... Où sont leurs arguments ? Même raisonnement de leur part au sujet du passage relatant le miracle de la mer qui s'ouvre pour laisser passer les Hébreux (fin du chapitre 14). Ma Bible moderne y voit la trace de trois traditions différentes (sacerdotale, yahviste et élohiste)... Pour ma part, je ne vois pas où sont les contradictions insurmontables de ce texte... Il me semble que les auteurs anciens, lorsqu'ils tombaient sur un passage difficile des Saintes Ecritures, n'avaient pas le réflexe de se dire qu'il y avait contradictions et incohérences, mais cherchaient humblement à trouver une explication qui préserve l'infaillibilité et la sainteté du texte sacré. Je me rends également aussi parfois compte que si les traducteurs et commentateurs n'avaient pas de biais pro-massorétique, ils éviteraient certaines difficultés qui ne se retrouvent pas forcément dans la Vulgate ou les Septante...
J'approuve totalement, et il est difficile de trouver une Bible commentée (et des catholiques) où les commentateurs ne voient pas des incohérences à chaque chapitre ...
Que s'est-il passé pour que l'infaillibilité de la Bible ait été jeté aux oubliettes par tant de personnes ? ...

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 17 invités