Les gilets jaunes

« Voici maintenant que ce monde est jugé ! » (Jn 12.31)
Règles du forum
Forum de discussions entre personnes de bonne volonté autour des questions d'actualité.
Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 10303
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: Les gilets jaunes

Message non lupar Fée Violine » mar. 12 févr. 2019, 12:10

Pour être franc, la "farandole du samedi"commence peut-être à être investi par tout un tas de gugus assez louches. Il y a ces pollueurs de pseudo-anarchistes et autres casseurs. La grande manifestation publique commence à virer en eau de boudin.
Ça ne "commence" pas maintenant : il y a longtemps que ces "gugus louches" se mêlent aux manifestations.

la Samaritaine
Barbarus
Barbarus

Re: Les gilets jaunes

Message non lupar la Samaritaine » mar. 12 févr. 2019, 12:24


Le système ne sera pas révolutionné. Macron va rester en poste, ses parrains n'en seront pas moins aux affaires. Je sais que c'est dommage. Mais sûrement que beaucoup d'électeurs auront eu l'occasion de réviser un peu cette sorte de jugement tout lisse qu'ils auront pu nourrir à l'égard du macronisme ou des politiques macroniennes. La sortie publique des gilets jaunes "en masse" aura sans doute pour effet ultérieurement de décoincer un peu les citoyens timides à critiquer Macron; timides parce qu'étant sous une impression d'un vague unanimisme en faveur du bellâtre. On va s'y sentir moins c ... à pouvoir critiquer le monsieur et son système. Certains auront pu faire la découverte qu'il n'y avait pas que des "p'tits crétins de communistes attardés" ou des néo-fascistes pour mal penser de la gouverne d'En Marche.
Ce qui est "révolutionné", c'est la rencontre du président avec les Français et la possibilité de participer au Grand Débat National, c'est une nouvelle forme de démocratie qui s'invente actuellement. C'est passionnant.


Samaritaine

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8591
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Les gilets jaunes

Message non lupar Cinci » mar. 12 févr. 2019, 15:21

Ça ne "commence" pas maintenant
Ça empire tout simplement. Ça "commence" comme dans "ça commence à bien faire". Les gilets jaunes semblent de plus en plus débordés. "Tout ce qui traîne se salit", répète l'adage de chez-nous.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8591
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Les gilets jaunes

Message non lupar Cinci » mar. 12 févr. 2019, 16:36

Le rôle historique des socialistes français dans la mondialisation libérale

Les Français pensent souvent que les Américains, les Anglais ou les Allemands sont les seuls responsables de la mondialisation du commerce, des affaires et de la finance. Or les faits sont têtus. Jacques Delors, délégué général du Parti socialiste pour les relations économiques internationales (1976-1981), est nommé président de la Commission européenne (1985-1994) [...] Son directeur de cabinet était alors Pascal Lamy, ancien membre du comité directeur du Parti socialiste, inspecteur général des finances après son passage par l'ENA, HEC et Science-Po. Ils ont élaboré ensemble la directive de 1988 sur la libéralisation des mouvements de capitaux à l'Intérieur de l'Europe. [...] Pascal Lamy, pour qui "l'ouverture des marchés et la réduction des obstacles au commerce ont été, restent et resteront essentielles", fut président de l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

C'est au château de la Muette, dans le XVIe arrondissement de Paris, qui abrite le siège de l'OCDE, qu'un haut fonctionnaire du Trésor, toujours sous la présidence de François Mitterrand, Henri Chavranski, présida de 1982 à 1994, le Comité des mouvements de capitaux et des transactions invisibles (CMIT). Ce haut fonctionnaire, convaincu de l'interdépendance des économies ne laissait plus d'autres choix que la libéralisation des mouvements de capitaux entre les États membres, oeuvra de tout son poids pour que le code de l'OCDE soit amendé, en 1989, pour y inclure les mouvements à court terme.



Michel Camdessus, ancien élève de l'ENA, haut fonctionnaire proche du Parti socialiste, nommé directeur du Trésor en 1982, devint gouverneur de la Banque de France en 1984, durant le premier mandat de François MItterrand. Il occupa ensuite pendant treize ans, de 1987 à 2000, le poste de directeur du FMI.

[...]

Comme l'analyse Rawi Abdelal, un professeur américain de la Harvard Business School, spécialiste d'économie politique internationale, ce sont ces trois Français, Jacques Delors, Michel Camdessus et Henri Chavranski, socialistes ou proches du Parti socialiste, qui ont donné de manière décisive un sérieux coup de pouce à la mondialisation libérale. (R. Abdelal, Capital Rules. The Construction of Global Finance, Cambridge, Harvard University Press, 2007, et "Le consensus de Paris : la France et les règles de la finance mondiale", Critique internationale, no 28, juillet 2005, p. 87

On peut d'ailleurs compléter la liste des membres du Parti socialiste impliqués dans la mondialisation libérale avec Dominique Strauss-Kahn, proposé par Nicolas Sarkozy, dès qu'il fut élu président de la république en 2007, pour être candidat au poste de directeur général du FMI où il resta jusqu'à sa chute hautement médiatisée en 2011.

C'est encore une Française, Christine Lagarde, qui fut nommée le 30 juin 2011 directrice générale du FMI, en remplacement de Dominique Strauss-Kahn. Martine Aubry, la fille de Jacques Delors et alors secrétaire générale du Parti socialiste, a dit au cours d'un journal télévisé, apprécier les qualités de Christine Lagarde et approuver pleinement sa nomination à la tête du FMI. Le gouvernement socialiste a maintenu cette approbation alors que Christine Lagarde était convoquée les 23 et 24 mai 2013 devant la Cour de justice de la République.

[...]

La création en 1991, à l'initiative de la France, de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) a fourni l'un des symboles les plus aboutis de cet accélérateur de particules libérales d'abord localisées sur un territoire particulier. Chargée d'encourager les pays de l'Est à privatiser leurs économies, la BERD fut confiée à son inventeur, Jacques Attali.

La réalité a été encore plus antisociale que ce que l'on pouvait prévoir. La soumission devant les exigences de l'Europe, le Médef et la finance internationale a été au-delà de ce qui était prévisible. Une servitude volontaire du pouvoir socialiste au "toujours plus" des riches, pour reprendre le titre du livre de François de Clostets. (François de Closets, Toujours plus, Paris, Grasset, 1984)


[...]

Rappelons que le traité de Maastricht, en 1993, et celui de Lisbonne, en 2008, ont été ratifiés grâce à la solidarité oligarchique de la droite conservatrice et de la gauche libérale.

François Hollande, Martine Aubry et Dominique Strauss-Kahn n'ont pas hésité à introduire la "priorité pour les marchés financiers" dans le traité de Lisbonne, signé en catimini à l'initiative de Nicolas Sarkozy, alors que le peuple français avait dit massivement "non" à cette Constitution européenne explicitement néolibérale, lors du référendum de 2005, pour la campagne duquel François Hollande n'avait pas hésité à s'afficher en couverture de Paris Match en compagnie de Nicolas Sarkozy, portant le même costume de classe.

Le nouveau traité, dit "pacte budgétaire", est encore pire que ceux de Maastricht et de Lisbonne. Les critères du déficit budgétaire passe de 3% à 0.5% du PIB. Tout dépassement entraîne des sanctions. En approuvant la loi organique, les députés et les sénateurs français ont accepté que la Commission et la Cour de justice européenne, organismes supranationaux et non élus, orientent les choix budgétaires et la politique économique et sociale de notre pays.

En février 2013, le gouvernement annonce que la promesse de réduire à 3% du PIB les déficits publics à la fin de l'année ne pourra pas être tenue. La Commission européenne envisage alors la possibilité que les 3% ne soient atteints qu'en 2015, en posant comme conditions une réduction drastique des dépenses publiques et une hausse de la fiscalité. La désindexation des prestations sociales et des retraites sur l'inflation est à l'étude, ainsi que l'allongement de la durée de travail et la privatisation des services publics. Le niveau du Smic et la baisse des allocations familiales ne sont plus des sujets tabous.

Le déficit est une arme pour asservir les peuples en légitimant une austérité dont on ne sait pas où elle pourra s'arrêter. Les partenariats public-privé, les privatisations feront le reste pour démanteler les services publics construits et tissés peu à peu après le chaos de la Seconde guerre mondiale.

Source : La violence des riches, p. 112

Avatar de l’utilisateur
Nanimo
Prætor
Prætor
Messages : 2212
Inscription : sam. 15 avr. 2006, 16:21
Conviction : Catholique
Localisation : CANADA
Contact :

Re: Les gilets jaunes

Message non lupar Nanimo » mar. 12 févr. 2019, 17:55

Pour être franc, la "farandole du samedi"commence peut-être à être investi par tout un tas de gugus assez louches. Il y a ces pollueurs de pseudo-anarchistes et autres casseurs. La grande manifestation publique commence à virer en eau de boudin.
Ça ne "commence" pas maintenant : il y a longtemps que ces "gugus louches" se mêlent aux manifestations.
Effectivement, rien de nouveau. Aussi loin que je puisse remonter, il y a toujours eu des casseurs pour 'casser' l'élan des manifs. Quoi de plus efficace pour monter l'opinion publique contre une manif?! Ne soyons pas trop naifs.
Lest we boast
[couleur de la modératrice]

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8842
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Les gilets jaunes

Message non lupar PaxetBonum » mar. 12 févr. 2019, 18:39

Effectivement, rien de nouveau. Aussi loin que je puisse remonter, il y a toujours eu des casseurs pour 'casser' l'élan des manifs. Quoi de plus efficace pour monter l'opinion publique contre une manif?! Ne soyons pas trop naifs.
Il faut aussi souligner que tant qu'il n'y a pas de violence le pouvoir ignore totalement les manifestations… Le meilleure exemple c'est le million de personnes dans la rue contre le mariage homosexuel. Des manifestations qui n'ont produit aucun effet car précisément totalement pacifiques. Cela incite donc à la révolte car le pouvoir ne comprend que cela…
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8591
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Les gilets jaunes

Message non lupar Cinci » mar. 12 févr. 2019, 19:40

Ce qui est "révolutionné", c'est la rencontre du président avec les Français et la possibilité de participer au Grand Débat National, c'est une nouvelle forme de démocratie qui s'invente actuellement. C'est passionnant.
:?:

Pathos
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 583
Inscription : dim. 17 avr. 2016, 19:32
Conviction : Catholique

Re: Les gilets jaunes

Message non lupar Pathos » mar. 12 févr. 2019, 22:34

Ce qui est "révolutionné", c'est la rencontre du président avec les Français et la possibilité de participer au Grand Débat National, c'est une nouvelle forme de démocratie qui s'invente actuellement. C'est passionnant.
:?:
Enfumage total..

A une autre époque on ne s'en souvient plus.. Balladur avait lancé un grand questionnaire pour la jeunesse..

Pathos
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 583
Inscription : dim. 17 avr. 2016, 19:32
Conviction : Catholique

Re: Les gilets jaunes

Message non lupar Pathos » mar. 12 févr. 2019, 22:45

Quoi qu'il en soit, je pense que l'objectif tactique est atteint.

Le système ne sera pas révolutionné. Macron va rester en poste, ses parrains n'en seront pas moins aux affaires. Je sais que c'est dommage. Mais sûrement que beaucoup d'électeurs auront eu l'occasion de réviser un peu cette sorte de jugement tout lisse qu'ils auront pu nourrir à l'égard du macronisme ou des politiques macroniennes. La sortie publique des gilets jaunes "en masse" aura sans doute pour effet ultérieurement de décoincer un peu les citoyens timides à critiquer Macron; timides parce qu'étant sous une impression d'un vague unanimisme en faveur du bellâtre. On va s'y sentir moins c ... à pouvoir critiquer le monsieur et son système. Certains auront pu faire la découverte qu'il n'y avait pas que des "p'tits crétins de communistes attardés" ou des néo-fascistes pour mal penser de la gouverne d'En Marche.
Je suis complètement d'accord avec vous.
Le peu de confiance qu'avaient les français dans la politique va maintenant disparaître.

[Supprimé. Propos haineux qui n'ont pas leur place sur ce forum. La modération]

invité2
Barbarus
Barbarus

Re: Les gilets jaunes

Message non lupar invité2 » mar. 12 févr. 2019, 23:45


Des manifestations qui n'ont produit aucun effet car précisément totalement pacifiques. Cela incite donc à la révolte car le pouvoir ne comprend que cela…
Pas forcément. Aux USA, les manifs des Noirs dans les années 60 qui réclamaient la fin de la ségrégation, étaient en grande majorité pacifiques. Et ils ont obtenu gain de cause.

LaurentVan
Censor
Censor
Messages : 149
Inscription : jeu. 09 mai 2013, 5:04
Conviction : Ecclesia Catholica Romana

Re: Les gilets jaunes

Message non lupar LaurentVan » mer. 13 févr. 2019, 5:10

Bonjour,

Invité2 a écrit :
Des manifestations qui n'ont produit aucun effet car précisément totalement pacifiques.
Cela incite donc à la révolte car le pouvoir ne comprend que cela…
Pas forcément. Aux USA, les manifs des Noirs dans les années 60 qui réclamaient la fin de la ségrégation, étaient en grande majorité pacifiques. Et ils ont obtenu gain de cause.
Le mouvement politique qui s’était battu pour la cause d'hommes à la peau noire, et qui avait eu le plus d’influence aux Etats Unis dans les années 60 était le célèbre mouvement des "Black panthers"...ils n’étaient pas des tendres...Ses membres avaient tous la copie du "petit livre rouge" et, en l’occurrence, connaissaient très certainement la célèbre phrase de Mao Zedong « La révolution sort du barillet d’un pistolet. ».
« Nous ne sommes pas des êtres humains ayant une expérience spirituelle. Nous sommes des êtres spirituels ayant une expérience humaine. »

Pierre Teilhard de Chardin (1881-1955)

invité2
Barbarus
Barbarus

Re: Les gilets jaunes

Message non lupar invité2 » mer. 13 févr. 2019, 11:42

Bonjour,

Invité2 a écrit :
Pas forcément. Aux USA, les manifs des Noirs dans les années 60 qui réclamaient la fin de la ségrégation, étaient en grande majorité pacifiques. Et ils ont obtenu gain de cause.
Le mouvement politique qui s’était battu pour la cause d'hommes à la peau noire, et qui avait eu le plus d’influence aux Etats Unis dans les années 60 était le célèbre mouvement des "Black panthers"...ils n’étaient pas des tendres...Ses membres avaient tous la copie du "petit livre rouge" et, en l’occurrence, connaissaient très certainement la célèbre phrase de Mao Zedong « La révolution sort du barillet d’un pistolet. ».
Ce n'est pas grâce aux Black Panthers que l’État américain a cédé. Martin Luther King, le principal interlocuteur de l’État américain, les dénonçait et les condamnait ce mouvement qui était loin d'être majoritaire.

Et quid de Gandhi et de l'Inde ? La non violence et le pacifisme l'ont emporté.

Quid du communisme qui s'est effondré en Pologne grâce au non violent Solidarność ?

Depuis la fin de la 2ème guerre, la non violence fonctionne.


Ne pas oublier que le fil concerne les gilets jaunes. La modération.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8591
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Les gilets jaunes

Message non lupar Cinci » mer. 13 févr. 2019, 15:08

Pas forcément. Aux USA, les manifs des Noirs dans les années 60 qui réclamaient la fin de la ségrégation, étaient en grande majorité pacifiques. Et ils ont obtenu gain de cause.
C'est vrai. La conjoncture était sans doute plus favorable.

Dans une certaine mesure, les Noirs auront pu bénéficier d'une période de reconstruction suivant la 2e Guerre mondiale. Ils auront pu bénéficier aussi de la présence alors bien vivante d'un empire soviétique défiant leurs oppresseurs à demeure.


La question :

C'est quel système qui se soucierait le plus de hausser le niveau de vie des travailleurs ? des pauvres ? des ex-esclaves noirs ? des descendants d'esclaves ?

Les Américains devaient convaincre leurs alliés d'Europe de l'Ouest de la supériorité indéniable du système de l'Oncle Sam. Alors bienvenu aux taxes et aux impôts pour bâtir la grande société ... The Great Society ... établissons des programmes afin de mettre sur pied une société plus juste, des politiques de logements pour les moins riches, facilitons l'accès au système scolaire et tutti.



Mon explication :

Il y a bien eu gain parce que les élites se sont fait complices de ce que les autres ("qui ne sont rien" dixit Macron) demandaient avec des mégaphones, en déambulant pacifiquement dans les rues ou sur les campus; ce qui n'empêchait pas les flics d'être moins pacifiques que les manifestants ou les Blancs du Old South de réclamer la peau de Luther-King ("Ce communiste et saboteur des vraies valeurs de l'Amérique") jusqu'à pouvoir l'obtenir.

Le gain n'est pas sorti de la violence des "petites frappes", des milices de casseurs armés de bâtons. Non, le gain est sorti du fait qu'à un haut niveau politique des décideurs influents auront fini par être persuadés eux-mêmes de la nécessité de faire mouvement en faveur de la classe moyenne et même de la classe moyenne pauvre. Ils ont pu finir par se convaincre de cela ("Il fallait faire mouvement") pour des raisons d'État. Parce qu'il fallait abattre les Russes notamment. Il prend des raisons vraiment impérieuses pour amener des riches à plier les genoux. Et ça prend beaucoup plus, ça prend "autre chose" que la violence. La violence ? Les riches sont capables de coexister avec elle pendant des millénaires. Il y va aussi d'une question d'intérêt pour les riches eux-mêmes.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8591
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Les gilets jaunes

Message non lupar Cinci » mer. 13 févr. 2019, 20:06

(en faisant comme les questions-réponses, je donne mon avis)

Paxetbonum :

Le meilleure exemple c'est le million de personnes dans la rue contre le mariage homosexuel. Des manifestations qui n'ont produit aucun effet car précisément totalement pacifiques.
La manifestation n'avait aucune chance de déboucher sur "quelque" lendemain de quoi que ce soit. Parce qu'elle était pacifique ? Parce que les élites de tous les grands pays industrialisés avaient déjà arrêté leur idée sur le sujet depuis longtemps et que la normalisation de l'homosexualité ne représente plus le moindre enjeu de débat pour elles.

Les socialistes savaient que leur législation susciterait tout un tollé dans la population. Ils n'en avaient cure parce que sachant disposer pour eux de l'appui de "tout ce qui compte" dans le monde (banques, grandes entreprises,grands bourgeois, intellectuels, universités, écoles, juristes, télévision, journaux, producteurs de films, syndicats). Comme tous les politiciens libéraux, ils se sont dépêchés de vouloir faire passer en loi, le plus rapidement possible, leur projet le plus délicat à faire avaler de force au bon peuple, question de se donner du champ d'ici la campagne électorale suivante.

En attendant c'est :

"Cause toujours, tu m'intéresses."

- Exprimez-vous sans gêne ... Allez-y, allez-y ...
- Je n'aime pas le projet. Je ne suis pas d'accord.
- Ah ? Vous préférez l'injustice alors.
- Je crois que ce n'est pas une bonne idée. Parce que [...]
- C'est pas bien de mal penser. Et puis quelles sont vos titres et qualifications professionnelles ? Celles qui vous autoriseraient à négliger l'avis des vrais spécialistes, hein ? Êtes-vous anthropologue ? Avez-vous réalisé vous-mêmes des études de terrain pendant dix ans ? Vous avez vécu dans l'intimité de diverses populations homosexuelles stigmatisées ?
[...]

- Non, mon ami, la religion ne peut pas être reçue comme élément pertinent, comme pièce à conviction admissible au procès que tous les citoyens les plus responsables et légitimés pour débattre de la question auront déjà pu tenir, entre eux, dans leur chambre professionnelle, département, commissions ou autres. Les idées religieuses et passéistes d'un autre siècle ne peuvent orienter le choix des décideurs. Il faudra vous instruire.

[...]

- Merci de votre participation à notre échange démocratique de point de vue.

Précisons que vous devrez accepter ce fonctionnement que vous n'aimez pas sous peine d'amendes, poursuites judiciaires, mise à la retraite, ostracisme. Vous avez le droit de vivre selon vos convictions mais dans vos appartements privés. Vous avez la liberté d'échanger avec des copains pensant peut-être comme vous (votre aïeul, vos enfants d'âge pré-scolaire) mais en autant que rien ne filtre à l'extérieur au point d'incommoder la sensibilité d'autres citoyens plus en phase avec les valeurs de la République.

________
P.S. : cette même dynamique s'applique à la "cause" des gilets jaunes selon moi. Je reprends le cas indiqué par Paxetbonum pour illustrer ce qui se passe avec le domaine de l'économie politique.

- Qu'est-ce que vous connaissez réellement du fonctionnement de l'économie mondiale, hein ? Pourriez-vous en discuter des heures avec les plus grands spécialistes des HEC ? en maîtrisant bien tout le jargon savant ? les idées classiques les plus pointues en sus de connaître toutes les dernières théories à la mode discutées entre connaisseurs ? Qui est vraiment légitimé pour parler au nom du peuple ? Le président élu ou bien Paulo le pilier de bistro, chômeur et à peine capable de s'acheter un costard neuf ?

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8591
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Les gilets jaunes

Message non lupar Cinci » jeu. 14 févr. 2019, 4:49

Sur l'usage de la violence par des manifestants ...

"... la majorité des anarchistes radicaux sont conscients du degré de putréfaction des institutions culturelles et politiques. Toutefois, bon nombre d'entre eux croient naïvement qu'on peut combattre cette société de consommation par la résistance physique et la violence. Le mouvement anarchiste est le théâtre de débats sur le degré de violence acceptable. Certains considèrent par exemple qu'il faut se limiter à la destruction de propriété. Une telle position mène cependant à un cul-de-sac. A partir du moment où on utilise des explosifs, on peut tuer des innocents. Aussitôt que des gestes violents, même insignifiants, commencent à perturber les mécanismes de la gouvernance, l'élite du pouvoir les invoque pour justifier l'emploi d'une force disproportionnée contre les agitateurs réels ou présumés, ce qui a pour effet de nourrir la peur et la colère des dépossédés.

En certaines circonstances, des personnes peuvent être contraintes de répondre à la répression par la violence [...] Pendant la guerre de Bosnie-Herzégovine, nous étions conscients du sort que nous réserveraient les forces serbes si elles arrivaient à franchir la ligne de défense qui protégeait la ville assiégée. La violence comporte toutefois des risques intrinsèques. Les gens qui se sont avérés les plus doués pour défendre Sarajevo provenaient de milieux criminels. Quand ils n'étaient pas en train de tirer sur les forces serbes de Bosnie, ils pillaient les appartements des Serbes de Sarajevo, qu'ils allaient souvent jusqu'à abattre, ou terrorisaient leurs compatriotes musulmans.

Le poison de la violence pervertit celui qui le boit, et ce, même si sa cause est noble.

La violence est aussi une drogue. Les plus intoxiqués sont ceux qui ont accès à des armes et sont portés à employer la force. Des assassins émergent de tous les mouvements armés, même de ceux qu'on peut considérer comme justes. En empruntant cette voie, un mouvement finit par opposer ses monstres à ceux de son adversaire. Et tant pis pour les sensibles, les empathiques, les doux, tous ceux qui veulent protéger la vie.

La vision romantique de la guerre et de la violence à laquelle adhèrent certains gauchistes radicaux diffère peu de celle que propose la culture de masse. Jamais on ne renversera l'État-entreprise en lui résistant par la force. Ceux qui s'y hasardent tirent une croix sur des valeurs et une culture qu'il faudra maintenir si l'on souhaite bâtir un avenir dans lequel il fera bon vivre.

L'assaut des milieux d'affaires contre l'humanité et la nature doit être contré par la désobéissance civile non violente et la transgression de lois. Cette stratégie nous permettra de rester intègres. Recourir à la violence contre la violence ne nous mènerait qu'à un vide moral.

Source : La mort de l'élite progressiste, p. 254


Revenir vers « L'actualité décryptée »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit