Le sexe hors mariage est-il un péché ?

« Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu'il sache discerner le bien du mal » (1R 3.9)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions morales et éthiques. Certaines discussions de ce forum peuvent heurter la sensibilité des jeunes lecteurs.
Avatar de l’utilisateur
Stéphane Pautrot
Civis
Civis
Messages : 6
Inscription : sam. 06 févr. 2021, 16:34
Conviction : Disciple de Jésus (censuré sur ce forum)
Contact :

Le sexe hors mariage est-il un péché ?

Message non lu par Stéphane Pautrot » dim. 07 févr. 2021, 19:18

Bonjour à tous,

Il y a à mon sens beaucoup d’incompréhension et d’exagération dans la foi catholique au sujet de la chasteté pour les laïcs. Il convient pour commencer de noter que la Bible parle très peu de sexe. Le terme “débauche” n’y est employé que pour désigner l’adultère et l’abus d’alcool ; les mots “concupiscence” et “lubricité” n’y figurent pas et les terme "impudique" ou "impudicité" ne sont jamais définis. Jésus ne les a d’ailleurs jamais employés.

Est-il donc un péché de faire l’amour ?

Pour répondre à cette question, il me semble important de donner du péché une définition pragmatique et non morale. Selon la morale catholique, le sexe non destiné à la procréation est un péché. Pourtant le terme "péché" vient d’un mot hébreux qui signifie "manquer sa cible", la cible étant l'union à Dieu, c’est dire l’Amour, la Paix et la Joie. Or si se disperser sur le plan sexuel ne mène pas à l’Amour à la Paix et à la Joie et représente donc bel et bien un péché, se contraindre à éteindre tout élan de cet aspect de la vie que Dieu a placé en nous sous la forme de la sexualité ne mène pas non plus à l’amour à la paix et à la joie. Il s’agit donc là aussi d’un péché !

Il faut donc trouver un juste milieu et, à moins que la chasteté soit relativement naturelle, il ne faut pas se priver de sexe. Je sais que mon point de vue n’est pas le plus répandu. Il est pourtant partagé par Saint Paul qui n’est pas, vous en conviendrez, connu pour son goût pour la licence. Paul a en effet écrit :
Ne vous privez point l’un de l’autre, si ce n’est d’un commun accord pour un temps, afin de vaquer à la prière ; puis retournez ensemble, de peur que Satan ne vous tente par votre incontinence. Je dis cela par condescendance, je n’en fais pas un ordre. Je voudrais que tous les hommes fussent comme moi ; mais chacun tient de Dieu un don particulier, l’un d’une manière, l’autre d’une autre. À ceux qui ne sont pas mariés et aux veuves, je dis qu’il leur est bon de rester comme moi. Mais s’ils manquent de continence, qu’ils se marient ; car il vaut mieux se marier que de brûler.” (1 Corinthiens 7:5-9)

Les mœurs ayant beaucoup évolué, je ne vois par ailleurs aucun problème à avoir une vie sexuelle en dehors du mariage du moment qu’elle se fonde sur l’ouverture de cœur. Il ne faut en effet pas oublier que Dieu souhaite que nous soyons heureux et en paix. Il est ainsi préférable d'avoir des relations sexuelles sans être marié et avec un cœur ouvert plutôt qu’en étant marié et dans la culpabilité. Et il vaut mieux, en tout état de cause, avoir des relations sexuelles sans être marié que de penser au sexe sans arrêt.

Je reviens en effet à l’essence des propos de Paul en 1 Corinthiens 7:5-9 : si l’on se prive de sexe au point d’en être obsédé, on s’éloigne de Dieu ; il vaut dans ce cas mieux avoir des relations sexuelles de temps à autre, ce qui permet de garder l’âme et l’esprit plus libres pour se rapprocher de Dieu. Le fait d’être marié ou pas et d’utiliser ou non une méthode de contraception est ici un détail.

Altior
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2032
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: Le sexe est-il un péché ?

Message non lu par Altior » dim. 07 févr. 2021, 21:27

Bonjour, Stéphane Pautrot!
Stéphane Pautrot a écrit :
dim. 07 févr. 2021, 19:18

Pour répondre à cette question, il me semble important de donner du péché une définition pragmatique et non morale.
Pourtant, la notion de péché (tout comme celle de vertu) est une notion morale par excellence.
Selon la morale catholique, le sexe non destiné à la procréation est un péché.
C'est faux. Selon la morale catholique, le sexe avant le mariage ou en dehors du mariage est un péché. Cela dit, les époux peuvent bénéficier licitement de l'acte matrimonial (id est «sexe» en langage catholique) même si non destiné à la procréation. Il est vrai qu'un acte matrimonial licite ne doit pas être fermé à la procréation: cela serait un péché d'une autre espèce.

Par exemple, lorsqu'un époux est stérile (ou bien les deux), cela ne fait pas que le rapport matrimonial soit illicite, quoiqu'il n'y ait pas question de procréation.
Or si se disperser sur le plan sexuel ne mène pas à l’Amour à la Paix et à la Joie et représente donc bel et bien un péché, se contraindre à éteindre tout élan de cet aspect de la vie que Dieu a placé en nous sous la forme de la sexualité ne mène pas non plus à l’amour à la paix et à la joie. Il s’agit donc là aussi d’un péché !
Nous ne sommes pas appelés à éteindre l'élan sexuel. Nous sommes appelés à l'encadrer et a le sublimer.
Paul a en effet écrit :
Ne vous privez point l’un de l’autre, si ce n’est d’un commun accord pour un temps, afin de vaquer à la prière ; puis retournez ensemble, de peur que Satan ne vous tente par votre incontinence.
J'espère que vous aurez remarqué le fait que Saint Paul s'adresse par ces mots aux gens étant en couple marié. Se «priver l'un de l'autre» sans commun accord est ce que la morale catholique traditionnelle appelle le péché de manque au devoir conjugal. Cela va de soi que par conjugal on comprend dans l'intérieur d'un couple marié.
À ceux qui ne sont pas mariés et aux veuves, je dis qu’il leur est bon de rester comme moi. Mais s’ils manquent de continence, qu’ils se marient ; car il vaut mieux se marier que de brûler.” (1 Corinthiens 7:5-9)
La deuxième partie de cet enseignement apostolique, qui s'adresse vraiment à ceux qui ne sont pas ou ne sont plus mariés, dévoile la solution indiquée si nous sommes soumis à de trop fortes tentations : le mariage.
Effectivement, un des buts du mariage est d'être un remède à la concupiscence.

Pour faire court, le Saint Apôtre dit justement le contrarie de ce que vous lui attribuez. Il ne dit pas qu'il faut céder à la tentation des rapports sexuels avant le mariage, mais qu'il faut se marier.

Les mœurs ayant beaucoup évolué, je ne vois par ailleurs aucun problème à avoir une vie sexuelle en dehors du mariage du moment qu’elle se fonde sur l’ouverture de cœur.
Le concept même d'évolution des moeurs et discutable, mais c'est hors sujet. Le fait que la débauche morale se répand ne peut pas être un argument pour qu'un péché devienne un fait licite. S'il y a de plus en plus de vols, ce n'est pas un argument pour que le vol soit moralement licite. Si je m'empare de la poule de mon voisin, le juge va rire aux éclats si je me défends en faisant la preuve que mon voisin est un cambrioleur récidiviste.

Puis, si par «ouverture de coeur» vous comprenez commun accord, je note que ce n'est pas le caractère consensuel qui fait qu'une chose ne soit pas un péché. Comme vous avez bien vu en début de votre message, le péché c'est rater la cible qui est l'union avec Dieu. Le péché est quelque chose contre Dieu et non pas forcément quelque chose contre une personne humaine.
Et il vaut mieux, en tout état de cause, avoir des relations sexuelles sans être marié que de penser au sexe sans arrêt.
.
Vous mélangez ce que Dieu sépare : le sixième commandement et le neuvième. Certainement il y a un rapport entre les deux, néanmoins il s'agit de deux commandements bien différents. On peut pécher sous le rapport du sixième sans pécher sous le rapport du neuvième (exemple : désir de possession plutôt que désir proprement dit sexuel). Pareillement, on peut pécher sous le rapport du neuvième sans pécher sous le rapport du sixième (c'est beaucoup plus fréquent...).
Je reviens en effet à l’essence des propos de Paul en 1 Corinthiens 7:5-9 : si l’on se prive de sexe au point d’en être obsédé, on s’éloigne de Dieu ; il vaut dans ce cas mieux avoir des relations sexuelles de temps à autre, ce qui permet de garder l’âme et l’esprit plus libres pour se rapprocher de Dieu
Ici, je note que les péchés contre le neuvième commandement sont moins graves que ceux contre le sixième. Parce qu'un péché par cogitation est moins grave qu'un péché par oeuvre. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle le neuvième commandement est mis en avant-dernière position. Il y a ce qu'on pourrait appeler un ordre qualifié entre les commandements de Dieu (c'est à dire leur rang n'est pas interchangeable).

Un dernier mot si vous me permettez, Stéphane Pautrot : la Sainte Église a deux compétences: en matière de foi et en matière de morale. Cela devrait être un argument suffisant pour un catholique.
Le péché de nos premiers parents fut de se servir du fruit de l'arbre de la connaissance du bien et du mal. Autrement dit du fruit de l'arbre de la morale. Cela était un domaine, le seul, que Dieu avait réservé pour Lui-même et avait interdit à nos ancêtres de s'en servir. Qu'est-ce qu'ils ont obtenu nos premiers parents en prenant ce fruit, sans doute succulent et duquel ils avaient envie, pourtant fruit que Dieu leur avait interdit ? Eh bien, ils ont perdu le Paradis. Rien que ça.

À bon entendeur, quoi désirer autre chose que le salut ?

Avatar de l’utilisateur
Fleur de Lys
Quæstor
Quæstor
Messages : 326
Inscription : sam. 20 avr. 2013, 9:59
Localisation : France

Re: Le sexe hors mariage est-il un péché ?

Message non lu par Fleur de Lys » lun. 08 févr. 2021, 19:53

Bonjour :)
Les mœurs ayant beaucoup évolué, je ne vois par ailleurs aucun problème à avoir une vie sexuelle en dehors du mariage du moment qu’elle se fonde sur l’ouverture de cœur.
Mais notre vision est limitée. Ce que je vois est différent de ce que vous voyez et ni vous ni moi ne voyons les choses dans leur ensemble, avec le recul nécessaire (c'est à dire à "voir" les conséquences futures). Seul Dieu le peu.
Donc vous ne voyez pas de problème à la vie sexuelle hors mariage. Soit. L'Eglise de 2000 ans d'expérience en voit un, il y a peut-être une raison?
L'ouverture de coeur
Donc l'amour, ce sentiment si puissant mais aussi si fluctuant et plutôt irrationnel devrait être le SEUL guide de nos relations? Comme par exemple aimer dix personnes à la fois tous genres confondus? On voit bien là le désordre que cela amène. L'Amour est une belle chose mais je me demande si les amourettes passagères sont de l'Amour...🤔 d'où l'importance de lui donner un cadre.

Quid des enfants? Sexualité = possibilité de fécondation (cela arrive même sous contraceptif). Les enfants dans des couples amoureux en CDD, c'est devenu la nouvelle norme. Est-ce une bonne chose?
D'ailleurs ne nous y trompons pas, la vie sexuelle en dehors du mariage augmente le risque d'avortement... Ce n'est pas un pécher l'avortement?

Soyons lucide, malgré le cadre donné par Dieu et l'Eglise, les humains vont sortir du cadre pour pêcher. Mais sans cadre, ne pensez-vous pas que ça sera pire?

Avatar de l’utilisateur
Milla
Censor
Censor
Messages : 156
Inscription : sam. 19 août 2017, 8:34
Conviction : chrétienne orthodoxe
Localisation : Bretagne

Re: Le sexe hors mariage est-il un péché ?

Message non lu par Milla » lun. 08 févr. 2021, 21:13

Stéphane Pautrot a écrit :
dim. 07 févr. 2021, 19:18
Je reviens en effet à l’essence des propos de Paul en 1 Corinthiens 7:5-9 : si l’on se prive de sexe au point d’en être obsédé, on s’éloigne de Dieu ; il vaut dans ce cas mieux avoir des relations sexuelles de temps à autre, ce qui permet de garder l’âme et l’esprit plus libres pour se rapprocher de Dieu. Le fait d’être marié ou pas et d’utiliser ou non une méthode de contraception est ici un détail.
Bonsoir Stéphane ! Je réagis juste à ce passage.

Je vois ce que vous voulez dire, mais est-ce qu'on ne risque pas de tomber dans une vision très "utilitariste" de l'autre ? Coucher avec quelqu'un pour se vider la tête ou arrêter de penser au sexe, ça ne me semble pas signer une ouverture de cœur particulière.
Vous semblez d'ailleurs partir du principe que c'est simple d'avoir des relations sexuelles dès lors qu'on se sent obsédé par l'idée, mais pas forcément.
Enfin, je suis aussi d'accord avec FleurDeLys. Comment réagiriez-vous si votre compagne tombait enceinte ? Savez-vous quelle serait sa position quant à la poursuite d'une grossesse éventuelle ? Ça ne me semble pas être un détail.
Dire que Dieu se détourne des méchants revient à dire que le soleil se cache des aveugles.
Philocalie des pères neptiques

cmoi
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1663
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: Le sexe hors mariage est-il un péché ?

Message non lu par cmoi » mar. 09 févr. 2021, 9:22

Cher Stéphane,

Je me demande si nous avons lu la même Bible quand vous dites qu’il y est très peu question de « sexe », à moins que vous n’en ayez une idée liée au fléau moderne de la pornographie.
A moins que parler de viols, de mariages, d’unions, de fiançailles, de concubines, d’enfantements, etc. ne soit pas pour vous en parler.
Il est vrai que la bible n’est pas un Kama Sutra, mais ce ne serait pas un scoop !
A moins que ce ne soit pour vous qu’une question de mots, et que vous ne sachiez lire entre les lignes et vous adapter au langage d’une autre époque, où l’on écrit « connaître » au lieu de copuler, baiser, faire l’amour, ou décrire la position de la levrette ou du lotus bleu.
Bon, blague à part, Altior vous a déjà si bien répondu du point de vu doctrinal pour qu’y revenir ne puisse être que sur le mode humoristique, voire satirique. Ou épisodique...

Je vous rassure, je n’ai nullement envie de me moquer, vous témoignez d’un évident désir d’acquérir une certaine sagesse, de « justifier Dieu » ou de permettre à l’Eglise qui adopterait votre discours de le justifier et cela doit réellement partir d’une bonne intention.
Vous semblez néanmoins partir du postulat que la doctrine traditionnelle de l’Eglise est inapplicable et nous rend tous incapables de l’appliquer.
Alors je tiens à vous dire que je connais beaucoup de personnes exceptionnelles, qui sont restées vierges jusque 35 ans par exemple (et qui en ont 36 aujourd’hui, ce n’était pas avant la guerre de 14 !), souffrant de ne pas trouver leur moitié, et d’autres qui à plus de 67 ans n’ont ensuite (car leur situation de départ fut la même, l’âge seul au mariage différant) jamais connu d’autre rapport sexuel qu’avec leur conjoint, ni eu de pensées impures concernant d’autres personnes, sinon en passant et à titre de tentation.
Et cela dans tous les milieux sociaux et culturels.

Je suis certain que ces personnes ne vous auraient pas dit que la chasteté est naturelle, mais qu’elle a préservé leur vie de bien des égarements, assurément ! Et qu’à discuter avec d’autres qui ont vécu autre chose, ils se sont aperçu à quel point les difficultés et souffrances que cela leur a valu ou valaient n’étaient rien en comparaison de ce qu’elles auraient pu en connaître.
Certes, elles ont parfois dû manquer de belles promotions, des héritages, des « occasions en or » et j’en passe (vacances de rêve, etc.), mais elles referaient la même chose et même en hésitant moins, et même si les conséquences immédiates devaient être plus pénibles.

La virginité se perd en une fois pour toutes, certes, mais la bonne nouvelle, c’est qu’à tout instant il est possible à chacun d’entre nous de la reconquérir, en quittant la voie du péché. Certains pères de l’Eglise n’hésitent pas à parler alors de virginité recouvrée (et non seulement de chasteté) d’autres affirment que l’on peut être vierge et avoir perdu sa virginité seulement en pensée : qu’importe ! Cela devient oiseaux au regard de la miséricorde et de la paix que donne une conduite conforme à celle que Dieu nous recommande. Plus nous nous en serons écartés, plus ce sera difficile d‘y revenir, mais il y a bien d’autres combats qui le sont davantage encore et auxquels nous nous soumettons et où la sanction ne dépend que de tiers humains relativement indifférents à notre sort.
A nous de connaître et gérer nos priorités !

Vous dites qu’il ne faut pas se priver l’un de l’autre, mais de qui si personne ne nous agrée vraiment, à moins que ce soit comme d’une gâterie derrière une vitrine et pour un exercice assez bref au court duquel une partie de nous-mêmes et loin d’être la plus négligeable, se mettra en mode « absence », tandis que l’autre se trouvera confrontée à des surprises pas toujours agréables avec lesquelles il lui faudra trouver un compromis.
Comme vous l’écrivez si bien, Dieu souhaite que nous soyons heureux !

Alors vous avez trouvé la solution : pour éviter l’adultère, il n’y a qu’à ne pas se marier ! Il n’y a qu’à récuser la fidélité, la réduire à n’être que celle à l’égard de ses propres sentiments, or ne peut-on aimer plusieurs amis à la fois, en gérer les rencontres à notre avantage !

Où avez-vous vu qu’étant marié, nous fassions l’amour dans la culpabilité ? Vous pensez à l’adultère comme inévitable ? Vous pensez que nous ne pouvons que nous tromper en choisissant notre conjoint ? A cause de quoi serait-on à ce point stupide, sinon de ce « sexe » à quoi vous voudriez comme remède que nous obéissions pour devenir heureux !
Etrange paradoxe, non ?

Si vous pensez vraiment qu’on puisse se rapprocher de Dieu en commettant délibérément des péchés pour mieux penser à lui, alors je crains que vous ne vous preniez pour son supérieur et que vous vous dupiez vous-même : vous ne parviendrez pas à lui commander, à le convaincre de considérer qu’il a tort.

Je crains que vous ne croyiez plus en l’amour, que pour vous l’attendre soit une frustration plus qu’une joie, qu’une occasion de vous y préparer avec enthousiasme et cran. Vous voudriez que ce soit quelque chose que vous puissiez commander sur internet pour livraison dans 48 H, et comme ce n’est pas possible, vous avez décidé de ne plus y croire sinon comme à la surprise qu’il serait puisqu’il vous faut vous y résigner, mais en faisant le choix de vivre comme s’il n’existait pas, vous le défigurerez dans les jours qui suivront sa rencontre et ne pourrez le préserver sans de terribles difficultés. Vous serez obligé d’adopter à nouveau votre « morale » qui en était une d’attente, insatisfaisante certes mais bien commode, sauf que vous aurez perdu définitivement la partie.

A moins d’adopter celle de Dieu et qui, vous le savez puisque c’était à la base de votre motivation de départ, demande des efforts. Qui seront alors bien plus longs et difficiles et pour une situation qui ne vous apportera pas autant de bonheur car elle restera longtemps bancale et précaire.

Ceci étant dit sans parler des problèmes prophylactiques, ni de ceux « du cœur » ou « du bas-ventre », des contraceptifs aux effets indésirables ni de l’avortement qui devient un meurtre presque planifié contre un innocent si la nature ne vous obéit pas. Sans parler d’autres choses devenues si secondaires dans une culture de la jouissance et du bien-être, mais qui finit par les éroder et les faire disparaître, leur enlever leur pouvoir guérisseur ou stimulant, nous rendre amers et déçus, désabusés, mais plein « d’expériences ».

Vous ne parviendrez pas à me faire croire que tout cela se passe sans honte ni culpabilité (que votre but était d’éliminer, au lieu d’éliminer sa cause et de n’en plus recevoir que des bouffées rétrogrades), mais ravalées au nom d’un pragmatisme qui se veut premier, sage et philosophique.
Si le péché irrémissible (en ce moment débattu sur un autre fil) semble anodin puisqu’il n’engage que la pensée, il est ce qu’il est parce qu’il compromet toute la vie et rend le retour à Dieu quasiment impossible...
Car Dieu ne s’aime pas par hasard, résignation, chance ou lassitude, épuisement. Ce n’est pas non plus un copain philosophe avec qui nous discutons à égalité en attendant une remise de prix. A certains égards cela peut parfois sembler dommage, oui... Mais vu sous un autre, pardonnez-moi de cela svp, cela m’a permis de m’amuser à vous répondre, alors que le sujet est grave.

Je crois simplement que vous devez manquer d’exemples, alors devenez-en un ! Il n’est jamais trop tard...

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 5048
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: Le sexe hors mariage est-il un péché ?

Message non lu par gerardh » mar. 09 févr. 2021, 23:34

__

Bonsoir,

Pour moi, la réponse est oui.

__

Avatar de l’utilisateur
Maxdem
Ædilis
Ædilis
Messages : 12
Inscription : ven. 12 févr. 2021, 2:36
Conviction : Catholique en découverte

Re: Le sexe hors mariage est-il un péché ?

Message non lu par Maxdem » ven. 12 févr. 2021, 2:51

Fleur de Lys a écrit :
lun. 08 févr. 2021, 19:53
Bonjour :)
Les mœurs ayant beaucoup évolué, je ne vois par ailleurs aucun problème à avoir une vie sexuelle en dehors du mariage du moment qu’elle se fonde sur l’ouverture de cœur.
Mais notre vision est limitée. Ce que je vois est différent de ce que vous voyez et ni vous ni moi ne voyons les choses dans leur ensemble, avec le recul nécessaire (c'est à dire à "voir" les conséquences futures). Seul Dieu le peu.
Donc vous ne voyez pas de problème à la vie sexuelle hors mariage. Soit. L'Eglise de 2000 ans d'expérience en voit un, il y a peut-être une raison?
L'ouverture de coeur
Donc l'amour, ce sentiment si puissant mais aussi si fluctuant et plutôt irrationnel devrait être le SEUL guide de nos relations? Comme par exemple aimer dix personnes à la fois tous genres confondus? On voit bien là le désordre que cela amène. L'Amour est une belle chose mais je me demande si les amourettes passagères sont de l'Amour...🤔 d'où l'importance de lui donner un cadre.

Quid des enfants? Sexualité = possibilité de fécondation (cela arrive même sous contraceptif). Les enfants dans des couples amoureux en CDD, c'est devenu la nouvelle norme. Est-ce une bonne chose?
D'ailleurs ne nous y trompons pas, la vie sexuelle en dehors du mariage augmente le risque d'avortement... Ce n'est pas un pécher l'avortement?

Soyons lucide, malgré le cadre donné par Dieu et l'Eglise, les humains vont sortir du cadre pour pêcher. Mais sans cadre, ne pensez-vous pas que ça sera pire?
Que dire de plus à votre commentaire qui, pour ma part, est totalement juste. L'amour est une belle et si précieuse chose à laquelle un cadre doit être donné. Oui.
Les amourettes ne sont que des attirances furtives ne reposant sur rien de sérieux donc comment les qualifier d'amour?
Les attirances physiques peuvent s'oublier et il est très facile de ne pas y succomber en faisant preuve d'une force d'esprit.
Pour ma part, un mariage épanoui amène à une sexualité complète et harmonieuse qui n'a pas besoin d'éléments extérieurs.

Avatar de l’utilisateur
Stéphane Pautrot
Civis
Civis
Messages : 6
Inscription : sam. 06 févr. 2021, 16:34
Conviction : Disciple de Jésus (censuré sur ce forum)
Contact :

Re: Le sexe hors mariage est-il un péché ?

Message non lu par Stéphane Pautrot » mar. 16 févr. 2021, 16:09

Bonjour à tou(te)s et merci pour vos réponses.


Bonjour Fleur de Lys,
Donc vous ne voyez pas de problème à la vie sexuelle hors mariage. Soit. L'Eglise de 2000 ans d'expérience en voit un, il y a peut-être une raison?
Peut-être et, justement, j’aimerais bien savoir laquelle.



Bonjour Milla,
Je vois ce que vous voulez dire, mais est-ce qu'on ne risque pas de tomber dans une vision très "utilitariste" de l'autre ?
Si vous avez l’impression que je l’ai suggéré, soit je me suis mal exprimé soit vous m’avez mal compris mais, en effet, quand on voit que quelqu’un en arrive à considérer le mariage comme, entre autres, "un remède à la concupiscence", c’est malheureusement possible.

Coucher avec quelqu'un pour se vider la tête ou arrêter de penser au sexe, ça ne me semble pas signer une ouverture de cœur particulière.
Effectivement, ce n’est pas le cas. Où avez-vous lu que j’ai suggéré cela ? Je parle simplement de ne pas se priver d’une chose naturelle, d’un élan que Dieu a placé en nous et que même le très pudibond Saint Paul ne condamne pas, au contraire (1 Corinthiens 7:5-9, cité plus haut).


Comment réagiriez-vous si votre compagne tombait enceinte ?
Comme vous semblez mal me comprendre, je vous rappelle que Saint Paul a écrit : "ne vous privez point l'un de l'autre" et qu'à l'époque, l'âge du mariage selon la loi romaine était de 12 ans pour les filles (source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Mariage_% ... ari%C3%A9s). Croyez-vous vraiment que Saint Paul suggérait que tout couple marié devait, selon lui, avoir 25 enfants du mariage à la ménopause ? Il va de soi que Paul n'était pas opposé à la pratique du coïtus interruptus. Dans le cas contraire, précis comme il l'est, il l'aurait indiqué. Dieu nous a depuis donné beaucoup plus efficace que le coïtus interruptus et je doute qu’il soit un péché d’en profiter. Il se peut que je me trompe et j’aimerais avoir une certitude. C’est la raison pour laquelle j’ai ouvert cette discussion.

Vous semblez d'ailleurs partir du principe que c'est simple d'avoir des relations sexuelles dès lors qu'on se sent obsédé par l'idée, mais pas forcément.
Effectivement, le poids de la culpabilité est tellement fort chez les catholiques que la sexualité n'a rien simple. C'est justement parce que je le déplore que je fais remarquer que la position très stricte de l'Église au sujet de la sexualité ne me semble pas justifiée par la Bible.



Bonjour Altior,
Pour faire court, le Saint Apôtre dit justement le contrarie de ce que vous lui attribuez. Il ne dit pas qu'il faut céder à la tentation des rapports sexuels avant le mariage, mais qu'il faut se marier.
Cher ami, vous faîtes dire à Paul ce qu'il n'a pas dit !

Écrire "il vaut mieux se marier que de brûler", n’est pas en soit une condamnation des relations sexuelles avant ou après le mariage. Cela peut très bien être une façon de parler et, justement, il faut remettre les choses dans leur contexte : Saint Paul s’est exprimé il y a 2000 ans. Il a également écrit "Que la femme apprenne dans le silence en toute soumission. Car je ne permets point à la femme d’enseigner, ni d’user d’autorité sur le mari ; mais elle doit demeurer dans le silence." (1 Timothée 2:11-12). Ces propos ont terriblement vieilli, n’est-ce pas ? Eh bien je ne doute pas qu’aujourd’hui Paul écrirait : "Il vaut mieux se mettre en couple que de brûler" et que l’importance exagérée donné au mariage est surannée.


Je remarque que personne ne réagit à ma remarque que les termes "concupiscence" et "lubricité" ne figurent nulle part dans la Bible. On n’y parle que de débauche et d’impudicité. En cas de besoin je vous rappelle la définition de ces termes selon le Larousse :

  • impudique : "qui blesse la pudeur" (source : https://www.larousse.fr/dictionnaires/f ... ique/42059)
    Or la définition de pudeur est : "Disposition à éprouver de la gêne devant ce qui peut blesser la décence, devant l'évocation de choses très personnelles et, en particulier, l'évocation de choses sexuelles", source : https://www.larousse.fr/dictionnaires/f ... deur/64989) ; cette définition implique obligatoirement un tiers, spectateur ou témoin ; l'acte sexuel de deux adultes consentants au secret de leur chambre ne peut donc en aucun cas blesser la pudeur.
  • débauche : "Usage excessif, déréglé des plaisirs de l'amour, de la table"
    (source : https://www.larousse.fr/dictionnaires/f ... uche/21779)
    Pour ma part, je n’ai pas le sentiment qu’avoir des relations sexuelles occasionnelles avec une personne que l’on aime mais sans être marié et en utilisant un préservatif est un "usage excessif ou déréglé de la sexualité".
Mais mon avis n’a pas d’importance ; je cherche juste la vérité. C’est la raison pour laquelle je pose ces deux questions à tous ceux qui lisent cette discussion :

1- Dans quel(s) verset(s), la Bible stipule-t-elle que l’on ne doit pas avoir d’activité sexuelle en dehors du mariage ?


[Intervention de la Modération : La question de la contraception est ici hors sujet]

menochios
Ædilis
Ædilis
Messages : 40
Inscription : jeu. 23 janv. 2020, 17:29

Re: Le sexe hors mariage est-il un péché ?

Message non lu par menochios » mar. 16 févr. 2021, 17:25

La lecture de Jean ( 8,1-11 ) devrait répondre à la question.
Pour les pharisiens, la punition de l'adultère est la lapidation sans jugement.

Quant à la réponse du Christ, pour le moins énigmatique, elle n'est certes pas un encouragement.
Où Dieu m'a mis, je tiens.

Avatar de l’utilisateur
Xavi
Prætor
Prætor
Messages : 1810
Inscription : mar. 28 juil. 2009, 14:50

Re: Le sexe hors mariage est-il un péché ?

Message non lu par Xavi » mar. 16 févr. 2021, 20:48

Bonsoir Stéphane,

Vous êtes ici dans un forum catholique et vos contestations contestent manifestement la foi catholique.

La Parole de Dieu ne se limite à une lecture directe personnelle de la Bible mais à l’accueillir en communion avec l’Église qui est le corps du Christ et en veillant à la conformité de toute interprétation avec la Tradition transmise par l’enseignement de l’Église.

Selon le Catéchisme, « Tout baptisé est appelé à la chasteté. Le chrétien a " revêtu le Christ " (Ga 3, 27), modèle de toute chasteté. Tous les fidèles du Christ sont appelés à mener une vie chaste selon leur état de vie particulier. Au moment de son Baptême, le chrétien s’est engagé à conduire dans la chasteté son affectivité.
" La chasteté doit qualifier les personnes suivant leurs différents états de vie : les unes dans la virginité ou le célibat consacré, manière éminente de se livrer plus facilement à Dieu d’un cœur sans partage ; les autres, de la façon que détermine pour tous la loi morale et selon qu’elles sont mariées ou célibataires " (CDF, décl. " Persona humana " 11). Les personnes mariées sont appelées à vivre la chasteté conjugale ; les autres pratiquent la chasteté dans la continence
» (2348 et 2349)

« La fornication est l’union charnelle en dehors du mariage entre un homme et une femme libres. Elle est gravement contraire à la dignité des personnes et de la sexualité humaine naturellement ordonnée au bien des époux ainsi qu’à la génération et à l’éducation des enfants. En outre c’est un scandale grave quand il y a corruption des jeunes. » (2353)

Dans la Bible, vous ne trouverez pas les nuances de notre langage moderne, ni une définition particulière du mariage qui a été célébré selon des formes diverses au cours de l’histoire, mais la parole du Christ qui rappelle que lorsque l’homme et la femme s’unissent pour former une seule chair, c’est Dieu qui unit et qu’en conséquence, il est demandé à l’homme de ne pas séparer ce que Dieu a unit (Mt. 19).

Le Christ établit ainsi l’indissolubilité de l’union sexuelle entre un homme et une femme qu’un mariage consacre.

Or, précisément, une relation sexuelle hors mariage est en dehors du lien indissoluble du mariage et se réalise sans respecter ce lien voulu par Dieu dès la création de l’humanité.

Toute relation sexuelle hors mariage est qualifiée dans le Nouveau Testament de « pornéa », mot grec généralement traduit par les mots fornication ou impudicité, ce qui s’applique aux relations sexuelles hors mariage) (cf. Mt 19, 9).

Le don du corps engage toute la personne et lorsque le don total du corps ne correspond pas à un don total de la personne, il y a une grave atteinte aux êtres humains qui s’y livrent.

Avatar de l’utilisateur
Invité
Barbarus
Barbarus

Re: Le sexe hors mariage est-il un péché ?

Message non lu par Invité » mar. 16 févr. 2021, 22:15

Le Christ proclame l'indissolubilité du mariage en opposition à la volatilité de ses contradicteurs. Réduire le mariage aux seules relations sexuelles comme le font des intervenants ici est une erreur dans la mesure où le Christ s'attache à démontrer avant tout l'exigence de fidélité et la responsabilité de l'homme vis-à-vis de sa femme.

À contre-courant de la société masculine dans laquelle il vivait, Jésus réhabilite la femme et la protège. Désormais, il n'est plus moralement acceptable de répudier sa compagne au motif qu'elle présente une tare, comme le permettait la Loi de Moïse. Seul l'adultère est une raison suffisante pour autoriser la séparation. L'enseignement du Christ dépasse donc très nettement le seul cadre des relations sexuelles.

Je ne puis parler à la place du Christ mais je crois pouvoir dire que l'Église s'égare en parlant de fornication pour toute relation sexuelle en dehors du mariage. Mieux vaut en effet un couple non marié qui dure qu'un couple marié dans lequel l'amour s'érode au fil des années, pour aboutir à une séparation ou à la tentation de l'adultère. L'amour véritable et durable peut exister en dehors du mariage. Il n'est pas besoin d'officialiser religieusement un amour pour qu'il soit juridiquement valide devant Dieu qui sonde les cœurs mieux que quiconque...

La sexualité fait partie de notre nature humaine et ne me paraît pas être un motif de rupture avec Dieu tant que l'amour et la fidélité sont la règle ! Que certains fassent le choix d'y renoncer oui, mais pas de l'imposer. Car c'est la porte ouverte ensuite à des substituts pour assouvir ses besoins naturels... Un homme reste un homme.

Altior
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2032
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: Le sexe hors mariage est-il un péché ?

Message non lu par Altior » mer. 17 févr. 2021, 0:04

Stéphane Pautrot a écrit :
mar. 16 févr. 2021, 16:09
1- Dans quel(s) verset(s), la Bible stipule-t-elle que l’on ne doit pas avoir d’activité sexuelle en dehors du mariage ?
Pour prendre un seul exemple:
Que le mariage soit honoré de tous, et le lit conjugal exempt de souillure, car Dieu condamnera les impudiques et les adultères. (Hebreux 13 : 4)

Stéphane Pautrot, pas seulement les catholiques, mais toutes les religions qui proclament avoir leur racine dans la tradition s'accordent à considérer les relations sexuelles en dehors du mariage un péché. Cela fait partie de ce que la théologie morale catholique appelle «loi naturelle».

Le fait d'être en couple ne diminue en rien la caractère peccamineux des relations sexuelles hors mariage. Plutôt le contraire reste vrai, car c'est la différence entre le péché occasionnel et le vice. La fidélité n'est pas une vertu quand il y a une fidélité dans le péché. Un voleur n'est pas moins voleur s'il est fidèle à sa bande et ne fait aucun vol sans son escient.

Vous voyez, je crois en l'Église une, sainte, catholique et apostolique. Or, le caractère apostolique de l'Église ne signifie pas seulement que ses prêtres aient une descendence apostolique inintérompue, mais aussi que la doctrine des Apôtres fait foi. Il me semble que vous preniez seulement ce qui vous convient de cette doctrine et que vous rejetiez, en prenant pour paroles vieillottes, ce qui ne vous convient pas dans ce que l'Apôtre enseigne. Ce n'est pas comme ça que je vois les choses. La conversion est la transformation en Christ, c'est changer sa vie dans le sens de la Parole de Dieu et non pas d'omettre, ni de tordre la Parole de Dieu car il arrive qu'elle contienne des choses qui ne conviennent pas à notre vie peccamineuse ou même à nos petites commodités. Dire que les Apôtres disent autre chose qu'ils disent, tout comme dire qu'ils dirons aujourd'hui le contraire de ce qu'il ont dit hier, c'est un jeu plus que dangeureux pour l'âme, c'est un jeu suicidaire. Desolé, je ne vais pas vous suivre dans ce jeu.

Avatar de l’utilisateur
Stéphane Pautrot
Civis
Civis
Messages : 6
Inscription : sam. 06 févr. 2021, 16:34
Conviction : Disciple de Jésus (censuré sur ce forum)
Contact :

Re: Le sexe hors mariage est-il un péché ?

Message non lu par Stéphane Pautrot » mer. 17 févr. 2021, 15:58

Vous êtes ici dans un forum catholique et vos contestations contestent manifestement la foi catholique.
Bonjour Xavi,
Je ne conteste pas la foi catholique, je demande des preuves au sujet d'un point précis de son enseignement.

La Parole de Dieu ne se limite à une lecture directe personnelle de la Bible mais à l’accueillir en communion avec l’Église qui est le corps du Christ et en veillant à la conformité de toute interprétation avec la Tradition transmise par l’enseignement de l’Église.
Vous avez visiblement bien appris votre leçon. Cela ne vous intéresse pas de savoir si ce que vous avez appris est vrai ?
Imaginez-vous un avocat dans un tribunal affirmer ce que bon lui semble sans citer les articles de loi auxquels il se réfère ? Alors pourquoi acceptez vous les affirmations de l'Église alors qu'elles ne semblent pas soutenues par la Bible ? Si vous voulez tant prendre la défense de l'Église, pourquoi ne montrez-vous pas en quoi le catéchisme, sur les points que je mets en cause, est fondé sur la Bible ?


[…]

[Propos contraires à la foi catholique supprimés]

Intervention de la Modération : Votre persistance à ignorer l’enseignement de l’Église et de sa base biblique qui vous ont été rappelés transforment votre sujet en un plaidoyer pour les relations sexuelles hors mariage qui n’est manifestement pas compatible avec la foi catholique. Le sujet est verrouillé provisoirement.

« Dieu a-t-il vraiment dit ? »(Gn 3, 1). La question du Serpent dans la Genèse reste toujours d’actualité. Votre réponse ne montre que votre liberté de suivre votre propre voie.

« Le corps n’est pas pour la débauche (en grec : porneia), il est pour le Seigneur, et le Seigneur est pour le corps ; et Dieu, par sa puissance, a ressuscité le Seigneur et nous ressuscitera nous aussi.
Ne le savez-vous pas ? Vos corps sont les membres du Christ. Vais-je donc prendre les membres du Christ pour en faire les membres d’une prostituée ? Absolument pas !
Ne le savez-vous pas ? Celui qui s’unit à une prostituée ne fait avec elle qu’un seul corps. Car il est dit : Tous deux ne feront plus qu’un. Celui qui s’unit au Seigneur ne fait avec lui qu’un seul esprit.
Fuyez la débauche
(en grec : porneia). Tous les péchés que l’homme peut commettre sont extérieurs à son corps ; mais l’homme qui se livre à la débauche commet un péché contre son propre corps.
Ne le savez-vous pas ? Votre corps est un sanctuaire de l’Esprit Saint, lui qui est en vous et que vous avez reçu de Dieu ; vous ne vous appartenez plus à vous-mêmes, car vous avez été achetés à grand prix. Rendez donc gloire à Dieu dans votre corps.
» (1 Co 6, 13-20)

« Comme il convient aux fidèles la débauche, l’impureté sous toutes ses formes et la soif de posséder sont des choses qu’on ne doit même plus évoquer chez vous ; pas davantage de propos grossiers, stupides ou scabreux – tout cela est déplacé – mais qu’il y ait plutôt des actions de grâce.
Sachez-le bien : ni les débauchés, ni les dépravés, ni les profiteurs – qui sont de vrais idolâtres – ne reçoivent d’héritage dans le royaume du Christ et de Dieu ; ne laissez personne vous égarer par de vaines paroles. Tout cela attire la colère de Dieu sur ceux qui désobéissent.
» (Eph. 5, 3-6)

Verrouillé

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 34 invités