Communier dans une église orthodoxe?

« Vous êtes le sel de la terre, vous êtes la lumière du monde. » (Mt 5.13-14)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions ecclésiales
Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 11106
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: Quand la messe est annulée

Message non lu par Fée Violine » mer. 18 mars 2020, 14:54

En France, mais peut-être pas ailleurs. Poche est aux USA.

Avatar de l’utilisateur
Nebularis
Barbarus
Barbarus

Re: Quand la messe est annulée

Message non lu par Nebularis » mer. 18 mars 2020, 16:55

Dans l’Orthodoxie, tout comme dans le catholicisme traditionnel, il n’est pas permis d’assister aux célébrations religieuses d’autres confessions, quelles qu’elles soient, pour des raisons autres que la curiosité culturelle ou disons, « touristique ». En d’autres termes, du point de vue catholique traditionnel, vous ne pouvez pas aller prier dans une église orthodoxe, ni même simplement assister à la Divine liturgie... si c’est dans un but religieux.
Du point de vue orthodoxe, ce serait d’ailleurs mal vu également – sauf si vous envisagez de vous convertir bien entendu...

Gaudens
Senator
Senator
Messages : 626
Inscription : mer. 25 avr. 2018, 19:50
Conviction : chrétien catholique

Re: Quand la messe est annulée

Message non lu par Gaudens » mer. 18 mars 2020, 17:48

Eh bien,ne serait-il temps pas de changer cela si orthodoxes et catholiques voulons respecter la volonté du Christ,notre commun Seigneur:"qu'ils soient un,comme le Père et Moi sommes Un " ?

Avatar de l’utilisateur
Nebularis
Barbarus
Barbarus

Re: Quand la messe est annulée

Message non lu par Nebularis » mer. 18 mars 2020, 17:53

J’ai bien peur qu’en l’état actuel des choses, le fossé ne soit trop large et trop profond, cher Gaudens...

Avatar de l’utilisateur
Apocalypse21
Quæstor
Quæstor
Messages : 218
Inscription : jeu. 30 janv. 2014, 18:33
Conviction : Chrétien
Localisation : Grand Est, France
Contact :

Re: Quand la messe est annulée

Message non lu par Apocalypse21 » mer. 18 mars 2020, 22:50

Bonjour

Peut-être que mon poste sera hors sujet.

Ne plus avoir de messe est dur pour un croyant. Personnellement aller chez les orthodoxes chacun fait ce qu'il veut à mon goût.

Vous pouvez par contre suivre des prière en ligne... Par exemple sur la page Facebook de Taizé y a tous les soirs une prière en direct à 20h30 (et en direct sur RCf). Un prêtre fait un live tous les jours à 18h... Etc...
Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu.

Apocalypse 21,1

cmoi
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1249
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: Quand la messe est annulée

Message non lu par cmoi » jeu. 19 mars 2020, 8:57

Nebularis a écrit :
mer. 18 mars 2020, 17:53
J’ai bien peur qu’en l’état actuel des choses, le fossé ne soit trop large et trop profond, cher Gaudens...
Vous semblez oublier la clause de conscience, et la possibilité pour des chefs (ou sous-chefs) de se tromper...
Comment serait-il possible pour un chrétien d'assister à la messe d'un successeur des apôtres, sans prier en communion, serait-elle imparfaite..?
De le faire par simple curiosité ? Ce serait une offense en puissance à l'égard du Christ..!.

Si vous êtes à l'article de la mort et qu'un prêtre de votre confession est absent, il vous est reconnu le droit de vous confesser à un autre (je parle entre catholiques et orthodoxes).
Alors pourquoi pas la messe quand il y a sinon impossibilité ?

Si papes et patriarches l'ont fait, sans impossibilité mais par confraternité, pourquoi pas nous ?

En dehors des conséquences sur une réunification future appelée par les vœux de tous, depuis la levée des excommunications, il appartient à chacun de se sentir uni ou divisé : les deux sont en effet possible.
C'est un sujet à propos duquel les "spécialistes eux-mêmes sont divisés...

Avatar de l’utilisateur
Nebularis
Barbarus
Barbarus

Re: Quand la messe est annulée

Message non lu par Nebularis » jeu. 19 mars 2020, 13:29

Bonjour cvous,
cmoi a écrit :
jeu. 19 mars 2020, 8:57
Vous semblez oublier la clause de conscience, et la possibilité pour des chefs (ou sous-chefs) de se tromper...
Mais non, je ne l’oublie pas. En Orthodoxie, il n’existe pas d’équivalent au dogme d'infaillibilité...
Comment serait-il possible pour un chrétien d'assister à la messe d'un successeur des apôtres, sans prier en communion, serait-elle imparfaite..?
La liturgie revêt une signification théologique. Comme la doctrine de l’Église romaine s’écarte largement de celle de l’Église orthodoxe, il n’est pas possible, du point de vue orthodoxe, de s’unir en prière à la messe catholique, successeur des apôtres ou pas. Cela reviendrait à reconnaître la doctrine romaine.
Si vous êtes à l'article de la mort et qu'un prêtre de votre confession est absent, il vous est reconnu le droit de vous confesser à un autre (je parle entre catholiques et orthodoxes).
Alors pourquoi pas la messe quand il y a sinon impossibilité ?
À l’article de la mort, c’est la « communion » qui prévaut. En toute autre circonstance, c’est « l’imperfection » d’icelle : mais on ne peut pas prendre la mort comme mesure de la vie, je crois que vous serez d’accord avec moi là-dessus, cmoi ? La mort est précisément ce moment où doit s’accomplir tout ce qui est resté inachevé. La mort, c’est comme le mur de Planck : les lois habituelles sont suspendues, désintégrées. Mais on ne peut pas en conclure que les lois doivent être suspendues durant la vie, « en temps normal ».
Si papes et patriarches l'ont fait, sans impossibilité mais par confraternité, pourquoi pas nous ?
Vous faites peut-être allusion à la rencontre de Bari, en 2018 ?
Il s’agit d’un événement particulier, et à ma connaissance, il ne s’est tenu aucun office religieux...
En dehors des conséquences sur une réunification future appelée par les vœux de tous, depuis la levée des excommunications, il appartient à chacun de se sentir uni ou divisé : les deux sont en effet possible.
Malheureusement, les choses ne sont pas aussi simples. Il existe une longue liste de différends théologiques et doctrinaux, mais aussi de conflits historiques, qui empêchent l’éclosion de ce sentiment d’unité dont vous parlez, du moins chez les orthodoxes. Il y a dans l’Église romaine un personnage du XVIIe siècle reconnu comme saint, un certain Josaphat, qui s’est distingué entre autres par l’ordre donné en 1623 de déterrer les dépouilles de chrétiens orthodoxes et de les jeter en pâture aux chiens.

Si nos Églises devaient se réunir, peut-on imaginer que les orthodoxes reconnaissent ce Josaphat comme un saint ?
Et ce n’est qu’un exemple parmi de nombreux autres. Vous comprendrez que dans ces conditions, les orthodoxes sont loin de « tous » souhaiter une quelconque réunification. Cette opinion est au contraire très minoritaire (je ne l’ai personnellement pas rencontrée de ma vie).

Quant à moi, je conserve toute mon affection à l’Église latine, non à ses hauts dignitaires et à sa scolastique, cela va sans dire, mais à la splendeur de son Moyen Âge, de ses cathédrales, de ses chants, de ses bonnes œuvres, accomplies par ces nombreux chrétiens véritables, le plus souvent humbles et donc anonymes, et qui rachètent les égarements de ses prélats...

cmoi
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1249
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: Quand la messe est annulée

Message non lu par cmoi » jeu. 19 mars 2020, 20:06

Concernant l'aspect historique des choses, laissons les morts enterrer les morts, et donc leurs querelles.

Vous écrivez : "La mort est précisément ce moment où doit s’accomplir tout ce qui est resté inachevé. "
J'en suis ravi et fort d'accord. D'où j'en déduis que plus on s'approche de cet achèvement (ce qui est le devoir de sanctification de tout chrétien) plus on doit l'incarner et ne pas se laisser "brouiller" par ce qui est "trop humain".
Une autre façon de le dire : que c'est en mourant à soi-même (et donc à ces querelles) qu'on acquiert la vie (éternelle).

Gaudens
Senator
Senator
Messages : 626
Inscription : mer. 25 avr. 2018, 19:50
Conviction : chrétien catholique

Re: Quand la messe est annulée

Message non lu par Gaudens » ven. 20 mars 2020, 23:34

Nebularis ;
Vous écrivez : »Il existe une longue liste de différends théologiques et doctrinaux, mais aussi de conflits historiques, qui empêchent l’éclosion de ce sentiment d’unité dont vous parlez, du moins chez les orthodoxes. Il y a dans l’Église romaine un personnage du XVIIe siècle reconnu comme saint, un certain Josaphat, qui s’est distingué entre autres par l’ordre donné en 1623 de déterrer les dépouilles de chrétiens orthodoxes et de les jeter en pâture aux chiens. »
Concernant le premier point ,la longue liste de différents théologiques et doctrinaux,permettez moi d’être moins affirmatif.Dans beaucoup de cas (le Filioque,l’Assomption de Marie,le Purgatoire) il me semble que le dialogue théologique de ces cinquante dernières années a quelque peu aplani et remis en leur contexte les différents en question.Après tout,dans le premier millénaire de l’Eglise,existaient des différences de sensibilité théologique, d’accent mis sur tel pou tel aspect du mystère,qui n’empêchaient pas la communion entre Orient et Occident.
De plus ,j’ai constaté que certains milieux orthodoxes (en particulier recruté chez des convertis de l’Occident,d’origine catholiqueprotestante ou athée),valorisaient beaucoup les différences dans les années 1970 (c’était le cas par exemple d’Olivier Clément à propos du Filioque) alors que vingt ou trente ans après,c’était beaucoup moins le cas ...

Concernant le cas de cet évêque supposé violeur de tombes(un petit côté Dracula, brrr!) quoique canonisé par l'Eglise catholique ,j'en ignorais totalement l'existence.Voici ce qu'en écrit le site Nominis (site catholique recensant les saints du calendrier) :
"Nommé évêque de Polock en 1617, il se trouve dans une région où les antagonismes sont exacerbés plus encore par des considérations politiques et culturelles que par des points de vue religieux. Au cours d'une émeute provoquée par des intégristes orthodoxes, alors qu'il accomplissait une visite pastorale à Vitebsk, il est lynché et jeté dans le fleuve, martyr pour son attachement à l'Eglise romaine".
On ne peut pas dire que la perception soit identique à la vôtre;une recherche historique me semblerait s'imposer.
Mais la modération va nous dire avec raison que nous sommes hors sujet et que la question du dialogue orthodoxe-catholique est traitée dans un ou plusieurs autres post.Si vous souhaitez continuer ,il faudrait sans doute que nous y retournions.

Altior
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1789
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: Quand la messe est annulée

Message non lu par Altior » sam. 21 mars 2020, 0:41

Nebularis a écrit :
jeu. 19 mars 2020, 13:29
Il y a dans l’Église romaine un personnage du XVIIe siècle reconnu comme saint, un certain Josaphat, qui s’est distingué entre autres par l’ordre donné en 1623 de déterrer les dépouilles de chrétiens orthodoxes et de les jeter en pâture aux chiens.
Je croyais connaître tous les mensonges orthodoxes, mais celui-là m'avait échappé jusqu'à ce jour. Donc, après avoir tué ce martyr, les orthodoxes sont arrivés à inventer cette histoire ? Pourriez-vous, s'il vous plaît , reproduire verbatim cet ordre dont vous parlez et nous partager la source officielle ?

Veuillez excuser mon ton tranchant, mais j'ai du mal à garder le calme quand le saint patron de l'Église gréco-catholique est accusé d'une façon si abjecte.

nad
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 1151
Inscription : ven. 24 sept. 2010, 23:09

Re: Quand la messe est annulée

Message non lu par nad » sam. 21 mars 2020, 0:53

Petit témoignage personnel

Le Seigneur a permis et permet que je puisse régulièrement me rendre dans un lieu où l'Orthodoxie est religion d'Etat.

C'est drôle la première fois, je suis entrée tremblante à l'idée de me faire chasser parce que catholique. Mais dans mon coeur une vérité s'est doucement installer : quand j'entre dans une église, qu'elle soit orthodoxe ou catholique, je suis avant tout dans la maison de Mon Père avec mon Seigneur ma Mère a ses côtés l'Esprit Saint qui vient remettre un peu de souffle et de force pour avancer et ne pas craindre dans mon petit coeur tout rabougri
Du coup la grâce d'assister et de prier dans cette église orthodoxe ou catholique m'est offerte et je la saisie en union de prière avec mes frères orthodoxes et catholiques et je prie les Saints qui ne sont plus dès lors ni orthodoxe, ni catholique puisque juste Saints avec Notre Père du ciel de nous permettre de nous retrouver, de nous unir, et d'avancer ensemble sur le Chemin de vie.... de ne garder que le meilleur de nos deux liturgies, de ne chanter que le meilleur des prières qui nous font rencontrer le Seul pour qui on ose passer la porte de l'église.

Alors un clin d'oeil du ciel, ou un sourire de Marie permet que le pope ou le prêtre qui est présent bénisse simplement l'enfant qui est entrée dans la maison de Son Père, le pope va même chercher un morceau de pain béni et le prêtre sourit de voir son enfant spirituel juste heureuse d'avoir vécu l'espace d'un instant qui s'inscrit dans l'éternité ce jour où il y a eu unité en attendant que cet instant ne devienne pour toujours éternité ...
oh très Saints priez pour nous, intercédez pour que les discussions théologico-canoniqued ne servent de prétextes à aucun des frères pour se justifier de ne pas accepter ceux qui ont le même Père, la même Mère, la Présence Réelle dans la Sainte Eucharistie mais qui pourtant se chamaillent à coup de jalousie pastorale, d'histoire et de rancunes et se donnent bonne conscience de perdre les instants précieux pour apprendre à s'aimer et à faire unité....

L'unité viendra par la base, commençons par prier et intercédez les uns pour les autres et laissons à Dieu les querelles des grands serviteurs ...

En union de prière fraternelle
nad
"Reste avec nous, car le soir vient et déjà le jour baisse". Et Il resta avec eux. Luc 24, 29
« La parole de Dieu est première dans la mission, non seulement elle est antérieure au sacrement, mais il nous faut croire qu'elle est antérieure à l'annonce proprement dite faite par le disciple qui lui-même est d'ordre sacramentel. » p Christian de Chergé

Avatar de l’utilisateur
Nebularis
Barbarus
Barbarus

Re: Quand la messe est annulée

Message non lu par Nebularis » sam. 21 mars 2020, 10:10

Gaudens,
Gaudens a écrit :
ven. 20 mars 2020, 23:34
Après tout,dans le premier millénaire de l’Eglise,existaient des différences de sensibilité théologique, d’accent mis sur tel pou tel aspect du mystère,qui n’empêchaient pas la communion entre Orient et Occident.
Vous avez parfaitement raison. L'ennui, c'est que mille ans ont passé, et si la doctrine orthodoxe a peu évolué depuis, on ne peut pas en dire autant de la doctrine catholique, puisque le nombre de vos conciles est actuellement de 21, contre sept en Orthodoxie.
On ne peut pas dire que la perception soit identique à la vôtre;une recherche historique me semblerait s'imposer.
Vous avez raison. Je vais m'y atteler ; je vous invite à lire la réponse que je vais faire à Altior à ce sujet.

Jean-Mic
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 3000
Inscription : mar. 07 févr. 2012, 20:17

Re: Quand la messe est annulée

Message non lu par Jean-Mic » sam. 21 mars 2020, 10:45

Nebularis a écrit :
jeu. 19 mars 2020, 13:29
Il y a dans l’Église romaine un personnage du XVIIe siècle reconnu comme saint, un certain Josaphat, qui s’est distingué entre autres par l’ordre donné en 1623 de déterrer les dépouilles de chrétiens orthodoxes et de les jeter en pâture aux chiens.
Réponse dans nominis.cef.fr : https://nominis.cef.fr/contenus/saint/1 ... evych.html
Comme quoi il vaut mieux se renseigner avant d'écrire des énormités !
Moralité : la théorie du complot existait déjà au 17ème ; et certains de ses avatars perdurent ...

Avatar de l’utilisateur
Nebularis
Barbarus
Barbarus

Re: Quand la messe est annulée

Message non lu par Nebularis » sam. 21 mars 2020, 12:39

Altior, Gaudens, Jean-Mic,

j'ai bien conscience que le sujet est douloureux, et les orthodoxes ne sont certes pas exempts de péché. Le meurtre de Josaphat est injustifiable, quels qu'aient pu être ses torts. D'ailleurs, ce crime a été puni de façon disproportionnée par les autorités catholiques, puisque 93 orthodoxes furent exécutés en représailles. Je citerai toutes mes sources en bas de ce message.

Rappelez-vous également que ce ne sont pas les orthodoxes qui sont venus en pays catholique pour les convertir de force. C'est l'inverse.
Altior a écrit :
sam. 21 mars 2020, 0:41
Pourriez-vous, s'il vous plaît , reproduire verbatim cet ordre dont vous parlez et nous partager la source officielle ?
En 1623 s'est tenu à Varsovie une réunion du parlement polonais, le sejm. À cette occasion s'est exprimé le député orthodoxe Lavrentij Drievinskij (en russe Лаврентий Древинский). Comme pour tous les parlements polonais, il existe un compte-rendu écrit de celui de 1623, où sont consignés les propos de ce député orthodoxe. Voici ce qu'il a dit :

« Nous ne demandons rien qui ne soit déjà nôtre depuis plus de 600 ans et que, tel un sanctuaire, les rois polonais nous ont toujours conservé, que le roi actuel nous a également confirmé avec son serment lors de son accession au trône et par l'acte d'autoriser notre patriarche à nommer pour nous un métropolite ... En Lituanie, cela fait cinq ans que l'archevêque de Polotsk [c'est-à-dire Josaphat, ndt] a fait fermer les églises orthodoxes d'Orsha et de Moguilev. Les citoyens de Polotsk et de Vitebsk n'ont pas, par interdiction du même archevêque, accès dans leur ville aux églises, ni même à des maisons de culte, et sont obligés de sortir le dimanche et les jours de fête pour aller aux champs, et cela même sans prêtre, car ils ne sont pas autorisés à disposer de clercs, que ce soit dans la ville ou en-dehors ...

Enfin, voici une affaire terrible, incroyable, barbare et féroce : l'année dernière, dans la même ville lituanienne de Polotsk, le même évêque apostat, pour exaspérer davantage les citoyens, a délibérément ordonné de déterrer des corps chrétiens récemment enterrés en terre consacrée, et de les tirer hors de leurs tombes pour les donner à manger aux chiens, comme des charognes ... »


Ce discours de Drievinskij ne fournit évidemment pas la preuve que les faits se sont réellement déroulés de cette manière. Il n'est pas exclu que ce député ait menti. En ce sens, j'ai peut-être été trop affirmatif dans mon précédent message.
Mais d'un autre côté, on ne peut pas non plus exclure qu'il ait dit la vérité.

Il existe en effet tout un faisceau d'indices qui me porte à croire que les choses ont très bien pu se dérouler ainsi, et que les faits relatés sont même assez vraisemblables.

Prenons tout d'abord la fameuse lettre de Lew Sapieha, un catholique, grand-chancelier de Pologne-Lituanie, qui écrit à Josaphat en 1623, en réponse à une lettre où ce dernier exigeait une intervention punitive contre des orthodoxes. Voici quelques extraits de la réponse de Sapieha à Josaphat :

« Je ne voudrais pas entrer en conflit et contester Votre Grâce, mais, voyant l'entêtement avec lequel vous défendez vos croyances, n'écoutant aucune raison, je me trouve obligé de répondre, contrairement à mon désir, à votre lettre sans fondement. J'avoue que moi aussi, je me souciais de l'Union [avec les orthodoxes] et je pensais qu'il serait déraisonnable d'abandonner cette affaire; mais il ne m'est jamais venu à l'esprit que Votre Éminence s'y serait attachée par de telles mesures violentes. ... Et vous, avec votre violence imprudente, avez incité et, pour ainsi dire, forcé le peuple russe à résister et à violer le serment donné à Son Altesse Royale. Il est difficile pour vous de vous obstiner lorsque vous êtes reconnu coupable de plaintes déposées par les dirigeants russes, polonais et lituaniens ... »


Et plus loin :

« Par l'abus de votre autorité, et par vos actions, qui prennent leur origine plutôt en votre vanité et votre haine personnelle que dans la charité envers vos voisins, et qui sont contraires aux lois de notre pays, vous avez produit les dangereuses étincelles qui pourraient allumer un feu dévastateur. (...) Une union générale ne peut être promue que par la charité, et non par la force, et c'est pourquoi il n'est guère étonnant que votre autorité rencontre de l'opposition.

Vous me dites que votre vie est en danger ; mais je crois que c'est votre propre faute. (...)
Votre Sainteté présume qu'elle est autorisée à spolier les schismatiques et à leur trancher la tête ; les Évangiles enseignent le contraire. Cette Union a créé un grand malheur ; vous faites preuve de violence envers les consciences, et vous fermez les églises, et ainsi des chrétiens meurent comme des infidèles, sans sacrements. (...)
Nous n'interdisons pas aux Juifs ni aux Musulmans d'avoir leurs lieux de culte, mais vous, vous fermez des temples chrétiens. »


Remarquez que Sapieha confirme les propos du député Drievinskij, lorsque celui-ci affirme que Josaphat a fermé les églises orthodoxes de Polotsk.

Il indique également que Josaphat estime être autorisé à trancher la tête des orthodoxes ; on peut en conclure, dans le meilleur des cas, que Josaphat nourrissait des intentions de meurtre ; et dans le pire des cas, on peut en conclure que ces intentions ne sont pas restées à l'état de projet.

Laissez-moi vous donner un dernier exemple.

Lorsque Josaphat voulut se rendre à Moguilev, en 1618, la ville lui ferma ses portes, exaspérée par les exactions du prélat. Josaphat s'en plaignit au roi Sigismond III et au pape Grégoire XV, les pressant de sévir contre les rebelles. Sur ordre royal, et avec la bénédiction du pape, les instigateurs présumés du soulèvement (environ 20 personnes) furent exécutés, une importante amende fut infligée à la ville, et toutes les églises et lieux de culte orthodoxes avec leurs biens et leurs revenus furent transférés à l’archevêché de Polotsk, donc à Josaphat. Vous connaissez désormais la suite : les églises furent fermées aux orthodoxes, ce qui confirme encore une fois les propos de Drievinskij.

Voici donc trois sources indépendantes qui confirment chacune de façon autonome la brutalité et le fanatisme bestial de Josaphat. À tout le moins, il est permis de douter que ce personnage ait mérité sa béatification.

L'historien britannique Norman Davies, spécialiste de la Pologne et guère suspect de militantisme orthodoxe, écrit à propos de Josaphat :

« [Ce] n'était pas un homme de paix et il s'était rendu coupable de toutes sortes d'oppressions, y compris les persécutions les plus mesquines et les plus insultantes - notamment le refus de permettre aux paysans orthodoxes d'enterrer leurs morts en terre consacrée. »

En d'autres termes, il interdisait l'enterrement des orthodoxes dans les cimetières uniates. Là encore, nous avons une confirmation indirecte des accusations portées par Drievinskij : si Josaphat interdisait l'enterrement des orthodoxes en terre consacrée, il est tout à fait raisonnable d'admettre qu'il ait pu donner l'ordre de déterrer des cadavres, peut-être pas pour les donner à manger aux chiens (ce point reste à prouver) mais pour les enterrer ailleurs, en terre non-consacrée.

Personnellement, je ne vois pas de raison de douter de la parole de cet historien anglais, qui, je le répète, est neutre dans cette affaire.

Tout ce que j'affirme ici est documenté, de façon vérifiable, par des sources historiques, notamment des documents historiques polonais, biélorusses et lituaniens. Certains de ces documents ne sont hélas pas traduits, ni en français, ni en anglais. Libre à vous donc, de ne pas me croire. Mais si vous avez des amis parlant le polonais ou le russe, je me ferais un plaisir de vous communiquer toutes mes informations.

Par ailleurs, des historiens sérieux et des spécialistes de la période confirment le tableau que j'ai dressé ici de Josaphat.

Les sources :

Sur Josaphat : http://www.self.gutenberg.org/articles/ ... Kuntsevych (en anglais, page très complète et neutre, abondamment sourcée)
La lettre de Lew Sapieha à Josaphat : https://books.google.ca/books?id=FKgPAA ... &q&f=false (en anglais)
Dernière modification par Nebularis le sam. 21 mars 2020, 12:50, modifié 3 fois.

Avatar de l’utilisateur
Fernand Poisson
Censor
Censor
Messages : 167
Inscription : jeu. 11 avr. 2019, 23:03
Conviction : Catholique romain

Re: Coronavirus : peut-on assister aux messes orthodoxes?

Message non lu par Fernand Poisson » sam. 21 mars 2020, 12:48

Bonjour,

Concernant la question posée, voici ce que dit le Code de Droit Canonique :
Chaque fois que la nécessité l'exige ou qu'une vraie utilité spirituelle s'en fait sentir, et à condition d'éviter tout danger d'erreur ou d'indifférentisme, il est permis aux fidèles qui se trouvent dans l'impossibilité physique ou morale d'avoir recours à un ministre catholique, de recevoir les sacrements de pénitence, d'Eucharistie et d'onction des malades de ministres non catholiques, dans l'Église desquels ces sacrements sont valides.§ 3. Les ministres catholiques administrent licitement les sacrements de pénitence, d'Eucharistie et d'onction des malades aux membres des Églises orientales qui n'ont pas la pleine communion avec l'Église catholique, s'ils le demandent de leur plein gré et s'ils sont dûment disposés; ceci vaut aussi bien pour les membres d'autres Églises qui, au jugement du Siège Apostolique, se trouvent pour ce qui concerne les sacrements dans la même condition que les Églises orientales susdites.
S'il est permis, suivant un jugement circonstanciel, aux catholiques de recourir à un ministre non-catholique pour recevoir l'eucharistie, alors il leur est à plus forte raison permis d'assister à la messe.
Néanmoins, dans le cas présent, je ne crois pas que cela soit judicieux si les évêques des USA ont choisi de suspendre les messes par mesure de prudence.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités