Les vrais complices des pédophiles, ce sont les médias !

Famille - Travail - Chômage - Femme - Enfance - Vieillesse - Handicap - Santé publique
Avatar de l’utilisateur
ti'hamo
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2880
Inscription : sam. 17 mai 2008, 0:04

Re: Les vrais complices des pédophiles, ce sont les médias !

Message non lu par ti'hamo » lun. 29 mars 2010, 13:01

Associer la pédophilie chez les prêtres à la libération sexuelle des années 60 et 70......mais bon sang, où allez-vous chercher une idée pareille le bon Seb?
. Il me semble que c'est, au moins, plus plausible et plus cohérent que de lier la pédophilie au célibat.

. Première erreur d'interprétation possible, attention : ça ne signifie pas que la pédophile n'existe QUE depuis les années 60. Si on dit qu'un certain contexte idéologique ou politique favorise la pédophilie, ou le racisme, ou l'hédonisme, ou l'antisémitisme, ou ceci ou cela,
ça ne veut pas forcément dire qu'il n'en existait rien auparavant.

. Il y a des éléments objectifs qui peuvent amener cette idée, ou en tout cas encourager à la considérer avec sérieux plutôt que de l'écarter d'emblée (ce qui n'est pas le cas de l'assimilation "pédophilie/célibat") :
> cette période coïncide avec un contexte général d'encouragement à la licence sexuelle, y compris par l'apologie de la pédophilie dans des quotidiens à grand tirage comme Le Monde ou Libération.
> cette période est plus connue pour une baisse des exigences à l'entrée des séminaires, une moins bonne et moins stricte formation des prêtres, plutôt que par un moralisme ou un dogmatisme excessifs.


. Il est d'ailleurs intéressant de constater que c'est ceux qui encouragent (et encourageaient ouvertement, à cette époque) à cette licence morale plus propice à la pédophilie, qui essayent avec une parfaite mauvaise foi d'inverser la représentation de la réalité, en désignant comme source de cette perversité la morale et les règles... :zut:
“Il serait présomptueux de penser que ce que l'on sait soi-même n'est pas accessible à la majorité des autres hommes.”
[Konrad Lorenz]

Celui qui connaît vraiment les animaux est par là même capable de comprendre pleinement le caractère unique de l'homme.
[Konrad Lorenz]
Extrait de L'Agression

Avatar de l’utilisateur
Sofia
Barbarus
Barbarus

Re: Les vrais complices des pédophiles, ce sont les médias !

Message non lu par Sofia » lun. 29 mars 2010, 13:08

ti'hamo a écrit :> cette période coïncide avec un contexte général d'encouragement à la licence sexuelle, y compris par l'apologie de la pédophilie dans des quotidiens à grand tirage comme Le Monde ou Libération.
? Je demande à voir.

Avatar de l’utilisateur
papillon
Barbarus
Barbarus

Re: Les vrais complices des pédophiles, ce sont les médias !

Message non lu par papillon » lun. 29 mars 2010, 16:11

ti'hamo a écrit :
Associer la pédophilie chez les prêtres à la libération sexuelle des années 60 et 70......mais bon sang, où allez-vous chercher une idée pareille le bon Seb?
. Il me semble que c'est, au moins, plus plausible et plus cohérent que de lier la pédophilie au célibat.

. Première erreur d'interprétation possible, attention : ça ne signifie pas que la pédophile n'existe QUE depuis les années 60. Si on dit qu'un certain contexte idéologique ou politique favorise la pédophilie, ou le racisme, ou l'hédonisme, ou l'antisémitisme, ou ceci ou cela,
ça ne veut pas forcément dire qu'il n'en existait rien auparavant.
Bonjour,
je réponds ici à la fois à ti'hamo et à bon Seb.
oui, c'est évident que la pédophilie n'est pas une invention des années 60. Il faudrait être bien naïf pour croire cela, ou croire que quelqu'un l'affirme ici, et je ne crois pas non plus que c'est ce qu'affirme le bon Seb.
Peut-être, le bon Seb, faites-vous plus spécifiquement allusion à ces épisodes de pédophilie à plus grande échelle qui ont empoisonné certaines communautés religieuses tout en étant "couverts" par les autorités et la hiérarchie.
Plusieurs datent effectivement de cette période des années 60et +, quoique, comme je l'ai rappelé, l'enquête menée en Irlande fait remonter ces faits jusqu'en 1930. Et il y en a eu bien d'autres avant les années 60.

Je ne sais pas à ce sujet la petite histoire des pays d'Europe, mais de ce côté-ci de l'Atlantique, nous avons bien connu un triste épisode tout à fait semblable qui remonte à plus d'un siècle.
Il s'agit de l'horreur des pensionnats "forcés" autochtones, pour lesquels l'Eglise catholique a reconnu ses torts et expimé sa douleur et ses regrets (d'autres églises ont aussi été impliquées, mais cela concernait à 75% l'Eglise catholique).
On en a parlé sur ce forum le printemps dernier, alors qu'une délégation autochtone s'est rendue à Rome pour rencontrer le pape à ce sujet. Moi, je n'y étais pas (sur le forum), mais vous y étiez tous les deux je crois, ti'hamo et le bon Seb.

Pour rafraîchir les mémoires:

"De la fin du XlXeme siècle aux années 70, plus de 150,000 enfants indiens, métis et inuits ont été coupés de leur famille et de leur culture dans des pensionnats ou nombre d'entre eux ont été soumis à des mauvais traitements et à des abus sexuels. Environ 80,000 d'entre eux sont encore en vie.
Environ 75% de ces institutions étaient administrés par des communautés religieuses catholiques."

Je pourrais ajouter plusieurs liens (je le ferai si on me le demande), mais toutes ces informations sont très faciles à trouver sur le net.

Cela, ce n'est pas de la théorie, ce sont des faits, le côté sombre de la nature humaine que les années 60 n'ont pas inventé.
La libération sexuelle des années 60 et 70 a-t-elle eu une quelconque influence sur les épisodes de pédophilie 'à grande échelle' qui ont suivi? Peut-être, mais d'associer étroitement les deux et d'établir une relation de cause à effet me semble aller beaucoup trop loin.

Je fais aussi remarquer à ti'hamo' qu'à l'époque de ces abus dans les pensionnats canadiens, la morale et les règles de la religion catholique étaient ici d'une rigidité à faire frémir...
Dernière modification par papillon le lun. 29 mars 2010, 18:37, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Sofia
Barbarus
Barbarus

Re: Les vrais complices des pédophiles, ce sont les médias !

Message non lu par Sofia » lun. 29 mars 2010, 18:22

le bon Seb a écrit :Bon, je vais être sympa je ne vous les mets pas tous !
:roule:. Vous savez, moi aussi j'aime google d'amour. Mais au risque de paraitre exigeante : un site qui cite les articles en entier, dans leur contexte, et pas des bouts de phrases, c'est possible ? J'avais trouvé Bafweb mais chez moi leurs images ne s'affichent pas...

Je veux bien vous croire, mais pas sans pouvoir m'appuyer sur des sources un peu solides.

Bien à vous,

Avatar de l’utilisateur
papillon
Barbarus
Barbarus

Re: Les vrais complices des pédophiles, ce sont les médias !

Message non lu par papillon » lun. 29 mars 2010, 18:52

papillon a écrit : Je fais aussi remarquer à ti'hamo' qu'à l'époque de ces abus dans les pensionnats canadiens, la morale et les règles de la religion catholique étaient ici d'une rigidité à faire frémir...
Je tiens à préciser, pour éviter tout malentendu, que je n'affirme pas en écrivant cela que la morale sévère et stricte de cette époque, avec ses règles exigeantes, a été la cause de cette perversité, mais plutôt qu'elle n'a pas su l'empêcher, d'aucune façon. Ces prêtres et religieux qui ont abusé de ces enfants dans ces années étaient eux aussi des hommes de leur temps, et la libération sexuelle qu'on a connu plus tard n'était, à cette époque, ni envisagée ni envisageabe.

michel tal
Censor
Censor
Messages : 86
Inscription : dim. 28 févr. 2010, 21:09

Re: Les vrais complices des pédophiles, ce sont les médias !

Message non lu par michel tal » lun. 29 mars 2010, 20:44

BOnjour le bon Seb,
les attaques ne cesse pas . J'ai trouvé sur Zénit une dépèche de Rome 28 mars 2010:
aux Etats -unis deux tribunaux de l'Orégon et du Kentucki aurait envisagés des poursuites contre le Vatican estimant que les prètres sont des "employés du Pape" ,celui-ci en étant responsable.
Cela devient grave car on pourrait dire que l'état français est aussi responsables des instituteurs ou des fonctionnaires pédophiles.
Pour l'instant je n'ai pas entendu cette attaque sur les chaines française mais cela ne saurait tarder.
Amicalement

Avatar de l’utilisateur
ti'hamo
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2880
Inscription : sam. 17 mai 2008, 0:04

Re: Les vrais complices des pédophiles, ce sont les médias !

Message non lu par ti'hamo » lun. 29 mars 2010, 22:44

@ Sofia
http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_d ... ancophones

http://www.cairn.info/accueil.php/http% ... age-31.htm



@ Papillon
Vous dites que les règles morales strictes n'ont pas empêché la pédophilie, soit.
Mais, à propos de la "libération" sexuelle, disons plutôt de l'idéologie aberrante des années 60 et 70 et ce que ça nous donne de nos jours, la question n'est pas de savoir si cela a pu ou non empêcher la pédophilie,
mais si cela n'aurait pas pu la favoriser ou l'encourager.

C'est différent.
Et je faisais juste remarquer que la question n'est pas, en soi, absurde.

Soyons concrets : pensez-vous qu'un contexte idéologique qui en arrive à la création de mouvements de soutien ou d'encouragement à la pédophilie, puisse être un facteur favorisant la pédophilie ?
La question ne me semble pas a priori aberrante.


Question subsidiaire :
Mais pourquoi est-ce que lorsqu'on remet en cause l'idéologie 60's-70's, le premier mouvement est-il spontanément de hausser les épaules en disant "rhhooo, mais non, vous exagérez, enfin voyons, tout ça n'a pas pu faire de mal" ?
“Il serait présomptueux de penser que ce que l'on sait soi-même n'est pas accessible à la majorité des autres hommes.”
[Konrad Lorenz]

Celui qui connaît vraiment les animaux est par là même capable de comprendre pleinement le caractère unique de l'homme.
[Konrad Lorenz]
Extrait de L'Agression

Avatar de l’utilisateur
ti'hamo
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2880
Inscription : sam. 17 mai 2008, 0:04

Re: Les vrais complices des pédophiles, ce sont les médias !

Message non lu par ti'hamo » lun. 29 mars 2010, 22:49

Et pour citer un des passages qui nous intéresse, tiré de l'étude sus-mentionnée :
[+] Texte masqué
24 C’est pourquoi l’évolution des années qui suivent équivaut à une vraie rupture culturelle et morale : une partie de la presse renonce à la discrétion qui était jusqu’alors la sienne sur les choses du sexe, quelles qu’elles soient, et à la réprobation sans nuance dont elle entourait les pédophiles et les pères incestueux. Au nom de la libération des mœurs, du droit à la différence des « amours minoritaires »[19] [19] Libération, 10 avril 1979. ...
et de la contestation de l’ordre bourgeois, Libération accueille Tony Duvert et Gabriel Matzneff, interviewés par Guy Hocquenghem.

25 Les livres de Tony Duvert décrivent des activités pédophiles sans dissimuler, et même en revendiquant leur caractère autobiographique. Descriptions de scènes de drague, de fellation, de sodomie avec enfants, tout ceci est contenu dans cette littérature, bientôt promue par Le Gai pied, journal des homosexualités, dont le numéro 0 paraît en février 1979. La levée du tabou n’est pas isolée. Elle accompagne la défense de la liberté sexuelle, de l’avortement et de la prostitution, mais s’appuie aussi sur la contestation d’une éducation répressive qui brime les désirs et les pulsions des enfants, sur la mise en cause des droits culturels exclusifs de la famille et de la prééminence de mères dénoncées comme castratrices (Tony Duvert parle du « matriarcat qui domine l’impubère »[20] [20] Ibid. ...
Tout est mis sur le même plan, au nom du droit à la différence : amours libres, couples informels, homosexualité, zoophilie, pédophilie.

26 Du reste, la pédophilie est définie comme une culture[21] [21] Ibid. ...
qui cherche à briser la « tyrannie bourgeoise qui fait de l’amoureux des enfants un monstre de légende »[22] [22] Libération 7-8 mai 1977. ...
Libération affirme vouloir tout simplement « traiter des relations entre les gens comme des faits de société (…) et ne pas les ghettoïser, en circuits fermés et cinémas spécialisés »[23] [23] Libération, 1er mars 1979. ...
C’est pourquoi le quotidien ouvre ses colonnes à ceux qui, attaqués par la presse bien pensante, tiennent à s’expliquer. Ainsi, les 26 et 27 janvier 1979, Jacques Dugué, mis en cause pour attentat à la pudeur sur mineurs sans violences, évoluant, selon Libération, dans l’univers des « couples échangistes, qui se passent des photos d’enfants » et loué pour « sa franchise quant à la sodomie », publie une lettre écrite depuis sa prison. Sur un mode plus direct, moins élaboré que les écrivains, il défend en réalité les mêmes thèses : les lois actuelles oppriment les enfants qui, dès 12 ou 13 ans, sont dotés d’une sexualité. Décrivant une famille « heureuse et unie » dans laquelle le beau-père « fait l’amour avec sa femme mais aussi avec les garçons et surtout celui de 11 ans et pas en catimini, dans le lit conjugal », il demande instamment qu’on laisse aux parents le soin d’assurer l’éducation sexuelle de leurs enfants. Et il oppose la gentillesse, l’ouverture d’esprit, la gaieté, la tolérance et le pacifisme des jeunes garçons qu’il a aimés et qui sont devenus adultes, à l’égoïsme, la jalousie, la méchanceté, la bêtise, l’hypocrisie et le racisme des couples hétérosexuels qui « souvent croient en Dieu ! » Le seul tabou reconnu par Jacques Dugué reste l’usage de la violence. « Qu’on ne laisse subsister des lois que pour des actes sexuels consommés avec violence qui sont d’ailleurs le plus souvent le fait d’hétérosexuels irascibles sur des petites ou des jeunes filles ». Mais pour les autres, invoquant la « loi naturelle » et les « 4 milliards de spermatozoïdes fabriqués par un homme au cours de sa vie », il interroge : « Pourquoi un homme n’aurait-il pas le droit d’aimer un enfant ? »[24] [24] Libération, 26 et 27 janvier 1979. ...

27 Une des grandes nouveautés dans cette sortie du silence et de l’opprobre, c’est la place nouvelle faite à l’enfant : le voici enfin au cœur du débat, présenté comme une victime manipulée, abusée, souffrante et possiblement détruite par ceux qui condamnent la pédophilie, défini comme un être autonome et conscient, capable de discernement et de choix, et surtout habité de désirs par ceux qui défendent la pédophilie. Non que la parole soit donnée aux enfants par la presse, mais au moins sont-ils évoqués comme des personnes et des sensibilités et pas seulement comme les purs objets sur quoi est perpétré un délit ou un crime.

28 Cette position vaut à Libération quelques ennuis. En mars 1979, le journal titre triomphalement sur « les outrages de Libération » et annonce que, depuis 19 mois, il a subi 9 inculpations pour outrages aux bonnes mœurs et incitations à la débauche. Ces poursuites sont présentées par Serge July comme des manœuvres visant à obtenir du journal « qu’il s’autocensure et revienne à une conception plus classique de la presse », c’est-à-dire au respect du partage traditionnel entre politique et sexe. Ce que visent le garde des Sceaux et le Parquet, c’est le dessèchement et la sclérose d’une presse trop innovante, une presse qui, en l’occurrence, « respecte le mouvement, les mouvements contradictoires et multiples de la vie », affirme-t-il. C’est la liberté de la presse qui est ici mise en péril, et Jean-Luc Hennig a cette formule : « on n’a pas eu Libération par la politique on l’aura par le cul »[25] [25] Libération, 1er mars 1979. ...
suite. Petites annonces demandant des mineurs de 12 à 18 ans, témoignages de lecteurs, dessins[26] [26] En particulier cette œuvre du groupe Bazooka reprise de...
suite, ainsi qu’un article annonçant la naissance du Front de libération des pédophiles, paru en mai 1977, ont en effet été attaquées par le Parquet, au nom de la protection de l’enfance. Cette rafale judiciaire est interprétée par le quotidien comme la riposte des censeurs, de la société oppressive, de l’ordre moral à sa lutte révolutionnaire, le triomphe de France Soir ou de Minute, journaux bien pensants et réactionnaires.

29 Libération n’est pas tout à fait isolé, cependant, dans cette défense de la pédophilie ; Le Monde, quoique plus prudemment, s’y livre aussi. Et plus prudemment, parce que le biais est ici plus strictement littéraire : c’est souvent via la critique de livres que la pédophilie émerge de l’océan de silence et de réprobation où elle gisait. En octobre 1976, un album publié par Schérer et Hocquenghem est ainsi salué : « les auteurs ne cachant pas que le corps des enfants — sexué, désirant, désirable, ludique — les intéresse. Leur livre n’est pas « à mettre entre toutes les mains » aurait-on dit naguère. On serait bien embarrassé, aujourd’hui, de préciser lesquelles. Celles des parents, peut-être. »[27] [27] Signé R.-P.D., Le Monde, 15 octobre 1976. ...
En novembre de la même année, c’est Gabriel Matzneff qui pose la question : « L’amour est-il un crime ? », dénonçant la longue détention provisoire dont sont victimes depuis trois ans un médecin et ses amis pour « une simple affaire de mœurs, où les enfants n’ont été victimes de la moindre violence, mais au contraire, ont précisé au juge instructeur, qu’ils étaient consentants et que cela leur avait été fort agréable ». Lui aussi plaide pour le respect des « pratiques sexuelles chez la très jeune fille ou le très jeune garçon ». Plus averti que ses compagnons, il invoque en revanche les articles 330 et 331 du Code pénal, complétés par des ordonnances vichyssoises et qui opèrent une discrimination entre l’hétérosexualité et l’homosexualité en matière d’attentat à la pudeur[28] [28] Le Monde, 7-8 novembre 1976. ...
Deux ans plus tard, en 1978, le même récidive dans le compte rendu fait par Le Monde des livres du dernier ouvrage de René Schérer et Guy Hocquenghem : « sous le prétexte de « protéger » l’enfant, la société adulte trace autour de lui un véritable cordon sanitaire. […] Jadis on expliquait à l’enfant que la masturbation rendait fou ; à présent on lui apprend à se méfier des vilains messieurs et à les dénoncer à la police »[29] [29] Le Monde, 17 février 1978. ...
“Il serait présomptueux de penser que ce que l'on sait soi-même n'est pas accessible à la majorité des autres hommes.”
[Konrad Lorenz]

Celui qui connaît vraiment les animaux est par là même capable de comprendre pleinement le caractère unique de l'homme.
[Konrad Lorenz]
Extrait de L'Agression

Avatar de l’utilisateur
Sofia
Barbarus
Barbarus

Re: Les vrais complices des pédophiles, ce sont les médias !

Message non lu par Sofia » lun. 29 mars 2010, 22:56

Heu... bam, cassée Sofia ?
Sérieusement, je n'imaginais pas que ça allait jusque là. :exclamation:

Avatar de l’utilisateur
ti'hamo
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2880
Inscription : sam. 17 mai 2008, 0:04

Re: Les vrais complices des pédophiles, ce sont les médias !

Message non lu par ti'hamo » lun. 29 mars 2010, 23:04

En fait, moi non plus, pour tout dire. :mal:
Impressionnant, non ?

Du coup, quand on voit quels quotidiens sont les plus virulents dans des attaques contre le pape dont on sait qu'elles sont absurdes... ça laisse rêveur...


(on remarquera au passage mon honnêteté légendaire et méritante, si si, :hypocrite: de citer une étude qui, si elle appuie une partie de ce que je disais, étaye également les propos de Papillon, puisque ladite étude commence par les faits-divers de pédophilie relatés dans la presse et en dit ceci :
Or, la fin du xixe siècle est, de ce point de vue, marqué par l’essor assez considérable des dénonciations d’attentats à la pudeur sur enfants, dans un contexte général de recul des autres crimes. Ce mouvement semble témoigner d’une prise de conscience de ce qu’est l’enfance, des questions nouvelles qui surgissent à propos de cet âge de la vie et du vaste mouvement de réflexion sur le statut de l’enfant dans la société : on voit se multiplier les enquêtes sur le travail des mineurs et apparaître une nouvelle législation à destination des enfants assistés.
Ce qui montre bien une importance de ces faits divers déjà à l'époque.)
“Il serait présomptueux de penser que ce que l'on sait soi-même n'est pas accessible à la majorité des autres hommes.”
[Konrad Lorenz]

Celui qui connaît vraiment les animaux est par là même capable de comprendre pleinement le caractère unique de l'homme.
[Konrad Lorenz]
Extrait de L'Agression

Avatar de l’utilisateur
Hélène
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 1528
Inscription : lun. 13 juin 2005, 3:51
Localisation : Sous le regard de Dieu
Contact :

Re: Les vrais complices des pédophiles, ce sont les médias !

Message non lu par Hélène » lun. 29 mars 2010, 23:42

Il faut savoir que le pédophile - dont le comportement est narcissique et régressif - ne connaît pas les limites à ne pas franchir. Il ne connaît pas l'altérité qui existe entre les différentes générations (enfants - adultes). Dans une société qui a repoussé les limites et même les a fait éclater, il n'est pas étonnant que les cas de pédophilie se soient multipliés, particulièrement dans les années de "libération sexuelle" (interdit d'interdire). L'idée n'est pas si farfelues. Non pas qu'il n'y avait pas de pédophiles avant mais l'émergence de cette nouvelle mentalité, où tous les tabous sexuels sont tombés, a certes contribué aux dégâts auxquels nous assistons aujourd'hui. Peut-être qu'avant le pédophile en puissance se gardait une petite gêne et ne passait pas à l'acte puisque sa conscience - du moins son surmoi moralisateur - lui dictait la limite à ne pas franchir, puisque la société était encore régie par des lois morales chrétiennes. Maintenant qu'on a tout jeté par dessus bord... il ne faut pas s'étonner de ces comportements dévoyés (il y a même des groupes à la défense des pédophiles !). Qui les arrêtera ? Le pédophile a besoin d'entendre et de prendre conscience de la gravité de ses actes par la sentence judiciaire pour saisir que son comportement est intolérable. Or que prêche notre société hédoniste ? Non pas "aime et fais ce que tu veux" mais "fais ce que tu veux avec qui tu veux"... surtout, ne te laisse pas arrêter par aucune loi morale que te dicterait ta conscience culpabilisée qui n'est que le vestige d'un vieux fond chrétien.
"Le Père n'a dit qu'une seule Parole, c'est son Fils et, dans un éternel silence, il la prononce toujours". (Saint Jean de la Croix)

Avatar de l’utilisateur
papillon
Barbarus
Barbarus

Re: Les vrais complices des pédophiles, ce sont les médias !

Message non lu par papillon » mar. 30 mars 2010, 6:12

ti'hamo a écrit :(on remarquera au passage mon honnêteté légendaire et méritante, si si, :hypocrite: de citer une étude qui, si elle appuie une partie de ce que je disais, étaye également les propos de Papillon, puisque ladite étude commence par les faits-divers de pédophilie relatés dans la presse et en dit ceci :
.....remarqué, et apprécié à sa juste valeur ;) .
ti'hamo a écrit :Question subsidiaire :
Mais pourquoi est-ce que lorsqu'on remet en cause l'idéologie 60's-70's, le premier mouvement est-il spontanément de hausser les épaules en disant "rhhooo, mais non, vous exagérez, enfin voyons, tout ça n'a pas pu faire de mal" ?
Peut-être à cause du souvenir de ce qui l'a précédé. (avec certaines nuances à apporter à votre affirmation)

J'avais pensé expliquer en bref le contexte social dans lequel cette période contestataire a été vécue au Québec, mais finalement, ce n'est pas vraiment nécessaire.
Allons droit au but.

Votre question, en fait, interroge simplement le "pourquoi" d'une certaine réaction spontanée.
Alors je vais vous dire "pourquoi" en ce qui me concerne.

Je n'accablerai jamais les années 70 parce que je les ai vécues avec ivresse et exaltation et qu'elles ont été à certains égards réellement libératrices pour moi comme pour beaucoup d'autres.
Je passe ici la description du contexte social pour dire simplement que ces années ont été un retour de balancier qui est allé malheureusement à l'extrême opposé de ce qu'il dénonçait. Comme on sait, les extrêmes sont rarement sinon jamais une bonne chose.
Alors je ne dirai pas que ce mouvement n'a pas fait de mal. Il y a eu dérives et dérapages et on a souvent jeté le bébé avec l'eau du bain.
Cependant je trouve quand même qu'on lui en met épais sur le dos, à cette époque, concernant nombre de maux d'aujourd'hui.
Dites-moi, "avant" cette période, est-ce que ça baignait dans l'huile? est-ce que c'était jojo? Chez vous, j'sais pas, mais ici, pas du tout. D'ailleurs, pourquoi a-t-on tout balancé si brutalement? La violence d'une réaction est souvent proportionnelle au degré de 'ras-le-bol' préexistant.
L'époque d'avant 60 portait en elle le germe de ce qui allait suivre et se poursuivre encore aujourd'hui.
J'ai peu de nostalgie pour les années pré-60, pour ce que j'en ai connu, et pour ce que ma famille, mes relations, mes amis, et la mémoire collective de la population d'ici m'en ont appris.
Je préfère être allée trop loin en sens inverse pour ensuite faire la part des choses, que d'être restée coinçée là-dedans.
Si certains (ou plusieurs) sont restés, eux, coincés dans les dérives de cette époque et s'y sont enlisés, c'est un fait. Il y en aura toujours, quelle que soit l'époque et ses dérives.
Mais je ne peux pas, vraiment, rendre l'idéologie de ces années seule responsable de ce qui ne va pas maintenant.

Gerald
Ædilis
Ædilis
Messages : 31
Inscription : dim. 06 sept. 2009, 15:37

Re: Les vrais complices des pédophiles, ce sont les médias !

Message non lu par Gerald » ven. 02 avr. 2010, 0:34

Sofia a écrit :
ti'hamo a écrit :> cette période coïncide avec un contexte général d'encouragement à la licence sexuelle, y compris par l'apologie de la pédophilie dans des quotidiens à grand tirage comme Le Monde ou Libération.
? Je demande à voir.
En complément aux liens de Ti'hamo un petit article du Nouvel Obs sur l'autobiographie de Franck Demules, le secrétaire de Carla Bruni. Titre : "Un petit tour en enfer".

"La force de son livre est ailleurs, dans son enfance, terrible, racontée sans fard et sans larmes. Le père ferronnier mort à 29 ans d'un cancer. La mère, volage, qui l'abandonnait à ses copains maoïstes. La vie en communauté jusqu'à ce qu'un soir un journaliste de «Libé» se glisse dans le lit du petit Franck. Christian Hennion avait 40 ans. L'homme qui avait, lui aussi, connu les foyers de la Ddass se proposa comme tuteur et fut son bourreau jusqu'à l'âge de 17 ans. C'est cru, parfois insoutenable.
(...)
A «Libération», où Franck fut, dès l'âge de 14 ans, livreur, standardiste puis maquettiste, tout le monde savait. «Je n'en veux à personne», jure-t-il. Mais, à l'aube de la quarantaine, Franck est allé trouver son «pédophile». Le vieux journaliste lui a simplement dit : «Tu sais, c'était une autre époque. C'était l'esprit de «Libération» qui avait précédé l'arrivée de Mitterrand au pouvoir.» Le jour de son enterrement, Serge July a serré Demules dans ses bras. Voilà, c'est tout, victime de la révolution sexuelle."

http://hebdo.nouvelobs.com/sommaire/not ... carla.html

L'hommage ému de Libé, à la mort du grand journaliste, nous en apprend un peu plus sur sa vie, même s'il jette un voile public sur ce que "tout le monde savait à Libération" :

"Ce rocker, perpétuellement en Perfecto, fut successivement éducateur, instituteur, infirmier à la clinique Laborde dirigée par Jean Oury et Félix Guattari. Il rencontra la justice en organisant la défense des marginaux de 1968, «les Katangais». Très lié aux magistrats qui donnèrent naissance au Syndicat de la magistrature, il partageait son temps entre les débats sur la justice, le Front homosexuel d'action révolutionnaire, le Fhar, auquel il prit une partie active, et «la buvette du Ve» qu'il avait créée rue des Fossés-Saint-Jacques, à Paris, et qui ne survécut pas à la prodigalité de ses animateurs. Il rejoignit Libération en 1975."

http://www.liberation.fr/medias/0101289 ... liberation

Ah, les seventies, c'était le bon temps. Quand Libé publiait un appel à rejoindre le front de libération des pédophiles :

( voir p. 192 de "L'enfant : petit homme ou petit d'homme ?" http://books.google.fr/books?id=rH07qj_y4WEC )

le bon Seb
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1204
Inscription : mer. 19 juil. 2006, 13:47

Re: Les vrais complices des pédophiles, ce sont les médias !

Message non lu par le bon Seb » sam. 03 avr. 2010, 18:05

Bonjour à tous,

mieux vaut en rire que d'en pleurer ! Le levée de bouclier hypocrite de la presse à propos de la prédication du Père Cantalamessa fait bien pitié à voir. Le prédicateur du Vatican cite un ami juif, le parallèle entre l'antisémitisme et les attaques répétées contre l'Église n'est donc pas de lui mais bien d'un juif, et pourtant c'est le Vatican qu'on accable de tous les maux, une fois de plus.

Pourtant pour qu'un juif en vienne à comparer l'antisémitisme et le traitement médiatique dont l'Église fait l'objet c'est bien que les médias sont loin d'être irréprochables ! Que ne se remettent-ils pas en cause ?

Cela s'appelle faire diversion...

Avatar de l’utilisateur
abbaruah
Censor
Censor
Messages : 135
Inscription : sam. 22 nov. 2008, 18:00
Localisation : Bretagne

Re: Les vrais complices des pédophiles, ce sont les médias !

Message non lu par abbaruah » sam. 03 avr. 2010, 18:40

oui véritablement les médias et Internet font beaucoup de mal à l'Eglise. Les informations y sont relayées avec la plus grande imprudence, sans rechercher réellement la vérité où la contradiction, je profite du titre de ce fil pour porter à votre connaissance l'article suivant :

L'évêque de Ratisbonne: "abus dans le chœur dirigé par le frère du Pape".

Le frère du Pape, Georg Ratzinger, qui a dirigé le chœur de Ratisbonne de 1964 à 1993 confesse ne rien savoir sur les cas. Le Vatican n'intervient pas.

Dans un dépêche de l'agence italienne ANSA, une des grandes agences de presse qui influencent notablement le monde de l'information avec AP (Assiocated Press - USA), Reuters (Anglaise), AFP (agence France Presse), révèle que l'évêque de Ratisbonne a admis que des abus sexuels ont eu lieu dans le fameux chœur dirigé par le frère du Pape, Georg Ratzinger. L'évêque a publié une lettre aux parents également publiée sur le site Internet. Le frère de Benoît XVI a expliqué à la radio bavaroise, "Bayerischen Rundfunk", qu'il n'était pas au courant: "je n'ai aucune connaissance de ces abus sexuels". Monseigneur Georg Ratzinger a ensuite invité à demander plus d'information au diocèse de Ratisbonne.

Dans une lettre envoyé aux parents des enfants du chœur de Ratisbonne, l'évêque avoue avoir été informé d'un cas d'abus dans les années 1950. Le directeur du couvent de l'époque, à sa connaissance, a été condamné. Puis il est mort.

Le porte parole de l'évêque Clemens Neck, a déclaré à l'agence France Presse d'avoir des informations sur des abus présumés entre 1958 et 1973, surlesquels l'Eglise veut mener une enquête transparente. Gerorg Ratzinger, 86 ans, fut à la direction du fameux chœur historique de Ratisbonne de 1964 à 1993.

La salle de presse du Vatican a fait savoir qu'elle n'interviendrait pas sur ces affaires. Le Père Ciro Benedettini, vice directeur de la salle de presse, a précisé que le Saint Siège prenait très au sérieux toute l'affaire des scandales pédophiles en Allemagne. Mais le Vatican ne souhaite pas intervenir directement sur le cas du chœur de Ratisbonne.



*
Note: Le mélange "frère du Pape, pédophilie, Allemagne (Ratisbonne) est explosif" ! C'est sûrement le début d'une nouvelle tempête média, programmée et planifiée avec stratégie. Le fait que le nom du frère du Pape soit cité donne à cette nouvelle d'agence italienne une valeur informative infiniment plus grande et intentionnellement polémique. Le but est de ternir l'action limpide du Pape, de mettre le doute dans sa volonté de lutter contre tous les abus sexuels au sein de l'Eglise.

Ceci dit, l'Eglise n'a pas peur de la vérité. J'espère de tout cœur que toutes les personnes de bonne volonté s'engageront droitement pour faire émerger la vérité et la lumière, car la stratégie actuelle consiste à vouloir impliquer et salir le Cardinal Ratzinger, désormais Pape.

Le mensonge a les jambes courtes et les frères Ratzinger sont des hommes droits et amoureux de la vérité. Certes Hans Küng entre dans le bal, afin d'attirer uniquement à lui l'attention de certains media. Il faut donc espérer que les hommes de communication du Pape soit cette fois-ci à la hauteur morale de ce pontificat. Il faut prier et retrousser nos manches. Il y a du travail pour être avec "Pierre"!

Allemagne: un visiteur du Vatican à Ettal pour les scandales des abus sexuels

Le Vatican est disposé pour une visite apostolique dans l'Abbaye bénédictine de Ettal, en Bavière, répondant ainsi à une demande du Saint-Siège. C'est ce que vient d'annoncer la presse allemande. L'institut l'a confirmé. L'Abbaye, comme les autres institutions religieuses d'Allemagne, est au centre d'un scandale d'abus sexuels commis par des prêtres, qui a touché l'Eglise locale à partir de janvier dernier.

Tout a commencé avec la dénonciation de prêtres dans le collège Canisius de Berlin, géré par des jésuites, mais bien vite, l'affaire s'est élargie à d'autres écoles d'ordre religieux. Pour le moment, on compte 150 dénonciations. Les évêques allemands - qui ont tenu il y a peu leur assemblée générale - ont demandé publiquement pardon et ont offert leur disponibilité pour collaborer avec la justice, tout en mettant également en place une initiative appropriée comme l'institution d'un office ad hoc guidé par Monseigneur Stefan Ackermann, évêque de Trêves.

Mardi dernier, l'abbaye de Ettal a été perquisitionnée sur ordre de la Magistrature de Münich, dans le cadre d'une enquête sur les possibles abus sur des jeunes qui ont fréquenté le collège et l'école. Un événement qui a provoqué la stupeur: depuis la fin de la guerre, il n'y eut pas de perquisition à l'encontre d'une institution ecclésiale. La semaine dernière, le prieur Maurus Krauss a donné sa démission de sa charge pour ne pas avoir informé les autorités ecclésiastiques sur les accusations des abus entre 2003 et 2005. Le directeur de l'école, le père Barnabas Boegle a fait de même. De plus, trois religieux du monastère de Wechselburg, en Saxe, ont été suspendus pour des accusations d'abus durant la période dans laquelle ils avaient vécu dans le Monastère de Ettal. Aujourd'hui, on compte 20 dénonciations d'ex-élèves. Quatre prêtres sont suspectés d'être impliqués dans le scandale.



Article sur le site : Eucharistie Sacrement de la Miséricorde
Pourquoi chercher Dieu sur une multitude de chemins, alors qu'il suffit de rester là, et de Lui faire toute la place.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 19 invités