Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2018-2019)

« Mon âme aspire vers toi pendant la nuit, mon esprit te cherche dès le matin. » (Is 26.9)
Règles du forum
Forum de partage de méditations chrétiennes
BNicolas34
Ædilis
Ædilis
Messages : 10
Inscription : jeu. 31 janv. 2019, 21:44
Conviction : FOI dans les Saintes Ecritures

Re: Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2018-2019)

Message non lupar BNicolas34 » mer. 13 févr. 2019, 21:42

Bonsoir à toutes et à tous,


je voudrais savoir : Pourquoi Jésus-Christ est venu sur Terre ?



Nicolas

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13109
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

La prière de demande

Message non lupar etienne lorant » jeu. 14 févr. 2019, 11:38

Lecture du livre de la Genèse
Le Seigneur Dieu dit: « Il n’est pas bon que l’homme soit seul.Je vais lui faire une aide qui lui correspondra. » Avec de la terre, le Seigneur Dieu modela toutes les bêtes des champs et tous les oiseaux du ciel, et il les amena vers l’homme pour voir quels noms il leur donnerait. C’étaient des êtres vivants, et l’homme donna un nom à chacun. L’homme donna donc leurs noms à tous les animaux, aux oiseaux du ciel et à toutes les bêtes des champs. Mais il ne trouva aucune aide qui lui corresponde. Alors le Seigneur Dieu fit tomber sur lui un sommeil mystérieux, et l’homme s’endormit.Le Seigneur Dieu prit une de ses côtes, puis il referma la chair à sa place. Avec la côte qu’il avait prise à l’homme, il façonna une femme et il l’amena vers l’homme. L’homme dit alors : « Cette fois-ci, voilà l’os de mes os et la chair de ma chair ! On l’appellera femme – Ishsha –, elle qui fut tirée de l’homme – Ish. » À cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux ne feront plus qu’un. Tous les deux, l’homme et sa femme, étaient nus, et ils n’en éprouvaient aucune honte l’un devant l’autre.

– PSAUME
(127 (128),
R/ Heureux qui craint le Seigneur !
Heureux qui craint le Seigneur
et marche selon ses voies !
Tu te nourriras du travail de tes mains :
Heureux es-tu ! À toi, le bonheur !

Ta femme sera dans ta maison
comme une vigne généreuse,
et tes fils, autour de la table,
comme des plants d’olivier.

Voilà comment sera béni
l’homme qui craint le Seigneur.
De Sion, que le Seigneur te bénisse !
Tu verras le bonheur de Jérusalem tous les jours de ta vie.


Évangile de Jésus Christ selon saint Marc
En ce temps-là, Jésus partit et se rendit dans le territoire de Tyr. Il était entré dans une maison, et il ne voulait pas qu’on le sache, mais il ne put rester inaperçu: une femme entendit aussitôt parler de lui; elle avait une petite fille possédée par un esprit impur; elle vint se jeter à ses pieds. Cette femme était païenne, syro-phénicienne de naissance, et elle lui demandait d’expulser le démon hors de sa fille. Il lui disait:« Laisse d’abord les enfants se rassasier, car il n’est pas bien de prendre le pain des enfants et de le jeter aux petits chiens. »Mais elle lui répliqua: Seigneur, les petits chiens, sous la table, mangent bien les miettes des petits enfants! » Alors il lui dit :« À cause de cette parole, va : le démon est sorti de ta fille. » Elle rentra à la maison, et elle trouva l’enfant étendue sur le lit : le démon était sorti d’elle.


— Cy Aelf,  Paris


Du temps de la venue du Seigneur, la condition de la femme n'était certes pas des meilleures, vivant constamment sous l’autorité de leur mari - et celles qui demeuraient célibataires en supportaient la honte. Leur rôle principal était de permettre la continuation de la lignée - du reste, c'est toujours l'homme qui "engendre".

Du fait de la soumission des femmes, lorsqu'une étrangère vient prier Jésus de délivrer sa fille, Jésus commence par susciter sa foi - en lui rappelant qu'il est venu, tout d'abord, pour les juifs. C'est quasiment une insulte qu'emploie en rappelant que les autres peuplades étaient considérer comme étant des "petit chiens" - il faut rappeler se rappeler les chiens étaient des animaux tout à fait mis à l'écart des maisons.

Cependant, l'intention de Jésus n'était pas d’humilier l'étrangère, mais bien d'exciter sa foi, de l’aiguillonner. Et la réponse qu'elle donne à cette "rebuffade" lui obtiendra la guérison de sa fille. Une leçon de foi nous est donnée. Lorsque nous prions le Seigneur, il est important de demander et de demander encore. Tel cet homme, a rappelé notre prêtre, qui avait prié trois années afin d'obtenir l'attention d'une femme à qui il se croyait parfaitement destiné. Il fut exaucé, mais en ce sens que c'est la sœur de cette femme qu'il épousa finalement - un couple parfaitement assorti et qui demeure encore.

Si le prêtre a rapporté cette histoire authentique, c'est afin d'augmenter notre foi. Toutes les demandes sont entendue, mais il convient de s'en remettre à Dieu en toute affaire importante.

.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13109
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

L'Ephata de ce jour

Message non lupar etienne lorant » ven. 15 févr. 2019, 10:21

Lecture du livre de la Genèse
Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs que le Seigneur Dieu avait faits. Il dit à la femme:« Alors, Dieu vous a vraiment dit: “Vous ne mangerez d’aucun arbre du jardin” ? » La femme répondit au serpent: « Nous mangeons les fruits des arbres du jardin. Mais, pour le fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit: “Vous n’en mangerez pas, vous n’y toucherez pas, sinon vous mourrez.” » Le serpent dit à la femme :« Pas du tout ! Vous ne mourrez pas ! Mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal. » La femme s’aperçut que le fruit de l’arbre devait être savoureux, qu’il était agréable à regarder et qu’il était désirable, cet arbre, puisqu’il donnait l’intelligence. Elle prit de son fruit, et en mangea. Elle en donna aussi à son mari,et il en mangea. Alors leurs yeux à tous deux s’ouvrirent et ils se rendirent compte qu’ils étaient nus. Ils attachèrent les unes aux autres des feuilles de figuier, et ils s’en firent des pagnes. Ils entendirent la voix du Seigneur Dieu qui se promenait dans le jardin à la brise du jour. L’homme et sa femme allèrent se cacher aux regards du Seigneur Dieu parmi les arbres du jardin.


PSAUME
(31 (32)
R/ Heureux l’homme dont la faute est enlevée !
Heureux l’homme dont la faute est enlevée,
et le péché remis !
Heureux l’homme dont le Seigneur ne retient pas l’offense,
dont l’esprit est sans fraude !

J’ai dit : « Je rendrai grâce au Seigneur
   en confessant mes péchés. »
Et toi, tu as enlevé l’offense de ma faute.

Ainsi chacun des tiens te priera aux heures décisives ;
même les eaux qui débordent ne peuvent l’atteindre.
Tu es un refuge pour moi, mon abri dans la détresse ;
de chants de délivrance, tu m’as entouré.



Évangile de Jésus Christ selon saint Marc
En ce temps-là, Jésus quitta le territoire de Tyr; passant par Sidon, il prit la direction de la mer de Galilée et alla en plein territoire de la Décapole. Des gens lui amènent un sourd qui avait aussi de la difficulté à parler, et supplient Jésus de poser la main sur lui. Jésus l’emmena à l’écart, loin de la foule, lui mit les doigts dans les oreilles, et, avec sa salive, lui toucha la langue. Puis, les yeux levés au ciel, il soupira et lui dit: « Effata ! », c’est-à-dire: « Ouvre-toi ! » Ses oreilles s’ouvrirent; sa langue se délia, et il parlait correctement. Alors Jésus leur ordonna de n’en rien dire à personne; mais plus il leur donnait cet ordre, plus ceux-ci le proclamaient. Extrêmement frappés, ils disaient: « Il a bien fait toutes choses : il fait entendre les sourds et parler les muets. »

–  Cy Aelf,  Paris

Au commencement, les être humains n'avaient nul besoin de vêtements, car le corps était parfaitement ajusté à leur besoin. Et les sensation de froid comme de chaleur étaient agréables. Et quant à la nudité, tout simplement: elle n'existait pas.  Ce qui signifie que la chaleur et le froid étaient toutes deux agréables à l'humain. La peau suffisait en tout. Il n'y avait aucune honte, tout simplement parce qu'il n'y avait aucune place pour le sentiment de honte.  Mais c'est à cause du péché que la honte est survenue comme une sorte de signal d'alarme...

Si la Liturgie a fait le choix d'un texte qui montre Jésus à sorti des frontières d’Israël, c'est pour indiquer que le salut est venu pour tous- non pas seulement pour le peuple juif, mais pour toute l'humanité. La nudité n'est nullement mauvaise en soi, mais c'est bien la "connaissance du bien et du mal" qui conduit au malheur et le malheur prend toutes sortes de forme.  

Lorsque Jésus guérit un malade, il ne guérit pas seulement le corps, mais relève l’être tout entier.  Ce sont bien des pécheurs qui ont établi des catégories d'estimation et de jugement.

L'Ephata est un souffle qui vient de Dieu afin de rétablir l'humain dans toute sa dignité d'enfant de Dieu.

.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13109
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Où le péché abonde, la grâce surabonde

Message non lupar etienne lorant » sam. 16 févr. 2019, 11:28

Lecture du livre de la Genèse
Quand l’homme eut désobéi à Dieu, le Seigneur Dieu l’appela et lui dit:« où es-tu donc ? » Il répondit: «J’ai entendu ta voix dans le jardin, j’ai pris peur parce que je suis nu, et je me suis caché.» Le Seigneur reprit: « Qui donc t’a dit que tu étais nu ? Aurais-tu mangé de l’arbre dont je t’avais interdit de manger ? » L’homme répondit : «La femme que tu m’as donnée, c’est elle qui m’a donné du fruit de l’arbre, et j’en ai mangé.» Le Seigneur Dieu dit à la femme: «Qu’as-tu fait là ? » La femme répondit: «Le serpent m’a trompée, et j’ai mangé.» Alors le Seigneur Dieu dit au serpent: "Parce que tu as fait cela, tu seras maudit parmi tous les animaux et toutes les bêtes des champs. Tu ramperas sur le ventre et tu mangeras de la poussière tous les jours de ta vie. Je mettrai une hostilité entre toi et la femme, entre ta descendance et sa descendance: celle-ci te meurtrira la tête, et toi, tu lui meurtriras le talon. » Le Seigneur Dieu dit ensuite à la femme: «Je multiplierai la peine de tes grossesses; c’est dans la peine que tu enfanteras des fils. Ton désir te portera vers ton mari, et celui-ci dominera sur toi. » Il dit enfin à l’homme: «Parce que tu as écouté la voix de ta femme, et que tu as mangé le fruit de l’arbre que je t’avais interdit de manger: maudit soit le sol à cause de toi! C’est dans la peine que tu en tireras ta nourriture, tous les jours de ta vie. De lui-même, il te donnera épines et chardons, mais tu auras ta nourriture en cultivant les champs.C’est à la sueur de ton visage que tu gagneras ton pain, jusqu’à ce que tu retournes à la terre dont tu proviens; car tu es poussière, et à la poussière tu retourneras. »  L’homme appela sa femme Ève (c’est-à-dire : la vivante), parce qu’elle fut la mère de tous les vivants. Le Seigneur Dieu fit à l’homme et à sa femme des tuniques de peau et les en revêtit. Puis le Seigneur Dieu déclara: « Voilà que l’homme est devenu comme l’un de nous par la connaissance du bien et du mal ! Maintenant, ne permet-tons pas qu’il avance la main, qu’il cueille aussi le fruit de l’arbre de vie, qu’il en mange et vive éternellement!» Alors le Seigneur Dieu le renvoya du jardin d’Éden, pour qu’il travaille la terre d’où il avait été tiré. Il expulsa l’homme, et il posta, à l’orient du jardin d’Éden, les Kéroubim, armés d’un glaive fulgurant, pour garder l’accès de l’arbre de vie.



PSAUME
(89 (90),
R/ D’âge en âge, Seigneur,
tu as été notre refuge.
Avant que naissent les montagnes,
que tu enfantes la terre et le monde,
de toujours à toujours,
toi, tu es Dieu.

Tu fais retourner l’homme à la poussière ;
tu as dit : « Retournez, fils d’Adam ! »
À tes yeux, mille ans sont comme hier,
c’est un jour qui s’en va, une heure dans la nuit.

Tu les as balayés : ce n’est qu’un songe ;
dès le matin, c’est une herbe changeante :
elle fleurit le matin, elle change ;
le soir, elle est fanée, desséchée.

Apprends-nous la vraie mesure de nos jours :
que nos cœurs pénètrent la sagesse.
Reviens, Seigneur, pourquoi tarder ?
Ravise-toi par égard pour tes serviteurs
.


Évangile de Jésus Christ selon saint Marc
En ces jours-là, comme il y avait une grande foule, et que les gens n’avaient rien à manger, Jésus appelle à lui ses disciples et leur dit: «J’ai de la compassion pour cette foule, car depuis trois jours déjà ils restent auprès de moi, et n’ont rien à manger. Si je les renvoie chez eux à jeun, ils vont défaillir en chemin, et certains d’entre eux sont venus de loin.» Ses disciples lui répondirent: « Où donc pourra- t-on trouver du pain pour les rassasier ici, dans le désert ? » Il leur demanda: «Combien de pains avez-vous ? » Ils lui dirent:« Sept.» Alors il ordonna à la foule de s’asseoir par terre. Puis,prenant les sept pains et rendant grâce, il les rompit, et il les donnait à ses disciples pour que ceux-ci les distribuent; et ils les distribuèrent à la foule. Ils avaient aussi quelques petits poissons, que Jésus bénit et fit aussi distribuer. Les gens mangèrent et furent rassasiés. On ramassa les morceaux qui restaient: cela faisait sept corbeilles. Or, ils étaient environ quatre mille. Puis Jésus les renvoya. Aussitôt, montant dans la barque avec ses disciples, il alla dans la région de Dalmanoutha.

– Cy Aelf,  Paris

Quel est le moyen  pour remédier à cette malédiction qui repose toujours sur les âmes - sur chacune et chacun d'entre nous ?  C'est bien le recours au Pain de Vie, c'est-à-dire :à l'Eucharistie qui est profondément liée au premier des sacrements qu'est le baptême. Que dit-on du baptême ? C'est une grâce qui comporte déjà le pardon des péchés, dit le catéchisme.

Et la multiplication rapportée dans l’Évangile des pains et des poissons préfigure l'Eucharistie - qu'on a aussi appelée le "Pain des forts". En communion à l'Eucharistie, nous avons accès à de nombreuses grâces.  Ces deux sacrements permettent aux fidèles d'accomplir des œuvres de grâce auxquelles ils n'auraient certes pas songé sans cette adhésion intime - dès la naissance -, à la vie dans la grâce.

Beaucoup de baptisés devenus adultes ne croient plus guère à cette "interversion spirituelle" qui cependant dénoue des entraves auxquelles auxquelles la seule raison ne suffisait pas...

Ce matin, pour ma part,  je me suis de nouveau  souvenu d'une réponse totalement imprévue qui a jailli de mes lèvres lorsqu'un  policier, un jour, avait voulu me convaincre d'avouer un acte répréhensible en se moquant de l’Évangile.

Il avait usé de cet argument:

 - Ne dites-vous pas, dans votre croyance : "faute avouée, à moitié pardonnée ?"  

Dans la seconde qui suivit - sans même y avoir réfléchi, ma bouche s'est ouverte et j'ai rétorqué:

-"Non !  C'est un proverbe que vous me citez. Mais ce que dit ma "croyance", c'est bien : "La vérité vous rendra libre." Et puisque je vous ai dit la vérité, je suis libre et je sors".  

Ce que j'ai fait, tout étonné de n'avoir rien réfléchi en parlant de la sorte.




.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2018-2019)

Message non lupar Carolus » sam. 16 févr. 2019, 22:40

BNicolas34 :

je voudrais savoir : Pourquoi Jésus-Christ est venu sur Terre ?
Je vous remercie de poser cette question, cher Nicolas. :)
CEC 619 " Le Christ est mort pour nos péchés selon les Écritures " (1 Co 15, 3).
Jésus-Christ est venu sur Terre pour s’offrir lui-même à son Père pour nos péchés.

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13109
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

De la foi découlent les oeuvres

Message non lupar etienne lorant » dim. 17 févr. 2019, 23:23

Lecture du livre de la Genèse
L’homme s’unit à Ève, sa femme, elle devint enceinte, et elle mit au monde Caïn. Elle dit alors: «J’ai acquis un homme avec l’aide du Seigneur! » Dans la suite, elle mit au monde Abel, frère de Caïn. Abel devint berger, et Caïn cultivait la terre. Au temps fixé, Caïn présenta des produits de la terre en offrande au Seigneur. De son côté, Abel présenta les premiers-nés de son troupeau, en offrant les morceaux les meilleurs. Le Seigneur tourna son regard vers Abel et son offrande, mais vers Caïn et son offrande, il ne le tourna pas. Caïn en fut très irrité et montra un visage abattu. Le Seigneur dit à Caïn: «Pourquoi es-tu irrité, pourquoi ce visage abattu? Si tu agis bien, ne relèveras-tu pas ton visage ? Mais si tu n’agis pas bien le péché est accroupi à ta porte. Il est à l’affût, mais tu dois le dominer.» Caïn dit à son frère Abel: «Sortons dans les champs.» Et, quand ils furent dans la campagne, Caïn se jeta sur son frère Abel et le tua. Le Seigneur dit à Caïn «Où est ton frère Abel?» Caïn répondit «Je ne sais pas. Est-ce que je suis, moi, le gardien de mon frère? » Le Seigneur dit:« Qu’as-tu fait ? La voix du sang de ton frère
crie de la terre vers moi ! Maintenant donc, sois maudit et chassé loin de cette terre qui a ouvert la bouche pour boire le sang de ton frère, versé par ta main. Tu auras beau cultiver la terre, elle ne produira plus rien pour toi Tu seras un errant, un vagabond sur la terre. » Alors Caïn dit au Seigneur : « Mon châtiment est trop lourd à porter ! Voici qu’aujourd’hui tu m’as chassé de cette terre. Je dois me cacher loin de toi, je serai un errant, un vagabond sur la terre, et le premier venu qui me trouvera me tuera.»  Le Seigneur lui répondit « Si quelqu’un tue Caïn, Caïn sera vengé sept fois.» Et le Seigneur mit un signe sur Caïn pour le préserver d’être tué par le premier venu qui le trouverait. Adam s’unit encore à sa femme, et elle mit au monde un fils. Elle lui donna le nom de Seth (ce qui veut dire : accordé), car elle dit : « Dieu m’a accordé une nouvelle descendance à la place d’Abel, tué par Caïn. »




PSAUME
(49 -50),
R/ Offre à Dieu le sacrifice d’action de grâce.
Le Dieu des dieux, le Seigneur,
parle et convoque la terre
du soleil levant jusqu’au soleil couchant :
« Assemblez, devant moi, mes fidèles.

« Écoute, mon peuple, je parle.
Moi, Dieu, je suis ton Dieu !
Je ne t’accuse pas pour tes sacrifices ;
tes holocaustes sont toujours devant moi.

« Qu’as-tu à réciter mes lois,
à garder mon alliance à la bouche,
toi qui n’aimes pas les reproches
et rejettes loin de toi mes paroles ?

« Tu t’assieds, tu diffames ton frère,
tu flétris le fils de ta mère.
Voilà ce que tu fais ; garderai-je le silence ?
Penses-tu que je suis comme toi ? »



Évangile de Jésus Christ selon saint Marc
En ce temps-là, les pharisiens survinrent et se mirent à discuter avec Jésus; pour le mettre à l’épreuve, ils cherchaient à obtenir de lui un signe venant du ciel. Jésus soupira au plus profond de lui-même et dit: « Pourquoi cette génération cherche-t-elle un signe ? Amen, je vous le déclare: aucun signe ne sera donné à cette génération. » Puis il les quitta, remonta en barque, et il partit vers l’autre rive.


Cy Aelf,  Paris

Pourquoi Caïn en finit-il par tuer son frère ?  Tout  simplement par envie et par jalousie. Et les pharisiens qui finiront pas livrer Jésus pour le faire périr sont animés de jalousie et d'envie, car ils comprennent que leurs propres pratiques pourraient être remises en question.  Et c'est bien ce qu'il adviendra.  En voyant les foules marcher derrière Jésus, ils se mettent à craindre pour leur autorité, leur statut et leur manière d'être afin de  dominer sur le cœur des hommes et des femmes.  

Il suffit de lire l’Évangile pour comprendre que les cérémonies du culte n'ont de valeur que si l'homme y adhère de tout son être  afin de devenir eux-mêmes des témoins de l'amour de Dieu.  Souvenons-nous de cette la parole sur le vin nouveau qui ne sauraient être contenue dans de vielles outres.

Que les lectures de ce jour nous incitent à "vivifier" notre foi par des signes et des gestes qui ne sont sont pas "miraculeux"- tout en manifestant que la foi, l'espérance et l'amour demeurent le mobile de profond de notre évolution sur la terre et jusque dans les Cieux.

.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )


Revenir vers « Méditations »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit