Traditions catholiques en voie de disparition

« Quant à vous, menez une vie digne de l’Évangile du Christ. » (Ph 1.27)
Règles du forum
Forum d'échange entre chrétiens sur la façon de vivre l'Évangile au quotidien, dans chacun des domaines de l'existence
Apolis
Civis
Civis
Messages : 8
Inscription : ven. 16 oct. 2020, 20:28
Conviction : Catholique

Traditions catholiques en voie de disparition

Message non lu par Apolis » dim. 18 oct. 2020, 17:24

Bonjour,

J'espère que mon post sera accepté car c'est un sujet qui me tient à coeur.

Je vis dans une cité dans laquelle je vois jour après jour l'islamisation galopante de la France. Lorsque j'en parle aux prêtres de mon diocèse, il me disent tous que nous devons accepter l'autre comme d'autres ont accepté Jésus. Et lorsque j'entends le pape demander l'accueil d'étrangers musulmans, ayant une autre conception de la vie et ne souhaitant pas s'intégrer au pays d'accueil, je tombe de ma chaise.

Suis-je le seul sur ce forum à voir que les traditions chrétiennes en France risquent de disparaître dans quelques années. Suis-je parano?

Merci d'avance pour vos réponses.

Avatar de l’utilisateur
Suliko
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 3069
Inscription : ven. 07 janv. 2011, 22:02

Re: Traditions catholiques en voie de disparition

Message non lu par Suliko » dim. 18 oct. 2020, 18:27

Bonjour,

Les traditions chrétiennes ont commencé à être fortement délaissées en France bien avant l'immigration islamique. Il n'y a donc a priori pas de lien entre ces deux situations. Néanmoins, il est vrai que la population islamique s'accroît rapidement et qu'il s'agit d'un véritable problème.
Je vous conseillerais de rejoindre une paroisse traditionnelle, si vous le pouvez. Cela vous évitera d'entendre certains propos iréniques...
C'est pourquoi elle seule, prédestinée avant les générations et annoncée par les prophètes, la Mère du Créateur de tout l'univers, non seulement n'a participé en rien à la tache originelle, mais elle est toujours demeurée pure comme le ciel et toute belle. (extrait du règlement pour le monastère de Biélokrinitsa (1841)

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 11266
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: Traditions catholiques en voie de disparition

Message non lu par Fée Violine » dim. 18 oct. 2020, 18:30

Bonjour et bienvenue Apolis.
Je ne pense pas que vous soyez parano car beaucoup de personnes ont les mêmes craintes que vous.
Cela dit, ce n'est pas mon cas. J'ai l'impression que ces personnes confondent le culturel et le spirituel.
Mais bon, il y a déjà de nombreux débats sur le sujet...

Altior
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2032
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: Traditions catholiques en voie de disparition

Message non lu par Altior » dim. 18 oct. 2020, 19:21

Apolis a écrit :
dim. 18 oct. 2020, 17:24
Suis-je le seul sur ce forum à voir que les traditions chrétiennes en France risquent de disparaître dans quelques années.
Pas du tout. Cela est fort évident pour tous les aspects des traditions chrétiennes. Pourtant, à l'instar de Suliko, moi aussi je suis d'avis que ce n'est pas à cause des musulmans. Eux, ils peuvent décapiter les professeurs et égorger les prêtres, mais ils n'ont rien à voir avec l'anéantissement des traditions chrétiennes. La perte des traditions chrétiennes s'explique pas la perte de la foi chrétienne. Ce sont les chrétiens et non pas les mahométans qui en sont responsables. L'islam, lui, ne fait que gagner le terrain que le christianisme le perd. La nature a horreur de vide. L'esprit, aussi.

ademimo
Quæstor
Quæstor
Messages : 374
Inscription : mar. 14 juil. 2020, 21:10
Conviction : catholique

Re: Traditions catholiques en voie de disparition

Message non lu par ademimo » mar. 20 oct. 2020, 0:49

Fée Violine a écrit :
dim. 18 oct. 2020, 18:30
Bonjour et bienvenue Apolis.
Je ne pense pas que vous soyez parano car beaucoup de personnes ont les mêmes craintes que vous.
Cela dit, ce n'est pas mon cas. J'ai l'impression que ces personnes confondent le culturel et le spirituel.
Mais bon, il y a déjà de nombreux débats sur le sujet...
Et on pourrait évoquer la consternante attitude de certains catholiques qui se réjouissent de cette situation, et font tout pour la dégrader encore plus.

Apolis
Civis
Civis
Messages : 8
Inscription : ven. 16 oct. 2020, 20:28
Conviction : Catholique

Re: Traditions catholiques en voie de disparition

Message non lu par Apolis » mar. 20 oct. 2020, 4:47

Pourquoi certains catholiques se réjouissent de cette situation?

ademimo
Quæstor
Quæstor
Messages : 374
Inscription : mar. 14 juil. 2020, 21:10
Conviction : catholique

Re: Traditions catholiques en voie de disparition

Message non lu par ademimo » mar. 20 oct. 2020, 12:16

On pourrait poser la même question aux gauchistes... Et je pense que le motif est exactement le même : la haine de soi.

Avatar de l’utilisateur
Pathos
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1053
Inscription : dim. 17 avr. 2016, 19:32
Conviction : Catholique

Re: Traditions catholiques en voie de disparition

Message non lu par Pathos » mar. 20 oct. 2020, 13:07

ademimo a écrit :
mar. 20 oct. 2020, 0:49
Et on pourrait évoquer la consternante attitude de certains catholiques qui se réjouissent de cette situation, et font tout pour la dégrader encore plus.
Vous pouvez développer ?
Mais priez, mes enfants, Dieu vous exaucera en peu de temps. Mon Fils se laisse toucher.

Avatar de l’utilisateur
Pathos
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1053
Inscription : dim. 17 avr. 2016, 19:32
Conviction : Catholique

Re: Traditions catholiques en voie de disparition

Message non lu par Pathos » mar. 20 oct. 2020, 13:09

ademimo a écrit :
mar. 20 oct. 2020, 12:16
On pourrait poser la même question aux gauchistes... Et je pense que le motif est exactement le même : la haine de soi.
Vous voulez dire la haine de la France et de l'Incarnation ?
Mais priez, mes enfants, Dieu vous exaucera en peu de temps. Mon Fils se laisse toucher.

Alizee
Quæstor
Quæstor
Messages : 329
Inscription : lun. 09 mai 2016, 12:19

Re: Traditions catholiques en voie de disparition

Message non lu par Alizee » mar. 20 oct. 2020, 15:24

Qu'on veuille ou non, notre République laïque a calqué certaines dispositions sur les besoins de la vie chrétienne, dont les jours fériés d'origine chrétienne, les jours de week-end par ex. Au fur et à mesure que les chrétiens reculent et vident l'espace public, plus les revendications musulmanes se sont entendre. Tout devient discutable. Sous couvert de laïcité, il est difficile de viser expressément une communauté. Cf les lois anti-voile complet. C'est un signe religieux ostentatoire - mais pas plus au final qu'une soutane ou une bure. Il fallait donc trouver un moyen de contourner : l'impossibilité d'identifier le visage et donc la personne. Bien joué. Mais quid de l'instruction en famille, fortement entravée à l'avenir ? Il faut l'interdire à tous. Ou encore les écoles privées : si les HC cathos sont autorisés, on ne peut pas interdire d'office le HC musulman. Donc on interdit à tous.
Si le professeur de Conflans avait montré des caricatures du pape, d'un prêtre ou du Christ, il y a fort à parier qu'il serait encore vivant aujourd'hui.
Les profanations et dégradations d'églises passent presque inaperçues, sous le tapis. Les Chrétiens ne se soulèvent pas massivement pour manifester. Ils sont trop peu nombreux à être engagés, tout simplement !

ademimo
Quæstor
Quæstor
Messages : 374
Inscription : mar. 14 juil. 2020, 21:10
Conviction : catholique

Re: Traditions catholiques en voie de disparition

Message non lu par ademimo » mar. 20 oct. 2020, 19:41

Pathos a écrit :
mar. 20 oct. 2020, 13:07
ademimo a écrit :
mar. 20 oct. 2020, 0:49
Et on pourrait évoquer la consternante attitude de certains catholiques qui se réjouissent de cette situation, et font tout pour la dégrader encore plus.
Vous pouvez développer ?
Est-ce vraiment nécessaire ?

ademimo
Quæstor
Quæstor
Messages : 374
Inscription : mar. 14 juil. 2020, 21:10
Conviction : catholique

Re: Traditions catholiques en voie de disparition

Message non lu par ademimo » mar. 20 oct. 2020, 19:54

Pathos a écrit :
mar. 20 oct. 2020, 13:09
ademimo a écrit :
mar. 20 oct. 2020, 12:16
On pourrait poser la même question aux gauchistes... Et je pense que le motif est exactement le même : la haine de soi.
Vous voulez dire la haine de la France et de l'Incarnation ?
Haine de la France en tant que culture, très certainement. Mais il y a probablement une réalité sous-jacente que je m'explique mal. Le fait est que notre civilisation est traversée par un courant de pensée, que nous retrouvons dans tous les milieux sociaux (bourgeois, populaires), toutes les opinions politiques (droite, gauche), et toutes les convictions religieuses (de catholique pratiquant à athée) qui souhaite délibérément la mort de notre civilisation et fait tout pour y arriver.

Il y a une part de masochisme. Peut-être héritée du christianisme (la Passion, la Croix, l'ascèse, tendre la joue gauche, l'amour des ennemis, etc.).

Une part de culpabilisation par rapport au reste du monde (liée à notre confort, notre puissance économique et militaire, notre exploitation des ressources mondiales, etc.).

Une part de décadence.

Mais je devine confusément qu'il y a quelque chose d'autre, bien plus profond, qui se ramifie en surface dans ces différents phénomènes, et en serait la source. Une cause à la fois fondamentale et archaïque. Peut-être en lien avec la sélection naturelle. L'humanité chercherait la civilisation, mais une fois celle-ci atteinte elle en souhaiterait la destruction pour revenir à la nature sauvage.

C'est une hypothèse personnelle. Je pense d'ailleurs à une explication analogue concernant le féminisme, que je vois surtout comme une tentative inconsciente de retour à un ordre totalement archaïque.

pierrot2
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1508
Inscription : dim. 24 août 2014, 14:38

Re: Traditions catholiques en voie de disparition

Message non lu par pierrot2 » mar. 20 oct. 2020, 21:13

Bonsoir Apolis, et aux lecteurs du fil,

Je crois que le christianisme survivra à cette époque. Une fois peut-être totalement disparu. Peut-être l'Eglise traverse-t-elle quelque chose de cette solitude absolue qu'a vécue notre Seigneur lorsque ses disciples, Pierre le premier, prétendaient être toujours à ses cotés.

>Altior
Altior a écrit :
dim. 18 oct. 2020, 19:21
La perte des traditions chrétiennes s'explique pas la perte de la foi chrétienne.
Bonsoir à vous,
Il est à noter, comme vous le faites, que
Altior a écrit :
dim. 18 oct. 2020, 19:21
ce n'est pas à cause des musulmans. Eux, ils peuvent décapiter les professeurs et égorger les prêtres, mais ils n'ont rien à voir avec l'anéantissement des traditions chrétiennes.
En effet! Qu'est ce qui est le plus facile? De développer son esprit critique, comme nos élites semblent le croire, elles qui ne conçoivent d'estime que pour l'esprit critique? Ou bien d'être la raison, la substance qui permet à cet esprit critique d'avoir un soupçon de consistance, de paraître exister, simplement parce qu'elle a le pouvoir (quelle gloire!) de jeter un facile regard condescendant sur la croyance? Et sur celui qui l'inspire à lui tout seul, et encore aujourd'hui au travers de plus de 2000 ans d'histoire..

Avatar de l’utilisateur
apatride
Quæstor
Quæstor
Messages : 334
Inscription : lun. 06 juin 2016, 1:24
Conviction : Catholique romain

Re: Traditions catholiques en voie de disparition

Message non lu par apatride » mar. 20 oct. 2020, 23:48

Sur les morts et résurrections de l'Eglise, G.K. Chesterton a eu ces mots magnifiques, que je place entre balises spoiler car le propos est assez long. Il vaut toutefois la peine d'être lu :
[+] Texte masqué
J'ai dit que l'Orient et le monde païen paraissaient trop vieux pour mourir. La chrétienté était marquée du sceau contraire. La chrétienté a subi un certain nombre de bouleversements dont le christianisme est mort chaque fois. Il est mort et s'est relevé de chacune de ses morts, car son Dieu sait comment on sort du tombeau. Lors des bouleversements qui ont secoué l'Europe – et c'est là le trait le plus extraordinaire de sa longue histoire –, loin de se trouver englouti, il s'est renouvelé. Si la foi ne cesse de convertir le monde, ce n'est pas en tant que religion ancienne, mais en tant que religion nouvelle.

Un préjugé trop partagé cache souvent ce fait historique, notamment, chose curieuse, aux bruyants spécialistes de la dénonciation des préjugés. Ils répètent sans relâche que les prêtres et leurs cérémonies ne sont pas la religion et que les organismes religieux tiennent du trompe-l'œil. Je me demande s'ils saisissent à quel point c'est vrai. Trois ou quatre fois au moins dans l'histoire de la chrétienté, le christianisme a paru rendre l'âme et presque tout le monde attendait sa fin. L'événement s'est trouvé masqué, à différentes reprises, par la survivance de cette religion officielle que nos savants critiques se targuent de démasquer. Le christianisme demeurait la religion officielle d'un prince de la Renaissance ou d'un évêque du dix-huitième siècle, comme la mythologie demeurait la religion officielle de Jules César, et l'arianisme celle de Julien l'Apostat. Mais entre Jules et Julien, il y avait un abîme, car l'Église avait commencé son étrange carrière. Rien ne s'opposait à ce qu'un homme comme Jules César rende aux dieux des honneurs publics, et se moque de Jupiter en privé. Quand Julien voulut dresser l'acte de décès du christianisme, le mort se révéla vivant. Jupiter, en revanche, s'obstina à rester coi. Le cas de Julien et de l'arianisme est le premier des exemples brièvement esquissés ici. L'arianisme, on l'a vu, était un pas raisonnable sur la route qui conduisait à l'anéantissement de la superstition constantinienne. La foi avait franchi les étapes habituelles : elle était devenue respectable puis rituelle, et quelques adaptations l'avaient rendue rationnelle — les rationalistes se préparaient d'ailleurs à en effacer les ultimes vestiges, exactement comme aujourd'hui. La brusque réapparition du christianisme, qui les balaya, fut presque aussi inattendue que la résurrection du Christ. Il y a d'autres exemples de ce processus. À peu près au même moment, les missionnaires irlandais se ruèrent avec toute l'impétuosité de la jeunesse à l'assaut d'un monde vieilli et peut-être même d'une Église vieillissante. Quelques-uns furent martyrisés sur les côtes de Cornouailles, et je tiens d'un archéologue spécialiste de la région, non dénué d'humour, que ces moines n'avaient pas été massacrés par des païens mais par « des chrétiens assez tièdes ».

Si nous examinions la question plus avant, ce qui n'est pas le propos de ce livre, nous verrions, je crois, que le scepticisme et l'indifférence ont plusieurs fois vidé le christianisme de sa substance : il n'en restait que la coquille, comme l'écorce du paganisme a survécu très longtemps au cœur de l’arbre païen. Mais il y aurait cette différence que nous verrions resurgir chaque fois des enfants aussi ardents que leurs pères étaient tièdes. La Contre-Réforme a succédé à la Renaissance. Les nombreux renouveaux catholiques de notre temps succèdent au déclin du dix-huitième siècle. Et je pense que l'on pourrait trouver beaucoup d'autres exemples qui parleraient d'eux-mêmes.

La foi n'a pas survécu à la façon dont elle aurait pu subsister en Asie et dans l'Europe antique, où les mythologies et philosophies se côtoient éternellement dans l'indifférence ou la tolérance réciproque — au sens où des druides seraient parvenus à survivre jusqu'à nos jours. Elle s'est renouvelée perpétuellement au sein de ce monde occidental souvent bouleversé, qui a usé tant de systèmes et d'institutions. L'Europe, fidèle à la tradition romaine, n'a jamais cessé de se révolter et de se reconstruire, restaurant sans cesse une république universelle. Elle commençait toujours par rejeter cette vieille pierre qu'elle reprenait, à la fin, comme pierre angulaire, allant la chercher dans les décombres pour couronner le Capitole. Les pierres levées qui ont chu gisent toujours sur le sol. Aucun jeune druide couronné de gui ne vient danser en l'honneur du soleil parmi les alignements de Carnac. On ne signale aucun menhir roman malencontreusement remplacé par un menhir rococo, ni de dolmen gothique complété dans le style nouille. Les hauts lieux druidiques n'ont pas à craindre le vandalisme des restaurations.

L'Église d'Occident n'habitait pas un monde où les choses étaient trop vieilles pour mourir, mais un monde où elles étaient toujours assez jeunes pour se faire tuer. D'ailleurs, aux yeux d'un observateur superficiel, elle fut plusieurs fois mise à mort, et parfois disparut d'elle-même. Il en découle un fait difficile à décrire mais que je crois réel et d'une certaine importance. De même qu'un spectre est l'ombre d'un homme, et en ce sens l'ombre de la vie, de même quelque chose comme l'ombre de la mort traversait par intervalles cette vie indestructible. La foi aurait-elle dû mourir, le passage de l'ombre aurait marqué l'heure de sa mort. À ce moment-là, ce qu'elle avait de mortel disparaissait. Si je puis risquer cette image, je dirais que le serpent muait, puis poursuivait sa route. Mais il est plus vrai et plus convenable de dire que l'horloge sonnait et que rien n'arrivait, ou que l'on entendait résonner les tambours d'une exécution éternellement reportée.

Pourquoi cette inquiétude sourde mais générale du douzième siècle dont on a si bien dit que Julien semblait alors se retourner dans son sommeil ? Pourquoi le scepticisme profond que supposait l'assaut du nominalisme contre le réalisme — car le réalisme, luttant contre le nominalisme, luttait contre le rationalisme et peut-être contre quelque chose de plus destructeur encore —, pourquoi ce scepticisme apparut-il si tôt dans la demi-lumière qui suivit le haut Moyen Âge ? Eh bien, voici. Comme il avait paru à certains que l'Église n'était qu'une composante de l'Empire romain, d'autres, plus tard, pensèrent que l'Église n'était qu'une composante de l'ère qui s'achevait. L'Empire avait sombré, le Moyen Âge le rejoignait dans la nuit des temps : l'Église, puisqu'elle n'était qu'une ombre de la nuit, devait disparaître avec eux. Ce fut une fois de plus le passage de l'ombre de la mort, c'est-à-dire une fausse mort. De même qu'un triomphe de l'arianisme, une victoire du nominalisme, plus radicalement sceptique que le simple athéisme, aurait constitué un premier aveu de faiblesse du christianisme. La question était ouvertement posée lorsque la nuit médiévale céda la place à cette lumière que nous appelons les temps modernes. Quelle fut la réponse ? La réponse fut Thomas dans la chaire d'Aristote rassemblant tout le savoir et des écoliers par dizaines de milliers, et jusqu'à des paysans et des serfs vivant, faméliques et loqueteux, autour des grands collèges pour s'initier à la philosophie scolastique.

Que signifiait ce frémissement de peur qui fit le tour de l'Occident à l'approche de l'islam et peupla nos chansons de geste de cavaliers sarrasins, apparitions surprenantes sur les côtes de la Norvège ou des Hébrides ? Pourquoi des Occidentaux dont, si je ne me trompe, le roi Jean, furent-ils accusés d'être secrètement musulmans, comme d'autres sont accusés d'être secrètement athées ? Pourquoi certains maîtres s'inquiétèrent-ils si fort du rationalisme de la lecture arabe d’Aristote ? Il est rare que les maîtres s'inquiètent ainsi, sauf quand il est trop tard. La réponse est que beaucoup de gens croyaient probablement au fond d'eux-mêmes à la conquête de la chrétienté par l'islam, à la supériorité d'Averroès sur Anselme, à la suprématie réelle aussi bien qu'apparente de la culture musulmane. Une fois de plus, sans doute, une génération entière, celle qui atteignait l'âge mûr, était irrésolue, lasse et déprimée. L'avènement de l'islam n'était jamais que l'avènement du socinianisme avec mille ans d'avance. Cela devait paraître à beaucoup le cours normal, rationnel et prévisible des choses. Quelle dut être leur surprise ! Il y eut des milliers et des milliers de jeunes hommes lancés, avec toute la fougue de la jeunesse, dans l'exubérante contre-attaque des Croisades. Il y eut les fils de saint François, les jongleurs de Dieu qui chantèrent sur tous les chemins du monde. Il y eut le gothique filant vers le ciel comme un vol de flèches. Le monde se réveillait. Avec le drame cathare, une brèche s'ouvrit au cœur de l'Europe, où s'engouffra une philosophie nouvelle — le pessimisme — qui faillit en finir avec le christianisme. Cette philosophie avait un air des plus modernes car elle était aussi vieille que l'Asie, ce qui est le cas de la plupart des idées modernes. Elle marquait le retour des gnostiques. Pourquoi revenaient-ils ? Parce que c'était la fin d'une époque, comparable à la fin de l'Empire, qui aurait dû entraîner celle de l'Église. C'était Schopenhauer planant sur l'avenir, c'était aussi Manès ressuscité des morts afin que les hommes aient la mort… et la mort en abondance.

Tout cela est plus clair lorsque l'on aborde la Renaissance dont nous savons plus de choses parce qu'elle est historiquement plus proche de nous. Mais de cette époque même, plus riche d'enseignements qu'on ne le croit souvent, nous ne savons pas tout. La Renaissance fut une époque beaucoup plus confuse qu'on ne l'admet généralement. Quand les protestants font de Latimer un martyr du protestantisme, les catholiques répondent en faisant de Campion un martyr du catholicisme : les uns et les autres oublient que, parmi les victimes de ces persécutions, beaucoup furent en fait des martyrs de l'athéisme, de l'anarchie, et même du satanisme. Dans ce monde, presque aussi agité que le nôtre, on trouvait des champions de l'inexistence de Dieu, des partisans de la déification de l'homme, et d'intarissables discoureurs. Si nous avions accès à la conversation des intellectuels du temps qui suivit la Renaissance, nous serions sans doute choqués par l'impudence de ses négations, dont les propos attribués à Marlowe sont sans doute représentatifs. La période de transition entre l'Europe d'avant la Réforme et celle d'après fut comme la traversée d'un gouffre d'interrogations. Cependant la réponse ne varia pas. De même que le Christ avait marché sur les eaux, de même le christianisme, alors, marcha dans les airs.

Mais, pour que ces exemples éloignés dans le temps soient probants, il faudrait descendre dans le détail. Les choses sont plus claires dans le cas de la Renaissance, dont le paganisme vint à bout du christianisme avant que, contre toute attente, ce dernier rejaillisse. Mais il est un exemple proche de nous, encore plus clair et plus manifeste : c'est le grand déclin de la religion qui commence au temps de Voltaire. Il nous touche de fort près, car nous avons vu nous-mêmes le déclin de ce déclin. Les deux siècles qui ont suivi Voltaire ne peuvent être évoqués avec autant de concision que les quatrième et cinquième siècles ou les douzième et treizième. Le processus si souvent répété est ici à portée de main : nous pouvons le saisir sur le vif. Nous savons à quel point d'abandon de sa religion officielle peut en venir une société, sans néanmoins l'abolir officiellement. Nous savons que les hommes peuvent être devenus agnostiques bien avant de songer à faire disparaître les évêques. Et nous savons que ce déclin si proche de nous, que nous avons tenu pour le déclin ultime, s'est achevé par un retournement incroyable — mais habituel. La foi conquiert les jeunes plus que les vieux. La jeune génération frappe à la porte, disait Ibsen, sans imaginer un instant qu'elle frappait à la porte de l'Église.

En cinq occasions au moins — l'arianisme, les Albigeois, l'humanisme sceptique, l’après-Voltaire et l’après-Darwin — la foi parut condamnée. Et cinq fois, elle a enterré ses vainqueurs. Dans le cas le plus proche de nous, il est possible de considérer en détail la gravité de l'effondrement et l'étrangeté du redressement.

Que n'a-t-on pas dit du mouvement d’Oxford et du renouveau parallèle en France ? Le point le plus évident, l'effet de surprise, est pourtant resté dans l'ombre. Car cette surprenante renaissance catholique était aussi une énigme. Aux yeux de la plupart des gens, la rivière semblait désormais couler à l'envers, remontant de son embouchure vers ses montagnes natales. Quiconque a fréquenté la littérature du dix-huitième et du dix-neuvième siècle sait que tout le monde ou presque se représentait alors la religion comme un fleuve qui ne cesse de gagner en largeur tout au long de son cours, jusqu'à ce qu'il se dissolve dans la mer infinie. Certains pensaient qu'une cataracte interromprait son cours en catastrophe. Le plus grand nombre attendait qu'elle s'élargisse en un estuaire paisible. Tous auraient tenu pour une sorcellerie qu'elle inverse son cours. En d'autres termes, la masse des modérés pensait que la foi s'adapterait lentement, tandis que quelques esprits forts pensaient qu'elle s'adapterait rapidement, pour ne pas dire qu'elle s'évanouirait. La société libérale et scientiste de Guizot et de Macaulay fut sans doute plus certaine qu'aucune autre de la direction que prenait le monde. L'accord était unanime, seule l'allure était discutée. Beaucoup voyaient venir avec crainte, un petit nombre avec sympathie, la révolution jacobine qui guillotinerait l'archevêque de Cantorbéry ou l'émeute libertaire qui pendrait les curés aux réverbères. Alors, par un prodige qui leur parut contre nature, l'archevêque qui devait perdre la tête reprit sa mitre, et notre respect des dignitaires ecclésiastiques, loin de diminuer, s'étendit aux plus humbles prêtres. Cette révolution à l'envers, contraire à toutes leurs prévisions, les laissa pantois.

En bref, alors qu'ils ne discutaient plus que sur la rapidité d'un courant dont la direction ne faisait aucun doute, ils s'aperçurent qu'une force indistincte mais puissante remontait la rivière. Il y avait là, pour une raison essentielle, un vrai sujet d'agitation, au propre et au figuré. N'importe quel objet inerte peut descendre la rivière, seul un être vivant peut la remonter. Un chien crevé peut bondir dans les remous d'un torrent avec la légèreté d'un lévrier, mais seul un chien vivant peut nager à contre-courant. Un bateau de papier peut suivre la houle avec toute l'élégance arrogante d'un navire féerique, mais s'il navigue contre le vent, il est sûrement aux ordres des fées. Le large fleuve du progrès apparent emporta sur ses eaux tranquilles nombre de démagogues ou de sophistes aux gestes incohérents, sans plus de vie réelle que les virevoltes d'un épouvantail. Il charriait aussi d'innombrables philosophies pareilles à ces bateaux de papier qu'un geste transforme en chapeau de gendarme. Et rien n'indiquait que les éléments vivants ou même vivifiants qu'il entraînait de la même façon aient été vivants ou vivifiants puisqu'ils se contentaient de suivre le courant. L'autre force, au contraire, était indiscutablement, inexplicablement vivante car, mystérieuse et immense, elle nageait à contre-courant. Cela ressemblait à la progression d'un monstre énorme, sans doute préhistorique mais indubitablement plein de vie, dont l'existence même avait quelque chose d'invraisemblable et d'aussi saugrenu que l'apparition du serpent de mer dans le lac du bois de Boulogne. L'image est irrévérencieuse mais elle a le mérite de souligner le caractère imprévisible de ce revirement. Le monde d'alors croyait vraiment que les cultes historiques avaient hérité du côté grotesque des animaux préhistoriques, que les mitres et les tiares allaient de pair avec les griffes et les cornes des créatures antédiluviennes, que l'Église primitive supposait des hommes primitifs.

Le monde demeure surpris par ce renouveau vivace. J'ai parlé ailleurs des reproches incohérents que certains lui font encore et de leurs conséquences absurdes. Je me contenterai de dire ici que plus on l’attaque moins on l'explique. À défaut de l'expliquer, je veux indiquer au moins la voie à prendre pour trouver son explication, et souligner surtout une de ses particularités. Tout étrange qu'il puisse paraître, ce renouveau n'est pas nouveau. Il s'est même produit plusieurs fois.

Résumons-nous. Dans la mesure où les derniers siècles ont vu un affaiblissement de la doctrine chrétienne, ils n'ont fait que revoir ce que des siècles plus lointains avaient déjà vu. La dernière fois, cela s'est terminé comme cela s'était terminé au Moyen Âge et aux premiers siècles. Il est maintenant clair, mais ne cesse de le devenir plus encore, que le refroidissement de la foi n'est jamais suivi de sa disparition.

Ce qui suit, c'est la renaissance de ce que la tiédeur avait fait disparaître. Qu'il s'agisse du compromis arien ou des essais de compromis avec le nominalisme ou même avec les cathares, la fin est toujours la même. Que ce soit autrefois ou récemment, la renaissance de la théologie n'implique jamais, voyons-le bien, la simplification ou la purification que le monde attend. Ce qui renaît, c'est, tout simplement, la théologie de toujours. L'enthousiasme pour les études théologiques marque constamment les moments de renouveau doctrinal. Si le vieux répétiteur de théologie rasait son monde, c'est parce que sa propre théologie le rasait et non parce qu'elle le passionnait. De son propre aveu, il préférait l'étude du latin de Plaute à celle du latin d'Augustin, l'étude du grec de Xénophon à celle du grec de Chrysostome. À la vérité, il s'intéressait davantage à une tradition morte qu’à une tradition vivante. Bref, il barbait ses auditeurs parce qu'il était lui-même le digne représentant d'une époque de foi tiède. Mais, s'ils l'avaient pu, ses disciples l'auraient volontiers salué du titre presque effrayant, mais merveilleux, de Docteur en théologie.

Nous voudrions, disent certains, ne garder du christianisme que son esprit. Ils désirent en vérité qu'il n'en reste que le fantôme. Mais ce qui suit le processus de mort apparente dont je parle n'est pas la persistance d'une ombre, c'est la résurrection d'un corps. Il n'est donc pas question de fantôme. Ils sont prêts à verser pieusement des larmes respectueuses sur la mort du Fils de l'Homme, mais ne le sont pas à le voir se promener de nouveau parmi les collines du matin. Ils étaient, dans leur majorité, parfaitement habitués à l'idée que le vieux cierge chrétien allait céder la place à la lumière du jour. Il leur semblait honnêtement que la flamme jaunie de cette chandelle ne cessait de pâlir dans le jour grandissant. Il était imprévisible mais fatal que le chandelier à sept branches se dresse soudain vers le ciel, flamboie comme un arbre en feu et fasse pâlir le soleil. D'autres âges déjà avaient vu la lumière du jour vaincre celle du cierge, puis la lumière du cierge vaincre celle du jour. D'autres âges, avant le nôtre, avaient vu les hommes mettre de l'eau dans le vin de la doctrine. D'autres âges avaient vu ce vin coupé reprendre soudain une franche couleur de rubis et la force du vin originel. Et nous ne faisons que redire ce que nos pères ont dit déjà : « Il y a longtemps, très longtemps, nos pères, fondateurs de notre peuple, goûtèrent comme en un rêve au sang de Dieu. Il y a longtemps, très longtemps, que le goût de cette vendange de géants est perdu, ce n'est plus qu'une légende de l'âge des géants. Plus tard, aux jours sombres de la seconde fermentation, le vin des catholiques tourna au vinaigre des calvinistes. Puis les temps vinrent où cet amer breuvage fut lui-même coupé, allongé par les eaux de l'oubli et la marée des jours. Nous pensions que jamais ne reviendrait le goût amer de cette sincérité et de cet esprit, encore moins la force douce et puissante des lourdes grappes de l'âge d'or dont nous rêvions. Jour après jour, année après année, nous avons vu nos espoirs disparaître et nos convictions faiblir. Nous nous sommes habitués à voir les crues monter, submergeant nos cuves et nos clos, le dernier bouquet et l'ultime saveur s'évanouir comme une tache pourpre dans une mer de grisaille. Nous nous sommes habitués à ce vin coupé, à ce breuvage insipide qui n'est plus que de l'eau. Et Vous, Vous seul, Seigneur, avez gardé le bon vin jusqu'à présent ».

Ce trait final n'est pas le moins extraordinaire. La foi n'est pas seulement morte plus d'une fois, elle est plus d'une fois morte de vieillesse. Elle n'est pas seulement morte parce qu'on la tuait, mais parce qu'elle devait mourir, parce qu'il était naturel et nécessaire qu'elle mourût. Il est évident qu'elle a survécu aux persécutions les plus sanglantes et les plus universelles, des violences de Dioclétien au déchaînement de la Révolution française. Mais elle est douée d'une autre résistance, plus étrange et plus mystérieuse : elle survit à la paix aussi bien qu’à la guerre. Elle est morte plus d'une fois, c'est vrai, mais plus d'une fois aussi elle a dégénéré et même capitulé. Or elle a survécu à ses faiblesses et même à ses capitulations. Il n'est pas besoin de redire l'évidente beauté de la mort du Christ, des noces de la jeunesse et de la mort. Mais c'est presque d'un Christ centenaire et chenu qu'il s'agit ici, d'un Christ qui serait mort de vieillesse pour ressusciter ensuite rajeuni, parmi les chants des trompettes, sous le ciel ouvert. On a fait remarquer assez justement que le christianisme s'était parfois trop humainement lié aux puissances de ce monde. Mais s'il y eut mariage, il y eut souvent veuvage. Il s'agit même d'un veuvage étonnamment perpétuel. Un de ses ennemis aurait pu dire, à un moment donné, que le christianisme n’était qu'une forme de la puissance des Césars, mais ce rapprochement nous paraît aujourd'hui aussi incongru qu'une évocation de la puissance des pharaons. Un autre aurait pu dire du christianisme qu'il était la doctrine officielle de la féodalité, mais il ne serait guère plus convaincant à nos yeux que s'il avait lié sa mort à celle de la Rome antique. Au terme de leur course, toutes ces institutions disparurent : il semblait naturel que la religion disparaisse en même temps qu'elles. Elle disparut en effet — et ressuscita.

« Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront pas ». La civilisation de l'Antiquité était universelle et les hommes ne pensaient pas plus à sa fin qu'à la fin du monde. Ils ne pouvaient pas imaginer un autre ordre qui ne fût en même temps un autre monde. Cette civilisation a disparu, ces paroles n'ont point passé. Dans la longue nuit du Moyen Âge, la féodalité était chose si familière qu'aucun homme n'aurait pu s'imaginer sans seigneur, et la religion était si bien liée à la trame de cette tapisserie que nul ne pensait qu'elle s'en dégagerait. Mais la vie populaire du Moyen Âge usa puis détruisit la féodalité. Au sein de cette indépendance nouvelle, le premier pouvoir, et le plus fringant, fut la vieille religion. La féodalité disparut et ces paroles ne passèrent point. L'ordre médiéval tout entier, qui offrait à l'homme un univers si complet et si familier, s'affaiblit à son tour. Cette fois on pensa bien que ces paroles trépasseraient. Elles franchirent le rayonnant abîme de la Renaissance et, en un demi-siècle, dans leur lumière et par leur puissance, on vit surgir de nouveaux fondements de la religion, une nouvelle apologétique, de nouveaux saints. On crut enfin que la foi s'évanouirait devant la sèche raison du Siècle des Lumières, puis que les cataclysmes de l'Âge des Révolutions l'engloutiraient. La science l'expliqua, ce qui ne l'empêcha pas d'exister. L'histoire l'enterrait dans le passé quand, soudain, elle réapparut comme l'avenir. Elle est aujourd'hui sur notre chemin et se développe sous nos yeux.

Si l'on admet que nos sources sont fiables et si les hommes consentent à jauger rationnellement une pareille accumulation de faits historiques indiscutables, il semblerait que, tôt ou tard, même les ennemis de la foi devraient tirer la leçon de leur attente perpétuellement déçue et ne plus espérer quelque chose d'aussi simple que sa mort. Ils pourront bien sûr continuer à la combattre — ils pourraient aussi s'en prendre à la nature, à la terre ou aux cieux. « Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront pas ». Ils attendront qu'elle trébuche ou qu'elle s'égare mais n'attendront plus sa ruine. Insensiblement, inconsciemment peut-être, ils accompliront, dans leur attente muette, les termes de cette extraordinaire prophétie. Ils oublieront d'espérer un glas tant de fois illusoire, et se mettront d'instinct à guetter d'abord le refroidissement du soleil et les signes dans le ciel.

Gilbert Keith Chesterton, in L’homme éternel (Ed. Dominique Martin Morin)
Dernière modification par apatride le mer. 21 oct. 2020, 4:53, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 11266
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: Traditions catholiques en voie de disparition

Message non lu par Fée Violine » mer. 21 oct. 2020, 0:40

Magnifique, merci Apatride !
le refroidissement de la foi n'est jamais suivi de sa disparition.
Ce qui suit, c'est la renaissance de ce que la tiédeur avait fait disparaître.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Rosita et 42 invités