Tout est-il permis dans les relations d'un couple marié ?

« Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu'il sache discerner le bien du mal » (1R 3.9)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions morales et éthiques. Certaines discussions de ce forum peuvent heurter la sensibilité des jeunes lecteurs.
cmoi
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2710
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: Tout est-il permis dans les relations d'un couple marié ?

Message non lu par cmoi » mer. 08 mars 2023, 6:41

statut35 a écrit :
mar. 07 mars 2023, 10:51
Je suis un peu plus apaisé. Oui, le plaisir fait partie de ce qui est à vivre et est de l'ordre du divin. Mais, si je lui caresse le clitoris pendant l'acte, c'est pour qu'elle puisse avoir du plaisir sinon, elle reste sur sa faim ( elle recherche donc le plaisir)
Je ne pense pas qu’il faille le voir comme cela et vous pouvez la réhabiliter à vos yeux : il s’agit plus d’une forme de perfectionnisme.
Si une personne s’est donné du mal pour préparer une fête, et que les invités y soient venus, il est normal qu’elle souhaite qu’ils s’en réjouissent et c’est la raison d’être de la fête. Et si les compliments reçus lui vont droit au cœur, ce n’est que parce que la fête a été réussie et qu’ils en ont été heureux - non parce qu’ils auront bien mangé et encore moins parce qu’elle aussi.
Seriez-vous heureux qu’elle n’en ait pas ? Non, n’est-ce pas… Pourquoi faudrait-il alors qu’elle n’en partage pas pour autant les réjouissances ! Il est bon de faire la fête et ce n’est pas tous les jours !

Et il y a un autre aspect : l’acte conjugal entraine tout un bouleversement dans l’organisme, qui trouve sa bonne fin et l’apaisement par l’orgasme. Sans, ce bouleversement peut provoquer frustration psychologique etc., mais rien que sur le plan « santé et médical », cela n’est pas satisfaisant et aura provoqué un déséquilibre, une perturbation physiologique. Donc voyez sa « recherche » plus comme celle d’un équilibre, d’autant qu’elle prône la tendresse…

Certes, l’orgasme seul n’est pas non plus satisfaisant : c’est toute la différence, si vous allez dans un très bon restaurant mais que la compagnie n’est pas gaie ni celle que vous auriez choisie, etc. : les plats ont beau être excellents, vous ne vous réjouirez pas autant que si vous aviez été avec qui vous aimez être, et vous auriez même préféré être avec dans un restaurant faisant de la moins bonne cuisine, mais où l’atmosphère aurait sublimé votre relation.
Mais quand même, il faut un minimum de satisfaction culinaire et de satiété !

Votre question m’en inspire une autre : cette pratique vous dérange-t-elle ? Cela peut se comprendre du cunnilingus, qui peut entraîner certaines répulsions naturelles (goût, odeur…) or ce que j’écrivais précédemment y répondait (concernant l’effort d’adaptation à faire) : de plus, à travers le plaisir, il y a quelque chose à partager de soi et de l’autre, qui relève de l’humilité et de l’acceptation, qui indique comme « naturellement » si vous êtes dans l’abus des bontés de Dieu ou dans la confiance et la reconnaissance.
Il y a une raison pour laquelle Dieu nous a créés homme et femme, cette complémentarité a quelque chose de mystérieux que l’union conjugale explore, et c’est un contexte privilégié pour perdre certaines appréhensions ou résistances, se laisser aller, s’abandonner, ôter les masques…
L’acte conjugal, c’est un cadeau de Dieu. Pensez-vous qu’il appréciera si ce cadeau vous le traitez seulement avec curiosité ou réticence, distance ? Il convient certes de revoir ensemble les règles de la pudeur, dans un grand respect…
Et puis de se souvenir qu’il y a un temps pour chaque chose (Ecclésiaste).
statut35 a écrit :
mar. 07 mars 2023, 10:51
Que voulez vous dire par cette expression :"ou le lui laisser faire" ( par exemple, peut elle se caresser le clitoris pendant l'union intime pour atteindre l'orgasme si moi même je ne le fais pas).
Je pensais, pour vous comme pour elle, à tout ce que vous faites et qui ne consiste pas à « recevoir » de l’autre ( et il y a une manière de le faire pour en partager le plaisir supposé pris par l’autre) mais à en inverser les rôles, donc prendre l’initiative - ici par elle. Chacun se montre dans ce moment ce qu’il est, et même sans générosité naturelle, l’amour supposé devrait faire que le plaisir soit plus grand quand l’autre en a de ce qui se passe, il y a donc une attention réciproque à avoir et une tolérance due à la différence de goûts.
Une bonne manière cependant de faire sentir à l’autre « ce qui ne va pas », c’est de « reprendre » et de lui faire ce qu’il vous a fait (notamment au cours des préliminaires) : si c’est bon il saura en quoi, sinon il le saura aussi (et s’améliorera). C’est aussi une manière de construire une intimité si cela se fait là aussi dans les 2 sens à tour de rôle… Vous n’êtes pas en concurrence !
Pour ce que vous citez en exemple, je vais vous donner mon avis personnel : je pense que tout ce que l’autre « nous » fait vaut mieux que ce que nous nous faisons à nous-même, déjà pour la relation. Mais dans certaines situations, pourvu que ce soit celle d’un partage, on peut ne pas oser « demander » et c’est à l’autre de comprendre, dans d’autres cela lui est impossible et il a besoin d’aide pour nous comprendre et connaître, bref à titre d’initiation ou de complément, pourquoi pas, pourvu que cela ne prenne pas l’aspect d’une masturbation solitaire ou d’une exhibition. C’est à chacun de l’apprécier en conscience et il n’est pas interdit d’en parler ensemble…
Pour le dire autrement et revenir sur votre passé durant 15 ans, vous n'en étiez pas le seul responsable.
statut35 a écrit :
mar. 07 mars 2023, 10:51
En revanche, ils nous arrivent de nous unir sans orgasme pour elle ni l'éjaculation pour moi (fatigue) mais simplement pour se donner à l'autre dans la tendresse. Est ce contraire au désir de Dieu ?
Mais pas du tout, au contraire, si cela vous épanouit et renforce votre affection, que vous en éprouvez un amour accru et pas de frustration : c’est votre rite à vous que vous avez construit et qui renforce vos liens !
L’amour suffit à l’amour, et il doit avoir banni la crainte et la contrainte, le ressentiment, les surveiller et les empêcher de revenir. Dieu ne doit pas être dans vos cœurs, mais les vôtres dans le sien : gage d’une plus grande liberté. Il ne s’agit pas de se donner du plaisir, mais de s’en servir (car il est présent depuis votre consentement nuptial, toujours) pour découvrir la vérité de l’autre et la lui révéler, ouvrir la vôtre et le laisser y choisir ses préférences. Il n’est pas nécessaire d’aller au bout et d’en forcer la voie, comme pour répondre à une exigence : vous en êtes maîtres.
statut35 a écrit :
mar. 07 mars 2023, 10:51
Merci pour tout ce partage dans la bienveillance.
C’est une joie de pouvoir rendre service, et un forum a cela de bien qu’il ne s’ensuive aucune « dette », que cette joie peut se partager sans ombre… Merci à vous aussi.

Avatar de l’utilisateur
statut35
Barbarus
Barbarus

Re: Tout est-il permis dans les relations d'un couple marié ?

Message non lu par statut35 » mer. 08 mars 2023, 16:11

Je vous remercie vivement pour toutes vos réponses à mes interrogations. Cela m'aidera à avancer dans ma vie de couple. L'image de la fête, du restaurant dans le cadre de la sexualité du couple me parle beaucoup.
Les attentions au quotidien, la tendresse mutuelle, l'écoute, le dialogue sont effectivement des moments très précieux et essentiels dans la relation conjugale et dans la sexualité du couple( notamment dans la pratique de la méthode billings au jour le jour avec les moments d'abstinence et les moments de fête..).
En fait, je crois que j'ai été très affecté lorsque mon épouse un jour m'a dit qu'elle n'avait jamais eu d'orgasme après 15 ans de mariage. Je me suis tellement culpabilisé et elle m'a aussi avoué qu'elle avait souvent simulé... Elle ne savait pas comment me le dire.
Je la remercie vivement de me l'avoir dit même si elle a beaucoup pleuré. Je ne pouvais savoir. Je croyais que tout allait bien... De plus, avec les enfants et le travail.. peu de temps pour se poser des questions.
Cela fait maintenant quelques années de cela et nous avons fait du chemin ensemble. Il faut du temps mais notre foi partagée nous a bien aidés.
Oui, l'acte conjugal est vraiment un cadeau de Dieu. Vous dites: "votre question m'en inspire une autre : cette pratique vous dérange t-elle ?" Non, j'aime faire le bonheur de mon épouse en lui prodiguant entre autre la caresse du clitoris pendant l'acte. Au tout début, j'étais réticent mais l'amour est plus fort. En revanche, nous ne pratiquons pas le cunnilingus ni la fellation d'un commun accord tous les deux.
Vous dites aussi "je pense que tout ce que l'autre nous fait vaut mieux que ce que nous faisons à nous même" C'est très juste et elle a su me guider car au début, j'étais très maladroit. Pour tout dire, je n'avais aucune idée du rôle du clitoris dans le plaisir féminin, ni même de l'existence du clitoris dans les premières années de notre mariage..
Je voulais aussi dire que ma culpabilité maladive liée à mon histoire personnelle me bloque parfois. Vos réponses et remarques me sont d'un grand soutien pour le plus grand bonheur de notre couple chrétien.
Merci

cmoi
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2710
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: Tout est-il permis dans les relations d'un couple marié ?

Message non lu par cmoi » jeu. 09 mars 2023, 6:15

statut35 a écrit :
mer. 08 mars 2023, 16:11
Je voulais aussi dire que ma culpabilité maladive liée à mon histoire personnelle me bloque parfois.
Vous êtes sur le bon chemin et l'amour a une valeur thérapeutique indéniable.
Certaines blessures ont juste besoin de temps pour cicatriser et se refermer...

Avatar de l’utilisateur
statut35
Barbarus
Barbarus

Re: Tout est-il permis dans les relations d'un couple marié ?

Message non lu par statut35 » mer. 15 mars 2023, 14:31

Oui, les blessures sont parfois longues à cicatriser. En fait, j'ai été abusé sexuellement pendant plusieurs mois lorsque j'étais en classe de 6ème dans une institution religieuse ( petit séminaire)
J'ai gardé cela enfoui au creux de mon être pendant des décennies et j'ai comblé afin de tenter d'oublier par un travail acharné me conduisant à un burn out il y a quelques années. J'ai été malade il y a 7 ou 8 ans pendant 18 mois mais la médecine n'a rien décelé malgré des examens approfondis.
Je me suis toujours fortement culpabilisé de ce qui est arrivé en 6ème... J'avais 11 ans et j'étais loin de ma famille et pensionnaire.
J'ai craqué il y a 2 ans en me rendant dans une cellule d'écoute suite aux affaires révélées au sein de l'église.
J'ai été suivi par une psychologue pendant plusieurs mois. Ma sexualité personnelle et de couple à été affectée par tout cela... J'ai parfois eu des difficultés à me situer en terme d'identité sexuelle. La psychologue m'a aidé à comprendre pourquoi cela pouvait se produire. Je n'avais jamais confiance en moi dans toutes les activités de ma vie y compris sexuelle.
Elle m'a fait comprendre que le corps garde une mémoire des traumatismes vécus dans l'enfance. Mon épouse m'a beaucoup aidé car sans son aide, je ne serai peut être plus là aujourd'hui.
J'ai rencontré aussi des prêtres qui m'ont aidé..
Peut être que tout cela peut expliquer aussi ma grande culpabilité dans ce qu'il est possible ou non de faire dans nos unions intimes.
Merci de m'avoir écouté pour mieux comprendre...

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 4967
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Tout est-il permis dans les relations d'un couple marié ?

Message non lu par Kerniou » lun. 20 mars 2023, 12:51

Cher Statut 35
Certaines blessures laissent des traces indélébiles ... pour moi, c'est en ce sens que les abus sexuels sur les enfants sont des crimes.
Trahir la confiance d'un enfant et violer sa candeur ...
On peut demander pardon, c'est un geste, certes, mais le geste n'efface pas le traumatisme ancré dans la chair et dans l'âme ...
Quant à votre question, je vous redirais ce que j'ai répondu précédemment: toute caresse doit être consentie sinon désirée et ce, de part et d'autre.
Il s'agit d'un échange intime où le corps de l'autre ne peut pas être utilisé pour sa jouissance exclusive ...
C'est votre épouse et vous-même qui avez la réponse ...
Bien, fraternellement à vous.
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 10 invités