Sur l'Union Européenne

« Par moi les rois règnent, et les souverains décrètent la justice ! » (Pr 8.15)
etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12959
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

La Pologne résiste toujours...

Message non lupar etienne lorant » jeu. 26 juil. 2018, 11:21

Face à l’Europe, la Pologne s’enferme dans le conservatisme
Frédéric Bisson-Barrières et barbelés (CC BY 2.0)



Maintenant, la Commission Européenne doit recourir à une réponse sévère aux pratiques du gouvernement polonais. Sinon, elle montrera sa faiblesse dont d’autres membres pourraient profiter. Car le mauvais exemple est contagieux.


E-mail
Par Iven Durepos.


Malgré la menace des sanctions, Varsovie reste inflexible face à l’Union Européenne et se montre déterminée à poursuivre son propre chemin pour renforcer ses positions en Europe, ce qui est confirmé par une série de déclarations des officiels polonais.

D’après le député européen du PiS, Stanisław Ożóg, qui a vivement critiqué la vision de l’Europe promue par la chancelière allemande et le président français, Angela Merkel et Emmanuel Macron veulent imposer aux autres États membres leur conception d’une Europe à deux vitesses et leurs réponses à la crise migratoire et à la crise économique.

À son tour, la Première ministre conservatrice polonaise Beata Szydlo a déclaré deux jours après l’attentat de Manchester en mai 2017 que «la Pologne ne cédera pas à aucun chantage de la part de l’Union Européenne. »

Ce ne sont pas seulement des paroles en l’air. En effet, la Pologne a refusé d’appliquer le plan européen de transfert de 160 000 demandeurs d’asile des camps d’Italie et de Grèce. Plusieurs manifestations ont eu lieu dans le pays pour démontrer la non-volonté d’accueillir les migrants issus de pays d’Afrique ou du Moyen-Orient.

ÉVOLUTION OU RÉVOLUTION ?
Tout est commencé en 2015 quand le parti Droit et Justice a remporté les élections législatives. Désormais, la Pologne a changé de cap. Les conservateurs eurosceptiques ont obtenu la majorité absolue. Centralisation du pouvoir, politique sociale, protectionnisme économique constituent les grandes lignes de l’actuel gouvernement polonais.

Les représentants du PiS ont aussitôt entrepris plusieurs réformes radicales touchant notamment la justice et les médias publics. D’après le gouvernement polonais, ces mesures sont indispensables pour rationaliser le système judiciaire et combattre la corruption.

Pourtant, l’UE craint que ces dispositions visent à «politiser la justice polonaise avec effet immédiat, en attribuant au parlement ou aux ministres le contrôle des juges, de leurs nominations, de leurs carrières et de leurs mandats». Certains experts même parlent de la fin de la démocratie polonaise.

Varsovie, néanmoins, dément ces accusations et continue de suivre son cap.

Certes, une telle attitude peut lui coûter cher. Étant un grand bénéficiaire des fonds structurels de l’UE mais hostile à son modèle multiculturel, la Pologne, ignorant les règles établies pour défendre ses intérêts nationaux, risque de perdre sa voix au sein de l’UE.

Maintenant, la Commission Européenne doit recourir à une réponse sévère aux pratiques du gouvernement polonais. Sinon, elle montrera sa faiblesse dont d’autres membres pourraient profiter. Car le mauvais exemple est contagieux.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )


Revenir vers « Politique »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 5 invités