Pape François : L’homélie ne doit pas durer plus de dix minutes

« Ceci est mon corps, qui est livré pour vous ; faites ceci en mémoire de moi. » (Lc 22.19)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions liturgiques
Trinité
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2880
Inscription : lun. 02 févr. 2015, 22:50
Conviction : catholique

Re: Pape François : L’homélie ne doit pas durer plus de dix minutes

Message non lu par Trinité » ven. 14 févr. 2020, 16:03

Kerygme a écrit :
ven. 14 févr. 2020, 9:31
Jean-Mic a écrit :
jeu. 13 févr. 2020, 11:39
En tout cas, je ne supporte pas (et je sais que je ne suis pas le seul) ces sermons où on a l'impression que le prédicateur a enchaîné trois sermons de suite, en traitant plusieurs thèmes l'un après l'autre. Là, c'est le "décrochage" assuré ! (Dieu merci, ce n'est justement pas le cas avec le vicaire dont je parle.)
C'est vrai, souvent les prédicateurs ont ce défaut de vouloir aussi faire passer des messages aux paroissiens au travers des homélies. Ce n'est pas le but.
Je ne suis pas vicaire, mais je pense qu'il y a nécessairement une idée associative à évoquer, dans le cadre de l'Evangile annoncé, ne trouvez vous pas?

Jean-Mic
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2693
Inscription : mar. 07 févr. 2012, 20:17

Re: Pape François : L’homélie ne doit pas durer plus de dix minutes

Message non lu par Jean-Mic » ven. 14 févr. 2020, 16:19

Trinité a écrit :
ven. 14 févr. 2020, 16:03
... je pense qu'il y a nécessairement une idée associative à évoquer, dans le cadre de l'Evangile annoncé, ...
Que voulez-vous dire ? Qu'est-ce qu'un idée associative ?

Trinité
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2880
Inscription : lun. 02 févr. 2015, 22:50
Conviction : catholique

Re: Pape François : L’homélie ne doit pas durer plus de dix minutes

Message non lu par Trinité » ven. 14 févr. 2020, 16:26

Jean-Mic a écrit :
ven. 14 févr. 2020, 16:19
Trinité a écrit :
ven. 14 févr. 2020, 16:03
... je pense qu'il y a nécessairement une idée associative à évoquer, dans le cadre de l'Evangile annoncé, ...
Que voulez-vous dire ? Qu'est-ce qu'un idée associative ?
Bonjour Jean-Mic,

Pour être plus pragmatique, je veux dire qu'à chaque Evangile, l'on peut mettre en parallèle des situations vécues par nous mêmes, et en tirer un enseignement!
En l'occurrence c'était bien le but rechercher par notre Seigneur, il me semble!

A cet égard, à chaque Evangile du jour, il y a des explications relatives à notre vie courante et aux situations qui peuvent se présenter, pour être en conformité avec le message de cet Evangile!

Avatar de l’utilisateur
Kerygme
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 531
Inscription : jeu. 30 mai 2019, 13:12
Conviction : Catholique romain
Localisation : Strasbourg

Re: Pape François : L’homélie ne doit pas durer plus de dix minutes

Message non lu par Kerygme » ven. 14 févr. 2020, 18:07

Trinité a écrit :
ven. 14 févr. 2020, 16:03
Je ne suis pas vicaire, mais je pense qu'il y a nécessairement une idée associative à évoquer, dans le cadre de l'Evangile annoncé, ne trouvez vous pas?
Bonjour Trinité,


Je pense avoir été incomplet, même si j'avais cela à l'esprit j'aurais du préciser "messages personnels" qui ont plus une vocation utilitaire qu'évangélique.

Cordialement.
« L'Église n'a pas besoin de réformateurs, mais de saints. » (Georges Bernanos)
« Dieu nous a faits pour la béatitude et nous cherchons pauvrement le bonheur. » (Cardinal Henri de Lubac)

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9344
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Pape François : L’homélie ne doit pas durer plus de dix minutes

Message non lu par PaxetBonum » sam. 15 févr. 2020, 2:01

Jean-Mic a écrit :
jeu. 13 févr. 2020, 11:39
Un bon prédicateur n'est pas forcément un "long"prédicateur, et inversement :p !
Oui, mais un Bossuet pourra se permettre une longue prédication car le Seigneur lui ayant donné le talent d'orateur, il est juste qu'il le fasse fructifier pour le bien de tous.
PaxetBonum a écrit :
lun. 10 févr. 2020, 16:27
Donc la longueur du sermon dépend de la qualité de celui-ci.
Un excellent orateur pourra largement prolonger son sermon pour le bien de tous.
Qui décrète qu'il s'agit d'un bon orateur ? Qui décide de son temps de parole ? :siffle: [/quote]

C'est simple : si on n'entend même pas une mouche voler, c'est que tout le monde est captivé jusqu'à la gente Muscidæ.
Cet orateur d'excellence auquel je fais allusion pouvait faire des sermons de 30 à 45 mn, le temps suspendait son envol, cela semblait toujours trop court !

Dire qu'aujourd'hui il faudrait un sermon de 5 mn parce que les fidèles sont désormais des zapeurs des réseaux sociaux c'est niveler tout par le bas.
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Altior
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1431
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: Pape François : L’homélie ne doit pas durer plus de dix minutes

Message non lu par Altior » sam. 15 févr. 2020, 7:14

Bonjour, PaxetBonum!
PaxetBonum a écrit :
sam. 15 févr. 2020, 2:01

Oui, mais un Bossuet pourra se permettre une longue prédication car le Seigneur lui ayant donné le talent d'orateur, il est juste qu'il le fasse fructifier pour le bien de tous.
Est-ce que vous êtes sûr que Bossuet aurait le même succès de nos jours ?

Prenez une pièce de théâtre classique. Racine, Corneille, Shakespeare, peu importe. Vous verrez que, généralement, il s'agit de pièces en 5 actes. Y a-t-il, de nos jours, des directeurs de théâtres qui risquent de monter des pièces ayant quatre entractes ? Quand j'étais enfant, j'allais couramment voir des opéras ayant encore trois entractes. Au lycée, il y en avait deux. Aujourd'hui, je vois les mêmes ayant un seul. Il m'est arrivé de voir un Carmen sans aucun.

J'ai essayé de persuader ma fille de lire Crime et châtiment. J'avais l'impression de réussir par une astuce: «C'est un excellent roman policier» je lui ai dit. Elle l'a laissé tomber, ennuyée, à la page 10. Moi-même j'ai laissé tomber, pour même raison, Ulysse de James Joyce. Pourtant, c'est un roman du XXème siècle.

Difficile sujet de débat! Quelqu'un pourrait dire: «Mais un sermon n'est pas une pièce de théâtre, ce n'est pas de la littérature!» et je serais bien d'accord. D'autant plus que le sermon est le seul moyen par lequel la Parole de Dieu est encore diffusée pour un citoyen lambda qui se trouve par hasard à l'église Dimanche matin, à défaut de course à vélo car vacances scolaires. Cette controverse de date pas d'aujourd'hui. Padre Pio eut des ennuis avec ses supérieurs à cause des Messes qu'il officiait, qui duraient 3 heures (c'est vrai que, dans son cas, ce n'était pas le sermon qui était long, c'était le Canon). Je trouve que, le mieux, serait que la chose ne soit pas encadrée. Dix-minutes, voire un quart d'heure seraient des repères valables pour la plupart. Mais, pour les Bossuets de nos jours (qui sait ?), laissons-leur la possibilité de se manifester, pour la plus grande gloire à Dieu!

Avatar de l’utilisateur
zelie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1406
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Re: Pape François : L’homélie ne doit pas durer plus de dix minutes

Message non lu par zelie » sam. 15 févr. 2020, 10:33

Jean-Mic a écrit :
jeu. 13 févr. 2020, 11:39

je ne connais rien de plus agaçant que ces gens (prêtres compris) qui pensent qu'ils n'ont rien dit tant qu'ils n'ont pas tout dit. La parole (je ne parle pas que des sermons et homélies, mais de toute parole, en public ou en privé) peut être nourrissante sans qu'on en soit gavée.
C'est exactement le cas de notre prêtre actuel, qui n'arrive jamais à descendre sous la barre de 25 minutes minimum, même durant les messes de semaine. Le résultat est clairement décousu. Vraiment. Et tout le monde décroche... au bout de 20 secondes, comme un murmure silencieux qui se propage dans les rangs sans un souffle, juste comme une vague de changement de position, une vague qui court comme un hola. Tout le monde pense poliment "ah, c'est parti pour durer, et comme je n'y comprends rien, je baisse la tête" et du coup tout le monde s'affaisse un peu, baisse la tête, entrouve ses genoux en prévision de ne plus pouvoir bouger de 30 minutes et croise ses mains, ses doigts, devant son nombril. Et écoute en se retenant de soupirer.
Et notre pauvre prêtre, lui, s'échine justement à réveiller d'autant plus son assemblée par des traits d'humour, par des envolées de la voix, par des exemples reliant la parole à la vie quotidienne... des fois arrive à recapter son assemblée, souvent non. C'est terrible d'une certaine façon de le voir ainsi, ramer comme un malheureux sans espoir, comme s'il était face à un mur.
Et pourtant, quel homme profond et gentil quand il est seul à seul avec un paroissien, et combien alors chacun de ses mots percutent...
Et cette situation créée une tension dans les âmes des fidèles, où on est obligés de reconnaître que ses homélies sont ... touffues, malgré l'attachement que l'on peut avoir pour le berger seul à seul. J'ai une amie formidable qui parfois va le voir et le remercier pour ses homélies, et relève une phrase, un mot, en lui disant merci et lui disant qu'elle va le garder dans son coeur. Le prêtre en est ravi, et la regarde un peu content, un peu tristement, car on perçoit bien à cet instant que lui se dit "et les autres, en retiendront-ils un mot aussi ?". Ca doit avoir quelque chose de désespérant de voir anéantis ses efforts (tant d'efforts ! ) devant aussi peu de résultat... Et comme quelques minutes suffisent pour dévorer ce qu'on a mis peut-être des heures à préparer...

Ce fil souligne une des difficultés que rencontre le prêtre dans son apostolat; toucher une assemblée au seul moyen de sa présence et de son esprit. Nos prêtres ont besoin de formation sur cette capacité à toucher l'attention de leurs fidèles. C'est bien que le Vatican y réfléchisse dessus, car il y a là un levier d'action pour faire nettement évoluer les choses. (Je ne sais pas ce qu'il en est dans les séminaires, peut-être est-ce déjà anticipé? ).

Parfois, notre prêtre, le Père M., est remplacé, comme tout prêtre malade. Et une rare fois, le remplaçant fut un homme qui aurait pu emballer une salle entière en quelques mots. Ses homélies duraient 5 minutes, mais des années après les gens sont capables de répéter ses formules!
Ce qui m'a fait le plus mal, c'est qu'à la sortie de la messe, devant le parvis, les langues se sont déliées ; en résumé, l'idée qui a prévalu était que si le Père M faisait aussi court et aussi bien, il y aurait plus de monde à la messe et moins de défection, etc et bien plus acerbe... C'était consternant. Un prêtre ne se réduit pas qu'à ça. Sur ce point-là aussi, il n'y a pas que la concentration qui se perd...
Le souci étant qu'une critique assassine en entraînant toujours une autre la seconde d'après pour faire bonne mesure, le verdict général finit par lui reprocher tel enterrement, le caté, l'adoration, et tutti quanti.

C'est difficile d'être prêtre, parce que c'est difficile de n'être pas aimé, voire jugé, là où justement on laisse sa sensibilité s'exprimer pour tirer un monde innombrable vers le haut. C'est épuisant.
Puissions-nous prier pour nos prêtres, car ils ont besoin de notre soutien, de notre solidarité et de notre bienveillance à leur égard, au lieu d'oublier qu'ils ont donné leur vie pour que nous, nous ayons accès à Dieu malgré nos errances et nos rejets.
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre
Vis vraiment chaque instant. Fais-le meilleur. Aime-le. Chéris-le. Fais-le beau, bon pour toi-même et pour Ton DIEU. Ne néglige pas les petites choses. Fais-les avec Moi, doucement. Fais de ta maison un Carmel où Je puisse Me reposer. Jésus, Premier Cahier d'Amour

Avatar de l’utilisateur
Kerygme
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 531
Inscription : jeu. 30 mai 2019, 13:12
Conviction : Catholique romain
Localisation : Strasbourg

Re: Pape François : L’homélie ne doit pas durer plus de dix minutes

Message non lu par Kerygme » sam. 15 févr. 2020, 11:45

bonjour Zelie,
zelie a écrit :
sam. 15 févr. 2020, 10:33
C'est difficile d'être prêtre, parce que c'est difficile de n'être pas aimé, voire jugé, là où justement on laisse sa sensibilité s'exprimer pour tirer un monde innombrable vers le haut. C'est épuisant.
Vous n'avez pas précisé si ce prêtre préparait son homélie ou s'il l'improvisait.
Il existe des outils pour aider à préparer une homélie, il y a même dans les diocèses des formations à la prédication souvent nommées "école de prédication".

Mais il faut aussi que le prêtre ait une dose d'humilité et qu'il puisse accepter de ne pas avoir ce don, et encore. Je m'explique.

On peut considérer que ce brave prêtre décide d'inonder l'assemblée de paroles en se disant que parmi celles-ci il y aura bien un mot ou une phrase qui touchera chacun. Sachant qu'il n'a pas forcément ce charisme il devrait plutôt choisir une des nombreuses choses qu'il a à dire et se contenter de cette seule chose, mais de le faire bien et avec profondeur. Il ne s'agit pas de faire un lâcher de barrage pour remplir un verre d'eau, mais de trouver le bon débit.

Et en terme de débit, 25 minutes d'homélie dans une messe de semaine dont la durée est d'environ 30-35mn ... j'espère que cela ne se fait pas au détriment de la liturgie.


Et comme vous le dites : difficile d'être prêtre. Je suis outré d'entendre ce que j'entends au sein de la paroisse parfois, et je me dis que si parmi les paroissiens il y en avait un qui s'interrogeait silencieusement sur une vocation sacerdotale (ou autres) et bien ces réactions, ces oppositions pourraient tuer cet appel. Je crois que les gens ne s'imaginent même pas que tout en priant pour les vocations, ils sont capables de les tuer dans les cœurs.
On voit la paille dans l’œil du prêtre, quant à notre poutre ...


Cordialement.
« L'Église n'a pas besoin de réformateurs, mais de saints. » (Georges Bernanos)
« Dieu nous a faits pour la béatitude et nous cherchons pauvrement le bonheur. » (Cardinal Henri de Lubac)

Avatar de l’utilisateur
Foxy
Prætor
Prætor
Messages : 1051
Inscription : ven. 01 nov. 2013, 1:14
Conviction : catholique
Localisation : Bretagne

Re: Pape François : L’homélie ne doit pas durer plus de dix minutes

Message non lu par Foxy » sam. 15 févr. 2020, 12:38

Bonjour

Oui, Kerygme, il y a des formations pour les homélies au niveau du diocèse, mais chez nous, dans notre doyenné de 25 clochers et 5 prêtres, ils réfléchissent entre eux pour ne pas en dire trop et que ce soit clair et pas au détriment de la liturgie.

Nous avons d'ailleurs un résumé hebdomadaire le vendredi par internet, que chaque prêtre ensuite développe selon son inspiration.

Bien souvent, le prêtre qui célèbre le dimanche à 9h30 ira ensuite à 20 kms célébrer une autre messe à 11h et certains préfèrent avoir un contact et serrer la main des paroissiens à la sortie de la messe et, éventuellement ainsi, prendre un RV.

Notre doyen est nouveau, moi même, je ne comprenais pas ce qu'il disait au début (trop compliqué). A plusieurs, nous le lui avons dit et c'est à partir de là qu'il a mis en place la réunion aves ses prêtres pour avoir une homélie plus adaptée et commune.

Tout le monde maintenant s'y retrouve et c'est parfait.
La foi que j’aime le mieux,dit Dieu,c’est l’Espérance.
Charles Péguy

Avatar de l’utilisateur
zelie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1406
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Re: Pape François : L’homélie ne doit pas durer plus de dix minutes

Message non lu par zelie » sam. 15 févr. 2020, 12:39

Bonjour Kerygme,

Kerygme a écrit :
sam. 15 févr. 2020, 11:45
Je me dis que si parmi les paroissiens il y en avait un qui s'interrogeait silencieusement sur une vocation sacerdotale (ou autres) et bien ces réactions, ces oppositions pourraient tuer cet appel. Je crois que les gens ne s'imaginent même pas que tout en priant pour les vocations, ils sont capables de les tuer dans les cœurs.
Mais tellement!
Et de vous lire ça me désole, parce que je me rends compte qu'en fait, ce que j'observe est bien plus ordinaire que ce que je croyais!
Kerygme a écrit :
sam. 15 févr. 2020, 11:45

Vous n'avez pas précisé si ce prêtre préparait son homélie ou s'il l'improvisait.
Il existe des outils pour aider à préparer une homélie, il y a même dans les diocèses des formations à la prédication souvent nommées "école de prédication".
Alors, sincèrement, je ne sais pas. Son érudition est spectaculaire, il connaît les textes mais aussi les travaux des historiens et autres archéo comme personne. Ses homélies sont parfois inspirées par des articles de journaux chrétiens, car je retrouve dans sa bouche ce que j'ai lu par ailleurs. Ce qui n'est pas une critique, juste une observation, car beaucoup de personnes, en dehors de l'église, s'appuient aussi sur les publications sérieuses pour bâtir leurs interventions orales. Mais apparemment, quand il n' y a pas don d'orateur, il n'y a pas don...
Tout comme il se pourrait que du coté des paroissiens, nous soyons bouchés et inconstants et indignes de suivre tout ce qu'il souhaite développer.

Kerygme a écrit :
sam. 15 févr. 2020, 11:45
il devrait plutôt choisir une des nombreuses choses qu'il a à dire et se contenter de cette seule chose, mais de le faire bien et avec profondeur. Il ne s'agit pas de faire un lâcher de barrage pour remplir un verre d'eau, mais de trouver le bon débit.
Mais justement, c'est cet ajustage, appelé des voeux des paroissiens, que lui ne peut faire, parce que je pense que ses objectifs à lui ne sont pas saisis par les fidèles, mais il est certain que lui voit et sait ce qu'il veut dire... C'est terrible cette impression qu'il nous parle à travers une vitre épaisse, mais ce doit l'être tellement pour lui, tellement... Qui sait ce qu'il ressent? Tout ce qui lui passe par la tête en nous voyant, et qui titille sa fatigue, pour ne pas dire son épuisement.
Les statistiques sont muettes, mais je suis sûre qu'il doit y avoir des prêtres qui rendent le tablier tellement les pressions sont fortes sur leurs épaules.... multiplication des lieux et des messes, rareté des collègues, sécularisation des âmes, abandon de la foi, ou du moins régression des connaissances bibliques à des stades embryonnaires de la part même des fidèles réguliers, racisme religieux, menaces, vandalisme... C'est chaud de tenir dans la durée dans ces conditions !
Kerygme a écrit :
sam. 15 févr. 2020, 11:45
Et en terme de débit, 25 minutes d'homélie dans une messe de semaine dont la durée est d'environ 30-35mn ... j'espère que cela ne se fait pas au détriment de la liturgie.
... A votre avis :( ?
Mais ça n'enlève rien à la valeur des efforts de notre prêtre, qui pense vraiment, lui, être dans le vrai et le bon chemin pour ramener au bercail ses brebis qu'il pense (peut-être?) lassée par certains temps de la messe et les tenir juste par des mots, des mots, des histoires, et encore des histoires.... Parce que sans toutes ces "histoires", les gens ne sachant plus avoir accès au sacré, finiraient par sauter la messe? J'ai l'impression que c'est sa façon de penser... Alors qu'en fait, personnellement, c'est l'idée de ses homélies qui ferait plutôt office de repoussoir. Pas les silences de la célébration, bien au contraire (comme vous le soulignez plus haut).
J'ai beaucoup d'affection et de respect pour notre prêtre, et je ne veux pas, et en rien, le sabrer. Je perçois sa lutte, ses efforts, son immense fatigue, pour ne pas dire lassitude, qui transparait, parfois... Et à quelqu'un qui donne tout ce qu'il a, on ne peut que l'accueillir bras ouverts et avoir de l'estime pour lui. On lui pardonne tout de tout notre être.
Mais lui ou un autre, ce serait presque un cas d'école de prêtre rempli de talents et de connaissance qui ne peut tous les exploiter par un manque évident de réflexion sur ses pratiques ou de formation à plus de souplesse. Une formation à dire mieux en disant moins, en apprenant à trier, hiérachiser, simplifier peut-être. Mais aussi à penser autrement le message, avec souplesse et rondeur dans ses aptitudes à extraire un point et un seul et à l'approfondir. Approfondir, c'est votre mot et c'est le mot.
Il existe des formations à tout ça.
C'est pourquoi je trouve dommage que cette injonction du Vatican soit autant restée lettre morte. Ou même ait été rejetée?
Parce qu'à écouter ce qu'en dit le Pape et à avoir l'obéissance de le mettre en pratique, dans certains endroits peu érudits en matière catholique, comme chez moi, ça pourrait aider les fidèles à rester fidèles justement. Avec le retour à l'Adoration, aux moments de silence pour comme vous le dites si bien, prier en union des coeurs, etc.

C'est pourquoi prier pour tous nos prêtres doit rester parmi nos priorités, quelque chose à ne jamais oublier ni négliger.

Vous savez, on appelle souvent un renouveau de notre Eglise, notamment depuis les tristes événements médiatisés en 2018 et 2019. L'Eglise secouée, etc.
Mais il faut comprendre que si renouvellement il y a un jour, c'est des bergers qu'il viendra majoritairement, faut pas rêver, il ne va pas se lever demain Supersaint, Batsaint, Robosaint et Ironsaint, qui vont sauver le monde d'un coup de rayon laser ; c'est logique, c'est même normal. Si on se retourne sur notre histoire, on s'aperçoit que nombre de saints ont été des prêtres ou des religieux, même si ce ne sont pas les plus connus; beaucoup, beaucoup de grands saints inconnus mais ô combien efficaces étaient prêtres, à coté des Sainte Thérèse et Sainte Faustine pour ne citer que les deux plus importantes saintes (ou parmi) du 19 et 20ème siècle. L'impulsion qui mène nombres de personnes à la conversion passe bien souvent par des prêtres ou des rencontres avec des personnes dont la vie est donnée à Dieu. Ce n'est pas parce qu'un arbre qui tombe fait plus de bruit que 100 qui poussent que l'Eglise ne convertit plus dès qu'il y a un scandale.
Négliger le rôle de premier plan des prêtres dans le renouvellement de notre Eglise serait imbécile, voire même suicidaire, car si eux diminuent ou disparaissent, qui se lèvera pour remplacer un tel vivier d'âmes ouvriers du Seigneur? Car si le Seigneur a appelé des hommes, célibataires, en nombre immense, à être ouvriers de sa vigne, ce n'est pas pour exclure de facto les femmes ou brider leur bijou de famille, comme je l'ai lu tantôt, mais parce que l'ampleur de la tâche, en nombre et en énergie, le nécessitait ainsi. Que serait la vigne sans ces ouvriers, sans les dons divins qui passent par eux et uniquement par eux? Mais les fidèles d'aujourd'hui sont-ils encore conscients de cela, savent-ils qu'à rejeter leur prêtre dans les bas-fonds de leurs mépris c'est Dieu qu'ils rejettent et ses dons vitaux avec?
Et c'est malheureux à dire, mais n'y aurait-il pas des prêtres qui ont un peu oublié ce qu'ils portent en eux aussi?

Cordialement.
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre
Vis vraiment chaque instant. Fais-le meilleur. Aime-le. Chéris-le. Fais-le beau, bon pour toi-même et pour Ton DIEU. Ne néglige pas les petites choses. Fais-les avec Moi, doucement. Fais de ta maison un Carmel où Je puisse Me reposer. Jésus, Premier Cahier d'Amour

Avatar de l’utilisateur
zelie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1406
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Re: Pape François : L’homélie ne doit pas durer plus de dix minutes

Message non lu par zelie » sam. 15 févr. 2020, 13:09

PaxetBonum a écrit :
sam. 15 févr. 2020, 2:01

Dire qu'aujourd'hui il faudrait un sermon de 5 mn parce que les fidèles sont désormais des zapeurs des réseaux sociaux c'est niveler tout par le bas.
Oui, clairement.
Mais ne pas se mettre au niveau de cette nouvelle frange de fidèles, c'est les perdre en route. C'est un risque que l'Eglise ne peut prendre.
Mais je saisis tout le coté irritant pour les autres fidèles.
Nos prêtres vont se retrouver avec des classes multi-niveaux dans la même messe: un vrai casse-tête. Ou une chance de mettre les talents des uns au service des autres. Il y aura une adaptation à trouver, des groupes de prières avec un fonctionnement en partie catéchétique par exemple, je ne sais.
Je pense que ce problème est déjà saisi par le Vatican, sinon un Pape ne se serait pas fendu d'une lettre pour raccourcir et recentrer (simplifier, disons-le) les homélies. C'est bon signe, la réflexion est engagée.
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre
Vis vraiment chaque instant. Fais-le meilleur. Aime-le. Chéris-le. Fais-le beau, bon pour toi-même et pour Ton DIEU. Ne néglige pas les petites choses. Fais-les avec Moi, doucement. Fais de ta maison un Carmel où Je puisse Me reposer. Jésus, Premier Cahier d'Amour

Avatar de l’utilisateur
Suliko
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2720
Inscription : ven. 07 janv. 2011, 22:02

Re: Pape François : L’homélie ne doit pas durer plus de dix minutes

Message non lu par Suliko » sam. 15 févr. 2020, 19:20

Il me semble qu'un des gros problèmes actuels, c'est que l'état du catholicisme étant ce qu'il est, nous n'avons plus ou très peu l'occasion d'entendre des sermons en dehors de la messe. Autrefois, il était courant d'avoir de nombreux prêches en dehors du cadre liturgique, notamment pendant le Carême. On peut donc comprendre que ce genre de sermons dure plus de 10-15 minutes (les gens ne se déplaçant pas pour un temps si bref), tandis que ceux donnés à la messe pouvaient être assez courts sans que cela pose de souci. Et dans le VOM, il n'y a pas de sermons lors des messes basses, ce qui doit être moins stressant pour le prêtre, qui n'a pas à préparer un sermon pour chaque messe de semaine. Enfin, si vous n'êtes pas satisfait des sermons de votre paroisse, vous pouvez toujours en écouter sur internet ou lire de vieux sermons, qui auront de plus l'inestimable avantage d'être parfaitement orthodoxes et de ne pas recouvrir d'un voile certaines réalités de notre foi. Je pense par exemple à Bossuet ou à Bourdaloue, dont la langue est très belle. Massillon est paraît-il très bien aussi, mais je ne l'ai jamais lu.
Isaïe 66 ;7 : "Avant d'être en travail, elle a enfanté ; avant le temps de l'enfantement, elle a mis au monde un enfant mâle."
Targum Jonathan : "Avant que la détresse ne vienne sur elle [=Jérusalem], elle sera rachetée ; avant que le tremblement ne vienne sur elle, comme les souffrances sur une femme en train d'enfanter, son roi [=le roi-Messie] sera révélé."

Avatar de l’utilisateur
Kerygme
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 531
Inscription : jeu. 30 mai 2019, 13:12
Conviction : Catholique romain
Localisation : Strasbourg

Re: Pape François : L’homélie ne doit pas durer plus de dix minutes

Message non lu par Kerygme » Hier, 11:21

Bonjour Zélie,

Je ne vais relever que trois points dans votre intervention, laquelle touche mon cœur comme un cri de souffrance.
zelie a écrit :
sam. 15 févr. 2020, 12:39
Mais justement, c'est cet ajustage, appelé des voeux des paroissiens, que lui ne peut faire, parce que je pense que ses objectifs à lui ne sont pas saisis par les fidèles, mais il est certain que lui voit et sait ce qu'il veut dire...
C'est terrible cette impression qu'il nous parle à travers une vitre épaisse, mais ce doit l'être tellement pour lui, tellement... Qui sait ce qu'il ressent? Tout ce qui lui passe par la tête en nous voyant, et qui titille sa fatigue, pour ne pas dire son épuisement.
Mais ça n'enlève rien à la valeur des efforts de notre prêtre, qui pense vraiment, lui, être dans le vrai et le bon chemin pour ramener au bercail ses brebis qu'il pense (peut-être?) lassée par certains temps de la messe et les tenir juste par des mots, des mots, des histoires, et encore des histoires...
Si je me base sur ces propos, et au risque de me transformer en psychothérapeute de rue, je dirais que votre prêtre flirte avec un piège bien subtile qu'est le "syndrome du sauveur", or, il n'y a qu'un seul sauveur : Jésus le Christ. Ce qui est dangereux pour tous, mais aussi pour lui car le pape François - dans Evangelii Gaudium - met en garde envers un problème que rencontre l'Eglise au travers de ceux qui la servent : le manque de résultat peut tuer le dynamisme missionnaire. L'influence de la pensée de ce monde nous fait penser que notre efficacité passe par un résultat, comme je le disais dans un autre fil : "il faut faire les choses avec Dieu, et non pour Dieu. Car quand on fait quelque chose pour Dieu c'est à soi-même qu'on veut rendre témoignage".

C'est en oublier que c'est l'Esprit qui doit agir et non le prêtre qui n'en est que l'intermédiaire, le vecteur. Et parfois on peut s'opposer à son action, involontairement.

Nous sommes tous appelés à tendre vers la sainteté, alors dans la communion des saints il serait fraternel de lui en parler et peut être de l'inviter à se corriger. Car comme vous semblez l'exprimer, cela risque de faire fuir du monde et du coup le démotiver plus encore.
Nos prêtres sont souvent seuls dans leurs presbytères, ils ont fait vœu de célibat et non de solitude. Il nous faut les appuyer et contrairement à ce qu'on semble croire, savoir aussi les écouter mais aussi leur parler.


Cordialement.
« L'Église n'a pas besoin de réformateurs, mais de saints. » (Georges Bernanos)
« Dieu nous a faits pour la béatitude et nous cherchons pauvrement le bonheur. » (Cardinal Henri de Lubac)

Avatar de l’utilisateur
Kerygme
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 531
Inscription : jeu. 30 mai 2019, 13:12
Conviction : Catholique romain
Localisation : Strasbourg

Re: Pape François : L’homélie ne doit pas durer plus de dix minutes

Message non lu par Kerygme » Aujourd’hui, 9:55

Bonjour Foxy,
Foxy a écrit :
sam. 15 févr. 2020, 12:38
Notre doyen est nouveau, moi même, je ne comprenais pas ce qu'il disait au début (trop compliqué). A plusieurs, nous le lui avons dit et c'est à partir de là qu'il a mis en place la réunion avec ses prêtres pour avoir une homélie plus adaptée et commune.

Tout le monde maintenant s'y retrouve et c'est parfait.
Je trouve cette initiative très courageuse et la réaction de votre doyen pleine d'humilité.

Il nous arrive de nous dire que nous n'allons pas faire la leçon à nos prêtres, et c'est bien normal. Mais je vois plus comme une correction fraternelle de lui donner l'occasion de devenir un bon pasteur. Après, la limite entre les deux peut être ténue et reste une question de feeling dans l'approche et la façon de l'annoncer.

Si les fidèles ressortent assommés et que rien n'est retenue dans l'homélie, ne serait-ce qu'un mot qui va nous amener à le méditer au long de la semaine alors l'homélie est passée à côté. Elle doit actualiser avec simplicité les Évangiles dans le cœur des gens en partant de qu'ils connaissent : leur quotidien. Alors la Parole de Dieu devient vivante et non lettre morte.


Cordialement.
« L'Église n'a pas besoin de réformateurs, mais de saints. » (Georges Bernanos)
« Dieu nous a faits pour la béatitude et nous cherchons pauvrement le bonheur. » (Cardinal Henri de Lubac)

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités