Parabole du prince qui va se faire investir : les mines

« Alors il leur ouvrit l'esprit à l'intelligence des Écritures. » (Lc 24.45)
Règles du forum
Forum d'échanges sur la Sainte Bible.
Avatar de l’utilisateur
blue eyes
Censor
Censor
Messages : 159
Inscription : mer. 28 janv. 2015, 3:08
Conviction : Catholique

Parabole du prince qui va se faire investir : les mines

Message non lupar blue eyes » lun. 15 févr. 2016, 23:08

Parabole des dix mines
Spoiler!
11Comme les gens écoutaient ces mots, Jésus ajouta une parabole parce qu’il était près de Jérusalem, et qu’eux se figuraient que le Règne de Dieu allait se manifester sur-le-champ. 12Il dit donc : « Un homme de haute naissance se rendit dans un pays lointain pour se faire investir de la royauté et revenir ensuite. 13Il appela dix de ses serviteurs, leur distribua dix mines et leur dit : “Faites des affaires jusqu’à mon retour.” 14Mais ses concitoyens le haïssaient et ils envoyèrent derrière lui une délégation pour dire : “Nous ne voulons pas qu’il règne sur nous.” 15Or, quand il revint après s’être fait investir de la royauté, il fit appeler devant lui ces serviteurs à qui il avait distribué l’argent, pour savoir quelles affaires chacun avait faites. 16Le premier se présenta et dit : “Seigneur, ta mine a rapporté dix mines.” 17Il lui dit : “C’est bien, bon serviteur, puisque tu as été fidèle dans une toute petite affaire, reçois autorité sur dix villes.” 18Le second vint et dit : “Ta mine, Seigneur, a produit cinq mines.” 19Il dit de même à celui-là : “Toi, sois à la tête de cinq villes.” 20Un autre vint et dit : “Seigneur, voici ta mine, je l’avais mise de côté dans un linge. 21Car j’avais peur de toi parce que tu es un homme sévère : tu retires ce que tu n’as pas déposé et tu moissonnes ce que tu n’as pas semé.” 22Il lui dit : “C’est d’après tes propres paroles que je vais te juger, mauvais serviteur. Tu savais que je suis un homme sévère, que je retire ce que je n’ai pas déposé et que je moissonne ce que je n’ai pas semé. 23Alors, pourquoi n’as-tu pas mis mon argent à la banque ? A mon retour, je l’aurais repris avec un intérêt.” 24Puis il dit à ceux qui étaient là : “Retirez-lui sa mine, et donnez-la à celui qui en a dix.” 25Ils lui dirent : “Seigneur, il a déjà dix mines !” – 26“Je vous le dis : à tout homme qui a, l’on donnera, mais à celui qui n’a pas, même ce qu’il a lui sera retiré. 27Quant à mes ennemis, ces gens qui ne voulaient pas que je règne sur eux, amenez-les ici et égorgez-les devant moi.” » 28Sur ces mots, Jésus partit en avant pour monter à Jérusalem. (Luc 19)
La parabole des talents de Matthieu, et celle de Luc à propos des mines, sont deux versions différentes d'un seul et unique enseignement. Je vais donc me contenter d'en commenter une seul ; celle des mines de l'évangile de Luc. Il va de soi que la parabole des mines, comme toutes parabole d'ailleurs, n'est pas à prendre au pied de la lettre.
« Un homme de haute naissance se rendit dans un pays lointain pour se faire investir de la royauté et revenir ensuite. »

Cet homme de haute naissance représente, évidement, Jésus lui-même. Le pays lointain où il se rendit, préfigure l'élévation de Jésus au ciel, vers la maison du Père. La Royauté et le retour de celui-ci, font allusions au retours de Jésus dans la gloire pour régné avec les siens à la fin des temps. (Apo.20, 4-6)
« 13Il appela dix de ses serviteurs, leur distribua dix mines et leur dit : “Faites des affaires jusqu’à mon retour. »

Les serviteurs, énumérés ci haut, représente ceux à qui Jésus à confier la garde de son troupeau. Remarqués qu'il est fait mention de 10 serviteurs et de 10 mines ce qui signifie que, au départ, les mines sont partagées également entre eux.

La période entre le départ et le retour du maitre en question (Jésus), correspond au temps des nations, et des deux témoins(Apo.11). Les affaires, auxquelles il est fait allusion en ces lignes, concernent donc la propagation de l'évangile du Royaume (Matt.24, 14), mais aussi, l'élargissement du petit troupeau d'origine.

Les serviteurs représentent donc ceux qui vont donner leur témoignage et, propagés cette évangile du Royaume partout dans le monde.


-A suivre-
«La vérité vous rendra libre».

Avatar de l’utilisateur
blue eyes
Censor
Censor
Messages : 159
Inscription : mer. 28 janv. 2015, 3:08
Conviction : Catholique

Re: Parabole du prince qui va se faire investir : les mines

Message non lupar blue eyes » lun. 15 févr. 2016, 23:11

-La Parabole des mines, suite 1-

« 14Mais ses concitoyens le haïssaient et ils envoyèrent derrière lui une délégation pour dire : “Nous ne voulons pas qu’il règne sur nous. »

Ses concitoyens représentent ceux vers qui il avait été envoyé en premier lieu, le peuple Juif, peuple qui à majoritairement rejeter Jésus et ses enseignements, mais aussi, tous ceux qui, dans la suite des temps, vont faire de même.

«15Or, quand il revint après s’être fait investir de la royauté, il fit appeler devant lui ces serviteurs à qui il avait distribué l’argent, pour savoir quelles affaires chacun avait faites. »
16Le premier se présenta et dit : “Seigneur, ta mine a rapporté dix mines.” 17Il lui dit : “C’est bien, bon serviteur, puisque tu as été fidèle dans une toute petite affaire, reçois autorité sur dix villes.” 18Le second vint et dit : “Ta mine, Seigneur, a produit cinq mines.” 19Il dit de même à celui-là : “Toi, sois à la tête de cinq villes. »


Le moment évoqué en ces lignes, indique le premier jugement, à la fin des temps. Ce jugement fera suite au temps des nations (et des deux témoins). Chacun desdits serviteurs seront jugées selon leurs apports et leurs contributions à l'annonce et à la préparation du Royaume et ceux qui auront fait la volonté du Père seront récompensés à leurs juste valeurs.

20Un autre vint et dit : “Seigneur, voici ta mine, je l’avais mise de côté dans un linge. 21Car j’avais peur de toi parce que tu es un homme sévère : tu retires ce que tu n’as pas déposé et tu moissonnes ce que tu n’as pas semé.” 22Il lui dit : “C’est d’après tes propres paroles que je vais te juger, mauvais serviteur. Tu savais que je suis un homme sévère, que je retire ce que je n’ai pas déposé et que je moissonne ce que je n’ai pas semé. 23Alors, pourquoi n’as-tu pas mis mon argent à la banque ? A mon retour, je l’aurais repris avec un intérêt.

Si les premiers serviteurs de la parabole furent grassement récompensés pour leurs travailles, il n'en est pas de même pour le dernier.

Examinons son cas.

-A suivre-
«La vérité vous rendra libre».

Avatar de l’utilisateur
blue eyes
Censor
Censor
Messages : 159
Inscription : mer. 28 janv. 2015, 3:08
Conviction : Catholique

Re: Parabole du prince qui va se faire investir : les mines

Message non lupar blue eyes » lun. 15 févr. 2016, 23:13

-La Parabole des mines, suite 2-

Ce dernier personnage, contrairement aux deux autres, n'a pas fait fructifier la mine qu'il lui était confié.
Pourquoi ? Parce, apparemment, il avait peur de son maitre et le trouvais sévère !

Pour justifier ses dire il déclare à son maitre : « tu retires ce que tu n’as pas déposé et tu moissonnes ce que tu n’as pas semé. »

Ce discours n'est pas sans rappeler celui que Jésus adresse à ses disciples dans l'histoire de la samaritaine :

... Je vous ai envoyés moissonner ce qui ne vous a coûté aucune peine ; d’autres ont peiné et vous avez pénétré dans ce qui leur a coûté tant de peine. » (Jean 4, 38)

En fait, même si le serviteur à partiellement raison, il est quand même injuste envers son maitre (Jésus).

Dans un sens, il a raison de de dire qu'il retire ce qu'il n'a pas déposé et qu'il moissonne ce qu'il n'a pas semé mais cependant, il y a une chose que le serviteur ne semble pas prendre en considération : Son maitre ne fait que prendre possession de l'héritage de son Père ! (Jésus est l'héritier du Père)

Ce serviteur est en fait la figure de proue de tous ceux qui prétendent suivre les pas de Jésus Christ mais qui, en fait, se sont contentent d'établir en tradition les fait et geste de Jésus sans faire aucun effort pour les faire fructifiés.

Les paroles qui vont suivre, extrait de l'évangile selon Matthieu, vont dans le même sens :

21« Il ne suffit pas de me dire : “Seigneur, Seigneur !” pour entrer dans le Royaume des cieux ; il faut faire la volonté de mon Père qui est aux cieux. 22Beaucoup me diront en ce jour-là : “Seigneur, Seigneur ! n’est-ce pas en ton nom que nous avons prophétisé ? en ton nom que nous avons chassé les démons ? en ton nom que nous avons fait de nombreux miracles ?” 23Alors je leur déclarerai : “Je ne vous ai jamais connus ; écartez-vous de moi, vous qui commettez l'iniquité ! (Matthieu 7, 21-23)

-Suite-
«La vérité vous rendra libre».

Avatar de l’utilisateur
blue eyes
Censor
Censor
Messages : 159
Inscription : mer. 28 janv. 2015, 3:08
Conviction : Catholique

Re: Parabole du prince qui va se faire investir : les mines

Message non lupar blue eyes » lun. 15 févr. 2016, 23:15

-La Parabole des mines, suite 3-

Tous ces fait et gestes, Jésus lui-même les a posés, ainsi que ses disciples et Apôtres également !
Pourquoi alors déclaré à ceux qui ont posés les mêmes gestes que lui et ses Apôtres qu'ils commettent l'iniquité ?

Il n'y a pas de problème avec le fait de prophétisé, de chassé des démons où d'opérer des miracles non, le vrai problème est ailleurs :

En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi fera lui aussi les œuvres que je fais ; il en fera même de plus grandes, parce que je vais au Père. 13Tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, de sorte que le Père soit glorifié dans le Fils. 14Si vous me demandez quelque chose en mon nom, je le ferai. (Jean 14, 12-14)

Faire les œuvres de Jésus, c'est bien ! En faire de plus grande encore, c'est beaucoup mieux !

A travers ces lignes Jésus cherche à nous faire comprendre que ce qu'il attend de nous, ce n'est pas uniquement de calqué ses fait et geste, mais d'allé encore plus loin dans notre démarche en nous demandant même de les surpassés ! C'est tout un engagement qu'il nous proposent en ces lignes !

Mais, heureusement pour nous, il accompagne aussi cette demande d'une promesse : Tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, de sorte que le Père soit glorifié dans le Fils. Si vous me demandez quelque chose en mon nom, je le ferai ; ...

En autres mots, la tradition n'est pas mauvaise en elle-même, en autant qu'elle est comprise comme étant une étape de notre élévation spirituelle et non comme la finalité de celle-ci.

-A suivre-
«La vérité vous rendra libre».

Avatar de l’utilisateur
blue eyes
Censor
Censor
Messages : 159
Inscription : mer. 28 janv. 2015, 3:08
Conviction : Catholique

Re: Parabole du prince qui va se faire investir : les mines

Message non lupar blue eyes » lun. 15 févr. 2016, 23:18

-La Parabole des mines,suite 4 et fin-

24Puis il dit à ceux qui étaient là : “Retirez-lui sa mine, et donnez-la à celui qui en a dix.” 25Ils lui dirent : “Seigneur, il a déjà dix mines !” – 26“Je vous le dis : à tout homme qui a, l’on donnera, mais à celui qui n’a pas, même ce qu’il a lui sera retiré. 27Quant à mes ennemis, ces gens qui ne voulaient pas que je règne sur eux, amenez-les ici et égorgez-les devant moi.” » 28Sur ces mots, Jésus partit en avant pour monter à Jérusalem.

Donc ceux qui, comme le mauvais serviteur, auront souffert de la même lâcheté spirituelle que celui-ci, s'expose au même sort que lui !

Ils perdront tout au détriment de ceux qui possèdent tout !

Tant qu'à la finale de cette parabole, aussi cruel qu'elle paraisse, ce n'est qu'une simple image pour évoquer le premier jugement :

21Les autres périrent par le glaive qui sortait de la bouche du cavalier, (la parole, le jugement) et tous les oiseaux se rassasièrent de leurs chairs. (Apocalypse 19)

Fraternellement vôtre,
Blue eyes
«La vérité vous rendra libre».

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8684
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Parabole du prince qui va se faire investir : les mines

Message non lupar Cinci » mer. 17 févr. 2016, 1:01

Bonjour,

En gros, on va dire que le scénario ressemble à ça :>

Y aurait-il autre chose? On pourrait faire remarquer que la «chute» de la parabole existe de manière indépendante dans les Évangiles. C'est assez surprenant. C'est comme si un proverbe ou une maxime plus ancienne avait pu servir de base pour la construction de la parabole.
  • Et il leur disait : Prenez garde à ce que vous entendez!
    C'est avec la mesure dont vous mesurez qu'il vous
    sera mesuré. Et il vous sera ajouté; car celui qui a,
    on lui donnera, et celui qui n'a pas, même ce qu'il a
    lui sera enlevé.»

    - Marc 4,24

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8684
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Parabole du prince qui va se faire investir : les mines

Message non lupar Cinci » mer. 17 févr. 2016, 1:27

Un auteur écrivait :
«Les deux premiers gérants - dans les deux paraboles - apprécient le maître, donc ils se comportent, en tant que dépositaires, plus comme des héritiers ou des associés que comme des serviteurs ou des fonctionnaires. Ils s'occupent des biens que le propriétaire leur confie comme s'il s'agissait des leurs et ils les font fructifier.

Le troisième gérant - dans les deux histoires - n'avait pas la même relation avec son maître. Il le traite comme un patron, sans plus. Dix-huit siècles avant Marx, cet homme n'est déjà pas capable de croire en la générosité et la bonne foi d'un seul propriétaire. Il ne se sent pas du tout solidaire de l'entreprise, et il traite son chef avec la méfiance d'un médiocre salarié envers un quelconque patron.

Sa réaction se situe sur le vieux registre de la lutte des classes. La crainte de se faire exploiter le bloque et le rend amer, l'enfermant dans son raisonnement égocentrique et faux. Car, son chef n'est pas celui qu'il imagine. Et seule l'acceptation de la vérité pourrait le rendre libre. Le trésor reçu reste pour lui de l'argent étranger. Pour empêcher que le patron bénéficie de son effort, il convertit cette fortune pleine de possibilité en un dépôt mort. Non seulement il ne tire pas profit du capital qu'il a entre les mains, mais il perd son temps.

Son attitude montre qu'il connaît mal son son patron. Bloqué par la crainte de se faire avoir par celui-ci, il projette sur lui l'image d'un oppresseur. Incapable lui-même d'agir avec solidarité, il ne peut croire en la générosité de son chef. Il justifie son manque de confiance par des arguments basés sur l'avarice et l'Injustice qu'il attribue à son maître. Mais ce dernier ne se défend pas, ni même ne discute de ses opinions. Il se limite à montrer à son employé le fond de son incohérence.

- Si tu ne veux pas contribuer personnellement à la prospérité de mon entreprise, pourquoi acceptes-tu mon argent? Ou pourquoi ne l'as-tu pas déposé à la banque pour qu'Il me rapporte au moins un minimum d'Intérêts? Tu ne te rends pas compte que ton comportement est inacceptable à tous points de vue? Tu m'as trompé en trahissant ma confiance et notre contrat. Tu as montré que tu es un mauvais gérant, que tu ne portes aucun intérêt à l'entreprise et qu'ainsi tu es préjudiciable pour elle. Allez, va t'en!

- Ray Kroc, L'université du Big Mac, Oak Brook, Illinois

Avatar de l’utilisateur
blue eyes
Censor
Censor
Messages : 159
Inscription : mer. 28 janv. 2015, 3:08
Conviction : Catholique

Re: Parabole du prince qui va se faire investir : les mines

Message non lupar blue eyes » mer. 17 févr. 2016, 2:01

Bonjour Cinci,

Au niveau du style d'écriture, ce texte ressemble beaucoup plus à un profil psychologique qu'à une lecture spirituel mais, reste que l'auteur à bien saisi la teneur de la Parabole. :)

Amicalement,
Blue eyes
«La vérité vous rendra libre».

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8684
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Parabole du prince qui va se faire investir : les mines

Message non lupar Cinci » mer. 17 févr. 2016, 5:26

J'ai fait exprès.

:)


C.H. Dodd pensait pour sa part que certains pieux du judaïsme était la cible initiale de la parabole.
  • «... on peut se rappeler que, dans l'Ancien Testament et dans l'usage juif, les relations entre Dieu et Israël étaient si souvent représentées comme celles d'un Seigneur avec ses esclaves qu'un auditeur de la parabole cherchait presque automatiquement une interprétation allant en ce sens. Dès lors qui est le serviteur condamné à cause de son excès de prudence allant jusqu'à l'abus de confiance? Je suggérerais le type du juif pieux qui est si critiqué dans les Évangiles. Il cherche sa sécurité personnelle dans l'observance méticuleuse de la Loi. Il construit une haie autour de la Loi et paie la dîme sur la menthe , l'anis et le cumin, pour être méritant aux yeux de Dieu. «Tout cela, je l'ai observé depuis ma jeunesse» - «Vois, tu n'as que ce qui te revient». Au bout du compte, par une politique d'exclusivisme égoïste, il appauvrit à l'extrême la religion d'Israël. Les gens simples, les publicains, les pécheurs, les païens, ne tirent aucun bénéfice de l'observance pharisaïque de la Loi, et Dieu n'a pas d'intérêt sur le capital.

    Cette parabole avait pour but, je pense, d'amener ces Juifs pieux à apprécier leur conduite à sa juste valeur. Ils ne donnent pas à Dieu ce qui lui appartient; ils le volent. Comme le dit J. Klausner «Toutes ces aspirations du judaïsme au temps de Jésus étaient de sauver cette petite nation juive, gardienne des idéaux, de l'empêcher d'être submergée par la civilisation païenne». Sous cet angle, le but semble légitime. Mais d'un autre point de vue, ne pourrait-on dire avec à-propos que c'est là enfouir son talent? » (C.H. Dodd, Les paraboles du Royaume de Dieu, p. 126 )
Il n'excluait pas l'application ultérieure de la parabole, dans l'Église, envers les chrétiens eux-mêmes. Mais juste sur le plan historique, au départ, il pense que lorsque Jésus raconte l'histoire, il aurait alors en vue la cible traditionnelle des Évangiles, soit les mauvais gardiens de la vigne. Celui qui enterre le talent serait comme le pharisien, qui laisse là l'homme blessé sur son chemin, parce qu'il doit éviter de se souiller en prévision des cérémonies à Jérusalem, etc.

Alexandre.
Barbarus
Barbarus

Re: Parabole du prince qui va se faire investir : les mines

Message non lupar Alexandre. » dim. 13 janv. 2019, 16:58

Je souhaite également partager mon interprétation qui présente quelques différences avec celle de Blue Eyes que je remercie au passage.

- Par sa mort et sa résurrection, le Christ a reçu la royauté universelle des mains de son Père, auprès duquel il demeure jusqu'au temps fixé où il reviendra dans sa gloire exercer son jugement sur terre.

- La mine représente la responsabilité particulière des apôtres comme gardiens de la Parole en attendant sa venue définitive. La parabole enseigne en effet que sur l'ensemble des serviteurs, seuls 10 d'entre eux se voient confier respectivement une mine chacun. Il s'agit donc du cercle restreint des apôtres qu'il convient de distinguer du reste des simples disciples du Christ.

- Les concitoyens représentent ceux qui parmi les Juifs ont contesté son autorité de Fils de Dieu et refuseront de le reconnaître comme le Christ Roi à son retour. Ils s'en iront au châtiment éternel après le jugement dernier (Mt 25,46).

- Les apôtres ont pour responsabilité de faire fructifier la Parole dont ils sont les dépositaires. Deux niveaux de compréhension possibles : mener un travail d'évangélisation (en particulier auprès des nations), également mettre la Parole en pratique en réalisant de bonnes œuvres autour de soi.

- Étant tenus par une obligation de résultat au regard de la responsabilité dont ils ont hérité, les apôtres auront à se justifier devant le Christ quand il reviendra. Ils percevront une récompense proportionnelle à leur volonté et à leur capacité individuelle à faire fructifier la Parole.

- Celui qui n'aura pas été digne de la responsabilité qu'il a reçue sera dépossédé au profit de ceux qui auront été les plus productifs.

A ce stade, je préfère m'abstenir de fournir une interprétation des versets 21 à 23 pour lesquels je n'ai pas encore trouvé d'explication convaincante. Et je ne partage pas spécialement celle avancée par Blue Eyes.

Cette parabole pose deux problèmes supplémentaires :

- Elle suggère un lapse de temps relativement court entre le moment de l'ascension du Christ au ciel et sa seconde venue puisque les serviteurs sont les mêmes personnes, ainsi que ceux qui le rejettent.

Bien sûr, on peut la lire sous une autre perspective où les apôtres deviennent les disciples de n'importe quelle époque et les ennemis ceux qui rejettent le Christ encore aujourd'hui mais cela ne me semble pas correspondre à la dimension temporelle de la parabole.

Comme pour le discours eschatologique de Jésus, les disciples et les apôtres croyaient en un prompt retour du Christ ce qui peut expliquer cette perception de l'imminence.

- Le deuxième point concerne la nature de la récompense. Gouverner sur des villes comme dans n'importe quel royaume terrestre ne me paraît pas cohérent avec l'élévation spirituelle à laquelle nous invite Jésus ni aux promesses qui figurent dans les Évangiles et sont liés au Royaume de Dieu comme entité spirituelle.

Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: Parabole du prince qui va se faire investir : les mines

Message non lupar Carolus » lun. 14 janv. 2019, 5:10

Alexandre :

Je souhaite également partager mon interprétation […].
Je vous remercie de partager votre interprétation, cher Alexandre. :)
Alexandre :

- La mine représente la responsabilité particulière des apôtres comme gardiens de la Parole en attendant sa venue définitive.
Pour vous, la « mine représente la responsabilité particulière des apôtres ».

Considérons quelques versets du passage en question :
Lc 19, 16-19 Le premier se présenta et dit : “Seigneur, la somme que tu m’avais remise a été multipliée par dix.” Le roi lui déclara : “Très bien, bon serviteur ! Puisque tu as été fidèle en si peu de chose, reçois l’autorité sur dix villes.
Le second vint dire : “La somme que tu m’avais remise, Seigneur, a été multipliée par cinq.” À celui-là encore, le roi dit : “Toi, de même, sois à la tête de cinq villes.
Le Catéchisme fait référence à ce passage :
CEC 1880 Par [une société], chaque homme est constitué " héritier ", reçoit des " talents " qui enrichissent son identité et dont il doit développer les fruits (cf. Lc 19, 16. 19).
D’après CEC 1880, la mine représente « des " talents " qui enrichissent » l’identité de chaque homme.

Donc, chacun des disciples du Seigneur doit utiliser ses talents, dans la société dont il fait partie, pour le bien du Royaume de Dieu.

Alexandre.
Barbarus
Barbarus

Re: Parabole du prince qui va se faire investir : les mines

Message non lupar Alexandre. » lun. 14 janv. 2019, 10:15

Carolus,

Je ne partage absolument pas cette interprétation, quand bien même vient-elle de l'Eglise.

La mine ne peut pas représenter son talent personnel :

- Il est inconcevable que seule une minorité d'hommes (10 serviteurs) se voit attribuer un talent alors que les autres en sont privés, ça n'est pas cohérent.

- Faire "des bonnes affaires" à partir de la mine reçue ne peut pas être interprété comme étant de multiplier ses talents à partir d'un. Aucun intérêt, Jésus n'est pas un coach en développement personnel.

- L'invitation à mettre son talent (mine) à la banque n'a aucun sens non plus. Le talent est fait pour être mis en œuvre par soi-même.

En revanche, je vous rejoins sur le fait qu'il est question d'œuvrer pour l'édification du Royaume de Dieu avec l'appui de ses talents. C'est le sens de la phrase "Pendant mon voyage, faites de bonnes affaires". En revanche, les mines ne peuvent représenter les talents.

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 4791
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: Parabole du prince qui va se faire investir : les mines

Message non lupar gerardh » lun. 14 janv. 2019, 12:32

_____

Bonjour,

La Parabole des mines — Responsabilité du chrétien de faire fructifier la connaissance de Dieu en Christ qui lui a été confiée

La parabole des mines de Luc 19 est distincte de la parabole des talents de Matt. 25, même si elles se ressemblent beaucoup. Non seulement le Seigneur les a données à des moments différents et en des lieux différents (Jéricho, montagne des oliviers), mais elles diffèrent aussi quant à leur contenu.
Le Seigneur Jésus a prononcé cette parabole des « mines » avec l’intention précise de corriger l’espérance prématurée des disciples. Le fait d’être près de Jérusalem les renforçait dans l’idée que le royaume de Dieu allait bientôt paraître. Or si le Seigneur était près de Jérusalem, c’était qu’Il était près de la croix, et non pas près du règne de 1000 ans.


_________

Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: Parabole du prince qui va se faire investir : les mines

Message non lupar Carolus » lun. 14 janv. 2019, 17:30

Alexandre :
Carolus,

[…] je vous rejoins sur le fait qu'il est question d'œuvrer pour l'édification du Royaume de Dieu avec l'appui de ses talents. C'est le sens de la phrase "Pendant mon voyage, faites de bonnes affaires".
Merci, cher Alexandre. :)
Alexandre :
Faire "des bonnes affaires" à partir de la mine reçue ne peut pas être interprété comme étant de multiplier ses talents à partir d'un.
Vous avez raison. Il est impossible « de multiplier ses talents à partir d'un. »

La mine n’est pas gagnée mais plutôt reçue. C’est par la grâce du roi que le serviteur la possède et non pas par ses travaux personnels. Cela ne vient pas de ses actes, c’est le don du roi. Le serviteur ne peut donc pas en tirer orgueil.

De la même manière, personne ne peut tirer orgueil de ses talents, car ce sont des dons de Dieu. De plus, personne ne peut « multiplier ses talents à partir d'un », pourtant, chaque homme doit en développer les fruits (CEC 1880).

Faire “de bonnes affaires” doit donc « être interprété comme étant [d’utiliser] ses talents ».

Avatar de l’utilisateur
Sam D.
Censor
Censor
Messages : 124
Inscription : mer. 04 juil. 2018, 13:11
Conviction : Catholique romain

Re: Parabole du prince qui va se faire investir : les mines

Message non lupar Sam D. » jeu. 31 janv. 2019, 10:40

L'Evangile du jour (31.01.2019) me semble éclairer les paraboles des mines, respectivement des talents :
Marc 4, 24 Il leur disait encore : « Faites attention à ce que vous entendez ! La mesure que vous utilisez sera utilisée aussi pour vous, et il vous sera donné encore plus.

25 Car celui qui a, on lui donnera ; celui qui n’a pas, on lui enlèvera même ce qu’il a. »
Le verset 25, spécialement, reprend en abrégé le moment de la rétribution, positive ou négative. Bien que moins imagée, l'expression est ici plus claire : il s'agit tout simplement d'une mise en garde contre ce manquement à l'amour du prochain consistant à juger de manière hâtive, sur la base d'éléments incertains, incomplets ou biaisés.

Quelle meilleure devise, pour se garder de ce travers, que celle de Sainte Faustine dans son Exercice général :
Aide-moi, Seigneur, pour que mes yeux soient miséricordieux, pour que je ne soupçonne jamais ni ne juge d'après les apparences extérieures, mais que je discerne la beauté dans l'âme de mon prochain et que je lui vienne en aide.
"Ne crains pas, crois seulement"
"Je veux la miséricorde, non le sacrifice"


Revenir vers « Écriture Sainte »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Exabot [Bot]