Doutes

« Dieu leur donnera peut-être de se convertir et de connaître la vérité. » (2Tm 2.25)
Règles du forum
Forum de débats dialectiques entre personnes de bonne volonté autour de la religion chrétienne (catholicisme) et des objections formulées à son encontre

NB : L'attention des intervenants est particulièrement attirée sur la courtoisie et le respect ; les blasphèmes et provocations visant à blesser le sentiment religieux des lecteurs seront modérés ; les discussions inutilement polémiques seront verrouillées et leur initiateurs sanctionnés.
Carolus
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1110
Inscription : sam. 14 mars 2020, 16:47
Conviction : catholique

Re: Doutes

Message non lu par Carolus » mar. 21 juil. 2020, 13:32

ademimo a écrit :
mar. 21 juil. 2020, 9:05
ademimo :
Carolus a écrit :
mar. 21 juil. 2020, 1:19
Carolus :

Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ est DIEU comme DIEU LE PÈRE.
Cher Carolus, [ …]
Merci de votre réponse, cher ademimo. :)
ademimo a écrit :
mar. 21 juil. 2020, 9:05
ademimo :

Vos arguments sont un peu légers...
Vous mettez en doute la divinité de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, n’est-ce pas ⁉️

ademimo
Quæstor
Quæstor
Messages : 356
Inscription : mar. 14 juil. 2020, 21:10
Conviction : catholique

Re: Doutes

Message non lu par ademimo » mar. 21 juil. 2020, 14:35

prodigal a écrit :
mar. 21 juil. 2020, 11:31
ademimo a écrit :
jeu. 16 juil. 2020, 16:14
Et si l'on se trompait ?

Supposons que l'on ne sache, en réalité, rien de Dieu, et que toutes les religions, y compris le christianisme, ne soient au fond que des constructions humaines ? Vaguement inspirées par de vagues et partielles "révélations" ?
Cher ademino,
je reprends votre question initiale, ou plutôt vos deux questions, car j'en vois deux.
A la première, est-il concevable que nous ne sachons rien de Dieu? je crois qu'en effet c'est parfaitement concevable. Plus précisément, même si l'on "connaît" Dieu cette connaissance reste obscure, Dieu n'étant pas un objet de connaissance que l'on puisse scruter et enfermer dans ses formulations.
C'est d'ailleurs pourquoi il y a une révélation. Et cela m'amène à votre deuxième question, que je reformulerai ainsi : est-il possible de nier la révélation?
Or, la révélation chrétienne est un fait. Je veux dire qu'elle existe. La question est de savoir si elle est crédible.
Mais pourquoi ne pas y croire? Je vois différentes possibilités.
La première est la plus évidente, mais aussi la moins intéressante. On ne croit pas au christianisme quand on en ignore tout. Certes.
Mais il y en a d'autres. Ainsi, on peut croire que ceux qui ont transmis la révélation, au premier chef les apôtres, sont tous des menteurs. C'est assez improbable, mais théoriquement possible.
Plus intéressant, à mon avis, l'idée que la révélation serait une illusion. Ce que les croyants affirment en toute bonne foi ne serait que la projection de leurs désirs. C'est sans doute ce que pensent la majorité des athées. C'est aussi ce qui crée le doute chez certains croyants, et il est difficile, voire impossible à vue humaine, d'en sortir. Mais remarquez que justement ce doute ne nous conduit à aucune clarté. Si l'on y cède, ce devrait être en bonne logique pour tomber dans le scepticisme, car comment savoir que l'on est dans l'illusion?
Je ne sais où vous en êtes, et cela ne me regarde pas. Mais pour en rester à votre question initiale, je ne vois pas comment l'on peut s'assurer que la révélation serait une construction humaine, d'autant plus si l'on ne connaît rien de Dieu. Si l'on savait tout de lui, évidemment ce serait plus facile! :)
Loin de moi l'idée de considérer les apôtres comme des menteurs. Je ne crois pas du tout au mensonge délibéré. D'ailleurs, je pourrais vous poser la question : Bouddha et Mahomet sont-ils des menteurs ? Ils ont, eux aussi, transmis des révélations personnelles. La même question pourrait s'appliquer, par exemple, aux "voyants" de Medjugorje. Je ne crois pas un mot des révélations de Medjugorje, personnellement. Mais je ne les prends pas non plus pour des menteurs. Donc je crois que l'autosuggestion joue un grand rôle dans ces phénomènes, pourtant très proches de nous. Alors, que dire de phénomènes analogues vieux de plusieurs siècles ?

J'ai grandi à Digne. Lorsque vous arrivez à Digne, vous passez par le village des Mées, qui longe une montagne. Au pied de la montagne se dressent de nombreux rochers gigantesques à forme vaguement humaine. Mon père me racontait que l'on racontait que ces rochers étaient au départ des moines. Dieu les avaient punis de n'avoir pas respecté leur règle, et les avaient changés en pierre. On les appelait les Moines des Mées. Quand j'étais enfant, j'y croyais, à cette histoire.

C'est juste un exemple de ces nombreux récits merveilleux qui circulaient autrefois, et auxquels on pouvait éventuellement croire.

ademimo
Quæstor
Quæstor
Messages : 356
Inscription : mar. 14 juil. 2020, 21:10
Conviction : catholique

Re: Doutes

Message non lu par ademimo » mar. 21 juil. 2020, 14:38

Fernand Poisson a écrit :
mar. 21 juil. 2020, 12:41
ademimo a écrit :
mar. 21 juil. 2020, 9:09
La foi doit reposer sur les miracles ?
Pas nécessairement et pas seulement. Mais les miracles sont un motif de crédibilité puissant.
ademimo a écrit :
mar. 21 juil. 2020, 9:09
Je vais vous faire un aveu : j'ai beaucoup de mal à croire aux miracles
C'est à vous de juger. Croire "aux" miracles, ou ne pas y croire a priori, je ne sais pas si cela a grand sens. Il faut faire du cas par cas. En ce qui me concerne, ceux auxquels je me suis intéressé me semblent suffisamment convaincants et d'une nature assez exceptionnelle (telle qu'on ne la retrouve pas ailleurs) pour attester la vérité du catholicisme.
Ça fait plusieurs niveaux intermédiaires pour arriver à la foi ! Pourtant, l'épisode de saint Thomas montre bien que la foi attendue ne s'appuie pas sur les miracles, Fernand Poisson.

ademimo
Quæstor
Quæstor
Messages : 356
Inscription : mar. 14 juil. 2020, 21:10
Conviction : catholique

Re: Doutes

Message non lu par ademimo » mar. 21 juil. 2020, 14:39

Carolus a écrit :
mar. 21 juil. 2020, 13:32
ademimo a écrit :
mar. 21 juil. 2020, 9:05
ademimo :

Cher Carolus, [ …]
Merci de votre réponse, cher ademimo. :)
ademimo a écrit :
mar. 21 juil. 2020, 9:05
ademimo :

Vos arguments sont un peu légers...
Vous mettez en doute la divinité de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, n’est-ce pas ⁉️
Pas exactement, Carolus.

menochios
Ædilis
Ædilis
Messages : 36
Inscription : jeu. 23 janv. 2020, 17:29

Re: Doutes

Message non lu par menochios » mar. 21 juil. 2020, 15:41

Bonjour ademimo,


Vous arrivez avec des doutes. C'est une très bonne chose. Il vaut mieux avoir des doutes sur l'existence de Dieu que croire en la vérité d'une science humaine.
Pour ce qui est des miracles, le court échange sur le sujet me fait penser à une anecdote que rapportait Vialatte :
Carrel ne croit pas aux miracles. On prétend qu'il s'en fait à Lourdes. Il n'y croira que si... et si... et si .... Bref, un total de conditions impossible à réaliser.
Il se trouve qu'elles se réalisent : il a soigné Marie Bailly, péritonite tuberculeuse, le ventre gonflé comme une outre, mort imminente. Ca se passe à Lyon. Elle demande à aller à Lourdes. Toutes les autorités s'y opposent : elle ne supportera pas le transport. Elle le supporte. On n'y croit pas. Elle veut être plongée dans les eaux de la piscine. On refuse encore : elle y mourrait. Pourtant on finit par céder. Quand on la retire de l'eau, le ventre se dégonfle. Le soir même, elle va bien ( et vivra soixante ans )
Carrel signe le rapport d'usage. Constate que toutes ses exigences viennent de se trouver satisfaites.
Et ne croit pas.
C'est le plus beau et le plus humain de la chose : le miracle ne convertit pas. Carrel finira pourtant par conclure au bon Dieu, mais au bout de vingt ou quarante ans, par exigence rationaliste.

Alexandre Vialatte, histoire partiale et histoire impartiale.
C'est étrange, j'ai l'impression dans cet échange que vous tournez autour d'une forteresse en essayant de chercher la faille dans ses remparts. Les miracles ne sont pas assez bons, ou pas prouvables, l'organisation terrestre de l'église vous paraît trop humaine. Les livres des histoires. Celà donne l'étrange impression que vous n'êtes pas un veilleur descendu des murailles et cherchant à comprendre leur construction, mais plutôt un autre genre d'arrivant.

Oui, oui et oui, nous vivons dans un monde de connaissances humaines. Les livres saints ont été écrits par des hommes, transmis par des hommes, et ils sont plein d'erreurs, de doutes et de contradiction. Mais ils sont ce qui nous permet d'approcher au plus près de la Révélation et de l'enseignement du Christ. C'est pour celà que l'Eglise existe, et qu'elle poursuit son oeuvre, servie par des hommes imparfaits.
Je suis moi aussi grand amateur de légendes, anciennes et modernes. Il importe avant tout de séparer le romancier de l'historien. Tous les deux utilisent les mots, les uns pour amuser, les autres pour comprendre. Vous ne pouvez pas mettre sur le même plan les histoires que racontait votre grand père et les écrits des premiers chrétiens. Ce n'est simplement pas sérieux.
Le chemin de la Foi, ce n'est pas de s'enferrer dans des raisonnements, ce doit être aussi un chemin d'études. Comprendre le monde, son histoire et son fonctionnement, et y voir la main de Dieu, non là où on aimerait la trouver mais où elle est.
A travers votre première question et vos interventions ultérieures, je lis moi une quesion différente : "Est il possible de croire en Dieu?"
Oui, bien sûr. Mais les raisons pour lesquelles je crois, je ne peux vous les faire partager, c'est le drame de l'altérité humaine. C'est par contre le rôle de l'Eglise d'apprendre à croire à ceux qui le souhaitent.

Maintenant, à moi de vous poser une question : ademimo, pourquoi voulez vous croire ?
Où Dieu m'a mis, je tiens.

Carolus
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1110
Inscription : sam. 14 mars 2020, 16:47
Conviction : catholique

Re: Doutes

Message non lu par Carolus » mar. 21 juil. 2020, 16:36

ademimo a écrit :
mar. 21 juil. 2020, 14:39
ademimo :
Carolus a écrit :
mar. 21 juil. 2020, 13:32
Carolus :

Vous mettez en doute la divinité de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, n’est-ce pas ⁉️
Pas exactement, Carolus.
Merci de votre réponse, cher ademimo. :)
Jn 1, 1 AU COMMENCEMENT était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu.
D’après vous, notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ est-il le Verbe qui était auprès de Dieu au commencement ❓

Avatar de l’utilisateur
Fernand Poisson
Censor
Censor
Messages : 169
Inscription : jeu. 11 avr. 2019, 23:03
Conviction : Catholique romain

Re: Doutes

Message non lu par Fernand Poisson » mar. 21 juil. 2020, 19:44

ademimo a écrit :
mar. 21 juil. 2020, 14:38
Ça fait plusieurs niveaux intermédiaires pour arriver à la foi !
Oui on peut tout à fait arriver à la foi par déduction progressive et recoupement de faits. Bien sûr qu'il y a des niveaux intermédiaires. Il n'y a pas que des conversions brutales et spectaculaires.
Ou bien on peut avoir une foi basée sur l'éducation ou l'expérience personnelle, en douter et finalement y revenir en s'appuyant sur ces motifs rationnels de crédibilité.
Pourtant, l'épisode de saint Thomas montre bien que la foi attendue ne s'appuie pas sur les miracles, Fernand Poisson.
Parce que le Christ dit "Heureux ceux qui croient sans avoir vu" ?
Mais je n'ai personnellement jamais assisté à un miracle. Je crois qu'il y a des miracles parce que certains d'entre eux me paraissent suffisamment crédibles pour cela : leur réalité est déjà un objet de croyance.
Et même si j'avais vu un miracle, outre que le doute est toujours possible sur la nature de ce que je vois, cela ne me dispenserait pas de croire en la Résurrection du Christ, à laquelle je n'ai pas assisté.

ademimo
Quæstor
Quæstor
Messages : 356
Inscription : mar. 14 juil. 2020, 21:10
Conviction : catholique

Re: Doutes

Message non lu par ademimo » mar. 21 juil. 2020, 19:44

menochios a écrit :
mar. 21 juil. 2020, 15:41
Bonjour ademimo,


Vous arrivez avec des doutes. C'est une très bonne chose. Il vaut mieux avoir des doutes sur l'existence de Dieu que croire en la vérité d'une science humaine.
Pour ce qui est des miracles, le court échange sur le sujet me fait penser à une anecdote que rapportait Vialatte :
Carrel ne croit pas aux miracles. On prétend qu'il s'en fait à Lourdes. Il n'y croira que si... et si... et si .... Bref, un total de conditions impossible à réaliser.
Il se trouve qu'elles se réalisent : il a soigné Marie Bailly, péritonite tuberculeuse, le ventre gonflé comme une outre, mort imminente. Ca se passe à Lyon. Elle demande à aller à Lourdes. Toutes les autorités s'y opposent : elle ne supportera pas le transport. Elle le supporte. On n'y croit pas. Elle veut être plongée dans les eaux de la piscine. On refuse encore : elle y mourrait. Pourtant on finit par céder. Quand on la retire de l'eau, le ventre se dégonfle. Le soir même, elle va bien ( et vivra soixante ans )
Carrel signe le rapport d'usage. Constate que toutes ses exigences viennent de se trouver satisfaites.
Et ne croit pas.
C'est le plus beau et le plus humain de la chose : le miracle ne convertit pas. Carrel finira pourtant par conclure au bon Dieu, mais au bout de vingt ou quarante ans, par exigence rationaliste.

Alexandre Vialatte, histoire partiale et histoire impartiale.
C'est étrange, j'ai l'impression dans cet échange que vous tournez autour d'une forteresse en essayant de chercher la faille dans ses remparts. Les miracles ne sont pas assez bons, ou pas prouvables, l'organisation terrestre de l'église vous paraît trop humaine. Les livres des histoires. Celà donne l'étrange impression que vous n'êtes pas un veilleur descendu des murailles et cherchant à comprendre leur construction, mais plutôt un autre genre d'arrivant.

Oui, oui et oui, nous vivons dans un monde de connaissances humaines. Les livres saints ont été écrits par des hommes, transmis par des hommes, et ils sont plein d'erreurs, de doutes et de contradiction. Mais ils sont ce qui nous permet d'approcher au plus près de la Révélation et de l'enseignement du Christ. C'est pour celà que l'Eglise existe, et qu'elle poursuit son oeuvre, servie par des hommes imparfaits.
Je suis moi aussi grand amateur de légendes, anciennes et modernes. Il importe avant tout de séparer le romancier de l'historien. Tous les deux utilisent les mots, les uns pour amuser, les autres pour comprendre. Vous ne pouvez pas mettre sur le même plan les histoires que racontait votre grand père et les écrits des premiers chrétiens. Ce n'est simplement pas sérieux.
Le chemin de la Foi, ce n'est pas de s'enferrer dans des raisonnements, ce doit être aussi un chemin d'études. Comprendre le monde, son histoire et son fonctionnement, et y voir la main de Dieu, non là où on aimerait la trouver mais où elle est.
A travers votre première question et vos interventions ultérieures, je lis moi une quesion différente : "Est il possible de croire en Dieu?"
Oui, bien sûr. Mais les raisons pour lesquelles je crois, je ne peux vous les faire partager, c'est le drame de l'altérité humaine. C'est par contre le rôle de l'Eglise d'apprendre à croire à ceux qui le souhaitent.

Maintenant, à moi de vous poser une question : ademimo, pourquoi voulez vous croire ?
Quelques précisions, avant tout : je crois en Dieu. Relisez bien. C'est la doctrine religieuse, telle qu'elle est fixée, qui me pose de plus en plus difficulté. Je ne pense pas que je rejetterai Dieu un jour. Le monde est inexplicable sans un Dieu démiurge.

Je ne vois pas de raison de rejeter non plus les sciences humaines qui se contentent de décrire le monde tel qu'il est. Qui peut remettre en question les simples lois de la physique que vous pouvez expérimenter chaque jour. Pouvez-vous voler ou marcher sur l'eau ? Si vous lâchez un objet, ce peut-il qu'il ne retombe pas au sol ? Pouvez-vous déplacer les montagnes ? Les lois de la physique ne sont pas l'expression de l'orgueil de l'homme contre Dieu, mais l'explication des règles du monde auquel nous sommes soumis, et cela ne va pas plus loin. Je n'insulte pas Dieu en disant qu'une pomme se détachant de l'arbre tombe à terre. Et je remarque que pendant plusieurs siècles, les ecclésiastiques eux-mêmes ont promu la recherche scientifique. Ils ont simplement émis quelques réserves lorsqu'on s'est aperçu que la terre tournait autour du soleil et non l'inverse, réserves très compréhensibles, puisqu'allant contre le dogme. Aujourd'hui, nul dans l'Église ne songe à remettre en cause cette "vérité".

Je ne cherche aucune faille, je vous assure. C'est plutôt que j'ai commencé à oser regarder les failles de la foi que je ne voulais pas trop remarquer jusqu'ici.

Alors, venons-en aux miracles. Je connais un peu les péritonites puisque mon frère en a eu une. Une péritonite, c'est vraiment un incident terrible. L'un des organes du système digestif est perforé. Espérance de vie : huit heures ! Dans le cas de mon frère, intervention chirurgicale en toute urgence. J'ai donc du mal à croire que quelqu'un, à Lyon, devant en plus perdre du temps à convaincre son entourage, ait pu rejoindre Lourdes et être plongé dans la piscine en moins de huit heures dès lors que se sont manifestés les premiers symptômes.

De plus, je ne suis plus un bleu en matière de sources. Je sais que de nombreux auteurs, surtout au 19e, mais même après (faut voir un peu à quel auteur on a affaire) rapportent des faits complètement fantaisistes. Même des auteurs a priori faisant référence. Au 19e, on ne vérifiait pas rigoureusement ses sources. Et si l'auteur milite pour une idée, par exemple croire aux miracles de Lourdes, alors peine perdue... Comment se fier à cela ?

Le problème n'est pas le manque de confiance, mais la naïveté. Pour prendre ces écrits au pied de la lettre, sans aucun recul, il faut avoir décidé que l'on serait naïf. Ce que j'ai fait pendant des années. Et puis, à un moment, on devient adulte, et on réalise que la naïveté n'est pas obligatoire pour regarder le monde.

Et concernant les romans, ils n'ont pas toujours pour vocation d'amuser. Par exemple, les romans de Balzac, Hugo, Zola (même si celui-ci n'est pas tellement en odeur de sainteté) se préoccupent bien moins d'amuser que de donner une vision de l'homme. Ce sont les Homère de l'ère contemporaine. Pour ma part, je les lis avec une certaine dévotion, car ils ont, eux aussi, des choses à nous apprendre. Et c'est un peu aussi dans cet esprit que je lis la Bible (même si j'accorde à la Bible une dimension supérieure, puisque je continue à regarder ce texte comme inspiré). J'adore, par ailleurs, la légende dorée de saint Jacques de Voragine, que je dévore dans le même esprit que les contes de Perrault. Aucun mépris de ma part. Ces textes sont toujours une source de méditation et d'enseignement.
Dernière modification par ademimo le mar. 21 juil. 2020, 20:07, modifié 1 fois.

Carolus
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1110
Inscription : sam. 14 mars 2020, 16:47
Conviction : catholique

Re: Doutes

Message non lu par Carolus » mar. 21 juil. 2020, 20:04

ademimo a écrit :
mar. 21 juil. 2020, 19:44
ademimo :

Je ne pense pas que je rejetterai Dieu un jour. Le monde est inexplicable sans un Dieu démiurge.
BRAVO, cher ademimo. :)
Jn 1, 10 Il était dans le monde, et le monde était venu par lui à l’existence, mais le monde ne l’a pas reconnu.
D’après S. Jean, notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ « était dans le monde, et le monde était venu par lui à l’existence, mais le monde ne l’a pas reconnu. »

D’après S. Jean, notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ est le « Dieu démiurge », n’est-ce pas ? :oui:

ademimo
Quæstor
Quæstor
Messages : 356
Inscription : mar. 14 juil. 2020, 21:10
Conviction : catholique

Re: Doutes

Message non lu par ademimo » mar. 21 juil. 2020, 20:10

Carolus a écrit :
mar. 21 juil. 2020, 16:36
ademimo a écrit :
mar. 21 juil. 2020, 14:39
ademimo :

Pas exactement, Carolus.
Merci de votre réponse, cher ademimo. :)
Jn 1, 1 AU COMMENCEMENT était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu.
D’après vous, notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ est-il le Verbe qui était auprès de Dieu au commencement ❓
C'est toujours la même chose : qu'est-ce qu'on entend par là exactement ? Je veux bien croire que ce soit vrai, mais c'est peut-être un peu plus complexe que l'idée qu'on s'en fait ?

ademimo
Quæstor
Quæstor
Messages : 356
Inscription : mar. 14 juil. 2020, 21:10
Conviction : catholique

Re: Doutes

Message non lu par ademimo » mar. 21 juil. 2020, 20:12

Fernand Poisson a écrit :
mar. 21 juil. 2020, 19:44
ademimo a écrit :
mar. 21 juil. 2020, 14:38
Ça fait plusieurs niveaux intermédiaires pour arriver à la foi !
Oui on peut tout à fait arriver à la foi par déduction progressive et recoupement de faits. Bien sûr qu'il y a des niveaux intermédiaires. Il n'y a pas que des conversions brutales et spectaculaires.
Ou bien on peut avoir une foi basée sur l'éducation ou l'expérience personnelle, en douter et finalement y revenir en s'appuyant sur ces motifs rationnels de crédibilité.
Pourtant, l'épisode de saint Thomas montre bien que la foi attendue ne s'appuie pas sur les miracles, Fernand Poisson.
Parce que le Christ dit "Heureux ceux qui croient sans avoir vu" ?
Mais je n'ai personnellement jamais assisté à un miracle. Je crois qu'il y a des miracles parce que certains d'entre eux me paraissent suffisamment crédibles pour cela : leur réalité est déjà un objet de croyance.
Et même si j'avais vu un miracle, outre que le doute est toujours possible sur la nature de ce que je vois, cela ne me dispenserait pas de croire en la Résurrection du Christ, à laquelle je n'ai pas assisté.
Donc nous pouvons écarter les miracles du processus de la foi.

ademimo
Quæstor
Quæstor
Messages : 356
Inscription : mar. 14 juil. 2020, 21:10
Conviction : catholique

Re: Doutes

Message non lu par ademimo » mar. 21 juil. 2020, 20:14

Carolus a écrit :
mar. 21 juil. 2020, 20:04
ademimo a écrit :
mar. 21 juil. 2020, 19:44
ademimo :

Je ne pense pas que je rejetterai Dieu un jour. Le monde est inexplicable sans un Dieu démiurge.
BRAVO, cher ademimo. :)
Jn 1, 10 Il était dans le monde, et le monde était venu par lui à l’existence, mais le monde ne l’a pas reconnu.
D’après S. Jean, notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ « était dans le monde, et le monde était venu par lui à l’existence, mais le monde ne l’a pas reconnu. »

D’après S. Jean, notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ est le « Dieu démiurge », n’est-ce pas ? :oui:
Et que fait Dieu le Père pendant que Dieu le Fils crée le monde ?
N'oubliez pas qu'il dit : mon Père et moi sommes un.

Carolus
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1110
Inscription : sam. 14 mars 2020, 16:47
Conviction : catholique

Re: Doutes

Message non lu par Carolus » mar. 21 juil. 2020, 21:32

ademimo a écrit :
mar. 21 juil. 2020, 20:10
ademimo :
Carolus a écrit :
mar. 21 juil. 2020, 16:36

D’après vous, notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ est-il le Verbe qui était auprès de Dieu au commencement ❓
C'est toujours la même chose : qu'est-ce qu'on entend par là exactement ?
Cela veut dire que notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ est Dieu éternel, cher ademimo. :)
CEC 262 L’Incarnation du Fils de Dieu révèle que Dieu est le Père éternel, et que le Fils est consubstantiel au Père, c’est-à-dire qu’il est en lui et avec lui le même Dieu unique.
Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ est en le Père éternel « et avec lui le même Dieu unique » (CEC 262).
ademimo a écrit :
mar. 21 juil. 2020, 20:14
ademimo :

Et que fait Dieu le Père pendant que Dieu le Fils crée le monde ?
N'oubliez pas qu'il dit : mon Père et moi sommes un.
Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ créa en le Père éternel et avec lui le monde, cher ademimo.

Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ a donc raison lorsqu’il « dit : mon Père et moi sommes un » (ademimo).

Avatar de l’utilisateur
Fernand Poisson
Censor
Censor
Messages : 169
Inscription : jeu. 11 avr. 2019, 23:03
Conviction : Catholique romain

Re: Doutes

Message non lu par Fernand Poisson » mar. 21 juil. 2020, 21:57

ademimo a écrit :
mar. 21 juil. 2020, 20:12
Donc nous pouvons écarter les miracles du processus de la foi.
Pourquoi donc ? La foi, c'est la foi dans les vérités du Credo, à laquelle peut conduire la reconnaissance de la crédibilité des miracles comme l'affirment l'Église et la Tradition. Techniquement on dira d'ailleurs que les miracles sont des "préambules" de la foi.

Voyez Vatican I par exemple :
Néanmoins, afin que l'hommage de notre foi fût d'accord avec la raison, Dieu a voulu ajouter aux secours intérieurs de l'Esprit saint les preuves extérieures de sa révélation, à savoir les faits divins et surtout les miracles et les prophéties, lesquels, en montrant abondamment la toute-puissance et la science infinie de Dieu, sont les signes très certains de la révélation divine et appropriés à l'intelligence de tous.

ademimo
Quæstor
Quæstor
Messages : 356
Inscription : mar. 14 juil. 2020, 21:10
Conviction : catholique

Re: Doutes

Message non lu par ademimo » mar. 21 juil. 2020, 22:14

Carolus a écrit :
mar. 21 juil. 2020, 21:32
ademimo a écrit :
mar. 21 juil. 2020, 20:10
ademimo :

C'est toujours la même chose : qu'est-ce qu'on entend par là exactement ?
Cela veut dire que notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ est Dieu éternel, cher ademimo. :)
CEC 262 L’Incarnation du Fils de Dieu révèle que Dieu est le Père éternel, et que le Fils est consubstantiel au Père, c’est-à-dire qu’il est en lui et avec lui le même Dieu unique.
Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ est en le Père éternel « et avec lui le même Dieu unique » (CEC 262).
ademimo a écrit :
mar. 21 juil. 2020, 20:14
ademimo :

Et que fait Dieu le Père pendant que Dieu le Fils crée le monde ?
N'oubliez pas qu'il dit : mon Père et moi sommes un.
Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ créa en le Père éternel et avec lui le monde, cher ademimo.

Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ a donc raison lorsqu’il « dit : mon Père et moi sommes un » (ademimo).
Pour moi, ça reste insondable.

Verrouillé

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 29 invités