Homosexualité et psychiatrie

Psychologie - Psychanalyse - Psychiatrie - Psychologie sociale - Pathologies psychiques
Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8750
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Homosexualité et psychiatrie

Message non lupar PaxetBonum » sam. 15 sept. 2018, 8:21

Après tout Il est venu pour les malades et les pécheurs.
Oui , mais pas pour qu'ils restent malades et pécheurs, pour qu'ils guérissent et ne pèchent plus !
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
Jesper Andieu
Censor
Censor
Messages : 109
Inscription : ven. 07 sept. 2018, 9:20
Conviction : Évangiles

Re: Homosexualité et psychiatrie

Message non lupar Jesper Andieu » sam. 15 sept. 2018, 8:54

Moi je me pose souvent cette question: en quoi ça me regarde ? Je veux dire que je ne suis pas un juge. Donc ce à quoi je dois m'occuper c'est de ma démarche de croyant à moi. Quand Paul dit: "nous ne sommes pas les gardiens de votre foi, mais les serviteurs de votre joie" il décrit assez bien ce que je veux dire. Quand les homos ne "pécheront plus" ça changera quoi à notre cheminement personnel ? Dieu entend les prières, Lui. Et si certaines de ces personnes prient, qui suis-je pour lui dire ce qu'il doit faire ? Déjà les nazis et d'autres ont voulu "guérir" ces gens-là, ça a donné lieu à des tortures infâmes. Je crois que ça suffit: notre rôle est le témoignage: témoignons de notre nouvelle naissance, de notre relation avec Dieu et de ce qu'elle nous apporte, il s'en trouvera sans doute pour désirer cette grâce et revenir vers le Père.

Tout de même, ceux qui pèchent de cette manière finalement ne pèchent que contre eux-mêmes. Par contre les péchés d'argent (l'ensemble de nos sociétés repose sur l'usure rebaptisée "crédit") semble n'offusquer personne....
Je crois qu'un saint pour les uns, un fils de Dieu pour les autres, n'éprouve vis à vis de la misère humaine dans son ensemble qu'une immense compassion. Celui qui est uni à Dieu en a fini avec les comparatifs fâcheux et les jugements durs pour enfin laisser parler son cœur profond, là où la Trinité réside. De là il éprouve des élans d'amour pour tout ce qui est et son combat, c'est l'intercession. Il prie pour toute l'humanité, pécheresse toute entière dans sa globalité. Il s'estime être le pire de tous, non pas par fausse humilité mais parce qu'il connait l'abîme qui le sépare de Dieu. De ce point de vue le jugement est horrible et ouvre la porte à la sévérité de Dieu envers ceux qui y recours, qui seront jugés de la manière dont ils jugent les autres. C'est pourquoi il ne juge pas mais prie et à l'image du Christ intercède pour les pécheurs.
« Je ne me reconnais, en pensée, aucun maître en dehors de Dieu »
Lucien Jerphagnon

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 3866
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Homosexualité et psychiatrie

Message non lupar Kerniou » sam. 15 sept. 2018, 9:56

Je ne crois pas que l'on puisse ne plus être homosexuel, comment modifier l'attirance ?
On peut simplement ne pas passer à l'acte ...
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Avatar de l’utilisateur
Jesper Andieu
Censor
Censor
Messages : 109
Inscription : ven. 07 sept. 2018, 9:20
Conviction : Évangiles

Re: Homosexualité et psychiatrie

Message non lupar Jesper Andieu » sam. 15 sept. 2018, 10:06

Facile à dire quand on n'a pas le problème.
Pour développer ce que j'ai essayé d'exprimer au-dessus, je suis naturellement porté à l'empathie (qui n'est pas la compassion) et j'avoue que je ne supporte pas l'idée d'être blessant à l'égard de quiconque. Une mère rejetterait-elle son enfant parce qu'il est différent ? Certes non. Ainsi Dieu qui est Père et qui est la source de l'amour maternel ne rejette plus personne depuis l'évènement de la Croix: il appelle et se contente d'appeler tous les hommes à lui, ses bras sont désormais ouverts et on croit entendre sa voix: "Venez à moi vous tous qui peinez et ployez sous le fardeau". C'est ça la voix du BON berger telle qu'elle se lève aujourd'hui sur le monde, et heureux qui l'entend, homo ou non, et qui cède à l'appel. Notre rôle à nous est de relayer cet appel, pas de choisir ceux à qui nous estimons qu'il s'adresse. Nous n'avons aucun besoin de défendre l'honneur de Dieu comme s'il n'était pas capable de le faire Lui-même. Je prends le pari de la compassion, de l'appel lancé à tous sans exception, de la promulgation "d'une année de grâce du seigneur". En bref, je prends le pari des évangiles comme supérieurs à la Loi. Ceux qui se dérobent ont un vrai problème, mais je n'en suis pas juge. Jésus dans la première épitre de Jean est L'AVOCAT, pas le procureur. Ce serait en déformer le visage et le message de le présenter autrement.
Comme je l'ai lu sous la plume de quelqu'un: "celui qui refuse Jésus comme avocat le rencontrera comme juge." Nous sommes les descendants spirituels de l'Avocat, pas du juge: il nous a été fait miséricorde: "TOUS ont péché et sont privés de la gloire de Dieu" souligne St Paul. Alors voilà qu'il nous est fait miséricorde et que nous refusons cette miséricorde aux autres ? Quel étrange christianisme ce serait !

Quant à nos vertus, d'où viennent-elle sinon de l'action du St Esprit en nous, si du moins nous sommes nés à nouveau ? Alors quel est le sens de demander à des personnes qui ne sont pas nées à nouveau de se comporter comme si elles l'étaient ? Quand St Paul dit que ces personnes "ne peuvent même pas" comprendre quoi que ce soit à ce que signifie vivre par l'Esprit, comment voulez-vous qu'elle puissent discerner "ce qui est bon, ce qui Lui plait, ce qui est parfait" ? Ça n'est tout simplement pas possible !
Alors que faire d'autre que prêcher la vie nouvelle et la liberté des enfants de Dieu retrouvée ? La Paix et La joie et l'amour de Dieu qui "a été répandue dans nos cœurs par le ST Esprit qui nous fut donné" ?
Nous chrétiens n'avons qu'un devoir à l'égard de ceux qui sont "au-dehors" non pas un discours moral qui tombe à plat et raidit les positions, mais relayer l'appel à se tourner vers lui et à l'invoquer: "Quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé" disent les Actes. Notre propos n'est pas que les gens du dehors aient un comportement inspiré d'une morale chrétienne à laquelle ils n'entendent rien, mais qu'ils viennent vers Dieu pour être renouvelés par L'Esprit saint et soient suffisamment touchés par la Grâce pour marcher en nouveauté de vie.

"Tout blasphème et tout péché sera remis aux hommes..." Mat 12.31
Une fois ceci fait, ces personnes goutant les "arrhes de la vie éternelle" commenceront à voir enfin leur vie changée. Il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs: ce n'est pas la moralité qui met au contact de Dieu, c'est le contact de Dieu qui restaure la morale.
Ce n'est pas parce que nous commettons des péchés que nous sommes pécheurs, c'est parce que nous sommes pécheurs que nous commettons des péchés.
« Je ne me reconnais, en pensée, aucun maître en dehors de Dieu »
Lucien Jerphagnon

Avatar de l’utilisateur
prodigal
Amicus Civitatis
Amicus Civitatis
Messages : 1182
Inscription : mar. 09 juil. 2013, 10:32

Re: Homosexualité et psychiatrie

Message non lupar prodigal » sam. 15 sept. 2018, 11:42

Moi je me pose souvent cette question: en quoi ça me regarde ?
Je suis tout à fait d'accord avec vous, Jesper Andieu.
Et ce n'est pas de l'égoïsme.
1) Si j'en venais à considérer que j'ai le pouvoir et le devoir d'aider l'autre à ne pas pécher, cela vaudrait a priori pour tout pécheur. Pourquoi spécialement l'homosexuel?
2) Je ne comprends pas l'homosexualité, ne pouvant la vivre de l'intérieur, je ne vois donc pas comment je pourrais prendre la position du supérieur qui juge.
3) Manifester son incompréhension et son rejet de l'autre (fût-il objectivement pécheur) n'a jamais converti personne, bien au contraire, c'est semer des obstacles supplémentaires sur son chemin.
Quant aux raisons pour lesquelles l'Eglise condamne les pratiques homosexuelles, je trouve que c'est ceci qui mériterait que l'on y réfléchisse et que l'on en discute, et que l'on en parle éventuellement aux personnes concernées.
Paix sur la Terre aux hommes de bonne volonté

Avatar de l’utilisateur
Jesper Andieu
Censor
Censor
Messages : 109
Inscription : ven. 07 sept. 2018, 9:20
Conviction : Évangiles

Re: Homosexualité et psychiatrie

Message non lupar Jesper Andieu » sam. 15 sept. 2018, 23:14

Ce n'est pas clair. Les homos s'ils pèchent ne pèchent que contre eux-mêmes. Par contre ceux qui pèchent avec l'argent détruisent le monde entier.
80 milliards d'euros d'évasion fiscale par an en France. Combien de situations concrètes de misères, d'injustices,
de drames pourrait-on éviter s'il n'en était pas ainsi ?
On filtre le moustique et on avale le chameau. Ce scandale a des dimensions mondiales et provoque tous les désastres, y compris par exemple celui qui suivant l'effondrement de Lehman Brothers a entrainé l'éclosion de régimes ouvertement fascistes de partout dans le monde: des milliers de milliards ont été dépensés pour renflouer les banques malhonnêtes. La confiance dans les pouvoirs politiques en a été dramatiquement entachée. Mais ce n'était qu'un tour de répétition, ce qui vient sur le plan financier sera bien pire. Après tout, Judas, c'est celui qui tenait la bourse...

Il y a un proverbe juif génial: "Ce n'est pas la charité que les pauvres demandent dans la rue, mais c'est la justice."
« Je ne me reconnais, en pensée, aucun maître en dehors de Dieu »
Lucien Jerphagnon

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8265
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Homosexualité et psychiatrie

Message non lupar Cinci » dim. 16 sept. 2018, 3:14

Samaritaine a écrit :
Ce qui émerge des propos du pape, c'est que l'homosexualité n'est ni une maladie ni une perversion pour lui mais que cela est et que les parents sont invités à aimer leur enfant tel qu'il est, à l'accompagner, à l'aider, à l'écouter et parfois creuser la question avec un psychologue.
Oui, peut-être ni maladie ni perversion, mais le pape peut penser qu'il s'agit d'un désordre psychologique. Un dés-or-d-re, une malfonction, une anomalie. Peut-être avez-vous de la difficulté à comprendre cela ?

Le daltonisme représenterait bien aussi un désordre, une anomalie. Le daltonisme ne représente pas la norme, la fonction normale de la vision humaine ne comprend pas le daltonisme. Et le daltonisme représente bien "un certain problème" pour le sujet qui est porteur de cette tare. Personne ne dit que le daltonisme pourrait représenter un mode de vision alternatif et aussi légitime que la façon de voir des autres. Être albinos correspondrait également à une anomalie. Ce serait comme le zèbre qui est né sans zébrure.

Voyez que ...


L'Église nous dit que l'homosexualité représente au bas mot une anomalie, un désordre.

Mais il existe maintenant un certain discours dominant dans l'opinion publique des pays occidentaux riches et selon lequel l'homosexualité serait chose normale, acceptable, désirable voire; avec l'homosexualité, il faudrait parler d'une chose aussi régulière et indifférenciée que la sexualité vécue au sein du couple que formerait le prince Harry avec sa Meghan adorée. Puis voilà que l'Église catholique n'aurait plus le droit non plus d'évoquer le péché au sujet des relations homosexuelles !

Entre le mode de vie homosexuel qu'aurait pu revendiquer en catimini Yves Saint-Laurent (in memoriam) et son ex-amant feu Pierre Bergé : ce sont nos joyeux tourtereaux qui auraient eu raison finalement, la Bible tort. Entre Benoit XVI et le chanteur anglais Elton John mais c'est l'artiste de scène qui aurait raison. Vous voyez ça d'ici ? Des paroissiens de l'Église de France demandant bientôt au cardinaux à Rome d'aller s'instruire en matière de discernement spirituel auprès du manager des Rolling Stone.

Avatar de l’utilisateur
Jesper Andieu
Censor
Censor
Messages : 109
Inscription : ven. 07 sept. 2018, 9:20
Conviction : Évangiles

Re: Homosexualité et psychiatrie

Message non lupar Jesper Andieu » dim. 16 sept. 2018, 8:12

Et alors, on fait quoi ? On les tue ?
Vous exigez qu'ils ne pèchent plus ? Et bien ne péchez plus vous-même.
L'Église dit des tas de choses. Elle a dit que la terre était au centre de l'univers, elle a dit que les rousses étaient des sorcières ou je ne sais pas quoi. Et bien moi je dis que si on est inspiré par les évangiles on est bien assez grand pour penser par soi-même.
C'est quoi la finalité, que le monde entier rentre dans un monastère ?
Il va quand même falloir que les chrétiens s'habituent à vivre dans un monde où pour la majorité des gens les propos de l'Église n'ont aucun sens. A vous lire on finirait par penser que les brutes de l'intégrisme islamiste obéissent plus à la loi morale que nous.
Eux les homos ils les jettent des toits des immeubles.
Et après on se demande pourquoi nos contemporains se méfient des religions.
« Je ne me reconnais, en pensée, aucun maître en dehors de Dieu »
Lucien Jerphagnon

Avatar de l’utilisateur
prodigal
Amicus Civitatis
Amicus Civitatis
Messages : 1182
Inscription : mar. 09 juil. 2013, 10:32

Re: Homosexualité et psychiatrie

Message non lupar prodigal » dim. 16 sept. 2018, 9:12

Cher Cinci,
je trouve que votre analyse de l'opinion contemporaine est parfaitement exacte. En effet, non pas seulement les homosexuels mais à peu près tout le monde considère que l'homosexualité est normale puisque non coupable (coupable de quoi?) et qu'elle est non coupable puisqu'elle est normale.
Ce discours a évidemment le défaut d'être confus quant à la notion de norme. Je ne suis pas sûr du tout que cette notion soit pertinente pour réfléchir sur le péché ou sur la sainteté.
Mais il est fréquent que les catholiques opposent à ce discours un autre discours tout aussi confus, qui revient à dire que l'homosexualité est coupable puisqu'elle n'est pas normale. Discours tout aussi confus, de parti pris, et blessant, qui n'a d'autre effet que de renforcer ceux qui s'opposent à l'Eglise et jugent que son discours moral n'est qu'un discours de la peur, pétri d'obscurantisme.
Pour en sortir, il me semble qu'il faut accepter d'éviter les jugements à l'emporte pièce. Ce n'est pas parce qu'elle n'est pas "normale" que l'homosexualité est condamnée. Elle n'est pas moins normale que la virginité par exemple, laquelle est valorisée par l'Eglise, mise au-dessus même du mariage monogame. Ce n'est pas en traitant l'autre d'anormal qu'on prépare sa conversion (ceci dit sans viser personne en particulier, je le précise :).
Paix sur la Terre aux hommes de bonne volonté

Avatar de l’utilisateur
Jesper Andieu
Censor
Censor
Messages : 109
Inscription : ven. 07 sept. 2018, 9:20
Conviction : Évangiles

Re: Homosexualité et psychiatrie

Message non lupar Jesper Andieu » dim. 16 sept. 2018, 9:39

On a un exemple de ce que la psychiatrie a produit en la personne de Lou Reed. Il avait de fortes tendance homo que ses parents ont voulu "corriger". Le résultat c'est qu'il est devenu complètement déglingué et a fini par absorber de l'héroïne en entrainant pas mal de gens autour de lui à faire de même.
« Je ne me reconnais, en pensée, aucun maître en dehors de Dieu »
Lucien Jerphagnon

Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: Homosexualité et psychiatrie

Message non lupar Carolus » dim. 16 sept. 2018, 14:46

Jesper Andieu :

Il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs: ce n'est pas la moralité qui met au contact de Dieu, c'est le contact de Dieu qui restaure la morale.
Vous avez raison, cher Jesper Andieu. :oui:
Lc 5, 32-33 Jésus leur répondit : " Ce ne sont pas les bien portants qui ont besoin de médecin, mais les malades. Je ne suis pas venu appeler les justes à la pénitence, mais les pécheurs.
Les pécheurs en général n’ont pas besoin d’un médecin ou d’un psychiatre, mais plutôt de Jésus, car c’est lui seul “ qui restaure la morale “.

la Samaritaine
Barbarus
Barbarus

Re: Homosexualité et psychiatrie

Message non lupar la Samaritaine » dim. 16 sept. 2018, 15:35

Samaritaine a écrit :
Ce qui émerge des propos du pape, c'est que l'homosexualité n'est ni une maladie ni une perversion pour lui mais que cela est et que les parents sont invités à aimer leur enfant tel qu'il est, à l'accompagner, à l'aider, à l'écouter et parfois creuser la question avec un psychologue.
Oui, peut-être ni maladie ni perversion, mais le pape peut penser qu'il s'agit d'un désordre psychologique. Un dés-or-d-re, une malfonction, une anomalie. Peut-être avez-vous de la difficulté à comprendre cela ? Cinci
Je n'ai pas repéré dans les propos du Pape une affirmation que l'homosexualité est une anomalie. Il appelle juste à accepter ce qui est . Et ce qui est, pour info, c'est qu'il y aurait sur la planète 90 pour cent d'hétérosexuels et 10 pour cent d'homosexuels, sans qu'on sache pourquoi il existe cette particularité d'une minorité aux attirances infécondes...

Je pense que le mot juste est "différence". L'homosexualité est une tendance sexuelle différente de celle du plus grand nombre qui a une sexualité tendant à la fécondité. Je ne vois pas ce qu'il y a à rajouter à cela....

En effet, non pas seulement les homosexuels mais à peu près tout le monde considère que l'homosexualité est normale puisque non coupable (coupable de quoi?) et qu'elle est non coupable puisqu'elle est normale.
Ce discours a évidemment le défaut d'être confus quant à la notion de norme. Je ne suis pas sûr du tout que cette notion soit pertinente pour réfléchir sur le péché ou sur la sainteté.
Mais il est fréquent que les catholiques opposent à ce discours un autre discours tout aussi confus, qui revient à dire que l'homosexualité est coupable puisqu'elle n'est pas normale. Discours tout aussi confus, de parti pris, et blessant, qui n'a d'autre effet que de renforcer ceux qui s'opposent à l'Eglise et jugent que son discours moral n'est qu'un discours de la peur, pétri d'obscurantisme.
Pour en sortir, il me semble qu'il faut accepter d'éviter les jugements à l'emporte pièce. Ce n'est pas parce qu'elle n'est pas "normale" que l'homosexualité est condamnée. Elle n'est pas moins normale que la virginité par exemple, laquelle est valorisée par l'Eglise, mise au-dessus même du mariage monogame. Ce n'est pas en traitant l'autre d'anormal qu'on prépare sa conversion (ceci dit sans viser personne en particulier, je le précise :).Prodigal

Je suis bien d'accord avec vous Prodigal,


Samaritaine

Avatar de l’utilisateur
Jesper Andieu
Censor
Censor
Messages : 109
Inscription : ven. 07 sept. 2018, 9:20
Conviction : Évangiles

Re: Homosexualité et psychiatrie

Message non lupar Jesper Andieu » dim. 16 sept. 2018, 16:39

De toute façon on peut être hétéro et avoir une sexualité complètement anormale.

Et pour taquiner un chouia:

Rom 1.26: "C'est pourquoi Dieu les a livrés à des passions infâmes: car leurs femmes ont changé l'usage naturel en celui qui est contre nature; 27et de même les hommes, abandonnant l'usage naturel de la femme, se sont enflammés dans leurs désirs les uns pour les autres, commettant homme avec homme des choses infâmes, et recevant en eux-mêmes le salaire que méritait leur égarement."

Il n'est pas écrit que c'est satan qui les a livré à des passions infâmes, mais Dieu. :zut:
« Je ne me reconnais, en pensée, aucun maître en dehors de Dieu »
Lucien Jerphagnon

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8265
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Homosexualité et psychiatrie

Message non lupar Cinci » lun. 17 sept. 2018, 1:08

Samaritaine a écrit :
Je n'ai pas repéré dans les propos du Pape une affirmation que l'homosexualité est une anomalie. Il appelle juste à accepter ce qui est . Et ce qui est, pour info, c'est qu'il y aurait sur la planète 90 pour cent d'hétérosexuels et 10 pour cent d'homosexuels, sans qu'on sache pourquoi il existe cette particularité d'une minorité aux attirances infécondes...
Ah, vous n'avez pas repéré ? C'est bien pourquoi j'ai dit seulement que je soupçonnais le pape de penser à une anomalie de son côté. Je n'ai pas dit que je l'aurais vu s'exprimer ouvertement en ce sens.

Je le soupçonne de penser comme je dis, car je ne vois vraiment pas comment un évêque de Rome pourrait abonder, à l'inverse, dans le même sens que nos leaders et militants dit "progressistes" et puis partisans de la gauche la plus extrême. Je ne le vois pas faire chorus là-dessus avec la frange arc-en-ciel de l'opinion.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8265
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Homosexualité et psychiatrie

Message non lupar Cinci » lun. 17 sept. 2018, 1:46

encore ...
Samaritaine
Je pense que le mot juste est "différence". L'homosexualité est une tendance sexuelle différente de celle du plus grand nombre qui a une sexualité tendant à la fécondité. Je ne vois pas ce qu'il y a à rajouter à cela....
Il y a à rajouter que nous causons de ce que devrait être la position de l'Église catholique en la matière ! Vous faites exprès ou quoi ? Comment voulez-vous croire à une doctrine qui serait le fait de l'Église et qui viendrait nous dire que l'homosexualité serait chose aussi neutre que la différence qu'il y aurait entre la tarte aux pommes et celle aux myrtilles ?

Il fait juste vingt siècles que l'Église répète ce qu'on trouve encore dans le catéchisme de l'Église catholique.

[...]

Rien à ajouter, rien à ajouter ... Il y a à ajouter que je ne crois pas un mot de tout ce que l'on nous chante sur tant de tribunes, sur le caractère inoffensif et bon enfant de cette sexualité "autre". Je n'en crois rien. Rien de rien.


Revenir vers « Psychologie »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit