Adam a-t-il une mère biologique ?

« Alors il leur ouvrit l'esprit à l'intelligence des Écritures. » (Lc 24.45)
Règles du forum
Forum d'échanges sur la Sainte Bible.
Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10249
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Comment considérer la Génèse ?

Message non lu par Cinci » mar. 21 févr. 2017, 21:51

Trebla :
Tous les textes bibliques supposent la création de l'homme.
... comme tous les textes du pape François, de l'Église catholique.


L'image de la création biblique ne correspond pas à celle supposée par l'évolution. D'un côté, l'idée de la création est basée sur un plan. De l'autre côté, l'idée de l'évolution est basée sur le hasard. Ces deux idées sont incompatibles.
C'est simplement que l'Église catholique ne fait pas une lecture fermée, littéraliste, unidimensionnelle, plate, spontanée, sans recherche ou obscurantiste du livre de la Genèse.

Ensuite, vous mélangez ce que que amateurs d'un certain évolutionnisme athée racontent et ce que l'Église catholique raconte. Ce n'est pas la même chose. L'Église se contente de dire que la recherche scientifique ne représente pas une menace réelle pour la foi ou le contenu de la foi (... que l'homme est crée par Dieu, etc.)

L'Église ne produit aucun dogme sur le procédé de création de Dieu lui-même. Aucun concile n'a jamais décrété qu'il fallait absolument croire que Dieu crée l'être humain à partir d'un tas de boue littéralement parlant et non pas autrement. Tout comme il n'existe aucun dogme sur la manière de bien comprendre la création de la femme, la véritable façon dont Dieu aurait dû s'y prendre matériellement pour ... et puis ensuite ... et blabla ...

Non

C'est le pape pie XII lui-même dans son encyclique Divino Spiritu afflante qui donnait droit aux catholiques d'envisager que l'homme aurait pu être crée aussi bien à partir d'un être biologique ayant pu l'antécéder. Pie XII ... le vrai pape de la vraie Église catholique ... de la vraie Église devant laquelle tous les traditionalistes les plus farouchement résolus et jusqu'à Mgr Williamson doivent se prosterner.

Le boulot de l'Église ne consiste pas à devoir s'occuper de biologie ou de paléontologie.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10249
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Comment considérer la Génèse ?

Message non lu par Cinci » mer. 22 févr. 2017, 4:35

Trinité :
Dans cette optique ,qui n'a pas l'air controversée par l'église ,on peut donc envisager que Dieu soit intervenu, a un moment donné ,sur un homme et une femme,pour les doter d'une âme ! (ou tout au moins d'une...conscience pour utiliser une formulation plus ..matérialiste...)
Pour obtenir un homme il prend un animal qui est capable de se représenter lui-même comme un "Je" et avec la capacité d'entrer en relation avec d'autres "Je" dans une relation de sympathie, désintéressée, abstraite, libérée d'une sorte de confinement biologique étroit. Ça prend une personne.

Et comment la personne est-elle apparut? Est-ce que c'est Dieu (par sa présence d'immensité, présent à chacune de ses créatures de toute manière) qui nous aura travaillé l'espèce de l'intérieure? Pourquoi pas? Le "faisons l'homme à notre image" pourrait-il correspondre à une sorte d'Alliance que Dieu fait avec sa créature? Par une sorte de révélation qu'il lui fait, et comme si les yeux de la créature pourrait enfin s'ouvrir sur Dieu et ... et permettant du coup de se connaître elle-même, connaître le monde. Pourquoi ce ne serait pas tout un groupe qui aurait pu bénéficier de cette révélation ?

Il s'agit d'une spéculation bien sûr.

Quand on parle de l'âme on parle en fait de la personne. C'est toute la personne et le corps compris. C'est très mystérieux. Essayez de comprendre ensuite le fonctionnement ou la jointure unissant l'âme et la matière? Personne n'y sera jamais arrivé. Comment se constitue où se loge une personnalité digne de Dieu là-dedans?

Avatar de l’utilisateur
Xavi
Prætor
Prætor
Messages : 1782
Inscription : mar. 28 juil. 2009, 14:50

Re: Comment considérer la Génèse ?

Message non lu par Xavi » mer. 22 févr. 2017, 11:13

Merci à Trinité pour ses réflexions attentives.

Mais, je comprends la réaction de Cinci qui me semble très juste lorsqu’il écrit que : « Quand on parle de l'âme on parle en fait de la personne. C'est toute la personne et le corps compris. C'est très mystérieux. Essayez de comprendre ensuite le fonctionnement ou la jointure unissant l'âme et la matière? Personne n'y sera jamais arrivé. Comment se constitue ou se loge une personnalité digne de Dieu là-dedans ? ».

Il me semble, en effet, que toute dissociation du corps, de l’âme et de l’esprit d’un être humain doit être évitée.

Considérer que « que Dieu soit intervenu, à un moment donné, sur un homme et une femme, pour les doter d'une âme » supposerait, à tort, que l’âme serait indépendante du corps, ce qui dévaloriserait le corps et toucherait profondément la compréhension de humain et le respect de tout son être.

L’âme immortelle de l’humain provient de l’union d’un corps à nul autre pareil et d’un souffle spirituel. A chaque âme correspond un corps et aucun autre, même si des corps peuvent être très semblables et que la substance d’un corps peut varier (cette substance ne sera pas la même dans la résurrection que celle de notre corps d’aujourd’hui).

Adam et Eve ont donc reçu leur âme dès la conception de leur corps. Exactement comme le Christ a reçu son âme humaine dès sa conception dans le sein de la Vierge. Ici, on est dans la certitude de la foi.

Cinci se demande si « Pour obtenir un homme (Dieu) prend un animal qui est capable de se représenter lui-même comme un "Je" et avec la capacité d'entrer en relation avec d'autres "Je" dans une relation de sympathie, désintéressée, abstraite, libérée d'une sorte de confinement biologique étroit. Ça prend une personne »

Merci pour cette réflexion qui permet d’avancer.

Pour les mêmes raisons qui ne permettent pas de distinguer une âme de son corps, Adam et Eve ne sont pas des descendants biologiques d’animaux. Dieu a façonné leur corps respectif, y compris leur intelligence et leur sensibilité, dans une généalogie humaine (ou préhumaine) qu’il a façonnée depuis les débuts de l’univers.

Il me semble même possible que la mère biologique d’Adam était déjà un être « capable de se représenter lui-même comme un "Je" et avec la capacité d'entrer en relation avec d'autres "Je" dans une relation de sympathie, désintéressée, abstraite, libérée d'une sorte de confinement biologique étroit ». Où se trouvent les limites entre les capacités du cerveau corporel naturel et la réalité spirituelle spécifique d’une âme immortelle qui est déterminante pour la création d’un humain à l’image de Dieu ?

Lors de la création, ce n’est pas le corps qui a subi une nouveauté majeure (même si ce n’est pas exclu nécessairement), mais le souffle spirituel de l’Esprit Saint qui a créé un être radicalement nouveau dans le sein de la mère biologique du premier Adam, de manière très comparable à son action dans le sein de la Vierge Marie lorsqu’il y a incarné Dieu lui-même.

C’est une personne à l’image de Dieu que l’Esprit a incarné dans le sein d’une mère biologique pour créer le premier Adam. C’est Dieu lui-même que l’Esprit a incarné dans le sein d’une autre mère biologique pour créer le nouvel Adam.

Trinité
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 3316
Inscription : lun. 02 févr. 2015, 22:50
Conviction : catholique

Re: Comment considérer la Génèse ?

Message non lu par Trinité » mer. 22 févr. 2017, 14:47

Xavi a écrit :
mer. 22 févr. 2017, 11:13




Lors de la création, ce n’est pas le corps qui a subi une nouveauté majeure (même si ce n’est pas exclu nécessairement), mais le souffle spirituel de l’Esprit Saint qui a créé un être radicalement nouveau dans le sein de la mère biologique du premier Adam, de manière très comparable à son action dans le sein de la Vierge Marie lorsqu’il y a incarné Dieu lui-même.

C’est une personne à l’image de Dieu que l’Esprit a incarné dans le sein d’une mère biologique pour créer le premier Adam. C’est Dieu lui-même que l’Esprit a incarné dans le sein d’une autre mère biologique pour créer le nouvel Adam.
Cher Xavi,

Je cautionne entièrement ce raisonnement !
Au demeurant,le parallèle avec l'incarnation de Dieu ,par le christ ,dans le sein de la Vierge Marie ,me semble édifiant!

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10249
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Comment considérer la Génèse ?

Message non lu par Cinci » jeu. 23 févr. 2017, 0:07

Xavi,
Il me semble même possible que la mère biologique d’Adam était déjà un être « capable de se représenter lui-même comme un "Je" et avec la capacité d'entrer en relation avec d'autres "Je" dans une relation de sympathie, désintéressée, abstraite, libérée d'une sorte de confinement biologique étroit ». Où se trouvent les limites entre les capacités du cerveau corporel naturel et la réalité spirituelle spécifique d’une âme immortelle qui est déterminante pour la création d’un humain à l’image de Dieu ?

Lors de la création, ce n’est pas le corps qui a subi une nouveauté majeure (même si ce n’est pas exclu nécessairement), mais le souffle spirituel de l’Esprit Saint qui a créé un être radicalement nouveau dans le sein de la mère biologique du premier Adam, de manière très comparable à son action dans le sein de la Vierge Marie lorsqu’il y a incarné Dieu lui-même.

C’est une personne à l’image de Dieu que l’Esprit a incarné dans le sein d’une mère biologique pour créer le premier Adam. C’est Dieu lui-même que l’Esprit a incarné dans le sein d’une autre mère biologique pour créer le nouvel Adam.

C'est une hypothèse que vous pouvez faire. Alors, le point délicat c'est celui qui consiste, rendu ici, à devoir imaginer pratiquement comme deux formes d'humanités.


Deux sortes de natures humaines

Vous auriez une humanité n'étant pas à l'image de Dieu, celle qui le sera. Il vous faudra supposer une humanité ("où se trouve les limites?") pratiquement indiscernable de l'autre. On parle ici d'une humanité pourtant dotée d'Intelligence et de facultés relationnelles comme l'autre, mais bien que demeurant étrangère à toute relation d'Intimité avec Dieu dans un des deux cas. Est-ce plausible?


Une seule nature humaine

Dans le cas de figure analogue, si l'on prend Jésus et sa mère : le Verbe de Dieu vient comme se conjuguer avec l'humanité de Marie, qui est une humanité déjà existante et qui est déjà tout ouverture consentante sur Dieu. L'incarnation du Verbe vient assumer la condition humaine de Marie, pour la sauver, la conserver, la péréniser, l'éterniser, la diviniser.

.

Avatar de l’utilisateur
TREBLA
Barbarus
Barbarus

Re: Comment considérer la Génèse ?

Message non lu par TREBLA » dim. 26 févr. 2017, 16:35

Cher Xavi,

Merci pour cette discussion sincère.
L’Eve mitochondriale et l’Adam chromosomique n’étaient pas des contemporains puisqu’ils vivaient à des époques différentes, mais ils font tous deux partie de nos ancêtres biologiques et, selon toute vraisemblance, des ancêtres biologiques d’Adam et Eve que la Bible situe à une époque bien plus récente. (Xavi/21 février 2017)
Selon vous, le premier couple mentionné dans la Genèse avait des ancêtres biologiques. Mais cette idée-ci, elle n'est pas du tout biblique. Le premier être humain qui avait des ancêtres biologiques c'était Caïn.
Adam connut Eve, sa femme; elle conçut, et enfanta Caïn, et elle dit: J’ai acquis un homme de par l’Eternel. (Gn 4.1)
Que le Seigneur vous bénisse.

Avatar de l’utilisateur
Xavi
Prætor
Prætor
Messages : 1782
Inscription : mar. 28 juil. 2009, 14:50

Re: Comment considérer la Génèse ?

Message non lu par Xavi » lun. 27 févr. 2017, 16:14

Cinci a écrit :
dim. 26 févr. 2017, 1:18
Xavi,

Vous m'étonnez grandement avec ces remarques. Il me semble que vous voyez beaucoup de choses, plusieurs aussi dont je ne pas sûr que cela devrait faire partie de mes idées,

:!:

Je ne me reconnais pas dans ce portrait. Là, vous avez perdu le contact avec la réalité de vos interlocuteurs.

Bonjour Cinci,

Désolé de vous attribuer des idées qui ne sont pas les vôtres ou dont vous n’est pas sûr !

Je corrige immédiatement mon message en cause pour en supprimer ce qui vous attribue personnellement une pensée dans laquelle vous ne vous reconnaissez pas.

La réalité de mon interlocuteur est difficile à cerner lorsque le dialogue s’éloigne de la réalité concrète et historique. J’ai compris que vous recevez le récit de la Genèse comme une allégorie ou un mythe en considérant que Adam et Eve ne sont que des figures hors du temps et de l’espace qu’il serait erroné de chercher dans la réalité concrète du monde présent.

Mais, cette compréhension de votre point de vue ne correspond peut-être pas à la réalité.

Dans quelle réalité imaginez-vous la création de l’humanité ? Je l’ignore, mais ma réflexion concerne le monde présent, la réalité historique concrète, l’action de Dieu dans ce monde et dans cette réalité, même si la réalité de Dieu et de son action est infiniment plus étendue. Même si la réalité spirituelle ne peut jamais être omise, ni séparée.

Dans le fil de ce forum, on retrouve les trois opinions répandues dans la chrétienté quant à la survenance de l’humanité dans notre monde concret, dans le temps et l’espace, après le Big Bang des astrophysiciens : par rapport à Adam et Eve, il y a ceux qui pensent « tout d’un coup », ceux qui pensent « ancêtres biologiques » et ceux qui pensent « pas de réalité historique ».

C’est bien parmi ces derniers que j’ai cru pouvoir vous situer Cinci, mais peut-être à tort ou avec des nuances qui m’échappent.

Trebla rejette les ancêtres biologiques en affirmant que « ce n’est pas biblique », ce que je conteste.

Il me semble que nous devons chacun éviter de nous attribuer l’Ecriture Sainte en considérant notre propre compréhension de l’Ecriture Sainte comme étant la Parole de Dieu elle-même.

L’intelligence de la foi, dans l’Eglise catholique, consiste à lire l’Ecriture en Eglise en communion avec le magistère de Pierre que le Seigneur nous a laissé pour que notre foi ne défaille pas.

Sans l’Eglise, nous risquons de confondre nos propres opinions avec la Parole de Dieu.

Chacun peut avoir sa perception du récit de la Genèse et de la création, dans les limites de la foi de l’Eglise s’il y est attaché par sa foi catholique ou, du moins, dans les limites de sa compréhension,.

Nos échanges nous permettent à chacun d’enrichir nos réflexions et méditations.

Même si Trebla est d’un autre avis, je pense que c’est la création « tout d’un coup » qui n’est pas conforme au récit biblique. Cette approche me semble provenir d’une ancienne tradition catéchétique dans un contexte de connaissances scientifiques beaucoup moins étendues.

Aucun verset du récit biblique ne parle d’une création « tout d’un coup ». Aucun verset du récit biblique ne rejette une généalogie biologique normale dans l’histoire terrestre de l’humanité.

Au contraire, le récit biblique nous indique que les « âmes vivantes » sont produites par les eaux et la terre (Gn 1, 20 et 24) ce qui est compatible avec des processus évolutifs, sans mentionner une exception pour l’humain qui, comme les animaux, est aussi qualifié d’ « âme vivante » (Gn 2, 7). Cette exception ne se déduit pas de sa création à l'image de Dieu, ni du fait que Dieu l'a façonné.

L’affirmation que le corps humain est façonné avec la « poussière du sol » (Gn 2, 7) ne contient aucune affirmation d’une réalisation « d’un seul coup ».

C’est au sujet d’Adam et Eve qu’il est considéré que l’homme quitte « son père et sa mère » (Gn 2, 24) ce qui n’a aucun sens pour Adam et Eve eux-mêmes s’ils avaient pas de géniteurs biologiques.

Caïn s’est enfui au loin et y a eu une descendance (Gn 4, 16-17). Il faut donc qu’il y ait rencontré une mère de ses enfants dans une population biologiquement similaire au corps terrestre de Caïn. L’affirmation qu’il aurait eu une sœur qui l’aurait accompagné ou rejoint pour devenir sa femme n’a aucune base biblique : c’est une supposition parmi d’autres.

La Genèse nous raconte aussi que des fils de Dieu (les descendants d’Adam et Eve créés à l’image de Dieu) ont eu des enfants avec des fils de l’adame (Gn 6, 1-4), ce qui suppose aussi d’autres êtres de la même espèce biologique. L’affirmation que ces fils de Dieu auraient été des anges n’a aucune base biblique : c’est une supposition parmi d’autres.

