Quelles sont les limites / la nature de la royauté du Christ

« Assurément, il est grand le mystère de notre religion : c'est le Christ ! » (1Tm 3.16)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions de théologie dogmatique
rodrigue
Ædilis
Ædilis
Messages : 33
Inscription : dim. 23 mai 2010, 15:31

Quelles sont les limites / la nature de la royauté du Christ

Message non lupar rodrigue » mer. 26 mai 2010, 12:07

Jésus lui même appelle :diable: satan le prince de ce monde
est ce cela veut dire que la royauté du Christ se limite seulment au ciel ? si tel est le cas peut on affirmé que le christ est roi de l'univers? :?:
« Seigneur, notre Père, c'est toi ; c'est nous l'argile, c'est toi qui nous façonnes, tous nous sommes l'ouvrage de ta main. »
Isaïe 64, 8

Avatar de l’utilisateur
La Chartreuse
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 596
Inscription : mar. 17 nov. 2009, 16:53
Localisation : Canada

Re: Quelles sont les limites / la nature de la royauté du Ch

Message non lupar La Chartreuse » mer. 26 mai 2010, 19:42

Jésus lui même appelle :diable: satan le prince de ce monde
est ce cela veut dire que la royauté du Christ se limite seulment au ciel ? si tel est le cas peut on affirmé que le christ est roi de l'univers? :?:
La royauté de Notre Seigneur ne se limite pas au Ciel, il est le Roi de la terre aussi.

Ce qu'il ne faut pas confondre est le fait que si tous les hommes n'acceptent pas cette royauté du Christ, or, ce refus ne change en rien la réalité.

En instituant la fête du Christ Roi, le Pape Pie XI a voulu proclamer solennellement la royauté sociale de notre Seigneur Jésus sur le monde. Roi des âmes et des consciences, des intelligences et des volontés est aussi le Roi des familles et des cités. des peuples et des nations, le Roi de l'univers entier.

A ce propos lire Quas primas , que vous trouverez facilement sur le net...
« C'est maintenant le jugement du monde. » — S. AUG. (Traité 52.) Le jugement que nous attendons à la fin des siècles, sera le jugement des récompenses et des châtiments éternels. Il y a encore un autre jugement, non de condamnation, mais de discernement, c'est ce discernement que Jésus appelle jugement, aussi bien que l'expulsion du démon des âmes, qu'il a rachetées : « Maintenant le prince du monde sera jeté dehors. » Gardons-nous de croire que le démon soit appelé le prince du monde dans ce sens qu'il exerce un empire absolu dans le ciel et sur la terre ; le monde ici, c'est l'ensemble des hommes méchants qui sont répandus sur toute la surface de la terre. Le prince de ce monde, c'est donc le prince des méchants qui habitent le monde. Le monde est pris aussi quelquefois pour les bons qui sont également répandus par tout l'univers ; c'est dans ce sens que l'Apôtre dit : « Dieu était en Jésus-Christ, se réconciliant le monde. » (2 Co 7) C'est de leurs cœurs que le prince du monde devait être chassé, car le Seigneur prévoyait qu'après sa passion et sa glorification, un grand nombre de peuples répandus dans tout l'univers croiraient en lui. Le démon était dans leur cœur, et il est chassé dehors quand ils renoncent an démon en embrassant la foi. Mais est-ce donc que le démon n'a pas été chassé du cœur des justes de l'ancienne loi ? Pourquoi donc le Sauveur dit-il ici : « Maintenant le prince du monde va être jeté dehors ? » C'est-à-dire que ce qui ne s'est fait qu'en faveur d'un très-petit nombre, doit se réaliser pour une multitude innombrable de peuples. Mais dira-t-on encore : De ce que le démon a été chassé dehors, s'ensuit-il que tous les fidèles soient à l'abri de ses tentations ? Tout au contraire, il ne cesse de tenter les hommes, mais il y a une grande différence entre attaquer extérieurement et régner dans l'intérieur de l'âme.
Extrait de la Chaine d'or de saint Thomas d'Aquin.
Amicalement
La Chartreuse


Je suis soldat du Christ, si la Vérité est attaquée je parlerai, je tiendrai haut et ferme l'étendard de la foi, l'étendard de mon Dieu.

lmx
Barbarus
Barbarus

Re: Quelles sont les limites / la nature de la royauté du Ch

Message non lupar lmx » mer. 26 mai 2010, 21:08

Satan n'est pas le prince du monde pris au sens de nature.


Le monde, pour l'Écriture, c'est l'ensemble des objets matériels et les mondains, ceux dont l'esprit est accaparé par ces objets. A eux s'adressent ces objurgations : N'aimez pas le monde, ni ce qui vient du monde : la convoitise de la chair, la convoitise des yeux, l'ostentation du genre de vie. Cela n'est pas de Dieu, mais du monde... et la suite. (1 Jn 2,15).

St Maxime le confesseur.

Avatar de l’utilisateur
Omega3
Quæstor
Quæstor
Messages : 298
Inscription : lun. 05 avr. 2010, 20:55
Contact :

L'ESPRIT DU MONDE

Message non lupar Omega3 » sam. 12 juin 2010, 20:15

Satan n'est pas le prince du monde pris au sens de nature.
Le monde, pour l'Écriture, c'est l'ensemble des objets matériels et les mondains, ceux dont l'esprit est accaparé par ces objets. A eux s'adressent ces objurgations : N'aimez pas le monde, ni ce qui vient du monde : la convoitise de la chair, la convoitise des yeux, l'ostentation du genre de vie. Cela n'est pas de Dieu, mais du monde... et la suite. (1 Jn 2,15).

St Maxime le confesseur.
Est-ce ce qu'on appelle l'esprit du monde alors ? la fascination de l'objet sur les sens ? la convoitise de la chair, des yeux, l'orgueil et la vaine gloire ? Car dans son essence ou sa substance, dans son être, ce monde est bon car c'est Dieu qui l'a créée.
Dernière édition par Omega3 le dim. 20 juin 2010, 17:49, édité 2 fois.
«J'existe parce que je suis»

lmx
Barbarus
Barbarus

Re: Quelles sont les limites / la nature de la royauté du Ch

Message non lupar lmx » sam. 12 juin 2010, 20:28

Est-ce qu'on appelle l'esprit du monde alors ? la fascination de l'objet sur les sens ? la convoitise de la chair, des yeux, l'orgueil et la vaine gloire ? Car dans son essence ou sa substance..dans son être, ce monde est bon car c'est Dieu qui l'a créée.
oui c'est exactement ça .

Avatar de l’utilisateur
Omega3
Quæstor
Quæstor
Messages : 298
Inscription : lun. 05 avr. 2010, 20:55
Contact :

Quelles sont les limites / la nature de la royauté du Christ

Message non lupar Omega3 » sam. 12 juin 2010, 20:29

Merci Imx.
«J'existe parce que je suis»

Mac
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 3992
Inscription : lun. 09 févr. 2009, 23:40
Localisation : la Réunion

Re: Frères et soeurs de Jésus

Message non lupar Mac » mar. 12 janv. 2016, 0:20

Bonjour gerardh :)
Les indications et/ou opinions des "historiens" sont très intéressantes. ___________
Enfin à partir du moment où c'est objectif, car la dernière fois j'ai vu un repportage sur des historiens qui affirmaient que Jésus voulait se faire roi et renverser le pouvoir en place, et tout ça en sélectionnant et citant des passages de l'Ecriture, sauf que l'Ecriture affirme que Jésus a fui quand la foule voulait l'enlever pour faire de Lui un roi.

Fraternellement. :coeur:

diviacus
Censor
Censor
Messages : 85
Inscription : sam. 01 mars 2014, 16:38

Re: Frères et soeurs de Jésus

Message non lupar diviacus » mar. 12 janv. 2016, 19:17

Bonjour gerardh :)
Les indications et/ou opinions des "historiens" sont très intéressantes. ___________
Enfin à partir du moment où c'est objectif, car la dernière fois j'ai vu un repportage sur des historiens qui affirmaient que Jésus voulait se faire roi et renverser le pouvoir en place, et tout ça en sélectionnant et citant des passages de l'Ecriture, sauf que l'Ecriture affirme que Jésus a fui quand la foule voulait l'enlever pour faire de Lui un roi.

Fraternellement. :coeur:
Bonjour Mac,

Il y a de très bons reportages historiques, mais sans vouloir généraliser, il y en a beaucoup de médiocres. Ces reportages ne sont d'ailleurs pas faits par des historiens. Ils sont faits par des personnes qui ont souvent au mieux une vague culture historique; ils choisissent un sujet si possible sensationnel pour accrocher les spectateurs, et développent une idée qu'ils agrémentent de quelques interviews d'historiens "choisis".
Il ne faut pas confondre de tels reportages avec des livres écrits par des historiens sérieux qui ont passé l'essentiel de leur vie à étudier un sujet. Certes, ils présentent leur thèse dans leurs livres, mais expliquent aussi, avec références à l'appui en quoi leur thèse diffère de ce qui a été écrit jusqu'alors, et donnent toutes les sources qui permettent au lecteur de se faire sa propre idée sur l'interprétation des sources mentionnées.
Et sur tous les sujets, ils existent des dizaines ou centaines de livres sérieux, dont la lecture et la compréhension nécessite effectivement quelques années.

Mac
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 3992
Inscription : lun. 09 févr. 2009, 23:40
Localisation : la Réunion

Re: Frères et soeurs de Jésus

Message non lupar Mac » mar. 12 janv. 2016, 19:52

Bonjour diviacus :)
Il y a de très bons reportages historiques, mais sans vouloir généraliser, il y en a beaucoup de médiocres.
Oui vous avez raison, il y a de bons historiens (heureusement). Sauf que dans ce reportage, ils avaient ou de sérieuses lacunes théologiques ou voulaient comme vous le soulignez faire du sensationnel. Tout ce qu'il faut pour que ce soit contradictoire et subjectif. Car Jésus qui avait des objectifs politiques, voulait prendre le pouvoir (thèse que ces historiens soutenaient en essayant de s'appuyer sur l'Ecriture) ne tient pas la route deux secondes, l'Ecriture contredit cette thèse. Mais bon, ce n'est pas le premier reportage pseudo-historique médiocre que je vois sur Jésus et ce n'est malheureusement pas le dernier. :D

Fraternellement. :coeur:

ivanohe
Civis
Civis
Messages : 2
Inscription : ven. 11 mai 2018, 16:11
Conviction : juive

Les relations de Jésus avec sa famille

Message non lupar ivanohe » jeu. 17 mai 2018, 18:53

Dans le nouveau testament, Jésus dit que si on ne hait pas son père, sa mère, son frère, son oncle, on n'a pas droit au paradis. Jésus aimait-il son père, sa mère, son frère s'il en a eu et son oncle s'il en a eu ?

zelie
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 582
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45
Localisation : France

Re: Les relations de Jésus avec sa famille

Message non lupar zelie » ven. 18 mai 2018, 10:51

Oui, :D il aimait tout le monde, et on ne peut imaginer un instant que qu'un Dieu d'Amour qui est venu pour mourir sur une croix, aime les uns et pas les autres!?! :s
Le problème que vous soulevez est celui de toute citation trop sortie de son contexte: un texte, un message, est un ensemble et à en couper une partie, elle peut finir complètement dénaturée par rapport à son intention première.

On remet en contexte avec Saint Jean 25-33 :
25De grandes foules faisaient route avec Jésus. Il se retourna, et leur dit: 26Si quelqu'un vient à moi, et s'il ne hait pas son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères, et ses soeurs, et même sa propre vie, il ne peut être mon disciple. 27Et quiconque ne porte pas sa croix, et ne me suit pas, ne peut être mon disciple. 28Car, lequel de vous, s'il veut bâtir une tour, ne s'assied d'abord pour calculer la dépense et voir s'il a de quoi la terminer, 29de peur qu'après avoir posé les fondements, il ne puisse l'achever, et que tous ceux qui le verront ne se mettent à le railler, 30en disant: Cet homme a commencé à bâtir, et il n'a pu achever? 31Ou quel roi, s'il va faire la guerre à un autre roi, ne s'assied d'abord pour examiner s'il peut, avec dix mille hommes, marcher à la rencontre de celui qui vient l'attaquer avec vingt mille? 32S'il ne le peut, tandis que cet autre roi est encore loin, il lui envoie une ambassade pour demander la paix. 33Ainsi donc, quiconque d'entre vous ne renonce pas à tout ce qu'il possède ne peut être mon disciple.
Tout de suite on comprend mieux l'idée développée non?

Je vous la refais; dans un pays de pauvres gens auxquels les lettres et l'éducation sont peu accessibles, où les romains crucifient, exécutent, méprisent et insultent tous ceux qu'ils croisent, et où les castes dominantes campent bien fermement sur leurs privilèges; un pays où les pauvres sont seuls et sentent bien abandonnés, arrive un rabbin jeune et magnifique, attendu depuis la nuit des temps, qui possède une sorte de magnétisme joyeux et irrésistible, ce don rare de vous faire sentir inconditionnellement aimé d'un seul de ses regards, et ce rabbi délivre un message incroyable d'amour (voir les dernières pages d'un livre qu'on appelle la Bible, le super-chapitre "nouveau testament", c'est un passage assez sympa). Vous imaginez bien qu'un oiseau pareil, tout le monde, surtout sous le coup de la joie de l'avoir rencontré, a envie de quitter sa vie de misère et de le suivre partout. Du coup des "grandes foules" le suivent. Grandes, les foules elles doivent bien l'être, si on considère que quand Jésus nourrit plus de 5000 personnes c'est juste... une foule. Et ces foules le suivent jusqu'à "faire route" avec Lui: obstinées, les foules; elles n'ont pas fait que 500 mètres derrière Lui.
Vous imaginez le désastre? Plus personne aux champs et aux ateliers, les enfants qui ne peuvent suivre le rythme de marche des adultes, les femmes qui ne peuvent ni accoucher ni préparer un repas correct à leurs enfants, les puissants qui de frousse seraient bien capables de passer tout ce beau monde au fil de l'épée: un truc pas possible risque d'être la conséquence d'autant d'inconséquence, d'autant que le message divin est clair : "c'est là où Je t'ai placé, dans ton quotidien, que tu dois vivre ta foi". Jésus sait et anticipe tout cela, et il fait comprendre de grandes choses en quelques mots, qui permettent à tout ce monde, un peu exalté, un peu immature, de comprendre que tout n'est pas aussi simple que de se délivrer soi-même de ses obligations et d'attendre que tout nous tombe cuit juste parce qu'on s'est barré de sa maison pour Le suivre. Il doit renvoyer ces gens, sans pour autant renvoyer tout le monde sans discernement, car parmi ces foules qu'Il ne cesse de rechercher pour les évangéliser, il y a le germe de tous ceux qui le continueront dans sa future Eglise: les disciples, les personnes ressources qui aideront de mille manières, car elles sont capables de s'engager, d'être actives, fidèles, durables dans la foi quand les persécutions surviendront. Alors, Il leur dit en substance : "comprenez bien la situation, arrêtez-vous un instant, calmez-vous et réfléchissez : mon évangélisation demande de renoncer à tout ce qui a fait votre vie, famille, situation, confort, etc. Est-ce vraiment ce que vous voulez? Etes-vous capables de réellement renoncer à tout cela pour toujours pour me suivre et aller avec moi vers la persécution?" Pour être disciple du Christ, il faut être déterminé et courageux, opiniâtre et sans illusion, sage et bien conscient de ce qu'est l'apostolat, capable d'abandonner à Dieu sa propre vie même devant la perspective d'un martyre. La famille, quand on s'engage derrière Jésus, on ne peut plus la concevoir comme une personne lambda: le déjeuner dominical et le repas de Pâques où on se lèche les babines, c'est fini, aller voir maman de temps en temps surtout quand on a besoin de réconfort ou d'une madeleine de Proust, c'est fini aussi, aller voir papa quand on a besoin de conseil ou de tunes, c'est même pas en rêve! Et tout ça c'est très dur. Traduit dans le langage et les métaphores alors en cours à cette époque-là, dans ce pays-là avec cette culture-là, ça donne ce que Saint Jean a écrit.
Voilà.

Bonne Pentecôte!!
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre


Revenir vers « Théologie »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité