Problèmes moraux

« Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu'il sache discerner le bien du mal » (1R 3.9)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions morales et éthiques. Certaines discussions de ce forum peuvent heurter la sensibilité des jeunes lecteurs.
pierrot2
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1239
Inscription : dim. 24 août 2014, 14:38

Re: Problèmes moraux

Message non lu par pierrot2 » sam. 02 nov. 2019, 7:54

Suroît a écrit :
sam. 02 nov. 2019, 0:44
Il me semble que Jésus n'a pas subi la menace explicite de l’exécution de ses proches comme conséquence de son témoignage. Cela change tout.
Ce qui change tout, c'est que Jésus savait que les brebis seraient dispersées, mais sauves, alors que le berger serait frappé. Ce constat que Dieu ne le soumet pas à l'épreuve du choix entre sa foi et la vie de ses proches peut aussi s'interpréter, comme je le suggérais à Quejana, comme le fait que Jésus menait une vie publique assumée, et que Dieu n'a peut-être pas eu avec lui ce souci qu'il a avec d'autres, qui considèrent l'extériorisation du témoignage comme triviale. Jésus, en effet, se prêtait déjà à l'exercice du témoignage, en joignant le geste à sa parole évangélique de mettre la lampe sur le boisseau, ou encore, avec en Matthieu 10 : 26 Ne les craignez donc point; car il n'y a rien de caché qui ne doive être découvert, ni de secret qui ne doive être connu. 27Ce que je vous dis dans les ténèbres, dites-le en plein jour; et ce qui vous est dit à l'oreille, prêchez-le sur les toits.
Il y a aussi la suite : 28 Ne craignez pas ceux qui tuent le corps et qui ne peuvent tuer l'âme; craignez plutôt celui qui peut faire périr l'âme et le corps dans la géhenne.…, dont le héros ne s'est manifestement pas inspiré dans son apostasie. Il a estimé que le corps de ses proches valait plus que son âme; il a bel et bien craint ceux qui tuent le corps et ne peuvent tuer l'âme; il n'a pas craint celui qui peut faire périr l'âme et le corps dans la géhenne; il n'a pas eu le souci de l'âme de ceux qui menaçaient, qui sont sans doute mort sans avoir expérimenté la supériorité de l'amour de Celui dont l'amour surpasse leur haine ou perversité. Il n'est pas passé par l'étape:"Père, pardonne-leur..", car il ne s'est pas trouvé comme Jésus ou comme Etienne dans la perspective de mourir. Son "sacrifice" n'a même pas du être perçu comme tel, mais plutôt vécu comme enorgueillissant pour eux, puisque l'incident a démontré la souveraineté de leur perversité sur la foi qui lui était inspirée de Dieu. Or, ce n'est pas en vaincu des tentations que Jésus a triomphé de la mort, ni en déguisant en humilité une humiliation par la soumission à la perversité, dont il a toujours déjoué tous les pièges.
Enfin, d'après ce que j'ai cru comprendre, il s'est marié avec une bouddhiste. Son "sacrifice" n'a guère du avancer la foi chrétienne

Par la suite, après le reniement, il réintroduit Pierre dans sa confiance, en le faisant acquiescer par trois fois à sa requête en amour. Ce qui guérit probablement Pierre de ses blessures de l'âme

Ainsi, de même que ce que Jésus fit avec Pierre dans ce passage que je viens d'évoquer, Dieu met peut-être à l'épreuve de l' amour le fidèle qui prend de la distance avec Lui, dans l'espoir qu'à son questionnement le fidèle répondra, tout comme Pierre répondit, en protestant démonstrativement, avec remord, d'un amour désormais indéfectible..

Là fut peut-être également la motivation de Dieu pour demander à Abraham l'impensable, lui qui s'était tourné vers Agar pour avoir un fils, decevant probablement Dieu dans son souhait probable d'être cru plus puissant que la supposée stérilité de Sarah

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités