Condamner le pécheur, non le péché

« Quant à vous, menez une vie digne de l’Évangile du Christ. » (Ph 1.27)
Règles du forum
Forum d'échange entre chrétiens sur la façon de vivre l'Évangile au quotidien, dans chacun des domaines de l'existence
Avatar de l’utilisateur
Didyme
Senator
Senator
Messages : 653
Inscription : dim. 16 août 2009, 12:42

Re: Condamner le pécheur, non le péché

Message non lu par Didyme » sam. 27 avr. 2019, 0:24

Si la personne est mauvaise, se confond avec son péché alors comment aimer son prochain comme soi-même, comment aimer son ennemi ? Puisque si j'aime l'autre alors j'aime son péché qui n'est ici pas distinct de sa personne. Or, le péché n'est en aucun cas aimable, peut-être désirable mais certainement pas aimable.


D'ailleurs, cette propension à confondre le péché et la personne fait que si la personne est son péché alors cela rend le pécheur irrécupérable, le péché étant irrécupérable. Et personne ne pourrait être sauvé puisque le péché n'est pas sauvable...
L'autre est un semblable.

Avatar de l’utilisateur
Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: Condamner le pécheur, non le péché

Message non lu par Carolus » mer. 01 mai 2019, 2:35

Didyme (lun. 25 mars 2019) :

Le péché est-il l'âme ou est-il attaché à l'âme ?
Merci de cette question, cher Didyme. :)
1 Co 6, 9-10 Ne vous y trompez pas : ni les débauchés, les idolâtres, les adultères, ni les dépravés et les sodomites, ni les voleurs et les profiteurs, ni les ivrognes, les diffamateurs et les escrocs, aucun de ceux-là ne recevra le royaume de Dieu en héritage.
Ceux qui veulent rester attachés au péché ne recevront « le royaume de Dieu en héritage », n’est-ce pas ?
1 Co 6, 11 Voilà ce qu’étaient certains d’entre vous. Mais vous avez été lavés, vous avez été sanctifiés, vous êtes devenus des justes, au nom du Seigneur Jésus Christ et par l’Esprit de notre Dieu.
Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ peut nous détacher de notre péché.

L’âme peut être lavée, n’est-ce pas ? :clap:

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9616
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Condamner le pécheur, non le péché

Message non lu par Cinci » jeu. 02 mai 2019, 4:37

Cher Didyme,

Je n'ai jamais proposé, exprimé, suggéré de "quelque" manière qu'un être humain sur cette terre, de son vivant, devrait se confondre avec son mal, avec ses péchés ou avec le Mal. Bien non ! Il faudrait que je sois le dernier des cornichons pour penser quelque chose de semblable.

Mais j'ai déjà dit - ça, oui - qu'il devait en être d'un damné comme si lui-même irait se confondre avec le péché même. Un peu comme si le maudit ("Allez au feu, maudits !") serait le péché incarné. Si on comprend le péché comme étant le fait de ne pas atteindre la cible (la joie, la béatitude, la vision béatifique, la paix, la vie en abondance, etc.) alors le damné devient en lui-même l'illustration parfaite de ce qu'est le péché (le refus de Dieu, la désobéissance, la révolte, etc.) Le damné n'atteindra jamais la cible.

Quand je parle d'un damné on s,entend que je ne parle pas de mon voisin même fort désagréable ni de n'importe quel individu dont la tête ne me reviendrait pas. Je parle de la condition d'un être plongé dans les "ténèbres extérieures".

Avatar de l’utilisateur
Didyme
Senator
Senator
Messages : 653
Inscription : dim. 16 août 2009, 12:42

Re: Condamner le pécheur, non le péché

Message non lu par Didyme » jeu. 02 mai 2019, 13:02

Cinci a écrit :
jeu. 02 mai 2019, 4:37
Cher Didyme,

Je n'ai jamais proposé, exprimé, suggéré de "quelque" manière qu'un être humain sur cette terre, de son vivant, devrait se confondre avec son mal, avec ses péchés ou avec le Mal. Bien non ! Il faudrait que je sois le dernier des cornichons pour penser quelque chose de semblable.


Mais j'ai déjà dit - ça, oui - qu'il devait en être d'un damné comme si lui-même irait se confondre avec le péché même. Un peu comme si le maudit ("Allez au feu, maudits !") serait le péché incarné. Si on comprend le péché comme étant le fait de ne pas atteindre la cible (la joie, la béatitude, la vision béatifique, la paix, la vie en abondance, etc.) alors le damné devient en lui-même l'illustration parfaite de ce qu'est le péché (le refus de Dieu, la désobéissance, la révolte, etc.) Le damné n'atteindra jamais la cible.

Quand je parle d'un damné on s,entend que je ne parle pas de mon voisin même fort désagréable ni de n'importe quel individu dont la tête ne me reviendrait pas. Je parle de la condition d'un être plongé dans les "ténèbres extérieures".
Merci, c'est bien d'éclaircir les choses. :)

Certainement que s'il y a un damné éternel alors il paraît difficile de le concevoir autre que comme fondu avec son péché.

Personnellement, je ne parviens pas à comprendre comment deux choses totalement opposées pourraient "fusionner". Comment l'absence d'être pourrait se confondre avec l'être ? C'est comme dire que le péché deviendrait la vie, le mal ce qui est bon.

Que le péché demeure attaché à la personne (damnée) est une chose, qu'il se confonde avec la personne en est une autre. Et pourtant, pour concevoir qu'une personne devienne irrécupérable, inconvertissable, on est bien amené à devoir en extraire toute trace de bon. Mais que resterait-il alors de LA personne dans ces conditions ? Elle devient dépersonnaliser d'une certaine façon.


Mais c'est intéressant car ça me ramène à la mystique d'Adrienne Von Speyr lorsqu'elle parle du lac de feu comme du dépôt des péchés. Mais les péchés s'y trouvent justement ici dépersonnalisés.
Le péché est "attaché" à la personne en ce qu'en péchant on lui donne quelque chose de nous, on le substantialise, ce qui le fait exister. Cette part qu'on lui donne est en effet confondue avec le péché, corrompue, damnée. Mais il me paraît logique dans le même temps de le distinguer de la personne, de le dépersonnaliser, de façon à ne pas mélanger le mal au bien, de ne pas confondre le mal et le bien. Le péché est personnifié mais pas personnalisé dans le sens qu'il ne lui est pas donné l'être, la personne.

Ainsi le péché sera considéré comme un exil loin de Dieu, mais interne aux espaces trinitaires infinis. Ensuite et plus profondément, Balthasar n’a pu totalement éviter toute séparation entre Dieu et l’anti-divin. De fait, il a expulsé ce dernier hors de l’espace trinitaire – qu’il appelle « le diabolique » [55], « le reste non récupérable » [56] ou, avec Dante (et le visionnaire de l’Apocalypse) [57] et surtout avec Adrienne von Speyr, l’« effigie [Effigie] ». Selon la dirigée de Balthasar, les effigies « sont constituées par ce que l’homme, en péchant, à prêté [geliehen hat] de sa propre substance [Substanz] au péché commis [58] ». On pourrait dire qu’elles sont à la fois substantialisées pour pouvoir être expulsées hors de Dieu, et dépersonnalisés pour que le pécheur pardonné demeure en lui. Selon cette conception, « la puissance du miracle de la Croix » opère une séparation entre « ce qui, dans le pécheur, mérite la damnation » et sera « joint au reste non récupérable [unverwendbaren Rest] » de la personne qui, elle, est sauvée [59]. L’enfer est alors représenté comme un es­pace réduit à l’extrême et conçu comme le pé­ché du monde hypostasié et dissocié du pé­cheur : « il ne reste [bliebe] alors en enfer, sous le signe de la condamna­tion définitive de Dieu, que le péché, mais séparé du pé­cheur [vom Sünder getrennte Sünde zurück] par l’efficacité de la Croix [60] ».
(Extrait du site: http://pascalide.fr/lesperance-dun-enfe ... u-lateral/)
L'autre est un semblable.

Avatar de l’utilisateur
Hantouane
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 432
Inscription : lun. 21 janv. 2019, 1:01
Conviction : Catholique

Re: Condamner le pécheur, non le péché

Message non lu par Hantouane » jeu. 02 mai 2019, 13:59

Même s il y a le péché originel, l homme est bon par essence. À sa mort, l homme doit reconnaître devant Jésus ce qui relève dans sa vie du péché et faire un acte de contrition, un peu à l image d une confession. C est comme ça que je vois le ticket pour le paradis, le péché est purifié par Jésus, séparé de l homme à sa mort, loin du diable et de ses tentations. Plus de tentations après la mort, plus de péché...

Avatar de l’utilisateur
Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: Condamner le pécheur, non le péché

Message non lu par Carolus » jeu. 02 mai 2019, 15:20

Hantouane a écrit :
jeu. 02 mai 2019, 13:59
Hantouane :
À sa mort, l homme doit reconnaître devant Jésus ce qui relève dans sa vie du péché et faire un acte de contrition, un peu à l image d une confession.
Merci pour votre réflexion, cher Hantouane. :)

Considérons l'évangile du jour :
Jn 3, 36 Celui qui croit au Fils a la vie éternelle ; celui qui refuse de croire le Fils ne verra pas la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui. »
Le Catéchisme nous dit ceci :
CEC 161 Croire en Jésus-Christ et en Celui qui l’a envoyé pour notre salut est nécessaire pour obtenir ce salut (cf. Mc 16, 16 ; Jn 3, 36 ; 6, 40 e.a.).
Il faut croire " en Jésus-Christ et en Celui qui l’a envoyé " avant de mourir, n'est-ce pas ?

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 10 invités