Doutes

« Dieu leur donnera peut-être de se convertir et de connaître la vérité. » (2Tm 2.25)
Règles du forum
Forum de débats dialectiques entre personnes de bonne volonté autour de la religion chrétienne (catholicisme) et des objections formulées à son encontre

NB : L'attention des intervenants est particulièrement attirée sur la courtoisie et le respect ; les blasphèmes et provocations visant à blesser le sentiment religieux des lecteurs seront modérés ; les discussions inutilement polémiques seront verrouillées et leur initiateurs sanctionnés.
Carolus
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1110
Inscription : sam. 14 mars 2020, 16:47
Conviction : catholique

Re: Doutes

Message non lu par Carolus » mar. 21 juil. 2020, 23:30

ademimo a écrit :
mar. 21 juil. 2020, 22:14
ademimo :
Carolus a écrit :
mar. 21 juil. 2020, 21:32
Carolus :

Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ a donc raison lorsqu’il « dit : mon Père et moi sommes un »(ademimo).
Pour moi, ça reste insondable.
Merci de votre réponse, cher ademimo. :)
Jn 8, 58 Jésus leur répondit : « Amen, amen, je vous le dis : avant qu’Abraham fût, moi, JE SUIS. »
Abraham a vécu approximativement 2000 ans avant Jésus-Christ.

Doutez-vous que notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ existe déjà à cette époque ⁉️

ademimo
Quæstor
Quæstor
Messages : 356
Inscription : mar. 14 juil. 2020, 21:10
Conviction : catholique

Re: Doutes

Message non lu par ademimo » mer. 22 juil. 2020, 1:27

Fernand Poisson a écrit :
mar. 21 juil. 2020, 21:57
ademimo a écrit :
mar. 21 juil. 2020, 20:12
Donc nous pouvons écarter les miracles du processus de la foi.
Pourquoi donc ? La foi, c'est la foi dans les vérités du Credo, à laquelle peut conduire la reconnaissance de la crédibilité des miracles comme l'affirment l'Église et la Tradition. Techniquement on dira d'ailleurs que les miracles sont des "préambules" de la foi.

Voyez Vatican I par exemple :
Néanmoins, afin que l'hommage de notre foi fût d'accord avec la raison, Dieu a voulu ajouter aux secours intérieurs de l'Esprit saint les preuves extérieures de sa révélation, à savoir les faits divins et surtout les miracles et les prophéties, lesquels, en montrant abondamment la toute-puissance et la science infinie de Dieu, sont les signes très certains de la révélation divine et appropriés à l'intelligence de tous.
Mais si les miracles étaient en réalité inexistants ? La foi disparaîtrait-elle ?

ademimo
Quæstor
Quæstor
Messages : 356
Inscription : mar. 14 juil. 2020, 21:10
Conviction : catholique

Re: Doutes

Message non lu par ademimo » mer. 22 juil. 2020, 1:31

Carolus a écrit :
mar. 21 juil. 2020, 23:30
ademimo a écrit :
mar. 21 juil. 2020, 22:14
ademimo :

Pour moi, ça reste insondable.
Merci de votre réponse, cher ademimo. :)
Jn 8, 58 Jésus leur répondit : « Amen, amen, je vous le dis : avant qu’Abraham fût, moi, JE SUIS. »
Abraham a vécu approximativement 2000 ans avant Jésus-Christ.

Doutez-vous que notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ existe déjà à cette époque ⁉️
Pour moi, la question n'a pas de sens. Dieu est hors du temps. Si le Christ est relié à Dieu d'une façon qui ne peut que nous échapper, on peut dire en effet qu'il est hors du temps, et donc qu'il est avant qu'Abraham soit, comme il le dit dans l'Évangile. Ceci étant, si chaque être a été conçu de toute éternité par Dieu, la même chose peut lui être appliqué d'une certaine façon. Et c'est peut-être ce que le Christ a voulu nous dire, allez savoir.

Carolus
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1110
Inscription : sam. 14 mars 2020, 16:47
Conviction : catholique

Re: Doutes

Message non lu par Carolus » mer. 22 juil. 2020, 3:08

ademimo a écrit :
mer. 22 juil. 2020, 1:31
ademimo :
Carolus a écrit :
mar. 21 juil. 2020, 23:30
Carolus :

Jn 8, 58 Jésus leur répondit : « Amen, amen, je vous le dis : avant qu’Abraham fût, moi, JE SUIS. »

Abraham a vécu approximativement 2000 ans avant Jésus-Christ.

Doutez-vous que notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ existe déjà à cette époque ⁉️
Pour moi, la question n'a pas de sens.
Évidemment, je ne me suis pas bien exprimé, cher ademimo. :(
ademimo a écrit :
mer. 22 juil. 2020, 1:31
ademimo :

Dieu est hors du temps. Si le Christ est relié à Dieu d'une façon qui ne peut que nous échapper, on peut dire en effet qu'il est hors du temps, et donc qu'il est avant qu'Abraham soit, comme il le dit dans l'Évangile. Ceci étant, si chaque être a été conçu de toute éternité par Dieu, la même chose peut lui être appliqué d'une certaine façon. Et c'est peut-être ce que le Christ a voulu nous dire, allez savoir.
Non, ce n’est certes pas « ce que le Christ a voulu nous dire », cher ademimo. :non:

Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ parle de son existence comme la Deuxième Personne de la Trinité.
Jn 1, 3 C’est par lui que tout est venu à l’existence, et rien de ce qui s’est fait ne s’est fait sans lui.
« C’est par [notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ] que tout est venu à l’existence ». (Abraham est donc venu à l’existence grâce à notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ.)

Sans notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, « rien de ce qui s’est fait ne s’est fait » (Jn 1, 3).

Avatar de l’utilisateur
Fernand Poisson
Censor
Censor
Messages : 169
Inscription : jeu. 11 avr. 2019, 23:03
Conviction : Catholique romain

Re: Doutes

Message non lu par Fernand Poisson » mer. 22 juil. 2020, 9:06

ademimo a écrit :
mer. 22 juil. 2020, 1:27
Mais si les miracles étaient en réalité inexistants ? La foi disparaîtrait-elle ?
Je ne sais pas trop. D'un côté, la foi est une motion intérieure du Saint Esprit qui n'a donc théoriquement pas besoin de preuve extérieure.
D'un autre côté, nous avons toujours des raisons de croire sur lesquelles notre foi s'appuie, et j'ai du mal à envisager celles-ci sans celle-là.

J'ai évoqué les miracles parce que, à titre personnel, c'est ce qui me permet de surmonter les doutes dont vous avez parlé dans votre premier message. Les miracles attestent pour moi que le catholicisme est d'institution divine et que nous pouvons accorder notre confiance à ce que dit l'Église. C'est le raisonnement que je fais, personnellement. Est-ce que cela fait que ma foi n'est pas une vraie foi ? Je ne pense pas.

ademimo
Quæstor
Quæstor
Messages : 356
Inscription : mar. 14 juil. 2020, 21:10
Conviction : catholique

Re: Doutes

Message non lu par ademimo » mer. 22 juil. 2020, 9:13

Carolus a écrit :
mer. 22 juil. 2020, 3:08
ademimo a écrit :
mer. 22 juil. 2020, 1:31
ademimo :

Pour moi, la question n'a pas de sens.
Évidemment, je ne me suis pas bien exprimé, cher ademimo. :(
ademimo a écrit :
mer. 22 juil. 2020, 1:31
ademimo :

Dieu est hors du temps. Si le Christ est relié à Dieu d'une façon qui ne peut que nous échapper, on peut dire en effet qu'il est hors du temps, et donc qu'il est avant qu'Abraham soit, comme il le dit dans l'Évangile. Ceci étant, si chaque être a été conçu de toute éternité par Dieu, la même chose peut lui être appliqué d'une certaine façon. Et c'est peut-être ce que le Christ a voulu nous dire, allez savoir.
Non, ce n’est certes pas « ce que le Christ a voulu nous dire », cher ademimo. :non:

Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ parle de son existence comme la Deuxième Personne de la Trinité.
Jn 1, 3 C’est par lui que tout est venu à l’existence, et rien de ce qui s’est fait ne s’est fait sans lui.
« C’est par [notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ] que tout est venu à l’existence ». (Abraham est donc venu à l’existence grâce à notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ.)

Sans notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, « rien de ce qui s’est fait ne s’est fait » (Jn 1, 3).
Attention, lorsqu'on lit saint Jean. De quelle existence parle-t-il ? Et je crois me souvenir qu'en général, on traduit par : vie. C'est par lui que tout est parvenu à la vie (de mémoire). La vraie vie, pour saint Jean, c'est la vie spirituelle. Il ne faut pas lire ce genre d'écrit comme un livre de recettes de cuisine, ou comme un registre administratif.

Avatar de l’utilisateur
prodigal
Amicus Civitatis
Amicus Civitatis
Messages : 1810
Inscription : mar. 09 juil. 2013, 10:32

Re: Doutes

Message non lu par prodigal » mer. 22 juil. 2020, 9:47

Je rebondis sur la partie de la discussion qui porte sur les miracles, avec la participation éclairante de Fernand Poisson.
Il me semble, cher ademimo (corrigez-moi si je me trompe), que ce qui vous gêne, ce ne sont vraiment pas des doutes, c'est plutôt une certitude, celle selon laquelle ce que vous appelez le "merveilleux"ne fait que refléter l'imaginaire, et n'a donc aucun fondement réel. Ceci inclut les miracles, mais aussi certains dogmes fondamentaux, dont au premier chef la croyance en la résurrection du Christ.
Vous n'ignorez pas, je suppose, que cette question est au cœur de nombreux débats théologiques. Elle est, je crois, fondamentale. Certains, ceux que l'on appelle modernistes, pourraient vous dire que le christianisme "a évolué", et qu'aujourd'hui il n'est plus nécessaire de croire au surnaturel. Je ne partage pas cette opinion. Je crois au contraire que la foi catholique implique la croyance en l'existence d'un ordre surnaturel. Le miracle est la manifestation de cet ordre surnaturel, c'est en cela qu'il peut conforter la foi. La négation de la possibilité du miracle est une prise de position métaphysique, solidaire du matérialisme. Est-ce que vous vous reconnaissez dans cette façon de poser le problème de la foi?
Paix sur la Terre aux hommes de bonne volonté

Avatar de l’utilisateur
Kerygme
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1166
Inscription : jeu. 30 mai 2019, 13:12
Conviction : Catholique romain
Localisation : Argentoratum

Re: Doutes

Message non lu par Kerygme » mer. 22 juil. 2020, 11:58

ademimo a écrit :
mer. 22 juil. 2020, 1:27
Mais si les miracles étaient en réalité inexistants ? La foi disparaîtrait-elle ?
C'est une simple supposition sur l'historicité des miracles, voir même sur la volonté de Dieu à créer des événements qui sont au-delà du naturel pour que nous nous convertissions réellement. Faut-il, pour finir pas croire , toujours convoquer Dieu au tribunal de notre raison et de notre intelligence limitées ?

Mais pour revenir dans le sens de votre réflexion, je l'espère du moins, quelques arguments.

Une étude, dont je n'ai plus la référence, avait démontré que pour qu'une histoire devienne un mythe il faut compter environ 200 ans.
Or de nombreux témoignages datent des premières années de l'Eglise primitive et ils ne manquent pas; en commençant pas Jésus puis les Apôtres, +5000 pour la multiplication des pains, +500 lorsqu'il est apparu après sa Résurrection ... et nombreux sont ceux qui en témoignèrent de leur vie. Offre t-on sa vie pour témoigner d'un mensonge ?

Comparativement, parmi les témoignages écrits les plus anciens il existe environ 9 exemplaires de la "Guerre des Gaules" par Jules César - et qui sont des copies de copies, même pas l'original - dont l'exemplaire le plus récent date du IXème siècle ( bien au delà des 200 ans, donc pas de comparaison possible sur la fiabilité de la transmission). Son historicité peut être plus encore remise en cause, pourtant vous en avez probablement appris l'histoire à l'école et que vous l'avez retenue comme vraie ? Pourquoi ? Simplement par foi/confiance envers vos professeurs ou l'éducation nationale.

Des documents originaux et plus anciens ce n'est pas ce qui manque ! 930 manuscrits rien que pour Qûmran dont plus de 200 qui confirment la fiabilité de la Bible; sa transmission est elle-même un miracle. Et pourtant on remet plus en question ces documents que "la Guerre des Gaules". Je ne comprends pas cette logique, est-ce que cela toucherait plutôt à la volonté ?

Le Christ lui même aborde cette remise en question en Jean 10, je vous invite à le (re)lire.

Alors vous interrogez "Mais si les miracles étaient en réalité inexistants ? La foi disparaîtrait-elle ? ". C'est une composante même de la foi de croire en leur existence, non par crédulité, mais parce qu'il y a des témoignages. Témoignage tout d'abord du Christ qui a fait ces miracles - et en qui nous plaçons notre foi/confiance car Il n'est ni menteur ni trompeur - mais aussi de ceux qui en ont témoigné, et en l'Église qui les a transmis et en témoigne depuis deux millénaires. La même que nous professons dans le Credo : "... une, sainte, catholique et apostolique".

Paul Paré disait dans son roman "L'improbable autopsie" : "A tout remettre en question on devient hostile à soi-même, on se prend en dérision, on s'essouffle sur une détermination sans objet.".
On ne pourra rien "prouver" que vous ne vouliez recevoir, mais à un moment il faut faire confiance à moins d'être son propre référentiel et de devenir un "errantes". Alors pour mieux délimiter vos suppositions je vous invite à vous pencher sur un miracle plus récent comme celui de Lanciano qui, selon moi, interpelle autant la foi que la raison.
« N’aimons pas en paroles ni par des discours, mais par des actes et en vérité. » (1Jean 3,18)

Carolus
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1110
Inscription : sam. 14 mars 2020, 16:47
Conviction : catholique

Re: Doutes

Message non lu par Carolus » mer. 22 juil. 2020, 13:51

ademimo a écrit :
mer. 22 juil. 2020, 9:13
ademimo :
Carolus a écrit :
mer. 22 juil. 2020, 3:08
Carolus :

« C’est par [notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ] que tout est venu à l’existence ». (Abraham est donc venu à l’existence grâce à notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ.)

Sans notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, « rien de ce qui s’est fait ne s’est fait » (Jn 1, 3).
Attention, lorsqu'on lit saint Jean. De quelle existence parle-t-il ?
Merci de votre question, cher ademimo. :)

S. Jean parle de l’existence de n’importe quoi et de n’importe qui. Il parle de la CRÉATION en général.
CEC 268 Dieu qui a tout créé (cf. Gn 1, 1 ; Jn 1, 3), régit tout et peut tout
D’après CEC 268, « Dieu […] a tout créé (cf. Gn 1, 1 ; Jn 1, 3) », n’est-ce pas ? :oui:

Considérons les versets cités :
Gn 1, 1 AU COMMENCEMENT, Dieu créa le ciel et la terre.
Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, la Deuxième Personne de la Trinité, était présent lors de la création du ciel et de la terre.
Jn 1, 1-3 AU COMMENCEMENT était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu. Il était au commencement auprès de Dieu. C’est par lui que tout est venu à l’existence, et rien de ce qui s’est fait ne s’est fait sans lui.
C’est par notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ que le ciel et la terre sont venus à l’existence.

ademimo
Quæstor
Quæstor
Messages : 356
Inscription : mar. 14 juil. 2020, 21:10
Conviction : catholique

Re: Doutes

Message non lu par ademimo » mer. 22 juil. 2020, 14:44

Fernand Poisson a écrit :
mer. 22 juil. 2020, 9:06
ademimo a écrit :
mer. 22 juil. 2020, 1:27
Mais si les miracles étaient en réalité inexistants ? La foi disparaîtrait-elle ?
Je ne sais pas trop. D'un côté, la foi est une motion intérieure du Saint Esprit qui n'a donc théoriquement pas besoin de preuve extérieure.
D'un autre côté, nous avons toujours des raisons de croire sur lesquelles notre foi s'appuie, et j'ai du mal à envisager celles-ci sans celle-là.

J'ai évoqué les miracles parce que, à titre personnel, c'est ce qui me permet de surmonter les doutes dont vous avez parlé dans votre premier message. Les miracles attestent pour moi que le catholicisme est d'institution divine et que nous pouvons accorder notre confiance à ce que dit l'Église. C'est le raisonnement que je fais, personnellement. Est-ce que cela fait que ma foi n'est pas une vraie foi ? Je ne pense pas.
Je pense que nous atteignons aux limites de notre échange, car je ne viens pas dans le but de détourner autrui de sa foi. Je veux seulement faire part de mes propres doutes, mais sans chercher à convaincre qui que ce soit de m'imiter.
J'envisage, à titre personnel, la possibilité d'une erreur. J'ai le sentiment que la foi est un concept vague.
Ce qui m'a mis en route dans cette réflexion, c'est ce que j'ai observé ailleurs. Par exemple, les Crop Circles. Plein de gens sont persuadés qu'ils existent, et veulent absolument y croire, en dépit du bon sens. Et ils y ajoutent des contenus surnaturels, comme la radiesthésie, ou doctrine selon laquelle on peut sentir des énergies, ce qui est évidemment une immense ânerie. Ce n'est qu'un exemple parmi plein d'autres. On pourrait parler du paranormal, ou l'horoscope, la voyance, etc. L'humain est attiré par ce genre de choses. Et on peut le constater aujourd'hui chez nos contemporains. Que dire des platistes ? Autre fameux exemple. Cela m'a fait réfléchir.

ademimo
Quæstor
Quæstor
Messages : 356
Inscription : mar. 14 juil. 2020, 21:10
Conviction : catholique

Re: Doutes

Message non lu par ademimo » mer. 22 juil. 2020, 18:50

prodigal a écrit :
mer. 22 juil. 2020, 9:47
Je rebondis sur la partie de la discussion qui porte sur les miracles, avec la participation éclairante de Fernand Poisson.
Il me semble, cher ademimo (corrigez-moi si je me trompe), que ce qui vous gêne, ce ne sont vraiment pas des doutes, c'est plutôt une certitude, celle selon laquelle ce que vous appelez le "merveilleux"ne fait que refléter l'imaginaire, et n'a donc aucun fondement réel. Ceci inclut les miracles, mais aussi certains dogmes fondamentaux, dont au premier chef la croyance en la résurrection du Christ.
Vous n'ignorez pas, je suppose, que cette question est au cœur de nombreux débats théologiques. Elle est, je crois, fondamentale. Certains, ceux que l'on appelle modernistes, pourraient vous dire que le christianisme "a évolué", et qu'aujourd'hui il n'est plus nécessaire de croire au surnaturel. Je ne partage pas cette opinion. Je crois au contraire que la foi catholique implique la croyance en l'existence d'un ordre surnaturel. Le miracle est la manifestation de cet ordre surnaturel, c'est en cela qu'il peut conforter la foi. La négation de la possibilité du miracle est une prise de position métaphysique, solidaire du matérialisme. Est-ce que vous vous reconnaissez dans cette façon de poser le problème de la foi?
Pas tellement. La foi en Dieu est déjà une acceptation du surnaturel. Mais le monde, tel que nous le connaissons, possède une part de surnaturel, car si nous rejetons l'idée de Dieu, alors d'où vient le monde ? La science est incapable, et sera toujours incapable, de répondre.

Mais il y a une seconde part de surnaturel qui concerne sa manifestation dans le monde et dans l'histoire. Or, je remarque que des faits complètement fabuleux remplissent les histoires, récits, mythes, dans les temps reculés, jusqu'au moyen-âge environ. Mais ils se font très rares depuis que la société est capable de se documenter et de vérifier la véracité des évènements. Pour parvenir à notre époque où ils sont totalement inexistants, en-dehors des canulars, alors que nous avons à présent les meilleurs moyens technologiques de les attester s'ils survenaient. Certains essaient (Crop circles par exemple, ou platisme), mais on arrive aisément à écarter leurs croyances fantaisistes.

Alors que se passe-t-il ? Pourquoi ne voit-on plus aujourd'hui de saints ramassant sa tête, ou ce genre de choses ? Ça me met la puce à l'oreille. Et donc j'envisage que l'humain a le goût de la mythomanie, en tout temps, en tout lieu. La différence, c'est qu'aujourd'hui on peut mieux s'en rendre compte, alors qu'autre fois, non.

Bien sûr, rien n'empêche que le surnaturel se soit produit autrefois, et ait disparu à mesure que l'homme était en mesure de le documenter, justement pour l'empêcher de le documenter, le secret étant une exigence. Oui, c'est possible.

J'ai donc le choix entre deux scénarios. Et le premier me semble plus plausible.

Avatar de l’utilisateur
Foxy
Prætor
Prætor
Messages : 1387
Inscription : ven. 01 nov. 2013, 1:14
Conviction : catholique
Localisation : Bretagne

Re: Doutes

Message non lu par Foxy » mer. 22 juil. 2020, 19:03

ademimo a écrit :
mer. 22 juil. 2020, 18:50

Alors que se passe-t-il ? Pourquoi ne voit-on plus aujourd'hui de saints ramassant sa tête, ou ce genre de choses ? Ça me met la puce à l'oreille. Et donc j'envisage que l'humain a le goût de la mythomanie, en tout temps, en tout lieu. La différence, c'est qu'aujourd'hui on peut mieux s'en rendre compte, alors qu'autre fois, non.
Bonsoir ademino

Si je comprends bien, vous mettez en doute le martyr des saints ? ou les légendes ?

Au sujet des saints, il y en a toujours : pour ne parler que de quelques uns : St Jean-Paul II, Ste Teresa
La foi que j’aime le mieux,dit Dieu,c’est l’Espérance.
Charles Péguy

ademimo
Quæstor
Quæstor
Messages : 356
Inscription : mar. 14 juil. 2020, 21:10
Conviction : catholique

Re: Doutes

Message non lu par ademimo » mer. 22 juil. 2020, 19:04

Kerygme a écrit :
mer. 22 juil. 2020, 11:58
ademimo a écrit :
mer. 22 juil. 2020, 1:27
Mais si les miracles étaient en réalité inexistants ? La foi disparaîtrait-elle ?
C'est une simple supposition sur l'historicité des miracles, voir même sur la volonté de Dieu à créer des événements qui sont au-delà du naturel pour que nous nous convertissions réellement. Faut-il, pour finir pas croire , toujours convoquer Dieu au tribunal de notre raison et de notre intelligence limitées ?

Mais pour revenir dans le sens de votre réflexion, je l'espère du moins, quelques arguments.

Une étude, dont je n'ai plus la référence, avait démontré que pour qu'une histoire devienne un mythe il faut compter environ 200 ans.
Or de nombreux témoignages datent des premières années de l'Eglise primitive et ils ne manquent pas; en commençant pas Jésus puis les Apôtres, +5000 pour la multiplication des pains, +500 lorsqu'il est apparu après sa Résurrection ... et nombreux sont ceux qui en témoignèrent de leur vie. Offre t-on sa vie pour témoigner d'un mensonge ?

Comparativement, parmi les témoignages écrits les plus anciens il existe environ 9 exemplaires de la "Guerre des Gaules" par Jules César - et qui sont des copies de copies, même pas l'original - dont l'exemplaire le plus récent date du IXème siècle ( bien au delà des 200 ans, donc pas de comparaison possible sur la fiabilité de la transmission). Son historicité peut être plus encore remise en cause, pourtant vous en avez probablement appris l'histoire à l'école et que vous l'avez retenue comme vraie ? Pourquoi ? Simplement par foi/confiance envers vos professeurs ou l'éducation nationale.

Des documents originaux et plus anciens ce n'est pas ce qui manque ! 930 manuscrits rien que pour Qûmran dont plus de 200 qui confirment la fiabilité de la Bible; sa transmission est elle-même un miracle. Et pourtant on remet plus en question ces documents que "la Guerre des Gaules". Je ne comprends pas cette logique, est-ce que cela toucherait plutôt à la volonté ?

Le Christ lui même aborde cette remise en question en Jean 10, je vous invite à le (re)lire.

Alors vous interrogez "Mais si les miracles étaient en réalité inexistants ? La foi disparaîtrait-elle ? ". C'est une composante même de la foi de croire en leur existence, non par crédulité, mais parce qu'il y a des témoignages. Témoignage tout d'abord du Christ qui a fait ces miracles - et en qui nous plaçons notre foi/confiance car Il n'est ni menteur ni trompeur - mais aussi de ceux qui en ont témoigné, et en l'Église qui les a transmis et en témoigne depuis deux millénaires. La même que nous professons dans le Credo : "... une, sainte, catholique et apostolique".

Paul Paré disait dans son roman "L'improbable autopsie" : "A tout remettre en question on devient hostile à soi-même, on se prend en dérision, on s'essouffle sur une détermination sans objet.".
On ne pourra rien "prouver" que vous ne vouliez recevoir, mais à un moment il faut faire confiance à moins d'être son propre référentiel et de devenir un "errantes". Alors pour mieux délimiter vos suppositions je vous invite à vous pencher sur un miracle plus récent comme celui de Lanciano qui, selon moi, interpelle autant la foi que la raison.
Je ne remets pas en cause l'existence du Christ et des apôtres, rassurez-vous.

Mais une histoire me revient. On raconte, dans certains livres d'histoire destinés aux enfants, que François Ier fut adoubé par le chevalier Bayard sur le champ de bataille de Marignan. Or, c'est faux. On sait que c'est faux pour la bonne raison qu'il fut adoubé en réalité quelques mois plus tôt par le connétable de Bourbon au moment du sacre à Reims. Alors d'où vient l'histoire ? De la propagande royale au lendemain de la trahison du connétable. Le roi ne pouvait plus être fait chevalier par celui qui l'avait trahi. On a donc romancé l'histoire de Marignan, et cela dès les sources contemporaines (entre autres embellissements, car Marignan, en réalité, ne fut pas la belle bataille pleine de panache qui fut alors décrite, mais c'est un autre sujet). Temps de création du mythe ? Dix ans ! De 1515 à 1525 très exactement.

Ceci dit, je suis très loin de dire que les apôtres ont menti. Je racontais cette histoire uniquement pour discuter du délai d'élaboration des mythes.

Carolus
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1110
Inscription : sam. 14 mars 2020, 16:47
Conviction : catholique

Re: Doutes

Message non lu par Carolus » mer. 22 juil. 2020, 19:32

Je prie pour vous, cher ademino. 🙏

ademimo
Quæstor
Quæstor
Messages : 356
Inscription : mar. 14 juil. 2020, 21:10
Conviction : catholique

Re: Doutes

Message non lu par ademimo » mer. 22 juil. 2020, 19:50

Ensuite, @Kerygme, connaissez-vous le pasteur Branham ? À une époque j'avais lu sa biographie, hé bien, on y trouve plein de récits de guérisons miraculeuses. Et j'ai entendu dire que certains pasteurs évangéliques, en ce moment, guérissent du coronavirus.

Je vous fais un aveu : je n'en crois pas un mot. En revanche, je crois en la sincérité du pasteur et de ses adeptes, ainsi que des miraculés qui témoignent.

J'observe que ce genre de phénomène existe. À notre époque. Malgré tout le contexte de connaissance scientifique actuel. Alors très certainement, j'imagine que dans les temps reculés, il y avait encore moins de freins à ce genre de phénomène.

Verrouillé

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 48 invités