Condamner le pécheur, non le péché

« Quant à vous, menez une vie digne de l’Évangile du Christ. » (Ph 1.27)
Règles du forum
Forum d'échange entre chrétiens sur la façon de vivre l'Évangile au quotidien, dans chacun des domaines de l'existence
Avatar de l’utilisateur
Didyme
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 486
Inscription : dim. 16 août 2009, 12:42

Condamner le pécheur, non le péché

Message non lupar Didyme » sam. 16 mars 2019, 17:26

Est-il correcte de penser qu'une personne soit mauvaise ?
L'autre est un semblable.

Avatar de l’utilisateur
ChristianK
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 594
Inscription : lun. 10 mars 2008, 18:43

Re: Condamner le pécheur, non le péché

Message non lupar ChristianK » sam. 16 mars 2019, 17:48

Plus exact est de dire qu'une personne, plus précisément le contact avec une personne, peut être généralement une occasion de péché (tentation), à cause de ses discours, ses attitudes, etc.

Avatar de l’utilisateur
Héraclius
Consul
Consul
Messages : 3349
Inscription : lun. 30 sept. 2013, 19:48
Conviction : Catholique

Re: Condamner le pécheur, non le péché

Message non lupar Héraclius » sam. 16 mars 2019, 19:45

Cela dépend à quel égard.

Une personne ne peut être ontologiquement mauvaise puisque tout ce qui est est nécessairement bon (il n'y a pas de mal substantiel) "Tu aimes en effet tout ce qui existe, tu n’as de répulsion envers aucune de tes œuvres ; si tu avais haï quoi que ce soit, tu ne l’aurais pas créé." Sagesse 11

Une personne peut par contre être mauvaise ou sens où elle a contracté des habitus moralement mauvais (des vices) ; on désigne par là une personne qui a une tendance mal engendrée par l'habitude, un peu comme on peut qualifier d'alcoolique celui qui a une tendance à consommer de l'alcool immodérément.


Cela dit, peut-on NOUS penser une personne nous même ? Non, puisque (1) nous ne sommes pas dans les pensées des gens et donc nous ne distinguons pas les intentions à l'origine de leurs actes, et (2) que l'acte de juger les hommes est le propre de Dieu. Nous pouvons constater qu'une personne agit souvent de façon mauvaise, mais nous ne pouvons inférer qu'elle est elle-même mauvaise, (bon, à l'exception de situations où la société (naturelle ou surnaturelle) exige un jugement prudentiel, faillible).


Héraclius
''Christus Iesus, cum in forma Dei esset, non rapínam arbitrátus est esse se æquálem Deo, sed semetípsum exinanívit formam servi accípiens, in similitúdinem hóminum factus ; et hábitu invéntus ut homo, humiliávit semetípsum factus oboediens usque ad mortem, mortem autem crucis. Propter quod et Deus illum exaltávit et donávit illi nomen, quod est super omne nomen, ut in nómine Iesu omne genu flectátur cæléstium et terréstrium et infernórum.'' (Epître de Saint Paul aux Philippiens, 2, 7-10)

Avatar de l’utilisateur
ChristianK
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 594
Inscription : lun. 10 mars 2008, 18:43

Re: Condamner le pécheur, non le péché

Message non lupar ChristianK » sam. 16 mars 2019, 22:21

Très juste. La tendance à dire que les actes sont mauvais mais la personne bonne ou au delà de ses actes est une demi vérité même si elle est indiquée psychologiquement, par exemple à des fins de réforme. En fait on veut dire qu'elle a des vices mais aussi un potentiel à la vertu, elle est vertueuse en puissance. D'autre part Elle reste douée de dignité ("bonne" en un autre sens) ontologiquement, mais quand on juge on parle des vertus, surtout celles qui sont acquises volontairement.
Quand les paroisses tradies mettent en garde souvent contre la tv et l'internet, elles ne font rien d'autre que prévenir le contact avec certains pécheurs.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8669
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Condamner le pécheur, non le péché

Message non lupar Cinci » Hier, 12:31

Didyme :

Est-il correcte de penser qu'une personne soit mauvaise ?
La réponse c'est oui.

Avatar de l’utilisateur
Teresa
Ædilis
Ædilis
Messages : 42
Inscription : lun. 18 févr. 2019, 17:38
Conviction : Catholique

Re: Condamner le pécheur, non le péché

Message non lupar Teresa » Hier, 15:48

Bonjour,

En fait, c est plutôt l inverse.
C est le péché qu il faut condamné et non pas la personne,le pécheur.
Aucune personne n est mauvaise, car Dieu nous a créés à son Image.
On devient "mauvais" pour diverses raisons, et personne n' est à l abri de basculer dans le mal un jour ou l autre.
D 'ailleurs, qui suis je pour juger mon frère moi qui ne suis qu un pécheur ?
Compassion, compassion, misericorde.
"il n y a pas de plus grand amour, que de donner sa vie pour ses amis."

Avatar de l’utilisateur
ChristianK
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 594
Inscription : lun. 10 mars 2008, 18:43

Re: Condamner le pécheur, non le péché

Message non lupar ChristianK » Hier, 16:05

Ambigu. Dire que quelqu'un est mauvais au sens qu'il est une occasion de péché n'est pas le condamner. C'est comme la peine d'excommunication: c'est une condamnation canonique mais pas une condamnation tous azimuts, à la damnation. Des nuances sont nécessaires quand on parle de mauvais

Avatar de l’utilisateur
Didyme
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 486
Inscription : dim. 16 août 2009, 12:42

Re: Condamner le pécheur, non le péché

Message non lupar Didyme » Aujourd’hui, 2:37

En fait, c est plutôt l inverse.
C est le péché qu il faut condamner et non pas la personne,le pécheur.


Je précise que l'inversion du titre est volontaire pour mettre le doigt sur la tendance à confondre la personne et son péché.

Aucune personne n est mauvaise, car Dieu nous a créés à son Image.
On devient "mauvais" pour diverses raisons, et personne n' est à l abri de basculer dans le mal un jour où l autre.
D 'ailleurs, qui suis je pour juger mon frère moi qui ne suis qu un pécheur ?
Compassion, compassion, misericorde.
Oui.
L'autre est un semblable.

Avatar de l’utilisateur
Didyme
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 486
Inscription : dim. 16 août 2009, 12:42

Re: Condamner le pécheur, non le péché

Message non lupar Didyme » Aujourd’hui, 2:38

Cela dépend à quel égard.

Une personne ne peut être ontologiquement mauvaise puisque tout ce qui est est nécessairement bon (il n'y a pas de mal substantiel) "Tu aimes en effet tout ce qui existe, tu n’as de répulsion envers aucune de tes œuvres ; si tu avais haï quoi que ce soit, tu ne l’aurais pas créé." Sagesse 11

Oui c'est juste.

Une personne peut par contre être mauvaise ou sens où elle a contracté des habitus moralement mauvais (des vices) ; on désigne par là une personne qui a une tendance mal engendrée par l'habitude, un peu comme on peut qualifier d'alcoolique celui qui a une tendance à consommer de l'alcool immodérément.

Oui mais une habitude, même profonde, peut-elle suffire à confondre l'être et son péché, et donc ce qui est bon avec ce qui est mal ?

Il me semble difficile de mélanger les deux, et donc de qualifier une personne de mauvaise au sens strict.

Cela dit, peut-on NOUS penser une personne nous même ? Non, puisque (1) nous ne sommes pas dans les pensées des gens et donc nous ne distinguons pas les intentions à l'origine de leurs actes, et (2) que l'acte de juger les hommes est le propre de Dieu. Nous pouvons constater qu'une personne agit souvent de façon mauvaise, mais nous ne pouvons inférer qu'elle est elle-même mauvaise, (bon, à l'exception de situations où la société (naturelle ou surnaturelle) exige un jugement prudentiel, faillible).
Oui.
L'autre est un semblable.


Revenir vers « Vie chrétienne »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit