Réflexion sur mon chemin de vie

« Heureux vous qui pleurez maintenant, car vous serez dans la joie ! » (Lc 6.21)
Règles du forum
Besoin d'écoute ou de conseil ? Vous pouvez, dans ce forum, partager votre fardeau avec nos lecteurs...

NB : les messages de ce forum sont modérés a priori ; les interventions jugées inopportunes ne seront pas publiées
antoine75
Barbarus
Barbarus

Réflexion sur mon chemin de vie

Message non lupar antoine75 » mer. 18 juil. 2018, 3:05

Je n'ai actuellement pas de travail et ne sais si je vais en reprendre un. Je vais bientôt toucher l'AAH si je ne reprends pas un travail rapidement. Je me disais qu'une des possibilités que j'avais serait de trouver un logement social à Lourdes. J'y suis déjà allé et ai apprécié ce sanctuaire marial. Je pourrai bénéficier de tous les offices sur place pendant une durée indéterminée ... Et je pourrai même faire du bénévolat. Mais pour ça, il faudrait que j'en parle à ma famille, à ma curatrice et à mon psychiatre. J'ai peur de passer pour un déséquilibré bien que j'en ressens l'envie. Est-ce un choix rationnel et peut-être est-ce ma vocation d'aller à Lourdes en tant que malade, et aussi d'être proche de la Vierge Marie et de Dieu ?

lepetit_saintdu69
Censor
Censor
Messages : 134
Inscription : ven. 05 déc. 2014, 1:25
Conviction : je suis catholique
Contact :

Re: Réflexion sur mon chemin de vie

Message non lupar lepetit_saintdu69 » mer. 18 juil. 2018, 14:26

Je ne connais pas Lourdes(n'y étant jamais allé),mais après il faudrait se renseigner si il y a une possibilité de bénévolat en longue durée(au sanctuaire de la Salette,dans les Alpes,c'est le cas)

Après si éventuellement tu pense être appelé à devenir religieux dans une communauté,il n'y en a malheureusement pas beaucoup qui acceptent les gens "différents",l'Eglise discrimine encore beaucoup les vocations de ce genre de personne.
Je touche moi même aussi l'AAH donc tes galères je connais un petit peu même si de mon côté c'est différent.
Je ne suis pas sous curatelle par contre.
Essaie de te rapprocher d'un prêtre de ta paroisse ou contacte le sanctuaire de Lourdes comme dit plus haut.
Un conseil,méfie toi,dans l'Eglise certaines apparences peuvent être trompeuses,moi je l'ai vu.
Par exemple dans les communautés religieuses,même les franciscains demandent à chaque personne d'avoir un diplôme alors que pour certaines c'est difficile.


Je connais un très bon prêtre,le Père Philippe Nathan,qui est en train de créer une communauté religieuse à St Romain,un bourg de 60 habitants sur les hauteurs de Montbrison,par contre c'est en pleine campagne.
Il la crée pour les personnes "différentes".
Il a déjà le bâtiment et les gros chantiers sont faits.
Actuellement il n'y a pas encore de vocations qui sont venues mais c'est ce que je connais moi.
Après dans un autre style tu as aussi Notre-Dame d'Esperance mais ce sont des religieux bénédictins.

Si tu veux être en contact avec le Père Philippe Nathan je peux te transmettre ses coordonnées.
Il est très sympa,calme,posé et bienveillant
C'est pas l'homme qui prend le Christ mais le Christ qui prend l'homme

antoine75
Barbarus
Barbarus

Re: Réflexion sur mon chemin de vie

Message non lupar antoine75 » jeu. 19 juil. 2018, 9:06

Je ne connais pas Lourdes(n'y étant jamais allé),mais après il faudrait se renseigner si il y a une possibilité de bénévolat en longue durée(au sanctuaire de la Salette,dans les Alpes,c'est le cas)
Je pensai au bénévolat dans un second temps, mais je me renseignerai effectivement directement au sanctuaire de Lourdes.
Après si éventuellement tu pense être appelé à devenir religieux dans une communauté,il n'y en a malheureusement pas beaucoup qui acceptent les gens "différents",l'Eglise discrimine encore beaucoup les vocations de ce genre de personne.
Je touche moi même aussi l'AAH donc tes galères je connais un petit peu même si de mon côté c'est différent.
Je ne suis pas sous curatelle par contre.
Essaie de te rapprocher d'un prêtre de ta paroisse ou contacte le sanctuaire de Lourdes comme dit plus haut.
Un conseil,méfie toi,dans l'Eglise certaines apparences peuvent être trompeuses,moi je l'ai vu.
Par exemple dans les communautés religieuses,même les franciscains demandent à chaque personne d'avoir un diplôme alors que pour certaines c'est difficile.
Je ne pense pas devenir religieux dans une communauté, surtout s'il en existe peu qui accueillent des gens "différents"... Et puis j'ai un peu de mal avec les règles, même si à l'hôpital psychiatrique dans lequel j'ai fait 2 séjours sont plus cadrés qu'une vie monastique ! Dans l'Eglise, certaines apparences sont parfois trompeuses, je le vois avec la politique dite de droite chrétienne qui fait la chasse à l'assistanat. Pourtant il y a de l'assistanat "forcé" ... Ils croient que c'est un choix de la personne, mais parfois la vie ne fait pas de cadeaux.
Je connais un très bon prêtre,le Père Philippe Nathan,qui est en train de créer une communauté religieuse à St Romain,un bourg de 60 habitants sur les hauteurs de Montbrison,par contre c'est en pleine campagne.
Il la crée pour les personnes "différentes".
Il a déjà le bâtiment et les gros chantiers sont faits.
Actuellement il n'y a pas encore de vocations qui sont venues mais c'est ce que je connais moi.
Après dans un autre style tu as aussi Notre-Dame d'Esperance mais ce sont des religieux bénédictins.

Si tu veux être en contact avec le Père Philippe Nathan je peux te transmettre ses coordonnées.
Il est très sympa,calme,posé et bienveillant
Bonne initiative mais désolé ça me fait un peu penser au parquement de personnes indésirables dans un lieu reculé, à l'écart de tous ... Moi j'ai besoin aussi de voir du monde c'est pour ça que Lourdes me pensait être un bon compromis entre vie de prière (en piochant dans les offices selon mes envies) et vie "sociale" ...

Enfin j'avais émis l'idée de m'installer à Lourdes mais mes difficultés financières ne me le permettront pas avant un certain temps, voir jamais, d'autant plus qu'avoir un logement social à Lourdes est sûrement la croix et la bannière, surtout pour une personne "différente"...

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 3915
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Réflexion sur mon chemin de vie

Message non lupar Kerniou » lun. 30 juil. 2018, 15:55

Dire que les institutions religieuses émettent des réserves à l'égard des personnes différentes me paraît abusif; il ne s'agit pas de ségrégation comme on pourrait le supposer.
La vie communautaire est fatigante, éprouvante et exigeante: rythme de sommeil "perturbé", Alimentation frugale, activités prenantes qui nécessitent une bonne résistance physique et une solidité psychique robuste ... De nombreuses candidatures sont, en effet, refusées pour raison de santé et pas seulement la santé mentale ... Il vous faudrait en parler clairement avec les communautés. Mais s'il existe une perspective avec le Père Nathan, alors, prenez contact.
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Christophe67
Barbarus
Barbarus

Re: Réflexion sur mon chemin de vie

Message non lupar Christophe67 » mer. 22 août 2018, 16:15

Bonjour,
... l'Eglise discrimine encore beaucoup les vocations de ce genre de personne.

Par exemple dans les communautés religieuses,même les franciscains demandent à chaque personne d'avoir un diplôme alors que pour certaines c'est difficile.
N'est-ce pas un peu excessif ?

La vie en fraternité monastique nécessite un équilibre parfois ténu.
Avant de dire cela il faut se renseigner sur les conditions d'acceptation d'un nouveau "membre". cela passe souvent par une année en civil en tant qu'extérieur à la communauté (il faut donc avoir de quoi vivre indépendamment pendant un an : hotel ou logement, frais quotidiens etc...). Puis une intégration progressive sur plusieurs années avant les voeux définitifs. Ce n'est pas le futur religieux qui choisit sa communauté, mais lui qui est choisit ou non par celle-ci, et cela après une période de "compatibilité" mais aussi de discernement.
On peut croire répondre à une vocation alors qu'on ne répond qu'à une passion. On n'a pas la vocation parce qu'on est attiré, on à la vocation quand celle-ci est reconnue. Et cela reste la prérogative de l'évêque, épaulé par un groupe formé au discernement.
Un prêtre ou un diacre sont appelés par leur évêque, il en est de même pour la vie monastique car le père supérieur à rang d'évêque.

On peut très bien ne pas être fait pour la vie monastique dans un ordre mais l'être en tant que tertiaire , ou dans une communauté charismatique etc...

Hormis les dominicains qui se déplacent tous les 5 ans normalement, n'oublions pas qu'il faut également faire voeu de stabilité. Il ne s'agit pas de se rendre compte au bout de 7 ans qu'on n'aime ni la discipline de l'ordre choisit, ni le lieu, ni les autres qui vont partagés leur vie avec nous.

Certains ordres comme les Jésuites, les Dominicains - et probablement ces Franciscains auxquels vous faites référence - ont une mission qui nécessite un bagage (la plupart des dominicains que je connais ont 2 doctorats minimum) et passent le plus clair de leur temps à se former et transmettre. Sans compter que certains moines, tout ordre confondu, seront appelés au sacerdoce avec tout ce que cela implique d'études.

Et n'oubliez pas que l'Église, c'est vous et moi. J'ai bien compris que vous faites référence au clergé en disant Église mais il faut être conscient des mots qu'on utilise.


Cordialement.

Christophe67
Barbarus
Barbarus

Re: Réflexion sur mon chemin de vie

Message non lupar Christophe67 » mer. 22 août 2018, 16:19

Bonjour Antoine75,


Pour connaitre sa vocation je vous déconseillerai de vous focaliser sur vos envies ou ce qui vous plairait.
Je ne saurai que vous conseiller de prendre contact avec le service des vocations de votre diocèse, lequel dispose d'équipes (laïcs et prêtres) formées pour vous conseiller dans un premier temps, vous accompagner dans un second.

Cela nécessite du monde mais aussi du temps.

La solution du bénévolat, bien intentionnée, est souvent une fuite en avant. Il est important d'en parler et de recevoir des conseils avisés.



Cordialement.

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 10187
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: Réflexion sur mon chemin de vie

Message non lupar Fée Violine » jeu. 23 août 2018, 23:00

Pourquoi serait-ce une fuite en avant ? Antoine n'a jamais parlé de vocation religieuse et il a bien le droit de vouloir faire du bénévolat !

Christophe67
Barbarus
Barbarus

Re: Réflexion sur mon chemin de vie

Message non lupar Christophe67 » ven. 24 août 2018, 12:15

Bonjour Fée,


L'envie de faire du bénévolat, dans certaines conditions, masque souvent un mal être plus profond dans laquelle la nécessité d'agir pour les autres se fait au détriment de soi-même.
On ne peut servir efficacement les autres si on est soi-même dans un mal être ou en souffrance. Hors cette envie de servir l'autre dans le bénévolat est souvent le marqueur commun chez des personnes croyantes en grande souffrance. C'est pour cela qu'il est bon d'en parler.

Toute vocation au sein de l'Église n'a pas forcément un but religieux, on peut avoir une vocation de laïc en responsabilité ou dans des domaines précis.
Si Antoine75 en parle il est utile de le diriger vers des personnes compétentes puisqu'il demande conseil.


Cordialement.

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 3915
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Réflexion sur mon chemin de vie

Message non lupar Kerniou » jeu. 30 août 2018, 18:11

Ce que vous dites est très juste, Christophe, mais quand on trop centré sur ses problèmes parce qu'on est envahi par eux, faire un peu de bénévolat permet de relativiser ses propres problèmes ... Ce ne doit pas être une fuite mais une ouverture.
Tout est une question de mesure et d'équilibre ...
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Avatar de l’utilisateur
jerome
Quæstor
Quæstor
Messages : 321
Inscription : sam. 09 janv. 2016, 17:05
Conviction : Catholique

Re: Réflexion sur mon chemin de vie

Message non lupar jerome » dim. 02 sept. 2018, 21:50

Engagé (un peu) dans la sphère associative, je ne peux qu'adhérer aux propos de Kerniou.

Il est en effet essentiel, pour une personne en souffrance, de rester ouverte sur le monde.

Une activité bénévole est ainsi souvent salutaire, car elle permet à la personne d'appartenir à un groupe, de maintenir des relations interpersonnelles, bref, plus vulgairement, de "socialiser".

Au surplus, l'engagement associatif est un incroyable outil qui permet de (re)construire ou de préserver l'estime de soi, ô combien essentiel pour sortir d'un marasme sociétalo-social.

Cependant, l'expérience me permet d'envisager quelques facteurs clés de succès pour faire de l'engagement associatif un vrai plus :

- la personne qui souffre ne doit pas faire acte de bénévolat dans une association qui cherche à réduire des souffrances du même type ;
- encadrement/tutorat vigilent et bienveillant par un bénévole expérimenté et équilibré ;
- formation et supervision obligatoires ;
- fixer les "règles" qui permettent de se désengager.

L'engagement associatif devient alors gagnant pour tout le monde : association, bénévoles et bénéficiaires.
Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde.

Gingko
Ædilis
Ædilis
Messages : 24
Inscription : ven. 25 mai 2018, 21:43
Conviction : catholique

Re: Réflexion sur mon chemin de vie

Message non lupar Gingko » jeu. 20 sept. 2018, 5:15

Moi je te conseillerais plutôt de reprendre un travail, dans des conditions adaptées par rapport aux questions dont tu parles.
Dans la vie il faut persévérer, même si on a eu des échecs ou des problèmes personnels.
Peut-être un travail à mi-temps si tu es resté loin du monde du travail, peut-être par le biais d'associations liées au retour à l'emploi, quelque chose comme ça.

antoine75
Barbarus
Barbarus

Re: Réflexion sur mon chemin de vie

Message non lupar antoine75 » jeu. 20 sept. 2018, 10:27

Moi je te conseillerais plutôt de reprendre un travail, dans des conditions adaptées par rapport aux questions dont tu parles.
Dans la vie il faut persévérer, même si on a eu des échecs ou des problèmes personnels.
Peut-être un travail à mi-temps si tu es resté loin du monde du travail, peut-être par le biais d'associations liées au retour à l'emploi, quelque chose comme ça.
Je pense que vous avez raison. J'ai effectivement des blessures de la vie et me marginaliser de la société en me rendant à Lourdes par exemple pour être comme protégé du monde extérieur en me réfugiant dans "les bras de Marie" n'est pas la bonne solution pour moi. Il faut que j'affronte la vie, que je persévère, en retrouvant un emploi à mi temps en tant que travailleur reconnu handicapé. J'ai ce projet pour octobre. Sinon, je ne saurai jamais si mon handicap psychique vient de moi ou de la société. Je pense aux paroles de Jésus qui parle de grandir sur des pierres, des ronces, ou de la bonne terre. Je pense être le fruit de mon environnement et je crains que le mal ne soit fait. Je pense notamment à mes études, dans lesquelles je pense qu'on m'a empêché de m'épanouir. Ce n'est pas avec comme seul outil un marteau et une pioche qu'on peut bâtir une cathédrale alors que son voisin a tout ce qui faut pour ça ... Je n'ai plus beaucoup d'espoir désormais, je vais devoir me contenter de miettes alors que j'avais tout pour réussir. Quel gâchis. J'en veux à la société et à ceux qui m'ont mené dans la case où je suis.

Gingko
Ædilis
Ædilis
Messages : 24
Inscription : ven. 25 mai 2018, 21:43
Conviction : catholique

Re: Réflexion sur mon chemin de vie

Message non lupar Gingko » ven. 21 sept. 2018, 4:05

Fais peut-être aussi attention avec l'aah, ne pas trouver d'emploi ne constitue pas un handicap en soi.
Si tu te poses des questions sur un handicap, mieux vaut prendre le temps d'y réfléchir, par exemple en te mettant au rsa, le temps d'y voir clair..

Si la société veut te piéger en te faisant prendre un statut handicapé, c'est le même problème: Est-ce que tu vas la laisser faire?

antoine75
Barbarus
Barbarus

Re: Réflexion sur mon chemin de vie

Message non lupar antoine75 » ven. 21 sept. 2018, 9:38

Fais peut-être aussi attention avec l'aah, ne pas trouver d'emploi ne constitue pas un handicap en soi.
Si tu te poses des questions sur un handicap, mieux vaut prendre le temps d'y réfléchir, par exemple en te mettant au rsa, le temps d'y voir clair..

Si la société veut te piéger en te faisant prendre un statut handicapé, c'est le même problème: Est-ce que tu vas la laisser faire?
Quand on rentre en psychiatrie, il est difficile voire impossible d'en sortir … Je veux dire d'arrêter le suivi, les médicaments et les consultations psychiatriques. C'était au moment de ma première hospitalisation que j'aurais du réfléchir. Je pense que j'aurais pu trouver un moyen plus spirituel de me sortir de mes problèmes. Avec le recul, mes parents voulaient sûrement m'hospitaliser bien avant lors de mes études, mais ne pouvaient pas m'y obliger car il n'y avait tout simplement pas de raisons suffisantes. La raison suffisante est arrivée après. Je pense notamment à cette consultation de voyance. Je ne saurai jamais si c'était pour m'aider ou m'enfoncer. Ce qui est sûr, c'est que j'ai eu des perceptions par rapport à ma mère une nuit blanche mais comme par hasard le lendemain matin je me suis retrouvé face à un médecin chez moi en compagnie de mon père également. Enfin, je délirais sûrement un peu avec ces sensations de voyance. En bref, j'aurai peut-être malheureusement besoin d'un exorciste et non d'un psychiatre. Voila où m'a mené la société ...

Gingko
Ædilis
Ædilis
Messages : 24
Inscription : ven. 25 mai 2018, 21:43
Conviction : catholique

Re: Réflexion sur mon chemin de vie

Message non lupar Gingko » ven. 21 sept. 2018, 16:18

Ton problème a l'air en effet assez important, mais pas vraiment inéluctable.
Les problèmes avec la voyance ne sont pas irréversibles, c'est un peu comme un drogue.
Les médicaments, les rdv avec les psychiatres, ce sont juste des habitudes, si tu arrives à changer les habitudes, tu peux en prendre de nouvelles.
En définitive, si tu n'as pas de contraintes liées à la justice ou à la loi concernant le suivi psychiatrique, tu es libre en fin de compte de choisir ta vie, c'est une question de volonté.
Si c'est ce que tu désires vraiment au fond de toi, et si tu crois en Dieu, ta vie peut changer.


Revenir vers « Soutien dans l'épreuve »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit