Les gilets jaunes

« Voici maintenant que ce monde est jugé ! » (Jn 12.31)
Règles du forum
Forum de discussions entre personnes de bonne volonté autour des questions d'actualité.
Avatar de l’utilisateur
ChristianK
Senator
Senator
Messages : 781
Inscription : lun. 10 mars 2008, 18:43

Re: Les gilets jaunes

Message non lu par ChristianK » jeu. 04 avr. 2019, 1:35

Sans trop vouloir se placer sur le plan moral on peut rappeler la fameuse loi de Tocqueville, qui concerne surtout la liberté, mais qui est transposable

"L'effet Tocqueville
Tocqueville remarque que le fait de satisfaire à des besoins peut engendrer de l'insatisfaction, car cela légitime des attentes encore plus élevées. Les avantages acquis sont tenus pour allant de soi et cessent d’être une source de satisfaction, tandis qu'apparaissent des aspirations impossibles à satisfaire :

"Le mal qu'on souffrait patiemment comme inévitable semble insupportable dès qu'on conçoit l'idée de s'y soustraire. Tout ce qu'on ôte alors des abus semble mieux découvrir ce qui en reste et en rend le sentiment plus cuisant : le mal est devenu moindre, il est vrai, mais la sensibilité est plus vive. (Tocqueville, L'ancien régime)"


A cette "loi Tocqueville", portant sur le paradoxe des irruptions révolutionnaires dans l'histoire, s'ajoute "l'effet Tocqueville", qui sera théorisé plus tard en sociologie avec la théorie de la frustration relative (theory of rising expectations).

https://www.wikiberal.org/wiki/Alexis_de_Tocqueville

On peut ajouter que des écarts grandissants, même avec enrichissement général, peuvent accentuer les effets de la loi de Tocqueville, car ils véhiculent l'impression qu'on peut obtenir un enrichissement plus accentué que celui qu'on a obtenu, tandis que quand tous sont plus pauvres et égaux on a plus l'impression que c'est la condition humaine ou la nature des choses (la rareté des biens) - stabilizing expectations.

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9012
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Les gilets jaunes

Message non lu par PaxetBonum » jeu. 04 avr. 2019, 9:40

Kerniou a écrit :
mer. 03 avr. 2019, 19:04
Dans les années 50, les ouvriers n'avaient pas de voiture, ils allaient travailler en vélo et effectuaient parfois de longs trajets avant et après leur journée de travail ...ils habitaient des maisons sans ou avec très peu de confort, sans chauffage dans les chambres ... Ils n'avaient ni réfrigérateur ni électroménagers ...
A cette époque s'ils pouvaient construire une maison, c'était un plan type fourni par le département pour éviter les frais d'architecte et bénéficier d'un minimum de confort ...
Dans ces années de reconstruction d'après la guerre, après avoir été logés petitement en raison des destructions de maisons dues aux bombardements, chaque jeune couple avait envie d'avoir un petit chez soi ... avoir l'eau chaude et une douche étaient déjà des éléments de confort non négligeables ... Toutes ces familles étaient déjà logées dans le mêmes quartiers et vivaient chichement ...
A la maison, nous avions un petit carré de chocolat avec une tartine pour le goûter ou une tartine de pain avec de la confiture de rhubarbe faite maison. Le matin , c'était un seul morceau de sucre dans le café au lait Nos mères économisaient et rognaient sur tout ... Particulièrement sur leurs vêtements ... Mon père qui travaillait à la SNCF ne rentrait pas tous les jours ... et nous ne mangions de la viande que lorsqu'il était là ... Nous détricotions les pulls trop petits et réutilisions la laine pour en tricoter d'autres en faisant des rayures pour éviter de racheter de nouvelles pelotes ... On ne gaspillait rien ... Lors d'une longue grève, pourtant, j'étais encore petite, je me souviens d'avoir mangé du pain, avec des pommes cuites ou des châtaignes pendant des semaines. ..
Les ouvriers trouvaient un petit coin de jardin où cultiver des légumes et des fruits. Nous n'achetions pas de fruits et avions dans notre jardin, des grosses poires que ma mère partageait en quatre ... Elle n'en prenait jamais ; pendant des années, j'ai cru qu'elle n'aimait pas les fruits ...
... Mon père allait par le train chez mes grands - parents chercher des pommes pour l'hiver ...
pas de machine à laver ...des fils ou plutôt des étendards à linge dans les cuisines .... Non , dans les années 50, les ouvriers ne vivaient pas aussi bien que maintenant ... Mais à cette époque, tout le monde se privait ... de presque tout.
Merci Kerniou pour cette évocation magnifique de vos souvenirs d'enfance.
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9012
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Les gilets jaunes

Message non lu par PaxetBonum » jeu. 04 avr. 2019, 9:57

Bassmeg a écrit :
jeu. 04 avr. 2019, 0:24
Kerniou, les avancées sociales ne se sont faites que par les luttes sociales. Le passé que vous décrivez, je ne l' ai pas vécu, mais je n' ai pas envie d' y aller. Je n' ai pas envie qu' on y revienne. C' est pour ça que les GJ luttent. Pour aller vers un mieux, pas pour retourner dans le passé des années 50. En 2019, le monde a changé. Et la France a changé. Je comprends votre nostalgie, mais sur la page des gilets jaunes, je ne suis pas sure que cela soit pertinent.
Bonjour Bassmeg,

Je ne pense pas un instant que Kerniou évoque son passé par nostalgie, espérant retrouver cet état. Elle donne son témoignage qui éclaire sur le chemin parcouru depuis son enfance. Personne ne rêve d'y revenir, mais cela se fera (et commence déjà) par force. A force de dilapider l'argent, d'actions bancaires… beaucoup reviennent à une recherche d'autosuffisance pour dépendre de moins en moins d'un état qui s'effondre économiquement et moralement. Le sens du devoir revient face aux réclamations des "droits".
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 4148
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Les gilets jaunes

Message non lu par Kerniou » ven. 05 avr. 2019, 13:18

Je n'ai pas parlé de mon enfance pour faire du misérabilisme ... j'entends trop souvent dire que dans les années 50, la vie était meilleure pour les petites gens ... j'ai voulu témoigner que ce n'est pas vrai.
J'aurais pu en dire bien davantage, encore ... Mon père était syndiqué à la CFTC puis à la CFDT et j'ai pris le relai dès que j'ai commencé à travailler ... Comme je l'ai déjà dit, pendant plus de 40 ans, j'ai exercé des fonctions de représentation du personnel ... les luttes sociales et les protestations et manifestations, je connais bien ...
Pour reprendre ce qui s'est passé avec cette dame de 73 ans qui est blessée, je dirais que c'est bien regrettable ! J'ajouterais que, personnellement, à mon âge, je ne participe plus à quelque rassemblement que ce soit, pour des questions de sécurité personnelle.
Lorsqu'on vieillit, on ne participe plus aux manifestations ... à fortiori quand elles sont interdites ... Et on n'apostrophe encore moins les forces de sécurité comme nous avons vu, à la TV, cette dame le faire ...
C'est pour moi, une question de responsabilité et de prudence élémentaires ...
Les luttes sociales n'ont pas commencé après la guerre mais bien avant ... Dès le début de l'industrialisation puis, en 1936, on a légiféré sur les conditions de travail qui se sont améliorées et sur les droits des salariés ... Des avancées significatives ont eu lieu, aussi, juste après la guerre ...
Permettez-moi d'ajouter que les forces de police "cognent" beaucoup moins qu'en 68 ... et que, maintenant, on peut porter plainte contre elles ce qui n'était pas le cas pour les béotiens de mon âge ...
Cette intervention est la dernière sur le sujet; je n'ai pas envie de me "bouffer" le nez avec vous chère Bassmeg ...
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9104
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Les gilets jaunes

Message non lu par Cinci » ven. 05 avr. 2019, 14:29

Paxetbonum :

Merci Kerniou pour cette évocation magnifique de vos souvenirs d'enfance.
... magnifique évocation qui deviendrait pur mensonge - hélas ! - mais lorsque que l'on voudrait présenter la chose comme devant être un démenti de ce que je pouvais faire remarquer précédemment, savoir que nous sommes globalement dans une ère "moins agréable à vivre" que ce qui pouvait être durant l'époque dite des "Trente glorieuses".

C'est moins agréable pour ce "nous" si l'on définit ce "nous" comme étant celui de l'homme Blanc, chrétien, hétérosexuel, citoyen d'un pays occidental (États-Unis, France, Canada, etc.), citoyen de condition humble, peu ou pratiquement pas diplômé (mais même pour les diplômés), pour l'humble travailleur et père de famille; pour une portion significative des contribuables.

Back to the Future ...

Les difficultés du rationnement alimentaire en 1947 ou la pénurie de charbon durant l'hiver 49 ou encore le fait que personne en 1953 n'use de crédit à grande échelle pour se payer des tas de trucs (que la mentalité de consommation à outrance n'est pas encore entrée dans les moeurs en 1952) ne font pas que l'avenir paraît moins radieux à ce "nous" de l'époque, que les citoyens du temps n'auront pas comme "cette assurance que demain sera beaucoup mieux que maintenant" (croyance dans le progrès), que plus le temps passe et plus l'on peut toucher du doigt concrètement de réelles avancées au plan de la hausse du niveau de vie, pour sa sécurité personnelle (plan santé, sécurité au travail, salaire, retraite, etc.)



Mais si on parle d'aujourd'hui

La "grogne" des gilets jaunes s'explique tout à fait bien par le fait que nous sommes plutôt dans une ère néo libérale de dé-cons-truc-tion de ces avancées réalisées auparavant, de détricotement du filet de la sécurité sociale, de ré-ingénierie de l'entreprise d'État visant à casser ces mesures dites "protectionnistes, conservatrices, immobilistes, rigides" ( = sécurité au travail, conditions avantageuses pour les travailleurs judéo-chrétiens Blancs, privilèges anciennement arrachés au patronnat lors d'anciennes négociations, etc.) au profit du Capital (augmentation des profits pour les actionnaires (investisseurs de Kong Kong, du Quatar, de la Russie, des États-Unis, etc.) de compagnie à numéro).

Et nos barons de la haute finance, sénateurs, grandes familles bourgeoises tirant bien leur épingle du jeu, laquais en service commandé de la politique et commentateurs stipendiés trouveront comme "tout naturellement" que cette masse de "petit bourgeois" (... pré-retraités Blancs judéo-chrétiens, hétérosexuels; conservateurs, nostalgiques de l'ancien régime, ex-gaullistes de coeur, cocardiers, types un peu serré dans ses finances mais encore capable de se payer le TGV , type un peu inquiet pour l'avenir) constitue la menace potentielle sur le plan politique. Il n'est que cette masse qui pourrait constituer le vivier d'une sorte de populisme nuisible au progrès de la bonne marche de l'économie.

Avatar de l’utilisateur
ChristianK
Senator
Senator
Messages : 781
Inscription : lun. 10 mars 2008, 18:43

Re: Les gilets jaunes

Message non lu par ChristianK » ven. 05 avr. 2019, 17:28

Attention à la loi de Tocqueville quant au "moins agréable".

Ensuite, tout le monde est en moyenne nettement plus riche, avec exceptions, qu'en 65, pendant les 30 glorieuses. Il est faux que toutes les progressions de salaires aient été arrachées, elles ont été très souvent spontanées, par la productivité et la rareté des compétences accrues du travail.

Enfin le protectionnisme a favorisé les pays riches, les firmes de ces pays, patrons et travaileurs, contre ceux des pays pauvres. C'était la raison d'être du protectionnisme et les travaileurs étaient pour ces oligopoles.

Naturellement un syndicat est aussi un oligopole, qui va créer des raretés artificielles (grèves) et cela peut être moralement justifié pour une vie décente. Mais faut eXaminer tous les facteurs quand il s'agit du protectionnisme, par exemple les effets sur la vie décente des autres pays, punis par les barrières tarifaires

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 4148
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Les gilets jaunes

Message non lu par Kerniou » sam. 06 avr. 2019, 18:08

L'atmosphère n'est pas du tout la même. Dans les années cinquante, les gens vivaient avec l'espoir d'une améiioration de leur sort ...qui s'est produite d'ailleurs ... Maintenant, en raison du changement climatique et de la pollution inhérente à notre mode vie antérieure et actuelle, nous devons, tous, tous, c'est chacun d'entre nous , contrôler notre consommation énergétique et la diminuer quand, c'est possible. L'augmentation du prix de l'essence va considérablement gêner les gens qui ont dû aller habiter loin de leur travail... Mais TOUS nous devons participer .. c'est facile à moi de dire cela, je suis en retraite et je n'ai plus d'enfants en bas âge...mais j'ai supprimé les activités qui coûtaient le plus cher en essence : j'ai conservé celles qui sont le plus près de mon domicile ...
Les petites gens, faute de pouvoir remplacer leur voiture gardent de vieux modèles énergivores qui sont à portée de main, il est difficile d'y renoncer ... Les privations sont encore plus frustrantes ... quand on n'y a pas été habitués ... pour une famille modeste, piocher dans le budget Mac Do pour payer l'essence, c'est insupportable ...
il serait important que le train de vie de l'Etat diminue de façon significative et visible ...
je crains que l'on ne tombe dans "contrôle" approximatif sinon arbitraire du train de vie des politiques ... ce qui risque d'attiser davantage les tensions et les frustrations.
certains considèreront toujours que les efforts des autres ne sont pas suffisants par rapport aux leurs ...
Dernière modification par Kerniou le mar. 23 avr. 2019, 13:43, modifié 2 fois.
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Avatar de l’utilisateur
ChristianK
Senator
Senator
Messages : 781
Inscription : lun. 10 mars 2008, 18:43

Re: Les gilets jaunes

Message non lu par ChristianK » sam. 06 avr. 2019, 18:10

Cet article caricatural (d'un journaliste d'enquête généralement sérieux mais qui se laisse aller À SES PARTIS pris depuis sa retraite)

https://www.journaldemontreal.com/2019/ ... les-plombs

Paraitra un peu insultant pour les francais mais aussi donnant une perception assez juste des étrangers sur ce pays. La faute à Rousseau, la faute à Voltaire, cette instabilité.

Qualifier les gilets de bourgeois est probablement excessif puisque les sociologues disent que les gilets ont en moyenne une formation scolaire moindre, donc ils sont les plus touchés (concernés par les ajustements nécessaires) par la désindustrialisation avérée.

L'article donne fâcheusement dans le ton des élites intellos, qui ne veulent pas que les gilets soient considérés "de gauche". A priori c'est un peu suspect.

Avatar de l’utilisateur
Hantouane
Quæstor
Quæstor
Messages : 296
Inscription : lun. 21 janv. 2019, 1:01
Conviction : Catholique

Re: Les gilets jaunes

Message non lu par Hantouane » lun. 08 avr. 2019, 20:27

C'est la fin du grand débat. Mais le mouvement des gilets jaunes est tellement disparates dans ses revendications qu'il est impossible de les satisfaire tous. C'est une impasse et quelque soit ce que fait le gouvernement, il y aura toujours des mécontents. Le mouvement n'est pas prêt de finir ... Sauf à l'usure, les gilets jaunes vont bien se lasser un jour ...

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9012
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Les gilets jaunes

Message non lu par PaxetBonum » mar. 09 avr. 2019, 7:30

Hantouane a écrit :
lun. 08 avr. 2019, 20:27
C'est la fin du grand débat. Mais le mouvement des gilets jaunes est tellement disparates dans ses revendications qu'il est impossible de les satisfaire tous. C'est une impasse et quelque soit ce que fait le gouvernement, il y aura toujours des mécontents. Le mouvement n'est pas prêt de finir ... Sauf à l'usure, les gilets jaunes vont bien se lasser un jour ...
Il y a une revendication commune : le référendum d'initiative populaire.
L'accorder c'est en finir avec les manifestations et répondre a un vœux démocratique, mais le gouvernement n'est pas prêt de vouloir entende les questions de la populasse…
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9104
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Les gilets jaunes

Message non lu par Cinci » mar. 09 avr. 2019, 7:33

(Pour faire suite au post de ChristianK )

Nos élites intellos ne peuvent pas concevoir que les gilets jaune soient de "de gauche" mais parce que le terme "de gauche" recouvre maintenant la mouvance politique des néo gauchistes. Or les néo gauchistes travaillent main dans la main avec les mondialistes, les européistes, les macronistes, les écologistes, les contempteurs de Blancs hétérosexuels racistes, trop âgés et utilisateurs de voitures polluantes.

Donc, les gilets jaunes ne sauraient être "de gauche" (lire : ne sont pas des néo gauchistes) car adversaires de Macron. N'étant pas "de gauche", ils ne peuvent plus qu'être de droite et encore que d'une mauvaise droite. Oui, une droite dangereuse et réactionnaire. Parce que la "bonne droite" qui est celle de monsieur Macron fait copain-copain avec la gauche , c'est à dire la nouvelle gauche, celle des écolos, des sans frontiéristes, de la lutte aux exclusions et qui défend l'islam, etc.

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9012
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Les gilets jaunes

Message non lu par PaxetBonum » mar. 09 avr. 2019, 8:10

Cinci a écrit :
mar. 09 avr. 2019, 7:33
Donc, les gilets jaunes ne sauraient être "de gauche" (lire : ne sont pas des néo gauchistes) car adversaires de Macron. N'étant pas "de gauche", ils ne peuvent plus qu'être de droite et encore que d'une mauvaise droite. Oui, une droite dangereuse et réactionnaire. Parce que la "bonne droite" qui est celle de monsieur Macron fait copain-copain avec la gauche , c'est à dire la nouvelle gauche, celle des écolos, des sans frontiéristes, de la lutte aux exclusions et qui défend l'islam, etc.
Cher Cinci,

Vous allez bien trop loin dans votre raisonnement le gouvernement ne raisonne qu'en syllogismes : Si les gilets jaunes sont contre nous, alors se sont des méchants. Or, qui sont les méchants ? Les nazis bien sûr ! (se sont les seuls méchants passés et à venir) Donc les gilets jaunes sont nazis, antisémites…etc…etc…

Voilà tout s'explique ! Donc sur des nazis on peut tirer allègrement sans s'émoustiller des conséquences, c'est même bien.
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9104
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Les gilets jaunes

Message non lu par Cinci » mar. 09 avr. 2019, 14:37

Salut paxetbonum,

Je dirais que la reductio ad Hitlerum serait surtout le fait, en général, des propagandistes de la nouvelle gauche, de "nos" activistes qui seraient tant désireux de mettre fin aux exclusions. Qui n'est pas avec eux est contre eux. Et l'opposant devient une cible légitime pour leur réductionnisme diffamateur.

C'est une technique démagogique que les néo gauchistes ont hérité de l'ancienne gauche historique, et où les "fascistes" pouvaient être regroupés naguère dans le front commun de tous ceux qui condamnaient le marxisme et qui voulaient lutter contre le communisme cf. le pape était un fasciste, l'armée américaine était une armée de fascistes, les élites capitalistes des pays soi-disant démocratiques à l'Ouest soutenaient les régimes fascistes.

Maintenant, il est vrai que le gouvernement Macron (... la droite grand bourgeoise honorable associée avec les bienfaiteurs de l'humanité de la nouvelle gauche pour vaincre les exclusions, pour permettre aux gays de s'épanouir, aux islamistes de ne pas être ennuyés, pour sauver le climat de la planète, etc.) n'a pas semblé rougir de donner lui aussi dans cette démagogie : assimilant le fait pour un citoyen de se joindre à la marche des gilets jaunes à une complicité avec le pire (Guernica, Ouradour, la milice de Vichy en 1944, le nettoyage ethnique dans les Balkans, etc.)

Sauf que ...

Je parlais plus haut des intellectuels et de leur difficulté initiale à bien circonscrire le phénomène populaire "gilet jaune", à le définir ou à le ranger dans une catégorie. On peinerait un peu à voir à quelle adresse devrait loger ce mouvement ou cette agitation publique. Ce qui est probablement la raison aussi pourquoi un ex-journaliste radio-canadien, - tel celui évoqué par ChristianK -, pouvait nourrir un fort préjugé négatif envers la chose; du moins, je l'imagine.

Le fond de l'air politique et rhétorique actuel étant ce qu'on sait : méfiance envers le "petit peuple", crainte de la montée du "populisme", peur du retour de la Bête, des sirènes d'extrême-droite désireuses de voir bafouer les droits individuels de Bernard Arnaud à faire du profit, pour nuire ensuite au doux commerce et saboter la bonne marche de la république (... exigeant sacrifice pour le peuple, délestage d'un fardeau que les gros devraient supporter injustement depuis tant d'années, ces boulets aux pieds que porterait encore trop la classe active formée de ceux qui sont "quelque chose", les plus talentueux, les plus créateurs, les plus fringants et désireux d'agir, etc.

Wazabi
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 580
Inscription : lun. 29 sept. 2014, 12:12

Re: Les gilets jaunes

Message non lu par Wazabi » mar. 09 avr. 2019, 23:53

Sauf que ...

Je parlais plus haut des intellectuels et de leur difficulté initiale à bien circonscrire le phénomène populaire "gilet jaune", à le définir ou à le ranger dans une catégorie. On peinerait un peu à voir à quelle adresse devrait loger ce mouvement ou cette agitation publique. Ce qui est probablement la raison aussi pourquoi un ex-journaliste radio-canadien, - tel celui évoqué par ChristianK -, pouvait nourrir un fort préjugé négatif envers la chose; du moins, je l'imagine.

Le fond de l'air politique et rhétorique actuel étant ce qu'on sait : méfiance envers le "petit peuple", crainte de la montée du "populisme", peur du retour de la Bête, des sirènes d'extrême-droite désireuses de voir bafouer les droits individuels de Bernard Arnaud à faire du profit, pour nuire ensuite au doux commerce et saboter la bonne marche de la république (... exigeant sacrifice pour le peuple, délestage d'un fardeau que les gros devraient supporter injustement depuis tant d'années, ces boulets aux pieds que porterait encore trop la classe active formée de ceux qui sont "quelque chose", les plus talentueux, les plus créateurs, les plus fringants et désireux d'agir, etc.
Intellectuels ? Autoproclamés ? Validé par des pairs qui n'en sont pas plus ? Mauvaise foi ? Gagner trop d'argent ça n'est pas une preuve de talent... c'est juste une preuve de cupidité et de volonté de prendre plus que son dû.

On est pas nécessairement "pauvre" parce que sans talent, mais juste parce qu'on ne conçoit pas de prendre plus que nécessaire pour ne pas démunir son prochain. En fait gagner énormément d'argent nécessite un abandon du sens moral ou de l'esprit saint. Car ce qu'on gagne on le prend forcement à d'autres et plus le salaire et délirant plus c'est flagrant.

Quant à Bernard Arnaud, sa "réussite" tient plus à ses relations au sein du gouvernement qu'à un véritable talent. D'ailleurs sans le gouvernement "français", il aurait déjà fait faillite.

Bon nombre des défis futurs ne pourront être résolus que par l’avènement d'un véritable esprit communautaire ou tout n'est pas dévoyé par le profit et l’égoïsme. Un monde ou l'humanité prend sa juste part, où le travail bien fait prime sur la baisse des coûts et le profit, où toute entreprise d’intérêt générale est reconnue pour ce qu'elle est et non pour sa capacité à générer des dividendes. L’économie doit revenir à ce qu'elle est fondamentalement : le moyen d'organiser et non le moyen d’accaparer.

Je sais qu’on va me dire qu’on ne peut pas faire avancer le monde avec de telles idées…. Pourtant, la jeune génération est proche de cela et n’est pas pour autant inactive.

Je suis employé et j’ai ces idées et pourtant je fais des heures supplémentaires à n’en plus compter parce que cela participe au bien commun et cela me rend heureux.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9104
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Les gilets jaunes

Message non lu par Cinci » mar. 23 avr. 2019, 13:03

Chose vue ...
Les cris des opprimés

Tout le monde ne perçoit pas le mystère du mal de la même façon. Ainsi, ceux qui organisent la société l'estiment généralement assez bien structurée : après tout, c'est la leur. Comme l'indique la parabole de Lazare et du riche - dont l'Évangile ne dit pas qu'il est mauvais - , il est difficile aux riches et aux puissants d'entendre ce que d'autres voudraient leur signifier : ils ont de la difficulté à analyser leurs contradictions. C'est là une différence importante entre les personnes : certains savent où se situent leurs contradictions et ambiguïtés tandis que d'autres, souvent de bonne foi, les ignorent. La parabole du publicain et du pharisien est intéressante à ce point de vue : la différence entre eux n'est-elle pas que l'un est capable de percevoir les contradictions de sa vie, tandis que l'autre pas ? Aux riches et aux puissants, il est difficile de percevoir leurs ambiguïtés et donc de "confesser leur péché". Les pauvres et les paumés, eux, peuvent le faire bien plus facilement, car ils nagent littéralement dans leurs contradictions et leurs difficultés.

Les prises de conscience commencent toujours par un cri : celui de l'opprimé, de l'exploité [...] qui éprouvent le mystère du mal. Parfois, c'est un cri de haine : l'opprimé hait celui qui l'écrase. Ce dernier prend parfois conscience de sa situation pour s'être découvert objet de haine.

Des cris de ce genre peuvent être critiqués parce qu'ils ne sont pas assez rationnels, mais l'important, c'est que quelqu'un commence à parler et à dévoiler des situations qui, désormais, seront désignées comme un mal. Il est d'ailleurs normal que les cris des opprimés soient généralement mal articulés et même incohérents. La parole est, en effet, déjà un pouvoir social; les sans pouvoir ne parviennent que difficilement à en présenter une qui s'insère dans les discours de ceux qui organisent la société. C'est pourquoi il n'est guère raisonnable de reprocher aux opprimés de ne pas avoir la cohérence des professeurs d'université : s'ils l'avaient, avec le pouvoir social qu'elle implique, ils ne seraient pas des opprimés.

Source : Gérard Fourez, Les sacrements réveillent la vie. Célébrer les tensions et les joies de l'existence, Paris, Le Centurion, 1982
Trouvé dans un "petit" opuscule qui traînait, là, dans l'église. Et aperçu par moi à la sortie de la veillée pascale. Surprise ! On dirait l'un de ces meilleurs commentaires que l'aurait pu faire soi-même à chaud et au sujet de cette crise des gilets jaunes.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités