Témoignages sur l'avortement

« Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu'il sache discerner le bien du mal » (1R 3.9)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions morales et éthiques. Certaines discussions de ce forum peuvent heurter la sensibilité des jeunes lecteurs.
Avatar de l’utilisateur
scroll44
Censor
Censor
Messages : 56
Inscription : ven. 08 mai 2009, 16:51
Conviction : Catholique
Contact :

Re: Témoignages sur l'avortement

Message non lu par scroll44 » ven. 08 nov. 2019, 19:35

Altior a écrit :
ven. 08 nov. 2019, 17:08
scroll44 a écrit :
dim. 03 nov. 2019, 20:06
par contre parler de meurtre là on est dans l'extrémisme.
Je n'ai pas bien compris: pourquoi parler de meurtre serait dans l'extrémisme ? Si l'avortement n'est pas un meurtre, alors il est quoi ?
C'est extrémiste par ce que c'est un peu violent ... Et comme je l'explique dans mon message le but n'est pas de pousser les femmes en difficultés dans les bras des féministes du planning qui les déculpabilisreront et en feront de farouches ennemies à la vie. Par contre, dire simplement que c'est tuer est rappeler la vérité/réalité et leur dire ce qu'elles ressentent déjà. Les aider en leur donnant toutes les infos pour garder le bébé est leurs donner toutes les solutions pour garder leurs bébés. Cela mène aussi a un peu d'humilité face à ce que nous avons à proposer par rapport aux difficultés de ces femmes.

Altior
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1225
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: Témoignages sur l'avortement

Message non lu par Altior » ven. 08 nov. 2019, 21:45

Je pense qu'il faut appeler un chat, un chat. Cela fait du bien que quelqu'un dise au roi qu'il est nu. Même au prix de perdre son amitié. Car le but n'est pas d'être ami, mais de sauver des vies et des âmes. Ce n'est pas le manque d'alternatives et d'aides tant le problème, preuve est que ma grande mère a eu 4 enfants (dans un pays proie à la famine communiste) et mon arrière grande mère en a eu 8. À mon avis et après une longue expérience, il y a trois raisons qui expliquent le nombre halucinant de massacres des innocents:
-le manque de foi
-la mentalité contraceptive
-la dépénalisation de l'avortement.

Le manque de foi est la cause principale et, en même temps, la causa prima (les deux autres peuvent être considérées des causes intermédiaires).

Je peux donner quelques témoignages concernant la deuxième cause, la mentalité contraceptive, en tant que médecin et en tant que cotisant par ma dîme à certaines associations pro-vie.
1) Je reçois au moins une fois par semaine des demandes d'ordonnances pour «la pilule». Les femmes et les filles, parfois même vierges, s'intoxiquent en prenant «la pilule» pendant des années. Si un médecin prescrivait toute combinaison de deux hormones, prenons tiroxine et adrenaline par exemple, à de jeunes femmes, s'il faisait ça pendant des années, alors il verrait vite suspendue sa licence d'exercer. Probablement il se verrait envoyé consulter un psychiatre, pour voir s'il n'est pas fou. Et à juste titre. Or, c'est exactement ce qui se passe. Des femmes et de filles, en parfaite santé, demandent et reçoivent sans opposition des ordonnances avec deux hormones, prolongées et reprolongées pendant des années, prises en charge, souvent à 100 pour cent, par l'organisme qui s'appelle, ironiquement, «assurance maladie» (le même qui rembourse les massacres des innocents). Là, nous ne sommes plus même dans l'éthique, mais dans la (i)logique médicale.
2) Je n'ai JAMAIS dans ma carrière réussi à persuader PERSONNE de passer aux méthodes naturelles de planification familiale. Je me cogne d'une quantité énorme d'idées reçues à partir même du collège. Malheureusement, les associations pro-vie ne font rien contre cet état de fait: elles ne perçoivent pas que l'avortement n'est que le fruit malheureux de la mentalité contraceptive. J'ai reçu pas mal de feuillets en faveur de la vie des petits, mais JAMAIS des feuillets qui expliquent aux familles que l'alternative à la pilule n'est pas forcément d'avoir 10 enfants, qu'il y a des moyens tout aussi sûrs de contrôler la chose, qui ne coûtent pas, qui n'intoxiquent pas, qui ne chargent pas la Sécu, qui engagent les deux du couple et pas seulement un seul.

Avatar de l’utilisateur
scroll44
Censor
Censor
Messages : 56
Inscription : ven. 08 mai 2009, 16:51
Conviction : Catholique
Contact :

Re: Témoignages sur l'avortement

Message non lu par scroll44 » dim. 10 nov. 2019, 16:48

Fleur de Lys a écrit :
ven. 08 nov. 2019, 14:47
Scroll44,
scroll44 a écrit :
dim. 03 nov. 2019, 20:06
Enfin, je veux juste vous dire c'est bien de se battre pour faire connaître la vérité mais mesurez vos propos
Merci pour votre engagement. La Vérité, c'est bien elle qu'il faut défendre. On a réduit l'embryon et le foetus à un vulgaire amas cellulaire et donc logiquement il n'est pas plus culpabilisant de se débarrasser d'un embryon que d'un kyste...
On dit défendre la liberté des FEMMES mais sans leur donner toutes les cartes en main, le jeu est faussé.
...
Tout à fait, outre le mensonge sur l'amas de cellules, le planning familial ne donne aucune information sur les aides à la grossesses etc. Pire elle essaie de ne plus donner le choix en cas de jeunesse ou de pauvreté de la mère.

Avatar de l’utilisateur
scroll44
Censor
Censor
Messages : 56
Inscription : ven. 08 mai 2009, 16:51
Conviction : Catholique
Contact :

Re: Témoignages sur l'avortement

Message non lu par scroll44 » dim. 10 nov. 2019, 18:30

Altior a écrit :
ven. 08 nov. 2019, 21:45
...il y a trois raisons qui expliquent le nombre halucinant de massacres des innocents:
-le manque de foi
-la mentalité contraceptive
-la dépénalisation de l'avortement.

...
Et c'est en faisant souffrir des femmes et en en faisant des farouches ennemies que vous comptez améliorer ces trois points ?

Personnellement avec ma méthode j'ai participé à sauver beaucoup de bébés quand on pouvait être sur les forums. Actuellement, j'en sauve un de temps en temps c'est déjà cela. Ma méthode donne des résultats.

Altior
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1225
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: Témoignages sur l'avortement

Message non lu par Altior » dim. 10 nov. 2019, 21:02

scroll44 a écrit :
dim. 10 nov. 2019, 18:30
Ma méthode donne des résultats.
Je vois cela dans les statistiques...

Avatar de l’utilisateur
Fleur de Lys
Censor
Censor
Messages : 173
Inscription : sam. 20 avr. 2013, 9:59
Conviction : catéchumène
Localisation : France

Re: Témoignages sur l'avortement

Message non lu par Fleur de Lys » lun. 11 nov. 2019, 0:36

Je comprends votre position, Altior, pensez-vous que cette fermeté soit efficace sur des personnes qui n'ont que peu de conviction religieuse?
Ce message - appeller un chat, un chat et la mise à mort d'un embryon, un meurtre prémédité - n'est pas audible. Cela peut se dire dans un débat d'idées, mais pas face à qqun de concerné. On a tous un filtre, et on ne peut entendre ce qui nous choque/révolte de trop.
Dire à une jeune femme en détresse, bouleversée par sa grossesse et ses hormones de grossesse "vous êtes criminelle" c'est violent et elle rejetera tout en bloc.

N'est-ce pas plus sage de lui dire qu'on comprend sa détresse mais que il y a d'autres solutions - (foyer, aides financières, aides psychologiques...) et l'informer de la réalité de l'embryon (pas un kyste, à 10 semaines cela ressemble à un bébé en miniature)?
Parce que - et c'est bien là un scandale - ces solutions ne sont en effet PAS EVOQUEES en P.M.I (où l'on pouvait encore prendre le fameux rdv psy, avant que l'Etat nous en dispense...)! Lieux qui par ailleurs reçoivent les bébés...

Pourtant combien de femmes n'avortent que par peur et méconnaissance? (Peur de foirer les études, le 1er boulot, de manquer d'argent, de se retrouver seule à élever le ptit - y compris rejetée par la famille car trop jeune, peur d'être mauvaise mère... quel gâchis!)
(Une copine avait ainsi avortée à 17 ans de 4 mois et demi en Angleterre, elle n'a même pas eu le temps de penser, sa famille lui a sauté dessus...)
Il restera toujours celles pour dire que "c'est mon corps, je fais ce que je veux" et de faire expulser manu militari ce sans-papier si indésirable... celles-là on ne peut les convaincre.

Altior
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1225
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: Témoignages sur l'avortement

Message non lu par Altior » lun. 11 nov. 2019, 11:31

Fleur de Lys a écrit :
lun. 11 nov. 2019, 0:36
Je comprends votre position, Altior, pensez-vous que cette fermetée soit efficace sur des personnes qui n'ont que peu de conviction religieuse?

Pas forcément besoin de conviction religieuse, bien que la foi est, de loin, le meilleur repoussoir contre le terrible péché de l'avortement. Il est suffisant que quelqu'un soit un athée sincère pour qu'il se rende compte qu'avorter c'est faire cesser une vie. Celle de son propre enfant. Voilà une chose pleinement accessible à la raison. Or, les athées sont très fiers de leurs raison.

N'est-ce pas plus sage de lui dire qu'on comprend sa détresse mais que il y a d'autres solutions - (foyer, aides financières, aides psychologiques...) et l'informer de la réalité de l'embryon (pas un kyste, à 10 semaines cela ressemble à un bébé en miniature)?
Parce que - et c'est bien là un scandale - ces solutions ne sont en effet PAS EVOQUEES en P.M.I (où l'on pouvait encore prendre le fameux rdv psy, avant que l'Etat nous en dispense...)!
L'une n'exclue pas l'autre. Bien sûr qu'on peut et on doit parler de solutions alternatives: les mamans (et ceux éventuellement concernés derrière elles) ont besoin d'une vision concrète sur le dénouement d'une situation concrète. On peut même aller plus loin et envisager l'offre de l'enfant comme solution de dernier ressort. Tant de familles cherchent à adopter à grand tracas et à grand frais et ne trouvent d'enfants à adopter qu'au Vietnam et Burkina Fasso. Ainsi, l'apparent malheur des unes peut devenir le bonheur des autres. D'accord, l'abandon, voire la vente d'un enfant n'est pas un idéal moral, mais c'est infiniment moins grave que de le faire dépecer et de mettre ses restes à la poubelle de déchets biologiques (ou simplement au WC, dans le cas de l'avortement médicamenteux).

Avatar de l’utilisateur
scroll44
Censor
Censor
Messages : 56
Inscription : ven. 08 mai 2009, 16:51
Conviction : Catholique
Contact :

Re: Témoignages sur l'avortement

Message non lu par scroll44 » lun. 11 nov. 2019, 11:55

Fleur de Lys a écrit :
lun. 11 nov. 2019, 0:36
Je comprends votre position, Altior, pensez-vous que cette fermetée soit efficace sur des personnes qui n'ont que peu de conviction religieuse?
Ce message - appeller un chat, un chat et la mise à mort d'un embryon, un meurtre prémédité - n'est pas audible. Cela peut se dire dans un débat d'idée, mais pas face à qqun de concerné. On a tous un filtre, et on ne peut entendre ce qui nous choque/révolte de trop.
Dire à une jeune femme en détresse, boulversée par sa grossesse et ses hormones de grossesse "vous êtes criminelle" c'est violent et elle rejetera tout en bloc.

N'est-ce pas plus sage de lui dire qu'on comprend sa détresse mais que il y a d'autres solutions - (foyer, aides financières, aides psychologiques...) et l'informer de la réalité de l'embryon (pas un kyste, à 10 semaines cela ressemble à un bébé en miniature)?
Parce que - et c'est bien là un scandale - ces solutions ne sont en effet PAS EVOQUEES en P.M.I (où l'on pouvait encore prendre le fameux rdv psy, avant que l'Etat nous en dispense...)! Lieux qui par ailleurs reçoivent les bébés...

Pourtant combien de femmes n'avortent que par peur et méconnaissance? (Peur de foirer les études, le 1er boulot, de manquer d'argent, de se retrouver seule à élever le ptit - y compris rejetée par la famille car trop jeune, peur d'être mauvaise mère... quel gâchis!)
(Une copine avait ainsi avortée à 17 ans de 4 mois et demi en Angleterre, elle n'a meme pas eu le temps de penser, sa famille lui a sauté dessus...)
Il restera toujours celles pour dire que "c'est mon corps, je fais ce que je veux" et de faire expulser manu militari ce sans-papier si indésirable... celles-là on ne peut les convaincre.
Tout à fait d'accord avec vous fleur de lys. :clap: :clap: :clap:

Avatar de l’utilisateur
scroll44
Censor
Censor
Messages : 56
Inscription : ven. 08 mai 2009, 16:51
Conviction : Catholique
Contact :

Re: Témoignages sur l'avortement

Message non lu par scroll44 » lun. 11 nov. 2019, 12:00

Altior a écrit :
lun. 11 nov. 2019, 11:31
Fleur de Lys a écrit :
lun. 11 nov. 2019, 0:36
Je comprends votre position, Altior, pensez-vous que cette fermetée soit efficace sur des personnes qui n'ont que peu de conviction religieuse?

Pas forcément besoin de conviction religieuse, bien que la foi est, de loin, le meilleur repoussoir contre le terrible péché de l'avortement. Il est suffisant que quelqu'un soit un athée sincère pour qu'il se rende compte qu'avorter c'est faire cesser une vie. Celle de son propre enfant. Voilà une chose pleinement accessible à la raison. Or, les athées sont très fiers de leurs raison.

N'est-ce pas plus sage de lui dire qu'on comprend sa détresse mais que il y a d'autres solutions - (foyer, aides financières, aides psychologiques...) et l'informer de la réalité de l'embryon (pas un kyste, à 10 semaines cela ressemble à un bébé en miniature)?
Parce que - et c'est bien là un scandale - ces solutions ne sont en effet PAS EVOQUEES en P.M.I (où l'on pouvait encore prendre le fameux rdv psy, avant que l'Etat nous en dispense...)!
L'une n'exclue pas l'autre. Bien sûr qu'on peut et on doit parler de solutions alternatives: les mamans (et ceux éventuellement concernés derrière elles) ont besoin d'une vision concrète sur le dénouement d'une situation concrète. On peut même aller plus loin et envisager l'offre de l'enfant comme solution de dernier ressort. Tant de familles cherchent à adopter à grand tracas et à grand frais et ne trouvent d'enfants à adopter qu'au Vietnam et Burkina Fasso. Ainsi, l'apparent malheurs des unes peut devenir le bonheur des autres. D'accord, l'abandon, voir la vente d'un enfant n'est pas un idéal moral, mais c'est infiniment moins grave que de le faire dépecer et de mettre ses restes à la poubelle de déchets biologiques (ou simplement au WC, dans le cas de l'avortement médicamenteux).
Le problème est que votre fermeté rend complètement inaudible le reste du message, c'est pour cela que moi je dis que l'avortement "c'est tuer". Ce niveau de fermeté est suffisant pour que le message passe et laisse la porte grande ouverte aux messages suivants.

pierrot2
Senator
Senator
Messages : 669
Inscription : dim. 24 août 2014, 14:38

Re: Témoignages sur l'avortement

Message non lu par pierrot2 » lun. 11 nov. 2019, 21:44

Altior a écrit :
ven. 08 nov. 2019, 21:45
Je pense qu'il faut appeler un chat, un chat. Cela fait du bien que quelqu'un dise au roi qu'il est nu. Même au prix de perdre son amitié
Bonjour,
Je suis de votre avis, Altior.
Je serais navré qu'un médecin renonce au serment. Loin de vous, j'en suis sûr, l'intention de juger les femmes qui y ont recours. Je suppose en effet que vous prenez volontiers votre part des responsabilités collectives de la societé sur ce sujet épineux, y compris dans ce geste qui n'est pas de votre fait.

Avatar de l’utilisateur
scroll44
Censor
Censor
Messages : 56
Inscription : ven. 08 mai 2009, 16:51
Conviction : Catholique
Contact :

Re: Témoignages sur l'avortement

Message non lu par scroll44 » mar. 12 nov. 2019, 11:06

pierrot2 a écrit :
lun. 11 nov. 2019, 21:44
Altior a écrit :
ven. 08 nov. 2019, 21:45
Je pense qu'il faut appeler un chat, un chat. Cela fait du bien que quelqu'un dise au roi qu'il est nu. Même au prix de perdre son amitié
Bonjour,
Je suis de votre avis, Altior.
Je serais navré qu'un médecin renonce au serment. Loin de vous, j'en suis sûr, l'intention de juger les femmes qui y ont recours. Je suppose en effet que vous prenez volontiers votre part des responsabilités collectives de la societé sur ce sujet épineux, y compris dans ce geste qui n'est pas de votre fait.
D'après mon expérience dire la vérité aux femmes sans les juger c'est leur dire : "Avorter, c'est tuer". Parler de meurtre, de crime est poser un très fort jugement.

pierrot2
Senator
Senator
Messages : 669
Inscription : dim. 24 août 2014, 14:38

Re: Témoignages sur l'avortement

Message non lu par pierrot2 » mar. 12 nov. 2019, 14:13

scroll44 a écrit :
mar. 12 nov. 2019, 11:06
Parler de meurtre, de crime est poser un très fort jugement.
Bonjour scroll,
Si vous me prouvez qu'il y a mensonge, je retirerai aussitôt mes propos, car en effet, je serais malheureux d'être son disciple (de Jean 8,44:. Il a été meurtrier dès le commencement, et il ne se tient pas dans la vérité, parce qu'il n'y a pas de vérité en lui. Lorsqu'il profère le mensonge, il parle de son propre fonds; car il est menteur et le père du mensonge. 45Et moi, parce que je dis la vérité, vous ne me croyez pas.…)

Mon objectif est uniquement préventif, car je crains pour la femme qui a recours à cela qu'elle renonce à développer sa lucidité, qui est précieuse. Mon objectif n'est pas de juger.

Avatar de l’utilisateur
scroll44
Censor
Censor
Messages : 56
Inscription : ven. 08 mai 2009, 16:51
Conviction : Catholique
Contact :

Re: Témoignages sur l'avortement

Message non lu par scroll44 » mar. 12 nov. 2019, 15:06

pierrot2 a écrit :
mar. 12 nov. 2019, 14:13
...
Mon objectif est uniquement préventif, ...
Malheureusement quelque soit votre bonne intention, la femme à qui vous direz cela souffrira tellement qu'elle rejettera toute idée pro-vie par la suite et avortera dans la grande majorité des cas.

"L'enfer est pavé de bonnes intentions".

PS : quand je dis qu'avorter est tuer, je dis la vérité.

pierrot2
Senator
Senator
Messages : 669
Inscription : dim. 24 août 2014, 14:38

Re: Témoignages sur l'avortement

Message non lu par pierrot2 » mar. 12 nov. 2019, 18:40

C'est peut-être vous qui avez raison, d'ailleurs, il est peu dans mes habitudes d'enfoncer le clou, puisque je crois les femmes parfaitement aptes à savoir ce qu'elles font. Mais toutefois dans ce contexte de grande fragilité pour elles, je me vois mal ne pas leur donner le témoignage qui leur donnera tous les éléments pour déterminer leur conduite, parce qu'elles sont souveraines dans leur décision, que cela impacte non seulement le présent, mais encore, je le crois, l'éternité. Et dans une période de fragilité psychologique, elles peuvent probablement perdre de vue ces données, faire un choix dont elles ne mesurent pas les conséquences. Le minimum est de leur donner les moyens de faire leur choix en connaissance de cause, autrement, veuillez m'en excuser, les prend-on au sérieux? Vous imaginez l'évangile sans la parabole du riche qui amasse dans ses greniers? Jésus s'est montré préventif, lui aussi, en cette occurrence. C'est que le pli est facile à prendre d'amasser pour son confort ici bas. Il y a ceux qui n'entendent pas, et les autres, pour lesquels Jésus s'est donné la peine de prévenir

Avatar de l’utilisateur
Fleur de Lys
Censor
Censor
Messages : 173
Inscription : sam. 20 avr. 2013, 9:59
Conviction : catéchumène
Localisation : France

Re: Témoignages sur l'avortement

Message non lu par Fleur de Lys » Hier, 20:48

Oui, leur donner témoignage sans brandir de pancarte "meurtrière! Au bûcher!".

On ne parle que de l'I.V.G - pour ne plus trop dire "avortement" et plus rarement des solutions pratiques pour ces femmes: aides, foyers, accouchement sous x.
Témoigner de toutes celles qui regrettent "il aurait eu 5 ans cette année" car y en a plus qu'on pense. Temoigner de la réalité de ce petit morceau de vie autonome qui pousse dans le ventre maternel: animal, petit d'homme,vulgaire embryon? Le débat fait rage dans la société. Mais pour sûr, à 12 semaines, ça ressemble à un mini bébé - et pourtant on a encore le droit de le tuer.
Et puis, il faut comprendre leur peur. Je vous assure, ça peut faire très peur ce petit bout au creux de soi qui grandit en prenant tant de notre énergie. Si déjà on en manque, j'vous dis pas.

Si on pouvait sauver tous les bébés de celles qui veulent être mère un jour mais qui là maintenant tout de suite se défilent par peur ou pression, ça serait beau. Celles qui veulent jouir de la vie sans entrave ne changeront pas leur avis.
J'en connais qui ont avorté x fois sans regret "mais voyons ce n'était rien qu'un tas de cellule". Oui, comme vous et moi.

Une question que je me pose, ces femmes sont elles en majorité non-croyantes? Ou vaguement croyantes sans pratique religieuse? Car je n'imagine pas les chrétiennes, revandiquées comme telles, avorter (bien que tout existe) en toute connaissance de cause, donc.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités