[Débat] Moralité de la vie homosexuelle

« Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu'il sache discerner le bien du mal » (1R 3.9)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions morales et éthiques. Certaines discussions de ce forum peuvent heurter la sensibilité des jeunes lecteurs.
Trinité
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1039
Inscription : lun. 02 févr. 2015, 22:50
Conviction : catholique

Re: [Débat] Moralité de la vie homosexuelle

Message non lupar Trinité » mer. 11 janv. 2017, 22:13

Bonjour Fils prodigue!

Il y a une évidence. " C'est Dieu qui dans sa grande sagesse nous a doté de nos pulsions"
L'envie de reproduction est inhérente à l'humain et même à la nature en général d'ailleurs! Si ce phénomène n'existait pas ,il y a longtemps que nous aurions assisté à l'extinction de l'espèce!
Maintenant je ne veux pas dire par là ,que nous pouvons faire n'importe quoi dans le cadre de nos pulsions!

Avatar de l’utilisateur
Héraclius
Consul
Consul
Messages : 2727
Inscription : lun. 30 sept. 2013, 19:48
Conviction : Catholique

Re: [Débat] Moralité de la vie homosexuelle

Message non lupar Héraclius » mer. 11 janv. 2017, 22:18

Diantre que ces questions sont compliquées.


Cela dit, en effet, je crois qu'un certain nombre de points sensibles, qui résument largement la question se posent.


(a) Effectivement, la question de la sexualité et de la difficulté du célibat/de l'abstinence. Question qui recoupe en son sein (1) la question de la difficulté naturelle de l'abstinence (2) la question de la difficulté culturelle de l'abstinence (j'entend par-là l'influence du discours dominant sur la sexualité).

(b) Le degré de radicalité qui est exigé du chrétien.

(c) La question de l'universalité des cas d'homosexuels vivant en soumission à l'Eglise (comme Raistlin ou le Fils Prodigue) et du statut normatif ou non de leur mode de vie.



La dernière question est très intéréssante. L'argument d'axou, en substance, les renvoie à leur propre subjectivité. Ce que vous faites c'est très bien, sans doute résultant d'un haut appel du Seigneur, mais rien ne vous dit que votre situation est universalisable. L'argument est assez juste, mais il a pour corollaire que si nous sommes tous renvoyé à notre subjectivité (blessée par le péché), alors rien ne nous dit que leur situation n'est PAS universalisable pour autant. C'est à dire que si on dit "Raistlin ne peut pas savoir si son cas est généralisable", on est logiquement amené à dire "axou ne peut pas savoir si le cas de Raistlin n'est pas généralisable". On est renvoyé à notre non-connaissance (notre a-gnotsticisme).


La seconde me laisse aussi songueur. Il faut dire que je n'aime pas beaucoup l'idée que Dieu "accompagne" nos vies. Non, il les boulverse, il les convertit, il les embrase. Il envoie l'Ange de la Mort tuer le viel homme en nous. Il nous appelle à une sainteté totale, et inatteignable, mais vers laquelle nous devons courir. Cela ne veut pas dire que Dieu nous désire 'Pur' 'Juste', mais il veut que nous fassions tout ce qui est à notre portée (c'est à dire pas grand' chose relativement à Sa Grâce mais TOUT pour nous) pour nous donner à lui.


Je refuse notamment catégoriquement l'idée qu'il y ait une sorte d'élite appellé à une vocation radicale, sur-humaine, mais pas les autres. Au fond, nous sommes tous appellés à la radicalité de l'hermite le plus ascétique; simplement, cette radicalité peut et doit s'exprimer dans une vie normale la plupart du temps. Et nous echouons tous (y compris l'hermite) mais le fait d'essayer est le plus important.


C'est d'ailleurs ce que l'Eglise appelle l'état de grâce par opposition à l'état de péché mortel. Être en état de grâce, c'est pas être saint, c'est d'être dans le repentir (et être pardonné) de tous ses péchés. En gros c'est d'essayer du maximum, avoir réformé de sa vie tout ce qu'il est humainement possible de faire pour se jeter dans le gouffre sans fond de l'amour de Dieu.


Dit comme cela cela semble peut-être une critique complète du bel élan de coeur d'axou, mais c'est un peu plus complexe. Ce que je veux dire, c,est que tout dépend de ce que l'on met derrière les mots et des conceptions que l'on a de l'appel du Christ pour tous les hommes. Si le moine n'est pas un super-chrétien, mais un chrétien "normal", on conçoit bien plus aisément que le cas d'un "Fils Prodigue" soit du même coup "normal".


Si on a l'idée du Chrétien comme de quelqu'un tendu comme la corde d'un arc vers l'absolu, de quelqu'un entrain de passer dans les flammes d'une purification totale, d'un être en chute libre dans un gouffre sans fin... Ce n'est pas pareil que si on a l'idée de la dimension spirituelle comme se "sur-imposant" aux réalités du monde.


Est-ce que le Royaume de Dieu est vraiment totalement différent du régime naturel ? Est-ce qu'on met l'emphase sur le Dieu nous aide là ou nous sommes, dans notre situation particulière, ou sur le Dieu qui nous tire d'Egypte pour nous jeter dans 40 ans de désert en vue de la Terre Promise ?


Je veut pas dire cela avec un ton trop polémique. Juste mettre en lumière des différences de fond dans le lecture de l'Evangile qui conditionnent si je puis dire, la lecture que l'on fait du monde.



Héraclius -
Deus illum exaltavit et donavit illi nomen super omne nomen ut in nomine Iesu omne genu flectat caelestium et terrestrium et infernorum.

"Seul l'Amour est digne de Foi" - Hans-Urs von Balthasar

Avatar de l’utilisateur
Le Fils Prodigue
Censor
Censor
Messages : 51
Inscription : ven. 27 mai 2016, 19:32
Conviction : Catholique romain

Re: [Débat] Moralité de la vie homosexuelle

Message non lupar Le Fils Prodigue » mer. 11 janv. 2017, 22:21

Trinité,

Je sais très bien que l'envie de reproduction est inhérente à l'espèce humaine. Ai-je dit que les rapports sexuels et la vie de couple n'étaient pas bons et qu'il fallait les éviter à tout prix ? Non. J'ai dit qu'ils n'étaient pas une fin en soi et qu'ils ne constituaient pas la seule et unique manière de vivre. Nous sommes bien d'accord que Dieu donne à certains la vie de couple, et à d'autres, le célibat. En tout état de cause, il s'agit de bien discerner quelle direction nous donnerons à notre vie.

Fraternellement
"Mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !
Il s'est penché sur son humble servante ; désormais, tous les âges me diront bienheureuse."

Trinité
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1039
Inscription : lun. 02 févr. 2015, 22:50
Conviction : catholique

Re: [Débat] Moralité de la vie homosexuelle

Message non lupar Trinité » mer. 11 janv. 2017, 22:43

Trinité,

Je sais très bien que l'envie de reproduction est inhérente à l'espèce humaine. Ai-je dit que les rapports sexuels et la vie de couple n'étaient pas bons et qu'il fallait les éviter à tout prix ? Non. J'ai dit qu'ils n'étaient pas une fin en soi et qu'ils ne constituaient pas la seule et unique manière de vivre. Nous sommes bien d'accord que Dieu donne à certains la vie de couple, et à d'autres, le célibat. En tout état de cause, il s'agit de bien discerner quelle direction nous donnerons à notre vie.

Fraternellement
On est d'accord!
Fraternellement

Avatar de l’utilisateur
Suliko
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1850
Inscription : ven. 07 janv. 2011, 22:02

Re: [Débat] Moralité de la vie homosexuelle

Message non lupar Suliko » mer. 11 janv. 2017, 22:55

Bonsoir Héraclius,

A mon avis, vous compliquez vraiment trop les questions soulevées par ce fil. Il s'agit simplement de rappeler que les commandements divins ne sont pas relatifs et que nous avons l'obligation de nous y plier. Si certains catholiques refusent déjà ce simple point, pourtant tout à fait traditionnel, on ne va pas s'en sortir. Or, malheureusement, c'est le cas : beaucoup de croyants, sur ce fil et dans la "vraie" vie, sont convaincus que les lois divines représentent un simple idéal et ont une conception des plus floues de ce qu'est un péché mortel.
L'un des malfaiteurs suspendus à la croix l'injuriait:"N'es-tu pas le Christ? Sauve-toi toi-même, et nous aussi." Mais l'autre, le reprenant, déclara:"Tu n'as même pas crainte de Dieu, alors que tu subis la même peine! Pour nous, c'est justice, nous payons nos actes; mais lui n'a rien fait de mal." Et il disait:"Jésus, souviens-toi de moi, lorsque tu viendras avec ton royaume." Et il lui dit:"En vérité, je te le dis, aujourd'hui tu seras avec moi dans le Paradis."

Avatar de l’utilisateur
Héraclius
Consul
Consul
Messages : 2727
Inscription : lun. 30 sept. 2013, 19:48
Conviction : Catholique

Re: [Débat] Moralité de la vie homosexuelle

Message non lupar Héraclius » mer. 11 janv. 2017, 23:21

Bonsoir Héraclius,

A mon avis, vous compliquez vraiment trop les questions soulevées par ce fil. Il s'agit simplement de rappeler que les commandements divins ne sont pas relatifs et que nous avons l'obligation de nous y plier. Si certains catholiques refusent déjà ce simple point, pourtant tout à fait traditionnel, on ne va pas s'en sortir. Or, malheureusement, c'est le cas : beaucoup de croyants, sur ce fil et dans la "vraie" vie, sont convaincus que les lois divines représentent un simple idéal et ont une conception des plus floues de ce qu'est un péché mortel.
Je sais bien mais Axou, pour faire simple, n'acceptera pas un commandement comme divin si on lui en démontre pas la logique. Axou n'est pas soumise de façon inconditionnelle, a-priori, au magistère moral de l'Eglise, qu'elle n'assimile pas aux loi divines. (Je ne pense pas d'ailleurs qu'axou pense que les lois divines sont relatives, sa position est un peu plus subtile que cela).


Vous et moi, nous sommes soumis apriori à l'Eglise. Elle je crois qu'elle devrait. Mais en attendant pour dialoguer avec quelqu'un il faut utiliser un terrain d'entente commun. La soumission absolue à l'Eglise n'en est pas un, donc j'adapte mon discours. Si j'abordais le même problème avec vous, je me contenterais de vous envoyer 3 références au Denzinger. A l'évidence, Axou sait parfaitement ce que vous pensez, et répéter une énième fois "Le magistère moral dit A, vous dites non-A, vous avez tort" ne va pas la faire évoluer.


A moins que vous vous n'ayez soudainement appris l'avis de l'Eglise dans le dernier message de Suliko, chère Axelle, et que vous vous soyez écriée "bien sûr !" avant de courir assister à la messe tridentine la plus proche de chez vous ? :roule:
Deus illum exaltavit et donavit illi nomen super omne nomen ut in nomine Iesu omne genu flectat caelestium et terrestrium et infernorum.

"Seul l'Amour est digne de Foi" - Hans-Urs von Balthasar

Trinité
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1039
Inscription : lun. 02 févr. 2015, 22:50
Conviction : catholique

Re: [Débat] Moralité de la vie homosexuelle

Message non lupar Trinité » jeu. 12 janv. 2017, 0:13

[quote=Héraclius
Je sais bien mais Axou, pour faire simple, n'acceptera pas un commandement comme divin si on lui en démontre pas la logique. Axou n'est pas soumise de façon inconditionnelle, a-priori, au magistère moral de l'Eglise, qu'elle n'assimile pas aux loi divines.
[/quote]

Trinité
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1039
Inscription : lun. 02 févr. 2015, 22:50
Conviction : catholique

Re: [Débat] Moralité de la vie homosexuelle

Message non lupar Trinité » jeu. 12 janv. 2017, 0:16

]

Je sais bien mais Axou, pour faire simple, n'acceptera pas un commandement comme divin si on lui en démontre pas la logique. Axou n'est pas soumise de façon inconditionnelle, a-priori, au magistère moral de l'Eglise, qu'elle n'assimile pas aux loi divines. (Je ne pense pas d'ailleurs qu'axou pense que les lois divines sont relatives, sa position est un peu plus subtile que cela)
Vous avez très bien résumé la situation cher Héraclius! :)

Avatar de l’utilisateur
Suliko
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1850
Inscription : ven. 07 janv. 2011, 22:02

Re: [Débat] Moralité de la vie homosexuelle

Message non lupar Suliko » jeu. 12 janv. 2017, 0:22

Vous et moi, nous sommes soumis apriori à l'Eglise. Elle je crois qu'elle devrait. Mais en attendant pour dialoguer avec quelqu'un il faut utiliser un terrain d'entente commun. La soumission absolue à l'Eglise n'en est pas un, donc j'adapte mon discours. Si j'abordais le même problème avec vous, je me contenterais de vous envoyer 3 références au Denzinger. A l'évidence, Axou sait parfaitement ce que vous pensez, et répéter une énième fois "Le magistère moral dit A, vous dites non-A, vous avez tort" ne va pas la faire évoluer.
Je comprends bien votre approche, mais je doute de sa pertinence. En effet, elle vous oblige en quelque sorte à distinguer deux sortes de catholiques : ceux qui se soumettent à l'enseignement moral de l'Eglise et ceux qui ne s'y soumettent pas (ou au cas par cas). Le souci, c'est que cette deuxième catégorie de catholiques n'a à vrai dire jamais été considérée comme vraiment catholique dans le passé, ou alors j'ai loupé un épisode de l'histoire de l'Eglise...
A vrai dire, je dois reconnaître mon incapacité à comprendre les gens comme axou. Pour moi, un catholicisme qui relativise les commandements divins est tout simplement un catholicisme qui ne tient plus la route, qui n'est plus du tout convaincant. Je ne saisis pas comment l'on peut rendre subjectif tout le domaine de la morale, puisque cela revient de fait à relativiser également toute la théologie de l'Eglise relative à la question du péché, des fins dernières, de l'utilité des sacrements, etc...A mon sens, le problème de base touche à vrai dire à la conception même de ce qu'est le catholicisme. J'avais déjà essayé d'aborder le sujet il y a quelques mois, sans grands résultats...Je confesse mon impuissance, mais en même temps, je dois bien dire que ce qui m'énerve un peu, c'est qu'à partir du moment où des pans entiers de l'Eglise considèrent comme acceptable de relativiser les enseignement moraux de notre religion, forcément, les croyants qui s'obstinent à ne rien rejeter de cet enseignement sont vus comme des intégristes, des bornés, des rigides, et j'en passe et des meilleures ! (Vous savez, le genre de réflexions dans le genre :"Bon, tu es catholique, ok, mais quand même, tu ne comptes pas attendre jusqu'au mariage !"). Un autre problème de la position de l'Eglise envers les catholiques "progressistes" (j'utilise cette expression pour simplifier un peu les choses), c'est qu'elle décourage les catholiques fidèles à la morale traditionnelle. On ne peut pas déclarer comme axou que le choix de vie de Raistlin n'a pas à être une norme de conduite pour tous les homosexuels et nier qu'un tel discours ne fait que déprimer les rares homosexuels qui se refusent à céder à l'esprit du monde...(On peut bien sûr étendre le raisonnement à tous les points de doctrine morale remis en cause par le catholicisme libéral.).
(Je ne pense pas d'ailleurs qu'axou pense que les lois divines sont relatives, sa position est un peu plus subtile que cela).
Pourriez-vous développer ? Je ne saisis pas toutes ces nuances...
L'un des malfaiteurs suspendus à la croix l'injuriait:"N'es-tu pas le Christ? Sauve-toi toi-même, et nous aussi." Mais l'autre, le reprenant, déclara:"Tu n'as même pas crainte de Dieu, alors que tu subis la même peine! Pour nous, c'est justice, nous payons nos actes; mais lui n'a rien fait de mal." Et il disait:"Jésus, souviens-toi de moi, lorsque tu viendras avec ton royaume." Et il lui dit:"En vérité, je te le dis, aujourd'hui tu seras avec moi dans le Paradis."

Avatar de l’utilisateur
sarthasiris
Censor
Censor
Messages : 146
Inscription : sam. 07 mai 2016, 17:44
Conviction : Agnostique

Re: [Débat] Moralité de la vie homosexuelle

Message non lupar sarthasiris » jeu. 12 janv. 2017, 4:33

@Jeremy, ce que vous dites est édifiant, je me demande comment on peut soutenir de telles paroles et clamer que Dieu n'est "qu'amour" il y là selon moi une grosse incohérence. Votre vision du christianisme est terrifiante.
La pomme est bien séduisante cher Axou comme le sont ces hommes qui cajolent votre chair, mais derrière il y a de petits malins qui ont des barbelé pour vous piéger et dévorer votre âme éternellement. C'est cela le salaire du péché, la mort éternelle et ça doit tous nous faire frémir... vous êtes déjà morte si vous n'arrivez plus à distinguer ce qui est vrai de ce qui est faux, la route du Ciel ne vous est déjà plus accessible.
Donc vous dites dans le plus grand des calmes que cette personne ira en enfer si elle change pas son comportement, quel genre d'individu peut se permettre de dire des choses aussi blessantes? Vous pensez surement que ce que vous dites est un mal pour un bien, pour faire changer. Pourtant je vous assure que votre phrase s'apparente d'avantage à de l'intimidation qu'à une quelconque action bienveillante. Vous feriez mieux de vous soucier de votre attitude, plutôt que de celle des autres.
Il n'y a qu'un seul Catholicisme comme il n'y a qu'un seul Dieu car il n'y a qu'une seule et unique Vérité devant laquelle nous plierons le genoux, de gré ou de force.
Etre persuadé de tout savoir est un grave défaut. Alex Mero disait que "Les certitudes aveuglent les vérités" Ce qu'il faut comprendre c'est qu'à force de se murer dans sa propre vision de la réalité on fait abstraction son sens commun le plus élémentaire.
Le but du monde et de la vie humaine (qui est la vie Catholique) est de rendre gloire à Dieu en accomplissant sa Volonté, dans notre monde tel qu'il est aujourd'hui nous rendons gloire en premier lieu à Mammon et à bien d'autres démons divers et variés alors que le fardeau du Christ est réellement doux et léger.
C'est pourtant l’église qui fait la "quête" après chaque messe, en te faisant te sentir coupable si tu ne vides pas tes poches. C'est aussi l’église qui dans certains pays est financée par les impôts. Donc oui, ce monde est régit par la richesse matérielle et le catholicisme -qu'il soit faux ou authentique- ne fait pas exception à la règle, il me semble.

Les démons doivent bien rigolés de voir que nous sommes aussi stupides et manipulables.
Il faut croire que cette affirmation ne vous concerne pas, au vu de la manière dont vous nous montrez les mécanismes de ce monde comme si vous étiez dans la confidence de Dieu.

Ce n'est pas parce que vous avez soudainement décidé de miser votre vie sur quelques bouquins que vous détenez la seule et unique vérité. Ce n'est pas parce que vous pensez tout savoir du seule et unique vrai chemin menant à la vie éternelle que vous pouvez vous permettre de dicter ce qui est bien ou mal à autrui.

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8004
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: [Débat] Moralité de la vie homosexuelle

Message non lupar PaxetBonum » jeu. 12 janv. 2017, 10:03

Donc vous dites dans le plus grand des calmes que cette personne ira en enfer si elle change pas son comportement, quel genre d'individu peut se permettre de dire des choses aussi blessantes?

La Vérité ne blesse que celui qui n'est pas prêt à la recevoir.
Oui La Lumière du monde nous semble parfois bien trop éblouissante, mais elle n'a pas à ternir pour notre confort sinon elle ne serait plus.

Nous tenons cela de Notre Seigneur :

" Si ton œil droit entraîne ta chute, arrache-le et jette-le loin de toi, car mieux vaut pour toi perdre un de tes membres que d’avoir ton corps tout entier jeté dans la géhenne. Et si ta main droite entraîne ta chute, coupe-la et jette-la loin de toi, car mieux vaut pour toi perdre un de tes membres que d’avoir ton corps tout entier qui s’en aille dans la géhenne."

" Que votre parole soit “oui”, si c’est “oui”, “non”, si c’est “non”. Ce qui est en plus vient du Mauvais."

St Paul est très clair :

"Ne vous y trompez point: ni les impudiques, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les efféminés, ni les infâmes,
ni les voleurs, ni les avares, ni les ivrognes, ni les calomniateurs, ni les rapaces ne posséderont le royaume de Dieu."

Il y a un choix à faire.
Nous ne faisons qu'exprimer les termes de ce choix, à chacun de choisir son camps.
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Jeremy43
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1018
Inscription : dim. 29 sept. 2013, 22:12

Re: [Débat] Moralité de la vie homosexuelle

Message non lupar Jeremy43 » jeu. 12 janv. 2017, 10:09

Bonjour,
Donc vous dites dans le plus grand des calmes que cette personne ira en enfer si elle change pas son comportement, quel genre d'individu peut se permettre de dire des choses aussi blessantes? Vous pensez surement que ce que vous dites est un mal pour un bien, pour faire changer. Pourtant je vous assure que votre phrase s'apparente d'avantage à de l'intimidation qu'à une quelconque action bienveillante. Vous feriez mieux de vous soucier de votre attitude, plutôt que de celle des autres.
Le bien, cher sarthasiris, n'est absolument pas de brosser dans le sens du poil pour suivre le monde dans sa perte mais bien d'énoncer ce qui est juste, droit et Saint et de le rechercher. De nous édifier mutuellement dans la Vérité pour atteindre le but qui est la félicité éternelle.

Nous sommes sur un forum Catholique, nous devons rappeler ce qui est Catholique, c'est tout. Pour le monde, il n'y a aucun problème aux unions illégitimes en dehors du cadre sacré du mariage, pour un catholique ce sont des choses très graves qui ne devraient pas exister et ce péché est un péché mortel qui coupe définitivement de la communion avec Dieu s'il n'est pas confessé et repenti. Les pensées impures non combattues sont déjà des ferments de damnation.

Il faut comprendre la nature de Dieu pour comprendre à la fois la gravité du péché et la grandeur de la Miséricorde.

Comme le dit Suliko, l'esprit du monde existe et il est viscéralement opposé à Dieu, or on ne peut pas être à la fois contre Dieu et avec Lui, il y a un choix à faire.

Toute la morale progressiste est d'une fausseté incroyable de toutes les manières puisqu'elle part du postulat que tous les hommes iront au Ciel, ce qui est un mensonge venant droit de l'enfer et la simple raison naturelle suffit pour constater cela en ouvrant les Ecritures Saintes. De là, tout le cadre moral et doctrinal qui encadre la vie du croyant pour le mener à Dieu vole en éclats au profit des idoles, qui sont des démons.

Vous pouvez, cher sarthasiris, brosser dans le sens du poil les personnes aux moeurs homosexuels et ainsi recevoir d'elles les éloges en ce bas monde, mais quand elles suivront leur maître de l'autre côté, maître qui les tortureront éternellement, vous aurez j'en suis sûr bien moins d'éloges.

J'insiste encore, mais il faut vraiment comprendre la nature de Dieu, sa Sainteté, pour comprendre à quel point le péché est grave et prend ses racines dans le coeur (d'où le fait qu'il faille le garder plus que tout autre chose). Les Catholiques qui ne respectent plus les commandements Divins les plus primaires ont déjà un pied en Enfer car, plus on s'approche de Dieu et plus on prend conscience du caractère monstrueux du péché et plus on se lave de celui-ci.

Il est bien plus facile de rejeter Dieu plutôt que de Le suivre car Dieu ne s'impose pas à l'âme humaine, la liberté dont nous disposons est quelque chose d'absolument terrible.
Etre persuadé de tout savoir est un grave défaut. Alex Mero disait que "Les certitudes aveuglent les vérités" Ce qu'il faut comprendre c'est qu'à force de se murer dans sa propre vision de la réalité on fait abstraction son sens commun le plus élémentaire.
Il y a bien des choses que je ne sais pas et je ne suis pas dans les confidences Divines, simplement quand on respecte les Commandements, tout devient bien plus lumineux. Et le premier Commandement c'est d'aimer Dieu plus que tout, quand on aime quelqu'un Sa volonté devient plus importante que la notre.

Le monde n'est pas comme vous le pensez fait de diverses idées qui ont toutes la même valeur et doivent être respectées, non, le monde est fait de vérités auxquelles tout homme est obligé de se soumettre, des vérités physiques mais également et surtout morales qui ne viennent pas du savoir humain mais du Ciel.

Mais encore une fois, cette pensée ne peut même plus être comprise pour un catholique progressiste qui a l'esprit tellement embrumé par les fables qu'il ne comprend plus que la Lumière brille dans les ténèbres mais que les ténèbres font tout pour l'arrêter et qu'il en sera ainsi jusqu'à notre mort. C'est ce que l'on nomme le combat spirituel.

Tout devient bien plus lumineux quand on accepte la première Vérité, il y a beaucoup d'appelés mais peu d'élus.

Tous les écrits des Saints montrent à quel point ce chemin vers Dieu est difficile, contraire à notre nature et combien nos ennemis sont pervers et usent de toutes les méthodes pour nous en détourner.

Bref, la Vérité est comme la nature de Dieu, Elle est simple, mais il convient d'accepter ce qu'Elle nous dit de nous même.

- Si vous, qui êtes mauvais, donnez de bonnes choses à vos enfants, combien plus le Père du Ciel donnera-t-il l'Esprit Saint à ceux qui le Lui demandent
- Engeance perverse et incrédule, jusqu'à quand vous supporterai-je ?
- Faîtes pénitence sinon vous mourrez tous

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 3062
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: [Débat] Moralité de la vie homosexuelle

Message non lupar Kerniou » jeu. 12 janv. 2017, 11:38

A Suliko,
Vous parlez de la" soumission" des catholiques à la morale de l'église. Je dirais plutôt "acceptation". C'est un terme plus positif. La foi n'est pas une soumission mais une adhésion, ce qui est différent. Chacun de nous est actif dans sa foi et non soumis.
Pour moi, le terme," soumission", renferme une notion de passivité qui ne va pas du tout avec le choix positif de la foi que chacun d'entre nous est amené à faire. Choisir la foi en Dieu et accepter la morale catholique sont des choix de vie librement consentis donc : actifs.
La symbolique des moutons et du berger illustre bien davantage la bienveillance divine à l'égard de l'homme et la confiance qu'il peut placer en Dieu que le devoir de l'homme à se soumettre sans réfléchir. Dieu a créé l'homme libre de ses actes. Mais si l'homme est libre d'agir, il assume, aussi, les conséquences de ses actes. .
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Avatar de l’utilisateur
Suliko
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1850
Inscription : ven. 07 janv. 2011, 22:02

Re: [Débat] Moralité de la vie homosexuelle

Message non lupar Suliko » jeu. 12 janv. 2017, 13:08

Vous parlez de la" soumission" des catholiques à la morale de l'église. Je dirais plutôt "acceptation".
Si vous voulez. Néanmoins, cela ne change rien au fond de mon propos : un catholique ne peut pas refuser d'accepter l'enseignement moral de l'Eglise sans tomber dans une totale incohérence théologique.
L'un des malfaiteurs suspendus à la croix l'injuriait:"N'es-tu pas le Christ? Sauve-toi toi-même, et nous aussi." Mais l'autre, le reprenant, déclara:"Tu n'as même pas crainte de Dieu, alors que tu subis la même peine! Pour nous, c'est justice, nous payons nos actes; mais lui n'a rien fait de mal." Et il disait:"Jésus, souviens-toi de moi, lorsque tu viendras avec ton royaume." Et il lui dit:"En vérité, je te le dis, aujourd'hui tu seras avec moi dans le Paradis."

axou
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1265
Inscription : lun. 15 sept. 2014, 3:23
Conviction : catholique
Localisation : Région parisienne et Bretagne

Re: [Débat] Moralité de la vie homosexuelle

Message non lupar axou » jeu. 12 janv. 2017, 13:15


A moins que vous vous n'ayez soudainement appris l'avis de l'Eglise dans le dernier message de Suliko, chère Axelle, et que vous vous soyez écriée "bien sûr !" avant de courir assister à la messe tridentine la plus proche de chez vous ? :roule:
:rire: :rire: :rire:

Vous me connaissez bien jeune Héraclius !
Je ne réponds à personne pour l'instant, je laisse les chargeurs se vider et choisis sagement et saintement de faire preuve d'ascèse silencieuse.

Au passage merci Satharasis pour votre réaction.

Bien à vous,

Axou


Revenir vers « Morale et Éthique »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité