Sur l'évangile du jour, questions et commentaires

« Mon âme aspire vers toi pendant la nuit, mon esprit te cherche dès le matin. » (Is 26.9)
Règles du forum
Forum de partage de méditations chrétiennes
Avatar de l’utilisateur
Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: Questions sur l'évangile du jour

Message non lu par Carolus » dim. 15 sept. 2019, 20:54

Hantouane a écrit :
ven. 13 sept. 2019, 22:31
Hantouane :

Chacun croit être dans son bon droit, détenir la vérité et capable de critiquer son prochain.
Aucun être mortel n’est le maìtre souverain de la vie éternelle, cher Hantouane. :)
CEC 679 Le Christ est Seigneur de la vie éternelle. Le plein droit de juger définitivement les œuvres et les cœurs des hommes appartient à Lui en tant que Rédempteur du monde. Il a " acquis " ce droit par sa Croix.
« Le plein droit de juger définitivement les œuvres et les cœurs des hommes appartient » uniquement à notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ. :oui:

Avatar de l’utilisateur
Hantouane
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 432
Inscription : lun. 21 janv. 2019, 1:01
Conviction : Catholique

Re: Questions sur l'évangile du jour

Message non lu par Hantouane » dim. 22 sept. 2019, 2:08

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Un homme riche avait un gérant qui lui fut dénoncé comme dilapidant ses biens.
Il le convoqua et lui dit : “Qu’est-ce que j’apprends à ton sujet ? Rends-moi les comptes de ta gestion, car tu ne peux plus être mon gérant.”
Le gérant se dit en lui-même : “Que vais-je faire, puisque mon maître me retire la gestion ? Travailler la terre ? Je n’en ai pas la force. Mendier ? J’aurais honte.
Je sais ce que je vais faire, pour qu’une fois renvoyé de ma gérance, des gens m’accueillent chez eux.”
Il fit alors venir, un par un, ceux qui avaient des dettes envers son maître. Il demanda au premier : “Combien dois-tu à mon maître ?”
Il répondit : “Cent barils d’huile.” Le gérant lui dit : “Voici ton reçu ; vite, assieds-toi et écris cinquante.”
Puis il demanda à un autre : “Et toi, combien dois-tu ?” Il répondit : “Cent sacs de blé.” Le gérant lui dit : “Voici ton reçu, écris quatre-vingts.”
Le maître fit l’éloge de ce gérant malhonnête car il avait agi avec habileté ; en effet, les fils de ce monde sont plus habiles entre eux que les fils de la lumière. »
Eh bien moi, je vous le dis : Faites-vous des amis avec l’argent malhonnête, afin que, le jour où il ne sera plus là, ces amis vous accueillent dans les demeures éternelles.
Celui qui est digne de confiance dans la moindre chose est digne de confiance aussi dans une grande. Celui qui est malhonnête dans la moindre chose est malhonnête aussi dans une grande.
Si donc vous n’avez pas été dignes de confiance pour l’argent malhonnête, qui vous confiera le bien véritable ?
Et si, pour ce qui est à autrui, vous n’avez pas été dignes de confiance, ce qui vous revient, qui vous le donnera ?
Aucun domestique ne peut servir deux maîtres : ou bien il haïra l’un et aimera l’autre, ou bien il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’argent. »
On peut se demander qu'est-ce qui est habile dans le comportement du gérant. Je crois voir plusieurs aspects :

:arrow: rendre moins forte la dette fait qu'ils remboursent plus vite voire peuvent rembourser immédiatement

:arrow: le maître est alors vu comme quelqu'un de généreux, ce qui est louable pour sa réputation et sa prospérité

:arrow: le fait de commencer par la première personne à une remise de 50℅, puis de 80℅. On voit là une démarche commerciale. Le gérant ne pouvait pas oublier le deuxième, car il aurait pu savoir que l'autre avait eu une remise. Mais le gérant si il accorde une remise au deuxième, il lui accorde moins que le premier, économisant ainsi d'autant plus pour le maître.

Est-ce que vous voyez d'autres raisons à l'habileté reconnue par le maître ?

Avatar de l’utilisateur
Invité
Barbarus
Barbarus

Re: Questions sur l'évangile du jour

Message non lu par Invité » dim. 22 sept. 2019, 14:02

J'interprète cette parabole de manière très différente.

Bien qu'il soit trahi, le maître reconnaît que son gérant est habile. Il voit en lui un fin calculateur : avisé de son "licenciement" à venir, le gérant prépare déjà la suite pour ne pas avoir à travailler ou mendier. Il se dit qu'en diminuant les dettes des gens, il s'attirera leur faveur et que l'un des débiteurs sera disposé à l'accueillir chez lui.

Leur arrangement est gagnant / gagnant : le gérant s'attire la sympathie de ses débiteurs qui, de leur côté, voient leur situation financière revenir à l'équilibre. Seul le maître est lésé dans l'histoire.

Ni le gérant ni les débiteurs n'honorent leurs engagements, ce sont les "fils de ce monde" qui savent magouiller pour défendre leurs intérêts, contrairement aux Chrétiens (les "fils de la lumière").

J'ignore si cette interprétation est la bonne mais c'est ainsi que je comprends les versets.

Avatar de l’utilisateur
Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: Questions sur l'évangile du jour

Message non lu par Carolus » dim. 22 sept. 2019, 15:12

Hantouane a écrit :
dim. 22 sept. 2019, 2:08

On peut se demander qu'est-ce qui est habile dans le comportement du gérant.
Merci de vos réflexions, cher Hantouane. :)
Lc 16, 1 Un homme riche avait un gérant qui lui fut dénoncé comme dilapidant ses biens.
En dilapidant les biens de son employeur, le gérant nuit à son maître, n’est-ce pas ? Il dilapide ces biens sans considérer les conséquences.
Lc 16, 3-4 Le gérant se dit en lui-même : “Que vais-je faire, puisque mon maître me retire la gestion ? Travailler la terre ? Je n’en ai pas la force. Mendier ? J’aurais honte. Je sais ce que je vais faire, pour qu’une fois renvoyé de ma gérance, des gens m’accueillent chez eux.”
À cause de la dilapidation des biens de son maître, le gérant perd son emploi. En rendant moins forte les dettes des débiteurs, le gérant continue à nuire à son maître.

L'habileté reconnue par le maître c’est la vivacité d'esprit du gérant de se faire des amis « avec l’argent malhonnête ».

Avatar de l’utilisateur
Invité
Barbarus
Barbarus

Re: Questions sur l'évangile du jour

Message non lu par Invité » dim. 22 sept. 2019, 17:59

En complément de mon précédent message, je viens de trouver une explication sur le site de la paroisse Notre-Dame du Chêne, à Viroflay.

https://www.notredameduchene.fr/320-les ... 5507812500

Je pense que l'essentiel est résumé en peu de lignes, ma compréhension de la parabole s'en trouve rectifiée et accrue.

Avatar de l’utilisateur
Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: Questions sur l'évangile du jour

Message non lu par Carolus » lun. 23 sept. 2019, 17:55

Invité a écrit :
dim. 22 sept. 2019, 14:02
Invité :

Ni le gérant ni les débiteurs n'honorent leurs engagements, ce sont les "fils de ce monde" qui savent magouiller pour défendre leurs intérêts, contrairement aux Chrétiens (les "fils de la lumière").
Les « “fils de ce monde" […] savent magouiller pour défendre leurs intérêts » concernant la vie terrestre, n’est-ce pas, cher Invité ? :oui:

Pour faire cela, ils utilisent leur mammon « argent malhonnête ».
Lc 16, 9 Eh bien moi, je vous le dis : Faites-vous des amis avec l’argent malhonnête, afin que, le jour où il ne sera plus là, ces amis vous accueillent dans les demeures éternelles
Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ veut que nous utilisions notre mammon « argent malhonnête » pour des buts éternels.
Lc 16, 13 Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’argent.
Au lieu de servir l’argent, il faut servir Dieu AVEC l’argent :!:

Avatar de l’utilisateur
Hantouane
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 432
Inscription : lun. 21 janv. 2019, 1:01
Conviction : Catholique

Re: Questions sur l'évangile du jour

Message non lu par Hantouane » dim. 29 sept. 2019, 18:29

En ce temps-là, Jésus disait aux pharisiens : « Il y avait un homme riche, vêtu de pourpre et de lin fin, qui faisait chaque jour des festins somptueux.
Devant son portail gisait un pauvre nommé Lazare, qui était couvert d’ulcères.
Il aurait bien voulu se rassasier de ce qui tombait de la table du riche ; mais les chiens, eux, venaient lécher ses ulcères.
Or le pauvre mourut, et les anges l’emportèrent auprès d’Abraham. Le riche mourut aussi, et on l’enterra.
Au séjour des morts, il était en proie à la torture ; levant les yeux, il vit Abraham de loin et Lazare tout près de lui.
Alors il cria : “Père Abraham, prends pitié de moi et envoie Lazare tremper le bout de son doigt dans l’eau pour me rafraîchir la langue, car je souffre terriblement dans cette fournaise.
– Mon enfant, répondit Abraham, rappelle-toi : tu as reçu le bonheur pendant ta vie, et Lazare, le malheur pendant la sienne. Maintenant, lui, il trouve ici la consolation, et toi, la souffrance.
Et en plus de tout cela, un grand abîme a été établi entre vous et nous, pour que ceux qui voudraient passer vers vous ne le puissent pas, et que, de là-bas non plus, on ne traverse pas vers nous.”
Le riche répliqua : “Eh bien ! père, je te prie d’envoyer Lazare dans la maison de mon père.
En effet, j’ai cinq frères : qu’il leur porte son témoignage, de peur qu’eux aussi ne viennent dans ce lieu de torture !”
Abraham lui dit : “Ils ont Moïse et les Prophètes : qu’ils les écoutent !
– Non, père Abraham, dit-il, mais si quelqu’un de chez les morts vient les trouver, ils se convertiront.”
Abraham répondit : “S’ils n’écoutent pas Moïse ni les Prophètes, quelqu’un pourra bien ressusciter d’entre les morts : ils ne seront pas convaincus.” »
Le pauvre Lazare a-t-il connu une Assomption au Ciel comme la Vierge Marie ? Et l'endroit où se trouve Abraham est-il bien le Ciel ou le paradis et le riche l'Enfer ?

Avatar de l’utilisateur
Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: Questions sur l'évangile du jour

Message non lu par Carolus » dim. 29 sept. 2019, 21:13

Hantouane a écrit :
dim. 29 sept. 2019, 18:29
Hantouane :

Le pauvre Lazare a-t-il connu une Assomption au Ciel comme la Vierge Marie ? Et l'endroit où se trouve Abraham est-il bien le Ciel ou le paradis et le riche l'Enfer ?
Merci de vos questions, cher Hantouane. :)
CEC 1021 La mort met fin à la vie de l’homme comme temps ouvert à l’accueil ou au rejet de la grâce divine manifestée dans le Christ (cf. 2 Tm 1, 9-10). […] La parabole du pauvre Lazare (cf. Lc 16, 22) et la parole du Christ en Croix au bon larron (cf. Lc 23, 43), ainsi que d’autres textes du Nouveau Testament (cf. 2 Co 5, 8 ; Ph 1, 23 ; He 9, 27 ; 12, 23) parlent d’une destinée ultime de l’âme (cf. Mt 16, 26) qui peut être différente pour les unes et pour les autres.
La parabole du pauvre Lazare parle de la « destinée ultime de l’âme » de Lazare et du mauvais riche. Cette destinée est évidemment différente pour l’un et pour l’autre (CEC 1021).

Avatar de l’utilisateur
Hantouane
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 432
Inscription : lun. 21 janv. 2019, 1:01
Conviction : Catholique

Re: Questions sur l'évangile du jour

Message non lu par Hantouane » sam. 05 oct. 2019, 23:03

En ce temps-là, les soixante-douze disciples que Jésus avait envoyés revinrent tout joyeux, en disant : « Seigneur, même les démons nous sont soumis en ton nom. »
Jésus leur dit : « Je regardais Satan tomber du ciel comme l’éclair.
Voici que je vous ai donné le pouvoir d’écraser serpents et scorpions, et sur toute la puissance de l’Ennemi : absolument rien ne pourra vous nuire.
Toutefois, ne vous réjouissez pas parce que les esprits vous sont soumis ; mais réjouissez-vous parce que vos noms se trouvent inscrits dans les cieux. »
À l’heure même, Jésus exulta de joie sous l’action de l’Esprit Saint, et il dit : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits. Oui, Père, tu l’as voulu ainsi dans ta bienveillance.
Tout m’a été remis par mon Père. Personne ne connaît qui est le Fils, sinon le Père ; et personne ne connaît qui est le Père, sinon le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler. »
Puis il se tourna vers ses disciples et leur dit en particulier : « Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez !
Car, je vous le déclare : beaucoup de prophètes et de rois ont voulu voir ce que vous-mêmes voyez, et ne l’ont pas vu, entendre ce que vous entendez, et ne l’ont pas entendu. »
Et personne ne connait qui est le Fils, sinon le Père. Je ne comprends pas cette parole de Jésus. Le Fils, c'est Jésus. Tout ceux qui ont eu connaissance de l'Évangile le savent. Comment expliquez-vous cette parole dans ces conditions ? Y a-t-il une subtilité à comprendre par le terme "connaître" ?

Altior
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1225
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: Questions sur l'évangile du jour

Message non lu par Altior » dim. 06 oct. 2019, 1:28

Hantouane a écrit :
sam. 05 oct. 2019, 23:03
Personne ne connaît qui est le Fils, sinon le Père ; et personne ne connaît qui est le Père, sinon le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler. »
Chère Hantouane,

De ces paroles de Notre Seigeur, il faut retenir, à mon avis, trois choses:

1) Le Père et le Fils se connaissent parfaitement et intimement. D'ailleurs, ça va de soi, parce qu'ils partagent la même nature.

2) «Connaître qui est le Fils», cela veut dire «avoir une connaissance parfaite et intime» et non «connaître le fait que lui est bien le Fils». Vous connaissez le fait que Dieu est bien Dieu. Mais pouvons-nous dire qu'on connaît sa vraie nature, que nous avons en cela une connaissance parfaite et intime, tout comme Dieu qui nous créé a de nous? Nous, les gens humains, pouvons-nous dire que nous connaissons les profondeurs insondables de Dieu, tout comme les Personnes Divines se connaissent entre elles ?

3) Sans doute, une asymétrie de la phrase citée ne vous a pas échappé. C'est parce que la Révélation vient du Fils et non du Père. C'est lui, le Fils, qui est le Verbe de Dieu.


Gardons en esprit que «Révélation» ne veut pas dire «connaissance parfaite», mais «connaissance suffisante pour le salut». René Guénon fait une remarque géniale concernant le terme «révélation»: il note qu'il s'agit d'un terme ambigu, qui peut tout aussi bien signifier «enlever un voile» ou «couvrir avec un voile, de façon que la vue soit partielle».

Avatar de l’utilisateur
Hantouane
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 432
Inscription : lun. 21 janv. 2019, 1:01
Conviction : Catholique

Re: Questions sur l'évangile du jour

Message non lu par Hantouane » dim. 06 oct. 2019, 18:12

En ce temps-là, les Apôtres dirent au Seigneur : « Augmente en nous la foi ! »
Le Seigneur répondit : « Si vous aviez de la foi, gros comme une graine de moutarde, vous auriez dit à l’arbre que voici : “Déracine-toi et va te planter dans la mer”, et il vous aurait obéi. »
« Lequel d’entre vous, quand son serviteur aura labouré ou gardé les bêtes, lui dira à son retour des champs : “Viens vite prendre place à table” ?
Ne lui dira-t-il pas plutôt : “Prépare-moi à dîner, mets-toi en tenue pour me servir, le temps que je mange et boive. Ensuite tu mangeras et boiras à ton tour” ?
Va-t-il être reconnaissant envers ce serviteur d’avoir exécuté ses ordres ?
De même vous aussi, quand vous aurez exécuté tout ce qui vous a été ordonné, dites : “Nous sommes de simples serviteurs : nous n’avons fait que notre devoir.” »
Dans son commentaire lors de l'angelus, le Pape donne l'espèce de l'arbre déraciné : un mûrier. Or, dans l'Évangile, il ne spécifie pas l'espèce de l'arbre. Donc où le Pape va-t-il chercher ça ? Dans la tradition ? Oui, je sais, c'est un détail de peu d'importance, mais j'espère que la modération m'en saura grès.

