Turquie et Europe

« Par moi les rois règnent, et les souverains décrètent la justice ! » (Pr 8.15)
FMD
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1520
Inscription : mar. 27 avr. 2004, 22:25
Contact :

Chrétiens de Turquie

Message non lu par FMD » jeu. 23 déc. 2004, 1:09

manu a écrit :Au dela du fait que la turquie ait posé des bases suite à des conquetes (mais la bretagne ou encore la corse ne sont pas arrivés dans la france par le fruit du saint esprit il me semble) que ce soit en arménie, en grece etc...

[align=justify]Vous soulevez inconsciemment un point intéressant: le territoire de l'actuelle Turquie n'est pas celui du peuple turc, dont le berceau se trouve dans les steppes d'Asie centrale, mais celui de différents peuples qui ont tous subi le terrible joug turc avant d'être chassés et/ou exterminés.[/align]
manu a écrit :Et il y a meme sur son sol actuel une partie du pays qui est et demeure géographiquement en europe.
[align=justify]Partie qui devait d'ailleurs revenir à la Grèce comme le prévoyait le Traité de Sèvres que les grandes puissances occidentales bradèrent hélas face à la Turquie crypto-fasciste d'Atatürk. Pour l'anecdote je précise que s'il me venait l'envie saugrenue de qualifier Atatürk de « crypto-fasciste » en Turquie, je tomberais immédiatement sous le coup de la loi N°5816 interdisant toute « insulte » envers la mémoire de ce « grand homme » qui eût tout de même la bonté de mettre Smyrne à feu et à sang tout en ajoutant la mention « retour impossible » sur les passeports des rares chrétiens encore vivants en Turquie en 1923.[/align]
aramis a écrit :La minorité chrétienne de Turquie vit encore dans la peur
[align=justify]Il serait plus juste de dire que la minorité chrétienne de Turquie est agonisante et que les jeunes chrétiens ne désirent qu'une seule chose: émigrer. Il aura tout de même fallu plusieurs siècles d'esclavage - « devshirme » -, de soumission – les chrétiens étaient des « dhimmis », des citoyens de second rang astreints à de lourds impôts – qui furent clôturés « en beauté » par un génocide, pour venir à bout des chrétiens de Turquie. Les rares survivants furent chassés d'une manière bien plus habile durant la Seconde Guerre Mondiale. En effet, frappés par des taxes de plus de 180% pour les grecs et de 220% pour les arméniens, ils n'avaient guère d'autres choix que l'exil ou les camps de travaux forcés.[/align]
aramis a écrit :Il faudra également régler le problème de la reconnaissance du génocide arménien
[align=justify]L'Union européenne le règle déjà à sa façon en finançant les ouvrages scolaires turcs négationnistes tout en fermant honteusement les yeux sur l'article 306 du nouveau Code pénal turc prévoyant notamment jusqu'à 10 ans de prison pour toute personne qui oserait employer le terme tabou, d'« ermeni soykırımı » (génocide arménien), d'une manière « défavorable » à la Turquie.[/align]

MB
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 961
Inscription : lun. 26 juil. 2004, 0:03

à Franck

Message non lu par MB » jeu. 23 déc. 2004, 11:22

Bonjour Franck (et joyeux Noel à l'occasion...)

Vous avez raison de citer tous les griefs que nous pouvons justement avoir contre la Turquie. Mais rappelez-vous : le geste fondateur de la Communauté, c'est le pardon et la réconciliation.
L'Allemagne a fait énormément de mal au monde, il n'y a pas si longtemps, et maintenant elle est avec nous (et elle se repent de son passé). Si elle l'a fait, pourquoi pas la Turquie ?
Cela suppose aussi, bien sur, que nous devions etre intraitables sur la question, et que nous exigeons "vérité et réconciliation" bien fermement. Mais il n'y a pas de raison de dénier a priori à la Turquie la capacité d'y parvenir.

Bien à vous

PS : comment faites-vous pour taper le "i" sans point des Turcs ?

pascal
Ædilis
Ædilis
Messages : 21
Inscription : dim. 24 oct. 2004, 11:38
Localisation : france
Contact :

Message non lu par pascal » ven. 24 déc. 2004, 16:09

manu a écrit :Ce qui dérange surtout les partisans du non, c'est ce racisme larvé qui ne veut surtout pas admettre un fait, un pays musulman de 100 millions d'individus entrant dans l'europe, ca fait désordre surtout pour ceux qui voulaient une europe chrétienne.

Chacun chez soi comme dirait l'autre raciste du FN !
*******

Bonjour,

Ah, donc tous ceux qui ne souhaitent pas l'adhésion de la Turquie sont des racistes ! :ranting: :ranting: :ranting:
C'est un peux simplet ce "raisonnement" non ?
La Turquie, tout simplement et en premier lieux n'est plus géographiquement l'Europe.

Sinon pourquoi ne pas inclure l'Ukraine, la Russie, et pourquoi pas la Chine, pendant qu'on n'y est !


Non, franchement l'Europe doit-elle, comme l'univers, s'agrandir sans fin ?
De 12, et c'était dejà pas de la tarte on n'est passé à 25 ! Sans reel politique étrangère commune, si ce n'est pour les échanges économiques !

Comme dit plus haut, moi aussi j'ai été frappé par la violence d'Erdogane dans ses prises de positions concernant sa SOLICITATION pour une adhésion.
Jamais aucun pays Europeen adhérant aujourd'hui ne c'était comporté de la sorte !

Il est frappant, pour ne pas dire étrange que tous les pro-adhésions de la Turquie semblent zapper complètement sur celà.
Catholique.
"Que la religion doit rassembler les hommes pour les unir, et non pour en faire des fanatiques ou des persécuteurs": Voltaire

pascal
Ædilis
Ædilis
Messages : 21
Inscription : dim. 24 oct. 2004, 11:38
Localisation : france
Contact :

Message non lu par pascal » ven. 24 déc. 2004, 16:17

Les raisons de refuser la candidature d'Ankara

Alexandre DEL VALLE*
Le Figaro - 26/07/2004

http://www.alexandredelvalle.com/public ... id_art=120



* Essayiste. Vient de publier aux éditions des Syrtes : LaTurquie dans l'Europe, uncheval de Troie islamiste? (1) Agence Anadolou, 17 juin 2004. (2) Gérard Croc dans la «Revue des Deux mondes», avril 2003. (3) AFP, juin 2004.


Joyeux Noel à tous
Catholique.
"Que la religion doit rassembler les hommes pour les unir, et non pour en faire des fanatiques ou des persécuteurs": Voltaire

bdetarade
Ædilis
Ædilis
Messages : 29
Inscription : ven. 19 nov. 2004, 10:00

Message non lu par bdetarade » lun. 27 déc. 2004, 12:19

Si on veut commencer à analyser les territoires, la france devrait rendre la savoie, la corse, la bretagne et j'en passe...........
Et on devrait également renvoyer 99% de la population américaine nord et sud en Europe et en Afrique, et dédomanger les "natifs" pour les centaines de millions de mort. Comme "pêché originel" on fait pas mieux... :-x
Je ne suis pas sur que G.W Bush aprouve...
Il faut mieux être chrétien sans le dire, que se dire chrétien sans l'être.

pascal
Ædilis
Ædilis
Messages : 21
Inscription : dim. 24 oct. 2004, 11:38
Localisation : france
Contact :

Message non lu par pascal » lun. 27 déc. 2004, 18:14

"Et je répète qu'il y a bien un territoire turc qui est en europe. Il suffit d'ouvrir un livre de géo ! "

Justement!

http://www.atlasgeo.ch/htmlg/Asie.htm

Tu noteras en haut " ASIE" :)

Puis clique sur Turquie.

Oui, on peux dire que la Turquie touche l' Europe ! Mais la grande majoritée de ce territoire est en Asie, PAS EN EUROPE !


Pour continuer sur ce fil lien vers les pays du continent Europeen: Dont l'Ukraine

http://www.atlasgeo.ch/htmlg/Europe.htm
Catholique.
"Que la religion doit rassembler les hommes pour les unir, et non pour en faire des fanatiques ou des persécuteurs": Voltaire

Avatar de l’utilisateur
aramis
Censor
Censor
Messages : 100
Inscription : dim. 12 déc. 2004, 23:49
Localisation : Franconville

Message non lu par aramis » mer. 29 déc. 2004, 19:34

La religion catholique se veut comme son nom l'indique "universelle". Alors, oui, intégrons l'Ukraine, la Chine, le Maroc, etc...
Si tous ces pays acceptent NOS REGLES DU JEUX, c'est à dire, la construction d'une grande fédération d'état dont les racines culturelles sont chrétiennes, pourquoi dire non ?

Bien sur, j'écris pour le long, voir le trés long terme. Rien n'est faisable en l'état aujourd'hui.
Par exemple, si la constitution actuelle de l'europe était adoptée, je dirai "non" à l'adhésion de la Turquie, parce que je ne souhaite pas que mon identité chrétienne puisse un jour être menacée ( elle l'est déjà me direz vous...)

Mais rappelons que en tant que chrétien, nous avons le devoir d'évangéliser partout. Et donc nous n'avons pas le droit de rejeter des peuples qui souhaiterai nous prendre pour modèle.
En conséquence ce n'est pas à la Turquie qu'il nous faut dire non, mais à la constitution que nous ont préparé des politiciens sans âme à la solde de Mamon.
Dépassionner l'homme pour les choses terrestres, j'appelle cela une spiritualité de massacre. (François Varillon. 1980)

Avatar de l’utilisateur
JeanValjean
Ædilis
Ædilis
Messages : 43
Inscription : dim. 26 déc. 2004, 0:53

Douste-Blazy et la Turquie

Message non lu par JeanValjean » lun. 10 janv. 2005, 1:13

[align=justify]:arrow: Douste-Blazy : Entrée de la Turquie dans l'UE, un "Non" religieux serait un "Danger" à éviter"

Pour M. Douste-Blazy, Ministre de la Santé dès mai 2004, les "raisons Religieuses" representeraient un""Danger" à éviter" dans la controverse sur le démande de la Turquie d' entrer en Europe, préferant, quant à lui, un "Chèque'" avec quelque chose à "démander".

Selon l'AFP, M. Douste-Blazy niérait le droit "à une quelconque personne qui a un avis sur la question de le dire", "aujourd'hui", repoussant, en fait, le débat seulement dans 10 ou 15 ans plus tard, lorsque "ce sera "au peuple français"" de voter oui ou non au futur Reférendum.

Ce qui parait comme un infléchissement de la position exprimée par le Président de la France, Jacques Chirac, qui a souligné, par contre, que l' Assemblée Nationale et le People seraient régulièrement informés et consultés lors des négociations d'adhésion, pendant lesquelles chaque Etat-Membre de l'UE pourrait dire, oui, ou non, à leur poursuite.

Le nouveau Ministre (qui a fait passer une réforme controversée de la loi sur la Bioéthique en mai 2004), croit qu' il ne faut pas "laisser les gens dire Non" à l'entrée de la Turquie, "pour des raisons Religieuses" : car un "Non" des "gens" à l'elargissement de l'UE à la Turquie, inspiré "en particulier" par la Religion, serait, d'après M. Douste-Blazy, un "Danger" à éviter".

Donner ce rôle aux "raisons Religieuses" serait "Terrible, Maladroit, Triste, Grave, (et) Pas Digne", motivé seulement par la "Peur de l'autre", croit M. Douste-Blazy. .

Certes, il faudrait aussi éviter un "Chèque en blanc à la Turquie sans rien demander", ainsi que de faire croire que la Constitution (de l'UE) c'est le problème turc". [/align]

pascal
Ædilis
Ædilis
Messages : 21
Inscription : dim. 24 oct. 2004, 11:38
Localisation : france
Contact :

Message non lu par pascal » lun. 10 janv. 2005, 12:40

aramis a écrit :La religion catholique se veut comme son nom l'indique "universelle". Alors, oui, intégrons l'Ukraine, la Chine, le Maroc, etc...
Si tous ces pays acceptent NOS REGLES DU JEUX, c'est à dire, la construction d'une grande fédération d'état dont les racines culturelles sont chrétiennes, pourquoi dire non ?

.

Bonjour,

Nos racines culturelles sont Chrétiennes !!! Ah! les musulmans ne sont pas de cette avis et ces racines Chrétiennes ne sont ecrites nul part il me semble ?

De plus, connaissez vous l'histoire de la grenouille de La Fontaine ?

Amicalement
Pascal
Catholique.
"Que la religion doit rassembler les hommes pour les unir, et non pour en faire des fanatiques ou des persécuteurs": Voltaire

Avatar de l’utilisateur
aramis
Censor
Censor
Messages : 100
Inscription : dim. 12 déc. 2004, 23:49
Localisation : Franconville

Message non lu par aramis » lun. 10 janv. 2005, 13:13

Mon cher Pascal,

Oui, les racines de l'Europe sont indéniablement chrétiennes.
Admetons qu'elles soient judéo chrétienne, puisque comme le dit Jean Paul II, les juifs sont nos frères ainés dans le Christ. C'est l'Histoire qui l'a voulu, ni vous ni moi n'y pouvons rien.

Catholique, protestant ou orthodoxe, la grande majorité des habitants de l'europe sont chrétiens, ou d'origine chrétienne. Nos institutions sont un héritage de la culture chrétienne. Les pères fondateurs de l'Europe sont des démocrates chrétiens. Les droit de l'homme découlent du christiannisme.
Et je persiste à penser que si l'europe est le seul continent a avoir atteint un si haut degrés de civilisation au 21ème siècle (les états unis étant un cas à part, et sont à grande majorité chrétiens), cela est du au rôle central du pardon dans le christiannisme, qui nous permet au lendemain d'une guerre de reconstruire ensemble un nouvel avenir. Chez nos frères juifs et Musulman, le pardon n'a pas la même place, et les guerres sont incessantes, ce qui empêche toute évolution.

Quant à la grenouille, si elle souhaite grossir c'est par vanité, et elle est punie pour son péché.
Si je souhaite que l'Idée europèenne (qui pourrait même changer de nom) grandisse, c'est par amour de la paix. Et il est écrit "Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu"...

Bien à toi.
Dépassionner l'homme pour les choses terrestres, j'appelle cela une spiritualité de massacre. (François Varillon. 1980)

Jean-Pierre DALIBOT
Sacerdos
Sacerdos
Messages : 70
Inscription : mer. 04 août 2004, 11:48
Contact :

Oui, j'y suis tout à fait favorable, mais.

Message non lu par Jean-Pierre DALIBOT » lun. 17 janv. 2005, 14:29

Ma prière tous les jours est: "Que ton règne vienne".
Mais: La COMMUNION ne se fait pas n'importe comment.
Oui! Il faut tendre à ce Royaume. Nous sommes actuellement, dans le chiffre QUARANTE de la Bible. Ensemble traversons nos déserts et prenons en les moyens. Demain nous serons dans ce pays pour se nourrir de miel.

pascal
Ædilis
Ædilis
Messages : 21
Inscription : dim. 24 oct. 2004, 11:38
Localisation : france
Contact :

Message non lu par pascal » dim. 06 févr. 2005, 11:41

Catholique.
"Que la religion doit rassembler les hommes pour les unir, et non pour en faire des fanatiques ou des persécuteurs": Voltaire

pascal
Ædilis
Ædilis
Messages : 21
Inscription : dim. 24 oct. 2004, 11:38
Localisation : france
Contact :

Message non lu par pascal » lun. 21 févr. 2005, 11:34

Oui à la Turquie , non à l 'Ukraine ... :blink: :blink: :blink:

lundi 21 février 2005, 10h14
Ukraine: Iouchtchenko entame lundi une visite en Europe

KIEV (AFP) - Le nouveau président ukrainien Viktor Iouchtchenko commence lundi une visite à Bruxelles puis à Strasbourg pour défendre les aspirations européennes de son pays, toujours perçues avec beaucoup de réserve par l'Union européenne (UE).

"Je n'en doute pas une minute, nous sommes européens et nous sommes au centre de l'Europe. Nous ne sommes pas voisins de l'Europe, nous sommes voisins de l'Union européenne", a déclaré M. Iouchtchenko mercredi. Lundi soir, il se rendra à Bruxelles, où, juste avant son arrivée, son vice-Premier ministre chargé de l'intégration européenne Oleh Rybatchouk doit signer avec l'UE un plan d'action pour le développement des relations avec Kiev lors d'une réunion du Conseil de coopération Ukraine-UE.

Le Conseil pourrait également adopter dix propositions supplémentaires censées renforcer les rapports entre cette ex-république soviétique et l'UE, qui a chaudement salué l'élection de M. Iouchtchenko, porté au pouvoir par la "révolution orange". Selon ces propositions, la Commission européenne devrait "accélérer" l'étude de faisabilité pour établir une zone de libre-échange entre l'UE et l'Ukraine, aider Kiev à devenir membre de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) et à obtenir le statut d'économie de marché. L'Ukraine veut y parvenir en 2005.

Ce projet prévoit enfin la possibilité d'une révision du plan d'action prévu normalement jusqu'en 2007, dès le début de l'année prochaine si les réformes progressent à Kiev, pour instituer une "relation renforcée" Ukraine-UE. Mais il n'évoque toujours pas la possibilité de l'adhésion, ce qui ne peut satisfaire Kiev. "Je propose de parachever (le plan d'action) en adoptant une clause très importante stipulant que, dès 2007, on passe à une phase de négociations en vue de l'adhésion", a déclaré M. Iouchtchenko à l'AFP à quelques jours de son voyage à Bruxelles.

"Nous sommes prêts à attendre le temps qu'il faudra (...) des années, voire des dizaines d'années", a assuré le chef de l'Etat, qui doit rencontrer mercredi dans la capitale européenne son ami Javier Solana, le haut représentant de l'UE pour la politique extérieure, ainsi que le président de la Commission européenne José Manuel Durao Barroso. L'idée n'enthousiasme pas les Européens, à l'exception de la Pologne et des trois pays Baltes, alors que, selon M. Rybatchouk, Kiev pourrait présenter dans six mois une demande formelle d'adhésion à l'UE.

Interrogé jeudi à Kiev sur la possibilité de proclamer le début des négociations en 2007 dans le plan d'action, la commissaire européenne aux Relations extérieures Benita Ferrero-Waldner s'est contentée de répondre que ce document "contenait tous les souhaits et aspirations que le gouvernement ukrainien y a inscrits". "C'est tout et c'est là-dedans, et, s'il vous plaît, travaillons sur ce plan", a-t-elle ajouté.

Le développement des relations avec l'Alliance atlantique sera au menu de la Commission Ukraine-Otan qui se réunira mardi à Bruxelles et permettra à M. Iouchtchenko de rencontrer pour la première fois son homologue américain George W. Bush. Si l'Otan semble bien disposée à l'égard de l'Ukraine et n'exclut pas son entrée, l'opinion publique ukrainienne est majoritairement hostile à cette idée. "Ce sujet est plus difficile" que l'intégration européenne, a reconnu Viktor Iouchtchenko. Ce dernier prône le renforcement graduel de la coopération afin de "créer un terrain propice" à l'adhésion qui constitue un objectif "de fond" de son gouvernement.

L'Ukraine ne prévoit pas de déposer à Bruxelles une demande formelle d'adhésion à l'Otan, a souligné le ministère ukrainien de la Défense. Après Bruxelles, le président ukrainien visitera brièvement mercredi Strasbourg où il prononcera un discours devant les députés européens, avant de regagner son pays.
Catholique.
"Que la religion doit rassembler les hommes pour les unir, et non pour en faire des fanatiques ou des persécuteurs": Voltaire

Avatar de l’utilisateur
Hubert
Civis
Civis
Messages : 8
Inscription : mar. 21 déc. 2004, 16:48
Localisation : Bois-Colombes

On vous ment à propos de la Turquie

Message non lu par Hubert » dim. 22 mai 2005, 19:23

Chacun a reçu le traité de la constitution. Les tenants du OUI nous affirment que le sort de la TURQUIE au sein de la communauté européenne, n'est pas d'actualité et n'a pas lieu d'être évoqué.
Ce sont des menteurs !
J'invite tous ceux qui en ont la curiosité, à consulter la page 165, en bas à droite.
Vous y lirez "Türkiye Cumhuiriyeti Adina" . C'est la preuve que la Turquie a participé à l'élaboration de cette constitution. Elle y a sa part entière par sa signature.
Ne vous étonnez pas si on a oublié d'évoquer la notion d'Europe Chrétienne dans cette constitution. Cela aurait froissé notre future partenaire dans cette Union Européenne inique, que la seule évocation de Foi Chriétienne rend furieuse, et lui rappelle que FRANCAIS pour elle veut dire "FRANC INFIDELE et CROISE" ce dont elle a horreur.
N'offrons pas le pal qui sera l'objet de notre perte.
Demandons à Dieu de nous ouvrir l'esprit, l'intelligence et le courage dont nous allons avoir besoin pour défendre notre identité de chrétien européen.
Refusons de participer à cette parodie. Votons NON.
Merci à tous ceux qui auront eu la patience de me lire.
Jésus, Marie, Joseph, daignez veiller sur la Foi de Votre Nation.
HUBERT.
"Aimons nous les uns les autres"

blagadec
Ædilis
Ædilis
Messages : 11
Inscription : jeu. 16 juin 2005, 15:55
Localisation : lorient
Contact :

Message non lu par blagadec » ven. 17 juin 2005, 17:53

Pour moi la turquie n'est pas prete, mais c'est une opportunité pour la moderniser et la rendre plus democratique. ensuite la turquie en europe c'est un pari strategique important, avoir une union politique melangeant Protestants, catholiques et musulmans ça me fait simplement plaisir, ça me remplirais de fierté.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 16 invités