Propositions concernant la famille et la société

Famille - Travail - Chômage - Femme - Enfance - Vieillesse - Handicap - Santé publique
Avatar de l’utilisateur
Christophe
Consul
Consul
Messages : 7685
Inscription : mer. 28 avr. 2004, 0:04
Conviction : Catholique
Localisation : Frankistan

Un oubli réparé...

Message non lu par Christophe » lun. 21 mars 2005, 22:56

Bonsoir Guelfo
Christophe a écrit :PS : Sur le RMI, le service civil et l'action sociale, je vous répondrai plus tard. Mon lit m'appelle... :arrow:
Bon, je m'y met. ;-)
Le RMI tout d'abord. Tous les économistes vous diront que l'effet principal du RMI est de condamner au chômage les gens qui ont une productivité inférieure au coût du RMI pour l'employeur. Donc on risque de faire augmenter le chômage et la demande de politiques socialistes du type 32h ("partager le travail"), quotas à l'embauche ("combattre la discrimination") etc, tout cela à grand coût et sans aider les bénéficiaires présumés.
Il me semble que vous confondez avec le SMIC ( Salaire Minimal Interprofessionnel de Croissance ). Le RMI ( Revenu Minimum d'Insertion ) est une aide sociale destinée à venir financièrement en aide aux plus démunis. Il est supposé être couplé à un contrat d'insertion qui est aujourd'hui tombé en désuétude. L'idée du RMA-Bayrou ( je précise pour le distinguer du RMA-Fillon/Boutin ) est de ne verser ce revenu qu'en échange d'une activité d'intérêt général ( TIG ) afin d'éviter les abus. Je présente très brièvement l'idée ici.
Ce RMA devient même, dans mon idée, la clef de voute du système de protection sociale puisqu'il ouvre droit aux prestations de la sécurité sociale à toutes les personnes privées d'emploi par une conjoncture de chomage de masse.
Le service civil, honnêtement, je ne vois pas ce qui justifie cette forme d'esclavage, ni s'il répondrait à un besoin autre que d'emmerder les braves gens en créant une pléthore d'associations gauchistes qui feront de l'agitation pour avoir toujours plus de socialisme.
Le service civil obligatoire est une sorte de "corvée" moderne, afin que la participation des citoyens à la vie de la Cité ne se réduise pas à une relation fiscale et électorale. Il se substitue d'une certaine façon aux vertus socialisantes du service militaire.
Action sociale, si on proposait plutôt de détaxer ce genre d'activités, ce qui rendrait service notamment aux diverses associations catholiques qui s'occupent des pauvres sans permettre à l'état de mettre le grapin dessus sous prétexte de contrôle de l'utilisation des deniers publics ?
Je suis d'accord avec vous. Cela dit, les dons aux associations donnent déjà lieu à une exonération fiscale de 40% de leur montant. Personnellement, je suis plutôt favorable à ce que les dons soient retranchés des revenus imposables. La LSC proposait simplement de développer les services aux personnes mais n'avait arrêtée aucune mesure concrête.

Bien à vous
Christophe
« N'ayez pas peur ! » (365 occurrences dans les Écritures)

Avatar de l’utilisateur
guelfo
Quæstor
Quæstor
Messages : 303
Inscription : mar. 01 mars 2005, 20:41

Message non lu par guelfo » mar. 22 mars 2005, 11:39

Cher ami,

J'ai en effet confondu SMIC et RMI (ces fichus acronymes français ! ;-) ).

Pour le RMI, même problème que pour les allocations de chômage.

Je crois qu'il faut bien distinguer entre les personnes incapables de travailler pour des motifs "physiques" (maladie, handicap physique ou mental) et revenus de remplacement bénéficiant à des personnes qui pourraient parfaitement travailler. Ces derniers me semblent inacceptables dès que leur financement n'est pas organisé comme celui d'une assurance.

Pour le service civil, il me semble que vous ne répondez pas à mes objections !
Deus lo volt

Avatar de l’utilisateur
Christophe
Consul
Consul
Messages : 7685
Inscription : mer. 28 avr. 2004, 0:04
Conviction : Catholique
Localisation : Frankistan

Message non lu par Christophe » mar. 22 mars 2005, 23:41

guelfo a écrit :Pour le RMI, même problème que pour les allocations de chômage.

Je crois qu'il faut bien distinguer entre les personnes incapables de travailler pour des motifs "physiques" (maladie, handicap physique ou mental) et revenus de remplacement bénéficiant à des personnes qui pourraient parfaitement travailler. Ces derniers me semblent inacceptables dès que leur financement n'est pas organisé comme celui d'une assurance.
L'objet de la substitution du RMA au RMI est justement de corriger ses "effets pervers".
Pour le service civil, il me semble que vous ne répondez pas à mes objections !
:oops: Objections qui m'auraient échappées ?
Vous considérez que le service du bien commun est un esclavage. Heureux les esclaves...
La création d'associations gauchistes ? Le service civil associatif se fera dans des associations reconnues d'utilité publique. Il y a effectivement des associations gauchistes qui le sont et qui le seront, mais jusqu'à preuve du contraire, le terrain de l'action sociale est quasi-monopolisé par les catholiques.

Paix en Christ
Christophe
« N'ayez pas peur ! » (365 occurrences dans les Écritures)

mgls
Censor
Censor
Messages : 79
Inscription : dim. 09 mai 2004, 19:40
Localisation : Compiègne (Oise)
Contact :

Programme de l'USC - La Famille (pour discussion)

Message non lu par mgls » sam. 02 avr. 2005, 8:49

Pour faire part de vos modifications ou ajouts.

Inscription à l’USC
http://www.forum-politique.org/phpBB2/groupcp.php?g=997

Discussion du programme (la famille)
http://www.forum-politique.org/phpBB2/v ... 395#421395
"France, qu'as-tu fait de ton baptême ?" Jean-Paul II (Le Bourget - 1er juin 1980)

elisseievna
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 547
Inscription : ven. 08 oct. 2004, 3:08

Message non lu par elisseievna » sam. 17 sept. 2005, 10:48

Je remarque qu'il n'y a RIEN contre la violence conjugale.

Quelqu'un annonce ici qu'une femme a été assassinee à coup de couteau par son mari.
Rien dans la presse. Non evenement.
Lorsque des rapports sortent sur le sujet, ils sont DENONCES comme elucubrations de feministes enragées.

La stabilisation du couple passe t elle par la réduction au silence des femmes victimes de violence ?
Je formule ma question de cette maniere provocante ( je sais bien que ce n'est pas ce que vous voulez), parce que dans les faits, jusqu'a présent, les politiques familiales renforçant le mariage ont mis les femmes dans des conditions ou elles sont incapables de se defendre concretement contre les violences, incapables de se defendre elles memes et de defendre leurs enfants.

"Salaire maternel" : salaire de la DEPENDANCE, de la vulnerabilité maximum.
Les femmes veulent etre des meres capables de defendre leurs enfants et elles memes, y compris contre un compagnon ou pere quand il deraillent.

A quand une campagne pour enfoncer dans le crane des hommes :
"si tu te sens en colere : ELOIGNES toi"
"tes enfants ne sont "tes" enfants que si tu t'en occupes, materiellement et financierement, quotidiennement" ...

Cela ne me parait pas antinomique avec des "valeurs chrétiennes" : alors pourquoi diable les propositions des chrétiens ne favorisent elles en pratique que le pouvoir des hommes ?!

Avatar de l’utilisateur
Hélène
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 1528
Inscription : lun. 13 juin 2005, 3:51
Localisation : Sous le regard de Dieu
Contact :

Message non lu par Hélène » sam. 17 sept. 2005, 15:12

elisseievna a écrit :Je remarque qu'il n'y a RIEN contre la violence conjugale.
À vous de le proposer alors... :)

Pour ma part, je suis très sensible à cette cause et j'aimerais assurer ma prière, tel que le demande Wanderer sur le fil des intentions, pour cette femme et spécialement pour ces enfants qui n'ont pas demandé à naître dans une telle violence. J'oeuvre dans une maison d'hébergement pour femmes immigrantes victimes de violence conjugale et leurs enfants et notre rôle consiste à être un service de première ligne envers ces femmes : offrir un lieu d'hébergement sécuritaire, donner des outils pour devenir autonome, intégration à la vie sociale québécoise, sortir de l'isolement et de la peur...mais vous savez on peut offrir l'aide que l'on voudra, la moitié des femmes retournent avec leur conjoint violent...ce n'est ni l'Église, ni les chrétiens, ni les intervenantes de la maison qui les poussent à cela.
A quand une campagne pour enfoncer dans le crane des hommes :
"si tu te sens en colere : ELOIGNES toi"
Parce que ces messieurs, profondément malades, croient que ce n'est pas leur faute mais que la femme les a poussé à agir de la sorte...ils se sentent les victimes d'une créature qu'ils doivent à tout prix contrôler pour ne pas qu'elle le contrôle. Je ne crois pas qu'une campagne d'enfoncement dans le crâne règlera grand'chose. C'est une thérapie qu'il a besoin le mec. Il y en a de l'aide pour le conjoint violent...mais ils n'y vont pas.
Cela ne me parait pas antinomique avec des "valeurs chrétiennes" : alors pourquoi diable les propositions des chrétiens ne favorisent elles en pratique que le pouvoir des hommes ?!
Pourquoi toujours remettre en question les valeurs chrétiennes à ce sujet et soupçonner l'Église de complicité avec le mari violent elisseievna ? :???: Est-ce que les valeurs chrétiennes prônent que la femme subisse un suplice de la part de son mari débile ? Lorsque j'ai passé mon entrevue pour ce boulot, une des premières questions qu'on m'a posées est celle-ci : (je me suis affichée to the go catholique en partant) "Tes valeurs chrétiennes ne seront-elles pas un obstacle pour faire ce genre de travail ?" Elles étaient dans l'idée que l'Église demandait aux femmes violentées de ne pas quitter leur mari et de gentiment accepter leur martyr pour l'amour de Dieu ! Ridicule ! L'Église accepte la séparation des corps lorsque la cohabitation devient impossible et personne ne mérite de vivre ce genre de souffrance absurde...surtout pas lorsque les enfants sont en plein milieu de cette situation, il faut choisir le moindre mal : quitter et trouver de l'aide.
"Le Père n'a dit qu'une seule Parole, c'est son Fils et, dans un éternel silence, il la prononce toujours". (Saint Jean de la Croix)

elisseievna
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 547
Inscription : ven. 08 oct. 2004, 3:08

Message non lu par elisseievna » sam. 17 sept. 2005, 16:49

Helene , ... lisez moi svp !!!!!!!!!

je parle des dispositions proposées, pas des valeurs.
Ce sont les dispositions type salaire maternel qui rendent les femmes vulnerables, car incapables de partir.
C'est la conception du "role de la femme" qui conduit a les mettre dans des situations ou elles sont vulnerables. Vous savez probablement (?) que les violences commencent par le rabaissement de la compagne : evidemment ce rabaissement est d'autant plus facile que la femme est dependante financierement de l'homme, et ce n'est pas le montant minime des salaires maternels qui peut resoudre le probleme.
(Je resume le processus)
Mais evidemment ce n'est pas ce que prone l'Eglise, ni explicitement, ni par ses valeurs. Je dis seulement que indirectement sa conception du role de la femme aboutit à produire ce processus, mais je ne vois pas ce qui empeche des chretiens de lutter plus vivement contre ce phenomene : c'est cela ma question.

Pourquoi je n'en propose pas ? je le fais moi .... mais je ne fais pas partie de cette liste.
Vous pouvez voir des propositions feministes sur le site du CERF, rien ne vous empeche de les soutenir.

Je resumais encore en parlant d'enfoncez vous bien cela dans la tete ... bien sur il s'agit d'aider aussi les hommes violents, en l'occurence leur apprendre ce principe d'eloignement fait partie des reflexes a acquerir pour echapper a ses pulsions de violence, mais bien sur, on ne peut pas limiter l'intervention à des slogans.
Outre les campagnes pour le public, qui peuvent sensibiliser, il est possible aussi de rendre obligatoire le suivi d'enseignements pour les hommes qui se sont rendu coupables de tels actes et qui ne comprennent même pas, comme vous le dites, ce qu'il y a de mal la dedans.
Ici en France, nous attendons avec impatience le resultat du procès contre l'imam Bouziane, qui prone, comme d'autres musulman-e-s, de battre sa femme dans certains cas...

Avatar de l’utilisateur
Hélène
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 1528
Inscription : lun. 13 juin 2005, 3:51
Localisation : Sous le regard de Dieu
Contact :

Message non lu par Hélène » sam. 17 sept. 2005, 17:26

elisseievna a écrit :je parle des dispositions proposées, pas des valeurs.
Ce sont les dispositions type salaire maternel qui rendent les femmes vulnerables, car incapables de partir.
C'est la conception du "role de la femme" qui conduit a les mettre dans des situations ou elles sont vulnerables.
Je suis désolée mais étant celle qui compile les statistiques et qui reçoit celles de la "Fédération des maisons d'hébergements pour femmes victimes de violence conjugale et en difficulté du Québec" (il y en a 41 dans la Fédé...c'est sans compter les autres ressources qui ne font pas partie de la Fédé), je devrai démolir ces préjugés. La majorité (et vraiment la majorité nette, pas seulement 51% contre 49%), des femmes violentées ont un niveau d'éducation élevé (universitaire et collégial) et proviennent des classes autant riche que moyenne que pauvre, des différents horizons, cultures et évidemment religions et systèmes sociaux athées. Elles ont pour la plupart une profession ou pratiquent un métier. Je n'ai pas les chiffres avec moi ce week-end parce que je suis chez moi mais, je pourrai, si vous voulez, vous transmettre les données des statistiques pour 2004-2005 lorsque j'irai à mon lieu de travail lundi. Ceci s'appliquant bien sûr à la société québécoise (mais nous sommes spécifiquement spécialisés envers les communautés multi-ethniques...donc, cela devrait s'appliquer logiquement à toutes les cultures et pas seulement au Québec puisque nous ne recevons à peu près pas de femmes québécoises).
Vous savez probablement (?) que les violences commencent par le rabaissement de la compagne : evidemment ce rabaissement est d'autant plus facile que la femme est dependante financierement de l'homme, et ce n'est pas le montant minime des salaires maternels qui peut resoudre le probleme.
(Je resume le processus)
Encore une fois, je suis désolée de détruire ce mythe : il existe de la violence conjugale...chez les couples lesbiennes. Ce n'est pas une blague. Il y a un organisme entre autres, GIVCL (Groupe d'Intervention en Violence Conjugale chez les Lesbiennes) qui fonctionne en collaboration avec différents organismes pour contrer la violence conjugale chez les lesbiennes. Le Regroupement des Maisons d'hébergement tentent de faire de la prévention à cet effet et demande aux maisons d'hébergement d'accueillir aussi les femmes lesbiennes qui seraient victimes de violence de la part de leur conjointe. Aussi, il existe, croyez-le ou non, des organismes pour les hommes victimes de violence conjugale de la part de leur conjointe ! Mais c'est tabou, on n'en parle pas. J'avais vu une entrevue à une émission "Enjeux" (très pertinente et instructive) avec un homme, petit et menu, gentil et mal dans sa peau, qui avait été psychologiquement et physiquement détruit par sa conjointe (qui faisait deux fois son poids). Elle le frappait toujours et le rabaissait sans cesse devant les autres...mais il avait honte et avait peur de faire rire de lui à la dénoncer.
Mais evidemment ce n'est pas ce que prone l'Eglise, ni explicitement, ni par ses valeurs. Je dis seulement que indirectement sa conception du role de la femme aboutit à produire ce processus, mais je ne vois pas ce qui empeche des chretiens de lutter plus vivement contre ce phenomene : c'est cela ma question.
Mais ils le font ma chère ! Entre autre moi...et 2 autres de mes collègues de travail, chrétiennes dans le monde. Il faudrait vérifier les statistiques à savoir qui oeuvre pour les femmes et enfants en difficulté...le bien que les religieuses font pour les femmes, les familles, les enfants...même les bourreaux, ne fait pas de bruit. Les organismes caritatifs dans ce sens sont nés de la conception de la dignité de la personne humaine qui est véhiculée dans les valeurs chrétiennes. Ne portez pas de jugement envers ce que fait l'Église (l'Église ce sont les baptisés...pas seulement le clergé) sans vérifier ce qui existe comme aide et organismes...
Ici en France, nous attendons avec impatience le resultat du procès contre l'imam Bouziane, qui prone, comme d'autres musulman-e-s, de battre sa femme dans certains cas...
Ne mélangeons pas les imams avec les curés... :blink:
"Le Père n'a dit qu'une seule Parole, c'est son Fils et, dans un éternel silence, il la prononce toujours". (Saint Jean de la Croix)

Charles
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1642
Inscription : mer. 14 juil. 2004, 16:44

Message non lu par Charles » sam. 17 sept. 2005, 18:18

J'ai une amie orthophoniste qui voit beaucoup d'enfants en difficulté, certains sont retirés à leur famille parce qu'ils battent leurs parents. Des enfants de 7-8 ans...

Il y a plusieurs causes différentes aux violences dans les couples et dans les familles. Utiliser l'Eglise comme un bouc émissaire universel est bien pratique mais ce n'est ni une preuve d'intelligence ni d'honnêteté intellectuelle.

Ce qu'Hélène dit sur les violences entre lesbiennes ne me surprend pas. Je vois deux causes principales aux violences physiques : l'extension physique d'une position psychologique dominante et la réaction du dominé à la domination psychologique. Et une troisième, la prise de la victime comme bouc émissaire hors de schémas définis de domination psychologique. Mais j'aurais plutôt tendance à penser que la violence physique est d'abord le fait de celui ou celle qui est dominé psychologiquement ou du moins face à un obstacle de cette nature.

Avatar de l’utilisateur
Hélène
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 1528
Inscription : lun. 13 juin 2005, 3:51
Localisation : Sous le regard de Dieu
Contact :

Message non lu par Hélène » sam. 17 sept. 2005, 18:37

Charles a écrit :J'ai une amie orthophoniste qui voit beaucoup d'enfants en difficulté, certains sont retirés à leur famille parce qu'ils battent leurs parents. Des enfants de 7-8 ans...
Je vous rejoints tout à fait dans ce que vous dites Charles. Une de mes soeurs, trop douce et mitaine, se fait "bûcher dessus" (expression québécoise pour dire frapper) et humilier sans cesse par son ado de 15 ans, une jeune fille ! Le père étant virtuellement absent, elle n'a pas reçu les limites qui s'imposaient à sa liberté.

Nous avons reçu une femme et son fils de 16 ans à la Maison d'hébergement qui se faisaient violenter par l'autre de ses fils...aux prises avec la toxicomanie. En ce qui concerne la violence, il n'y a pas de sexe, de culture, d'âge, de niveau de vie... c'est une prise de pouvoir par quelqu'un qui se sent "en-dessous" de sa victime pour la contrôler.
"Le Père n'a dit qu'une seule Parole, c'est son Fils et, dans un éternel silence, il la prononce toujours". (Saint Jean de la Croix)

Avatar de l’utilisateur
Christophe
Consul
Consul
Messages : 7685
Inscription : mer. 28 avr. 2004, 0:04
Conviction : Catholique
Localisation : Frankistan

Message non lu par Christophe » sam. 17 sept. 2005, 19:22

[align=justify]Bonsoir Elisseivna

Vous avez raison, il manque - dans l'état actuel - à notre programme des mesures de lutte contre la violence conjugale, comme il manque sans aucun doute aussi beaucoup d'autres choses. La raison en est simple : le comité de rédaction était d'une part exclusivement composé d'hommes, qui - d'autre part - ne connaissent rien du problème évoqué. Difficile, dans ces conditions, de faire des propositions adéquates.
Je trouve vos autres critiques injustes, mais je laisse à Hélène qui maîtrise très bien le sujet le soin de vous répondre.
J'ai consulté le dossier sur la violence conjugale sur le site du CERF, mais je n'y ai pas trouvé vos propositions. Par contre je remarque que l'article "Violence et religion" est intégralement consacré à l'Islam.
Soyez assurée que si le programme de La Cité catholique connaît une nouvelle mise à jour, Hélène sera consultée et invitée à faire des propositions sur ce sujet. Propositions dont nous pouvons d'ailleurs débattre dès maintenant...

Cordialement
Christophe[/align]
Dernière modification par Christophe le dim. 18 sept. 2005, 9:24, modifié 1 fois.
« N'ayez pas peur ! » (365 occurrences dans les Écritures)

