Dieu est unique et transcendant

« Assurément, il est grand le mystère de notre religion : c'est le Christ ! » (1Tm 3.16)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions de théologie dogmatique
sator
Ædilis
Ædilis
Messages : 26
Inscription : mar. 07 août 2018, 14:51
Conviction : catholique

Dieu est unique et transcendant

Message non lupar sator » dim. 12 août 2018, 20:31

Le texte qui suit ressortit à la métaphysique et non à la théologie. Mais n'ayant vu aucun forum consacré à la métaphysique catholique je me suis risqué à le poster sur ce forum.

Je rappelle en passant que le christianisme affirme la transcendance de Dieu (son être n'est pas dans sa création) et l'immanence de Dieu (Dieu est présent dans sa création par sa connaissance, sa volonté, son amour, sa sollicitude, son Fils, son Église et sa communication au monde de l'information créatrice imposée par la Parole ou proposée par l'Esprit). La transcendance ontologique et l'immanence ne sont donc pas contradictoires. Quand il est question de Dieu, être et être présent sont donc deux choses distinctes pour un juif, un chrétien ou un musulman.

Voici donc une curieuse réfutation de l'athéisme et du matérialisme, inspirée par un grand logicien.


Dieu est unique et transcendant

Nous allons démontrer que le monothéisme juif, chrétien ou musulman a raison contre l'athéisme qui est une doctrine irrationnelle, sectaire et passablement stupide.


Remarque préliminaire

L'observation du monde montre que tout ce qui existe en son sein est constitué d'information connaissable par l'esprit humain. C'est là un fait empirique jamais démenti. Et pour réfuter cette assertion il suffit de produire un seul fait dépourvu de forme (au sens d'information) ou non connaissable par l'esprit humain.

Dans le cas du monde inanimé cette information est purement mathématique. C'est là un principe que l'on doit à Galileo Galilei et qui fonde la science contemporaine.

« La philosophie est écrite dans cet immense livre qui continuellement reste ouvert devant les yeux (ce livre qui est l'Univers), mais on ne peut le comprendre si, d'abord, on ne s'exerce pas à en connaître la langue et les caractères dans lesquels il est écrit. II est écrit dans une langue mathématique, et les caractères en sont les triangles, les cercles, et d'autres figures géométriques, sans lesquelles il est impossible humainement d'en saisir le moindre mot; sans ces moyens, on risque de s'égarer dans un labyrinthe obscur. »
Galileo Galilei, Il Saggiatore

Ceci étant posé montrons que le monde ne peut pas être la source première de l'information qui le structure et le fait exister pas plus qu'il ne peut la contenir.

On peut le faire de plusieurs manières. Je n'en exposerai que deux.


Première preuve

Cette première preuve est incluse dans la seconde mais je la rappelle ici, détachée de la seconde, car c'est la plus facile à comprendre.

Tout d'abord si le monde est sa propre source ou si une partie du monde constituait la source de l'information première du monde alors il ne peut pas commencer. Car commencer c'est recevoir d'un autre l'information qui fait exister. Si un être qui commence se donne à lui-même l'information qui le fait exister alors cette information il l'a déjà et par conséquent il existe déjà. Or et c'est là un fait le monde possède un commencement absolu. A la singularité initiale tout commence : le temps, l'espace, l'énergie-matière. Par conséquent le monde ne contient pas sa propre source.

Certains athées soutenus en cela par des scientifiques appartenant à leur même foi obscurantiste nient le commencement absolu et invoquent un monde éternel qui connaîtrait sans fin des cycles d'expansion et de compression. C'est d'ailleurs là un vieux mythe théogonique et cosmologique connu sous le nom de "mythe de l'éternel retour". Bien sûr il n'existe aucun fait observable qui permette de valider cette hypothèse. C'est du pur mysticisme athée.


Deuxième preuve

La preuve cosmologique de Gödel

Le grand logicien et mathématicien Kurt Gödel, célèbre pour ses théorèmes d'incomplétude et ses travaux sur la relativité, s'est intéressé au problème de l'existence de Dieu. Comme vous le savez sans doute, il existe deux sortes de preuves de l'être de Dieu : les preuves ontologiques qui sont des preuves a priori, sans autre fondement que la définition de « Dieu » et la logique et les preuves cosmologiques qui définissent Dieu comme la source première du monde et de tout ce qu'il contient et qui prouvent sa nécessité à partir de ce que la science nous dévoile du monde et de son histoire. Il se trouve que le grand Gödel est l'auteur d'une preuve ontologique qu'il n'a pas voulu publier de son vivant, sans doute par crainte de l'ostracisme qu'une telle publication lui aurait valu. Mais ce que l'on sait moins c'est que le grand logicien est aussi l'auteur d'une preuve cosmologique qu'il n'a jamais rédigée. Pourquoi ne l'a-t-il jamais rédigée ? Probablement parce que cette preuve cosmologique était trop éloignée de sa conception platonicienne de Dieu. Cette preuve est compatible avec la conception chrétienne de Dieu ainsi qu'avec les conceptions dualistes qui affirment la transcendance de l'Absolu. C'est cette preuve que je vais exposer ici.

Commençons par définir le concept de Dieu. Du point de vue métaphysique on appelle dieu la source de l'information première ou ultime (selon le point de vue), quelle qu'elle soit, qui structure le monde et le fait exister. A ce stade dieu est une définition pertinente puisque tout ce qui existe dans le monde est organisé par une information qui en général pour ne pas dire toujours provient d'une source distincte de ce qui est structuré par cette information. Pour un souriceau par exemple l'information génétique et biologique qui le structure comme être vivant provient de chacun de ses parents. Pour un électron l'information est intégralement mathématique. Or un électron n'est pas un mathématicien. L'information qui le structure ne provient pas de lui.

Considérons maintenant les athéismes, car il en est de diverses sortes.

Le premier athéisme nie la notion même de source de l'information. Il soutient que le problème n'est pas pertinent et que la source n'existe pas. Or il se trouve que les scientifiques qui étudient le monde et son histoire constatent qu'il est structuré par de l'information et de même tous les êtres, objets ou phénomènes qui surgissent en son sein. Le problème de la source de chaque information découverte dans le monde est un problème qui intéresse les savants. En général l'information qui structure les êtres, objets ou phénomènes provient d'autres êtres, objets ou phénomènes du monde. L'athéisme qui nie la nécessité d'une source de l'information n'est pas en accord avec les observations scientifiques.

Le second athéisme, plus intelligent, accepte la notion de source de l'information et postule que cette source est le monde lui-même. Ce que cet athéisme nie c'est la nécessité d'une source extérieure au monde. Si le monde avait reçu de lui-même l'information qui le structure et le fait exister alors il existerait ou plus exactement serait de toute éternité. Or nous savons que le monde a un commencement absolu. Le commencement absolu réfute cette idée d'un monde source de ce qui le structure et le fait exister. C'est pourquoi nombre d'athées postulent qu'il n'y a pas de commencement absolu. Pour eux le "big bang" n'existe pas vraiment. Tout ce qu'ils acceptent c'est une singularité, certains diront singularité initiale. Nous allons donc partir de cette hypothèse athée : le monde et tout ce qu'il contient est issu de l'information contenue dans la singularité initiale. Et nous allons démontrer que cette hypothèse est contradictoire puisqu'elle entraîne l'être d'au moins une source qui n'est pas dans le monde.

Tout d'abord le monde issu de la singularité initiale est hyper dense, chaud et chaotique à un point tel qu'il ne peut contenir autre chose que de la matière ou de l'énergie inanimées. Or depuis Galilée nous savons que le monde inanimé est intégralement structuré par de l'information mathématique. Autrement dit le stock d'information initiale contenue dans le monde est constitué d'axiomes, de règles de formations des propositions mathématiques, de règles de dérivation et de transformation de l'information mathématique. C'est donc de ce stock initial d'axiomes et de règles d'inférence que découle tout ce qui surgit dans le monde par la suite, en particulier la vie, la conscience, l'être humain avec son intelligence, sa volonté et sa capacité de faire des mathématiques et de concevoir les nombres entiers. Or il existe un théorème dû à un grand mathématicien nommé Gödel (Godel formé de God, Dieu en anglais et de El, Dieu en hébreu !) qui affirme que dans tout système d'axiomes capable d'engendrer des nombres entiers il existe des propositions mathématiques vraies non dérivables du stock des axiomes initiaux. Et dans un deuxième temps le même Gödel démontre que la contradiction ou la non contradiction des mathématiques capables d'engendrer les nombres entiers est justement l'une de ces propositions indémontrables donc non dérivables du stock d'axiomes quel qu'il soit, du moment que ce stock est capable d'engendrer les nombres entiers naturels. CQFD

Pourquoi CQFD ? Et bien Gödel le bien nommé a démontré qu'au moins une proposition mathématique (et en fait il y en a une infinité, les mathématiciens ne cessent d'en découvrir) n'est pas dérivable du stock d'information mathématique initial qui structure le monde et le fait exister. Autrement dit une autre source, non présente dans le monde est nécessaire. Ce qui ruine le présupposé matérialiste athée.


Ceci étant établi il est maintenant possible d'aller plus loin et de démontrer que Dieu, défini comme source du monde, est unique et transcendant.

Supposons que le monde ait plusieurs sources et démontrons que ces sources sont forcément uniques.

Dieu est par définition la source de toutes choses. Supposons qu'il y ait plusieurs Dieux. Alors chaque Dieu est par nature sa propre source et aussi celle des autres. Tous les Dieux sont structurés par la même information unique dont ils sont tous la source. Ils sont donc un seul Dieu.

Nous avons démontré précédemment qu'au moins une des sources du monde est hors du monde. Donc cette source est unique et hors du monde.
CQFD


Dernière remontée par sator le dim. 12 août 2018, 20:31.

Revenir vers « Théologie »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 13 invités