Sur le féminisme

Famille - Travail - Chômage - Femme - Enfance - Vieillesse - Handicap - Santé publique
Avatar de l’utilisateur
Philon
Barbarus
Barbarus

Re: Sur le féminisme

Message non lu par Philon » dim. 04 oct. 2020, 11:46

C'étaient juste des tendances, dans les grandes lignes...car c'est vrai que des femmes, pas mal de femmes "testent" leur pouvoir sur les hommes sans aimer, et puis il y a les prostituées, les carriéristes, celles qui couchent par intérêt.
Donc c'est vrai qu'on est loin d'être toujours dans un schéma "femme victime car sentimentale/versus/ homme harceleur cynique "
( pas très sympa non plus, Philon...)
Il arrive bien souvent que le conjoint sentimental ( homme ou femme) se fasse dominer voire arnaquer par le conjoint plus cynique ( celui qui cherche le pouvoir, homme ou femme)...mais là, on a dans notre société des courants féministes qui vont faire la leçon à la femme sentimentale (l'homme sentimental au contraire, c'est bien vu) car on veut lui enjoindre de se masculiniser.
On va décrire ses tendances bien féminines comme de la pathologie, notamment son altérocentrisme qui la rend de facto très dépendante de l'approbation et de la reconnaissance d'autrui. On va ( souvent avec des psys) l'exhorter, la rééduquer pour qu'elle devienne "indépendante", pour qu'elle "vive par elle même", etc.
La nature parle contre.
Ca ne marche pas, tout simplement.
Les méthodes pour changer la femme peuvent être très cruelles psychiquement, surtout lorsque ce sont des femmes qui ont ce rôle de "rééducatrice" d'autres femmes ( mère, prof, psy, féministe, auteur de bouquins entre psychologie et féminisme...).
Non seulement cela fait mal, cela crée des dissensions entre les femmes, mais surtout cela reste d'une totale inefficacité car on ne change pas la nature ( à moins de créer des mutants).
La femme est "creuse", elle "attend", elle "tombe" enceinte, elle est équipée physiquement pour porter l'enfant, l'allaiter, etc. Toute sa psychologie altérocentrée, son besoin de reconnaissance, son dévouement, sa douceur, ses parures, son élégance, sa fidélité, son besoin d'aider, de secourir, de materner, de nourrir ( famille, enfants, animaux...), viennent de là. Son cerveau ne fonctionne pas comme un cerveau masculin. Il y a donc une continuité entre ce que veut le Seigneur et sa nature de femme voulue par Lui. La femme doit être soumise à l'époux mais elle en a aussi la capacité et le désir. Elle doit lui rester fidèle et c'est au fond ce qu'elle veut et peut faire.
En revanche exiger d'elle qu'elle rompe dès que les conflits conjugaux arrivent, qu'elle affronte la solitude, se débrouille seule, ne compte que sur elle même, surmonte la souffrance de la rupture et la solitude, soit heureuse "seule"....c'est demander la lune. C'est la quadrature du cercle. Les femmes qui font la "pub" de ces nouvelles normes ( souvent après avoir divorcé) se mentent et mentent aux autres, pour quelques marques de reconnaissance de plus dans l'éternelle luttes entre femmes pour être aimées, préférées, estimées..."regardez-moi comme je suis plus courageuse que cette petite mauviette, là". C'est contre nature, là aussi, car la féminité, c'est aussi la compassion.

Avatar de l’utilisateur
Philon
Barbarus
Barbarus

Re: Sur le féminisme

Message non lu par Philon » dim. 04 oct. 2020, 13:21

Ben moi aussi alors
car j'ai fait de la médisance.
Ce qu'en réalité je dénonce ce sont les courants idéologiques.
Dans le catholicisme c'est clair, on vous dit "c'est de la médisance"?votre mère va vous dire "ne dis donc pas comme ça du mal du prochain".
Bon, mais avec le féminisme et pis avec les "psys", on ne dit pas "de mal", on essaie de faire changer la femme ( comme disait Lénine, changez la femme et vous tiendrez la société) en inversant ses valeurs. La "mauvaise" action ne sera plus par exemple de tromper un mari ( l'époque actuelle est coulante avec ce genre de choses) mais d'en être "dépendante". Donc on ne vous exhorte pas à arrêter la médisance, on vous encourage à médire ( des femmes moins "fortes", moins "émancipées")mais en faisant passer cela pour du progrès. On exhorte à quitter le mari, même à le tromper, à avorter sans lui dire...au nom du progrès.

Thurar
Censor
Censor
Messages : 170
Inscription : dim. 19 janv. 2020, 13:59
Conviction : Catholique

Re: Sur le féminisme

Message non lu par Thurar » dim. 04 oct. 2020, 14:06

Désolé, j'ai effacé les messages auxquels Philon vient de répondre.



[Faudrait peut-être relire et réfléchir avant de cliquer sur "envoyer" car cela vous arrive souvent.
La Modération]

Thurar
Censor
Censor
Messages : 170
Inscription : dim. 19 janv. 2020, 13:59
Conviction : Catholique

Re: Sur le féminisme

Message non lu par Thurar » dim. 04 oct. 2020, 21:38

C'est mieux que Tinder ou Meetic, ici. :coeur: On voudrait plus de femmes comme vous, ahahah. (Non mais je rigole, nous les hommes on est pas mieux)

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 11189
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: Sur le féminisme

Message non lu par Fée Violine » lun. 05 oct. 2020, 11:38

Thurar, la modération vient de vous rappeler qu'il faut réfléchir avant d'écrire, mais comme je doute que ça serve à quelque chose, je pense que le mieux est de vous mettre en modération a priori. Je m'en occupe tout de suite.

JeremyTheBoos
Civis
Civis
Messages : 8
Inscription : sam. 25 juil. 2020, 13:22

Re: Sur le féminisme

Message non lu par JeremyTheBoos » ven. 09 oct. 2020, 18:33

https://twitter.com/LCP/status/1314155313998827520

Admirez la créature parfaite de Dieu affichant sa conviction dans son droit à la jouissance totale !

Jouissance sans entraves, même quand il s'agit d'écraser la tête de son propre enfant !

La créature parfaite de Dieu qui milite pour être protégée des "méchants mâles" mais qui affiche une cruauté parfaite dans la mise à mort de sa propre progéniture et qui ne veut surtout pas entendre les battements de coeur de cette vie en devenir !

Je suis ravi pour ma part à cette vue, elle est à la preuve parfaite que oui l'enfer existe et que oui, trois fois oui, il sera rempli de créatures parfaites de Dieu !

Simone Weil doit se retourner dans sa tombe en voyant ce qu'on a fait de sa loi, imaginez un seul instant que l'exceptionnel soit devenu le droit de jouir sexuellement sans entraves, jouir jouir toujours jouir ! et que personne n'ose remettre cela en cause, voilà ce qui caractérise notre siècle.

Avatar de l’utilisateur
Suliko
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 3056
Inscription : ven. 07 janv. 2011, 22:02

Re: Sur le féminisme

Message non lu par Suliko » ven. 09 oct. 2020, 20:10

Simone Weil doit se retourner dans sa tombe en voyant ce qu'on a fait de sa loi, imaginez un seul instant que l'exceptionnel soit devenu le droit de jouir sexuellement sans entraves, jouir jouir toujours jouir ! et que personne n'ose remettre cela en cause, voilà ce qui caractérise notre siècle.
Simone Veil et non pas Weil. Femme qui par ailleurs savait très bien ce qu'elle faisait et a décidé sciemment d'ouvrir la boîte de Pandore. J'en ai assez de voir minimiser la portée de sa lutte pour le droit à tuer un enfant dans le sein de sa mère !
Et à partir du moment où on permet un tel acte à 7 ou 10 mois, il n'y a aucune raison pour ne pas élargir les délais au gré de ses désirs. D'ailleurs, avec les IMG, on se débarrasse des enfants non conformes à des dates de gestation parfois très tardives : l'avortement prend alors plusieurs jours. C'est très pénible, mais les avorteurs savent très bien le faire. Aux USA, certains d'entre eux sont spécialisés dans les avortements tardifs. Le documentaire "After Tiller" en parle (c'est un documentaire fait par des partisans de l'avortement, et que je n'ai jamais eu le coeur de regarder, mais qui peut être utile pour dessiller les yeux de certains).
C'est pourquoi elle seule, prédestinée avant les générations et annoncée par les prophètes, la Mère du Créateur de tout l'univers, non seulement n'a participé en rien à la tache originelle, mais elle est toujours demeurée pure comme le ciel et toute belle. (extrait du règlement pour le monastère de Biélokrinitsa (1841)

Avatar de l’utilisateur
mplt
Barbarus
Barbarus

Re: Sur le féminisme

Message non lu par mplt » dim. 13 déc. 2020, 16:09

Bonjour! je suis une femme...et je lis des choses sur ce forum qui me sont...étrangères!
En Génèse 1 : Dieu crée homme et femme en même temps ..confie aux 2 les missions de soumettre ( littéralement : prendre soin, servir) la terre et de se multiplier. Il donne a chacun les aptitudes, moyens... physiques, intelectuels...de leurs missions...

Le signe des temps qu'est la prise de conscience et l affirmation des femmes de leur aptitudes intellectuelles , professionnelles ... de leur prise de place dans la société ..nous ramènent à la Génèse 1. .. ..Et nous donne a penser que le monde serait différent si les femmes avaient pu réaliser leur mission totale et vocation totale originelle... A noter que les hommes se sont eux mêmes souvent privés de l aide (littéralement, secours de Dieu ), a l humanité, et qu' en réduisant les femmes à être sexe et utérus, voir mère, ils ont alors perdu leur épouse, dans le sens de vis a vis, de face à face, de coeur...
La femme créée pour l homme et non l homme pour la femme. Bien sûr! L a femme est cette aide, secours de Dieu.. proposée à l homme pour le décentrer de lui même, l amener a l amour sponsal, desintérressé, et le mener a l interiorité, à Dieu... La femme n a pas besoin de l homme pour se tourner vers Dieu. ..Elle est naturellement tournée vers Dieu . Voyez la proportion de vocations féminines...80 pour cent!! Parfois même, son mari devient pour elle une entrave, dans sa relation a Dieu, qu elle vit alors dans le secret de son coeur...

St Paul recommande même aux veuves de ne pas se remarier...elles savent se gérer seules, et remariées seront moins disponibles a Dieu... Et si l on permet l éducation des femmes et l épanouissement de leurs talents, il s avère qu elles savent gérer et se gérer...et ne sont pas fragiles , faibles , et dépendantes naturellement. Leur faiblesse c est de vouloir aimer , prendre soin..et être aimée...c est la fragilité de Dieu. Mais comme Dieu, elles ne doivent jamais ni forcer à aimer ,ni dominer de leur amour, pour ne pas écraser l autre de cet amour..et entraver sa liberté d aimer gratuitement, de recevoir, et d offrir gratuitement, sans interêt..En manque d amour véritable, elles peuvent et savent puiser dans le coeur de Dieu qui est leur source, leur demeure..

Et la vocation masculine? C est d accueillir cet amour , d y répondre, de s en réjouir, d en prendre soin d en vivre et de le faire vivre.....de le servir comme Dieu prend soin de nous et nous sert... Saint Joseph , époux choisi par Dieu pour Marie ,en est l exemple....idem pour la création...à servir et non à asservir...
Je ne crois pas a la complementarité, parce qu elle peut se définir...et que l on peut ainsi définir et utiliser l autre selon notre désir d être complète de telle ou telle facon...et que complémentarité n implique pas communion, même si elle devrait mener à la communion.
La communion nous fait sortir de cette complémentarité... Je préfère les mots complétude et communion... Parce qu ils impliquent un mouvement, un don.. une reciprocité...Je me donne a toi et je te fais participer a ce que je suis...je t accueille...je te reçois et je participe à ce que tu es...
L homme, l époux devient coeur et chair, il développe son affectivité, sa sensibilité, son humilité, son interiorité.. se reconnait dependant...de Dieu..
devenir coeur et chair sensibles lui permet d être un père présent, attentif, et aimant.. d être pour l enfant signe de l amour de Dieu.. et pour son épouse signe de l amour sponsal ,oblatif et prévenant de Dieu pour elle....
La femme, l épouse devient tête et révèle son intelligence, sa capacité a décider, gérer...autrement. .en y amenant plus d humanité, et en intégrant les petits, les souffrants , les pauvres...et elle se décentre de ses enfants lui évitant d être une mère possessive, pour leur bien être à eux...Elle se révèle être aide de Dieu signe de la présence ,de la tendre sollicitude de Dieu pour son époux et pour l humanité...

On pourrait encore développer la richesse réciproque de cette communion...C est plutôt une bonne nouvelle...loin des rivalités , des égos,des places et statuts...

Le souci aujourd' hui c est que des femmes, blasées, blessées, par leur asservissement ou celui de leurs mères...ne souhaitent plus être épouses, être cette aide de Dieu...et préfèrent être seules que mal accompagnées..., et elles le vivent plutôt bien, (elles se remarient nettement moins.. et choisissent de plus en plus de ne pas se marier..)..c est humain, cela fait penser aux veuves joyeuses!!!

Quand a certains hommes, n ayant pas perçu leur vocation propre, l orgueil leur fait refuser aux femmes d être une aide...compétente.. et d entrer en communion véritable avec elles..., ils les considèrent comme rivales... Dieu leur aurait il proposé un vis a vis qui ne soit que sexe et utérus...? Il n est pas bon que l homme soit seul...qu il ne vive pas en relation...en vis a vis...en face a face...

Le seul chemin, c est le Christ...la conversion...et peut être... des femmes diacres pour participer a une révangélisation à 2 voix.. et témoigner ...les femmes biblistes, théologiennes... apportent un nouveau regard , s attachent aux traductions littérales et non interprêtées...qui réservent quelques bonnes nouvelles.. ..Andre Wenin bibliste, theologien..enseignant.....s en fait l echo (dominicains.be)

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 11189
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: Sur le féminisme

Message non lu par Fée Violine » dim. 13 déc. 2020, 18:12

St Paul recommande meme aux veuves de ne pas se remarier.
Peut-être pour les veuves âgées (avez-vous la référence ?) mais pour les jeunes veuves, il leur recommandait au contraire de se remarier, pour ne pas tomber dans l'oisiveté et le bavardage.

Gaudens
Senator
Senator
Messages : 716
Inscription : mer. 25 avr. 2018, 19:50
Conviction : chrétien catholique

Re: Sur le féminisme

Message non lu par Gaudens » dim. 13 déc. 2020, 20:22

Un mot(presque hors sujet ou tout au plus "sujet dans le sujet") au sujet de Simone Veil.
Je n'en suis pas du tout fan et m'irrite presque autant que vous,Suliko, de la voir promue en icône (voire en idole) du libréalo-libertarisme dominant. Mais je ne vois nulle part aucune preuve de ce que vous affirmez.Par contre je n'ai cessé de m'interroger de son vivant sur son silence à l'égard des durcissements successifs (voire du dévoiement) de sa loi au fil des majorités de gauche et progressistes suivantes jusqu'aux horreurs extrêmes actuelles (qu'elle n'aura pas vues;aurait-elle pu les prédire ? Je ne sais ).Du reste je crois que l'icônisation dont elle faisait déjà l'objet avait peut-être comme objectif secondaire de lui fermer la bouche à cet égard (intuition toute personnelle ).
Je rappelle qu'avec son mari Antoine Veil elle avait participé en 2013 à la grande manifestation contre le projet de loi Taubira , de façon discrète mais non cachée: de nombreux manifestants l'avaient reconnue mais sauf quelques journalistes "réacs" aucun membre de la profession n'avait relevé cette présence qui montrait tout de même qu'elle n'adhérait pas aux dérapages progressistes de toute sorte.Certes il ne s'agissait pas d'avortement mais tout de même ...

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 4529
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Sur le féminisme

Message non lu par Kerniou » lun. 14 déc. 2020, 12:25

Qu'une femme devienne indépendante n'est ni un luxe ni encore moins une aberration quand on voit le nombre croissant de celles qui restent seules avec des enfants ... être indépendantes financièrement leur permet de pouvoir assurer le minimum vital à leurs enfants ... être indépendantes affectivement leur permet de mieux affronter puis de supporter la solitude qu'elles vont le plus souvent devoir affronter ... être indépendante affectivement n'empêche pas d'aimer ...
Plutôt que de s'inquiéter de l'indépendance des femmes on devrait plutôt s'inquiéter de la conduite immature et de la désinvolture de certains hommes qui se sentent bien peu responsables de leur famille: de la famille dont ils sont le chef ... Ces hommes qui se comportent comme des adolescents et qui donnent à leurs enfants une si piètre image pour ne pas dire une déplorable image de leur rôle de père et d'époux ...
Je dirais de Simone Veil qu'elle est restée mariée toute sa vie avec le père de ses quatre enfants ...Mais elle a vu autour d'elle dans quel désarroi se retrouvaient les femmes et les mères abandonnées par leur mari inconstant ...
Une de mes amies dont le mari partait souvent en déplacement, parfois pendant 3 semaines ... embarquait avec lui leur chéquier commun et la laissait seule à la maison avec trois enfants et sans un sou ... Quand elle a changé de travail, pour verser son salaire, elle ouvert un compte personnel sur lequel son mari n'avait pas signature ...
Quand il faisait les comptes, tickets de caisse à l'appui, elle devait justifier chaque dépense; il ne lui redonnait de l'argent que lorsque les comptes étaient justes au centime près ... Une fois où j'étais présente, il râlait sur l'incompétence de son épouse à tenir le budget ..et lui reprochait de dilapider l'argent du foyer ... il manquait, je crois me souvenir, 57 centimes de francs: le prix d'un pain bâtard, qu'elle avait oublié de noter ... quand ils ont divorcé, il lui a fait une guerre épouvantable centime après centime ...au point que son avocat à lui en était atterré ...
Sur le partage de l'argent il l'a grugée, forcément.Les avocats ont tenu à a ce soit noté le fait qu'elle lui laissait cette somme en toute connaissance de cause à titre de"rachat de sa liberté retrouvée" ... la liberté dont on dit qu'elle n'a pas de prix ...
A cette époque les femmes mariées ont eu désormais le droit de pouvoir ouvrir un compte bancaire personnel et qui plus est: sans l'autorisation de leur mari...Elles ont pu travailler, continuer ou reprendre leurs études, percevoir une bourse sans l'autorisation de leur mari .. .c'était au début des années 70, il y a seulement 50 ans ... C'est seulement sous la présidence Pompidou que les femmes sont devenues des personnes majeures ...
Dernière modification par Kerniou le jeu. 17 déc. 2020, 18:36, modifié 3 fois.
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Avatar de l’utilisateur
Mplt
Barbarus
Barbarus

Re: Sur le féminisme

Message non lu par Mplt » lun. 14 déc. 2020, 23:59

Bonjour Fée Violine,

Voici la ref. 1 Corinthiens, 7/40

Traduction de Chouraqui:
"Mais il y aura plus d'entrain pour elle si elle reste comme elle est"
Traduction TOB
"Pourtant elle sera plus heureuse si elle reste comme elle est" (non remariée)

Il n y a pas de mention de bavardage ou d'oisivete dans aucune de ces traductions.

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 11189
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: Sur le féminisme

Message non lu par Fée Violine » mar. 15 déc. 2020, 0:50

Merci mplt.
Le texte auquel je pensais est dans une autre épître (1 Tm 5):
Ne peut être inscrite au groupe des veuves qu'une femme d'au moins soixante ans, ayant été la femme d'un seul mari.
Elle devra produire le témoignage de sa bonne conduite : avoir élevé des enfants, exercé l'hospitalité, lavé les pieds des saints, secouru les affligés, pratiqué toutes les formes de la bienfaisance.
Les jeunes veuves, écarte-les. Dès que des désirs indignes du Christ les assaillent, elles veulent se remarier,
méritant ainsi d'être condamnées pour avoir manqué à leur premier engagement.
Avec cela, n'ayant rien à faire, elles apprennent à courir les maisons ; si encore c'était pour ne rien faire, mais c'est pour bavarder, s'occuper de ce qui ne les regarde pas, parler à tort et à travers.
Je veux donc que les jeunes veuves se remarient, qu'elles aient des enfants, gouvernent leur maison et ne donnent à l'adversaire aucune occasion d'insulte. Il en est déjà qui se sont fourvoyées à la suite de Satan.
Si une croyante a des veuves dans sa parenté, qu'elle les assiste, afin que l'Église n'en supporte pas la charge, et puisse ainsi secourir les vraies veuves.

Avatar de l’utilisateur
mpl
Barbarus
Barbarus

Re: Sur le féminisme

Message non lu par mpl » mar. 15 déc. 2020, 1:05

Bonjour Kerniou,
Que vous avez raison : il faut que les femmes assument leurs responsabilités de mères...et celles du père...quand il est défaillant...C'est une évidence et c est leur devoir. C'est aussi leur mission d'aide à l humanité...Ce sont elles qui pallient les défaillances...Elles révèlent alors leurs compétences...Dieu leur à donné la force et les moyens intelectuels, moraux.. de leur mission...Et quand la charge est aussi lourde que celle de votre amie, c'est véritablement par amour qu 'elle travaille!
Développer, exercer, les divers talents recus, accomplir la mission donnée par Dieu a l homme comme à la femme en Genèse 1, (servir la terre..) est un devoir aussi pour chaque etre humain, homme ou femme . Ce n 'est pas , pour une femme devenir indépendante, dans le sens de refuser l'interdépendance avec l homme. C'est s'assumer, si on est seule, et collaborer à la mission du couple si on est en couple.
Quand il y a collaboration, communion, respect, amour véritable...il n'y a pas de soucis! Madame MARTIN, travaillait, dirigeait une petite entreprise de broderie à Lisieux, tout en étant épouse et mère. Elle a été canonisée avec son époux: " Exemplarité de leur vie de couple"
Un modèle de couple chrétien!!! ou la femme travaille, est autonome...ce n est pas Monsieur MARTIN qui prend la direction de l 'entreprise de broderie.. 9 grossesses,5 enfants élevées ,par une mère qui travaille... et quels enfants !!! il y a 1 siècle...Si ce n'est pas un signe...!!!
Pour etre épouse et mère il faut d abord etre femme! Femme, épouse, mère...si l 'on tronque l'un des trois, on réduit la personne...crée à l'image de Dieu... Idem pour les hommes, qui ont a etre hommes pour etre aussi époux et pères... Une épouse , une mère...qui ne se vit pas comme femme, risque fort d'etre immature , peu responsable.. et de ne pouvoir ni s'assumer elle meme, ni prendre en charge, s occuper d' autrui... .idem pour les hommes...
C'est quand meme fou ce que l on peut avoir peur de la liberté de l'autre, de l'épanouissement de l'autre...comme si cela nous mettait en danger...Et pourtant Dieu nous veut libres...parce qu'il n'y a pas d amour véritable sans liberté...

Je veux vous rassurer: je ne suis pas une fanatique du travail féminin pour les mères, à temps plein...Il faut, dans la mesure du possible, au moins se faire aider...que le papa se libère aussi pour les enfants...Il faut, dans la mesure du possible, que les enfants aient une vie d'enfants et de famille..., pas de 7h à 18_h à la crèche 5 jours sur 7... Mais les enfants seront quand meme plus heureux avec une mère épanouie qui travaille qu'avec une mère qui ne travaille pas en subissant de devoir se "sacrifier" pour ses enfants. .surtout si elle n'est pas heureuse avec le père... Bonjour la culpabilité! C' est une mère , ancienne directrice de structure d accueil de jeunes enfants et une thérapeute qui vous écris...

Avatar de l’utilisateur
mplt
Barbarus
Barbarus

Re: Sur le féminisme

Message non lu par mplt » mar. 15 déc. 2020, 1:31

C est vrai, dans cette lettre saint paul dit qu il veut que les jeunes veuves se remarient, qu elles aient des enfants...pour eviter l inconduite...et de se perdre...mais il ne dit pas qu elle en seront plus heureuses !
Il faut dire qu a l epoque, l autonomie des femmes n etait pas vraiment permise...et tant qu elles etaient jeunes et pouvaient enfanter...elles etaient ...utiles...et utilisables.. Apres 60 ans ...

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 11 invités