Mais après réflexion, le Pape a peut-être pris uniquement le mûrier comme exemple d'arbre... Bref, c'est pas très clair pour moi donc si quelqu'un peut m'éclairer...

[youtube]https://m.youtube.com/watch?v=RZVJlp2YxP0[/youtube]

Avatar de l’utilisateur
Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: Questions sur l'évangile du jour

Message non lu par Carolus » ven. 11 oct. 2019, 17:31

Hantouane a écrit :
dim. 06 oct. 2019, 18:12
Hantouane :

Dans son commentaire lors de l'angelus, le Pape donne l'espèce de l'arbre déraciné : un mûrier. Or, dans l'Évangile, il ne spécifie pas l'espèce de l'arbre.
C’est seulement la traduction citée de la Bible officielle liturgique (AELF) qui « ne spécifie pas l'espèce de l'arbre », cher Hantouane. :)

Considérons la version Crampon :
Lc 17, 6 Le Seigneur répondit : " Si vous aviez de la foi comme un grain de sénevé, vous diriez à ce mûrier : Déracine-toi, et te transplante dans la mer ; et il vous obéirait.
La version Crampon spécifie l'espèce de l'arbre, n’est-ce pas ? :oui:

Avatar de l’utilisateur
Hantouane
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 432
Inscription : lun. 21 janv. 2019, 1:01
Conviction : Catholique

Re: Questions sur l'évangile du jour

Message non lu par Hantouane » sam. 12 oct. 2019, 22:29

En ce temps-là, comme Jésus était en train de parler, une femme éleva la voix au milieu de la foule pour lui dire : « Heureuse la mère qui t’a porté en elle, et dont les seins t’ont nourri ! »
Alors Jésus lui déclara : « Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu, et qui la gardent ! »
La, j'ai l'impression que Jésus fait un trait d'humour en reprenant la femme gentiment qui l'interrompit dans son "prêche". En effet, même si la femme lui fait un compliment par sa mère, elle le dérange, et lui dit en quelque sorte qu'au lieu de le féliciter, elle devrait écouter comme les autres sa parole en ayant pour objectif de la retenir et de ne pas se laisser aller à des "élans du coeur".

Avatar de l’utilisateur
Hantouane
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 432
Inscription : lun. 21 janv. 2019, 1:01
Conviction : Catholique

Re: Questions sur l'évangile du jour

Message non lu par Hantouane » dim. 13 oct. 2019, 3:27

En ce temps-là, Jésus, marchant vers Jérusalem, traversait la région située entre la Samarie et la Galilée.
Comme il entrait dans un village, dix lépreux vinrent à sa rencontre. Ils s’arrêtèrent à distance
et lui crièrent : « Jésus, maître, prends pitié de nous. »
À cette vue, Jésus leur dit : « Allez vous montrer aux prêtres. » En cours de route, ils furent purifiés.
L’un d’eux, voyant qu’il était guéri, revint sur ses pas, en glorifiant Dieu à pleine voix.
Il se jeta face contre terre aux pieds de Jésus en lui rendant grâce. Or, c’était un Samaritain.
Alors Jésus prit la parole en disant : « Tous les dix n’ont-ils pas été purifiés ? Les neuf autres, où sont-ils ?
Il ne s’est trouvé parmi eux que cet étranger pour revenir sur ses pas et rendre gloire à Dieu ! »
Jésus lui dit : « Relève-toi et va : ta foi t’a sauvé. »
Selon la carte de Palestine au temps de Jésus Christ, la région située entre la Samarie et la Galilée est la Décapole.

Voir la carte ici : http://www.messagers-de-lalliance.fr/ca ... e_temps_Xt

L'étranger, le Samaritain fut le seul à revenir sur ses pas et rendre gloire à Dieu. Et il est dit ensuite qu'il rendit grâce à Jésus. Or, glorifier et rendre grâce à n'est-il pas synonyme ? Il avait compris que Jésus était Dieu.

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 4924
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: Questions sur l'évangile du jour

Message non lu par gerardh » dim. 13 oct. 2019, 5:38

_____

Bonjour,

Le message d'Hantouane devrait nous encourager non seulement à rendre grâce et gloire à Dieu, mais aussi à l'adorer (en esprit et en vérité comme indiqué dans Jean 4).

__

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités