Les sept Eglises de l'Apocalypse de St Jean

« Assurément, il est grand le mystère de notre religion : c'est le Christ ! » (1Tm 3.16)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions de théologie dogmatique
Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8879
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Les sept Eglises de l'Apocalypse de St Jean

Message non lupar Cinci » lun. 13 mai 2019, 3:58

Libremax :

Eh bien la fameuse lettre à l'église de Sardes,
ou encore celle à Pergame.

Ce sont des passages qui parlent de perversion au sein de l'Eglise, de scandale, prostitution, sacrilège, souillure et même de mort dans l'Eglise. C'est un discours d'une froide actualité aujourd'hui
Je suis d'accord que la situation des chrétiens dans bien des pays, actuellement, ne diffère pas tellement de celle des Hébreux soumis à l'oppression du pharaon d'Égypte. C'est vrai pour les chrétiens au Pakistan, en Égypte, etc. Un chrétien copte a bien le droit de lire dans le texte une situation qui le concerne. Beaucoup sont comme ceux à Smyrne. Ils ont besoin de persévérance et de courage.

Et chez moi ? Je dirais que l'Église vit une traversée du désert. Donc, c'est peut-être semblable à l'état des chrétiens de Pergame. Vous avez raison. Si c'est le désert chez nous ? l'ère du vide ? la désolation spirituelle dans la société où je suis ? "Québec, qu'as-tu fait de ton baptême ?", disait Mgr Ouellet, alors c'est bien le lieu aussi où Satan peut exercer sa violence cf. matérialisme grossier, prostitution, pornographie, avortement, mépris des sacrements, apostasie, idolâtrie des richesses.

Parler de Balaam convient assez à notre société occidentale riche. Nos compatriotes se prostituent aux idoles c'est assez vrai. Nous avons bien besoin de la "manne cachée" pour survivre plus que jamais ! La question de l'immoralité sexuelle ou de la tentation s'appliquerait davantage à celle de Pergame, je dirais. Car si l'on est comme mort, comme à Sardes, ou réduit à l'état des ossements desséchés de la vision d'Ezéchiel : la tentation offre moins de prise. On attendrait surtout la résurrection.

:)

Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: Les sept Eglises de l'Apocalypse de St Jean

Message non lupar Carolus » lun. 13 mai 2019, 4:17

Cinci :

"Québec, qu'as-tu fait de ton baptême ?", disait Mgr Ouellet, alors c'est bien le lieu aussi où Satan peut exercer sa violence cf. matérialisme grossier, prostitution, pornographie, avortement, mépris des sacrements, apostasie, idolâtrie des richesses.
Prions donc pour l’Église, cher Cinci ! 🙏

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8879
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Les sept Eglises de l'Apocalypse de St Jean

Message non lupar Cinci » lun. 13 mai 2019, 4:33

Jean-Pierre Prévost écrivait ceci :
L'histoire du salut en raccourci ?

La maîtrise dont Jean fait preuve par rapport aux grandes traditions de l'Ancien Testament (prinipalement Genèse, Exode, prophètes et psaumes) pourrait bien conférer une signification supplémentaire aux chapitres 2-3. Des auteurs récents, reprenant une lignée d'interprétation déjà présente chez les Pères de l'Église, suggèrent en effet qu'on puisse faire une lecture prophétique ou rétrospective, ou récapitulative des lettres aux sept Églises. Tel détail pourra apparaître forcé, ou donner lieu à des inteprétations légèrement différentes chez les tenants de cette lecture prophétique, mais l'ensemble est finalement assez convaincant.

Selon ce type de lecture, on retrouverait ici dans l'ordre les principales phases de l'histoire du salut dans l'Ancien Testament jusqu'au seuil du Nouveau.

La promesse à l'église d'Éphèse fait explicitement référence à "l'arbre de vie placé dans le Paradis de Dieu" (2,7), tandis que le reproche qui lui était adressé parlait de sa chute et de l'abandon de son premier amour.

La situation de l'église de Smyrne est décrite en terme d'épreuves et de pauvreté (2,9) : ce qui correspond à la condition du peuple hébreu en Égypte (Deutéronome 26,7). Peut-être faudra-t-il comprendre alors la mention des "dix jours d'épreuves" comme une allusion voilée aux dix plaies d'Égypte [...] Dans le cas de l'église de Pergame, on pense spontanément à l'étape suivante soit celle du séjour au désert [...]


