Simone Veil à l'Académie Française [l'avortement]

« Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu'il sache discerner le bien du mal » (1R 3.9)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions morales et éthiques. Certaines discussions de ce forum peuvent heurter la sensibilité des jeunes lecteurs.
jeanbaptiste
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 3091
Inscription : mer. 30 avr. 2008, 2:40

Re: L'intronisation à l'Académie Française de ce jour

Message non lu par jeanbaptiste » dim. 28 mars 2010, 15:35

Oui, nous sommes d'accord ;)

Gerald
Ædilis
Ædilis
Messages : 31
Inscription : dim. 06 sept. 2009, 15:37

Re: L'intronisation à l'Académie Française de ce jour

Message non lu par Gerald » dim. 04 avr. 2010, 0:09

Héloïse a écrit :Par ailleurs, je me sens découragée et c'est un faible mot, de voir si peu pratiqués l'amour et la compassion que le Christ nous a recommandé d'avoir les uns pour les autres, de lire ces phrases définitives écrites par des hommes qui n'ont visiblement jamais été confrontés à la détresse de telles femmes, qui jettent des mots et des jugements, comme autrefois on jetait la pierre.
La détresse ? quelle détresse dans tant de témoignages lus sur les forums doctissimo, comme celui-là par exemple, qui n'a rien d'exceptionnel.
Je reviens vous voir pour raconter mon après IVG:

réveille ce matin à 7h, me prépare pour aller à l'hôpital. une fois arrivée 8h30 on m'installe dans une chambre avec 3 autres filles ( très sympathique, on a papoté, bonne ambiance) on passe une par une, moi la dernière.

une fois changer, on me demande de faire une toilette intime avec un savon, ensuite prendre un cachet pour déstresser, et un suppositoire (par les fesses) contre les douleur.

on revient me voir 15 min avant mon tour pour me donner 2 autre cachet.

on y va c'est l'heure, infirmière très gentil, elle est restée à coté de moi pour m'expliquer tout ce qui se passe. notamment, le médecin commence par bien désinfecter, ensuite mettre (je me rappel plus du nom) le tube pour bien ouvrir le col, ensuite plusieurs piqures (4 si je m'en souviens bien) pour l'anesthésie.

pour les piqures d'anesthésie, aucune crainte du moins pour moi c'était comme une petite piqure comme chez le dentiste. faut penser à bien respirer et expirer et bien se détendre les muscles et tout le corps surtout les fesses le bas du dos et les jambes.

ensuite le médecin introduit l'appareil pour l'aspiration, on ressens que le médecin fait bouger des trucs mais sans aucune douleur, on sent juste qu'elle fait qqch, ce n'est ni désagréable ni gênant et encore moins douloureux.

et c'est fini! on retire tout, on vous essuie, on me refait rapidement une échographie pour voir si tout a bien été aspiré! on vous met une culotte avec une serviette hygiénique et je suis repartie dans la salle de repos avec les autres filles.

on chacune des nouvelles de l'autre si ça va, et d'après les autres elles l'ont pareillement vécu que moi.

l'infirmière me ramène des trucs à manger, un soupe, de la confiture du beurre et du pain. on nous redonne un suppositoire au cas ou on a mal.

je m'allonge sur le lit avec les couvertures, mon chéri rentre et vient à coté de moi, je lui raconte.

je commence à avoir des douleur bas du ventre, comme les douleurs des règles ni plus ni moins.

je reste me reposer encore une heure de temps, l'infirmière et le médecin revient nous voir pour s'assurer que tout va bien et pour nous expliquer qu'il faut revenir pour un contrôle dans 15 jours. avec une ordonnance de pilule pour 2 mois qui va favoriser la cicatrisation de l'utérus, et des anti douleur si toute fois on ressens le besoin, pas la peine de souffrir si on peut se soulager pas vrai?!!! :p

et voila je rentre chez moi accompagner de mon chéri.

fin de l'histoire :)
http://forum.doctissimo.fr/grossesse-be ... 8388_1.htm

La détresse, on en parle dans la loi. Mais y a-t-il seulement un début de contrôle de la situation de détresse ?

Selon l'article 122-5 du code pénal, "n'est pas pénalement responsable la personne qui, devant une atteinte injustifiée envers elle-même ou autrui, accomplit, dans le même temps, un acte commandé par la nécessité de la légitime défense d'elle-même ou d'autrui, sauf s'il y a disproportion entre les moyens de défense employés et la gravité de l'atteinte."

Pensez-vous qu'il faudrait, dans le cadre de la légitime défense, supprimer tout contrôle de la réalité de l'agression, de la nécessité de la défense (absence d'un autre moyen réaliste de se soustraire à l'attaque) ou de la proportionnalité de la riposte (fallait-il vraiment tirer dans le coeur alors qu'il suffisait de viser les jambes) ?

Pour la loi Veil, on invoque une situation de détresse dont la réalité n'est jamais contrôlée ! Les alternatives ne sont jamais proposées dans les centres de planning familial. Une situation de détresse purement subjective et souvent (lisez le forum doctissimo) inexistante, en tout cas si l'on donne à "détresse" le sens qu'il a en français. Un peu comme s'il suffisait d'invoquer la légitime défense pour que la justice laisse en paix celui qui tue un étranger qui l'a simplement regardé de travers.

S'il y avait un contrôle obligatoire et indépendant de la situation de détresse, s'il y avait une obligation d'essayer de proposer toutes les alternatives (une fois la détresse solidement établie), vous seriez un peu plus crédible, même si je serais toujours en désaccord avec vous car un foetus n'est pas un agresseur. En l'état du texte et de l'application de la loi Veil, vous ne l'êtes pas.

Ceci dit, Veil est sans doute moins condamnable que Giscard et Chirac.

Avatar de l’utilisateur
Damas Drive
Censor
Censor
Messages : 76
Inscription : sam. 30 janv. 2010, 22:11
Localisation : chemin de Damas

Re: L'intronisation à l'Académie Française de ce jour

Message non lu par Damas Drive » dim. 04 avr. 2010, 17:36

Bonjour (en particulier à Gérald) qui vient d'écrire un message qui m'a un peu choqué.
Vous venez de citer le témoignage qu'une jeune-fille a déposé sur le site Doctissimo... Elle c'est confiée à un site médical et vous, vous utilisez (en quelque sorte vous volez son message) pour le mettre sur un site pour catholiques contre l'avortement. Je trouve que c'est une drôle de pratique. Vous auriez tout aussi bien fait de résumer le message en quelques phrases avec des mots à vous si vous vouliez vraiment donner l'exemple de cette malheureuse et de son malheureux fétus.

Avatar de l’utilisateur
Anonymus
Senator
Senator
Messages : 730
Inscription : ven. 22 janv. 2010, 13:54

Re: L'intronisation à l'Académie Française de ce jour

Message non lu par Anonymus » dim. 04 avr. 2010, 18:34

Elle laisse son message sur un forum public et librement accessible...si il n'avait pas mis le lien, vous lui auriez peut être reproché de déformer ses propos.

Avatar de l’utilisateur
Damas Drive
Censor
Censor
Messages : 76
Inscription : sam. 30 janv. 2010, 22:11
Localisation : chemin de Damas

Re: L'intronisation à l'Académie Française de ce jour

Message non lu par Damas Drive » lun. 05 avr. 2010, 15:49

Oui Anonymus, vous avez raison ainsi que Gérald... Je comprends très bien... mais n'empêche que j'ai été un peu gênée de lire ce message qui ne nous été pas destiné dans ce contexte et sur ce forum...

JACQUES-FRANCOIS
Ædilis
Ædilis
Messages : 10
Inscription : mer. 03 mars 2010, 20:33
Localisation : Docèse de BAYEUX & LISIEUX

Re: L'intronisation à l'Académie Française de ce jour

Message non lu par JACQUES-FRANCOIS » lun. 05 avr. 2010, 19:29

Dommage que le témoignage de cette jeune femme ne nous fasse pas part de la suite des évènnements, je crois que nous aurions été édifiés sur l'aspect criminel d'un tel acte. Et comme chez Dotoïeski nous aurions pu juger du désaroi et de la culpabilité ressentie par la protagonisme de cet acte de barbarie.
Que DIEU dans Sa Miséricorde lui pardonne ainsi qu'à tous ceux qui ont collaborés au massaccre de cet innocent.
Maranatha !
Merci !
JFL

Avatar de l’utilisateur
coeurderoy
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 5780
Inscription : sam. 31 mai 2008, 19:02
Localisation : Entre Loire et Garonne

Re: L'intronisation à l'Académie Française de ce jour

Message non lu par coeurderoy » lun. 05 avr. 2010, 21:03

J'ai déjà témoigné, ailleurs sur ce forum, que la culpabilité existe chez beaucoup de femmes (souvent masquée certes). Brancardier vers 86-87, et reconduisant une jeune femme à sa chambre, je l'entendis prononcer ces premiers à mots à son réveil "Mon bébé ! je veux mon bébé" : un coup d'oeil sur le dossier médical qui suit le patient en salle d'opération et revient avec lui sur le chariot : "curetage, Dr V."...Lorsqu'elle ouvrit les yeux et que son regard croisa le mien, j'étais très, très mal - la scène se passait dans un ascenseur et je m'en souviens comme d'hier - l'irréparable était commis...
"Le coeur qui rayonne vaut mieux que l'esprit qui brille"

Saint Bernard de Clairvaux

Avatar de l’utilisateur
Héloïse
Quæstor
Quæstor
Messages : 248
Inscription : mer. 18 févr. 2009, 10:47

Re: L'intronisation à l'Académie Française de ce jour

Message non lu par Héloïse » mer. 07 avr. 2010, 9:35

Je préfère ne pas répondre à Gérald, qui fait d'un témoignage choisi une généralité. Il y a évidemment (et de plus en plus, des personnes, femme et homme en l'espèce, dénués de conscience). C'est le fruit d'une éducation...

Coeurderoy, un curetage se subit, et j'en sais quelque chose, après une fasse couche aussi... C'est un "irréparable" immensément douloureux, qui n'a rien à voir avec un avortement et après lequel effectivement, le manque du bébé si attendu est terriblement cruel.

Avatar de l’utilisateur
coeurderoy
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 5780
Inscription : sam. 31 mai 2008, 19:02
Localisation : Entre Loire et Garonne

Re: L'intronisation à l'Académie Française de ce jour

Message non lu par coeurderoy » mer. 07 avr. 2010, 10:06

Héloïse a écrit :Je préfère ne pas répondre à Gérald, qui fait d'un témoignage choisi une généralité. Il y a évidemment (et de plus en plus, des personnes, femme et homme en l'espèce, dénués de conscience). C'est le fruit d'une éducation...

Coeurderoy, un curetage se subit, et j'en sais quelque chose, après une fasse couche aussi... C'est un "irréparable" immensément douloureux, qui n'a rien à voir avec un avortement et après lequel effectivement, le manque du bébé si attendu est terriblement cruel.
En l'occurence je faisais bien le distingo entre curetage pour raisons thérapeutiques vraiment gynécologiques, et IVG : par mesure de discrétion (et hypocrisie il faut bien le dire) toutes les interventions programmées le samedi en la clinique tourangelle où je bossais étaient annoncées "curetage" : cela laissait un flou qui évitait de savoir exactement ce qui se passait en salle. En une seule occasion j'ai vu une infirmière inscrire le matin sur le tableau annonçant les opérations "IVG, 7h30 Mme Untel" : aussitôt la collègue présente à ses côtés a effacé, furax, l'info, ajoutant : "pas ça ! le Docteur V. n'apprécierait pas".
Les panseuses présentes en salle savaient exactement de quoi il retournait : c'est elles qui recueillaient les fragments de corps sanguinolents, en...serrant les dents, elles me l'ont assuré.
Pour la jeune femme que j'ai entendu dire "je veux mon bébé" (première phrase à sa reprise de conscience), il s'agissait, je m'en souviens d'une belle personne d'une trentaine d'années dont tout indiquait qu'elle appartenait à un milieu assez privilégié : à aucun moment je n'ai ressenti en moi un quelconque mépris ni jugement à son égard mais le sentiment d'un immense gâchis puisqu'elle regrettait apparemment d'avoir pris finalement cette décision fatale...

P.S : suite à une fausse-couche mon épouse a subi un curetage, effectivement c'est un acte qu'on subit...
"Le coeur qui rayonne vaut mieux que l'esprit qui brille"

Saint Bernard de Clairvaux

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 30 invités