Mépris de groupe et perte de confiance

« Heureux vous qui pleurez maintenant, car vous serez dans la joie ! » (Lc 6.21)
Règles du forum
Besoin d'écoute ou de conseil ? Vous pouvez, dans ce forum, partager votre fardeau avec nos lecteurs...

NB : les messages de ce forum sont modérés a priori ; les interventions jugées inopportunes ne seront pas publiées
Gemini
Ædilis
Ædilis
Messages : 15
Inscription : ven. 27 mai 2016, 23:33
Conviction : catholique

Mépris de groupe et perte de confiance

Message non lupar Gemini » lun. 09 avr. 2018, 17:07

Bonjours à tous,

Ce que je vais dire m'est assez profond et vous paraîtra sans doute futile en comparaison de d'autres problèmes, mais j'en souffre.

Il se trouve que je suis depuis 4 ans dans un groupe paroissial et bientôt un an dans un autre.
Il s'agit de groupe dit "jeune" allant de 24 à 35 ans en moyenne (j'en ai pour ma part 36 et bientôt 37).
Dans le groupe où j'étais il y a 4 ans il s'agit uniquement d'activités de charité (maraude, lecture dans les hôpitaux, etc.)
J'ai connu des hauts et des bas dans ce groupe, mais en 4 ans, j'ai appris à connaître les gens et me suis fait plus ou moins accepter en nouant des liens.

Le second groupe est un groupe de discussion et d'échange sur différents thèmes bibliques avec quelques sorties paroissiales annexes. C'est actuellement ce groupe qui est à l'origine de mes problèmes actuels.
J'y ai été introduit par une connaissance présente aussi dans l'autre groupe.

Tout se passait bien jusqu'à un week-end de sortie récent où sous le coup de la fatigue, je me suis décrédibilisé par certaines de mes maladresses à un jeu de société auprès de 4 personnes qui constituent plus ou moins le noyau dur du groupe.
Depuis ce moment-là mon image a changé et je ressens une certaine forme de mépris lorsque je m'exprime en groupe.
Certains de mes propos sont tournés en dérision sans qu'on puisse me laisser répondre ou encore on ignore mes propos.
En gros je suis pris pour un imbécile...

Cela crée un cercle vicieux car n'étant pas quelqu'un qui m'affirme facilement en groupe à la base, cela engendre des situations où je perds complètement confiance en moi et finis par ne plus rien dire ou à m'enfoncer par certaines maladresses que je ne ferais pas en temps normal, confortant le groupe dans l'idée qu'il aurait de moi.
D'autant plus que lorsque je veux développer une contradiction dans une discussion on me coupe ou passe à autre chose sans qu'on puisse me laisser répondre.

Je ne cherche pas spécialement une forme de reconnaissance ou de gloire, mais je trouve cette situation difficilement tenable pour moi dans la mesure où je ne peux m'épanouir si je ne suis pas en capacité de pouvoir être en condition de m'exprimer pleinement sans cette pression de groupe.
J'ai vraiment le sentiment de pas être reconnu à ma juste valeur.

J'en ai parlé à la personne que m'a introduite au groupe, mais elle est plutôt indifférente et pense que je me fais des films. Elle n'a pas conscience de la situation.

Je pense de mon côté qu'il y a une forme de mépris réel de groupe mais qu'il n'est pas conscient. Rajoutons aussi que ce mépris n'est pas constant car il y a des phases de rigolades, ce qui rend son discernement plus subtil. Il a lieu lors de discussions sérieuses ou de certains jeux.

Enfin rajoutons comme problème qu'une fille me plait, qu'elle est célibataire et que j'ai une attirance physique et mentale pour elle. Je pense avoir compris que je ne la laisse pas indifférent physiquement, mais je n'ai jamais eu beaucoup l'occasion de lui parler individuellement, car elle est constamment dans ce "fameux groupe" avec lequel j'ai du mal. En conséquence, il est fort probable que j'ai terni mon image vis-à-vis d'elle et que le groupe l'influence aussi.

Dernièrement, j'ai essayé de lui parler à la sortie de la messe, après que le groupe ait fait une randonnée où je me trouvais. Elle nous avait rejoints suite à un mariage en voiture.
Puis après la messe une séance de discussion était prévue avec un repas.
Comme elle avait ses valises sur elle, je lui ai demandé si elle venait après, car pas mal de personnes de la randonnée rentraient chez eux à ce moment là.
Elle m'a répondu de manière extrêmement désagréable qu'il s'agissait de ses valises de mariage et qu'elle venait donc forcément de ce fait avant de partir sans me laisser de possibilités réelles de répondre.

Je souhaitais répondre que cela n'était pas parce qu'il s'agissait de ses valises de marriage que cela impliquait forcément qu'elle allait venir. Elle pouvait ne pas venir par fatigue/autres raisons, ou encore moins probable mais techniquement possible, repartir vers une autre destination avec ses valises sur elle (déjà vu plusieurs fois).
Bref, dans le doute, je pense que mon interrogation était légitime et ne méritait pas une telle réaction.

Pendant le repas, elle était face à moi, et je l'ai du coup ignorée suite à cela. Peut-être qu'elle a compris mon ressenti car elle s'est absentée longuement aux toilettes avant de revenir triste au point qu'on lui demande si elle allait bien.
Il se peut que son irritation était liée à la fatigue issue du mariage (11h en 2 nuits) mais cela m'a profondément blessé.

J'en ressens donc une double humiliation, un mépris de groupe et une peine de coeur.



Mon analyse de la situation sur le mépris de groupe:

- Le problème peut être lié à un important écart d'âge. Il y a en moyenne 10 ans d'écart, ce qui n'est peut-être pas un contexte très sain de discussion, nos maturités, perceptions et expériences étant différentes. L'autre groupe paroissial où je suis ayant plus de personnes âgées de la trentaine pourraient expliquer pourquoi j'ai moins ces problèmes.
Solution: Partir et ne plus revenir car c'est dans l'ordre naturel des choses. Peut-être trouver un groupe dans ma tranche d'âge mais il n'y en a pas.

- Autre solution: ne rien dire, continuer à subir et souffrir pour unir ses souffrances au Christ et faire preuve d'humilité. Très beau spirituellement mais pas très pragmatique, je risque à terme d'emmagasiner frustration et colère au point de finir par être agressif moi-même.

- 3ème solution: En parler directement aux personnes concernées. Peut-être la meilleure solution, mais cela risque de révéler une forme de faiblesse qu'ils pourraient exploiter par la suite. C'est aussi assez rabaissant...

Mon analyse de la situation sur cette peine de coeur:

- J'ai très probablement perdu en estime aux yeux de la personne au vu des faits dévoilés.
Solution: Essayer de retenter quelque chose à l'extérieur du groupe en redonnant une chance à la personne car dans le groupe c'est quasi impossible. Très difficile car cette personne est rarement isolée et je n'ai plus aucune accroche ou confiance pour attirer son attention. Mais tant que je n'ai pas pris un refus direct et catégorique je ne saurais jamais si une possibilité de relation réelle existe.

- 2ème solution: Laisser tomber et passer à autre chose. Mais je risque peut-être de rater une occasion de me marier (dans le doute).

Je tiens à dire que je ne suis pas un séducteur, n'ai jamais connu de relation car je me préserve pour le mariage, et ai la naïveté de penser encore que les choses vont se faire plus ou moins seules uniquement grâce à Dieu. Or je réalise que cela ne semble pas être le cas.
Je souhaite trouver une femme en restant moi-même et en évitant de rentrer dans un jeu de séduction qui renierait ma personnalité pour plaire, bref, en restant "catholique" dans ma manière de séduire si cela à un sens.

J'aimerais épouser une catholique pratiquante partageant mes valeurs et pour laquelle j'ai une attirance minimale, et pour cela le lieu paroissial me paraît idéal.
Mais cela me paraît bien compromis au vu de ce qui se passe, bien que j'ai tendance à plaire physiquement.
A mon âge l'urgence de se caser avec une catholique de la vingtaine (si possible) se fait sentir.

Il y a aussi une cause de rejet liée à moi cependant, je pense. Je suis assez introverti et timide et je ne m'affirme uniquement que quand je suis en confiance.
De ce fait, je ne suis pas très doué pour sociabiliser, même si j'ai progressé.

Vos conseils sont les bienvenus pour ces 2 problèmes (groupe et femme). Et je suis navré de ne pas avoir été plus concis, sous le coup de l'émotion sans doute...

zelie
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 550
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45
Localisation : France

Re: Mépris de groupe et perte de confiance

Message non lupar zelie » mar. 10 avr. 2018, 21:04

Cher Gemini,
le moins qu'on puisse en dire à vous lire, c'est que ça vous a bien "pris la tête" cette histoire à tiroirs. Vous ne pouvez continuer ainsi, à vous bouffer d'angoisse sur ce que pensent hypothétiquement les autres de tels ou tels aspects de votre personne. Il faut couper ce cercle vicieux qui vous pousse à vous déprécier et à vous replier sur vous-même. Peut-être en commençant à réaliser que dans la timidité il y a aussi cet orgueil subtil de celui qui estime de pas avoir à se faire violence pour aller vers les autres, mais qui attend que les autres, eux, se fassent violence pour vous accepter inconditionnellement, viennent vers vous, vous prennent en charge un petit peu...?

Vous évoquez un peu quelque chose qui pourrait être un début de solution: tout remettre à Jésus dans la prière. D'abord pour vous-même, pour en posant votre fardeau vous puissiez vous en décentrer, vous en mettre à distance et ainsi lâcher-prise sur tout ce qu'il se passera ensuite. S'unir à Jésus dans la prière est un authentique geste d'amour et d'union, où on abandonne son idée pour accueillir celle que Jésus prépare et construit pour nous. Regagnez en authenticité dans votre attitude et vos élans vers les autres, soyez vous-même, soyez vrai, et tant pis si ça ne plaît pas à tout le monde. Et pour ce qu'il en sortira, rien de grave, si ça marche, tant mieux, si ça ne marche pas, tant pis, il y aura d'autres personnes avec lesquelles vous vous entendrez bien, ailleurs. Il vous faut "creuser" cette idée-là, l'enrichir de votre prière et de votre abandon confiant à la Providence, et pourquoi lire dessus, les témoignages de personnes ayant demandé à Dieu de les aider à trouver un conjoint sont légion, tout comme les témoignages de ceux qui se battent contre le délitement de leur couple, ou contre des tas d'autres choses. Par la lecture, la prière et tout autre moyen, renouez avec une confiance heureuse et légère en Dieu, notre Père aimant et prévenant, cela vous aidera beaucoup à attendre, encore, encore, pour connaître Ses Vues sur vous. J'ai plus d'une fois lu qu'un homme en recherche d'une compagne finissait par adopter de son plein gré une vie de célibat suite à un cheminement spirituel, ou qu'un homme se demandant pourquoi Dieu le faisait tant attendre sa compagne se rendait compte en la rencontrant qu'en fait Dieu avait tout simplement attendu que la compagne soit "prête" avant d'impulser la rencontre et combien Il avait bien fait, pour le succès du couple à venir qu'il en fût ainsi! Quand ce n'était pas tout simplement que Dieu attendait que ce soit l'homme qui de son coté soit prêt, et que l'attente plus ou moins longue ne dépendait en fait que de lui!
Je voudrais vous faire comprendre, à travers ces exemples, que vous êtes précieux pour Dieu, et que ce n'est pas parce que vous attendez que Dieu vous a oublié. Il a un plan pour vous, à son Heure, à sa Manière, et il se peut que ce plan vous surprenne.
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre

zelie
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 550
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45
Localisation : France

Re: Mépris de groupe et perte de confiance

Message non lupar zelie » mar. 10 avr. 2018, 22:03

Je suis désolée Gemini je continue ma réponse ici mon ordinateur a planté entre mes deux messages. Du coup, je vous demande votre indulgence pour mon premier message, il est parti sans aucune relecture, ni sur le style, ni sur l'orthographe.

Donc je continue.
A coté de la question du couple/compagne, et je comprends combien cela peut finir par être pesant, vous vous posez la question de l'acceptation dans un groupe. Dans un groupe de jeunes gens de 10 à 12 ans de moins que vous. Là il y a matière à réflexion.

Il m'a semblé, à vous lire, que certaines personnes n'avaient pas fait preuve de respect et de considération à votre égard. Peut-être simplement parce qu'à 24/25 ans, la plaisanterie prime largement sur la maturité, mais il se peut que ce soit aussi parce que ces personnes essaient de vous faire passer le message qu'elles ne vous considèrent pas inclus dans le groupe. On ne peut le confirmer, mais les deux hypothèses sont possibles. Dans les deux cas, elles ont au moins un point commun: vous n'avez pas trouvé votre place dans ce groupe, et il se peut que vous ne l'y trouviez jamais, car tous ne sont pas prêts à vous y accueillir?

Pour des moins de 25 ans, les plus de 30 ans sont souvent étiquetés "vieux" et "pas intéressants", ou ce genre de choses. C'est ainsi, avant d'être vieux et sage, il faut être jeune et con. C'est aussi vieux que le monde. Ce que je veux vous dire, c'est qu'il ne faut pas vous marteler la tête de "pourquoi" quand on bute sur des personnes immatures et non accueillantes. Cessez de culpabiliser et de chercher chez vous ce qui ne va pas. Quoi que vous fassiez, si vous ne rentrez pas dans leurs cases, vous n'y rentrerez jamais, et vice-versa: eux vous ne pourrez jamais les apprécier dans leurs délires de jeunes post-étudiants que la hauteur du mariage ne risque pas d'effleurer avant 10 ans.

Laissez tomber les "pourquoi" stériles et concentrez-vous sur "comment" vivre ce temps merveilleux de la trentaine -que Dieu vous DONNE!- de façon sereine, valorisante, épanouissante et constructive, dans la joie d'appartenir à Jésus et dans l'accomplissement de soi dont tout être a besoin; ce peut être en pratiquant un sport pour vous faire plaisir à vous et point, sans y chercher systématiquement le couplage loisir/religieux. Vous savez, Jésus vous accompagnera partout où vous voudrez bien le prendre, même si ce que vous faites n'est pas estampillé "groupe de prière religieux etc". Vous pouvez vous sentir connecté à Jésus dans la marche, la natation, le théâtre, la poterie ou la spéléo.

N'ayez pas de scrupules à faire quelque chose "pour vous", pour vous sentir bien, heureux, en pleine réalisation de soi, car comme dit l'Évangile: charité bien ordonnée commence par soi-même. Cela veut dire qu'il faut apprendre à s'aimer, à se donner du temps, à prendre soin de soi, à avoir une infinie tendresse pour soi-même, avant de croire pouvoir donner tout cela à d'autres. Donc, réalisez-vous, et laissez tomber ces personnes avec lesquelles vous êtes si peu accordé, et avec lesquelles vous ne le serez jamais tant que le rapport installé entre vous restera dans le pli toxique qu'il a pris. En vous occupant de vous, en vous octroyant une juste dose de plaisir, vous ne serez pas égoïste ou moins pieux, vous serez au contraire plus heureux, plus équilibré et par ricochet plus épanoui et moins timide. Vous avez à travailler sur votre timidité pour que cela ne dévore pas la suite de votre vie, et cela peut se faire en douceur et facilement si c'est fait un peu chaque semaine dans une activité qui vous plaît, tout simplement. L'activité qui vous plaît vous mènera d'elle-même vers des personnes qui vous correspondront mieux.

Le deuxième groupe de prière, celui qui est bienveillant avec vous, est bien évidemment à garder, car à vous lire on y sent tout le travail réussi d'adaptation à un groupe qu'il vous a coûté mais qui fonctionne bien maintenant. Cela vous prouve que vous êtes tout à fait capable de vous intégrer à un groupe même si cela vous demande des efforts durables, et cela me conforte dans l'impression que le groupe de jeunes n'est pas fait pour vous, ou plutôt qu'ils considèrent que vous n'êtes pas fait pour eux.

Un dernier mot sur le couple que vous appelez de vos voeux; les journaux chrétiens, comme Chrétiens magazine, Parole et prière, Famille chrétienne, Stella Maris, que sais-je encore, proposent des tas de retraites de discernement pour jeunes hommes, ainsi que des pèlerinages en groupe à l'étranger (des supers beaux voyages), ou des groupes pour prier et rencontrer des célibataires catholiques pratiquants sur des mini-retraites d'un week-end, etc. Des abbayes aussi le font, comme l'abbaye Saint Joseph de Clairval, ou Saint Joseph de Montrouge. Votre diocèse aussi, sur son site, doit surement donner des informations dans ce sens, tout comme les sites de certaines fraternités. Il se peut aussi que sur ce point des forumeurs aient des bonnes adresses à vous donner. Vous pouvez chercher sur le net en ce sens, il y a beaucoup de choses qui se font de nos jours. A défaut d'une compagne que personne à ce jour ne peut vous promettre, vous y trouverez toujours un cheminement spirituel accompagné, non solitaire dans votre souffrance, et surement une clarification, voire une sublimation (?) de votre projet actuel. C'est tout le bien que je vous souhaite, et tout le monde ici avec moi.

Au plaisir de vous relire...
En attendant, que Dieu vous accompagne dans la prière et dans l'abandon à Sa Providence!

Zélie
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 4597
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: Mépris de groupe et perte de confiance

Message non lupar gerardh » mer. 11 avr. 2018, 11:31

_____

Bonjour,

Peut-être serait-il utile que vous voyiez un psychologue. Ce métier a ses défauts mais aussi ses avantages.


_____

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 9977
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: Mépris de groupe et perte de confiance

Message non lupar Fée Violine » mer. 11 avr. 2018, 18:29

Bonjour Gemini,

peut-être pourriez-vous écrire à la jeune fille pour vous expliquer. Écrire est une bonne façon de parler sans être interrompu (c'est pourquoi j'apprécie les forums !).

Gemini
Ædilis
Ædilis
Messages : 15
Inscription : ven. 27 mai 2016, 23:33
Conviction : catholique

Re: Mépris de groupe et perte de confiance

Message non lupar Gemini » mer. 11 avr. 2018, 23:42

Bonsoir, merci à tous d'avoir pris la peine de me répondre.

Zelie,
Merci à vous de votre réponse complète et emprunte de sagesse.
Effectivement, vous avez vu juste, j'ai un certain amour propre et je n'aime pas perdre la face ou être humilié publiquement.
En fait quand je ne connais pas un groupe, j'apprends à l'observer en restant très discret et c'est une fois que je le connais que je commence peu à peu à prendre des initiatives pour m'intégrer et être plus actif.
Le problème étant qu'à la moindre humiliation publique, c'est terminé, je me met en retrait.
Le point gênant est plus là je pense, savoir réagir face à ces attitudes en publique pour garder la face car je suis de nature trop fragile et n'ai pas assez de force de caractère pour pouvoir me faire respecter dans ces situations.

Pour l'union à Jésus, je le prie de toute manière tous les jours + la Sainte Vierge (1 rosaire en moyenne du lundi au jeudi chaque semaine) + le Veni Creator tous les jours + la prière au Père éternel tous les jours aussi et je ne suis pas prêt de m'arrêter vu comment cela me nourrit spirituellement.
Votre conseille de rester moi-même est également très judicieux, dans la mesure où je me soucis généralement trop du regard des autres pour 2 raisons: par manque de confiance, et par peur que la confiance ou l'excès de confiance me fassent tomber dans l'orgueil au détriment de l'humilité.
Il est clair que pour cette fille, cela n'était déjà pas facile, mais que cela risque maintenant de devenir beaucoup plus dur d'échanger avec elle.

J'ai déjà également pensé à une vie de célibat, vu que je n'ai jamais réussi à séduire une fille que me plait...
J'ai beau être plutôt séduisant physiquement, cela est en fait très mineur en comparaison d'une personnalité affirmée et pleine de confiance qui est un critère déterminant d'attirance chez la plupart des femmes. Seulement voilà, je suis amoureux de cette fille, j'ai l'impression que c'est peut-être réciproque mais je suis incapable d'aller plus loin au vu de cette situation, ce que je trouve dommage et frustrant, car j'ai du mal à concevoir que dieu me fasse connaître tout cela pour n'aboutir à aucune relation.
En gros, je ne recherche pas à tout prix une conjointe, et pourrais même envisager le célibat, mais quand je vois une telle occasion se présenter avec une attirance réciproque et un profil qui me correspond, je me dis que c'est problématique que rien ne se fasse.

Pour la question du groupe, votre avis me paraît assez réaliste.
Je pense qu'il y a bien une forme d'immaturité de quelques-uns sans aller jusqu'au fait que je sois étiqueté "vieux", physiquement du moins (je fais à priori plus jeune que certaines personnes du groupe qui ont la vingtaine). Le niveau moyen est également plutôt bon (bonnes écoles d'ingénieurs, dont une personne des Mines et Supelec) mais n'empêche pas les défauts évoqués.

Ce que vous dites sur le fait d'avoir ses loisirs personnels pour se renforcer tombe à point car j'ai récemment eu la démarche inverse: arrêt important de mes jeux vidéos quotidiens par sentiment d'égoïsme lié à la dernière période de Carême pour me consacrer d'avantage à la vie religieuse et diminution de contacts d'amis joueurs avec qui je m'entend très bien pour favoriser cette vie paroissiale en pensant qu'ils me feraient de l'ombre dans ma vie religieuse, car non croyants et parfois limite anticlérical dans leurs propos.
Avec le recul, cela était une erreur, car cela a rompu un certain équilibre social que j'avais.

J'ai fait l'erreur de prioriser ce groupe sur le second avec lequel cela se passait bien, ainsi que sur ma famille, dans l'espoir inconscient sans doute de m'épanouir dans ce groupe, voir même de nouer une relation amoureuse.
Après réflexion, je pense prioriser sur ce second groupe et reprendre contact avec mes amis non religieux, afin de rester "moi-même" et regagner un peu de confiance. Je continuerais à venir à l'autre group car c'est le seul où il y a des échanges de textes, mais à fréquence moindre, histoire de garder un certain détachement et me sentir moins dépendant.

Je prends note des retraites de discernement et y pense y réfléchir sérieusement d'ici la fin de l'année suivant la manière dont va évoluer la situation.
Merci beaucoup encore de vos conseils très utiles.

Geradh, merci de votre avis.
Je connais les psychologues mais ne pense sincèrement pas que cela soit judicieux.
J'ai une vie sociale correct, des amis à qui parler, etc. Le problème de timidité que j'ai est à mon sens plus lié à ma personnalité et se travail d'avantage en situation social je pense. Et d'expérience, cela ne m'a jamais été efficace me concernant.

Fée Violine, merci de votre conseil qui me paraît adapté à ma situation.
Je suis en effet tout comme vous nettement plus à l'aise à l'écrit de manière général, car cela me permet de prendre du recul et mûrir ma réflexion.
C'est en partie pour cette raison que je suis présent sur d'autres types de forums.
Maintenant je n'ai pas son téléphone, mais j'ai par contre son mail.
Reste à savoir ce que je pourrais bien lui écrire et quelle accroche trouver suite à la piteuse image que j'ai dû donner de moi même dernièrement.
Vu que je ne lui ai jamais écrit avant, elle risquerait en effet d'avoir peur...

Avatar de l’utilisateur
Fleur de Lys
Censor
Censor
Messages : 96
Inscription : sam. 20 avr. 2013, 9:59
Conviction : en chemin vers le baptême
Localisation : France

Re: Mépris de groupe et perte de confiance

Message non lupar Fleur de Lys » jeu. 12 avr. 2018, 9:30

Bonjour Gemini,

Je compatis à votre problème de timidité en groupe, car je connais bien. J'ai vite l'air d'une cruche face à un groupe, alors que je ne produis pas cet effet en tête à tête. C'est dû à un manque de répartie pour contrer les remarques d'autrui.
Une bonne parade consiste à faire preuve d'humour et de détachement. Se renfermer est contre-productif.
Et vous faites bien en effet de vouloir revenir à vos groupes de vrais copains, parce que il n'y a pas de miracle, on ne peut se sentir pleinement à l'aise dans un groupe qui ne nous correspond pas.

Reste cette jeune fille...
Un petit mail sans se lancer dans d'interminable discours (il ne faudrait pas l'effaroucher) pour lui proposer un verre, une petite promenade au parc, une visite qui vous plairait en commun. Si vous aviez déjà parlé de quelque chose à visiter ou à découvrir, ça peut servir d'accroche. (Si je parles de visite plutôt que de simplement boire un verre, c'est que je trouve cela moins intimidant pour commencer d'avoir quelque chose à faire ensemble plutôt que se regarder face à face dans le blanc des yeux).

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 9977
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: Mépris de groupe et perte de confiance

Message non lupar Fée Violine » jeu. 12 avr. 2018, 13:05

Reste à savoir ce que je pourrais bien lui écrire et quelle accroche trouver suite à la piteuse image que j'ai dû donner de moi même dernièrement.
Vu que je ne lui ai jamais écrit avant, elle risquerait en effet d'avoir peur...
Dites-lui simplement ce que vous pensez, ce que vous nous expliquez ici. Mais en plus court, bien sûr. Tiens, votre situation me fait penser à cette scène hilarante du film "Les dieux sont tombés sur la tête", où le héros, un gars costaud et sûr de lui, devient si maladroit et empoté devant la femme qu'il aime, qu'elle éclate de rire ; alors il lui explique (tout en faisant retomber par terre les objets au fur et à mesure qu'il les ramasse), qu'en temps ordinaire il est très normal, mais que devant elle il perd complètement ses moyens, et elle rit tellement qu'elle est touchée par cette étrange déclaration et lui accorde son amour. (c'est une des scènes de cinéma les plus drôles que je connaisse :rire: ). Dans une autre histoire, je ne sais plus laquelle, il est dit que le signe auquel on reconnaît qu'un homme est amoureux, c'est quand il se prend les pieds dans le tapis.
À plus forte raison pour vous qui êtes timide.
Vous pouvez lui écrire dans ce sens. Pourquoi pas une vraie lettre ? (il est vrai que je suis à l'ancienne mode, où on écrivait des lettres sur du papier)

Bon courage et bonne chance ! :)

invitée2
Barbarus
Barbarus

Re: Mépris de groupe et perte de confiance

Message non lupar invitée2 » jeu. 12 avr. 2018, 15:49

Reste à savoir ce que je pourrais bien lui écrire et quelle accroche trouver suite à la piteuse image que j'ai dû donner de moi même dernièrement.
Vu que je ne lui ai jamais écrit avant, elle risquerait en effet d'avoir peur...
Bonjour Gémini,

si vous voulez sortir de l"expectative et ne pas avoir de regrets : vous lui dites que vous aimeriez la connaître mieux et vous l'invitez à prendre un verre. Si vous lui plaisez, elle acceptera certainement. Si vous ne lui plaisez pas, elle vous dira qu'elle n'a vraiment pas le temps ou trouvera une autre excuse polie pour éviter la rencontre. Au moins, vous serez fixé.
Cela demande du courage car vous prenez le risque de vous voir non accepté, ce qui vous ferait passer par un moment désagréable mais c'est le jeu. La vie pleinement vécue et le bonheur demandent de la prise de risque.
Attention au vrai danger : éviter de prendre le risque du "non" pour cultiver le fantasme du "peut-être" et demeurer ainsi dans une forme de rêve et de questionnement sans fin qui est un refus de vivre. Osez ! Pas de bonheur sans courage !

La timidité forte et la dépréciation de soi ? à ne pas minimiser car cela peut clairement empêcher de faire les choix nécessaires, empêcher de passer à l'action. Les stages de développement personnel sont très adaptés à cette difficulté par exemple, les stages sur l'ennéagramme ou la CNV. Ce sont, en plus de très bonnes occasions de rencontre puisque ces stages sont à 80 pour cent remplis de femmes et que les hommes y sont plus que bienvenus.

En Christ,

Invitée2

Avatar de l’utilisateur
JCNDA
Quæstor
Quæstor
Messages : 337
Inscription : lun. 15 mai 2017, 17:43
Conviction : baptisé
Localisation : Loiret
Contact :

Re: Mépris de groupe et perte de confiance

Message non lupar JCNDA » jeu. 12 avr. 2018, 22:27

Bonsoir Gemini
Cela demande du courage car vous prenez le risque de vous voir non accepté, ce qui vous ferait passer par un moment désagréable mais c'est le jeu. La vie pleinement vécue et le bonheur demandent de la prise de risque.
invitée a raison. Il faut oser prendre des risques dans sa vie. Sinon, une personne ne construit pas grand chose. Si vous voulez un mariage et des enfants, il faudra accepter les critiques des femmes. Cette jeune fille n'est peut-être pas pour vous. Vous devrez affronter cette épreuve. Mais, vous avez besoin de réagir pour savoir. Dieu mettra sur votre chemin la femme qui a besoin de vous et de votre aide.
Bon courage
"Car Yahweh connait la voie du juste, mais la voie des pécheurs mène à la ruine."
L’abbé Augustin Crampon

Valérie
Censor
Censor
Messages : 86
Inscription : jeu. 01 juin 2017, 1:35

Re: Mépris de groupe et perte de confiance

Message non lupar Valérie » ven. 13 avr. 2018, 12:39

Bonjour Gemini,

Sans vous manquer de respect, peut-être que la personne qui vous a référé à ce groupe a raison et que vous vous faites des films. Je suis aussi une grande timide et je sais que nous avons tendance à suranalyser les faits et gestes des gens pour nous rassurer. Cela peut tellement être obsédant que nous finissons par prendre notre opinion pour la vérité alors que ce n'est pas le cas. Je crois que la meilleure solution est d'exprimer votre sentiment à la personne qui vous semble la plus compréhensive parmi ceux qui vous mépriseraient. Ainsi, peut-être qu'elle vous rassurera à propos des autres ou simplement parlera de vos impressions aux autres qui seront plus prudents à votre égard.

Pour la femme qui vous plaît, il n'y a pas 36 solutions. Il faut passer du temps avec elle. Proposez lui une activité. Comme l'un des participants du forum l'a dit, essayez de vous rappeler de quelque chose dont elle vous a déjà parlé. Et rappelez-vous, une peine de coeur est désagréable, mais finit toujours par passer.

Valérie

Avatar de l’utilisateur
JCNDA
Quæstor
Quæstor
Messages : 337
Inscription : lun. 15 mai 2017, 17:43
Conviction : baptisé
Localisation : Loiret
Contact :

Re: Mépris de groupe et perte de confiance

Message non lupar JCNDA » ven. 13 avr. 2018, 17:57

Gemini,
J'en ressens donc une double humiliation, un mépris de groupe et une peine de coeur.


Mon analyse de la situation sur cette peine de coeur:

Très difficile car cette personne est rarement isolée et je n'ai plus aucune accroche ou confiance pour attirer son attention. Mais tant que je n'ai pas pris un refus direct et catégorique je ne saurais jamais si une possibilité de relation réelle existe.
Valérie propose de vous confier à une autre personne. Je pense qu'il serait plus judicieux de discuter avec cette jeune fille directement, mais tout en modérant votre langage.
Vous vous embrouillerez, mais peut-être que votre relation amoureuse commencera ainsi avec elle.
"Car Yahweh connait la voie du juste, mais la voie des pécheurs mène à la ruine."
L’abbé Augustin Crampon

Valérie
Censor
Censor
Messages : 86
Inscription : jeu. 01 juin 2017, 1:35

Re: Mépris de groupe et perte de confiance

Message non lupar Valérie » sam. 14 avr. 2018, 6:44

Bonjour,

Avec tout le respect que je vous dois, je ne propose pas du tout de parler avec une autre personne. Peut-être que je me suis mal exprimée.
Je crois qu'il doit parler à la femme qui lui plait.

Par contre, pour ce qui est des gens qui le méprisent, selon lui, plutôt que d'affronter toutes ces personnes en même temps, je considère qu'il devrait s'adresser à la personne qui lui semble la plus compréhensive parmi les gens qui le mettent mal à l'aise.

J'espère que mon message est un peu plus clair, ;)

Valérie

Gemini
Ædilis
Ædilis
Messages : 15
Inscription : ven. 27 mai 2016, 23:33
Conviction : catholique

Re: Mépris de groupe et perte de confiance

Message non lupar Gemini » dim. 15 avr. 2018, 13:36

Merci à tous d'avoir pris la peine de me répondre.

Pour la fille, je sais à présent ce qu'il me reste à faire et on m'avait déjà suggéré d'agir de la sorte.
Il y a bien effectivement cette volonté inconsciente et piège de cultiver un espoir en attendant que les choses se fassent plutôt que de me heurter à un refus par une approche direct. Il s'agit bien d'un problème de confiance...

Je pense cependant attendre un peu pour voir si je ne peux pas développer de nouvelles occasions en apprenant à mieux connaître la personne et ainsi augmenter mes chances, car un refus dans l'immédiat pourrait apporter de nouvelles tensions au sein de la communauté.
Je vais donc attendre les 2 prochaines occasions et si c'est toujours pareil, je passerai alors au mail.

Pour le groupe, il y a effectivement sans doute une perception accentuée liée à ma timidité et c'est bien pour cela que je précise dans mon premier message que cela n'est peut-être pas intentionnel de la part du groupe.

Pour autant, il y a des faits qui demeurent et sont facilement mesurables de manière objective sans qu'un quelconque sentiment vienne biaiser les choses.
Quand on ne vous laisse pas parler, qu'on vous coupe, qu'on tourne vos propos en dérision alors que les autres n'ont pas ce traitement, on n'est plus dans l'ordre du ressenti mais de faits objectifs.

Je vais peut-être effectivement en parler à une personne du groupe avec qui je me sentirais le plus à l'aise mais je ne pense pas que cela risque de changer quoi que soit. La personne risque sans doute de me dire que tout va bien et qu'il n'y a pas de problèmes, car à partir du moment où un groupe n'est pas conscient de ses actes, elle n'est pas en mesure de réaliser ce qui se passe et pouvoir ainsi changer.

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 9977
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: Mépris de groupe et perte de confiance

Message non lupar Fée Violine » lun. 16 avr. 2018, 14:16

Je vais peut-être effectivement en parler à une personne du groupe avec qui je me sentirais le plus à l'aise mais je ne pense pas que cela risque de changer quoi que soit. La personne risque sans doute de me dire que tout va bien et qu'il n'y a pas de problèmes, car à partir du moment où un groupe n'est pas conscient de ses actes, elle n'est pas en mesure de réaliser ce qui se passe et pouvoir ainsi changer.
Mais si vous exprimez votre souffrance, votre ressenti, si vous donnez des faits précis (sans donner d'interprétation : juste des faits), comment cette personne pourrait-elle dire que tout va bien ? Si vous avez confiance en elle, c'est qu'elle n'est pas totalement stupide ou fermée.


Revenir vers « Soutien dans l'épreuve »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 8 invités