Peut-on exprimer des souhaits chrétiens ?

« Quant à vous, menez une vie digne de l’Évangile du Christ. » (Ph 1.27)
Règles du forum
Forum d'échange entre chrétiens sur la façon de vivre l'Évangile au quotidien, dans chacun des domaines de l'existence
Avatar de l’utilisateur
Simili modo
Censor
Censor
Messages : 117
Inscription : mer. 12 avr. 2017, 12:08
Conviction : Catholique romain

Peut-on exprimer des souhaits chrétiens ?

Message non lu par Simili modo » mer. 02 mars 2022, 10:50

Bonjour à tous,

Je suis toujours un peu embêté à l'occasion de la formulation de souhaits qui viennent conclure des conversations, que celles-ci soient verbales ou écrites, formelles ou informelles. Y a-t-il une manière de formuler de dévots souhaits qui soient « chrétiens » en pensée, en parole et en action ?

Je suis souvent un peu déstabilisé à l'idée de souhaiter un « saint Carême » ou une « bonne [belle...] montée vers Pâques ». J'ai du mal à donner du sens à ces formules qui relèvent d'un degré d'abstraction trop important pour moi. Je n'identifie pas d'intention caractérisée dans ces expressions qui témoignent de la vacuité du langage et d'une épithétisation outrancière.

Un excès de politesse a le défaut de ses avantages : savoir adoucir les relations tout en les rendant artificielles. Mais son insuffisance du fait de formules décalées, un peu désuètes, donnent l'impression d'être « à côté de la plaque ».

J'ai, bien entendu, conscience des principes directeurs qui doivent irriguer les conversations pour favoriser leur sincérité : (1) penser ce que l'on dit ; dire ce que l'on fait ; (2) tout bon rhéteur doit adapter son discours en fonction de son interlocuteur.

Ma question porte sur l'expression de voeux en tant que chrétiens : peut-on parvenir à une politesse suffisamment incarnée qui permette de « souhaiter en pensée » ? La prière est sans doute le moyen le plus efficace, en secret, de concrétiser ces souhaits dans nos coeurs. Mais il faut bien les matérialiser dans les relations.

« Je prierai pour vous » m'évoque à la fois un excès de pudeur et une grande pénétration dans notre intimité. Que penser des formules standards « joyeux X », « bonne fête de Y » ? Je ne vois pas comment je peux témoigner du Christ à l'endroit de mes frères non-croyants en énonçant des formules qui sonnent creux pour moi.

Oui, le plus simple est de ne pas dire ce à quoi nous n'adhérons pas, ce que nous ne pensons pas. Mais le langage et les relations nous prennent souvent au dépourvu que je me retrouve fréquemment à user de ces formules incantatoires par automatisme.

Ce Carême est l'occasion pour moi de méditer sur ce point.

Merci pour vos « saintes » ( :-D ) réflexions.

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 10 invités