Adam a-t-il vécu 930 ans ?

« Alors il leur ouvrit l'esprit à l'intelligence des Écritures. » (Lc 24.45)
Règles du forum
Forum d'échanges sur la Sainte Bible.
Avatar de l’utilisateur
Xavi
Prætor
Prætor
Messages : 1782
Inscription : mar. 28 juil. 2009, 14:50

Re: Adam a-t-il vécu 930 ans ?

Message non lu par Xavi » sam. 29 déc. 2012, 15:04

Un peu provoquant …

Il est certain que notre savoir a augmenté.

Il augmentera encore.

Mais, il serait tout à fait erroné d’en déduire que les anciens seraient des imbéciles.

Au lieu de considérer les anciens comme des « imbéciles », nous sommes, au contraire, invités, tout particulièrement lorsque nous lisons l’Ecriture Sainte écrite par des anciens, à découvrir la vérité profonde qu’ils pouvaient dégager avec leurs connaissances « scientifiques » différentes et moindres que les nôtres.

Nos connaissances d’aujourd’hui paraîtront à leur tour incomplètes voire naïves ou erronées à des générations futures.

Cela n’empêchera jamais chacun, à chaque génération, à s’approcher au mieux du Christ et de l’essentiel de la révélation.

Que savons-nous de la réalité dans toute sa richesse ? Si peu…

Mais, chacun, à son époque, doit tenir compte de ce qui est aujourd’hui connu et ne pas s’accrocher à des connaissances dépassées.

Avatar de l’utilisateur
mike.adoo
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1315
Inscription : sam. 08 mai 2010, 11:37

Re: Adam a-t-il vécu 930 ans ?

Message non lu par mike.adoo » sam. 29 déc. 2012, 17:28

Si j'ai bien compris , l'approche non-fondamentaliste est dangereuse puisqu'elle sera considérée dans quelques années comme fondamentaliste ... ;)

Plus sérieusement , j'apprécie que Xavi ait essayé de donner une explication à cette assertion que bien des lecteurs pouvaient trouver obscure par sa concision .

Avatar de l’utilisateur
archi
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1692
Inscription : jeu. 22 mai 2008, 14:57

Re: Adam a-t-il vécu 930 ans ?

Message non lu par archi » sam. 29 déc. 2012, 17:47

Xavi a écrit :Un peu provoquant …
Pardonnez-moi, mais les petites phrases du style "Nous savons aujourd’hui qu’il s’agissait d’interprétations bien éloignées de la réalité concrète" ont le don de m'énerver :/
Il est certain que notre savoir a augmenté.
Il augmentera encore.

(...) Mais, chacun, à son époque, doit tenir compte de ce qui est aujourd’hui connu et ne pas s’accrocher à des connaissances dépassées.
Ca dépend de ce que vous appelez "savoir".

Ce dont je suis sûr, c'est que l'Ecriture est divinement inspirée, et contient toutes les vérités nécessaires au Salut.
En ce qui me concerne, je suis sûr que toute l'humanité actuelle descend d'Adam et Eve, et hérite donc par génération de ce qu'on appelle couramment "péché originel", qui implique notamment une figure très abîmée du monde perceptible.

J'en déduis donc qu'Adam et Eve sont des personnages réels, et qu'ils sont les premiers patriarches (c'est-à-dire les père et mère de l'humanité actuelle). Je sais aussi qu'une partie de l'histoire d'Adam et de ses descendants s'est transmise par une transmission orale, dont le degré de fiabilité est à évaluer.

Je crois aussi, comme l'enseigne la Tradition, que le Pentateuque est probablement dû à Moïse, personnage particulièrement inspiré, bien que séparé d'Adam par un certain nombre de siècles et par le Déluge.

Après, comme je le disais, quel est le degré de fiabilité de la transmission qui, si l'on en croit les généalogies de la Bible, nous apprend qu'Adam a vécu il y a 6000 ans et pendant 930 ans, ou dans quelle mesures ces vérités spirituelles sont applicables au temporel... c'est effectivement plus discutable.

D'un autre côté, je n'attribue pas non plus à la Science l'infaillibilité. La quantité de faits bruts qu'elle accumule croit sans cesse. Si c'est cela que vous appelez "savoir", il est certain qu'il ne peut qu'augmenter, tant que les archives de ces faits ne disparaissent pas.

Mais la science ne se contente pas d'accumuler des faits bruts, elle les interprète. On peut discuter du fait que la quantité et la qualité du savoir interprété augmente: plus ça va, plus j'ai l'impression que le "savoir" de la science ignore les faits bruts pour marteler toujours plus les interprétations, même si elles contredisent les faits.

Il n'y a que 2 grandes sciences exactes, les mathématiques, et la physique-chimie (les "sciences de la matière"), je dirais même la physique-chimie de laboratoire (donc basée sur des mesures faites maintenant, en environnement contrôlé).

Les sciences "historiques" qui prétendent nous expliquer comment s'est déroulé le passé - et cela comprend aussi bien l'histoire que l'archéologie, la paléontologie, la biologie "évolutionniste", et finalement même l'astrophysique quand elle essaye d'établir l'origine de l'univers à partir d'une quantité limitée de mesures disponibles - font systématiquement appel à la conjecture, et souvent empilent les conjectures les unes sur les autres, en maintenant des schémas interprétatifs datés de plusieurs siècles, mais en éliminant comme du "bruit" les faits bruts qui ne cadrent pas avec le schéma de base.

Quant à la biologie tout court, des faits aussi établis que l'effet placebo devraient permettre de comprendre que s'en tenir à une vision purement mécaniste des organismes vivants ne tient pas la route.

La science moderne est pleine d'"épicycles" destinées à rester dans le cadre des schémas du XIXe Siècle. Mais là où la théorie de la méthode scientifique devrait conduire à comparer sans cesse les théories et les données disponibles et à abandonner la théorie quand l'accumulation de données s'oppose à la théorie, bien souvent, ce n'est pas l'esprit de vérité et de méthode scientifique qui fait le tri, mais le dogmatisme idéologique (avec l'idéologie matérialiste, anti-théiste et anti-surnaturaliste qui domine depuis au moins le XIXe siècle), ainsi que des réalités bien humaines comme l'ambition personnelle ou le besoin de financer ses travaux.

Alors, prétendre que le "savoir" interprété augmente vraiment... est-ce-qu'on comprend vraiment mieux le monde matériel qu'il y a 1 siècle? La technologie a fait des bonds, mais les sciences fondamentales? Qu'a-t-on découvert depuis les années 30?

Et il est flagrant qu'en ce qui concerne une des dernières grandes - immense même - découvertes en physique fondamentale, la physique quantique, elle est amplement démontrée, depuis le temps, par les calculs, mais la mentalité matérialiste est parfaitement incapable de comprendre dans quoi elle a mis les pieds. Elle calcule, c'est tout. Alors que du point de vue des philosophies traditionnelles et de la théologie, les outils conceptuels permettent bien mieux d'appréhender cette réalité.

En attendant, j'ai les données de la Tradition, et les données brutes les plus certaines de la science qui, certes, semblent parfois très contradictoires. Et je ne sais même pas dans quelle mesure les lois physiques actuelles sont applicables partout dans le temps et l'espace, de même que les "lois" biologiques (comme je l'ai dit plus haut, elles ne sont pas réductibles aux lois physiques).

Alors, il n'est pas prudent de s'avancer avec certitude dans un sens ou dans l'autre. J'espère que tout s'éclairera je comprendrai comment les choses s'articulent une fois dans l'autre monde. Dans celui-ci, je ne me fais pas d'illusion. Je garde avant tout ce qui est nécessaire au Salut.

In Xto,
archi.
Nous qui dans ce mystère, représentons les chérubins,
Et chantons l'hymne trois fois sainte à la vivifiante Trinité.
Déposons maintenant tous les soucis de ce monde.

Pour recevoir le Roi de toutes choses, Invisiblement escorté des choeurs angéliques.
Alléluia, alléluia, alléluia.

Avatar de l’utilisateur
Xavi
Prætor
Prætor
Messages : 1782
Inscription : mar. 28 juil. 2009, 14:50

Re: Adam a-t-il vécu 930 ans ?

Message non lu par Xavi » dim. 30 déc. 2012, 13:32

archi a écrit :Alors, prétendre que le "savoir" interprété augmente vraiment... est-ce-qu'on comprend vraiment mieux le monde matériel qu'il y a 1 siècle? La technologie a fait des bonds, mais les sciences fondamentales? Qu'a-t-on découvert depuis les années 30?
Mmm…

Je suppose que c’est du second degré…

Merci, Archi, pour votre témoignage. Vous exprimez un ferme attachement à la foi de l’Eglise, ce qui est, bien sûr, le plus important.

En ce qui concerne les réflexions que nous pouvons partager dans ce forum et surtout par rapport à un détail comme l’âge d’Adam, vous rappelez avec pertinence les limites de nos savoirs et de nos raisonnements qui comprennent bien des conjectures et des incertitudes qui nous obligent à rester prudents.

Quant à la réalité spirituelle et aux effets concrets des influences spirituelles, ils sont toujours bien au delà de ce que notre intelligence peut saisir, bien au delà des connaissances de la science. Mais, ils sont bien présents. Vous le rappelez très justement.

N’est-ce pas la bonne nouvelle que Jésus lui-même a prêchée pendant trois ans ? : Le Royaume des cieux est tout proche, parmi nous. Les réalités spirituelles des cieux ne sont pas séparées du monde concret. En l’ignorant, le scientifique peut parfois se fourvoyer.

Jeremie-Daniel
Censor
Censor
Messages : 109
Inscription : sam. 17 nov. 2012, 10:52

Re: Adam a-t-il vécu 930 ans ?

Message non lu par Jeremie-Daniel » dim. 30 déc. 2012, 21:42

Y a-t-il quelqu’un dans ce forum pour défendre un autre point de vue ?
Bonjour,

L'expression en hébreu exacte est "Shaneh au"...C'est un féminin qui signifie bien un temps en années.

La bible nous enseigne qu'Adam fût crée parfait. En d'autres termes il n'avait pas l'immortalité (puisqu'il est mort) mais la vie éternelle (tant qu'il obéissait a la loi Divine).

"Au jour ou tu en mangeras , mourant tu mourras":
Le mot hébreu "yom" (jour) ne désigne que très rarement une période de 24 heures dans la bible. Parfois quarante ans et souvent mille ans.
Ex: le jour du roi Ozias ne désigne pas un jour de 24 h.

Adam lorsqu'il pécha , entra dans une condition mourante et s’éteignit dans cette période de mille ans. Cela explique que la sanction du péché (la mort) s'est installée progressivement car dans la genèse vous pouvez remarquer que ses descendants eurent des temps de vie assez long quoique plus courts que ceux d'Adam.

Plus tard Dieu limitera la vie de l'homme déchu a 120 ans...

Cette dégradation est vérifiable : l'histoire montre que l'espérance de vie chuta régulièrement jusqu’à 40 ans environ a la fin du 19 ème siècle.

bien à vous ;)

Avatar de l’utilisateur
mike.adoo
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1315
Inscription : sam. 08 mai 2010, 11:37

Re: Adam a-t-il vécu 930 ans ?

Message non lu par mike.adoo » lun. 31 déc. 2012, 19:42

Bonsoir

Jeremie Daniel a écrit : " l'histoire montre que l'espérance de vie chuta régulièrement jusqu’à 40 ans environ a la fin du 19 ème siècle. "

L'espérance de vie ayant augmenté , comment expliquer cet allongement d'un point de vue biblique ?

Avatar de l’utilisateur
Olivier C
Consul
Consul
Messages : 1185
Inscription : jeu. 13 août 2009, 22:44
Conviction : Catholique
Localisation : Forum Segusiavorum
Contact :

Re: Adam a-t-il vécu 930 ans ?

Message non lu par Olivier C » mer. 02 janv. 2013, 19:43

Pour faire simple : à la suite de l'exégèse contemporaine je pense que la dévaluation graduelle de la longévité des patriarches est une manière de rendre compte de la dégradation de l'humanité, de la perte d'entropie de la création, et donc de la chute de la création par rapport à son statut initial.

Mais cette description est une image symbolique (au sens fort du terme), elle ne veut pas dire que tel ou tel des patriarches a vécu plus de 900 ans. L'écrivain inspiré compose bien sous l'influence de l'Esprit, mais en corrélation avec ses représentations du monde, dans l'état des connaissances actuelles de l'époque (cosmologie septentrionale avec un monde pensé comme un disque dont les piliers fondateurs plongent dans le shéol, firmament du ciel posé sur les montagnes du bord du monde, etc).

J'ai eu la grâce de lire la Bible plusieurs fois en lecture suivie, sans connaissances d'exégèse, puis avec. Mais je trouve que l'on dégage assez bien ce type de constat au bout d'un certain temps de lectio. Je l'avais découvert même au temps où je n'avais pas vraiment de prérequis. Finalement les cours d'exégèses que j'ai pu prendre par la suite sont venus se greffer naturellement, à point nommé sur mon parcours, sans réels traumatismes.

En effet, je me souviens que pour certains séminaristes, cela pouvait être très difficile à accepter. Et pourtant ce n'était pas un problème d'exégèse rationaliste ou farfelue (cela pouvait arriver cependant... et pas là où l'on s'y attendrait !). Mais remettre en cause ses représentations sur la foi est vraiment un combat spirituel.
Je suis un simple serviteur, je ne fais que mon devoir.

Avatar de l’utilisateur
Xavi
Prætor
Prætor
Messages : 1782
Inscription : mar. 28 juil. 2009, 14:50

Re: Adam a-t-il vécu 930 ans ?

Message non lu par Xavi » sam. 20 avr. 2013, 16:36

archi a écrit :Je dois dire que je vois mal comment le temps d'un campement varierait dans un rapport de 1 à 5 entre Abraham et les premiers patriarches, pourquoi la sédentarisation se ferait à ce point-là - mais chez des gens qui continueraient de considérer le "campement" comme une unité fiable de temps
La remarque est pertinente, mais la question est de savoir si la Genèse a besoin d’une « unité fiable de temps » pour la révélation qu’elle nous communique ou si les durées précises n’ont ici aucune importance, mais bien le mouvement, le changement, dans le temps.

Est-ce ici le temps mathématique qui compte ? Ou plutôt l’avancée de la vie, de la révélation, dans le temps, au fil de l’histoire concrète qui va mener d’abord au peuple élu, puis au Christ, puis à l’Eglise jusqu’aux cieux nouveaux et à la terre nouvelle ?

Il faut continuer à réfléchir au sens des « shaneh » que nous traduisons par « années » dans les textes du début de la Genèse.

Il ne me semble pas justifié de croire nécessairement que les unités de mesure du temps ou de l’espace auraient toujours été, au moins approximativement, similaires à ce qu’elles sont devenues, ni qu’elles n’auraient pas eu des sens multiples.

Les unités de mesure ont pu varier de manière importante selon les besoins de précision de ceux qui en faisaient usage. Est-ce que cela a de l’importance pour la foi que la durée de vie des patriarches de la Genèse soit mesurée dans le temps avec une unité de mesure précise ou que les dimensions de l’arche de Noé soient connues dans l’espace avec une mesure de précision ?

Il est risqué d’appliquer sans réserve une mesure précise d’une époque ultérieure à des récits de temps anciens. Il faut d’ailleurs la même prudence pour les mesures de longueur. De mêmes que les mesures du temps, elles ont pu avoir des sens variés ou imprécis.

Ne pensons pas trop vite que les « ammah » (traduit par coudées) qui mesurent les dimensions dans l’espace de l’arche de Noé ont nécessairement une longueur correspondant aux tailles plus ou moins précises des coudées dans le système ultérieur de calcul des mesures. D’ailleurs, le mot hébreu « ammah » vient du mot « Em » (mère) et n’aucun rapport avec une partie de l’anatomie humaine. C’est plutôt la « matrice » de la mesure.

Cela reste vrai pour la langue française. Le sens des mots a évolué et n’a pas toujours été le même.

Dans le texte de la Genèse, qui nous donne une révélation utile à notre foi et à notre vie, l’auteur humain n’a pas nécessairement cherché à donner des précisions sans intérêt pour la foi et il a pu chercher uniquement à rapporter des faits et des paroles pour le sens qu’ils pouvaient avoir pour la foi et la vie du peuple des croyants.

Cela ne veut pas dire qu’il ne va nous parler que de symboles et de théories spirituelles ! L’incarnation dans l’histoire réelle est essentielle pour la foi et la vie de croyants qui ont les deux pieds sur terre.

Les mesures données dans le temps et dans l’espace pouvaient avoir pour finalité de nous indiquer fermement la réalité concrète et historique des faits.

La Genèse nous parle de l’histoire. Ce n’est pas une légende pour évoquer seulement des réalités de l’homme d’aujourd’hui.

Mais, en nous parlant de l’histoire réelle, la même que celle que les scientifiques peuvent étudier, elle nous parle simultanément de Dieu présent dans cette histoire dont les scientifiques ne nous parleront pas et elle peut éviter les précisions inutiles sauf lorsque ces précisions inutiles ont elles-mêmes un intérêt pour nous conforter dans la solidité d’une histoire.

Lorsque l’Evangile nous dit que, lors d’une multiplication des pains, il y avait 4.000 personnes, une interprétation correcte nous fait comprendre aisément qu’il n’y a pas eu de comptage et que, dans la réalité exacte d’une comptabilité scientifique, le chiffre était peut-être de 3.528 ou 4.167 personnes.

La précision suffisante nous dit 4.000. Elle arrondit.

Un chiffre approximatif ou une appréciation poétique ne contredisent pas la réalité objective des faits rapportés de cette manière. Cela demande seulement une interprétation correcte.

Pour comprendre ce qu’est une « année » au début de la Genèse, il ne suffit pas de dire qu’au moment où le texte final de la Genèse a été composé quelques siècles avant notre ère ou lorsque Moïse est sorti d’Egypte, les Hébreux savaient ce qu’était une année solaire. Savoir ce qu’est une année solaire ne permet pas d’en déduire nécessairement qu’un « shaneh » est une année solaire dans le début de la Genèse.

Le « shaneh » est d’abord cité dans la Genèse comme étant marqué par les luminaires de même que les époques et les jours. Le soleil et la lune sont donnés pour situer dans le temps. Mais, il n’y a pas nécessairement ici un lien avec une durée déterminée. Ils situent d’abord les époques, les temps fixés ce qui ne se réfère pas nécessairement à de la précision. Les luminaires situent aussi les « jours », aux sens très variables. Ils distinguent le jour et la nuit, ce qui ne se réfère à aucune durée fixe, mais à une succession de jours et de nuits de durées variables.

On a déjà beaucoup écrit sur le sens variable du mot « jour ». Il y a les six « jours de la création. Il y a le « jour » opposé à la « nuit ». Il y a le « jour » de 24 heures.

Le soleil et la lune aident à situer les « shaneh » dans la ligne du temps, mais cela n’indique pas nécessairement la durée d’un « shaneh » », ni son caractère fixe ou variable, ni une référence au soleil.

Dans l’antiquité, c’est davantage la lune qui semble indiquer le temps avec une relative précision par le rythme des mois lunaires dont la durée n’est que très légèrement variable. Le soleil distingue le jour de la nuit et rien n’indique qu’il mesurait le temps comme la lune. La notion d’une rotation de la terre autour du soleil ne paraît pas connue à cette époque.

Le soleil déterminait probablement déjà à cette époque les saisons, celles où il faut tantôt préparer le sol, tantôt semer, tantôt récolter, tantôt se rendre dans les hauteurs, tantôt s’abriter du froid, etc…

La notion de campement se rapproche ici, car les déplacements des nomades ne sont guère le fruit de hasards, mais se répètent généralement pour les mêmes causes saisonnières marquées par le soleil de chacune des saisons.

Pour comprendre au mieux le sens du mot « shaneh » au début de la Genèse, rien de tel que de se référer à ce que la Genèse peut nous en apprendre elle-même par l’usage qu’elle en fait.

Après la création jusqu’à fuite en Egypte, le mot « shaneh » n’intervient plus dans la Genèse que pour nous présenter les existences des patriarches les unes à la suite des autres (après X « shaneh », son père a engendré un tel, puis il a encore vécu Y « shaneh », de sorte qu’il a vécu au total Z « shaneh ») et dans le récit de Noé.

Avant l’exil en Egypte, et sauf pour les âges des patriarches par rapport aux naissances et aux décès, le récit de la Genèse ne contient qu’un seul récit chronologique détaillé dans le temps après les évènements du jardin d’Eden jusqu’à Abraham qui peut nous éclairer sur le sens du mot « shaneh » dans le déroulement du temps.

Ce récit, qui est celui de Noé et du déluge, ne contient aucune référence aux saisons, ni aux chaleurs de l’été, ni aux froids de l’hiver.

Le calcul du temps ne se réfère qu’à l’âge de Noé. L’année ne commence pas un premier janvier ou à une autre date d’un calendrier. L’année ne commence pas non plus avec le début du déluge. Rien ne permet d’imaginer une date anniversaire du jour de la naissance de Noé dans un calendrier.

Le repère dans le temps, c’est Noé lui-même : il a 600 « ans/shaneh » . Le chiffre paraît arrondi autant que symbolique. « 6 » exprime souvent le mal et « 100 » exprime un grand nombre. Avant de raconter le déluge, la Genèse nous dit que la méchanceté était grande.

Le chiffre 600 paraît davantage nous orienter vers le sens de ce qui se passe et peut montrer que la rigueur mathématique du calcul du temps est ici sans intérêt. Le « shaneh » paraît une période dans le temps mais non nécessairement une mesure stricte du temps.

Le récit va situer dans le temps cinq événements le 17ème jour du second mois (le début du déluge), le 17ème jour du septième mois (l’arrêt de l’arche sur les monts Ararat), le premier jour du dixième mois (les sommets des montagnes deviennent visibles), le premier jour du premier mois de l’an 601 (la couverture de l’arche est retirée), puis le 27ème jour du second mois (la terre est sèche et tous les occupants de l’arche en sortent).

Dans ces conditions, il semble qu’il faut considérer que le premier jour du premier mois de l’an 600 est le premier jour de la 600ème « année » de Noé et que c’est ce jour qu’il est entré dans l’arche.

On retrouve ici le repère d’un changement de campement. Noé quitte ses tentes pour entrer dans l’arche : c’est une nouvelle « année » qui commence.

Elle ne va pas s’achever lorsque l’arche s’arrête sur les monts d’Ararat le 17ème jour du septième mois, ni lorsque les sommets apparaissent le premier jour du dixième mois. Noé est toujours dans l’arche et son campement n’a pas changé.

On ne parle pas d’un onzième ou douzième mois.

Le changement d’année intervient lorsque Noé enlève la couverture, la tente de l’arche.

Comment ne pas relever l’étonnante mise en avant de cet événement et son sens assez obscur ?

Si on enlève la couverture en tentes qui protège du soleil autant que de la pluie, n’est-ce pas pour remonter les tentes ailleurs et parce qu’on quitte l’endroit ?

C’est le signe de l’installation : on ne craint plus le retour des eaux. Le changement de lieu est achevé. L’année avait commencé lorsque Noé avait quitté sa tente pour entrer dans l’arche. L’année suivante commence lorsque la tente de l’arche est retirée ce qui paraît l’indication que le temps du voyage dans l’arche est terminé et que Noé s’installe dans un nouveau lieu. Le temps d’un shaneh semble accompli. Il n’a pas nécessairement duré un nombre prédéterminé de 354, 360 ou 365 jours.

Le nouveau « shaneh » ne commence pas lorsque tous les occupants de l’arche en sortent, le 27ème jour du second mois. On peut imaginer que sur le sol désertique et marécageux laissé par le déluge, l’arche a probablement continué à servir de logement (au moins pour les animaux) et de réserve de provisions. Ce n’est pas vraiment un changement de camp, ni d’endroit.

Nulle part, il n’est question d’une destruction de l’arche. Elle a pu demeurer longtemps à l’endroit où elle s’est immobilisée.

La sortie générale de l’arche peut correspondre à son délaissement définitif et rien ne précise explicitement le moment où Noé et les sept membres de sa famille ont remis les pieds sur le sol pour la première fois depuis le début du déluge, ni le moment où ils ont installé leur tente à l’extérieur de l’arche et commencé à loger en dehors de cette arche.

L’ouverture de la porte le 27ème jour du deuxième mois peut concerner le moment où tous ont quitté l’arche après que les installations nécessaires pour certains animaux aient été réalisées.

L’entrée dans l’arche peut constituer un changement de campement : on quitte les tentes, c’est le début d’une nouvelle « shaneh », « année ». Ce qui caractérise la nouvelle année suivante c’est encore un seul fait : on retire la tente de l’arche.

seba15
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 472
Inscription : sam. 23 févr. 2013, 21:05

Re: Adam a-t-il vécu 930 ans ?

Message non lu par seba15 » sam. 20 avr. 2013, 17:04

En fait dans la bible elle même c'est écrit que dieu décide de raccourcir la vie et que personne ne dépasserait 120 ans. Ceci dit je pense que c'est symbolique et que les premiers êtres avaient des vies normales et pas aussi longue. Si on a une interprétation trop littérale on se heurte aux faits scientifiques.

Avatar de l’utilisateur
Xavi
Prætor
Prætor
Messages : 1782
Inscription : mar. 28 juil. 2009, 14:50

Re: Adam a-t-il vécu 930 ans ?

Message non lu par Xavi » sam. 20 avr. 2013, 17:40

Bien après que Dieu ait fixé la limite de 120 "ans" (Gn 6,3), Terach a vécu 205 "ans" (Gn 11,32) et Abraham a vécu 175 "ans" (Gn 25,7), entre autres.

seba15
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 472
Inscription : sam. 23 févr. 2013, 21:05

Re: Adam a-t-il vécu 930 ans ?

Message non lu par seba15 » sam. 20 avr. 2013, 17:53

La religion juive est surtout né avec moïse et la sortie d'égypte. Tout ce qui se passe avant peut être une fable comme les fables de la fontaine. Peut être que moïse ignorait qui était réellement ses ancêtres donc si abraham a réellement existé. Comme a priori le peuple juif est quand même resté un long moment en égypte. Et que l'écriture n'existait pratiquement pas, tout devait se transmettre a l'oral.

Avatar de l’utilisateur
levergero78
Quæstor
Quæstor
Messages : 397
Inscription : mar. 01 janv. 2013, 17:39
Localisation : yvelines & Finistère

Re: Adam a-t-il vécu 930 ans ?

Message non lu par levergero78 » sam. 20 avr. 2013, 18:36

Nos frères les pasteurs protestants, que l''Eglise catholiques appelait autrefois des hérétiques, sont les champions de la connaissance de la bible, due à des études très poussées.

Il ne serait pas inutile de poser la question à l'un d'eux particulièrement érudit. Mais où le trouver ?
http://jean-paul.vefblog.net

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8050
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: Adam a-t-il vécu 930 ans ?

Message non lu par Raistlin » dim. 21 avr. 2013, 22:41

levergero78 a écrit :Nos frères les pasteurs protestants, que l''Eglise catholiques appelait autrefois des hérétiques, sont les champions de la connaissance de la bible, due à des études très poussées.

Il ne serait pas inutile de poser la question à l'un d'eux particulièrement érudit. Mais où le trouver ?
L'Église qui scrute les Écriture depuis 2000 ans n'est pas moins experte. Ignorez-vous ce que l'Église compte de grands biblistes, théologiens et exégètes ? Et en plus elle a l'assistance infaillible de l'Esprit-Saint.
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

Avatar de l’utilisateur
Olivier C
Consul
Consul
Messages : 1185
Inscription : jeu. 13 août 2009, 22:44
Conviction : Catholique
Localisation : Forum Segusiavorum
Contact :

Re: Adam a-t-il vécu 930 ans ?

Message non lu par Olivier C » dim. 21 avr. 2013, 23:07

Raistlin a écrit :L'Église qui scrute les Écriture depuis 2000 ans n'est pas moins experte. Ignorez-vous ce que l'Église compte de grands biblistes, théologiens et exégètes ? Et en plus elle a l'assistance infaillible de l'Esprit-Saint.
Surtout que ces exégètes protestants s'accordent sans problème avec les catholiques sur ces questions (je ne parle pas des groupes de prière protestants "nouvelle vague" évidement).
levergero78 a écrit :Mais où le trouver ?
Où les trouver? Mais... en université de théologie, comme d'habitude... Bref, dans toutes les grandes villes en fait.
Je suis un simple serviteur, je ne fais que mon devoir.

Domii78
Ædilis
Ædilis
Messages : 33
Inscription : mer. 14 mai 2014, 15:47

Âge des patriarches

Message non lu par Domii78 » sam. 27 déc. 2014, 22:37

Bonsoir à tous,

J'aimerais comprendre pourquoi les patriarches Noë, Adam et Abraham ont vécu plus de 500 ans. Est-ce normal ? J'ai du mal à comprendre et ça me bloque dans ma foi.
Dernière modification par Nanimo le ven. 16 janv. 2015, 20:06, modifié 2 fois.
Raison : Orthographe, majuscules, syntaxe et grammaire

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 48 invités