Se laisser regarder pour son physique

« Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu'il sache discerner le bien du mal » (1R 3.9)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions morales et éthiques. Certaines discussions de ce forum peuvent heurter la sensibilité des jeunes lecteurs.
Marie2964
Censor
Censor
Messages : 152
Inscription : mer. 14 oct. 2020, 12:20
Conviction : Catéchumène

Re: Questions diverses

Message non lu par Marie2964 » jeu. 21 janv. 2021, 14:12

cmoi a écrit :
mer. 20 janv. 2021, 17:58
Marie,
Vous avez raison de vouloir pousser plus loin l’analyse et l’honnêteté dont vous faites preuve est tout à votre honneur.
J’en profite ici pour vous dire que si je vous avais s catéchumène, je vous aurais répondu différemment sous le fil « quelle prière », mais apparemment cela ne vous a pas gênée. Je m’en suis aperçu en vous répondant ici, vous parler de communion par exemple était inapproprié et maladroit.
Du coup cela m'a fait réaliser que nous ne réalisons pas toujours notre chance nous baptisés.

L’estime de soi est une bonne chose, et il faut distinguer les blessures psychiques que nous avons pu recevoir et qui y ont porté atteinte, et qui peuvent nous mettre en état d’attente et de fragilité, si bien que certaines marques d’attention peuvent la regonfler et s’y engouffrer favorablement, - de l’orgueil ou du péché.
Vous avez parlé de « pensée impure », à cela je vais vous citer Mathieu où Jésus déclare : « quiconque qui voit une femme en sorte qu’il la désire, cela suffit : il a commis l’adultère dans son cœur. » Ceci dit, il y a des degrés de gravité et de désir, à vous lire votre pensée n’est pas allée très loin dans le plaisir ni l’imagination, mais elle y est allée : elle a donc dépassé la limite. Vous devinerez facilement comment cela peut s’aggraver ensuite !
C’est pourquoi la sainteté veut que nous rejetions la tentation dés son approche, car ensuite, même s‘il n’y a pas tout de suite péché, il y a plusieurs étapes avant (pour faire simple :on ressent le plaisir et on ne le chasse pas, sans rien lui ajouter, puis on s’y complaît, puis on devient « volontaire » (la limite est franchie) et le fait durer en se disant « ce n’est qu’une pensée provisoire et non librement provoquée », etc.).
Mais accorder son attention à ce qui ne devrait pas la retenir, c’est céder à la tentation, non pécher encore. Mais plus on avance dans les étapes, plus on se fragilise et plus c’est dur de « résister ». Cela ne veut pas dire qu’il faut bâcler cette progression, car ce serait s’exposer. Il faut au contraire bien prendre la peine et le temps d’observer ce qui se passe, au plus tôt dans les étapes, de le comprendre entièrement, et agir en pleine conscience et volonté, pas à la va vite pour en être débarrassé et d’autant plus qu’on aurait quand même bien eu envie de....
Car il ne faut pas non plus être stupide : on « sait bien » ce qui se passe et on ne peut rien faire pour l’éviter. La concupiscence c’est être fragile, c’est ce qui fait qu’on en est troublée. Elle prend le relais à notre place en somme. C’est à son stade qu’il faut avoir assez de lucidité et de volonté pour dire stop, avant d’en avoir du plaisir et de le rendre volontaire.
S’il le faut on reporte l’analyse à plus tard, car/mais on sait déjà quelle devra être la conclusion.
Et cela vous permettra de jouir de celui d’avoir attiré l’attention sans retenue, puisque vous en serez innocente et le jugerez indésiré. Cela n’empêche pas qu’il puisse combler en vous un besoin d’estime.
Car là c’est un autre péché qui entre ensuite en jeu au regard de la considération que vous allez lui donner, à cette estime, et de l’amour-propre que vous y mettrez. Et moins vous céderez à cette seconde tentation, plus cela vous fera du bien au niveau de l’estime.
Non par orgueil, mais parce que ce sera devenu gratuit. Même pour l’homme qui au départ, n’y a rien mis d‘intentionnel (ce qui n’y ajoute rien et même diminue le plaisir ou le devrait, car cela ne concerne plus que sa liberté et son histoire, ses attentes, etc. dans le cas où il n’est pas question comme vous le dites d’aller plus loin pour vous) mais était aussi attiré malgré lui.
Car vous avez aussi une responsabilité vis-à-vis de l’autre, vous l’avez bien compris. Il vous faut l’aider à ce que cela reste chez lui involontaire et à passer à autre chose. Lui faire comprendre que si cela devenait volontaire chez lui vous n’en êtes pas d’accord (car c’est bien vous qui êtes à l’origine) et n’y êtes pour rien. Ne pas faire semblant peut être difficile si vous êtes attirée, cela suppose de l’avoir dépassée cette attirance.
Car là c’est un autre péché qui entre ensuite en jeu au regard de la considération que vous allez lui donner, à cette estime, et de l’amour-propre que vous y mettrez. Et moins vous céderez à cette seconde tentation, plus cela vous fera du bien au niveau de l’estime.
Non par orgueil, mais parce que ce sera devenu gratuit.Car reconnaître l’attirance naturelle n’est pas interdit (c’est elle la tentation, car vous savez de quoi elle est l’occasion et comment on en profite), nous sommes libres encore de décider en lieu et place de ce que nous voulons, et de le faire respecter. De regarder cette tentation avec objectivité et retenue.

Bon j’ai déjà été assez long, alors je m’arrête là... Il est évident que tout cela ne peut « marcher » que si vous avez une volonté forte et libre de faire le bien, et savez ce qui est le bien.
Rien ne vous empêche de viser une amitié si elle vous semble possible et souhaitable, mais il faudra toujours rester sur vos gardes.


Je partage aussi totalement ce que vous a écrit Kerygme : ce que nous vous disons est à relativiser, cela peut être une façon de nous justifier nous-même de nos connaissances ou de la façon dont nous gérons nos propres fautes. C'est le travail de toute une vie que de se connaître en profondeur, avec ses motivations profondes et ses atermoiements, ce qui est nécessaire pour acquérir la paix du coeur et passer à travers les tentations sans presque les sentir.

Bonne continuation.
Bonjour Cmoi,

Comme pour Libremax et Kerygme, je tiens à vous présenter mes excuses (ou plutôt j'aimerais que vous les acceptiez!) pour le délai dans ma réponse. J'ai lu attentivement votre réponse et vous en remercie.

Je voulais dans un premier temps vous dire que je me trouve un peu maladroite dans l'utilisation du forum; il est vrai que je ne sais pas trop où poster quoi et comment m'exprimer suffisamment clairement pour exposer une situation.

Je pense néanmoins que vous avez bien cerné ma problématique et grâce aux interventions d'Altior, de Kerygme, de Libremax et de vous-même je crois pouvoir prendre un peu plus de recul sur la situation.

Je vais tenter de répondre à votre questionnement en étant la plus objective possible: "Un bon critère de discernement : imaginez que vous vouliez l’en dissuader et l’entrepreniez en ce sens : aura-t-il un doute sur la sincérité de votre « refus » ou se dira-t-il que vous vous forcez ?"

Bien sûr je ne suis pas à sa place mais je ne pense pas qu'il douterait de ma sincérité s'il essuyait un "refus". J'ai beau chercher, je ne vois pas ce qui dans mon comportement ou dans mon attitude lui ferait croire le contraire. Je suis on ne peut plus naturelle avec lui.

J'attends votre retour avec impatience.

Bien cordialement,

Marie.

Avatar de l’utilisateur
Kerygme
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1218
Inscription : jeu. 30 mai 2019, 13:12
Conviction : Catholique romain
Localisation : Argentoratum

Re: Questions diverses

Message non lu par Kerygme » jeu. 21 janv. 2021, 18:34

Bonjour Marie,
Marie2964 a écrit :
jeu. 21 janv. 2021, 12:46
Tout d'abord je souhaiterais vous présenter mes excuses pour avoir tardé à vous répondre. Vous avez pris le temps de me lire et de rédiger une réponse...
Aucun souci, Marie, nous avons tous des vies à mener. Ce n'est pas le temps de réponse qui me préoccupait mais plutôt la façon dont vous recevrez nos conseils. Je suis admiratif avec quelle humilité vous le faites.

Permettez moi d'exprimer un avis tout personnel. Votre futur baptême ne peut qu'être une richesse pour votre Église familiale, votre Église locale et l'Église catholique dans son universalité.
Pouvez-vous me dire ce que selon vous Saint-Jean détermine sous le vocable "la convoitise des yeux et de l'orgueil de la vie"? Je pense saisir la première partie mais la deuxième me semble un peu plus vague à moins qu'il ne faille la comprendre au sens littéral à savoir au sens de l'Orgueil en général?
Je vais donc traiter la deuxième et profiter de l'occasion pour pratiquer quelque chose qui m'est difficile dans l'explication biblique : faire court.

Prenons la référence qui suit cette phrase du CEC : 1ère lettre de saint Jean, chapitre 2 mais pour avoir le contexte allons du verset 12 à 17 :
12 Je vous l’écris, petits enfants : Vos péchés vous sont remis à cause du nom de Jésus.
13 Je vous l’écris, parents : Vous connaissez celui qui existe depuis le commencement. Je vous l’écris, jeunes gens : Vous avez vaincu le Mauvais.
14 Je vous l’ai écrit, enfants : Vous connaissez le Père. Je vous l’ai écrit, parents : Vous connaissez celui qui existe depuis le commencement. Je vous l’ai écrit, jeunes gens : Vous êtes forts, la parole de Dieu demeure en vous, vous avez vaincu le Mauvais.
15 N’aimez pas le monde, ni ce qui est dans le monde. Si quelqu’un aime le monde, l’amour du Père n’est pas en lui.
16 Tout ce qu’il y a dans le monde – la convoitise de la chair, la convoitise des yeux, l’arrogance de la richesse –, tout cela ne vient pas du Père, mais du monde.
17 Or, le monde passe, et sa convoitise avec lui. Mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure pour toujours.


Le monde et tout ce qui le caractérise est sous l’influence du Mauvais (Satan et de ses agents) qui a comme principal objectif d’empêcher l’homme d’adorer son vrai Créateur, de le détourner du plan de salut de Dieu, de semer la confusion au sein du peuple de Dieu. L’orgueil de la vie (arrogance de la richesse dans la traduction liturgique) est donc déjà une des stratégies employées par le Malin.

L'orgueil de la vie c'est aussi l'esprit du monde : refus de dépendre de Dieu et de se soumettre à Lui. Mais c’est également la satisfaction de ce que l’on possède, à l’exemple du riche qui avait rempli ses greniers (Luc 12,19). Ce n'est pas que matériel, ce peut être aussi spirituel, comme la richesse de la connaissance car : "... la connaissance rend orgueilleux, tandis que l’amour fait œuvre constructive" (1Corinthiens 8,1).

Cordialement.
« N’aimons pas en paroles ni par des discours, mais par des actes et en vérité. » (1Jean 3,18)

cmoi
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1663
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: Questions diverses

Message non lu par cmoi » jeu. 21 janv. 2021, 19:17

Tout comme Kerygme, je suis agréablement surpris et édifié par la docilité dont vous faites preuve à l'égard des motions de l'Esprit.
Il vous serait très profitable de trouver et d'avoir un bon directeur spirituel, vous pourriez vraiment beaucoup progresser.

Ne vous en faites pas pour votre "retard", nous avons tous nos obligations et c'est tout à fait normal.

Maintenant je vais vous répondre. Il y a entre autres une classification qui distingue 3 types de péchés :
ceux contre soi, ceux contre les autres ou le prochain, et ceux contre Dieu.
De vos premiers post, il m'a semblé évident qu'il n'y en avait pas contre Dieu (même si tout péché est aussi contre lui mais c'est autre chose).
De votre dernière réponse, je déduis qu'il n'y en a pas eu contre le prochain.
Reste celui déjà identifié, par rapport à vous-même, dans lequel entrait une grande part d'ignorance.

Soyez donc en paix, de telles fautes sont mineures, "vénielles", une communion les efface. Je dirais parmi les plus petites, pourvu de ne pas vous y "retrouver", ce qui n'est pas le cas dans vos aveux et surtout votre disposition d'esprit est très bonne, bien tournée.

Ces échanges vous auront éclairé et je voudrais vous raconter une anecdote.
Le St curé d'Ars se demandait comment Jésus voyait son âme et il pria pour le savoir. Finalement il eut la grâce de se voir comme Jésus le voyait, objectivement, et il en fut effrayé...
Je ne dis pas cela pour vous effrayer, mais pour vous rassurer. On dit que le plus grand saint pèche au moins 7 fois et je ne sais plus si c'est par jour ou par heure. Il s'agit de ces petits péchés...
Mais l'amour de Dieu, sa miséricorde, dépasse bien sûr tout cela de beaucoup, et si vous lui faites autant confiance que celle dont vous avez témoigné envers nous, alors il doit se réjouir grandement.

Avatar de l’utilisateur
Kerygme
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1218
Inscription : jeu. 30 mai 2019, 13:12
Conviction : Catholique romain
Localisation : Argentoratum

Re: Questions diverses

Message non lu par Kerygme » jeu. 21 janv. 2021, 19:43

cmoi a écrit :
jeu. 21 janv. 2021, 19:17
On dit que le plus grand saint pèche au moins 7 fois et je ne sais plus si c'est par jour ou par heure.
Parce que c'est un verset que j'ai médité régulièrement et qui est très profitable. C'est dans Proverbes 24 :
16 Car le juste tombe sept fois mais se relève, alors que les méchants s’effondrent dans le malheur.
Tout comme vous je croyais que c'était 7 fois par jour, j'ai été surpris de ne pas le trouver.
Et pour ceux qui le lirait au sens littéral : le chiffre 7 n'est pas limitatif, il représente la notion de cycle (comme une semaine).
« N’aimons pas en paroles ni par des discours, mais par des actes et en vérité. » (1Jean 3,18)

cmoi
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1663
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: Questions diverses

Message non lu par cmoi » ven. 22 janv. 2021, 7:15

Et faut-il pousser le paradoxe en allant jusqu'à rappeler la doctrine très officielle et reconnue qui veut que nous avons toujours, à tout moment, la grâce nécessaire et suffisante pour ne pas pécher ?
Ce qui veut dire qu'à tout instant, nous sommes susceptibles de ne plus jamais pécher.

Il ne faut pas le voir comme une cause de persécution morale intérieure, face à nos chutes, mais au contraire une grande espérance .

Curieusement, quand on court on tombe moins et on va plus vite en regardant le ciel, qu'en regardant nos pieds

Marie2964
Censor
Censor
Messages : 152
Inscription : mer. 14 oct. 2020, 12:20
Conviction : Catéchumène

Re: Questions diverses

Message non lu par Marie2964 » ven. 22 janv. 2021, 11:20

Kerygme a écrit :
jeu. 21 janv. 2021, 18:34
Bonjour Marie,
Marie2964 a écrit :
jeu. 21 janv. 2021, 12:46
Tout d'abord je souhaiterais vous présenter mes excuses pour avoir tardé à vous répondre. Vous avez pris le temps de me lire et de rédiger une réponse...
Aucun souci, Marie, nous avons tous des vies à mener. Ce n'est pas le temps de réponse qui me préoccupait mais plutôt la façon dont vous recevrez nos conseils. Je suis admiratif avec quelle humilité vous le faites.

Permettez moi d'exprimer un avis tout personnel. Votre futur baptême ne peut qu'être une richesse pour votre Église familiale, votre Église locale et l'Église catholique dans son universalité.
Pouvez-vous me dire ce que selon vous Saint-Jean détermine sous le vocable "la convoitise des yeux et de l'orgueil de la vie"? Je pense saisir la première partie mais la deuxième me semble un peu plus vague à moins qu'il ne faille la comprendre au sens littéral à savoir au sens de l'Orgueil en général?
Je vais donc traiter la deuxième et profiter de l'occasion pour pratiquer quelque chose qui m'est difficile dans l'explication biblique : faire court.

Prenons la référence qui suit cette phrase du CEC : 1ère lettre de saint Jean, chapitre 2 mais pour avoir le contexte allons du verset 12 à 17 :
12 Je vous l’écris, petits enfants : Vos péchés vous sont remis à cause du nom de Jésus.
13 Je vous l’écris, parents : Vous connaissez celui qui existe depuis le commencement. Je vous l’écris, jeunes gens : Vous avez vaincu le Mauvais.
14 Je vous l’ai écrit, enfants : Vous connaissez le Père. Je vous l’ai écrit, parents : Vous connaissez celui qui existe depuis le commencement. Je vous l’ai écrit, jeunes gens : Vous êtes forts, la parole de Dieu demeure en vous, vous avez vaincu le Mauvais.
15 N’aimez pas le monde, ni ce qui est dans le monde. Si quelqu’un aime le monde, l’amour du Père n’est pas en lui.
16 Tout ce qu’il y a dans le monde – la convoitise de la chair, la convoitise des yeux, l’arrogance de la richesse –, tout cela ne vient pas du Père, mais du monde.
17 Or, le monde passe, et sa convoitise avec lui. Mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure pour toujours.


Le monde et tout ce qui le caractérise est sous l’influence du Mauvais (Satan et de ses agents) qui a comme principal objectif d’empêcher l’homme d’adorer son vrai Créateur, de le détourner du plan de salut de Dieu, de semer la confusion au sein du peuple de Dieu. L’orgueil de la vie (arrogance de la richesse dans la traduction liturgique) est donc déjà une des stratégies employées par le Malin.

L'orgueil de la vie c'est aussi l'esprit du monde : refus de dépendre de Dieu et de se soumettre à Lui. Mais c’est également la satisfaction de ce que l’on possède, à l’exemple du riche qui avait rempli ses greniers (Luc 12,19). Ce n'est pas que matériel, ce peut être aussi spirituel, comme la richesse de la connaissance car : "... la connaissance rend orgueilleux, tandis que l’amour fait œuvre constructive" (1Corinthiens 8,1).

Cordialement.

Bonjour Kerygme,


Merci pour votre compréhension, elle me touche.

J'aborde le catéchuménat comme un enfant nouveau-né, ignorant de tout et je sais à quel point je ne sais rien. J'ai tout à apprendre et me désole de savoir que je ne saurai jamais tout... mais c'est ainsi et c'est peut-être aussi ce qui fait la beauté de ma quête spirituelle.

Je vous remercie pour votre explication, vous confirmez ce que je pensais comprendre.

Bonne journée!

Bien cordialement,

Marie.

Marie2964
Censor
Censor
Messages : 152
Inscription : mer. 14 oct. 2020, 12:20
Conviction : Catéchumène

Re: Questions diverses

Message non lu par Marie2964 » ven. 22 janv. 2021, 11:47

cmoi a écrit :
jeu. 21 janv. 2021, 19:17
Tout comme Kerygme, je suis agréablement surpris et édifié par la docilité dont vous faites preuve à l'égard des motions de l'Esprit.
Il vous serait très profitable de trouver et d'avoir un bon directeur spirituel, vous pourriez vraiment beaucoup progresser.

Ne vous en faites pas pour votre "retard", nous avons tous nos obligations et c'est tout à fait normal.

Maintenant je vais vous répondre. Il y a entre autres une classification qui distingue 3 types de péchés :
ceux contre soi, ceux contre les autres ou le prochain, et ceux contre Dieu.
De vos premiers post, il m'a semblé évident qu'il n'y en avait pas contre Dieu (même si tout péché est aussi contre lui mais c'est autre chose).
De votre dernière réponse, je déduis qu'il n'y en a pas eu contre le prochain.
Reste celui déjà identifié, par rapport à vous-même, dans lequel entrait une grande part d'ignorance.

Soyez donc en paix, de telles fautes sont mineures, "vénielles", une communion les efface. Je dirais parmi les plus petites, pourvu de ne pas vous y "retrouver", ce qui n'est pas le cas dans vos aveux et surtout votre disposition d'esprit est très bonne, bien tournée.

Ces échanges vous auront éclairé et je voudrais vous raconter une anecdote.
Le St curé d'Ars se demandait comment Jésus voyait son âme et il pria pour le savoir. Finalement il eut la grâce de se voir comme Jésus le voyait, objectivement, et il en fut effrayé...
Je ne dis pas cela pour vous effrayer, mais pour vous rassurer. On dit que le plus grand saint pèche au moins 7 fois et je ne sais plus si c'est par jour ou par heure. Il s'agit de ces petits péchés...
Mais l'amour de Dieu, sa miséricorde, dépasse bien sûr tout cela de beaucoup, et si vous lui faites autant confiance que celle dont vous avez témoigné envers nous, alors il doit se réjouir grandement.
Bonjour Cmoi,

Je ne pense pas être si "docile" que cela... Hélas. Je lutte beaucoup contre moi-même et me désole de constater que j'incarne le Péché, tous les péchés même les plus terribles. Je suis d'ailleurs souvent découragée par ma nature même.

Je vais encore essayer d'être honnête avec vous je pense qu'il y a eu péché envers mon prochain car dans la mesure où je me gargarise, je me flatte de ce que cet homme me trouve jolie, je considère que je ne fais pas preuve de charité à son endroit...

Merci pour votre petite anecdote, elle me rassure en effet un peu!

Bonne journée.

Cordialement,

Marie.

cmoi
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1663
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: Questions diverses

Message non lu par cmoi » ven. 22 janv. 2021, 13:12

Marie2964 a écrit :
ven. 22 janv. 2021, 11:47
Je ne pense pas être si "docile" que cela...
Continuez alors à le croire, c'est très bien comme cela; mais si, vous l'êtes... :-D :fleur:

Marie2964 a écrit :
ven. 22 janv. 2021, 11:47
Je vais encore essayer d'être honnête avec vous je pense qu'il y a eu péché envers mon prochain car dans la mesure où je me gargarise, je me flatte de ce que cet homme me trouve jolie, je considère que je ne fais pas preuve de charité à son endroit...
Là vous vous trompez. Cela vous concerne bien vous seule et vous rend même fragile, vous devenez à cause de cela une "proie" si cet homme a de "mauvaises intentions".

Je m'en excuse auprès de Kerygme, mais je n'y résiste pas, un peu :
"juste" est "à la base" celui qui vit en accord avec les commandements de Dieu, dans l'ancien Testament. C'est la même chose qu'un "saint", après le nouveau testament, et cette distinction répond à des données théologique précises liées à l'histoire du salut.
"Infidèle" est un terme qui remonte aux croisades, à la base. L'ironie du sort veut que ce soit aussi un terme employé par les musulmans ! Il s'agit de Dieu (premier concerné car infidèle à qui sinon à Lui, même si c'est devenu à l'Eglise) et d'une exclusion réciproque

Je lui laisse le plaisir de compléter...

Marie2964
Censor
Censor
Messages : 152
Inscription : mer. 14 oct. 2020, 12:20
Conviction : Catéchumène

Re: Questions diverses

Message non lu par Marie2964 » ven. 22 janv. 2021, 13:55

cmoi a écrit :
ven. 22 janv. 2021, 13:12
Marie2964 a écrit :
ven. 22 janv. 2021, 11:47
Je ne pense pas être si "docile" que cela...
Continuez alors à le croire, c'est très bien comme cela; mais si, vous l'êtes... :-D :fleur:

:oops:

Marie2964 a écrit :
ven. 22 janv. 2021, 11:47
Je vais encore essayer d'être honnête avec vous je pense qu'il y a eu péché envers mon prochain car dans la mesure où je me gargarise, je me flatte de ce que cet homme me trouve jolie, je considère que je ne fais pas preuve de charité à son endroit...
Là vous vous trompez. Cela vous concerne bien vous seule et vous rend même fragile, vous devenez à cause de cela une "proie" si cet homme a de "mauvaises intentions".

Effectivement vu sous cet angle...

Je m'en excuse auprès de Kerygme, mais je n'y résiste pas, un peu :
"juste" est "à la base" celui qui vit en accord avec les commandements de Dieu, dans l'ancien Testament. C'est la même chose qu'un "saint", après le nouveau testament, et cette distinction répond à des données théologique précises liées à l'histoire du salut.
"Infidèle" est un terme qui remonte aux croisades, à la base. L'ironie du sort veut que ce soit aussi un terme employé par les musulmans ! Il s'agit de Dieu (premier concerné car infidèle à qui sinon à Lui, même si c'est devenu à l'Eglise) et d'une exclusion réciproque

Je lui laisse le plaisir de compléter...
Merci pour les précisions Cmoi. :)

Avatar de l’utilisateur
Kerygme
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1218
Inscription : jeu. 30 mai 2019, 13:12
Conviction : Catholique romain
Localisation : Argentoratum

Re: Questions diverses

Message non lu par Kerygme » ven. 22 janv. 2021, 14:02

cmoi a écrit :
ven. 22 janv. 2021, 13:12
Je m'en excuse auprès de Kerygme, mais je n'y résiste pas, un peu :
Mais n'hésitez pas Cmoi, je n'ai pas pensé que la question s'adressait à moi seul et j'ai aussi encore tant à découvrir que les lumières de chacun(e) sont source de joie.
« N’aimons pas en paroles ni par des discours, mais par des actes et en vérité. » (1Jean 3,18)

Avatar de l’utilisateur
Kerygme
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1218
Inscription : jeu. 30 mai 2019, 13:12
Conviction : Catholique romain
Localisation : Argentoratum

Re: Questions diverses

Message non lu par Kerygme » ven. 22 janv. 2021, 15:59

Marie2964 a écrit :
ven. 22 janv. 2021, 14:15
Oh oui, j'ai tellement envie de ce baptême mais parfois j'ai peur... Peur de ne pas être à la hauteur, de décevoir Dieu et de me décevoir... Cependant que l'Espérance est belle!
Peut être que ceci apaisera vos craintes. C'est parce que nous sommes incapables d'être à la hauteur que c'est Dieu qui nous a rejoint dans notre humanité, c'est Lui qui s'est abaissé par Amour. Cela donne toutes les espérances.

Dieu ne force personne à être sauvé, alors cahin-caha nous faisons des efforts pour montrer notre adhésion à son plan de Salut et nous y participons pour y amener nos frères et sœurs en humanité. L'important, selon moi, n'est pas d'arriver seul et en premier, mais tous ensemble.
« N’aimons pas en paroles ni par des discours, mais par des actes et en vérité. » (1Jean 3,18)

cmoi
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1663
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: Questions diverses

Message non lu par cmoi » sam. 23 janv. 2021, 11:50

Marie2964 a écrit :
ven. 22 janv. 2021, 13:55
Effectivement vu sous cet angle...
Je me permets de rebondir sur cette réponse vôtre : voyez toute la littérature, française notamment, à quel point elle s’est servie de cela : le but étant de « faire ou voir tomber une femme vertueuse ». C’est presque désolant tant c’est presque en faire l’apologie, même en terre chrétienne. Et ceci bien que l’analyse psychologique ou le style ou les sentiments soient très beaux
La culpabilité de la femme vertueuse à l’égard de ses faiblesses qu’elle ressent, dont l’homme se sert en la redirigeant envers lui qui se plaint d’ingratitude, pour finir par la faire succomber en se servant de sa générosité et de ses plus hautes qualités.
Comme quoi la foi seule permet de résister et non la vertu, ce qui fait que peu de littérature traite du refus sinon comme d’un signe de dureté, etc. (ou d’émancipation féministe en version moderne) et qui souvent finit par céder ou se retourner contre la personne. Et sinon c’est plutôt mal vu ou mal venu, critiqué, sans intérêt.
Et du coup l’amour final devient souvent le symbole de la vertu, au lieu d’être celui du vice. Au mieux : l’expression normale de notre condition (de pécheur).
Ou encore parce que « résister à l’amour » c’est mal, bien des femmes ne se trouvent un homme (hors mariage) que pour résister plus facilement à la tentation (requalifiée en « difficultés de la vie »), en avoir un bon prétexte qui soit « dans le ton », et le mariage même est présenté comme un arrangement : bref, elles ont tout faux et il faut oublier cette « résistance » à la tentation qui nous pourrit la vie, pour aimer vraiment !
Etc. Cela évolue avec l’époque.
Rien qu’à ce «climat culturel » il faut déjà résister...
Votre « confession », quand vous énumérez vos faiblesses, est à l’opposé de cela.
Marie2964 a écrit :
ven. 22 janv. 2021, 11:47
Je lutte beaucoup contre moi-même et me désole de constater que j'incarne le Péché, tous les péchés même les plus terribles. Je suis d'ailleurs souvent découragée par ma nature même.
C’est un appui pour rebondir et les combattre, cela peut donner de la force. Le repentir n’a rien de « gnan gnan », il coupe court à ces considérations une fois fait le constat et se jette au cou du sauveur sans esprit de retour.
Jésus l’a dit : sa force ne se manifeste jamais mieux que là où nous sommes faibles, car ainsi ressort-elle mieux et il aime manifester sa Divinité dans cette délicatesse !
Car attention : il y a une certaine complaisance dans l’aveu et même le repentir qui sinon fait qu’on retombe. Le genre « je sais que tu m’aimes donc je peux tomber, cela te donne l’occasion de me le montrer et me donne celle d’y croire » (et parfois je m’en flatte pour me rappeler ton amour voire même montrer le mien..) ou à l’opposé « j’en ai marre de tomber, débrouille toi pour tout faire vu que tu m’aimes » Etc. Il y a une certaine façon d’aimer très pernicieuse, même et souvent plus avec Dieu que dans la vie. Et si là je l’ai mise en mots, dans la réalité elle est implicite et souvent inconsciente.
Ce que vous écrivez vous exonère de ces risques, mais cela ne veut pas dire que vous n'en connaîtrez pas un jour la tentation.
L’humilité vraie sera là encore et comme pour le reste, le remède.

Marie2964
Censor
Censor
Messages : 152
Inscription : mer. 14 oct. 2020, 12:20
Conviction : Catéchumène

Re: Questions diverses

Message non lu par Marie2964 » sam. 23 janv. 2021, 15:48

Kerygme a écrit :
ven. 22 janv. 2021, 15:59
Marie2964 a écrit :
ven. 22 janv. 2021, 14:15
Oh oui, j'ai tellement envie de ce baptême mais parfois j'ai peur... Peur de ne pas être à la hauteur, de décevoir Dieu et de me décevoir... Cependant que l'Espérance est belle!
Peut être que ceci apaisera vos craintes. C'est parce que nous sommes incapables d'être à la hauteur que c'est Dieu qui nous a rejoint dans notre humanité, c'est Lui qui s'est abaissé par Amour. Cela donne toutes les espérances.

Dieu ne force personne à être sauvé, alors cahin-caha nous faisons des efforts pour montrer notre adhésion à son plan de Salut et nous y participons pour y amener nos frères et sœurs en humanité. L'important, selon moi, n'est pas d'arriver seul et en premier, mais tous ensemble.
Bonjour Kerygme,

Vous avez raison. C'est d'ailleurs il me semble tout l'objet du Christianisme et il ne s'agit en aucun cas d'une compétition des uns avec les autres.

Merci, vos paroles de sagesse m'ont apaisée.

Bien cordialement,

Marie.

Marie2964
Censor
Censor
Messages : 152
Inscription : mer. 14 oct. 2020, 12:20
Conviction : Catéchumène

Re: Questions diverses

Message non lu par Marie2964 » sam. 23 janv. 2021, 16:14

cmoi a écrit :
sam. 23 janv. 2021, 11:50
Marie2964 a écrit :
ven. 22 janv. 2021, 13:55
Effectivement vu sous cet angle...
Je me permets de rebondir sur cette réponse vôtre : voyez toute la littérature, française notamment, à quel point elle s’est servie de cela : le but étant de « faire ou voir tomber une femme vertueuse ». C’est presque désolant tant c’est presque en faire l’apologie, même en terre chrétienne. Et ceci bien que l’analyse psychologique ou le style ou les sentiments soient très beaux
La culpabilité de la femme vertueuse à l’égard de ses faiblesses qu’elle ressent, dont l’homme se sert en la redirigeant envers lui qui se plaint d’ingratitude, pour finir par la faire succomber en se servant de sa générosité et de ses plus hautes qualités.
Comme quoi la foi seule permet de résister et non la vertu, ce qui fait que peu de littérature traite du refus sinon comme d’un signe de dureté, etc. (ou d’émancipation féministe en version moderne) et qui souvent finit par céder ou se retourner contre la personne. Et sinon c’est plutôt mal vu ou mal venu, critiqué, sans intérêt.
Et du coup l’amour final devient souvent le symbole de la vertu, au lieu d’être celui du vice. Au mieux : l’expression normale de notre condition (de pécheur).
Ou encore parce que « résister à l’amour » c’est mal, bien des femmes ne se trouvent un homme (hors mariage) que pour résister plus facilement à la tentation (requalifiée en « difficultés de la vie »), en avoir un bon prétexte qui soit « dans le ton », et le mariage même est présenté comme un arrangement : bref, elles ont tout faux et il faut oublier cette « résistance » à la tentation qui nous pourrit la vie, pour aimer vraiment !
Etc. Cela évolue avec l’époque.
Rien qu’à ce «climat culturel » il faut déjà résister...
Votre « confession », quand vous énumérez vos faiblesses, est à l’opposé de cela.
Marie2964 a écrit :
ven. 22 janv. 2021, 11:47
Je lutte beaucoup contre moi-même et me désole de constater que j'incarne le Péché, tous les péchés même les plus terribles. Je suis d'ailleurs souvent découragée par ma nature même.
C’est un appui pour rebondir et les combattre, cela peut donner de la force. Le repentir n’a rien de « gnan gnan », il coupe court à ces considérations une fois fait le constat et se jette au cou du sauveur sans esprit de retour.
Jésus l’a dit : sa force ne se manifeste jamais mieux que là où nous sommes faibles, car ainsi ressort-elle mieux et il aime manifester sa Divinité dans cette délicatesse !
Car attention : il y a une certaine complaisance dans l’aveu et même le repentir qui sinon fait qu’on retombe. Le genre « je sais que tu m’aimes donc je peux tomber, cela te donne l’occasion de me le montrer et me donne celle d’y croire » (et parfois je m’en flatte pour me rappeler ton amour voire même montrer le mien..) ou à l’opposé « j’en ai marre de tomber, débrouille toi pour tout faire vu que tu m’aimes » Etc. Il y a une certaine façon d’aimer très pernicieuse, même et souvent plus avec Dieu que dans la vie. Et si là je l’ai mise en mots, dans la réalité elle est implicite et souvent inconsciente.
Ce que vous écrivez vous exonère de ces risques, mais cela ne veut pas dire que vous n'en connaîtrez pas un jour la tentation.
L’humilité vraie sera là encore et comme pour le reste, le remède.
Bonjour Cmoi,

Je trouve votre analyse relative à la vertu très intéressante. Elle mérite réflexion. J'ai évidemment pensé à Madame Bovary dans un premier temps mais finalement incarnait-elle vraiment la Vertu? Et qu'est-ce que la Vertu? Je ne sais pas/ plus.

Je crois néanmoins que vous me prêtez beaucoup trop de force...à mon grand regret. Voyez au moment où je vous écris je suis navrée de vous avouer que j'ai encore eu des pensées impures et je me surprends parfois à en ressentir une sorte de complaisance ..

Bien cordialement,

Marie.

Avatar de l’utilisateur
Ermite moderne
Censor
Censor
Messages : 82
Inscription : ven. 22 janv. 2021, 22:49
Conviction : catholique et anticonformiste

Re: Se laisser regarder pour son physique

Message non lu par Ermite moderne » sam. 23 janv. 2021, 18:42

Bonjour Marie 2964,

Je vais apporter mon humble contribution, étant donné que je ne prétends pas avoir une grande expérience/maîtrise sur le sujet.
Je pense que vous devriez être vigilante sans être trop dure avec vous-même. Le christ, il me semble, disait que regarder une femme
avec convoitise, c'était déjà commettre l'adultère dans son cœur. C'est valable aussi pour les hommes. Après c'est aussi une question
d'herméneutique, comment interpréter ce texte ? Je ne sais pas trop si c'est un péché en soi. Je pense fortement que c'est souvent, ce qui précède l'adultère. Mais faites attention car votre culpabilité semble malsaine et contre-productive. Moi-même j'ai ressenti de la culpabilité, parfois de façon démesurée, et ça m'amenait paradoxalement à m'embourber davantage dans le péché. Moi ça m'a fait partir très loin.
N'oubliez pas ce beau passage : "Car si notre coeur nous condamne, Dieu est plus grand que notre coeur, et il connaît toutes choses. " 1 Jn 3,20

Alors si je peux donner un conseil : Ne soyez pas inutilement dure envers vous-même. Restez vigilante, certes, mais si vous pouviez essayer de ne pas " psychoter " sur toutes vos pensées. Moi-même, j'en ai aussi des mauvaises pensées, mais je remarque que moins j'en ai peur et culpabilise, mieux j'arrive à les vaincre.

Cordialement.
L'amour n'a rien d'irrationnel ; il est la raison suprême, le rationalisme à son paroxysme.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 24 invités