shadow
Ædilis
Ædilis
Messages : 23
Inscription : lun. 05 sept. 2005, 0:24

Message non lu par shadow » sam. 17 sept. 2005, 19:41

j'ai pas tout lu, mais une partie quand même ;-) Mon point de vue :
Abolition de l'avortement (assistance sociale aux filles-mères ; amélioration de l'éducation sexuelle au collège)
Je ne suis pas pour l'avortement (cela à créé un drame dans ma propre famille), mais je ne suis pas contre non plus dans certains cas bien définis. Cependant, l'interdire poserait des probleme déjà dans le sens ou sans doute pas mal de personne manifesteraient. De plus, en admettant que ça passe, il faut savoir qu'il se créra un véritable marché noir de l'avortement (je crois que Christophe y a fait allusion).
Développement des structures d'accueil pour l'enfance (facilitation de la "parentalité")
Rien à redire là dessus, je suis d'accord pour donner de meilleures conditions aux jeunes dans ces foyers :)
Mise en place d'une allocation "mère au foyer", dans le cadre des allocations familiales
Tant que cela reste la décision de la femme, je n'ai rien à dire.
Campagne de communication pour promouvoir la natalité
je sais pas, je trouve personnellement qu'on est déjà beaucoup trop... Je sais que la religion, pas seulement catholique, a toujours encouragé la natalité, mais tout de même, je trouve qu'on a déjà beaucoup de difficulté, nous n'avons pas besoin d'un deuxieme baby boom.
Incitation juridique et fiscale à la stabilisation des couples dans le mariage
Ben...Pourquoi pas, maintenant, y'aura aussi pas mal de divorce je pense. Et puis, je préfère une famille qui se sépare qu'une famille qui reste ensemble "pour les enfants" en se disputant tous les jours.
- Suppression des affichages publicitaires sur l'espace public (voirie, chaînes publiques radiophoniques ou télévisuelles)
- Interdiction des affiches publicitaires explicitement et implicitement sexuelle dans les zones urbaines ; interdiction des publicités à destination des enfants
Je connais des entreprises qui vont pas être d'accord :roll:
- Interdiction des sectes coercitives (scientologie, raëliens, Jéhovah...)
Faut vraiment bien définir ce qu'est une secte : je crée moi même une religion qui m'interdis de porter des lentilles de contact (exemple pris au hasard, en fait j'en ai pas), j'y convertie une amie, c'est une religion, une secte, quoi ?

Le reste, je suis plutot d'accord, mais il faut rester dans le réalisme fiscal, malheureusement, ça a déjà été souligner

Charles
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1642
Inscription : mer. 14 juil. 2004, 16:44

Message non lu par Charles » sam. 17 sept. 2005, 19:56

shadow a écrit :Je sais pas, je trouve personnellement qu'on est déjà beaucoup trop... Je sais que la religion, pas seulement catholique, a toujours encouragé la natalité, mais tout de même, je trouve qu'on a déjà beaucoup de difficulté, nous n'avons pas besoin d'un deuxieme baby boom.
Justement si, le crash démographique annoncé va provoquer de gros problèmes dans le monde entier, de l'Europe à la Chine. Votre proposition se ramène tout simplement et très précisément à "pas plus de jeunes"... c'est une proposition dont l'inspiration ne peut être que la sclérose, la psychorigidité et la stérilité. J'ajoute à cela une dimension identitaire exacerbée et la peur de l'autre. Les enfants, les jeunes sont ceux qui nous remplaceront et qui viendront défaire peut-être ce que nous avons fait, ou du moins le faire autrement. Mais aussi ils sont ceux qui résoudront les problèmes que nous n'aurons pas su résoudre. Le malthusianisme, cette peur des autres, repose sur des fantasmes, des terreurs, et une méfiance fondamentale envers la vie. C'est aussi un mirage, celui de croire que ce qui est acquis est nécessaire, inaliénable, indestructible. C'est une mentalité de bourgeois, de conservateurs, une mentalité d'avares, pour qui la vie doit être mise au grenier ou à la cave, ou mieux encore au coffre-fort, cadenassée, verouillée, à l'abri. Seulement rien d'humain ne subsiste sans une jeunesse pour tout revivre et tout refaire.
Dernière modification par Charles le dim. 18 sept. 2005, 5:22, modifié 1 fois.

shadow
Ædilis
Ædilis
Messages : 23
Inscription : lun. 05 sept. 2005, 0:24

Message non lu par shadow » sam. 17 sept. 2005, 22:06

lol, je disais ça à moitié en plaisantant, mais c'est vrai que j'ai un coté misanthrope hérité de ma dépression : je vois l'humanité comme un fardeau pour la planete toute entiere. Malgré tout, y'a des gens bien, donc bon, je peux pas non plus vraiment souhaité sa disparition, mais quand même, je vois l'humanité comme la plus grande catastrophe arrivée à la terre :roll:

wanderer
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 730
Inscription : ven. 03 sept. 2004, 16:49
Localisation : Haute-Savoie

Message non lu par wanderer » dim. 18 sept. 2005, 6:10

Et pourtant Dieu a créé le monde par un don gratuit, par amour. J'ai pu penser la même chose que vous dans certaines périodes difficiles de ma vie, mais la petite étincelle au fond de moi a toujours brillé et on se raccroche à la vie parce qu'elle est belle et vaut la peine d'être vécue car elle est un don de Dieu. C'est pour ça que toute vie a une valeur tellement précieuse. Nous avons tous la même finalité, celle de louer le créateur pour arriver à la béatitude. c'est en arrivant à ce but qui est Jésus Christ que l'être trouve sa finalité et se réalise enfin entièrement.

Wanderer

:roll:

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 6 invités