Abstinence sexuelle et masturbatoire : conséquences médicales ?

« Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu'il sache discerner le bien du mal » (1R 3.9)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions morales et éthiques. Certaines discussions de ce forum peuvent heurter la sensibilité des jeunes lecteurs.
Avatar de l’utilisateur
Désird'humilité
Quæstor
Quæstor
Messages : 219
Inscription : jeu. 08 août 2019, 22:15
Conviction : Disciple de Notre Seigneur Jésus

Abstinence sexuelle et masturbatoire : conséquences médicales ?

Message non lu par Désird'humilité » mer. 18 nov. 2020, 17:51

Un homme pieux ne pratique pas le sexe hors mariage et la masturbation. :saint:

Mais,je vois sur internet que cela entraîne des problèmes de santé https://www.google.com/search?q=consequ ... e&ie=UTF-8

De plus, il peut aussi y'avoir des douleurs au bas ventre liées à cela https://www.impuissance.info/mal-testicules/

Que faire ?

Franchement, ça me ferait chier de rompre une abstinence à cause de ça.

Et puis,ces douleurs physiques ne seraient-elles pas amenées par Satan qui voudrait qu'on obtempère et tombe dans ce péché mortel ?
Je suis catéchumène.

Avatar de l’utilisateur
nicolas-p
Censor
Censor
Messages : 136
Inscription : mar. 12 mai 2020, 16:10
Conviction : totus tuus
Localisation : sud ouest

Re: Abstinence sexuelle et masturbatoire : conséquences médicales ?

Message non lu par nicolas-p » mer. 18 nov. 2020, 18:24

si vous saviez le nombre de c.... que l'on trouve sur internet pour justifier n'importe quoi.

La c.... a toujours été 1 valeur sûre..........


laissez tomber ce genre d'ineptie (je suis médecin)

Jean-Mic
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 3070
Inscription : mar. 07 févr. 2012, 20:17

Re: Abstinence sexuelle et masturbatoire : conséquences médicales ?

Message non lu par Jean-Mic » mer. 18 nov. 2020, 19:13

C'est vraiment n'importe quoi !
L'abstinence n'a AUCUNE conséquence physiologique.

Où avez-vous lu une telle ânerie ? C'est tout juste digne d'un collégien qui cherche une excuse à sa br...ette quotidienne.

Tout au plus, chez l'homme, une très-très-très longue excitation sexuelle qui n'aboutirait pas à son paroxysme (l'éjaculation), du genre une soirée entière dans une boîte de striptease, pourra provoquer ensuite une sensation douloureuse de la verge et des testicules.
Rien n'oblige personne à se mettre et à demeurer une soirée entière dans une telle situation !
(Pardonnez-moi les détails sordides. Ils sont à la hauteur du niveau intellectuel de ceux qui colportent ce genre de racontars.)

Avatar de l’utilisateur
Désird'humilité
Quæstor
Quæstor
Messages : 219
Inscription : jeu. 08 août 2019, 22:15
Conviction : Disciple de Notre Seigneur Jésus

Re: Abstinence sexuelle et masturbatoire : conséquences médicales ?

Message non lu par Désird'humilité » mer. 18 nov. 2020, 19:31

nicolas-p a écrit :
mer. 18 nov. 2020, 18:24
si vous saviez le nombre de c.... que l'on trouve sur internet pour justifier n'importe quoi.

La c.... a toujours été 1 valeur sûre..........


laissez tomber ce genre d'ineptie (je suis médecin)
Merci pour votre réponse, vous me rassurez !!
Je suis catéchumène.

cmoi
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1624
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: Abstinence sexuelle et masturbatoire : conséquences médicales ?

Message non lu par cmoi » jeu. 19 nov. 2020, 6:53

Ce n'est pas que je veuille vous "suivre partout", mais je crains beaucoup que d'autres jeunes comme vous s'y soient laissés prendre...

C'est d'une stupidité totale et c'est même le contraire. Combien s'y adonnent qui ne peuvent plus s'en passer, qui en sont devenus esclaves, parce que justement ce n'est pas satisfaisant sinon pour la "libération finale" (homme surtout) ou pour la satisfaction d'amour propre (on me désire, je suis beeelleeee !) D'ailleurs en suivant vos liens, j'ai trouvé un de ceux qui pensent ce mensonge reconnaître lui-même que le contraire a du bon et du vrai.

Oublions le christianisme et regardons ce qu'en disent les cultures ancestrales qui ont particulièrement étudié les lois naturelles concernant les relations sexuelles.
Toutes disent le contraire et prônent l'abstinence ! Même oui le kamasutra, le jardin parfumé, l'anangaranga, le tantrisme sexuel, le taoïsme, etc. C'est cela qui donne sens à l'union et permet que la jouissance soit bonne et forte. Ils détaillent des techniques sans jamais oublier de dire que le fond et le plus important n'est pas dedans.
Pour le taoïsme, l'éjaculation est une perte de liquide et donc d'énergie. Cela ne doit pas être trop fréquent et plus on vieillit, moins ce doit être fréquent. (D'où "l'étreinte réservée", que l'Eglise a longtemps bannie à tort parce qu'elle n'en a pas compris les attendus et l'esprit, ni surtout cru la réelle possibilité sans y voir une perversion libidineuse, alors que c'est le contraire et qu'elle aurait pu y trouver beaucoup)
Tout les sportifs le savent (cette perte d'énergie) ! Il y a des exceptions comme certaines "natures" à la Candeloro, (mais qui s ait ce qu'auraient pu être ses performances s'il avait su mieux se contrôler) et les entraîneurs aussi, qui posent la condition de l'abstinence avant les grands événements.
Il vaut mieux se dépenser dans son art que dans sa chambre à coucher !

Certes, aussi, cela permet de se "détendre" et peut avoir à ce titre un effet profitable. Mais à certaines conditions de fréquence, de "bonnes manières" et surtout à condition que cela se passe bien, or pour que cela se passe bien, surtout pour un chrétien, il faut se sentir en confiance, que l'autre soit donc aimé et nous aime, qu'on aie pas l'impression de faire une bêtise : ceux qui vantent ce "laxisme" n'ont de toute évidence pas une grande dimension/recherche affective , spirituelle, et même seulement humaine : en admettant qu'ils aient raison, pour que ce soit vrai et que cela fonctionne, il faut vraiment n'avoir d'autre but dans sa vie que la jouissance, avec ce que cela suppose d'égoïsme et tout ce que cela trimballe comme vices et rétrécissements du coeur !
Où se trouve la tendresse si il n'y a pas de sentiment ? Plus on parviendra à ce que cela "réussisse" sans amour, plus on aura de difficulté ensuite à lui donner la place qui devrait y être la sienne...

L'idée de mieux connaître son corps par la masturbation suppose, pour y parvenir, une "vision" éthique absolument pourrie !!!! Et puis il sera tellement merveilleux, au contraire, de le "découvrir" dans l'intimité avec la personne aimée qui elle aussi découvrira le sien et le vôtre.
Certes, des comportements déviants (et tant de personnes en ont acquis justement à cause de leur luxure) de la part de "l'autre" peuvent nous mettre en difficulté si on est sans expérience, et faire que notre expérience soit difficile, perturbée, fausse, etc. A cela, bien connaître son corps sans l'influence de personne répond ! Mais il y a beaucoup mieux, ce n'est qu'un moindre mal pour les pires, si vous me comprenez ! Il suffit de ne pas avoir pour amour quelqu'un qui aura eu ces fausses expériences, et au contraire, il faudra alors s'en débarrasser pour acquérir le comportement juste et c'est loin d'être facile!!!!!!

La "nécessité biologique" n'est qu'un énorme mensonge pour se cacher toutes les conséquences psychologiques de cet appauvrissement de l'âme .
Vous disiez vouloir vous débarrasser d'addictions, de grâce, ne prenez pas celle-là, c'est la pire!

La seule chose de vraie physiologiquement (je suis obligé de faire court) ne vous concerne en rien : elle concernerait les personnes déjà mûres, ayant eu une longue pratique sexuelle régulière, et qui suite à un deuil, une rupture, etc. se retrouveraient d'un coup obligées de rester abstinentes. Si cela dure, la "reprise" peut être difficile.
Mais je crois inutile d'en aborder le sujet avec vous !

Avatar de l’utilisateur
Désird'humilité
Quæstor
Quæstor
Messages : 219
Inscription : jeu. 08 août 2019, 22:15
Conviction : Disciple de Notre Seigneur Jésus

Re: Abstinence sexuelle et masturbatoire : conséquences médicales ?

Message non lu par Désird'humilité » ven. 20 nov. 2020, 1:11

Vous avez 100% raison et votre réponse me remet les idées en place par rapport à ça. J'ai grandi en pensant que c'était une bonne chose, j'ai mis du temps avant de comprendre que non. Pour ça aussi que je galère à m'en défaire. Mais je me suis confessé aujourd'hui par rapport à ça, et je veux vraiment arrêter.
Je suis catéchumène.

cmoi
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1624
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: Abstinence sexuelle et masturbatoire : conséquences médicales ?

Message non lu par cmoi » ven. 20 nov. 2020, 9:16

Vous êtes en train de vous accuser d’un péché, de la même façon dont on accuse 80 kilos sur une balance. Et c’est très bien.
Cela montre qu’à présent, vous avez identifié les forces en présence, et suffisamment enlevé les masques pour savoir : votre objectif (la chasteté), qui sont vos amis et qui vos ennemis. Même si les masques ne sont pas tous ni complètement ôtés.
De la même façon dont un obèse qui a décidé de perdre du poids continue à vivre, il n’empêche que son surpoids lui a suffisamment « pourri » la vie (maintenant qu’il a compris que les quelques avantages que cela lui offrait étaient de la fumisterie) pour que ce soit son objectif prioritaire et celui auquel il a décidé d’attacher sa vie (son attention, etc), pour le temps que cela lui prendra. Ensuite il pourra se redonner d’autres objectifs, cela en sera la conséquence car une partie lui est devenue hors de portée à cause de cet handicap.
Il ne s’agit pas « d’y penser tout le temps », mais de se donner une discipline et de s’y tenir : heure de lever et de coucher, situations de tentations à éviter et comment, parades à appliquer, compensations honnêtes à mettre en place, etc.

C’est tout à fait dans l’esprit de St Ignace, lequel m’avait fait croire que vous étiez au bord du précipice et non tombé dedans (à savoir sa recommandation de tout juger au mieux de la charité).
Du coup ma réponse était un peu décalée, mais pas trop.
La religion catholique est d’un profond soutien dans ce genre de combat, ne serait-ce que pour déterminer ce qui est bien et quel mal éviter. Elle a l’expérience de ces difficultés que vous allez connaître, il est important que vous ne vous sachiez pas seul dans ce combat : plein d’autres jeunes cathos y sont passés et s’en sont sortis, il ne faut jamais baisser les bras ni pactiser avec le mal, plus tard il en prendra sinon une forme bien plus difficile à battre (Jésus en a illustré le cas par l’histoire des 7 démons). Peu importe lesquels, peu importe pourquoi eux ou vous et pas d’autres, de toutes les façons il y aura toujours un combat et pour le moment c’est celui-là le vôtre.
Sauf erreur ou ignorance de ma part vous concernant, car sans doute y a-t-il d‘autres fronts où vous pourriez vous battre, mais quand celui-ci existe, il doit la plupart du temps être prioritaire. Il est bon ainsi d’isoler ses ennemis pour les battre un par un, cela nous renforce aussi et n’exclut pas au passage d’en éliminer d’autres.

Votre confesseur vous donnera (ou le devrait) des « tactiques simples » mais qui ont fait leur preuve, genre : penser à autre chose quand l’idée en vient, compter de 1000 à 1 et en général, on s’endort avant d’avoir fini sans plus penser à ce qui nous taraude. Ou se lever et consulter le forum « cité catholique », lire un bon livre, bref, je pense qu’il sera de bon conseil compte tenu de votre cas précis. Eviter l’alcool et le tabac, la pornographie et l’érotisme évidemment, les conversations « licencieuses », pratiquer un sport, éviter une cuisine trop riche en épices ou « chargée » (outre que certains aliments sont réellement aphrodisiaques), etc.
Pour votre info, si en plus vous avez une tendance à la déprime, des granions de lithium peuvent à l’inverse vous aider à « calmer le jeu » sans pour autant vous faire aucun mal ni laisser de séquelles…

Si le catholicisme est une précieuse aide, il est important me semble-t-il et dans la société actuelle de ne pas s’appuyer extérieurement sur lui pour ce point précis (surtout tant que vous serez en difficulté personnelle), en revanche, pour en défendre ce qui paraîtra une opinion et concrètement « surréaliste ». Si le mieux est d’éviter le sujet car il est très souvent mal posé, il est bon néanmoins de se constituer des arguments et une culture sur la question. La preuve : c’est à cause d’un certain « air du temps » que vous vous y êtes laissé prendre.

Si vous le souhaitez, je peux développer des aspects de mon précédent post, notamment ceux psychologiques et ayant trait à des formes de maladie (formes non reconnues toutes officiellement telles car il faudrait admettre un sens et une cause éthique, n’ayons pas peur des mots), ou vous donner des exemples tirés de la réalité vraie. A vous de me dire… Je vous assure que c'est sans répartie quand on creuse le sujet.

Par rapport à ces cultures ancestrales (qui ont été dévoyées pour répondre au laxisme ambiant qui entend « techniquement » s’en inspirer), ce qui me frappe, c’est que toutes prônent plus que du respect : le « partenaire »est vu dans une dimension sacrée, et non idolâtrique, par conséquent nous-mêmes et notre corps aussi. Ce qui rejoint très bien et peut se couronner par le corps « temple de l’esprit », concept chrétien. Non, ce n’est pas de la superstition ou du blasphème, c’est un sens du sacré certes différent de celui dû à l’eucharistie par exemple, au calice, etc. mais de fait, ici-bas et pour une vie humaine, en dehors de toute transcendance qui suppose et pose des questions, l’amour humain est bien ce qui l’est le plus !
Et donc le moindre baiser, la moindre caresse, la moindre friction, avant de considérer la sensation provoquée, doit être l’expression de ce que nous sommes de mieux, de nos meilleurs sentiments, et ainsi la sensation délicieuse en prend la valeur et y donne un épanouissement qui en retour, nous enrichit et c’est un échange entre 2 personnes qui là s’y dévoilent et s’y découvrent dans leur plus nue vérité et non une idée transmise par un geste et reçue par un système nerveux qui nous offre un plaisir, en cercle fermé.

C’est à mon avis cela qui manque le plus aujourd’hui, ce sens là. Qui n’a rien de folklorique ni ésotérique. Il ne s'agit pas de brûler de l'encens ou de se parfumer aux huiles essentielles, de mettre une lumière machin ou des pétales de roses, même si cela peut participer et servir d'expression ou de contexte, de "signe".
Car cela n’est pas possible avec n’importe qui, pas même s’il y a du désir, ni sans connaissance approfondie de l’autre et donc durée. Cela engage bien plus que ce qu’on veut voir si on s’arrête à la technique. Certaines de ces cultures anciennes prétendent que ce sont tous les ancêtres qui s’unissent, les lignées (à l’égard desquelles elles ont un profond respect de l’ordre de la gratitude).

Même dans la culture chrétienne aujourd’hui, il manque souvent certains fondamentaux naturels dans la façon de considérer l’amour conjugal et c’est très dommageable. Car le catholicisme s’intéresse au surnaturel, au mystique, et souvent se désintéresse trop des aspects techniques, ce qui peut expliquer en partie des désertions.

Ce qui ne veut pas dire que ceux qui se sont entiché de ces cultures et de leurs pratiques ne le font pas parfois dans des dispositions sinon mauvaises, du moins imparfaites, mais beaucoup sont dans une recherche sincère et permettent au moins un dialogue. Et au moins luttent aussi contre notre société matérialiste, consumériste, etc. Même si leur intérêt est trop centré sur leur personne et parfois ses plaisirs, réduisant leur développement personnel à des dimensions qui excluent la prédominance du surnaturel.

Cette prédominance doit s’éprouver et se manifester dans toutes les dimensions de la vie, c'est à nous de les en imprégner, sans quoi elle tombe vite dans le leurre ou le mensonge.

Avatar de l’utilisateur
Bibracte
Ædilis
Ædilis
Messages : 33
Inscription : mar. 08 janv. 2019, 23:43
Conviction : Catholique Romain

Re: Abstinence sexuelle et masturbatoire : conséquences médicales ?

Message non lu par Bibracte » ven. 20 nov. 2020, 16:28

cmoi a écrit :
jeu. 19 nov. 2020, 6:53

Pour le taoïsme, l'éjaculation est une perte de liquide et donc d'énergie. Cela ne doit pas être trop fréquent et plus on vieillit, moins ce doit être fréquent. (D'où "l'étreinte réservée", que l'Eglise a longtemps bannie à tort parce qu'elle n'en a pas compris les attendus et l'esprit, ni surtout cru la réelle possibilité sans y voir une perversion libidineuse, alors que c'est le contraire et qu'elle aurait pu y trouver beaucoup)
Excusez-moi cmoi, mais il me semble que l'étreinte réservée a toujours été, et est toujours, réprouvée par l'Eglise...
Veritas liberabit vos (Jn 8, 32)

Avatar de l’utilisateur
Désird'humilité
Quæstor
Quæstor
Messages : 219
Inscription : jeu. 08 août 2019, 22:15
Conviction : Disciple de Notre Seigneur Jésus

Re: Abstinence sexuelle et masturbatoire : conséquences médicales ?

Message non lu par Désird'humilité » ven. 20 nov. 2020, 19:42

cmoi a écrit :
ven. 20 nov. 2020, 9:16
Vous êtes en train de vous accuser d’un péché, de la même façon dont on accuse 80 kilos sur une balance. Et c’est très bien.
Cela montre qu’à présent, vous avez identifié les forces en présence, et suffisamment enlevé les masques pour savoir : votre objectif (la chasteté), qui sont vos amis et qui vos ennemis. Même si les masques ne sont pas tous ni complètement ôtés.
De la même façon dont un obèse qui a décidé de perdre du poids continue à vivre, il n’empêche que son surpoids lui a suffisamment « pourri » la vie (maintenant qu’il a compris que les quelques avantages que cela lui offrait étaient de la fumisterie) pour que ce soit son objectif prioritaire et celui auquel il a décidé d’attacher sa vie (son attention, etc), pour le temps que cela lui prendra. Ensuite il pourra se redonner d’autres objectifs, cela en sera la conséquence car une partie lui est devenue hors de portée à cause de cet handicap.
Il ne s’agit pas « d’y penser tout le temps », mais de se donner une discipline et de s’y tenir : heure de lever et de coucher, situations de tentations à éviter et comment, parades à appliquer, compensations honnêtes à mettre en place, etc.

C’est tout à fait dans l’esprit de St Ignace, lequel m’avait fait croire que vous étiez au bord du précipice et non tombé dedans (à savoir sa recommandation de tout juger au mieux de la charité).
Du coup ma réponse était un peu décalée, mais pas trop.
La religion catholique est d’un profond soutien dans ce genre de combat, ne serait-ce que pour déterminer ce qui est bien et quel mal éviter. Elle a l’expérience de ces difficultés que vous allez connaître, il est important que vous ne vous sachiez pas seul dans ce combat : plein d’autres jeunes cathos y sont passés et s’en sont sortis, il ne faut jamais baisser les bras ni pactiser avec le mal, plus tard il en prendra sinon une forme bien plus difficile à battre (Jésus en a illustré le cas par l’histoire des 7 démons). Peu importe lesquels, peu importe pourquoi eux ou vous et pas d’autres, de toutes les façons il y aura toujours un combat et pour le moment c’est celui-là le vôtre.
Sauf erreur ou ignorance de ma part vous concernant, car sans doute y a-t-il d‘autres fronts où vous pourriez vous battre, mais quand celui-ci existe, il doit la plupart du temps être prioritaire. Il est bon ainsi d’isoler ses ennemis pour les battre un par un, cela nous renforce aussi et n’exclut pas au passage d’en éliminer d’autres.

Votre confesseur vous donnera (ou le devrait) des « tactiques simples » mais qui ont fait leur preuve, genre : penser à autre chose quand l’idée en vient, compter de 1000 à 1 et en général, on s’endort avant d’avoir fini sans plus penser à ce qui nous taraude. Ou se lever et consulter le forum « cité catholique », lire un bon livre, bref, je pense qu’il sera de bon conseil compte tenu de votre cas précis. Eviter l’alcool et le tabac, la pornographie et l’érotisme évidemment, les conversations « licencieuses », pratiquer un sport, éviter une cuisine trop riche en épices ou « chargée » (outre que certains aliments sont réellement aphrodisiaques), etc.
Pour votre info, si en plus vous avez une tendance à la déprime, des granions de lithium peuvent à l’inverse vous aider à « calmer le jeu » sans pour autant vous faire aucun mal ni laisser de séquelles…

Si le catholicisme est une précieuse aide, il est important me semble-t-il et dans la société actuelle de ne pas s’appuyer extérieurement sur lui pour ce point précis (surtout tant que vous serez en difficulté personnelle), en revanche, pour en défendre ce qui paraîtra une opinion et concrètement « surréaliste ». Si le mieux est d’éviter le sujet car il est très souvent mal posé, il est bon néanmoins de se constituer des arguments et une culture sur la question. La preuve : c’est à cause d’un certain « air du temps » que vous vous y êtes laissé prendre.

Si vous le souhaitez, je peux développer des aspects de mon précédent post, notamment ceux psychologiques et ayant trait à des formes de maladie (formes non reconnues toutes officiellement telles car il faudrait admettre un sens et une cause éthique, n’ayons pas peur des mots), ou vous donner des exemples tirés de la réalité vraie. A vous de me dire… Je vous assure que c'est sans répartie quand on creuse le sujet.

Par rapport à ces cultures ancestrales (qui ont été dévoyées pour répondre au laxisme ambiant qui entend « techniquement » s’en inspirer), ce qui me frappe, c’est que toutes prônent plus que du respect : le « partenaire »est vu dans une dimension sacrée, et non idolâtrique, par conséquent nous-mêmes et notre corps aussi. Ce qui rejoint très bien et peut se couronner par le corps « temple de l’esprit », concept chrétien. Non, ce n’est pas de la superstition ou du blasphème, c’est un sens du sacré certes différent de celui dû à l’eucharistie par exemple, au calice, etc. mais de fait, ici-bas et pour une vie humaine, en dehors de toute transcendance qui suppose et pose des questions, l’amour humain est bien ce qui l’est le plus !
Et donc le moindre baiser, la moindre caresse, la moindre friction, avant de considérer la sensation provoquée, doit être l’expression de ce que nous sommes de mieux, de nos meilleurs sentiments, et ainsi la sensation délicieuse en prend la valeur et y donne un épanouissement qui en retour, nous enrichit et c’est un échange entre 2 personnes qui là s’y dévoilent et s’y découvrent dans leur plus nue vérité et non une idée transmise par un geste et reçue par un système nerveux qui nous offre un plaisir, en cercle fermé.

C’est à mon avis cela qui manque le plus aujourd’hui, ce sens là. Qui n’a rien de folklorique ni ésotérique. Il ne s'agit pas de brûler de l'encens ou de se parfumer aux huiles essentielles, de mettre une lumière machin ou des pétales de roses, même si cela peut participer et servir d'expression ou de contexte, de "signe".
Car cela n’est pas possible avec n’importe qui, pas même s’il y a du désir, ni sans connaissance approfondie de l’autre et donc durée. Cela engage bien plus que ce qu’on veut voir si on s’arrête à la technique. Certaines de ces cultures anciennes prétendent que ce sont tous les ancêtres qui s’unissent, les lignées (à l’égard desquelles elles ont un profond respect de l’ordre de la gratitude).

Même dans la culture chrétienne aujourd’hui, il manque souvent certains fondamentaux naturels dans la façon de considérer l’amour conjugal et c’est très dommageable. Car le catholicisme s’intéresse au surnaturel, au mystique, et souvent se désintéresse trop des aspects techniques, ce qui peut expliquer en partie des désertions.

Ce qui ne veut pas dire que ceux qui se sont entiché de ces cultures et de leurs pratiques ne le font pas parfois dans des dispositions sinon mauvaises, du moins imparfaites, mais beaucoup sont dans une recherche sincère et permettent au moins un dialogue. Et au moins luttent aussi contre notre société matérialiste, consumériste, etc. Même si leur intérêt est trop centré sur leur personne et parfois ses plaisirs, réduisant leur développement personnel à des dimensions qui excluent la prédominance du surnaturel.

Cette prédominance doit s’éprouver et se manifester dans toutes les dimensions de la vie, c'est à nous de les en imprégner, sans quoi elle tombe vite dans le leurre ou le mensonge.
Je vais vous répondre de manière beaucoup plus courte que tout ce que vous avez pu me dire, mais parce que vos conseils,je les relirai quand je serais proche de la chute et quand j'en aurai à nouveau besoin.

Sachez, en tout cas, que oui, je pense qu'il faut vraiment prendre cet ennemi en face. J'ai mis du temps à le comprendre mais maintenant je le fais. J'ai déjà prié pour des jeunes qui avaient ce problème et je sais qu'on peut s'en sortir et j'ai trouvé des tas d'astuces. Le pire moment dans lequel on peut sombrer peut toujours être changé. Se dire "c'est foutu" précisément à ces moments-là peut faire tomber... Mais chaque chute doit être vue comme une occasion de se relever ! Et en cela, oui, le catholicisme et la confession, ainsi que les vies de saints, les Écritures etc... Nous aident.

Sinon, pour le reste, je préfère ne pas développer d'argumentation sur le sujet. Comme le veut le Padre Pio, je ne veux pas discuter avec le Diable. Je veux plutôt me défaire d'anciennes habitudes que j'ai pu avoir (regarder le derrière des femmes dans la rue, regarder du porno, caresser des pensées érotiques quand elles arrivent au lieu de chercher à les chasser etc...) et je sais que "passer à autre chose " quand ça arrive est une meilleure chose que chercher des arguments-contre arguments dans une question qui ne relève pas de la théologie de haut niveau mais bien de la sophistique mondaine ! Je ne veux pas m'y perdre !

Sur le reste, vous avez raison. Rien à dire de plus ! Tout cela doit être lié à la fin de l'objectification du corps de l'autre et donc à la chasteté avant le mariage.
Je suis catéchumène.

cmoi
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1624
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: Abstinence sexuelle et masturbatoire : conséquences médicales ?

Message non lu par cmoi » sam. 21 nov. 2020, 6:14

Désird'humilité a écrit :
ven. 20 nov. 2020, 19:42
Se dire "c'est foutu" précisément à ces moments-là peut faire tomber...
Bien vu ! C'est comme pour une épreuve sportive, ou un concours de chant ou d'autre chose : il y a des moments clé où "il ne faut pas se rater" donc ne pas se laisser distraire et rester concentré sur son objectif, motivé !
Désird'humilité a écrit :
ven. 20 nov. 2020, 19:42
Mais chaque chute doit être vue comme une occasion de se relever !
Oui. Il y a cette merveilleuse parole qui nous vient de St Louis : " un péché n'est honteux que lorsqu'on s'y abandonne"
Et sinon, c'est l'occasion de refaire un point avec soi-même, de s'humilier et dans cette humilité, de "voir" le chemin parcouru et celui qui reste à faire. Parfois on se dit que "çà roule", on ne fait plus de grosses fautes et on se croit "arrivé" : nous voilà rappelé à la réalité, et cela ne doit être qu'une occasion de "serrer" Jésus plus fort, de nous faire tout petit dans ses bras
Désird'humilité a écrit :
ven. 20 nov. 2020, 19:42
Sinon, pour le reste, je préfère ne pas développer d'argumentation sur le sujet.
Vous avez raison. Je me suis d'ailleurs un peu trop emballé quand j'écrivais... Et je n'avais pas assez tenu compte de votre titre ciblé : conséquences médicales.
Il n'y en a évidement aucune à rester chaste, qu'une grande tranquillité. La période de puberté/début d'adolescence une fois passée, dont le "réglage de la machine" entraîne quelques pollutions nocturnes (qui en sont pas des péchés !) .
Il peut arriver des "excitations" involontaires. Mais l'excédent est évacué ensuite avec les urines (ou pareil : pollution). Vous savez, le mécanisme de la reproduction chez l'homme a, tout comme celui de la femme mais en plus discret, un cycle...
C'est au contraire quand on n'est pas chaste qu'il y en a. L'évacuation de l'excèdent se fait plus tardivement et en attendant c'est plus douloureux et peut être un motif de gêne et de chute. Or, quand même il y aurait eu l'éjaculation, si elle s'est faite dans un contexte qui n'était pas entièrement satisfaisant, où l'oblation de la personne n'était pas complet, n'intégrant pas ses plus hautes dimensions, il y a eu un remue-ménage qui laisse un reliquat et aussi des traces dans tout le corps selon ce qui s'est passé, et qui ne sont pas positives. Le relâchement n'a pas été complet.
Le psychosomatique, cela existe !
Des caresses impropres peuvent avoir le même effet que des coups reçus dan un match de rugby ou de boxe ...
Les scientifiques s'étonnent que le sperme se soit appauvri et que le nombre et l'intensité des éjaculations soient moins fortes chez nos contemporains : il n'y a pas à chercher l'explication bien loin, à mon avis, que dans nos moeurs, même s'il peut y en avoir d'autres..

cmoi
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1624
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: Abstinence sexuelle et masturbatoire : conséquences médicales ?

Message non lu par cmoi » sam. 21 nov. 2020, 6:29

Bibracte a écrit :
ven. 20 nov. 2020, 16:28
Excusez-moi cmoi, mais il me semble que l'étreinte réservée a toujours été, et est toujours, réprouvée par l'Eglise...
C'est moi qui vous remercie et sans doute vous qui avez raison. J'ai dû prendre mes désirs pour une réalité en lisant une "ouverture".
De fait, je crois que l'église reconnaît maintenant déjà que ce n'est ni une méthode contraceptive, ni un moyen d'optimiser le délice (même si cela peut l'être indirectement ce sont 2 conséquences indirectes - donc au même titre que certains traitements médicaux rendant stérile provisoirement ne sont pas des empêchements à s'accoupler pour l'Eglise, ces motifs de refus disparaissent ).
Il me semble qu'elle le condamnait encore parce que cela peut laisser une sorte de frustration contraire à l'ordre naturel. Il est vrai que cette "méthode" (au final peu essayée en occident et donc peu connue vraiment) n'est pas accessible à tous sans des préalables, et que ce risque est réel.
Pire, elle a pu être reprise par des qui y virent... ce que l'Eglise a reconnu qui n'y était pas.
A mes yeux elle est donc en chemin pour l'accepter, comme un moyen privilégié de communion des personnes, si en effet il n'en résulte aucune frustration et vu que c'est bien là la conséquences normale et minimale de ce qu'il est : après tout, c'est ce qu'elle fait déjà avec des réserves (cause : frustration, qui se retourne ensuite en tentations de luxure), face à un acte qui serait interrompu sans jet de semence, me semble-t-il... et qui ne relèverait d'aucun nom "technique"

Bon, ceci dit, en évoquant cette pratique je m'étais un peu éloigné du sujet central

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 22 invités