Divinité de Jésus dans l'Évangile selon Saint-Luc

« Dieu leur donnera peut-être de se convertir et de connaître la vérité. » (2Tm 2.25)
Règles du forum
Forum de débats dialectiques entre personnes de bonne volonté autour de la religion chrétienne (catholicisme) et des objections formulées à son encontre

NB : L'attention des intervenants est particulièrement attirée sur la courtoisie et le respect ; les blasphèmes et provocations visant à blesser le sentiment religieux des lecteurs seront modérés ; les discussions inutilement polémiques seront verrouillées et leur initiateurs sanctionnés.
Avatar de l’utilisateur
Invité
Barbarus
Barbarus

Divinité de Jésus dans l'Évangile selon Saint-Luc

Message non lu par Invité » dim. 08 nov. 2020, 20:12

Bonsoir à tous,

Je poste occasionnellement sur ce forum et je souhaite ce soir partager une réflexion sur la divinité de Jésus dans le troisième Évangile synoptique. En espérant que les réponses me démontreront que j'ai tort. Sans doute certains points m'ont-ils échappé.

Il ne me semble malheureusement pas que l'Évangile de Saint-Luc et les Actes des Apôtres enseignent que le Fils de Dieu soit Dieu le Fils, contrairement à Saint-Jean et certaines lettres de Paul. J'ai lu cet Évangile pendant des années sans rien remettre en question mais très récemment, à ma grande tristesse, c'est la position à laquelle je suis parvenu. Ma réflexion n'est cependant pas terminée. Les premiers chapitres des Actes, en particulier le discours de Pierre lors de l'épisode de la Pentecôte établissent une distinction nette entre Dieu et Jésus. Selon ma compréhension de la théologie de Saint-Luc, Jésus est le Christ (le Sauveur annoncé) et le Seigneur (le Roi qui règne sur Israël et l'univers).

Les Actes nous enseignent en effet que Dieu a ressuscité Jésus, Dieu l'a élevé, Dieu l'a fait assoir à sa droite, Dieu lui a remis le règne sur toutes choses en l'établissant Seigneur, Dieu lui a remis l'Esprit-Saint qu'il envoie ensuite aux apôtres. Étienne lui-même contemple Dieu et Jésus siégeant à sa droite. Nous avons Dieu, nous avons l'homme Jésus.

Ainsi, le terme Seigneur, s'il peut traduire un caractère divin, est employé chez Saint-Luc dans une dimension purement royale, selon moi. Dieu a établi Jésus Seigneur et lui a donné de régner, l'élevant au dessus de tout ce qui peut exister. Tout lui est soumis par la volonté de Dieu, son Père. Ainsi s'accomplit pleinement la prophétie de Daniel concernant le Fils de l'homme (appellation que Jésus reprend volontiers à son compte), cet homme qui reçoit de Dieu le règne et la gloire.

Ceci étant dit, le Fils de Dieu ne devient pas Seigneur par la résurrection, il l'est déjà dès sa naissance. Ainsi l'annonce de l'ange aux bergers qui peuvent annoncer la bonne nouvelle de la naissance du Christ, du Seigneur. Pas encore entré dans sa gloire certes, mais Seigneur dans une condition de serviteur (il n'est pas venu pour être servi mais servir nous dit-il).

Le Fils de Dieu qui a tout reçu du Père (Dieu) peut donc pardonner les péchés, chasser les démons qui lui sont soumis (et le reconnaissent comme Fils de Dieu), enseigner avec autorité, contrôler les éléments naturels, etc. Non comme Dieu mais comme son Fils.

Que dites-vous ?

Avatar de l’utilisateur
Daïdalon
Censor
Censor
Messages : 76
Inscription : jeu. 01 oct. 2020, 20:24

Re: Divinité de Jésus dans l'Évangile selon Saint-Luc

Message non lu par Daïdalon » dim. 08 nov. 2020, 22:04

Bonsoir,

je ne vous serai d'aucun secours j'en ai peur,car je crois moi aussi que les textes que vous mentionnez ne permettent pas d'établir la divinité du Christ.Mais cela ne doit pas vous troubler. Le christianisme des premiers temps n'avait rien d'une organisation monolithique et centralisée,et la diversité des opinions se ressent clairement,tant dans les Evangiles que dans les premiers écrits patristiques. La question de la divinité du Christ est particulièrement épineuse mais je considère qu'elle n'est pas décisive.
Ce qu'on peut dire en tout cas, (dans une perspective chrétienne) sans craindre de se tromper, c'est que nous sommes tous Enfants de Dieu,nous le sommes tous en vérité; et parmi ces enfants,le Christ est le plus parfait.
Tout le reste est secondaire à mon sens.Le Christ est-Il vraiment,réellement le Fils de Dieu, né de la Vierge?La réponse à cette question ne doit pas déterminer notre attitude. Le but de toute vie chrétienne est l'imitation (dans la mesure de nos moyens) de la personne du Christ. Qu'Il ait été l'Incarnation de Dieu sur terre,ou plus modestement un Fils de l'Homme (bien qu'exceptionnel à tous point de vue),cela ne change rien au fond de Son message et de Son enseignement.

Carolus
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1124
Inscription : sam. 14 mars 2020, 16:47
Conviction : catholique

Re: Divinité de Jésus dans l'Évangile selon Saint-Luc

Message non lu par Carolus » dim. 08 nov. 2020, 22:46

Invité a écrit :
dim. 08 nov. 2020, 20:12
Invité :

[…]
Ainsi, le terme Seigneur, s'il peut traduire un caractère divin, est employé chez Saint-Luc dans une dimension purement royale, selon moi. […]

Que dites-vous ?
Pas nécessairement, cher Invité. :)
Ac 2, 33-34 Élevé par la droite de Dieu, il a reçu du Père l’Esprit Saint qui était promis, et il l’a répandu sur nous, ainsi que vous le voyez et l’entendez. David, en effet, n’est pas monté au ciel, bien qu’il dise lui-même : Le Seigneur a dit à mon Seigneur : “Siège à ma droite
C’est S. Luc qui a écrit le LIVRE DES ACTES DES APÔTRES, n’est-ce pas ? :oui:
CEC 446 Dans la traduction grecque des livres de l’Ancien Testament, le nom ineffable sous lequel Dieu s’est révélé à Moïse (cf. Ex 3, 14), YHWH, est rendu par Kyrios (" Seigneur ") .
En grec, « YHWH, est rendu par Kyrios (" Seigneur ") », n’est-ce pas ?
CEC 447 Tout au long de sa vie publique ses gestes de domination sur la nature, sur les maladies, sur les démons, sur la mort et le péché, démontraient sa souveraineté divine.
Pour S. Luc, le titre SEIGNEUR reflète la souveraineté divine de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ.

Avatar de l’utilisateur
Invité
Barbarus
Barbarus

Re: Divinité de Jésus dans l'Évangile selon Saint-Luc

Message non lu par Invité » dim. 08 nov. 2020, 23:56

Bonsoir à tous les deux et merci pour vos réponses.

Daïdalon > Si la pré-existence de Jésus peut porter à réflexion dans les Évangiles synoptiques et est encore une pierre d'achoppement dans mon esprit, je suis en revanche convaincu de la conception virginale de Jésus pour une raison fort simple : le livre du Lévitique nous enseigne que seul le sang, comme principe de vie, fait expiation. Or, le rachat de nos péchés et la réconciliation avec Dieu ne peuvent être réalisés que par un sacrifice parfait, celui d'un homme sans péchés. Or, la sainteté ne pouvant venir que de Dieu, il était indispensable que le Sauveur ne soit pas né de deux parents humains, sans quoi il serait à l'image de nous tous : pécheur. Parce que Jésus est conçu par la puissance de Dieu, il est saint. C'est ce qu'exprime ouvertement l'ange Gabriel à la Vierge Marie. Et seule cette sainteté dans une humanité bien réelle peut conduire à la rédemption.

Carolus > Malheureusement cet argument (que je connais déjà) ne me convainc pas. Deux raisons tiennent à cela :

- La version originale en hébreu dit : YHWH dit à mon Seigneur, établissant une distinction entre Dieu et le Seigneur dont il est question. De traduire ici les deux noms de la même manière est un choix de l'évangéliste qui pourrait effectivement suggérer la divinité de Jésus mais qui n'est pas compatible avec le sens du récit de l'évangéliste.

- Resitué dans le contexte du chapitre 20 de Saint-Luc, nous savons que le Seigneur [Dieu] dit au Seigneur de David [le Christ] de siéger à sa droite. Exactement ce qui est accompli après l'élévation de Jésus auprès de Dieu.

Car c'est du Christ dont il est question ici. Jésus lui-même pose la question : "Comment peut-on dire que le Christ est fils de David ?"

Incontestablement, Jésus démontre ici à ses détracteurs que le Christ n'est pas fils de David comme le veut la croyance populaire mais Fils de Dieu. Ce que le grand prêtre sait pertinemment puisque lors du procès, au chapitre 24, il associe Christ et Fils de Dieu. Les deux sont inséparables.

Mais Fils de Dieu par nature ne semble pas signifier pour Luc Dieu le Fils, d'après ma compréhension des textes.

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 5055
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: Divinité de Jésus dans l'Évangile selon Saint-Luc

Message non lu par gerardh » lun. 09 nov. 2020, 0:15

Chaque évangile a un caractère spécifique relativement à Jésus :

Saint Luc est celui du Fils de l'homme.

Saint Jean du Fils de Dieu.

Saint Matthieu du Messie

Saint Marc du serviteur et prophète.

__

Avatar de l’utilisateur
Kerygme
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1176
Inscription : jeu. 30 mai 2019, 13:12
Conviction : Catholique romain
Localisation : Argentoratum

Re: Divinité de Jésus dans l'Évangile selon Saint-Luc

Message non lu par Kerygme » lun. 09 nov. 2020, 10:45

Invité a écrit :
dim. 08 nov. 2020, 20:12
... [NDA : pour la notification]
Bonjour Invité,

J'aimerai répondre plus longuement à votre message mais comme je manque de temps ces derniers jours, je vais me contenter dans un premier temps de vous proposer un lien : JÉSUS FILS DE DIEU DANS L'ÉVANGILE SELON SAINT LUC

Dans un second et pour faire rapide, Luc dans son Évangile parle de Jésus en qualité de Fils par 13 fois et de Son Père par 11 fois. Les références sont quand même bien présentes (et vous les trouverez dans le lien proposé).

Par exemple, dans le récit majeur de l’Annonciation, l’ange dit clairement : « ... c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu ». (Luc 1,35).
Luc place la généalogie de Jésus après son baptême pour faire écho à la voix du Père qui dit : « Tu es mon fils ; moi aujourd'hui, je t'ai engendré » (Lc, 3, 22). Ainsi nous voyons que le but de saint Luc n'est pas uniquement de souligner la royauté terrestre et davidique mais que Jésus est bien « fils d'Adam, fils de Dieu» (Lc 3, 38); c'est à dire ce "Fils de l'homme" - par lequel Jésus se présente plus de 70 fois - et qui nous ramène à l'apocalyptique juive (qui était comprise en ce temps) : à cet homme - dont parle Daniel, Hénoch etc - qui a un rapport particulier à Dieu qui «a mis en lui tout son amour» et qui est ... le Fils de Dieu.

Vos doutes sont légitimes. Ils sont les mêmes que ceux qui ont suivi Jésus pendant sa vie terrestre tout en se posant des questions. Car Jésus laisse ses interlocuteurs libres (il ne fera preuve de précision qu'à la fin, dans l'évangile de Marc).
Par exemple, après avoir apaisé la tempête, ils se demandent : « Mais qui donc est-il pour que même la mer et le vent lui obéissent ? » ou quand Jésus pose cette question : « Au dire des gens, qui est le Fils de l’homme ? » (Mat 16,13).

Ainsi nous restons libres d'ignorer qui est Jésus, de le questionner sur son identité ou de se mettre à sa suite. Au final : celui qui a des oreilles qu'il entende !

Désolé, je pensais faire plus rapide mais il y aurait tant à dire encore. J'espère que ces quelques pistes vous aideront à approfondir votre questionnement.
« N’aimons pas en paroles ni par des discours, mais par des actes et en vérité. » (1Jean 3,18)

Avatar de l’utilisateur
Invité
Barbarus
Barbarus

Re: Divinité de Jésus dans l'Évangile selon Saint-Luc

Message non lu par Invité » lun. 09 nov. 2020, 12:03

Bonjour Kerygme,

Je vous remercie pour votre contribution. Je ne remets nullement en cause le fait que Jésus soit Fils de Dieu, c'est l'évidence même et je me suis attaché à le souligner dans mes messages ci-dessus. Pour Luc, indubitablement Jésus est Fils de Dieu, sauf à être de très mauvaise foi, personne ne pourra prétendre le contraire.

Je dis simplement qu'il me semble que selon la théologie de Saint-Luc être Fils de Dieu n'implique pas forcément être Dieu le Fils. Être Fils de Dieu ne serait peut-être pas être soi-même Dieu. C'est là le sens de mon interrogation.

Avatar de l’utilisateur
Kerygme
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1176
Inscription : jeu. 30 mai 2019, 13:12
Conviction : Catholique romain
Localisation : Argentoratum

Re: Divinité de Jésus dans l'Évangile selon Saint-Luc

Message non lu par Kerygme » lun. 09 nov. 2020, 13:27

Re Invité,
Invité a écrit :
dim. 08 nov. 2020, 23:56
Mais Fils de Dieu par nature ne semble pas signifier pour Luc Dieu le Fils, d'après ma compréhension des textes.
Le problème semble se situer là. Tout d'abord n'oublions pas que nous ne sommes pas des protestants, la Révélation de Dieu se fait par deux moyens : l'Écriture Sainte et la Tradition de l'Église catholique; la liturgie en étant l'expression la plus haute.

Quelque chose a dû vous influencer puisque vous êtes passé d'une position inconditionnellement réceptive de la Parole de Dieu à celle de sa remise en question sur la seule base de votre lecture. Laquelle va plus loin que la simple interrogation à propos de Luc et que j'ai relevé dans votre première conclusion : "Non comme Dieu mais comme son Fils"et que vous réitérez dans la réponse ci-dessus : "Être Fils de Dieu ne serait peut-être pas être soi-même Dieu".
Je n'y avais pas répondu de suite afin d'en méditer l'orientation car ce propos peut donner matière à s'interroger.

Que ce soit la remise en cause de la nature divine du Fils au sein de la Sainte Trinité, ou la dissociation de la nature divine/humaine de Jésus (vrai Dieu et vrai homme) engendré dans le temps par Dieu le Père dont Il serait distinct et auquel Il est donc subordonné, ou de Jésus qui serait une personne humaine conjointe à la Personne divine du Fils, ce n'est que louvoyer dans des interprétations dont les noms sont déjà connus car ces erreurs portent sur la personne de Jésus-Christ et sur la Trinité : arianisme, dyophisisme, nestorianisme ...

Ce ne serait qu'une actualisation car de nos jours les erreurs sont surtout individuelles car l’individu, plus conscient de lui-même qu’à d’autres époques, affirme pouvoir faire le tri dans les affirmations de foi. Mais attention car pour le/la baptisé ces erreurs ne sont pas "errantes" mais bien "haeresis" comme refus délibéré d’une proposition de la foi définie par l’Église comme vérité révélée.
La négation obstinée la rendrait formelle, mais si vous venez nous interroger c'est que nous n'en sommes pas encore là, non ?

L'Église ne nous appartient pas, c'est nous qui lui appartenons et qui avons à nous convertir. Il est donc bon de mettre de côté notre autocentrage pour écouter ou redécouvrir ce qu'elle professe :

- dans le symbole de Nicée
- dans le Catéchisme de l'Église Catholique : JE CROIS EN JÉSUS-CHRIST, LE FILS UNIQUE DE DIEU
- au travers du symbole d'Athanase
Image
NB : il peut persister une incompréhension dans ces échanges par l'utilisation de la majuscule : "Fils de Dieu" (Fils par nature divine) et "fils de Dieu" (fils par adoption, nous en l'occurence). Je tenais à le signaler car je sens que par moments nous frôlons le quiproquo. Par exemple : " Être Fils de Dieu ne serait peut-être pas être soi-même Dieu " me parait, à moi, terriblement contradictoire.
« N’aimons pas en paroles ni par des discours, mais par des actes et en vérité. » (1Jean 3,18)

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 5055
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: Divinité de Jésus dans l'Évangile selon Saint-Luc

Message non lu par gerardh » lun. 09 nov. 2020, 14:37

__

Bonjour,

Saint Matthieu place devant nous le Seigneur sous le caractère de Messie promis aux Juifs.

Saint Marc raconte la vie du Seigneur comme répondant au caractère de prophète ou de serviteur.

L'Évangile selon Saint Luc est celui qui, pour ainsi dire, approche le Seigneur Jésus le plus près de nous. Car il nous le fait admirer spécialement dans son humanité parfaite, l’homme selon les conseils de Dieu. Dieu a choisi Luc, le médecin bien-aimé et fidèle compagnon de Paul, jusqu'à la fin (Col. 4 v. 14; 2 Tim. 4 v. 11), pour nous faire cette révélation. Son sujet conduit l'évangéliste à décrire avec un soin tout particulier comment Jésus a revêtu notre humanité et a fait son entrée dans le monde.

Il reste encore le plus glorieux des caractères de Christ : celui de Fils de Dieu, celui sans lequel les trois autres ne pouvaient avoir leur réalisation parfaite, car le Messie, le Serviteur, le Fils de l’Homme, devait être le Fils de Dieu, Dieu manifesté en chair, le Créateur des cieux et de la terre qui est la lumière et la vie des hommes (Jean 1:4). C’est l’apôtre Saint Jean qui nous le présente comme Fils de Dieu ici-bas.

L’évangile selon Saint Luc commence par un gracieux tableau du résidu pieux en Juda, parmi lequel se trouve l’esprit prophétique, qui est caché au milieu de l’iniquité qui abondait. Ensuite vient une généalogie de Christ qui remonte jusqu’à Adam Il est le Fils de l’homme venu en grâce, et non l’héritier des promesses faites à Abraham et à David. En venant dans ce monde, comme un homme, Jésus remplace donc le premier Adam ; il porte les conséquences de la chute, ôte le péché de devant Dieu, et, en vertu de la rédemption, il devient chef et héritier de tout ce que Dieu destinait à l’homme selon ses conseils.

Cet évangile présente la grâce de Dieu d’une manière touchante ; elle s’étend à tous les hommes. Ce qui caractérise avant tout le récit de Luc et lui donne un charme et un intérêt particuliers, c’est qu’il nous présente, non pas la gloire officielle du Christ comme Matthieu, ou sa mission et son service comme Marc, ou la révélation particulière de sa gloire divine comme Jean, mais Christ lui-même, Jésus lui-même, tel qu’il était, un homme sur la terre marchant au milieu des hommes journellement.

__

Trinité
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 3319
Inscription : lun. 02 févr. 2015, 22:50
Conviction : catholique

Re: Divinité de Jésus dans l'Évangile selon Saint-Luc

Message non lu par Trinité » lun. 09 nov. 2020, 14:48

D'autre part, dans les évangiles de St Jean et St Matthieu, on peut lire:

St Jean 8 - 58 :
"avant qu'Abraham fût, je suis "

St Matthieu :
La transfiguration ; "celui-ci est mon Fils bienaimé , en qui je trouve ma joie : écoutez-le !"

Avatar de l’utilisateur
Invité
Barbarus
Barbarus

Re: Divinité de Jésus dans l'Évangile selon Saint-Luc

Message non lu par Invité » lun. 09 nov. 2020, 15:07

Re Kerygme,

Le dogme de la Trinité a été essentiellement défini à partir du prologue du quatrième Évangile.

Si nous faisons abstraction de cet Évangile pour se concentrer pleinement sur celui de Luc et sur ses Actes des Apôtres, il m'est difficile de défendre la divinité de Jésus. Le discours de Pierre à la Pentecôte, sous l'inspiration de l'Esprit-Saint, qui est le couronnement de tout l'Évangile, établit une distinction formelle entre Dieu et l'homme Jésus. Dieu a réalisé des miracles au moyen de Jésus, Dieu a ressuscité Jésus, Dieu a élevé Jésus, Dieu a fait asseoir Jésus à sa droite, Dieu a remis l'Esprit-Saint à Jésus pour qu'il l'envoie aux apôtres, Dieu a donné à Jésus de régner dans la gloire sur toutes choses. Je ne pense pas que vous me contredirez sur ce point, n'est-ce pas ?

Jésus est Fils de Dieu par sa conception virginale (exit donc l'adoptionisme) et parce qu'il a reçu de Dieu, son Père, la royauté et la gloire. Lui-même dit que tout lui a été remis par son Père. Mais la lecture de l'Évangile ne me semble pas impliquer pour autant une essence divine qui permettrait ici d'affirmer que Jésus est Dieu le Fils. Sauf à considérer que Dieu le rend participant de sa divinité, la question mériterait d'être creusée.

Je suis bien conscient que ma lecture est hérétique dans le sens où elle est en contradiction avec l'enseignement de l'Eglise mais sur quelle base concrète peut-on affirmer la divinité de Jésus comme Dieu le Fils à partir du seul Évangile de Saint-Luc ? C'est la raison même qui m'a fait initier ce fil.

Carolus
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1124
Inscription : sam. 14 mars 2020, 16:47
Conviction : catholique

Re: Divinité de Jésus dans l'Évangile selon Saint-Luc

Message non lu par Carolus » lun. 09 nov. 2020, 15:59

Invité a écrit :
dim. 08 nov. 2020, 23:56
Invité :
Bonsoir à tous les deux et merci pour vos réponses.
Merci à vous, cher Invité. :)
Invité a écrit :
dim. 08 nov. 2020, 23:56
Invité :
Carolus a écrit :
dim. 08 nov. 2020, 22:46

Pour S. Luc, le titre SEIGNEUR reflète la souveraineté divine de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ.
Carolus > Malheureusement cet argument (que je connais déjà) ne me convainc pas.
Cet argument ne vous convainc pas encore, cher Invité ❓
Invité a écrit :
dim. 08 nov. 2020, 23:56
Invité :

- La version originale en hébreu dit : YHWH dit à mon Seigneur, établissant une distinction entre Dieu et le Seigneur dont il est question.
Vous faites référence à la version araméenne, n’est-ce pas ?

Avatar de l’utilisateur
Kerygme
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1176
Inscription : jeu. 30 mai 2019, 13:12
Conviction : Catholique romain
Localisation : Argentoratum

Re: Divinité de Jésus dans l'Évangile selon Saint-Luc

Message non lu par Kerygme » lun. 09 nov. 2020, 17:39

Re Invité,


Je comprends que vous ne vouliez pas prendre Jean en compte, rien que les 10 premières lignes de son prologue contredisent ce que vous voulez recreuser !
Invité a écrit :
lun. 09 nov. 2020, 15:07
Si nous faisons abstraction de cet Évangile pour se concentrer pleinement sur celui de Luc et sur ses Actes des Apôtres, il m'est difficile de défendre la divinité de Jésus.
Alors résumons. Dieu nous révèle au travers de ses 4 évangélistes Sa parole, qui IL est mais vous, vous pouvez en faire abstraction ?
Mais sur quel critère, celui du singe savant ? Celui ou l'évangile de Luc, parce que vous croyez y trouver une faille, serait au-dessus des autres et les rendraient caduques ? Tenez je vais vous donner du grain à moudre. Savez vous que Luc n'a jamais été disciple de Jésus contrairement à Jean et Matthieu , qu'il ne l'a même jamais croisé ?
Le discours de Pierre [....] Je ne pense pas que vous me contredirez sur ce point, n'est-ce pas ?
Il y a trop d'affirmations spécieuses ou incomprises. Je ne peux pas reprendre chaque élément car c'est toute une catéchèse qu'il faudrait refaire. Ce que je ne ferais pas dans la rubrique Apologétique.


Alors cela reste votre choix, mais connaissez vous cet adage : "Qui veut tuer son chien l'accuse de la rage" ? Je crois que vous avez décidé de passer à l'acte et que pour y arriver vous voulez vous convaincre d'avoir raison. Quitte à tordre les Écritures, à en expurger ce qui vous gêne comme un certain Luther, à faire en sorte que Dieu ne soit plus Dieu et le faire même passer pour un menteur au travers de sa Parole révélée ou inspirée. Rien de nouveau ou de bien innovant, je dirais ... la routine quoi.
« N’aimons pas en paroles ni par des discours, mais par des actes et en vérité. » (1Jean 3,18)

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 5055
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: Divinité de Jésus dans l'Évangile selon Saint-Luc

Message non lu par gerardh » lun. 09 nov. 2020, 18:59

__

Bonjour,

Sur la divinité de Jésus, on pourrait citer, entre autres :

Romains 9 :5 : « le Christ, qui est sur toutes choses Dieu béni éternellement. Amen ! »

Esaïe 9 :6 : « Car un enfant nous est né, un fils nous a été donné, et le gouvernement sera sur son épaule ; et on appellera son nom : Merveilleux, Conseiller, Dieu [El] fort, Père du siècle, Prince de paix ».

Jean 20 :28 : « Thomas répondit et lui dit : Mon Seigneur et mon Dieu ! ».

__

Avatar de l’utilisateur
Invité
Barbarus
Barbarus

Re: Divinité de Jésus dans l'Évangile selon Saint-Luc

Message non lu par Invité » lun. 09 nov. 2020, 19:23

Kerygme,

Vous me prêtez de mauvaises intentions, c'est regrettable. Ma démarche ne vise aucunement à remettre en cause des dogmes qui sont professés depuis bientôt deux millénaires par des centaines de millions de fidèles à travers le monde et qui sont le fondement même du christianisme, au côté de la réalité de la résurrection du Christ. A ce propos, comme je l'ai exprimé précédemment, il ne me serait pas possible de contester la divinité de Jésus sans me mettre en porte-à-faux avec l'Évangile de Saint-Jean ou certains écrits de Paul qui sont sur ce point absolument explicites. Pas besoin de se fil donc pour me citer des versets, vous prêchez auprès d'un convaincu.

Mais je pense avoir le droit, de poser une réflexion sur la pertinence de la divinité de Jésus et de la Trinité à partir de l'étude de l'Évangile selon Saint-Luc et des Actes des Apôtres. Sur quels versets s'appuyer pour "défendre" ce point central de la foi quand l'évangéliste établit une distinction bien réelle entre Dieu et l'homme Jésus? Impossible pour moi en effet de faire abstraction du discours de Pierre au jour de la Pentecôte qui est le résumé de tout l'Évangile et qui, disons-le, ne présente pas de difficulté particulière d'interprétation :

"Il s’agit de Jésus le Nazaréen, homme que Dieu a accrédité auprès de vous en accomplissant par lui des miracles, des prodiges et des signes au milieu de vous, comme vous le savez vous-mêmes. Cet homme, livré selon le dessein bien arrêté et la prescience de Dieu, vous l’avez supprimé en le clouant sur le bois par la main des impies. Mais Dieu l’a ressuscité en le délivrant des douleurs de la mort, car il n’était pas possible qu’elle le retienne en son pouvoir. (...) Ce Jésus, Dieu l’a ressuscité ; nous tous, nous en sommes témoins. Élevé par la droite de Dieu, il a reçu du Père l’Esprit Saint qui était promis, et il l’a répandu sur nous, ainsi que vous le voyez et l’entendez." (...) Que toute la maison d’Israël le sache donc avec certitude : Dieu l’a fait Seigneur et Christ, ce Jésus que vous aviez crucifié." (Ac 2,22-36)

Autant je trouve que de considérer des versets isolément pour rejeter la divinité du Christ et la Sainte-Trinité (comme le font volontiers certaines confessions...) est contreproductif et dans un sens malsain, autant je pense qu'il peut être pertinent de s'interroger dans le cadre de l'étude globale d'un Évangile et des Actes. Au moins, le sens global du texte est entièrement préservé et nous ne tombons pas dans des raisonnements absurdes.

Je renouvelle donc ma question: quels versets de l'Évangile selon Saint-Luc et des Actes des apôtres accréditent non pas l'existence de Jésus comme Fils de Dieu (tellement évident à la lecture!) mais comme Dieu le Fils? Une distinction que soulève (malheureusement) la lecture des écrits de Saint-Luc.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 73 invités