Source : Jean-Pierre Prévost, Pour lire l'Apocalypse, Éd. du Cerf, 1991, p. 104

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8879
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Les sept Eglises de l'Apocalypse de St Jean

Message non lupar Cinci » lun. 13 mai 2019, 4:48

Avec la vision inaugural du livre de l'Apocalypse, c'est comme si Jean était pris à témoin de l'explication du fin mot de l'histoire. Il est chargé d'écouter ou d'entendre ce que l'esprit dit à l'ensemble du peuple de Dieu (les 7 églises ... à commencer par les croyants de l'Ancien Testament ...) Dieu n'aura jamais cessé de parler à son peuple en effet. Jean peut voir que l'esprit annonçait déjà le Sauveur à venir aux Hébreux qui étaient dans l'esclavage, etc. Jean voit que toute les Écritures parlent du Christ. "Repens-toi, gardes ce que tu as, bientôt je viens, etc."

Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: Les sept Eglises de l'Apocalypse de St Jean

Message non lupar Carolus » lun. 13 mai 2019, 14:13

Cinci :

Parler de Balaam convient assez à notre société occidentale riche. Nos compatriotes se prostituent aux idoles c'est assez vrai.
Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ ne dénonce pas l’immoralité sexuelle dans la ville de Pergame en général, cher Cinci. :(
1 P 4, 17 Car voici le temps du jugement : il commence par la famille de Dieu. Or, s’il vient d’abord sur nous, quelle sera la fin de ceux qui refusent d’obéir à l’Évangile de Dieu ?
S. Pierre nous dit que le jugement commence par la famille de Dieu (l’Église), n’est-ce pas ? :(

Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ dénonce donc l’immoralité sexuelle au sein de l’Église qui est à Pergame en particulier.
😢

Avatar de l’utilisateur
Carhaix
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1016
Inscription : mer. 21 mars 2018, 1:33
Conviction : Catholique

Re: Les sept Eglises de l'Apocalypse de St Jean

Message non lupar Carhaix » lun. 13 mai 2019, 14:26

Carhaix :La prostitution peut signifier bien des choses.
Bien sûr, cher Carhaix.
Carhaix :
Tous les prophètes ont successivement reproché à Israël de s'être prostitué avec les peuples et dieux étrangers.
Ces prophètes ont reproché à Israël de s'être prostitué au sens figuratif, n’est-ce pas ?
Nb 25, 1 Morabatur autem eo tempore Israel in Settim, et fornicatus est populus cum filiabus Moab[/color
Est-ce que le peuple d’Israël s'est prostitué au sens figuratif avec les filles de Moab (cum filiabus Moab) ?
Nb 25, 6 Et voici qu’un homme, un des fils d’Israël, arriva. Il amena à ses frères une Madianite, et cela sous les yeux de Moïse, sous les yeux de toute la communauté des fils d’Israël.
Un homme hébreu en chair et en os a amené une Madianite en chair et en os dans le camp d’Israël, n’est-ce pas ?
Nb 25, 7-8 Voyant cela, Pinhas, fils d’Éléazar, fils du prêtre Aaron, se leva du milieu de la communauté, saisit en main une lance et entra dans l’alcôve à la suite de l’homme d’Israël. Il les transperça tous deux, l’homme d’Israël, et la femme, au bas-ventre.
« Pinhas […] les transperça tous deux, l’homme d’Israël, et la femme, au bas-ventre. »

Évidemment, l’homme d’Israël en chair et en os a eu une relation sexuelle illicite avec une fille de Moab en chair et en os, n’est-ce pas ? :(

Les hommes d’Israël ont donc eu des relations sexuelles illicites avec les filles de Moab.
Vous connaissez beaucoup de filles de Moab encore vivantes aujourd'hui, cher Carolus ?

Le Christ lui-même, dans les Evangiles, nous apprend à lire l'Ancien Testament comme une figure des derniers temps. Le langage figuré est d'ailleurs interne à l'Ancien Testament. Lorsque les prophètes parlent, sans cesse, de "prostitution", ce n'est pas au sens premier, mais au sens figuré. Cela va bien au-delà de la relation corporelle. Le but de Balaam n'est d'ailleurs pas la relation corporelle en elle-même, mais que les Hébreux se détournent de leur Dieu, pour adopter les "dieux étrangers", et ainsi qu'ils s'affaiblissent (n'étant plus protégés par Dieu), afin de les terrasser plus tard sur le plan militaire. Et sa prophétie se réalise : les Hébreux au cours de leur histoire font en effet ce qu'escomptait Balaam, et finissent déportés à Babylone. Mais là encore, c'est insuffisant. Ce n'est pas l'adoration des idoles en elle-même qui détourne le peuple de Dieu. Là encore, il suffit de lire les prophètes et les psaumes : vos lèvres me célèbrent, mais vos coeurs sont loin de moi. Ce n'est pas le sacrifice de vos taureaux que je veux, mais le sacrifice de vos coeurs. Et c'est exactement ce que reproche le Christ aux scribes et pharisiens. Elle est là, la véritable "prostitution". On peut être pur en apparence, n'être pas allé voir les "prostituées", n'avoir pas adoré le dieu Baal, et pourtant se livrer à la "prostitution" aux yeux de Dieu, en ne l'adorant pas en vérité, mais seulement de façon formelle. Tous les prophètes, tous les psaumes, et tous les évangiles le disent. Donc oui, l'histoire des prostituées, l'histoire des relations impures avec les filles de Moab, l'histoire du veau d'or, de l'adoration des "dieux étrangers", des "idoles", sont clairement une figure des coeurs inconvertis ("incirconcis", il est même écrit, si ce n'est pas un langage figuré, il faudrait me montrer à quoi ressemble un coeur circoncis) et éloignés de Dieu.

Sinon, l'Evangile n'a aucun sens, et l'on peut retourner à des rites formalistes en s'en tenant à la seule question des viandes pures et impures, à la circoncision, et tous les articles de la Loi mosaïque. Et du moment que l'on accomplit tous ces gestes extérieurs, se croire suffisamment pur aux yeux de Dieu, conformément à la compréhension solascripturiste qui a tué l'esprit pour remettre la lettre au premier plan.

Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: Les sept Eglises de l'Apocalypse de St Jean

Message non lupar Carolus » lun. 13 mai 2019, 20:44

Carhaix :
Lorsque les prophètes parlent, sans cesse, de "prostitution", ce n'est pas au sens premier, mais au sens figuré.
Merci pour votre réponse, cher Carhaix. :)
Ap 2, 14 Mais j'ai contre toi quelques griefs ; c'est que tu as là des gens attachés à la doctrine de Balaam, qui conseillait à Balac de mettre devant les fils d'Israël une pierre d'achoppement, pour les amener à manger des viandes immolées aux idoles et à se livrer à l'impudicité.
Selon notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, dans l’Église qui est à Pergame, il y a des gens qui se sont livrés " à l'impudicité ".
IMPUDICITÉ, subst. fém. = Disposition (de quelqu'un) à se comporter ou agir d'une manière que réprouve la morale sexuelle. Synon. indécence, licence
Selon notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, dans l’Église qui est à Pergame, il y a des gens qui agissent d'une manière que réprouve la morale sexuelle, n'est-ce pas ?
😢

Avatar de l’utilisateur
Carhaix
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1016
Inscription : mer. 21 mars 2018, 1:33
Conviction : Catholique

Re: Les sept Eglises de l'Apocalypse de St Jean

Message non lupar Carhaix » lun. 13 mai 2019, 21:42

Le texte complet, c'est :

"Balaam, qui conseillait à Balac de mettre devant les fils d'Israël une pierre d'achoppement, pour les amener à manger des viandes immolées aux idoles et à se livrer à l'impudicité"

Et non :

"Balaam qui conseillait à Balac de se livrer à l'impudicité"

Il y a donc trois éléments :
- faire chuter les fils d'Israël.
- leur faire manger des viandes immolées aux idoles.
- les faire se livrer à la fornication (terme que je trouve dans la Sacy).

Est-ce que vous voyez beaucoup de gens, aujourd'hui, manger des viandes immolées aux idoles ?
Qui sont, aujourd'hui, les "fils d'Israël" ?
A qui s'adresse l'Apocalypse de St Jean ?

Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: Les sept Eglises de l'Apocalypse de St Jean

Message non lupar Carolus » lun. 13 mai 2019, 23:00

Carhaix :
Le texte complet, c'est :

"Balaam, qui conseillait à Balac de mettre devant les fils d'Israël une pierre d'achoppement, pour les amener à manger des viandes immolées aux idoles et à se livrer à l'impudicité"
Merci de réitérer le texte complet, cher Carhaix. :)
Carhaix :
Il y a donc trois éléments :
- faire chuter les fils d'Israël.
- leur faire manger des viandes immolées aux idoles.
- les faire se livrer à la fornication (terme que je trouve dans la Sacy).
Merci pour le terme " fornication ".
CEC 2353 La fornication est l’union charnelle en dehors du mariage entre un homme et une femme libres.
Selon notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, dans l’Église qui est à Pergame, il y a des gens qui ont des unions charnelles en dehors du mariage entre un homme et une femme libres , n'est-ce pas ?
😢

Avatar de l’utilisateur
Carhaix
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1016
Inscription : mer. 21 mars 2018, 1:33
Conviction : Catholique

Re: Les sept Eglises de l'Apocalypse de St Jean

Message non lupar Carhaix » lun. 13 mai 2019, 23:59

Je laisse tomber... On ne se comprendra jamais. Bonne continuation, Carolus.

Avatar de l’utilisateur
Carhaix
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1016
Inscription : mer. 21 mars 2018, 1:33
Conviction : Catholique

Re: Les sept Eglises de l'Apocalypse de St Jean

Message non lupar Carhaix » mar. 14 mai 2019, 0:06

Carhaix :
Le texte complet, c'est :

"Balaam, qui conseillait à Balac de mettre devant les fils d'Israël une pierre d'achoppement, pour les amener à manger des viandes immolées aux idoles et à se livrer à l'impudicité"
Merci de réitérer le texte complet, cher Carhaix. :)
Carhaix :
Il y a donc trois éléments :
- faire chuter les fils d'Israël.
- leur faire manger des viandes immolées aux idoles.
- les faire se livrer à la fornication (terme que je trouve dans la Sacy).
Merci pour le terme " fornication ".
CEC 2353 La fornication est l’union charnelle en dehors du mariage entre un homme et une femme libres.
Selon notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, dans l’Église qui est à Pergame, il y a des gens qui ont des unions charnelles en dehors du mariage entre un homme et une femme libres , n'est-ce pas ?
😢
Tenez, Carolus, je ne sais pas si ça peut vous aider, j'ai trouvé ceci pour vous. C'est dans Jérémie, chapitre III :
ON dit d’ordinaire : Si une femme après avoir été répudiée par son mari, et l’avoir quitté, en épouse un autre, son mari la reprendra-t-il encore ? et cette femme n’est-elle pas considérée comme impure et déshonorée ? Mais pour vous, ô fille d’Israël ! vous vous êtes corrompue avec plusieurs qui vous aimaient ; et néanmoins revenez à moi, dit le Seigneur, et je vous recevrai.

2 Levez les yeux en haut, et voyez où vous ne vous êtes point prostituée. Vous étiez assise dans les chemins, les attendant comme un voleur attend les passants à l’écart, et vous avez souillé la terre par vos fornications et par vos méchancetés.

3 C’est ce qui a été cause que l’eau du ciel a été retenue, et que les pluies de l’arrière-saison ne sont point tombées. Après cela vous avez pris le front d’une femme débauchée ; vous n’avez point voulu rougir.

4 Appelez-moi donc et invoquez-moi au moins maintenant. Dites-moi : Vous êtes mon Père, vous êtes celui qui m’avez épousée lorsque j’étais vierge.

5 Serez-vous donc fâché pour toujours ? et votre colère durera-t-elle éternellement ? Mais vous avez parlé avec audace ; vous avez commis toutes sortes de crimes, et vous vous y êtes abandonnée de tout votre pouvoir.

6 Le Seigneur me dit au temps du roi Josias : N’avez-vous point vu ce qu’a fait l’infidèle Israël ? Elle s’en est allée sur toutes les hautes montagnes, et sous tous les arbres chargés de feuillage, et elle s’y est abandonnée à sa fornication honteuse.

7 Et après qu’elle a fait tous ces crimes, je lui ai dit, Revenez à moi ; et elle n’est point revenue.

8 Et la perfide Juda, sa sœur, voyant que j’avais répudié l’infidèle Israël, et que je lui avais donné l’écrit de divorce, Juda, dis-je, cette perfide, n’a point eu de crainte ; mais elle s’en est allée, elle m’a quitté, et elle s’est corrompue aussi elle-même.

9 Elle a souillé toute la terre par le débordement de sa prostitution ; et elle s’est corrompue avec la pierre et le bois.

10 Et après toutes ces choses la perfide Juda, sa sœur, n’est point revenue à moi de tout son cœur, mais d’une manière feinte, dit le Seigneur.

11 Et le Seigneur me dit : L’infidèle Israël a paru juste, si on la compare avec la perfide Juda.

12 Allez, et criez vers l’Aquilon : Faites entendre ces paroles : Revenez, infidèle Israël, dit le Seigneur, et je ne détournerai point mon visage de vous ; parce que je suis saint, dit le Seigneur, et que ma colère ne durera pas éternellement.

13 Mais reconnaissez votre iniquité : car vous avez violé la loi du Seigneur, votre Dieu ; vous vous êtes prostituée à des étrangers sous tous les arbres chargés de feuillage, et vous n’avez point écouté ma voix, dit le Seigneur.

14 Revenez, enfants infidèles, dit le Seigneur ; parce que je suis votre époux, et j’en choisirai d’entre vous un d’une ville, et deux d’une famille, et je vous ferai entrer dans Sion.

15 Je vous donnerai des pasteurs selon mon cœur, qui vous donneront la nourriture de la science et de la doctrine.

16 Et lorsque vous vous serez multipliés, et que vous vous serez accrus dans la terre, dit le Seigneur, on ne dira plus, Voici l’arche de l’alliance du Seigneur ; elle ne reviendra plus dans l’esprit, on ne s’en souviendra plus ; on ne la visitera plus, et il ne se fera plus rien de semblable.

17 En ce temps-là Jérusalem sera appelée le trône de Dieu ; toutes les nations viendront s’y assembler au nom du Seigneur, et elles ne suivront plus les égarements de leur cœur endurci dans le mal.

18 En ce temps-là la maison de Juda et la maison d’Israël marcheront l’une avec l’autre, et retourneront ensemble de la terre de l’Aquilon à la terre que j’ai donnée à vos pères.

19 Pour moi, j’avais dit : Je pense à vous mettre au nombre de mes enfants, à vous donner une terre désirable, et l’excellent héritage de la multitude des gentils. Vous m’appellerez votre Père, dis-je alors, et vous ne cesserez jamais de me suivre.

20 Mais la maison d’Israël n’a eu que du mépris pour moi, dit le Seigneur, comme une femme qui dédaigne un homme qui l’aime.

21 Après cela on a entendu des voix confuses dans les chemins, les pleurs et les hurlements des enfants d’Israël ; parce qu’ils ont rendu leurs voies criminelles, et qu’ils ont oublié le Seigneur, leur Dieu.

22 Revenez, enfants infidèles, et je guérirai le mal que vous vous êtes fait en vous détournant de moi. Nous voici. Seigneur] nous revenons à vous : car vous êtes le Seigneur, notre Dieu.

23 Nous reconnaissons maintenant que toutes les collines et les montagnes n’étaient que mensonge : nous reconnaissons que le salut d’Israël est véritablement dans le Seigneur, notre Dieu.

24 Dès notre jeunesse le culte honteux des idoles a dévoré les travaux de nos pères ; il a consumé leurs troupeaux de brebis et de bœufs, leurs fils et leurs filles.

25 Nous sommes demeurés couchés dans notre confusion, et nous avons été couverts de honte, parce que nous avons péché contre le Seigneur, notre Dieu, nous et nos pères, depuis notre jeunesse jusqu’à ce jour, et que nous n’avons point écouté la voix du Seigneur, notre Dieu.
Parle-t-il au sens propre, selon vous ? Ou au sens figuré ?

Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: Les sept Eglises de l'Apocalypse de St Jean

Message non lupar Carolus » mar. 14 mai 2019, 1:08

Carhaix :
Je laisse tomber... On ne se comprendra jamais. Bonne continuation, Carolus.
Je regrette votre décision, cher Carhaix.
😢

Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: Les sept Eglises de l'Apocalypse de St Jean

Message non lupar Carolus » mar. 14 mai 2019, 22:43

Carhaix :
Tenez, Carolus, je ne sais pas si ça peut vous aider, j'ai trouvé ceci pour vous. C'est dans Jérémie, chapitre III :
Merci de citer " Jérémie, chapitre III ", cher Carhaix. :)
Je 3, 1 Mais pour vous, ô fille d’Israël ! vous vous êtes corrompue avec plusieurs qui vous aimaient ; et néanmoins revenez à moi, dit le Seigneur, et je vous recevrai.
Au sens figuré, Israël est la femme adultère.
Je 3, 1 Tu autem fornicata es cum amatoribus multis : tamen revertere ad me, dicit Dominus, et ego suscipiam te.
La femme (Israël) s'est corrompue (fornicata) avec de nombreux amants .

La prophétie de Jérémie utilise un langage imagé. La fornication symbolise l'adultère spirituelle.

Comparons :
Gn 38, 24 Thamar, ta belle-fille, s'est prostituée, et même la voilà enceinte à la suite de ses prostitutions.

Gn 38, 24 Fornicata est Thamar nurus tua, et videtur uterus illius intumescere.
La femme (Thamar) s’est prostituée (fornicata) et voilà même qu’elle est enceinte.

Est-ce que la fornication de Thamar est spirituelle :?:

Avatar de l’utilisateur
Carhaix
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1016
Inscription : mer. 21 mars 2018, 1:33
Conviction : Catholique

Re: Les sept Eglises de l'Apocalypse de St Jean

Message non lupar Carhaix » mar. 14 mai 2019, 23:31

Je soupçonne que l'Apocalypse nous parle d'une réalité intérieure, qui est la seule, au fond, qui compte vraiment pour celui qui cherche à se rapprocher de Dieu. Nous savons que les Ecritures peuvent se lire suivant différentes strates de signification, le plus difficile à établir étant le niveau le plus élevé. Et le sens littéral est rapidement déroutant, concernant l'Apocalypse, tant le texte est rempli d'évènements extraordinaires. Il n'est pas sûr qu'il soit le plus significatif. Très certainement, les 7 églises mentionnées par Jean ont existé, et ce que dit Jean à leur sujet est certainement relié à une réalité de l'époque. Mais à quoi cela nous sert, à nous, de savoir que l'église de Pergame s'est adonnée à la doctrine des Nicolaïtes ? Puisque cette église n'existe plus, et que cette ville n'est plus que ruines antiques aujourd'hui, sur une colline qui surplombe l'actuelle ville de Bergama qui lui a succédé. Peut-être que l'intérêt, pour nous, est justement d'observer qu'aucune de ces églises n'a subsisté, dans un pays qui a intégralement changé de religion, de langue et de culture, voire de peuple, et d'où le christianisme a disparu totalement. Et comme l'Apocalypse se présente comme une "révélation" de ce qui doit arriver, nous pouvons être frappés par cette observation. Les lettres aux 7 églises, toujours pour rester sur le plan littéral, prennent donc une certaine dimension à partir de la chute de Constantinople, et plus encore, peut-être, à partir du 20e siècle (Traité de Lausanne en 1923), où sont éliminées les dernières traces de population chrétienne en cette contrée. Est-ce un avertissement sur le sort qui attend l'Eglise sur la Terre ?

Le sens allégorique, un peu plus intéressant, car se rapprochant davantage d'enjeux théologiques qui peuvent nous concerner dans nos vies, met en scène l'Eglise à travers son histoire, et a été exploité par divers auteurs (Cinci a cité une étude sur le sujet). Mais on reste encore sur le seuil des réalités qui nous concernent personnellement, intimement.

Le plus intéressant commence avec le sens moral (ou topologique), qui retrace le combat qui se déroule dans l'âme entre les vices et les vertus. Au fond, qu'est-ce que l'Apocapyse, si ce n'est le récit d'un combat spirituel, mettant en scène des anges, des démons, qui se livrent la guerre, avant que le Bien ne triomphe, et bâtisse le nouveau Temple où Dieu doit habiter et régner avec les hommes ?

Il existe un poème, véritable traité, qui semble une véritable paraphrase de l'Apocalypse : la Psychomachie de Prudence. Sur un champ de bataille, qui est en réalité le lieu intérieur de l'âme, se livrent combat les 7 vices, accompagnés d'une ribembelles de péchés, et les 7 vertus, qui à la fin triomphent, et bâtissent le Temple de l'âme où Dieu, à présent, règne. C'est exactement ce que nous lisons, en des termes et des figures un peu différentes, dans l'Apocalypse.

Je remarque que ce chiffre 7 est omniprésent. Les 7 têtes du dragon, les 7 chandeliers, les 7 esprits, les 7 églises, les 7 tonnerres, les 7 trompettes, les 7 coupes, les 7 plaies, etc. J'ai bien l'impression que le poète Prudence a traduit l’Apocalypse en poème en la synthétisant. Et ensuite, cette vision s'est traduite dans la doctrine catholique qui a conservé l'idée des 7 péchés capitaux combattus par les 7 vertus (cardinales et théologales) dans l'âme assistée des 7 dons du Saint-Esprit.

Voici comment je comprends confusément les choses : les 7 églises sont 7 aspects différents de l'âme humaine. Le chiffre 7 désigne une totalité, mais il inclut l'idée d'un temps de travail auquel doit succéder un temps de repos, qui est le repos en Dieu. Le travail est un thème important de tout le cycle biblique : Adam et Eve ont perdu la béatitude pour être réduits au travail sur la terre (l'homme mangera son pain à la sueur de son front, la femme enfantera dans la douleur) ; les Hébreux, qui étaient un peuple de pasteurs, sont réduits à des travaux de force par les égyptiens, et Dieu les en délivre pour les mener au désert, leur faisant présent de son saint Temple (il faut noter l'opposition entre travail et pastoralisme, entre l'esclavage en Egypte et le Temple au désert) ; la métaphore employée par Jésus de la "femme en travail" pour désigner l'avènement du Royaume de Dieu. Le chiffre 7 évoque donc le repos en Dieu, le Sabbat, c'est-à-dire le règne de Dieu dans l'âme qui doit succéder à un temps de labeur, ou bien son contraire : l'absence de repos en Dieu, la profanation du Sabbat, par rejet de Dieu, et le règne du péché dans l'âme humaine.

L'âme humaine est aux prises avec le péché (les 7 vices, les 7 péchés, les 7 têtes du dragon), mais reçoit le secours de Dieu (les 7 esprits, les 7 dons de l'Esprit, les 7 étoiles) pour remporter ce combat spirituel (en lui opposant les 7 vertus, les 7 cornes de l'Agneau, les 7 anges). Ce combat peut être perdu, si l'âme refuse de se convertir, l'amenant à la déchéance (les 7 coupes, les 7 plaies), ou gagné ("et j'offrirai au victorieux... etc.", promesse déclinée dans chacune des 7 lettres, et qui rappelle l'image employée par Paul de la course du stade, et du prix remporté, dans sa première épître aux Corinthiens) . Dieu continue de la prévenir, de l'appeler, de l'admonester (les 7 tonnerres, les 7 trompettes) jusqu'à l'issue du combat.

Mais il existe encore un stade supérieur qui est le sens anagogique, qui traduit les réalités les plus élevées dans l'union avec Dieu. Je remarque qu'il est assez rare de trouver une exégèse qui étudie ce sens. Peut-être que le sens moral ou topologique est adapté à ce que l'on appelle la "voie purgative", qui est le stade premier de la conversion, et dont il est difficile (à moins d'être un grand saint) de s'extraire, tandis que le sens anagogique correspondrait à la "voie unitive", c'est-à-dire au dernier degré de perfection chrétienne. Ou bien, il corresond aux réalités ineffables qui s'expriment dans l'expérience de la prière, de la contemplation, et dont il semble impossible d'écrire quoique ce soit ? Peut-être que dans l'oraison, il se produit aussi une forme de combat spirituel, le plus élevé qui soit, et dont l'Apocalypse retracerait, en figures, le récit et les péripéties ? L'Apocalypse serait une épopée de l'âme, d'une certaine façon ?

Avatar de l’utilisateur
Carhaix
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1016
Inscription : mer. 21 mars 2018, 1:33
Conviction : Catholique

Re: Les sept Eglises de l'Apocalypse de St Jean

Message non lupar Carhaix » mer. 15 mai 2019, 0:20

Carhaix :
Tenez, Carolus, je ne sais pas si ça peut vous aider, j'ai trouvé ceci pour vous. C'est dans Jérémie, chapitre III :
Merci de citer " Jérémie, chapitre III ", cher Carhaix. :)
Je 3, 1 Mais pour vous, ô fille d’Israël ! vous vous êtes corrompue avec plusieurs qui vous aimaient ; et néanmoins revenez à moi, dit le Seigneur, et je vous recevrai.
Au sens figuré, Israël est la femme adultère.
Je 3, 1 Tu autem fornicata es cum amatoribus multis : tamen revertere ad me, dicit Dominus, et ego suscipiam te.
La femme (Israël) s'est corrompue (fornicata) avec de nombreux amants .

La prophétie de Jérémie utilise un langage imagé. La fornication symbolise l'adultère spirituelle.

Comparons :
Gn 38, 24 Thamar, ta belle-fille, s'est prostituée, et même la voilà enceinte à la suite de ses prostitutions.

Gn 38, 24 Fornicata est Thamar nurus tua, et videtur uterus illius intumescere.
La femme (Thamar) s’est prostituée (fornicata) et voilà même qu’elle est enceinte.

Est-ce que la fornication de Thamar est spirituelle :?:
Il est intéressant que vous citiez l'exemple de Thamar, car j'y pensais, justement. Dieu n'hésite pas à prendre les hommes à contre-pied. Par exemple, il favorise souvent le cadet contre l'aîné, tout au long de l'histoire des patriarches. Juda n'est pas n'importe qui parmi les fils d'Israël. Quoiqu'étant au 4e rang, il reçoit la primauté sur tous ses frères, à cause de la malédiction que Jacob réserve à ses trois premiers fils. Le premier, Ruben, a été incestueux et a souillé la couche de son père en forniquant avec l'une de ses belles-mères. Quant à Siméon et Lévi, ils ont commis le massacre des Sichémites - lesquels pourtant avaient accepté de se circoncire la veille - commettant un crime abominable contre l'Alliance divine. Jacob adresse donc sa première bénédiction à Juda, qui devient la tête d'Israël. Pourtant, Juda a épousé une chananéenne, et a déplu à Dieu. Elle est là, la véritable "fornication", car l'union avec les chananéennes, annonciatrice de la fréquentation des idoles (les "dieux étrangers") est la figure de l'infidélité à Dieu. Alors, Dieu met en échec cette union, en faisant périr ses deux premiers fils (dont le fameux Onan, dont le nom est tout un programme). Ils avaient été mariés successivement à Thamar, une femme dont on ne sait rien. Dans la Bible, lorsqu'on ne sait rien d'un personnage, il est revêtu d'un certain mystère. Thamar attendait que Juda lui livre son troisième fils, Séla, qui aurait sans doute péri comme les autres s'il l'avait fait. Mais quel est le plan de Dieu, si ce n'est d'empêcher l'union avec la chanaéenne de connaître une descendance par Thamar, la femme mystérieuse, qui elle s'inscrit bien dans le plan divin. Et Thamar a recours au subterfuge que l'on sait pour donner une descendance à Juda, une descendance suivant le plan divin, et non suivant la "fornication", quoique légale en apparence, pratiquée par Juda.

Ce qui est donc fornication aux yeux des hommes, ne l'est pas aux yeux de Dieu. Juda l'a compris ainsi, et apprenant ce qui s'est passé, il épargne à Thamar le supplice et la laisse vivre. L'anneau, le bâton et le bracelet produits en preuve de son innocence sont autant de signes qui évoquent l'Alliance divine.

Mais ce qui est légal et régulier aux yeux des hommes, ne l'est pas non plus aux yeux de Dieu. Et là, on rejoint tous les prophètes qui mettent en accusation le peuple qui accomplit tous les préceptes de la Loi, mais en réalité fornique en son coeur dont l'entrée demeure fermée à Dieu.

Ce n'est donc pas un hasard si l'on retrouve Thamar au début de l'Evangile de Mathieu, dès le troisième verset, en bonne place dans la généalogie du Christ.


Revenir vers « Théologie »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit