La pilule contraceptive et les catholiques

« Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu'il sache discerner le bien du mal » (1R 3.9)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions morales et éthiques. Certaines discussions de ce forum peuvent heurter la sensibilité des jeunes lecteurs.
Avatar de l’utilisateur
Milla
Censor
Censor
Messages : 135
Inscription : sam. 19 août 2017, 8:34
Conviction : chrétienne orthodoxe
Localisation : Bretagne

Re: La pilule contraceptive et les catholiques

Message non lu par Milla » sam. 21 nov. 2020, 18:29

Repentie75 a écrit :
sam. 21 nov. 2020, 16:59
Jusqu'ici, je pensais que la pilule bloquait uniquement l'ovulation - mais le peut-elle systématiquement...?
Bonjour ! Toutes les pilules n'inhibent pas l'ovulation (les pilules œstroprogestatives ou "combinées" oui, pour les pilules progestatives ça dépend). La pilule agit aussi sur la glaire cervicale et sur l'endomètre : modification de la glaire pour empêcher les spermatozoïdes de franchir le col de l'utérus, modification de l’endomètre pour éviter une éventuelle nidation de l'embryon (c'est peut-être ce que vous avez en tête quand vous parlez d'avortement dissimulé ?).
Je ne pense pas que les fécondations sont nombreuses sous pilule, mais je peux me tromper.
Dire que Dieu se détourne des méchants revient à dire que le soleil se cache des aveugles.
Philocalie des pères neptiques

Altior
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1862
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: La pilule contraceptive et les catholiques

Message non lu par Altior » sam. 21 nov. 2020, 19:09

Repentie75 a écrit :
sam. 21 nov. 2020, 16:59
Après 8 ans d'utilisation, je commence justement à m'interroger sur la pilule, ses effets potentiellement abortifs posant un problème éthique et s'apparentant à un avortement dissimulé. Jusqu'ici, je pensais que la pilule bloquait uniquement l'ovulation - mais le peut-elle systématiquement...? Les méthodes naturelles présentent sans doute beaucoup d'avantage mais elles ne sont pas toujours fiables.
Les méthodes naturelles présentent le même degré de fiabilité que les contraceptifs oraux et les préservatifs. Les trois méthodes sont à très peu près équivalentes du point de vu de l'efficacité contraceptive et peu en dessous du stérilet.

Cela dit, aucune méthode n'est à 100% fiable (l'abstinence permanente mise à part). Il y a eu pas mal de cas de grossesses, même avec la ligature de trompes.
L'unique méthode à la fois totalement éthique et suffisamment fiable semble être le préservatif. D'où ma question : pourquoi celui-ci n'est-il pas préconisé au même titre que la méthode Billings, par exemple, alors qu'il poursuit le même but : différer des naissances, empêcher la fécondation à un moment inopportun et ce, sans aucun effet abortif puisque sans fécondation ?
Méthode éthique, peut-être. Morale, non. Car, du point de vu moral, l'iniquité de la contraception ne vient pas du fait qu'en beaucoup de cas il s'agit, en réalité, d'avortements, mais du fait qu'elle est intrinsèquement immorale, comme a développé le magistère dans ses documents (le mieux connu est Humanae Vitae). C'est pourquoi l'utilisation des préservatifs, même s'il s'agit d'une méthode non-abortive (et médicalement sans effets secondaires graves, à la différence de la pilule et du stérilet) est immorale et, du point de vu catholique traditionnel, un péché mortel.

Avatar de l’utilisateur
Suliko
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 3025
Inscription : ven. 07 janv. 2011, 22:02

Re: La pilule contraceptive et les catholiques

Message non lu par Suliko » sam. 21 nov. 2020, 19:35

L'unique méthode à la fois totalement éthique et suffisamment fiable semble être le préservatif. D'où ma question : pourquoi celui-ci n'est-il pas préconisé au même titre que la méthode Billings, par exemple, alors qu'il poursuit le même but : différer des naissances, empêcher la fécondation à un moment inopportun et ce, sans aucun effet abortif puisque sans fécondation ?
Parce que cela relève de la contraception, à savoir poser activement un acte frustrant la finalité naturelle de la sexualité, qui est la procréation. D'un côté, on interfère avec le corps humain (que ce soit mécaniquement ou chimiquement) pour se soustraire à la finalité de la sexualité. De l'autre, on ne fait que prendre en compte la nature des choses, qui veut qu'une femme ne soit pas fertile 30 jours par mois. Ceci étant dit, les moralistes enseignent qu'utiliser une méthode naturelle pendant de longs mois sans raison sérieuse relève également du péché.

Voici ce qu'en dit par exemple le pape Pie XI dans son encyclique Casti Connubii :
Puisque l'acte du mariage est, par sa nature même, destiné à la génération des enfants, ceux qui, en l'accomplissant, s'appliquent délibérément à lui enlever sa force et son efficacité, agissent contre la nature ; ils font une chose honteuse et intrinsèquement déshonnête. Aussi ne faut-il pas s'étonner de voir les Saintes Ecritures attester que la divine Majesté déteste au plus haut point ce forfait abominable, et qu'elle l’a parfois puni de mort, comme le rappelle saint Augustin : « Même avec la femme légitime, l'acte conjugal devient illicite et honteux dès lors que la conception de l'enfant y est évitée. C'est ce que faisait Onan, fils de Judas, ce pourquoi Dieu l'a mis à mort. »
[...]
Tout usage du mariage, quel qu'il soit, dans l'exercice duquel l'acte est privé, par l'artifice des hommes, de sa puissance naturelle de procréer la vie, offense la loi de Dieu et la loi naturelle, et ceux qui auront commis quelque chose de pareil se sont souillés d'une faute grave.
[...]
Si d'ailleurs un confesseur, ou un pasteur des âmes — ce qu'à Dieu ne plaise — induisait en ces erreurs les fidèles qui lui sont confiés, ou si du moins, soit par une approbation, soit par un silence calculé, il les y confirmait, qu'il sache qu'il aura à rendre à Dieu, le Juge suprême, un compte sévère de sa prévarication ; qu'il considère comme lui étant adressées ces paroles du Christ : « Ce sont des aveugles, et ils sont les chefs des aveugles ; or, si un aveugle conduit un aveugle, ils tombent tous deux dans la fosse. »
Je relève, hélas, que le pape condamne le silence des pasteurs en cette matière. Or, un tel silence est habituellement la norme depuis des décennies. Oremus.
C'est pourquoi elle seule, prédestinée avant les générations et annoncée par les prophètes, la Mère du Créateur de tout l'univers, non seulement n'a participé en rien à la tache originelle, mais elle est toujours demeurée pure comme le ciel et toute belle. (extrait du règlement pour le monastère de Biélokrinitsa (1841)

Avatar de l’utilisateur
Foxy
Prætor
Prætor
Messages : 1285
Inscription : ven. 01 nov. 2013, 1:14
Conviction : catholique
Localisation : Bretagne

Re: La pilule contraceptive et les catholiques

Message non lu par Foxy » sam. 21 nov. 2020, 20:07

Lien vers l'Encyclique dont parle Altior plus haut, de Saint Paul VI :

https://www.vatican.va/content/paul-vi/ ... vitae.html

et l'exhortation apostolique de Saint Jean-Paul II en 1981, qui s'inscrira dans la suite de Paul VI :

http://www.vatican.va/content/john-paul ... ortio.html
La foi que j’aime le mieux,dit Dieu,c’est l’Espérance.
Charles Péguy

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 34 invités