[Débat] Moralité de la vie homosexuelle

« Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu'il sache discerner le bien du mal » (1R 3.9)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions morales et éthiques. Certaines discussions de ce forum peuvent heurter la sensibilité des jeunes lecteurs.
Trinité
Senator
Senator
Messages : 944
Inscription : lun. 02 févr. 2015, 22:50
Conviction : catholique

Re: [Débat] Moralité de la vie homosexuelle

Message non lupar Trinité » lun. 09 janv. 2017, 1:41

J'aime beaucoup votre spontanéité Axou!
Bravo pour ce discours que je cautionne entièrement! :clap:

Avatar de l’utilisateur
sarthasiris
Censor
Censor
Messages : 133
Inscription : sam. 07 mai 2016, 17:44
Conviction : Agnostique

Re: [Débat] Moralité de la vie homosexuelle

Message non lupar sarthasiris » lun. 09 janv. 2017, 2:01

Un Dieu qui impose la double peine ? alors non seulement tu as le malheur d'être homo avec les difficultés que cela comporte (familiales, sociales...), tu ne pourras pas avoir d'enfants, tu es "autre" avec cette altérité à assumer et EN PLUS tu n'as le droit à AUCUNE relation amoureuse et sexuelle ? porte ta croix mon gars (enfin, ta double croix...) et ferme ta g... si tu veux être un bon catho. Na.
C'est vrai que vu sous cet angle.. Très juste cette intervention.

-----------------------------------------------------------

J'ai trouvé une réponse assez amusante à proposer pour ceux qui citent la bible pour condamner l'homosexualité (comme plus tôt dans ce débat):
Lors d’une de ses émissions, une célèbre animatrice radio états-unienne fit remarquer que l’homosexualité est une perversion. « C’est ce que dit la Bible dans le livre du Lévitique, chapitre 18, verset 22 : « Tu ne coucheras pas avec un homme comme on couche avec une femme : ce serait une abomination ». La Bible le dit. Un point c’est tout », affirma-t-elle.

Quelques jours plus tard, un auditeur lui adressa une lettre ouverte qui disait :

« Merci de mettre autant de ferveur à éduquer les gens à la Loi de Dieu. J’apprends beaucoup à l’écoute de votre programme et j’essaie d’en faire profiter tout le monde. Mais j’aurais besoin de conseils quant à d’autres lois bibliques.

Par exemple, je souhaiterais vendre ma fille comme servante, tel que c’est indiqué dans le livre de l’Exode, chapitre 21, verset 7. A votre avis, quel serait le meilleur prix ?

Le Lévitique aussi, chapitre 25, verset 44, enseigne que je peux posséder des esclaves, hommes ou femmes, à condition qu’ils soient achetés dans des nations voisines. Un ami affirme que ceci est applicable aux mexicains, mais pas aux canadiens. Pourriez-vous m’éclairer sur ce point ? Pourquoi est-ce que je ne peux pas posséder des esclaves canadiens ?

J’ai un voisin qui tient à travailler le samedi. L’Exode, chapitre 35, verset 2, dit clairement qu’il doit être condamné à mort. Je suis obligé de le tuer moi-même ? Pourriez-vous me soulager de cette question gênante d’une quelconque manière ?

Autre chose : le Lévitique, chapitre 21, verset 18, dit qu’on ne peut pas s’approcher de l’autel de Dieu si on a des problèmes de vue. J’ai besoin de lunettes pour lire. Mon acuité visuelle doit-elle être de 100% ? Serait-il possible de revoir cette exigence à la baisse ?

Un de mes amis pense que même si c’est abominable de manger des fruits de mer (Lévitique 11:10), l’homosexualité est encore plus abominable. Je ne suis pas d’accord. Pouvez-vous régler notre différend ?

La plupart de mes amis de sexe masculin se font couper les cheveux, y compris autour des tempes, alors que c’est expressément interdit par Le Lévitique (19:27). Comment doivent-ils mourir ?

Je sais que l’on ne me permet aucun contact avec une femme tant qu’elle est dans sa période de règles (Levitique. 15:19-24). Le problème est : comment le dire ? J’ai essayé de demander, mais la plupart des femmes s’en offusquent…

Quand je brûle un taureau sur l’autel du sacrifice, je sais que l’odeur qui se dégage est apaisante pour le Seigneur (Levitique. 1:9). Le problème, c’est mes voisins : ils trouvent que cette odeur n’est pas apaisante pour eux. Dois-je les châtier en les frappant ?

Un dernier conseil. Mon oncle ne respecte pas ce que dit le Lévitique, chapitre 19, verset 19, en plantant deux types de culture différents dans le même champ, de même que sa femme qui porte des vêtements faits de différents tissus, coton et polyester. De plus, il passe ses journées à médire et à blasphémer. Est-il nécessaire d’aller jusqu’au bout de la procédure embarrassante de réunir tous les habitants du village pour lapider mon oncle et ma tante, comme le prescrit le Lévitique, chapitre 24, versets 10 à 16 ? On ne pourrait pas plutôt les brûler vifs au cours d’une simple réunion familiale privée, comme ça se fait avec ceux qui dorment avec des parents proches, tel qu’il est indiqué dans le livre sacré, chapitre 20, verset 14 ?

Je sais que vous avez étudié à fond tous ces cas, aussi ai-je confiance en votre aide.

Merci encore de nous rappeler que la loi de Dieu est éternelle et inaltérable.

Votre disciple dévoué et fan admiratif.
»
:rire:

source: https://brouillonsdeculture.wordpress.c ... -la-bible/

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 7952
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: [Débat] Moralité de la vie homosexuelle

Message non lupar PaxetBonum » lun. 09 janv. 2017, 9:56


La question se pose également avec les célibataires hétéros non religieux dont je fais partie : alors tu portes la croix douloureuse d'un célibat non choisi, tu n'as pas le bonheur de rencontrer la bonne personne avec laquelle tu pourrais fonder une famille, tu manges seule le soir dans ta chambre et EN PLUS, tu n'aurais pas le droit à une vie amoureuse et sexuelle ? File droit ma fille si tu veux être bonne catholique ! Et fermes ta g... toi aussi. Non mais !

Et ben non ! cela sera sans moi !!!
Cela remonte aux 10 commandements, Dieu n'a pas changé depuis.
Vous pouvez vous forger un dieu qui vous convient et qui dirait 'couche avec qui tu te sens bien', 'tue celui qui ne te reviens pas', 'vole le riche qui t'exaspère'… se sera votre dieu mais en rien Dieu.

Oui Dieu est un Dieu exigeant.
La vie de saints est là pour en témoigner, pourtant les saints ne sont pas sadomasochistes et ont vécu et vivent d'un bonheur que nous ne pouvons qu'envier.
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 7952
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: [Débat] Moralité de la vie homosexuelle

Message non lupar PaxetBonum » lun. 09 janv. 2017, 10:51

Tout ce que je dis ne vient pas en faux avec votre beau témoignage Raistling. Vous nous avez partagé votre expérience, qui est valable pour vous et qui peut certainement inspirer beaucoup d'autres, mais pas tout le monde.
Non le témoignage de Raistlin n'est pas que pour certains.
Raistlin témoigne courageusement de son adéquation au message du Christ.
Ce doit être le chemin de chacun qui cherche à plaire au Seigneur.
Il n'y a pas de voie alternative : nous sommes tous appelés à l'exigence de la sainteté comme Notre Père est Saint.
Les tièdes il les vomira de sa bouche : 'Ainsi, parce que tu es tiède, et que tu n'es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche."

Chacun a son histoire, certes.
Mais tous nous devons être sur ce chemin de sainteté, chacun à son rythme.
Ce chemin exige de condamner le péché comme un camouflet infligé à Dieu, même si ce péché nous leurre et semble nous rendre heureux.
Tout péché est attirant et donne une satisfaction passagère, sinon nous ne pêcherions pas tant…

Mais défendre le péché et ses attraits, cela je ne peux vous le laisser faire.
Je suis pécheur, loin derrière Raistlin sur ce chemin, mais je ne rajoute pas de malice en justifiant mon péché.
Dernière édition par PaxetBonum le lun. 09 janv. 2017, 11:28, édité 2 fois.
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 2964
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: [Débat] Moralité de la vie homosexuelle

Message non lupar Kerniou » lun. 09 janv. 2017, 11:23

Merci, chère Axou pour votre témoignage émouvant et enrichissant même s'il n'est pas conforme à la morale catholique.
Il nous rappelle combien l'abstinence est frustrante et voire, même douloureuse. La frustration douloureuse à supporter peut altérer la relation avec l'entourage et voire même perturber le fonctionnement affectif et psychique de la personne. Les plaisanteries sur la maniaquerie, la rigidité des" vieilles filles" et les "vieux garçons" "incapables" de rencontrer l'âme soeur, ne font, hélas, qu'illustrer cette pénible réalité.
Encore, merci, chère Axou, de votre vibrant témoignage.
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Avatar de l’utilisateur
sarthasiris
Censor
Censor
Messages : 133
Inscription : sam. 07 mai 2016, 17:44
Conviction : Agnostique

Re: [Débat] Moralité de la vie homosexuelle

Message non lupar sarthasiris » lun. 09 janv. 2017, 13:35

@PaxetBonum vous ne trouvez pas qu'il y a quand même une légère différence entre 'couche avec qui tu te sens bien' et 'tue celui qui ne te reviens pas'? J'ai vraiment du mal avec vos comparaisons. La sexualité et le crime n'ont, -jusqu'à preuve du contraire- strictement rien à voir.

Après, c'est subjectif bien entendu, mais en partant du principe que nous sommes les enfants de Dieu, j'imagine qu'il préfère nous voir mener une vie paisible dans le bonheur et l'amour, plutôt qu'une vie triste dans l'abstinence et la frustration, sous prétexte qu'on a pas eu la chance de rencontrer "l’âme sœur" à temps.

Pour certains, croire en Dieu est un pari, un pari en entre la vie terrestre et l'au-delà. Imaginez un instant qu'ils se trompent du coup ils n'auraient profité ni de l'un ni de l'autre, c'est une perspective que je trouve assez effrayante.

SergeA
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 597
Inscription : ven. 03 oct. 2014, 15:29
Conviction : Catholique
Localisation : Lyon région

Re: [Débat] Moralité de la vie homosexuelle

Message non lupar SergeA » lun. 09 janv. 2017, 13:54

...Pour certains, croire en Dieu est un pari, un pari en entre la vie terrestre et l'au-delà. Imaginez un instant qu'ils se trompent du coup ils n'auraient profité ni de l'un ni de l'autre, c'est une perspective que je trouve assez effrayante.
Encore une fois, ce regard n'est que le vôtre.
Personnellement, je trouve que c'est vous qui faite un pari risqué, car les enjeux entre une courte vie et une vie éternelle sont loin d'être comparables. Imaginez que vous vous trompiez .... c'est possible, n'est ce pas ?
Personnellement, je préfère passer une vie terrestre à faire du mieux que je peux (et en plus c'est pas si difficile quand on aime) en étant en accord avec un mode de vie, des valeurs, appelez cela comme vous voulez, que de risquer de perdre ce lien avec un Dieu que j'aime et dont je veux me rapprocher du mieux que je peux ici et pour après.
"Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée."

"Le sens de la vie sur terre, c’est de se préparer à la vie dans l’éternité et aider les autres dans leur préparation. Je t’emporterai quand tu auras atteint la limite de tes possibilités et quand ton service sera accompli." Alice Lenczewska

Avatar de l’utilisateur
katolik
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 955
Inscription : ven. 29 avr. 2011, 12:54
Conviction : catholique
Localisation : France
Contact :

Re: [Débat] Moralité de la vie homosexuelle

Message non lupar katolik » lun. 09 janv. 2017, 14:09

Cela nous devrait nous nous inciter à une certaine prudence et à une certaine délicatesse quand on parle de la sexualité d'autrui.
Bien à vous,
Axou
Axou, comme je l'ai déjà signalé sur ce forum, je suis papa d'une fille homosexuelle ....et sachez que je suis très touché par votre message :) !

Dans votre message j'y trouve de l'Amour et non du jugement ... aimer et non juger, définition même du croyant en Jésus, Fils de Dieu... merci axou :oui: .....

Quand au message de Sarthasiris, je connaissais ces divers textes bibliques.... Oui, heureusement que, au contraire de certains sur ce forum , la Foi ne se base pas sur des textes écrits il y a de nombreux siècles ..
J'ai regroupé plus de 2200 discours du Pape François sur www.papefrancois.fr ... N'hésitez pas à visiter ce site !

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 7952
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: [Débat] Moralité de la vie homosexuelle

Message non lupar PaxetBonum » lun. 09 janv. 2017, 15:31

@PaxetBonum vous ne trouvez pas qu'il y a quand même une légère différence entre 'couche avec qui tu te sens bien' et 'tue celui qui ne te reviens pas'? J'ai vraiment du mal avec vos comparaisons. La sexualité et le crime n'ont, -jusqu'à preuve du contraire- strictement rien à voir.
Je ne vous donne pas tort, je suis volontairement un peu ironique.
Toutefois, cela comporte une part de vérité : un péché est un refus de vivre selon la volonté de Dieu (le 'Non Fiat !' de Lucifer).
Tout péché est donc ce péché d'orgueil qui nous fait croire que nous savons mieux que Dieu ce qui est bon pour nous.
Pourquoi pour certains tuer ne serait pas ce qui les rend heureux ?

Pour vous faire comprendre le mal de tout péché :
En mars 1923 une pénitente demandait au Padre Pio ce qu'elle devait faire pour se sanctifier. " Dénouez vos liens d'avec le monde. " Une amie, sachant la vie retirée qu'elle menait, fit un geste de surprise. Le saint se tourna vers elle et lui dit assez roidement : " Écoutez, on peut se noyer en haute mer, on peut aussi s'étrangler jusqu'à étouffement avec un verre d'eau. Où est la différence ? N'est-ce pas la mort des deux façons ? "
Après, c'est subjectif bien entendu, mais en partant du principe que nous sommes les enfants de Dieu, j'imagine qu'il préfère nous voir mener une vie paisible dans le bonheur et l'amour, plutôt qu'une vie triste dans l'abstinence et la frustration, sous prétexte qu'on a pas eu la chance de rencontrer "l’âme sœur" à temps.
Dieu EST Amour.
Tout ce qui se fait hors voire contre la volonté de Dieu ne peut être amour.
Ainsi les amants qui commettent l'adultère croient s'aimer, mais Dieu est étranger à leur passion peccamineuse.
Ils ressentent le plaisir de la chair qui est trompeuse et trompée par satan qui les entraîne avec ardeur à leur perte en leur sussurant des excuses douçâtres.
Pour certains, croire en Dieu est un pari, un pari en entre la vie terrestre et l'au-delà. Imaginez un instant qu'ils se trompent du coup ils n'auraient profité ni de l'un ni de l'autre, c'est une perspective que je trouve assez effrayante.
Je me souviens de cette question posée à une vieille carmélite.
Elle répondait avoir été heureuse en cette vie à conformer sa vie aux enseignements du Seigneur et répondait : 'si il n'y avait rien après la mort, je n'aurai rien à regretter…' (cela sous-entend l'hypothèse inverse).
Dernière édition par PaxetBonum le lun. 09 janv. 2017, 15:50, édité 1 fois.
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 5551
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: [Débat] Moralité de la vie homosexuelle

Message non lupar Cinci » lun. 09 janv. 2017, 15:48

Dans mon petit opuscule sur le discernement:
  • La paix du coeur

    Nulle paix à espérer du désordre, triste produit de l'ignorance ou du mépris de l'ordre qu'a mis et veut en tout l'Ordonnateur suprême. Il faut donc reconnaître que tant la paix extérieure que la paix intérieure passent inévitablement par l'ordre, celui de la nature comme celui de la grâce, et cela dans tous les domaines : économique ou politique, familial ou social, psychologique ou spirituel, biologique ou moral. Mais que de désordres dans les attitudes et les comportements des hommes! Est-il étonnant que la paix fuie la terre et les coeurs?

    Mais qu'est-ce que la paix?

    Cette question, c'est au Christ qu'Il faut la poser [...] A tous ceux dont la recherche lui apparaît vraie, le Christ répond de façon claire. Si nous tenons réellement à la paix, il nous dira qu'elle est avant tout un don qui vient de lui. En fait, la paix du Christ n'a rien de commun avec celle du monde.



    De la paix vraiment unique du Seigneur personne ne jouira jamais qui n'est pas prêt à y mettre le prix : n'est-elle pas la perle précieuse et le trésor caché dont l'acquisition exige qu'on donne tout? La paix du Christ, nul ne l'aura qui entretient en soi des désordres, qu'il s'agisse d'attaches au péché ou d'attitudes génératrices d'Inquiétudes, tels des désirs immodérés ou des affections déréglées, tout manque d'indifférence, d'abandon ou de résignation, la peur du qu'en dira-t-on, du sacrifice ou de l'effort, l'entretien de pensées ou de sentiments propres à générer le trouble.

    La paix du Seigneur qui surpasse toute intelligence, n'en est pas moins compatible avec de rudes épreuves, telle la maladie, la souffrance et la mort; mais elle ne l'est pas avec le manque de résignation. Elle peut accompagner la pauvreté, mais non la convoitise, la jalousie ou l'envie. Elle peut subsister dans l'emprisonnement ou l'esclavage, mais pas dans la désobéissance ou l'insoumission. Elle peut survivre dans la plus grande solitude, mais non dans l'amour possessif, sinon désordonné.

    La vraie paix implique l'harmonie avec Dieu même, Principe de l'ordre, et comporte par le fait même une certaine plénitude s'accompagnant de joie ou de bonheur. Il v sans dire que cet avant-goût du paradis - qui est déjà la vie éternelle anticipée - ne sera parfait et inamissible que dans l'Au-delà, toute paix ici-bas pouvant toujours s'accroître ou se perdre. Même une sérénité d'apparence inaltérable n'est vraiment la paix de Dieu que dans la mesure où elle émane de la vertu de charité, qui seule la rend méritoire.

    Ceci nous aide à comprendre qu'il existe des contrefaçons de la paix, par exemple une paix qui serait feinte ou fondée sur le mensonge, la compromission, le silence, la démission, une entente plus ou moins honnête. Toute paix qui est le fruit du désordre ne peut être la paix de Dieu. D'où la nécessité d'apprendre à discerner la fausse paix de la vraie.

    (note : je tire ça d'un petit condensé pratique qui est produit par un centre de formation à la spiritualité ignatienne (donc des jésuites) qui se trouve près de chez moi. Les remarques sur la paix sont issues en partie de saint Augustin. La cité de Dieu, etc.)
"La trompette signifie le jugement dernier. On a maintenant découvert l'origine de cette image apocalyptique : dans les civilisations agraires, il est important d'avoir un calendrier précis pour que les moissons puissent se faire en temps voulu. Le premier jour de l'année était annoncé par une trompette, et c'est pourquoi le son de la trompette a été pris comme image pour annoncer l'année définitive de l'éternité qui viendra succéder au temps présent" - Card. Charles Journet

Avatar de l’utilisateur
Suliko
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1813
Inscription : ven. 07 janv. 2011, 22:02

Re: [Débat] Moralité de la vie homosexuelle

Message non lupar Suliko » mer. 11 janv. 2017, 17:11

Bonjour à tous,
En fait, quelle image avons nous de Dieu si nous considérons que la sexualité homosexuelle est pécheresse (péché mortel même) et donc interdite, formellement contraire à la volonté de Dieu ?
Sans vouloir enfoncer le clou, nous aurions la même vision de Dieu que nos prédécesseurs dans la foi, nous serions fidèles à la Bible et à la Tradition catholique, nous serions orthodoxes sur la question.

Il est trop facile de relativiser les Lois divines en déclarant qu'elles ne sont plus pleinement valables dès lors qu'il nous semble trop difficile de nous y conformer. Le Christ ne nous a jamais promis le bonheur sur Terre. Il ne nous a jamais dit que tout serait forcément facile et parfois, pour certains croyants, peu de choses le sont. Notre Créateur ne nous a jamais enseigné de ne nous soumettre à Ses commandements qu'à condition qu'ils ne soient pas trop durs à suivre. Jamais ! Par contre, par la grâce divine, tout est possible, y compris traverser fidèlement les plus dures épreuves. C'est de foi. Où serait donc la véritable piété d'un croyant qui choisirait de s'écarter de ce que Dieu nous enseigne lorsque cela lui paraîtrait trop éprouvant ? Dans les siècles de foi, nombre de fidèles sont allés jusqu'à donner leur vie pour ne pas renier le Christ; ils ont parfois renoncé au mariage, aux richesses, aux honneurs, pour se sanctifier et se sauver et nous ne serions aujourd'hui même plus capables de ne serait-ce que se conformer à la Loi naturelle ?

Je n'aime non plus pas trop cette tendance moderne à définir le péché uniquement comme le fait de manquer sa cible, de se couper de Dieu. Ce n'est pas que la définition est fausse, c'est plutôt qu'elle est gravement déficiente. Pécher, c'est beaucoup plus simplement ne pas se conformer à la Loi divine, définition qui me semble bien plus objective et claire que celle ci-dessus.
L'un des malfaiteurs suspendus à la croix l'injuriait:"N'es-tu pas le Christ? Sauve-toi toi-même, et nous aussi." Mais l'autre, le reprenant, déclara:"Tu n'as même pas crainte de Dieu, alors que tu subis la même peine! Pour nous, c'est justice, nous payons nos actes; mais lui n'a rien fait de mal." Et il disait:"Jésus, souviens-toi de moi, lorsque tu viendras avec ton royaume." Et il lui dit:"En vérité, je te le dis, aujourd'hui tu seras avec moi dans le Paradis."

axou
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1226
Inscription : lun. 15 sept. 2014, 3:23
Conviction : catholique
Localisation : Région parisienne et Bretagne

Re: [Débat] Moralité de la vie homosexuelle

Message non lupar axou » mer. 11 janv. 2017, 19:11

Cela nous devrait nous nous inciter à une certaine prudence et à une certaine délicatesse quand on parle de la sexualité d'autrui.
Bien à vous,
Axou
Axou, comme je l'ai déjà signalé sur ce forum, je suis papa d'une fille homosexuelle ....et sachez que je suis très touché par votre message :) !

Dans votre message j'y trouve de l'Amour et non du jugement ... aimer et non juger, définition même du croyant en Jésus, Fils de Dieu... merci axou :oui: .....
Merci à vous cher Katolik, je suis heureuse que cela vous touche et vous rejoigne, merci aussi à Kerniou et Trinité pour leurs gentils retours.

Bien à vous,

Axou

Jeremy43
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1009
Inscription : dim. 29 sept. 2013, 22:12

Re: [Débat] Moralité de la vie homosexuelle

Message non lupar Jeremy43 » mer. 11 janv. 2017, 19:22

Bonjour,

Suliko a tout dit, le bonheur n'est pas à rechercher ici bas et le péché cause le malheur, dès ici bas et encore plus dans l'autre monde.

Il suffit d'ouvrir n'importe quel livre de piété d'avant le concile pour comprendre ce qu'est le Catholicisme présent au sein de la Sainte Doctrine et pas en dehors puisque Dieu est Vérité.

Aujourd'hui, il serait tout à fait scandaleux de dire que Dieu châtie les hommes pour les détourner du mal alors que c'est bel et bien ce qui est enseigné et ce qui est vrai, la Vérité même nous a dit de faire pénitence sinon nous mourrons tous. C'est simple, ça ne laisse place à aucun doute, mais dans l'esprit moderne ça signifie que tout le monde va au Ciel... cherchez l'erreur !

Toutefois Saint-Paul a bien décrit notre époque où nous préférons écouter des fables qui démangent nos oreilles plutôt que la Vérité.

Quand on ne suit pas la Vérité en péchant, on suit des démons qui nous enchaînent petit à petit, essayez après de leur échapper, c'est tout de suite bien moins drôle...

Pour ma part je ne désire pas vivre éternellement avec le diable et ses démons, ce n'est pas une compagnie très agréable et c'est un doux euphémisme.

La pomme est bien séduisante cher Axou comme le sont ces hommes qui cajolent votre chair, mais derrière il y a de petits malins qui ont des barbelé pour vous piéger et dévorer votre âme éternellement. C'est cela le salaire du péché, la mort éternelle et ça doit tous nous faire frémir... vous êtes déjà morte si vous n'arrivez plus à distinguer ce qui est vrai de ce qui est faux, la route du Ciel ne vous est déjà plus accessible.

Etroit et resserré est le chemin vers la Vie et il y en a peu qui l'empruntent, large et spacieuse est la voie de la perdition... mais tout le monde va au Ciel et personne n'est en Enfer !

Il n'y a qu'un seul Catholicisme comme il n'y a qu'un seul Dieu car il n'y a qu'une seule et unique Vérité devant laquelle nous plierons le genoux, de gré ou de force.

Jeremy43
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1009
Inscription : dim. 29 sept. 2013, 22:12

Re: [Débat] Moralité de la vie homosexuelle

Message non lupar Jeremy43 » mer. 11 janv. 2017, 19:43

Il y a, en tout cas et quoiqu'on puisse en penser, un schisme extrêmement profond car spirituel entre les Catholiques qui devraient pourtant être unis au sein du même Esprit pour former l'Eglise.

L'Incarnation du Fils de Dieu n'est pas l'arrivée du fils du Père Bisounours au sein du monde des guimauves et autres sucreries, mais celui du Fils Unique de Dieu, de la Lumière éternelle qui a brillé dans les ténèbres pour ramener tous les hommes (qui accepteront cette Lumière) à Dieu.

Cela indique, à la fois, la déchéance de l'homme, la gravité du péché, la grandeur de l'Amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ qui s'est immolé pour la multitude pour donner la vie au monde.

Tout est clair, simple et d'une logique absolue, c'est une histoire qui est parfaitement décrite dans les Saintes Ecritures.

Si Dieu nous a donné un Sauveur, c'est que les hommes se perdent naturellement, comment peut-on donc aujourd'hui laisser penser que tout le monde va au Ciel ? c'est un mensonge qui vient de l'enfer pour damner les hommes, rien de plus, rien de moins.

Le désir du Salut, à la fois le sien et celui des autres, est ce qui motive tout individu Catholique dans l'accomplissement de sa vie. Les Sacrements, dispensés par l'Eglise et culminant à la Sainte Communion sont là et uniquement là pour sanctifier les âmes pour les préparer à la vision béatifique, seule et unique destinée de l'âme humaine.

Le but du monde et de la vie humaine (qui est la vie Catholique) est de rendre gloire à Dieu en accomplissant sa Volonté, dans notre monde tel qu'il est aujourd'hui nous rendons gloire en premier lieu à Mammon et à bien d'autres démons divers et variés alors que le fardeau du Christ est réellement doux et léger.

Il est toutefois certain que ce fardeau, doux et léger, est plus difficile à porter dans un monde qui n'est plus du tout chrétien et qui donc plonge vers l'enfer...

J'ai l'impression que vous ne comprenez pas bien les enjeux en cours ni ce que sont nos ennemis, la chair en procurant du bien sensible à l'âme masque bien des vérités.

Les démons doivent bien rigolés de voir que nous sommes aussi stupides et manipulables.

Un autre point à méditer, le Saint Curé d'Ars a indiqué qu'une chapelle gouvernée par un saint prêtre permettait aux ouailles d'être de bons chrétiens ou des chrétiens corrects, mais par un mauvais prêtre, les ouailles ne sont alors plus que des animaux ou même en dessous de ceux-ci.

Et pour rebondir sur votre cas personnel cher Axou, le Christ vous veut peut être pour Lui seul, ce n'est pas un chemin simple, surtout quand on est dans le monde, mais c'est le seul Epoux véritable et le bonheur apporté par Sa présence dépasse le bonheur sensible que peuvent apporter tous les hommes de la terre.

Avatar de l’utilisateur
Le Fils Prodigue
Censor
Censor
Messages : 51
Inscription : ven. 27 mai 2016, 19:32
Conviction : Catholique romain

Re: [Débat] Moralité de la vie homosexuelle

Message non lupar Le Fils Prodigue » mer. 11 janv. 2017, 21:15

Merci, chère Axou pour votre témoignage émouvant et enrichissant même s'il n'est pas conforme à la morale catholique.
Il nous rappelle combien l'abstinence est frustrante et voire, même douloureuse. La frustration douloureuse à supporter peut altérer la relation avec l'entourage et voire même perturber le fonctionnement affectif et psychique de la personne. Les plaisanteries sur la maniaquerie, la rigidité des" vieilles filles" et les "vieux garçons" "incapables" de rencontrer l'âme soeur, ne font, hélas, qu'illustrer cette pénible réalité.
Encore, merci, chère Axou, de votre vibrant témoignage.
Je suis moi-même sur un chemin de chasteté après un passif douloureux à ce niveau-là. C'est un chemin difficile et qui peut sembler frustrant certes, mais après tous les déboires vécus, je peux dire que cette frustration est la conséquence de mes errements passés, car le chemin avec le Christ, bien que difficile et exigeant, est rempli de grâce et de vérité. Jésus m'est bien plus bénéfique et miséricordieux sur ce chemin que les discours hédonistes et mondains qui cherchent à me faire culpabiliser de mon célibat, qui est pour moi et pour ceux que cela concerne, la possibilité d'une libération de bien des tourments, et non une prison. J'ai rencontré déjà plusieurs personnes qui vivent le célibat pour le Christ : la lumière qui les environne dément le portrait qui est fait ici du célibataire endurci. A l'inverse, on peut également trouver des gens qui sont en couple et ont une vie sexuelle et dont le caractère au quotidien n'est franchement pas facile... Évitons donc ce schéma binaire "célibataires malheureux" versus "vie maritale toujours heureuse". La réalité est infiniment plus nuancée et la vie de couple n'est pas davantage une garantie de vie heureuse que le célibat. Dans les deux cas, le but est toujours la sanctification et le chemin vers Dieu : on ne se marie pas ou on n'a pas des rapports sexuels pour dire :" je suis marié et j'ai des rapports, comme 95% de l'humanité donc ouf" tout comme on n'est pas célibataire pour se la jouer puriste et dire : "je suis pur de tout acte sexuel et je me suffis à moi-même". Le mariage et le célibat doivent être vécus comme des voies de sanctification, et non comme une fin en soi. Si beaucoup de célibataires chrétiens vivent mal cette situation, c'est car notre société présente la vie de couple et la sexualité comme l'horizon indépassable de l'homme, et la condition sine qua non du bonheur... C'est de l'hédonisme complet. Même si les relations sexuelles et la vie de couple sont bonnes et voulues par Dieu, elles ne sauraient être la clé de voûte de la vie. Il y a bien plus que cela. La recherche incessante de Dieu de très nombreuses personnes durant tous les siècles, martyres ou non, en témoigne. Comme également le sacrifice de jeunes de 15 ou 16 ans qui sont morts au peloton de chasse pendant la guerre car ils ont refusé la domination du nazisme sur la France, alors qu'ils auraient pu rester bien sagement au chaud et avoir une vie normale avec femme et enfants. Quand nous sommes frustrés de ce que nous vivons, repensons à ce qu'ont dégusté certains de nos ancêtres... : c'est grâce à eux si aujourd'hui, nous pouvons encore discuter librement sur ce forum. Je ne cherche absolument pas à dresser un tableau angélique de l'abstinence et du sacrifice de soi-même : je sais moi-même combien ce chemin est difficile. Mais le compromis, bien que semblant plus attirant, est un terrible leurre, car au lieu de nous élever vers Dieu pour le salut de nos proches, il ne nous ramène qu'à nos pulsions et c'est un bien piètre modèle. Et je dis cela avant tout à moi-même, avant de juger qui que ce soit.

Fraternellement
"Mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !
Il s'est penché sur son humble servante ; désormais, tous les âges me diront bienheureuse."


Revenir vers « Morale et Éthique »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités