La femme "libre" de notre société vue par une femme

« Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu'il sache discerner le bien du mal » (1R 3.9)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions morales et éthiques. Certaines discussions de ce forum peuvent heurter la sensibilité des jeunes lecteurs.
élie
Civis
Civis
Messages : 8
Inscription : lun. 21 sept. 2015, 21:07

La femme "libre" de notre société vue par une femme

Message non lu par élie » jeu. 01 oct. 2015, 21:14

Bonjour,

Voilà, je me pose quelques questions sur la position de la femme dans notre société.

En effet, lorsque je dis que je suis catholique (non baptisée, mais c'est qu'une question de temps vu, que je le serais bientôt et que je suis croyante depuis un bon moment déjà), on me répond souvent que la femme est soumise, très dévalorisée et sans droits etc. dans l'église. Moi, je trouve que c'est dans notre société qu'elle l'est. Je m'explique :

- être mère et s'occuper de ses enfants est mal vu. Les femmes qui font ce choix sont considérées comme n'ayant aucune ambition professionnelle. Elles sont dévalorisées dans ce qu'il y a de plus beau dans une vie de femmes. Ce sont des femmes soumises (dans le sens d'esclave à leur mari).
Moi je trouve normal de vouloir élever ses enfants et de ne pas travailler au moins lorsqu'ils sont petits. Je trouve cela aberrant de les laisser à six semaines chez une nourrice (le temps que l'état nous accorde en congé maternité : sixx semaines avant la grossesse et six semaines après l'accouchement). Ça veut dire que je devrais travailler pour payer une femme qui aura la joie de passer du temps et d'élever mon enfant? Si je peux l'éviter je ne vois pas pourquoi je ne le ferais pas. Lorsque je dis ça, les réflexions fusent.

- Nous sommes à une époque où l'ont dit que la femme est libre, libérée et doit le rester.
OK mais que dire de la pression sociale qui "oblige" les jeune filles enceinte à avorter, car elles n'ont pas l'âge acceptable être mère (entre 20 et 30 ans. Et des fois même 20 c'est considéré comme trop jeune). Que dire de cette presque "obligation sociale" à avorter lorsque le père abandonne la jeune fille ou femme? Et que dire de l'obligation sociale d'avorter lorsque notre enfant n'est "pas normal".
J'ai eu cette discussion il y a deux jours avec un amie qui me disait "tu garderas qu'en même pas un trisomique?". Sa question m'a choquée. La vraie question est pourquoi ne devrais-je pas le garder. Elle a enchaîné en me demandant "et si tu te fais violer". Ce à quoi j'ai répondu "c'est sûr j'avorterais, car c'est la faute du bébé si cela m'arrive. Je détruirais le coupable". Je crois qu'elle n'a pas compris l'ironie de mes propos. Pourquoi est-ce que la société voit ces enfants-là comme des monstres. C'est pas leur faute. J'irais jusqu'à dire que si quelque chose comme ça m'arrive, peut-être que cet enfant sera le seul moyen de ne pas sombrer. Je n'en sais rien au fond, et je prie pour ne jamais le savoir, mais je trouve ça horrible de partir du principe que ce bébé doit mourir.

On dit que la femme est libérée? Ok alors pourquoi lorsqu'une femme ne se maquille pas ou très peu et s’habille décemment (sans trop montrer ses jambes, son décolleté ou ses formes on lui dit "tu ne trouveras pas de mec", "quel dommage que tu ne te mettes pas en valeur" et d'autres choses comme celles-là.

Pourquoi si la femme est libre et respectée se sent-elle obligée d'avoir des rapports sexuels dès le premier mois avec un homme pour espérer le garder? (Résultat de discussions avec des copines et copains qui se moquent "gentiment" selon eux de mon côté "puritain". Si on couche pas, on est forcément une coincée, frigide inutile et sans intérêt pour un homme.

Pourquoi les femmes sont-elle souvent à moitié (ou totalement nues) dans des publicités même s'il s'agit de vendre du fromage ou une bague. A mon arrêt de métro, il y a vraiment une affiche pour vendre une bague et on voit clairement que la mannequin n'a pas de haut (même si on ne voit pas sa poitrine)

Moi je trouve que la femme est loin d'être libre et que notre société la rabaisse au niveau d'objet servant à attiser le désir masculin.

C'est vrai que ce soir je suis agacée car je travaille dans le même bureau qu'une femme très sexy. Elle est toujours en robe avec des hauts talons. Ses tenues sont toujours très courtes et il m'est arrivée d'apercevoir ses dessous. Une vraie femme selon certains de mes collègues. Ils m'ont fait comprendre aujourd'hui que mes tenues ne font pas "adultes". Stop donc aux pantalons avec ballerines, aux pulls à col roulé et aux jupes qui arrivent au genoux. Allons sortons les formes et montrons le corps. Maquillons-nous aussi, car il faut avoir honte de son visage s'il n'est pas peint. Ton allure fait trop jeune on dirait que tu as à peine 20 ans (j'en ai 26). Si tu faisais un effort tu pourrais être belle". (C'est ce qu'on m'a dit aujourd'hui).

Je travaille dans l'administration donc je n'ai pas le droit de parler de Dieu ou de religion au nom de la laïcité. Quelle liberté!

Mais religion mise à part, est-il normal qu'une société pense de cette façon vis-à-vis des femmes? Je ne suis pas macho ni sexiste, je suis une femme fière de l'être. Je voudrais que la société arrête de me considérer au choix comme une salary-women carriériste qui ne doit pas élever ses enfants elle-même au nom de l'égalité des sexes (nos grands-mères ne se sont pas battues pour ça) soit comme un objet de désir.

Je vous remercie de m'avoir lu et je m’excuse pour le ton de ce message qui, je le reconnais, est assez agressif.

J'avais besoin de me libérer, de parler et vider mon sac. Peut-être que je me trompe sur toute la ligne. la société a évolué par rapport aux femmes. Souvent en bien. Malheureusement aussi en mal. Je crois que ma grand mère (malgré certains droits inexistants il faut le reconnaître) était parfois plus respectée que moi en temps que femme.

Merci.

Avatar de l’utilisateur
Héraclius
Consul
Consul
Messages : 3390
Inscription : lun. 30 sept. 2013, 19:48
Conviction : Catholique

Re: la femme "libre" de notre société vue par une femme.

Message non lu par Héraclius » ven. 02 oct. 2015, 1:18

Je ne suis pas une femme, loin s'en faut ( :p ) mais je dois avouer faire un constat similaire de mon très extérieur point de vue.


Dieu vous bénisse ! Soyez une vraie femme libre, selon votre conscience et selon Dieu.
''Christus Iesus, cum in forma Dei esset, non rapínam arbitrátus est esse se æquálem Deo, sed semetípsum exinanívit formam servi accípiens, in similitúdinem hóminum factus ; et hábitu invéntus ut homo, humiliávit semetípsum factus oboediens usque ad mortem, mortem autem crucis. Propter quod et Deus illum exaltávit et donávit illi nomen, quod est super omne nomen, ut in nómine Iesu omne genu flectátur cæléstium et terréstrium et infernórum.'' (Epître de Saint Paul aux Philippiens, 2, 7-10)

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9416
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: la femme "libre" de notre société vue par une femme.

Message non lu par PaxetBonum » ven. 02 oct. 2015, 7:39

Bien Chère Elie,

Merci pour votre intervention.
Comme vous parlez vrai et juste.
Le monde a horreur de la vérité car il rejette Celui qui est la Vérité.
Parler vrai comme vous le faîtes vous amènera beaucoup d'inimitié mais vous amassez un trésor la où la teigne et la rouille ne détruisent point. Et des teigneux et des rouillés de l'intelligence, vous allez en affronté.
En ce jour des Saints anges gardiens, je prie que le vôtre vous accompagne toute votre vie dans la Paix de la Vérité et la Joie de la Foi !
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
Milla
Barbarus
Barbarus

Re: La femme "libre" de notre société vue par une femme

Message non lu par Milla » sam. 03 oct. 2015, 11:22

Bonjour Élie,

Je pense que notre société demande souvent aux femmes de jouer les équilibristes, et tape sur celles qui penchent trop d'un côté ou de l'autre :

- c'est bien d'être séduisante, mais trop l'être c'est ne pas se respecter ;
- une fille qui ne couche pas est une prude coincée, une fille qui couche beaucoup une salope ;
- une femme qui se rêve en mère de famille nombreuse au foyer est passéiste, une femme qui ne veut pas avoir d'enfants est anormale ;
- une femme a le droit d'avorter, et "doit" avorter dans certains cas (mineure, handicap...) mais l'acte ne doit pas se reproduire trop souvent et avoir un minimum de conséquences psychologiques, etc.

C'est sûr, il y a des progrès à faire. Ceci dit, je n'envie pas forcément ma grand-mère ou mon arrière-grand-mère. Je peux voter, ouvrir un compte et travailler sans l'accord de mon conjoint, la contraception est autorisé et la loi ne me demande pas d'obéir à mon mari : ce ne sont pas des choses auxquelles je renoncerais sans regrets.
Enfin, ce n'est pas parce que la société française est loin d'être parfaite que l’Église n'a rien à se reprocher. On ne peut pas dire que Madame Michu est une sainte uniquement parce que sa voisine a des défauts.

Bien à vous.

Avatar de l’utilisateur
Marie du 65
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1740
Inscription : ven. 10 avr. 2015, 21:00
Localisation : LOURDES 65100

Re: La femme "libre" de notre société vue par une femme

Message non lu par Marie du 65 » sam. 03 oct. 2015, 12:34

Bonjour Chère Milla,

En effet nous les femmes avons un rôle à tenir sinon nous sommes vites jugées sur ce que nous sommes.

L'indépendance de la femme de nos jours est une chose (pour moi) acquise, pourquoi devrions nous nous rabaisser face aux hommes, chacun sa place et c'est mieux ainsi.

J'ai toujours été une femme coquette, je me maquille et m'habille comme bon me semble, je ne cherche pas la provocation mais être bien dans ma peau et le qu'en-dira-ton me laisse de glace,je ne vous parle pas de mini-jupe mais ce que je porte est correct!!!

I'ai élevé deux de mes filles la troisième a été élevée par une nourrice et je n'ai jamais eu à me plaindre de ce choix.

En ce qui concerne l'avortement je n'aurai pas pu "tuer" un enfant, maintenant il y a 41 ans de cela.J'ai été violée devant une de mes petites filles (elle avait 2 ans à l'époque), Dieu merci elle ne s'en souvient pas, maintenant si j'étais tombée enceinte d'un inconnu qu'aurais je fais.....Je me pose la question aujourd'hui!!!!!

Je pense, Milla, que nous devons rester femme et ne pas toujours se poser de questions ou bien écouter Pierre, Paul ou Jacques.

Cela ne m'empêche pas d'être croyante-pratiquante et d'aimer Dieu, les épreuves qu'IL m'a donné m'ont fait grandir dans la Foi!!

Amicalement

Marie
Tu Aimeras ton Prochain comme Toi-même

Près de Notre Saint Père

Avatar de l’utilisateur
Héraclius
Consul
Consul
Messages : 3390
Inscription : lun. 30 sept. 2013, 19:48
Conviction : Catholique

Re: La femme "libre" de notre société vue par une femme

Message non lu par Héraclius » sam. 03 oct. 2015, 12:43

Chère Milla,


Je ne sais pas ce qu'en pense Elie, mais il me semble que le "statement" ici est simplement de critiquer l'hypocrysie de l'idéal de la "femme libre" donné par la société. Pas particulièrement de louer le passé et l'idéal féminin de la révolution industrielle ou de l'avant guerre avec sa hiérarchie assumée au sein du couple. (Au moins, la seule pression qui contraint les femmes à se conformer à l'idéal dominant aujourd'hui est sociale, pas légale).

Je trouve très intéréssant votre idée de la "femme équillibriste". Je ferrais la simple remarque que, plus les années passent, plus la balance de l'équillibre penche du côté dit "progressiste".
''Christus Iesus, cum in forma Dei esset, non rapínam arbitrátus est esse se æquálem Deo, sed semetípsum exinanívit formam servi accípiens, in similitúdinem hóminum factus ; et hábitu invéntus ut homo, humiliávit semetípsum factus oboediens usque ad mortem, mortem autem crucis. Propter quod et Deus illum exaltávit et donávit illi nomen, quod est super omne nomen, ut in nómine Iesu omne genu flectátur cæléstium et terréstrium et infernórum.'' (Epître de Saint Paul aux Philippiens, 2, 7-10)

Avatar de l’utilisateur
Marie du 65
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1740
Inscription : ven. 10 avr. 2015, 21:00
Localisation : LOURDES 65100

Re: La femme "libre" de notre société vue par une femme

Message non lu par Marie du 65 » sam. 03 oct. 2015, 13:03

Bonjour élie,

Il est vrai que je ne me suis pas adressée directement à vous, veuillez m'en excuser ; et pourtant j'avais bien lu votre message.

Ce que vous nous narrez est très intéressant et ne pensez surtout pas que vous êtes une femme "hors norme", si l'on vous fait des réflexions sur votre habillement ou autres, ayez le courage de répondre avec tact mais avec fermeté.

Non, la Femme n'est pas un objet que l'on "prend" ou que l'on "jette" au gré de ses envies.

Restez telle que vous êtes une jeune Femme de 26 ans qui a ses idées et ne vous laissez pas influencer par quiconque.

Que Dieu vous garde !

Marie
Tu Aimeras ton Prochain comme Toi-même

Près de Notre Saint Père

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9416
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: La femme "libre" de notre société vue par une femme

Message non lu par PaxetBonum » sam. 03 oct. 2015, 16:54

Milla a écrit :Je peux voter, ouvrir un compte et travailler sans l'accord de mon conjoint, la contraception est autorisé et la loi ne me demande pas d'obéir à mon mari : ce ne sont pas des choses auxquelles je renoncerais sans regrets.
Chère Milla,

Il est amusant de voir toujours ces mêmes arguments revenir.
Voter ? Les femmes n'ont pas attendu cela pour gouverner la France.
Ouvrir un compte ? Les hommes étaient payés en liquide et confiaient l'argent à leurs femmes.
Travailler ? Montrez moi une époque où les femmes n'ont pas travaillé d'arrache-pied ?
La contraception n'est pas une liberté mais une contrainte imposée au mari : 'j'ai des enfants si je veux quand je veux".

Bref rien de bien libéré là-dedans.
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
edouard1
Censor
Censor
Messages : 111
Inscription : lun. 29 juin 2015, 12:16
Conviction : catholique

Re: La femme "libre" de notre société vue par une femme

Message non lu par edouard1 » dim. 04 oct. 2015, 10:56

Bonjour élie,

Vous avez mille fois raison ! Vous refusez ce qu'impose la société pour les femmes, vous vous sentez libre comme ça.
Je suis particulièment d'accord avec vous en ce qui concerne l'avortement.
On parle bien souvent des femmes qui revendiquent le droit et la liberté d'avorter mais pas de celles qui revendiquent le droit de ne pas le faire.
"N'ayez pas peur, Mes enfants, Je ne suis pas un Dieu qui vient vous punir ou vous faire souffrir..."

Avatar de l’utilisateur
Milla
Barbarus
Barbarus

Re: La femme "libre" de notre société vue par une femme

Message non lu par Milla » dim. 04 oct. 2015, 11:40

Bonjour,

Marie,

Je suis désolée de l'évènement que vous rapportez. Ça a du être très dur pour vous.
Je me souviens d'un reportage qui revenaient sur la vie de plusieurs femmes africaines ayant donné naissance à un enfant issu de viols de guerre. D'après mes souvenirs, il y en avait une qui avait pardonné au violeur et disait aimer son enfant très fort malgré les circonstances, tandis que l'enfant d'une autre témoignait que sa mère avait toujours été froide et dure envers lui. Il me semble qu'elle regrettait de ne pas avoir pu avorter. C'est pas très précis ce que je raconte, mais ça montrait bien qu'il n'y a pas qu'une attitude possible face à un drame comme celui-là.

Héraclius,

Désolée de ne pas avoir été claire ! Sur le fond, je suis évidemment d'accord pour dire que la situation des femmes françaises est loin d'être toute rose et que des contraintes pèsent sur elles.

PaxetBonum,

Je me contente de noter qu'aujourd'hui un mari ne peut pas interdire à sa femme de travailler et que celle-ci peut ouvrir un compte sans son autorisation (1965, pour la vidéo un peu kitsch). Ces deux choses vont dans le sens de plus de liberté pour la femme, ne serait-ce que symboliquement. Vous pouvez le regretter si vous voulez.
Je pense que la plupart des hommes n'ont rien contre la contraception. Ce n'est d'ailleurs pas exclusivement une affaire de femmes, les messieurs pouvant utiliser des préservatifs.

Avatar de l’utilisateur
prodigal
Amicus Civitatis
Amicus Civitatis
Messages : 1810
Inscription : mar. 09 juil. 2013, 10:32

Re: La femme "libre" de notre société vue par une femme

Message non lu par prodigal » dim. 04 oct. 2015, 12:42

Personnellement, Milla, je vous ai trouvé très claire, et judicieuse.
Il faut se méfier des fausses alternatives. Je ne vois pas au nom de quoi il faudrait imposer à la femme de choisir entre prostituée et bonniche, entre l'esclavage sexuel et l'esclavage non sexuel! D'ailleurs personne ne dit cela, c'est juste une équivoque à lever, car c'est un principe : un défaut n'excuse pas le défaut opposé.
La femme, qui est un être humain (au cas où il serait utile de le rappeler), est donc appelée à la liberté des enfants de Dieu.
Il est évidemment exact que nous en sommes loin, et que la société dans laquelle nous vivons en est loin.
Paix sur la Terre aux hommes de bonne volonté

Avatar de l’utilisateur
Marie du 65
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1740
Inscription : ven. 10 avr. 2015, 21:00
Localisation : LOURDES 65100

Re: La femme "libre" de notre société vue par une femme

Message non lu par Marie du 65 » dim. 04 oct. 2015, 12:59

Bonjour Milla,

Cela a été très difficile en effet, j'ai mis de longues années avant d'oublier et surtout à pardonner.
Cet homme se mariait huit jours après mon agression, c'est la gendarmerie qui m'a prévenu, ce souvenir me ramène à la réflexion de ma petite fille qui lorsqu'elle l'a vu devant la porte de mon domicile a dit spontanément " çà c'est le monsieur qui a battu ma maman"(la vérité sort de la bouche des enfants).

Je suis d'accord avec vous Milla chaque personne est différente et a le choix de ses actes, heureusement pour moi je prenais déjà à cette époque une pilule contraceptive.

Bien Cordialement

Marie
Tu Aimeras ton Prochain comme Toi-même

Près de Notre Saint Père

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 4530
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: La femme "libre" de notre société vue par une femme

Message non lu par Kerniou » dim. 04 oct. 2015, 14:40

En fait, le statut de la femme s'est standardisé. Dans les années d'après guerre seules les femmes des milieux privilégiés s'habillaient avec soin et se maquillaient, les autres n'en avaient pas les moyens ... Les autres se vêtissaient avec les moyens du bord. Elles étaient nombreuses à porter des socquettes de laine (les bas étaient trop chers !) dans des chaussures à semelle de bois avec leur jupes droites. Elle n'allaient pas souvent chez le coiffeur et encore moins chez l'esthéticienne ... Elles tenaient leurs cheveux avec des peignes et ne se maquillaient pas si ce n'est un peu de rouge à lèvres, dans les grandes occasions !
Autrefois les robes de mariées mettaient en valeur la virginité de la jeune fille, maintenant elles valorisent ses potentialités érotiques !!!
La féminité ne se limite pas au maquillage ni aux tenues sexy, heureusement...
Les femmes modestes ont commencé à travailler pour arrondir les fins de mois. La plupart géraient le budget mais certains hommes considéraient leur salaire comme leur argent personnel et leur femme gérait ce qu'ils leur laissaient du maigre salaire ou du peu qu'ils leur donnaient, au jour le jour, pour nourrir et vêtir les enfants ...
Vous avez raison, Ellie, habillez-vous comme vous le souhaitez, tous les hommes ne recherchent pas une femme sophistiquée et sexy !
Si vous souhaitez vous occuper de vos enfants, faites-le. Le congé parental est fait pour être utilisé ! Pour des raisons économiques, personnellement, j'ai dû continuer à travailler auprès d'autres enfants que les miens et je sais combien c'est frustrant ! Quand je repense à toutes ces années, j'ai le souvenir d'avoir couru: pour prendre le train, pour attraper l'autobus, pour arriver à l'heure à la sortie de l'école, j'ai couru, couru après le temps !
Tout n'est pas perdu ! Quand, plus tard, j'ai raconté cela à mes enfants, ils m'ont dit que j'avais été "une bonne mère "qui "s'arrangeait toujours" pour être là ...
Dernière modification par Kerniou le mar. 08 déc. 2015, 18:04, modifié 2 fois.
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Avatar de l’utilisateur
axou
Barbarus
Barbarus

Re: La femme "libre" de notre société vue par une femme

Message non lu par axou » dim. 04 oct. 2015, 17:09

Chère Elie,
je vais dire comme les copines : restez comme vous êtes ! Faîtes comme bon vous semble, en femme libre, c'est à dire alignée sur ses valeurs, à l'écoute de son coeur profond, dégagée du point de vue d'autrui qui n'a rien à dire, rien à juger sur votre manière de vous habiller, sur vos choix, sur votre vie privée.

élie a écrit : En effet, lorsque je dis que je suis catholique (non baptisée, mais c'est qu'une question de temps vu, que je le serais bientôt et que je suis croyante depuis un bon moment déjà), on me répond souvent que la femme est soumise, très dévalorisée et sans droits etc
toute critique sur l'Eglise, quelle qu'elle soit, est une occasion de témoignage et d'évangélisation. Inutile de discuter sur l'Eglise et la femme en général mais c'est l'occasion de témoigner de votre foi, comment cette présence d'un Dieu d'amour vous valorise, vous libère, vous réconcilie avec vous même et votre identité de femme. (enfin ça c'est mon vocabulaire ! à chacune son vocabulaire)
élie a écrit : . Ça veut dire que je devrais travailler pour payer une femme qui aura la joie de passer du temps et d'élever mon enfant? Si je peux l'éviter je ne vois pas pourquoi je ne le ferais pas. Lorsque je dis ça, les réflexions fusent.
Les réflexions fusent peut-être par jalousie devant une personne affirmée et au clair avec elle-même. Beaucoup de femmes considèrent secrètement le fait d'avoir des enfants comme des boulets au pied et ne l'assument pas, se le cachent à elle même et fuient leur culpabilité dans le travail. Vous, vous êtes au clair avec votre identité de vraie (future) maman, qui fait de vrais choix, qui ne suit pas le troupeau.
élie a écrit : - Nous sommes à une époque où l'ont dit que la femme est libre, libérée et doit le rester.
OK mais que dire de la pression sociale qui "oblige" les jeune filles enceinte à avorter, car elles n'ont pas l'âge acceptable être mère (entre 20 et 30 ans. Et des fois même 20 c'est considéré comme trop jeune). Que dire de cette presque "obligation sociale" à avorter lorsque le père abandonne la jeune fille ou femme? Et que dire de l'obligation sociale d'avorter lorsque notre enfant n'est "pas normal".
Vous avez raison, et cette pression social peut s'incarner par des proches ! j'ai lu sur un forum féminin que de nombreuses jeunes femmes avaient avorté parce qu'elles n'avaient pas su s'opposer à leur mère ou à leur compagnon et elles regrettaient amèrement ensuite ! Incroyable pour qu'on puisse faire une chose pareille sans en avoir fait le choix (si un tel choix est possible) mais pour suivre l'avis d'autrui. Ou est la liberté ? et à quoi a servi l'entretien préalable ?
élie a écrit : Pourquoi si la femme est libre et respectée se sent-elle obligée d'avoir des rapports sexuels dès le premier mois avec un homme pour espérer le garder? (Résultat de discussions avec des copines et copains qui se moquent "gentiment" selon eux de mon côté "puritain". Si on couche pas, on est forcément une coincée, frigide inutile et sans intérêt pour un homme.
C'est vrai, ou est la liberté si on s'oblige, par peur ou par conformisme au don de soi et à l'intimité ?
C'est une chose qui m'a toujours mise en colère que certaines femmes aient des relations physiques sans en avoir vraiment envie mais pour faire comme les autres ou par peur de dire non. (!)
J'ai lu une fois dans un article sur l'aloolisme que des jeunes femmes tombaient dans l'alcool car elles buvaient le soir "pour arriver à avoir des relations sexuelles". Au secours ! comment peut-on en arriver à si peu se respecter ?
Dans les discussions entre femmes, j'ai à plusieurs reprises reçu comme confidence que certaines femmes acceptaient certaines pratiques sexuelles qu'elle n'avaient pas envie de faire...sans commentaire. Je repète alors ce slogan : "l'homme propose, la femme dispose" !

C'est bien la peine d'avoir fait la révolution sexuelle, jeté des pavés, s'être émancipées et tout et tout, déclarer haut et fort qu'on allait vivre enfin ses vrais désirs pour que 50 ans plus tard, certaines ne respectent pas leur nature, leurs désirs, leur dignité.

élie a écrit : C'est vrai que ce soir je suis agacée car je travaille dans le même bureau qu'une femme très sexy. Elle est toujours en robe avec des hauts talons. Ses tenues sont toujours très courtes et il m'est arrivée d'apercevoir ses dessous. Une vraie femme selon certains de mes collègues.
Bon, ça les distrait vos collègues! pensez donc, dans un austère bureau, cette dame met un peu de piment, et elle se valorise ainsi pour combler un manque de valorisation intérieure.
élie a écrit : Ils m'ont fait comprendre aujourd'hui que mes tenues ne font pas "adultes". Stop donc aux pantalons avec ballerines, aux pulls à col roulé et aux jupes qui arrivent au genoux. Allons sortons les formes et montrons le corps. Maquillons-nous aussi, car il faut avoir honte de son visage s'il n'est pas peint. Ton allure fait trop jeune on dirait que tu as à peine 20 ans (j'en ai 26). Si tu faisais un effort tu pourrais être belle". (C'est ce qu'on m'a dit aujourd'hui).
Ce sont des remarques intrusives dans les faits (on n'a rien à vous dire normalement, et qu'on vous laisse en paix), mais ce sont sans doute des compliments, déguisés en remarques. Vos collègues doivent vous trouver jolie mais peu disponible à leur charme alors ils attaquent un peu...
(mon avis sur le sujet, c'est qu'on s'habille comme on veut mais qu'un "relooking" de temps en temps avec une personne vraiment bienveillante, ça fait du bien. )
élie a écrit : Je crois que ma grand mère (malgré certains droits inexistants il faut le reconnaître) était parfois plus respectée que moi en temps que femme.
C'est à chaque femme de se faire respecter, de prendre le temps de savoir qui elle est vraiment et de quoi elle a envie, et de suivre sa route sans se laisser dévier ni heurter par le conformisme ambiant, qui existe à chaque époque.

Bien à vous,

Axou

Jeremy43
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1018
Inscription : dim. 29 sept. 2013, 22:12

Re: La femme "libre" de notre société vue par une femme

Message non lu par Jeremy43 » dim. 04 oct. 2015, 19:24

Bonjour Elie,

Si Jésus nous dit que nous vivons dans ce monde mais que nous n'appartenons pas à ce monde, ce n'est pas sans raison mais c'est une réalité ! le monde matériel est un monde déchu, coupé de la grâce et donc de la vie, il n'y a qu'en étant connecté au Christ, qui est la vie, qu'on redevient vivant, sans la grâce du Christ l'homme est limité à sa sphère animale, il n'a pas accès au monde spirituel et donc aux vertus Divines qui sont pourtant sa véritable vie, ce qui le nourrit intérieurement et est bien plus important que la nourriture physique.

Toutes les dérives viennent de là, sous prétexte de liberté, d'évolution, de "progrès" on a fait de l'homme moins qu'un animal, le mâle doit avoir de beaux pectoraux alors que la femelle doit avoir des formes arrondies... et cela ne concerne pas seulement les hommes mais tout : l'homme se fit aux apparences alors que ce qui compte c'est le fond et non la forme. Vous avez tout à fait raison de vomir cette société et ce type de raisonnement, Dieu le déteste aussi.

La beauté qui compte c'est celle qui est intérieure et la beauté intérieure transparaît toujours à l'extérieur.
Et que dire de l'obligation sociale d'avorter lorsque notre enfant n'est "pas normal".
C'est satanique, c'est tout, y a pas d'autre mot pour qualifier cela. Ces adorateurs du diable ont inventé le droit à avoir un enfant sain ! nous vivons à une époque qui n'a absolument rien à envier à celle des nazis, c'est l’eugénisme et on appelle ça les droits de l'homme.

Le Saint Curé d'Ars disait que plus on frequente les hommes moins on les aime, contrairement à Dieu. Si on veut vivre pour Jésus il faut accepter de fréquenter les hommes le moins possible car la vie intérieure requiert la paix, le silence. Une seule personne suffit pour être heureux : Dieu. Par contre entre frères et soeurs on peut se fréquenter, il y a d'ailleurs des délices à s'édifier dans la vertu dans la charité, c'est un lien très suave qui nous unit, c'est la bonne odeur du Christ et on se connait sans même avoir besoin de parler.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 40 invités