On peut en discuter, mais rien ne permet d’affirmer que l’opinion du « tout d’un coup » pourrait seule prétendre à une base biblique. Rien ne permet davantage d’affirmer que l’opinion contraire admettant des « ancêtres biologiques » n’aurait pas de base biblique.

Nous essayons, par un partage de nos modestes moyens d’intelligence de la foi, de réfléchir à la réalité concrète de la création sur la base du texte biblique et de l’enseignement du magistère de l’Eglise.

Avatar de l’utilisateur
TREBLA
Barbarus
Barbarus

Re: Comment considérer la Génèse ?

Message non lu par TREBLA » lun. 27 févr. 2017, 18:21

Cher Xavi,

Merci beaucoup pour cette discussion.
Aucun verset du récit biblique ne parle d’une création « tout d’un coup ». Aucun verset du récit biblique ne rejette une généalogie biologique normale dans l’histoire terrestre de l’humanité. (Xavi)
Est-ce qu'il n'y a vraiment aucun verset? Considérons la généalogie de Jésus-Christ.
23 Jésus avait environ trente ans lorsqu’il commença son ministère, étant, comme on le croyait, fils de Joseph, fils d’Héli, 24 fils de Matthat, fils de Lévi, fils de Melchi, fils de Jannaï, fils de Joseph, 25 fils de Mattathias, fils d’Amos, fils de Nahum, fils d’Esli, fils de Naggaï, 26 fils de Maath, fils de Mattathias, fils de Sémeï, fils de Josech, fils de Joda, 27 fils de Joanan, fils de Rhésa, fils de Zorobabel, fils de Salathiel, fils de Néri, 28 fils de Melchi, fils d’Addi, fils de Kosam, fils d’Elmadam, fils d’Er, 29 fils de Jésus, fils d’Eliézer, fils de Jorim, fils de Matthat, fils de Lévi, 30 fils de Siméon, fils de Juda, fils de Joseph, fils de Jonam, fils d’Eliakim, 31 fils de Méléa, fils de Menna, fils de Mattatha, fils de Nathan, fils de David, 32 fils d’Isaï, fils de Jobed, fils de Booz, fils de Salmon, fils de Naasson, 33 fils d’Aminadab, fils d’Admin, fils d’Arni, fils d’Esrom, fils de Pérets, fils de Juda, 34 fils de Jacob, fils d’Isaac, fils d’Abraham, fils de Thara, fils de Nachor, 35 fils de Seruch, fils de Ragau, fils de Phalek, fils d’Eber, fils de Sala, 36 fils de Kaïnam, fils d’Arpacschad, fils de Sem, fils de Noé, fils de Lamech, 37 fils de Mathusala, fils d’Hénoc, fils de Jared, fils de Maléléel, fils de Kaïnan, 38 fils d’Enos, fils de Seth, fils d’Adam, fils de Dieu. (Luc 3,23-38)
Nous le savons déjà: Jésus n'est pas le fils biologique de Joseph. Jésus est le fils de Dieu. Mais, tous les autres hommes mentionnés dans cette généalogie sont des pères biologiques. Dieu, bien sûr, n'est pas le Père biologique d'Adam. Dieu est le Créateur d'Adam.
Aucun verset du récit biblique ne rejette une généalogie biologique normale dans l’histoire terrestre de l’humanité. (Xavi)
Quant à Saint Luc, lui, il décrit Adam comme étant le fils de Dieu, pas le fils d'un homme. Alors, je dirais que voilà un verset qui rejette une généalogie biologique normale pour Adam.

Que le Seigneur vous bénisse.

Avatar de l’utilisateur
Xavi
Prætor
Prætor
Messages : 1782
Inscription : mar. 28 juil. 2009, 14:50

Re: Comment considérer la Génèse ?

Message non lu par Xavi » lun. 27 févr. 2017, 19:00

Etonnant ! Car, il me semble assez manifeste que ce qui compte dans cette descendance biologique, c’est précisément la transmission biologique de l'être nouveau à l'image de Dieu créé en Adam.

Adam est bien « fils de Dieu », comme l’indique Gn 4, 16, comme le sont aussi tous ses descendants qui ont tous hérité de son être nouveau et qui, à leur époque, ne se confondaient pas avec les autres homos sapiens aux caractéristiques similaires que Gn 4, 16 désigne comme « fils de l’adame », cette espèce d'homos sapiens "rouges" issus d'une terre rouge (l'adamah).

Dans la généalogie de St Luc, ce qui me semble important c’est bien la transmission de la qualité de fils de Dieu qui était celle d'Adam créé à son image et dont l'âme a été créée immortelle et capable de partager la vie de Dieu. C'est cette qualité de « fils de Dieu », capable de partager éternellement la vie de la communion d’amour de son Créateur qui est transmise sans interruption jusqu’à Jésus.

L'ascendance uniquement terrestre de Jésus au delà d'Adam est sans importance par rapport à ce qui a été créé en Adam, qui a été blessé par le péché originel et que le Christ vient sauver.

Voyez, cher Trebla, comme nous pouvons lire différemment.

Jeremie-Daniel
Censor
Censor
Messages : 109
Inscription : sam. 17 nov. 2012, 10:52

Re: Comment considérer la Génèse ?

Message non lu par Jeremie-Daniel » lun. 27 févr. 2017, 21:49

Bonjour a tous,

Relisons un peu ce que nous dit la genèse:

Chapitre 2:
v.5 : "Et il n'y avait point d'homme pour cultiver le sol..." (Toc toc toc y'a quelqu'un? non y a personne....enfin...pas encore)
v.7 :L’Éternel Dieu forma l'homme de la poussière de la terre, il souffla dans ses narines un souffle de vie , et l'homme devin un être vivant" (L'homme a été vivant uniquement après avoir reçu ce souffle de vie)
v.18 : " L’éternel
Dieu dit : il n'est pas bon que l'homme soit seul je lui ferai (Eve n'existe pas a ce moment là) une aide semblable a lui" (seul...veut dire seul Adam ne pouvait compter ni sur Gaston Néanderthal...ni sur Gustave Homosapiens...)
v.22: "Et L’Éternel forma une femme de la côte qu'il avait prise de l'homme..." (Eve est donc issue d'Adam)
v.24 " C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère et s'attachera a sa femme et ils deviendront une seule chair" (cela concerne les descendants du premier couple et non pas le premier couple qui n'avait pas de parents... et préfigure les règles d'union futures entre un homme et une femme)

Chapitre 3 :
v.20: " Adam donna a sa femme le nom d'Eve: car elle a été la mère de TOUS LES VIVANTS" (le verset est clair et parle de lui-même...)

bonne soirée.

Avatar de l’utilisateur
TREBLA
Barbarus
Barbarus

Re: Comment considérer la Génèse ?

Message non lu par TREBLA » lun. 27 févr. 2017, 22:18

Cher Xavi,

Merci pour votre réponse immédiate.
Etonnant ! Car, il me semble assez manifeste que ce qui compte dans cette descendance biologique, c’est précisément la transmission biologique de l'être nouveau à l'image de Dieu créé en Adam. (Xavi)
Il ne faut pas confondre la biologie avec la philosophie.

Seth est le fils biologique d’Adam et d'Eve.
Par contre, Adam n'est pas le fils biologique de Dieu.
Dieu a créé Adam. Adam n'est pas le produit de l'union sexuelle entre un homme et une femme.

Que le Seigneur vous bénisse.
Dernière modification par TREBLA le lun. 27 févr. 2017, 23:17, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
TREBLA
Barbarus
Barbarus

Re: Comment considérer la Génèse ?

Message non lu par TREBLA » lun. 27 févr. 2017, 22:26

Cher Jeremie-Daniel,

Vos explications sont claires et concises. Merci !
v.18 : " L’éternel
Dieu dit : il n'est pas bon que l'homme soit seul je lui ferai (Eve n'existe pas a ce moment là) une aide semblable a lui" (seul...veut dire seul Adam ne pouvait compter ni sur Gaston Néanderthal...ni sur Gustave Homosapiens...)
- Jeremie-Daniel -
Quelle brillante perspicacité !

Que le Seigneur vous bénisse.

Trinité
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 3316
Inscription : lun. 02 févr. 2015, 22:50
Conviction : catholique

Re: Comment considérer la Génèse ?

Message non lu par Trinité » lun. 27 févr. 2017, 23:29

Jeremie-Daniel a écrit :
lun. 27 févr. 2017, 21:49

Relisons un peu ce que nous dit la genèse:
Chapitre 2:
v.5 : "Et il n'y avait point d'homme pour cultiver le sol..." (Toc toc toc y'a quelqu'un? non y a personne....enfin...pas encore.

Sans doute !Parce que le souffle de vie divine n'avait pas encore été insufflé dans Adam (Homo sapiens) et que l'évolution rapide de l'homme est arrivé parallèlement avec son intelligence qui s'est développée rapidement au même titre que son âme!

:L’Éternel Dieu forma l'homme de la poussière de la terre, il souffla dans ses narines un souffle de vie , et l'homme devin un être vivant" (L'homme a été vivant uniquement après avoir reçu ce souffle de vie)

Comme le dit Xavi!
L’affirmation que le corps humain est façonné avec la « poussière du sol » (Gn 2, 7) ne contient aucune affirmation d’une réalisation « d’un seul coup ».
Pourquoi ne pas penser que Dieu soit intervenu dans le corps d'Adam homo sapiens, de la même manière que Dieu s'est fait homme dans le sein de la vierge Marie en Jésus

v.18 : " L’éternel
Dieu dit : il n'est pas bon que l'homme soit seul je lui ferai (Eve n'existe pas a ce moment là) une aide semblable a lui" (seul...veut dire seul Adam ne pouvait compter ni sur Gaston Néanderthal...ni sur Gustave Homosapiens...)

Et si Eve était elle aussi une homo sapiens ,dans laquelle Dieu aurait également insufflé un souffle de vie?

v.22: "Et L’Éternel forma une femme de la côte qu'il avait prise de l'homme..." (Eve est donc issue d'Adam)

Là ,j'avoue que je n'ai pas d'explications!

v.24 " C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère et s'attachera a sa femme et ils deviendront une seule chair" (cela concerne les descendants du premier couple et non pas le premier couple qui n'avait pas de parents... et préfigure les règles d'union futures entre un homme et une femme)

La création de l'âme dans le corps d'Adam et Eve étant réalisée , la notion de descendance HUMAINE est apparue ,ce qui n'était pas le cas pour les parents biologiques d'Adam et Eve considérés comme animaux!

Chapitre 3 :
v.20: " Adam donna a sa femme le nom d'Eve: car elle a été la mère de TOUS LES VIVANTS" (le verset est clair et parle de lui-même...)

Bien sur ! de tous les vivants en ce qui concerne la notion humaine ,avant ce n'était que des animaux ,peut être en début d'évolution,mais sans l'intervention divine ,qui est certainement liée également avec une notion d'intelligence qui c'est rapidement développée !

Cordialement!

Avatar de l’utilisateur
TREBLA
Barbarus
Barbarus

Re: Comment considérer la Génèse ?

Message non lu par TREBLA » lun. 27 févr. 2017, 23:53

Cher Trinité,

Merci pour vos commentaires.
Jeremie-Daniel dit:
Relisons un peu ce que nous dit la genèse:
Chapitre 2:
v.5 : "Et il n'y avait point d'homme pour cultiver le sol..." (Toc toc toc y'a quelqu'un? non y a personne....enfin...pas encore.

Trinité dit:
Sans doute !Parce que le souffle de vie divine n'avait pas encore été insufflé dans Adam (Homo sapiens) et que l'évolution rapide de l'homme est arrivé parallèlement avec son intelligence qui s'est développée rapidement au même titre que son âme!
Il faut relire tout le verset.
Lorsque l’Eternel Dieu fit la terre et les cieux, aucun arbuste des champs n’était encore sur la terre, et aucune herbe des champs ne germait encore: car l’Eternel Dieu n’avait pas fait pleuvoir sur la terre, et il n’y avait point d’homme pour cultiver le sol. (Gn 2,5)
Ma question est la suivante: comment ont-ils pu survivre sans « aucune herbe des champs » ces hommes qui existaient supposément avant Adam ?

Que le Seigneur vous bénisse.

Trinité
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 3316
Inscription : lun. 02 févr. 2015, 22:50
Conviction : catholique

Re: Comment considérer la Génèse ?

Message non lu par Trinité » mar. 28 févr. 2017, 0:10

Cher Trebla !

L'évolution ne s'est pas faite d'un seul coup ,A partir des fossiles retrouvées on estime à 420 millions d'années l'arrivée de la végétation sur terre !
Evidemment qu'il n'y avait pas d'arbustes à cette époque! L'estimation des premiers homo sapiens supposés par la science être nos descendants directs date de 150000 ans là il y avait de la végétation! :)

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 20 invités